Navigation – Plan du site

Le Mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 7-10

Texte intégral

1Ami-es lecteurs, lectrices, en ce temps où les mots à la fois déferlent, s’exhibent et peuvent paraître dérisoires face à l’urgence de l’action, nous ferons de cet éditorial quelques mots pour dire notre engagement collectif dans le grand moment de mobilisation qui parcourt la France depuis des semaines en ce début d’année 2020.

2Ce mouvement, nous en sommes partie prenante, comme nous l’avons exprimé à travers le texte collectif écrit dans le feu de l’action il y a déjà quelques semaines, texte que nous plaçons en tête de cette publication, ainsi qu’à travers notre engagement dans le collectif « revues en lutte », dont nous avons cosigné la tribune1.

  • 2 « Charte », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, « Changements de sociétés », n° 64, (...)

3Ce mouvement conduit de multiples revues, de nombreuses et nombreux jeunes chercheurs et chercheuses à retrouver les questions que nous nous posions lors de la refondation des Cahiers d’histoire en 1996, comme nous l’avons exprimé dans la charte qui ouvre le n° 64 des Cahiers d’histoire devenus Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique2. Nous prenons avec joie la mesure du déplacement des problématiques depuis les très libérales années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

  • 3 Idem, p. 3.
  • 4 Pascal Perrineau, L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la Fondation nati (...)
  • 5 Michel Vovelle, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française, Paris, La Découverte, 2017, (...)

4Il était alors courageux d’écrire, au risque de passer pour le tenant d’un monde obsolète, que l’on cherchait à joindre « activité intellectuelle et engagement », que la revue viserait à être à la fois « libre et solidaire de son temps et du mouvement social3 ». Le terme même d’engagement faisait frémir. Pascal Perrineau venait de publier aux Presses de Sciences Po, au cœur des pensées sérieuses du politique, un gros livre intitulé L’engagement politique. Déclin ou mutation ? et le malheureux Michel Vovelle, dont il est question – pas en malheureux – dans ce dossier des Cahiers, ferraillait durement pour que le bicentenaire de la Révolution ne soit pas entièrement capté par le courant libéral pour qui, après un 1790 « heureux », la Révolution dérapait4. Michel Vovelle a bien décrit les âpres négociations auxquelles il a du se soumettre pour faire vivre le « congrès mondial » dans ce qu’il nomme « les années difficiles » de la veille de 19895.

  • 6 « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? », Le  (...)
  • 7 Parmi d’autres productions roboratives, hommage au livre de Serge Halimi ainsi qu’au film de Gilles (...)
  • 8 Historien marxiste, Eric Hobsbawm est décédé en 2012. Il était né en 1917 et a commencé à publier e (...)
  • 9 Réédition notamment d’Eric J. Hobsbawm, Les Bandits, Paris, La Découverte, 2018, 228 p., ou d’Edwar (...)

5Depuis, le libéralisme économique a supplanté le libéralisme idéologique triomphant des années 1990 : les gouvernements successifs ont privatisé, découpé, nié la notion de service public, développé dans tous les secteurs de l’économie les mêmes pratiques de partenariat privé-public, de management agressif au nom de la rationalisation, de la mondialisation, de régulations internationales échappant aux délibérations du politique. Inutile aujourd’hui de reprendre les étapes de ce démantèlement des solidarités, des « conquis » sociaux. Des milliers, millions plus sûrement, de livres, d’articles, d’heures d’antenne ont été produits, courant après ces transformations, justifiant leur inéluctabilité, exhibant leur cohérence et leurs effets indéniablement positifs. Réforme après réforme, nous avons mieux compris ce que signifiait la mise en concurrence généralisée, la promotion de « l’excellence », l’exaltation de la précarité, incroyable aplomb de Mme Parisot, présidente du syndicat des patrons en 2005, que personne n’a oublié ni ne doit oublier6. Inoubliable affront. Mais la contre-offensive s’est peu à peu construite. Des maisons d’éditions, souvent neuves, ont publié des économistes, des sociologues, des géographes, des philosophes, des architectes, des urbanistes, des histoiren-nes qui dénouaient petit à petit des fils de la nasse. La presse libre, celle qui, en dépit des difficultés, refuse de dépendre des capitaux des grandes entreprises, beaucoup de revues, de périodiques, des producteur-trices de films, d’émissions de radio sont progressivement entrés en campagne, pointant inlassablement la domination médiatique, l’usage de soi-disant expert-es, la collusion objective des puissants de l’économie, de la culture et de la politique7. Les uns avec humour, les autres avec gravité, les formes se sont diversifiées au fur et à mesure que le champ de la contestation s’étoffait. Ont cheminé aussi des passions renouvelées pour cette société dont les fissures s’approfondissaient. Progressivement, on a osé à nouveau regarder, non seulement la façon dont les groupes sociaux se disent et, surtout, sont dits, mais aussi la façon dont les organisations sociales produisent des places, des pouvoirs, des jouissances inégales. Le gros mot honni des nanti-es, inégalité versus égalité, qui fait grincer depuis deux siècles la société de « l’égalité des droits », était de retour : renouveau des études sur le travail, sur les inégalités territoriales, sur les inégalités de genre, de race. Renouveau des lectures des sociétés en termes de conflits, d’antagonismes en dépit des lissages médiatiques, renaissance de l’intérêt des histoiren-nes pour les révoltes, les révolutions. On peut dire que les anniversaires ont aidé, du bicentenaire de la Révolution française au centenaire des révolutions de 1917, bousculé par le cinquantenaire de Mai 68. Mais chacun-e sait que les sociétés se donnent les anniversaires qu’elles ont envie de souhaiter et que les choix des commémorations sont conflictuels. On a évoqué l’âpreté des concurrences autour du bicentenaire de la Révolution française, qui s’est massivement traduit par l’effacement de la République. Mais les deux dernières décennies ont rappelé que les anniversaires sont des amplificateurs de mouvements profonds en cours. Bien sûr, on publie à nouveau Hobsbawm parce qu’il meurt en 2012, mais aussi parce que l’on a envie de le lire, de le faire lire8. On renoue avec les résistances à l’ordre social, avec E. P. Thompson, avec les classiques des années 1970-1980, parce que la société multiplie les marginalisations sociales, parce que les dominants créent les termes d’ « exclu-es » opposés aux « inclus-es », ces « privilégié-es », parce que ces écrans de fumée idéologiques masquent de moins en moins la brutalité de choix politiques9. Et on renoue aussi avec l’histoire des révolutions. Petit à petit, cette histoire sort de l’évitement du politique, y revient par des voix renouvelées, retravaillant les cadres, chronologiques, géographiques, les concepts par lesquels penser cette chose extraordinaire que les forces des peuples se coagulent pour en faire des puissances qui viennent à bout des dominations. Ces retours sans fard, qui n’ont pas peur de viser les apories, de penser ce qui va mal, et fait mal, ont suscité des milliers de livres et d’articles, des films aussi, des pièces de théâtre, des créations graphiques de formes elles aussi diffractées. Les auteurs-trices de romans graphiques, de bandes dessinées, les peintres, sculpteur-trices ne peuvent qu’être évoqué-es ici comme des figures constituant un environnement dont la richesse se déploie à une surprenante vitesse. C’est dans ce monde bruissant des échos des révolutions passées que s’inscrit le présent dossier des Cahiers d’histoire. Il ferme une boucle qui se desserrera et en produira de nouvelles : en s’interrogeant sur ce que les auteur-trices d’histoire des révolutions font aux révolutions et ce que les révolutions font à celles et ceux qui en font leur sujet d’étude, le dossier coordonné par Jean-Charles Buttier et Caroline Fayolle pose tranquillement la vaste question des rapports des historien-nes à leurs objets et dit aussi tranquillement que toute histoire engage. Il dit encore plus tranquillement que les historiennes et historiens rassemblé-es ici se savent engagé-es, particulièrement conscient-es que toute réflexion sur les révolutions décline une place de celles-ci, au passé rendu présent comme dans un présent toujours retissé de passés. Merci aux auteur-trices, Kmar Benada, Caroline Fayolle, Mathilde Larrère, Michèle Riot-Sarcey, Pierre Serna. Et bonne lecture au cœur des affrontements complexes de notre présent dans lesquels les historien-nes, bousculé-es, happé-es par le temps court des luttes, cherchent à produire des signes contribuant, à leur façon, à accélérer compréhension et mutation du présent.

Haut de page

Notes

1 <https://universiteouverte.org/2020/01/28/le-monde-les-revues-scientifiques-fragilisees-par-les-projets-de-loi/>

2 « Charte », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, « Changements de sociétés », n° 64, 1996, p. 5-6.

3 Idem, p. 3.

4 Pascal Perrineau, L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1994, 444 p.

5 Michel Vovelle, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française, Paris, La Découverte, 2017, p. 67-82.

6 « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? », Le Figaro, 30 août 2005.

7 Parmi d’autres productions roboratives, hommage au livre de Serge Halimi ainsi qu’au film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, Les Nouveaux chiens de garde, sorti en janvier 2012, encore si cruellement juste aujourd’hui. Hommage à nos ami-es des Mutins de Pangée, de Là-bas si j’y suis, de Mediapart, à toutes et tous les journalistes courageux-ses de l’Humanité, de Politis, du Monde diplomatique, de Regards, qui font le choix rude de la résistance. Liste bien courte au sein de la grande nébuleuse des esprits libres. Nos excuses aux ami-es omis.

8 Historien marxiste, Eric Hobsbawm est décédé en 2012. Il était né en 1917 et a commencé à publier en Angleterre en 1948. Ses grandes sommes sur les transformations des sociétés occidentales ne seront traduites en français que dans les années 1990, alors qu’il a alors plus de 70 ans, et pour la première fois publiées aux éditions Complexe, de Bruxelles, du fait des refus d’éditeurs français : Eric J. Hobsbawm, L’Ère des révolutions, Bruxelles, Complexe, 1988, 418 p. Depuis deux décennies, les éditions et rééditions se sont multipliées en France.

9 Réédition notamment d’Eric J. Hobsbawm, Les Bandits, Paris, La Découverte, 2018, 228 p., ou d’Edward P. Thompson, La guerre des forêts : luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, présenté par Philippe Minard, Paris, La Découverte, 2017, 196 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 7-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13437

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page