Navigation – Plan du site

Motion du comité de rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique

p. 5-6

La rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique exprime son engagement dans les luttes en cours et son soutien à celles et ceux qui se battent dans tous les secteurs de la société contre le projet antisocial dit de « réforme » des retraites, ainsi que contre toutes les réformes en cours qui convergent vers la mise en concurrence généralisée de tout et de tous et toutes. Non content de précariser et d’appauvrir les retraité-es, le gouvernement prépare le vote d’une réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, présentée sous le nom pompeux de « loi de programmation pluriannuelle de l’enseignement supérieur et de la recherche » (LPPR), qui promet la casse des statuts, remplace les fonctionnaires titulaires par des salarié-es sous contrat de droit privé et court dans une logique d’économie, mais aussi d’inégalité de traitement selon la fameuse logique de « l’excellence ». Dans le même temps, le gouvernement impose une réforme de la formation et du recrutement des enseignant-es du secondaire, toujours plus éloignée de la formation scientifique et critique. Face aux résistances, le gouvernement a suspendu cette réforme pour un an. Dans le domaine de l’enseignement toujours, il impose par l’intimidation aux enseignant-es et aux parents d’élève l’application de la réforme du baccalauréat à la mode Blanquer, dont les fameux E3C, faux contrôle continu qui instaure l’esprit d’examen plus que de formation dès la classe de première. L’histoire a toute sa place dans les luttes sociales. Toute histoire engage, toute histoire est engagée. Ce point de vue est la raison d'être des Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, plus que jamais aujourd'hui.

Les Cahiers sont naturellement dans le collectif des comités de rédaction qui ont déclaré leur revue « en lutte ». Cette lutte active vise à rappeler combien l’existence des revues est dépendante de choix collectifs et combien les choix actuels, de suppression de postes comme de réduction des aides publiques, mettent en cause leur existence et leur indépendance. Mais elle appelle aussi à utiliser ce média pour dire nos responsabilités sociales de chercheur-ses et participer à la mobilisation collective en cours.