Navigation – Plan du site
DOSSIER

Être une historienne engagée aujourd’hui

Entretien avec Mathilde Larrère réalisé par Jean-Charles Buttier
Mathilde Larrère et Jean-Charles Buttier
p. 35-51

Résumés

Des occupations d’universités au mouvement des Gilets jaunes, en passant par Nuit debout et la lutte contre la loi Travail, Mathilde Larrère a été présente au cœur des principaux mouvements sociaux de ces dernières années. Elle en a été à la fois l’actrice et le témoin, non seulement à travers son enseignement, mais aussi ses nombreuses interventions dans les médias et sur les réseaux sociaux. À partir d’une étude approfondie des modes d’expression des Gilets jaunes, elle montre ici comment l’histoire des luttes et des révolutions peut être une source d’inspiration pour les combats d’aujourd’hui. C’est par la relation constante qui enrichit mutuellement sa connaissance du passé et son implication dans le présent, sa réflexion et son action, ses choix politiques et sa pratique professionnelle, qu’elle peut se considérer aujourd’hui comme une « historienne engagée ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurence De Cock, Mathilde Larrère, Guillaume Mazeau, L’Histoire comme émancipation, Marseille, Ago (...)

1Jean-Charles Buttier (JCB) : Tu as récemment publié un ouvrage collectif1 issu de cours que tu as donnés avec Laurence De Cock et Guillaume Mazeau dans la « Commune libre de Tolbiac », terme désignant l’université Paris 1 occupée par les étudiant-es en lutte. Comment s’inscrit cette expérience dans ton parcours d’historienne engagée ? Pourrais-tu revenir sur le processus qui mène de ces cours à l’écriture de ce livre ?

2Mathilde Larrère (ML) : Revenons donc à mars 2018. Le mouvement contre Parcours sup gagne les facs, rencontrant les revendications des précaires de l’enseignement supérieur et, plus généralement, porteur de la défense de l’université comme service public, inclusif, démocratique (dans son recrutement comme dans son fonctionnement). Les étudiant-es s’organisent dans une occupation, privilégiant les sites périphériques (Tolbiac, Clignancourt) au vaisseau amiral sis au Quartier latin des deux grandes universités parisiennes qui se déchirent le nom de « Sorbonne ». Un choix tactique qui les met (un peu, un temps) à l’abri des descentes des forces de l’ordre. Suivant une pratique développée en 2009 lors du grand mouvement qui avait mobilisé les enseignants-chercheurs et les étudiant-es contre la mastérisation et la réforme du statut, des cours alternatifs sont organisés. Il s’agit tout à la fois d’occuper les occupant-es (professeur-es comme étudiant-es), mais aussi, pourquoi pas, d’expérimenter des formes nouvelles de pédagogie universitaire. C’est aussi le moyen pour les professeur-es qui ne sont pas en grève en 2018 (ils l’étaient en 2009) de témoigner de leur soutien au mouvement étudiant et aux revendications qu’il porte. J’avais déjà eu l’occasion de le faire en 2009, dans mon université (UPEM) alors en grève, puis en 2016 à Tolbiac, dans le cadre du mouvement contre la loi Travail. En mars 2018, un nouvel appel aux cours est donc lancé aux professeur-es de l’établissement en priorité, mais également à d’autres, si le cœur leur en dit. Guillaume Mazeau, Laurence De Cock et moi-même faisons connaître notre soutien au mouvement et proposons des cours. Mais les étudiant-es nous demandent une intervention commune. Or, nous ne travaillons pas sur les mêmes objets : la Révolution française pour Guillaume Mazeau, l’enseignement de l’histoire pour Laurence De Cock, la citoyenneté (en armes et en plume) dans les monarchies censitaires dans mon cas. Mais nous partageons tous trois une même conception de l’histoire comme discipline, de la recherche, de l’enseignement, de la place de l’historien-ne dans la cité, dans une optique critique et émancipatrice. Cela nous avait au demeurant déjà conduits à intervenir ensemble sur ces questions, à rédiger des tribunes communes contre diverses instrumentalisations publiques, politiques de l’histoire, à appeler à un aggiornamento de nos pratiques. Nous appartenons d’ailleurs tous trois au bien nommé collectif Aggiornamento histoire-géographie2, qui justement réfléchit, débat sur ces questions et les défend. Aussi proposons-nous le thème de « l’histoire comme émancipation » à la Commune libre de Tolbiac, moins dans l’optique d’une conférence descendante que d’un échange autour de la question : « L’histoire peut-elle émanciper ? ».

3Nous voici donc le 13 avril 2018 à Tolbiac, d’abord en manifestation avec les étudiant-es, puis de retour au centre Pierre-Mendès-France (« PMF », comme on dit) pour la rencontre. Nous n’avons alors qu’un canevas léger : de quoi « émancipation » est-elle le nom ? Comment chacun-e, dans nos pratiques (en cours, par notre recherche, ou dans les chemins variables et variés de la vulgarisation du savoir), défendons-nous une histoire critique et émancipatrice ? Dans quelle tradition nous inscrivons-nous ? Dans quelle mesure est-il aujourd’hui difficile de promouvoir ces démarches ? L’amphi est plein à craquer. Nous commençons tous les trois, alternant la prise de parole. Suit une bonne heure de discussion avec l’amphi, échanges passionnants, parfois animés. À la fin, nous imprimons les paroles de L’Hymne des femmes. Nous voulions chanter en groupe, avions hésité sur les possibles chants et avions choisi l’hymne déjà en raison d’un de ses premiers vers, « Nous qui sommes sans passé, les femmes, nous qui n’avons pas d’histoire », mais aussi car nous semblait particulièrement réjouissant le souci des égalités de genre au cœur de l’occupation. Ce fut un moment magique, comme on en vit parfois, comme on en vit rarement, 300 personnes chantant dans l’amphi, larmes aux yeux. Nous sommes repartis riches des pistes suggérées par les échanges avec les étudiant-es, professeur-es et personnel administratif.

4Quelques jours plus tard, une étudiante de la Commune libre de Censier nous demandait si nous voulions refaire une rencontre sur le même thème. Avec joie ! D’autant que les échanges nous avaient permis d’affiner la réflexion. Deuxième rencontre, et de nouvelles remarques qui nous font à nouveau progresser.

5Tolbiac puis Censier connaissent ensuite le sort des Communes, la semaine sanglante en moins. La réforme du rail résiste à la grève perlée, Parcours sup plonge des dizaines de milliers de bachelier-es dans un grand désarroi, des lycéen-nes assemblé-es à Arago font 48 heures de garde à vue, Benalla sévit place de la Contrescarpe sans que l’on sache alors qui il était, sans que l’on mesure que tout cela n’était qu’amuse-bouche au regard des répressions qui allaient suivre. l’Humanité nous demande dans ce contexte un article à six mains à partir de la conférence, ce qui nous permet de formaliser un peu plus nos idées. Mais comme souvent, le travail continue son chemin dans les méandres du cerveau, décante, tisse des liens, des connexions.

6Pendant l’été, Laurence De Cock et moi sommes invitées à l’université d’été du NPA, où nous proposons un atelier qui reprend cette thématique de l’histoire émancipatrice. Nous essayons en effet toutes deux d’intervenir en tant qu’intellectuelles, historiennes, dans des cadres militants, parfois partisans, syndicalistes ou associatifs. À nouveau, les échanges sont stimulants. À la fête de l’Humanité, on me confie une conférence sur ce même thème, obligeant une fois de plus à progresser dans la structuration des idées. C’est en sortant de la fête que nous décidons de passer à l’étape « livre », pour ne pas perdre tout ce travail de maturation intellectuelle que nous avions construit, ensemble et surtout collectivement à chaque communication publique. Le titre « Manifeste pour une histoire émancipatrice », d’abord envisagé, fut écarté, car trop prétentieux. Nous n’entendions aucunement être pionniers en la matière ni donneurs de leçons, encore moins isolés dans la démarche.

7Nous avons réfléchi en commun au plan, nous sommes partagé des chapitres ou sous-chapitres pour ensuite les faire circuler entre nous. L’éditeur, Thierry Discepolo pour les éditions Agone, nous a accompagnés pour lisser nos styles assez disparates, pour nous pousser à expliciter tous les concepts et allusions, pour passer, en d’autres termes, d’une langue universitaire à une langue plus inclusive. En effet, l’écriture académique dont nous partagions les implicites pouvait se révéler obscure au lectorat que nous visions, à savoir non pas nos collègues, non pas seulement les étudiant-es, mais plus largement celles et ceux que ces questions peuvent intéresser.

8JCB : Le titre de l’ouvrage mentionné comporte le terme « émancipation ». Est-ce que tu y vois une généalogie avec une histoire de l’éducation populaire qui vise l’émancipation du peuple ?

9ML : Le mot « émancipation » est de nos jours repris à toutes les sauces, même les plus aigres… Emmanuel Macron le ratiocine à l’envi. Son projet pour la présidence en 2017 ? « Un projet d’émancipation ». Pour l’école ? Émancipation. Pour les quartiers populaires ? Émancipation. En visite au Tchad ? Émancipation (des femmes, de l’Afrique, tout y passe), la belle affaire ! Mais dès qu’on creuse, on saisit vite que, pour lui, « émancipation » est compris dans un sens qui n’est évidemment pas celui que nous défendons. Pour lui, l’émancipation est le processus individuel qui permet à chacun de rejoindre le groupe des dominants, de monter dans la cordée, grâce à la « libre entreprise de soi-même ». Quand, en visite dans une médiathèque en février 2018, le président affirmait : « Notre société a besoin d’émancipation », pour immédiatement ajouter « Tout le monde ne réussira pas de la même façon, cette promesse est intenable », on est bien loin de ce que veut dire « émancipation » !

Photo Mathilde Larrère.

10Émancipation, comme révolution, progrès, peuple, salaire, est un de ces mots récupérés et dévoyés par la langue du pouvoir, ces mots auxquels la maison d’édition Anamosa consacre d’ailleurs une nouvelle et réjouissante collection, « Le mot est faible », pour justement les réarmer et les rendre à ce qu’ils veulent dire.

  • 3 Paolo Freire, Pédagogie des opprimés, suivi de Conscientisation et révolution, Paris, Maspero (PCM) (...)

11Comme nous l’écrivons dans notre introduction, « À ces récupérations, nous opposons une émancipation fondée sur la suppression des rapports de domination ». Si l’éducation et l’histoire ont leur rôle à jouer, c’est parce que cette émancipation suppose préalablement une prise de conscience des rapports de domination, par les dominé-es mais également par les dominant-es. Laurence De Cock fait référence au texte important de Paolo Freire, Pédagogie des opprimés3. Pour le pédagogue brésilien, la conscientisation de la position de dominé (comme de dominant) est un prérequis indispensable au travail d’abolition des rapports de domination, et donc la condition de construction d’une société plus juste.

12Dans notre ouvrage, nous essayons justement de montrer comment l’histoire a pu et peut encore devenir émancipatrice, en nous appuyant sur nos pratiques mais surtout sur de nombreuses expériences menées ailleurs, avant et par beaucoup d’autres en la matière. Nous y réfléchissons d’abord sur les objets et les approches qui permettent ce travail de conscientisation, en défendant l’histoire des sans-histoires, des sans-voix, des sans-sources, l’histoire des dominé-es, mais plus encore celle de leurs luttes, de leurs résistances, de leurs agentivités, tout en montrant combien il est important de faire une histoire des rapports de domination qui prenne les dominant-es comme objet, mais dans l’optique de « vendre la mèche » (Bourdieu). L’essentiel du livre est ensuite consacré à la nécessaire transmission d’un savoir élaboré comme émancipateur. Car à quoi servirait-il de travailler sur les luttes ouvrières, les mobilisations féministes, les associations antiracistes, les combats LGBTQI ou les collusions entre le pouvoir politique et économique, les réseaux d’entraide des élites, la construction des romans nationaux, si tout devait rester dans des articles scientifiques, à la langue, au vocabulaire, aux concepts réservés à quelque happy few dotés d’un bon gros bagage universitaire ? Pour le capital culturel, pas plus que pour le capital économique, il n’est pas de théorie du ruissellement qui vaille. L’historien-ne, le-la chercheur-se doit se préoccuper de la redistribution de ses résultats. Rien ne l’encourage malheureusement à le faire pourtant, tant les deux dimensions de notre métier qui relèvent de cette redistribution sont reléguées dans l’appréciation de nos carrières : pédagogie et vulgarisation.

13Ce faisant, nous sommes attentifs à toutes les pédagogies émancipatrices, qu’elles prennent place à l’école (entendue dans un sens large qui court de la maternelle à l’université) ou hors des cadres académiques, « hors les murs » comme nous l’écrivons, ce qui relève donc de l’éducation populaire dans sa définition la plus communément admise. Sous ce terme, nous incluons nombre d’expériences de diffusion du savoir historique, des conférences de vulgarisation dans le cadre des nombreuses universités populaires qui émaillent le territoire, du travail théâtral du collectif Daja, auquel contribue activement Gérard Noiriel, jusqu’aux nouvelles formes d’éducation populaire qui peuvent se déployer sur les réseaux sociaux.

  • 4 Michelle Zancarini-Fournel, Les Luttes et les rêves, une histoire populaire de la France de 1685 à (...)

14Je conçois au demeurant ma pratique de l’histoire sur Twitter comme relevant de l’éducation populaire. Pour expliquer rapidement, je fais des fils (ou thread), c’est-à-dire des suites de tweets qui se répondent et sont donc liés entre eux. Pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers du réseau social, un tweet est un court message de 280 signes au maximum, qui peut être illustré d’une image, d’un « gif » (microvidéo répétitive) ou contenir un lien internet. 280 signes, c’est peu, mais le fil permet de diffuser des textes de 8 à 10 000 signes, soit l’équivalent d’une belle notice encyclopédique. Je choisis quasi systématiquement de vulgariser et diffuser une « histoire des luttes et des rêves » (pour reprendre le beau titre du livre de Michelle Zancarini-Fournel4), essentiellement au 19e siècle puisque telle est ma période de spécialisation. Cela nécessite un réel travail, chronophage, de vulgarisation au sens de synthétisation des informations, réflexion sur les implicites à expliciter, de travail de la langue, mais aussi de mise en récit. Depuis plus de quatre ans, j’ai ainsi diffusé des centaines de fils, illustrés, nourris par la recherche récente (que je cite en cours ou en fin de fils), parfois issus de mes cours (servant alors de support de révision pour les étudiant-es), réagissant parfois à une instrumentalisation publique de l’histoire, jouant souvent le jeu des anniversaires, ou juste pour le plaisir de diffuser. Je le fais dans l’optique qui est celle de l’éducation populaire, celle d’une histoire émancipatrice, en insistant pour ma part sur la démonstration de l’agentivité des dominé-es, c’est-à-dire leur capacité d’agir, de fragiliser les dominations, voire de renverser les ordres. J’ai à ce jour plus de 65 000 abonné-es, manifestement intéressé-es par cette diffusion du savoir. Tout un travail, un temps, qui ne seront pas considérés par les normes et conventions qui régissent ma profession, pire, qui pourront susciter un léger mépris (Un tweet ? Quelle rigolade !), mais que je persiste à défendre comme utile socialement et relevant de mes missions d’enseignante-chercheuse. Je remarque toutefois avec plaisir que d’autres historien-nes se sont mis à leur tour à publier des fils historiques sur Twitter : je pense par exemple à @Revolution19e, magistralement tenu par Emmanuel Fureix, au compte @AgeMoyen qui livre des fils savoureux en prise avec l’actualité.

15JCB : Tu as étroitement suivi le mouvement dit « des Gilets jaunes » en effectuant notamment un travail de collecte des slogans et graffitis dans les manifestations. Est-ce que tu as comme projet de mobiliser des méthodes et outils d’analyse empruntés à l’histoire des révolutions du long 19e siècle pour tenter une analyse « à chaud » et engagée de ces discours ?

16ML : J’ai commencé à collecter des photos de tags en 2016, au cœur du mouvement contre la loi Travail, au cœur de Nuit debout (à laquelle j’ai activement participé, montant d’ailleurs, avec d’autres, une commission « éducation populaire debout » et où j’ai fait plusieurs présentations sur les révolutions du 19e siècle). Il n’y avait au départ que sensibilité à cette poésie politique des murs, à ces braconnages souvent bourrés d’humour de l’espace public qui accompagnaient l’occupation des places et scandaient les manifestations. Sans nul doute, les images de Mai 68 me trottaient en tête. Les graffitis de Mai 68 sont photographiés, diffusés, ils imprègnent notre imaginaire du mouvement et expliquent pour partie notre attention, la mienne en tout cas, au surgissement de nouvelles écritures urbaines protestataires. J’ai donc photographié quasi systématiquement et archivé les photos que je prenais comme celles que je pouvais trouver sur les réseaux sociaux, en essayant le plus possible de référencer l’image (date, lieu).

17Depuis, les tags n’ont jamais déserté les murs. Ils étaient nombreux en 2018, et se jouaient d’ailleurs de la référence à Mai 68. Je pense par exemple à un graffiti à Nanterre, en mai 2018, qui portait : « Ce tag sera légitime dans 50 ans ».

Photo Mathilde Larrère.

18Il y avait de fait comme une incroyable hypocrisie à voir d’un côté les expositions commémoratives de Mai 68, qui présentaient les photos des graffitis de la Sorbonne, les déclinant en divers goodies à prix fort, et de l’autre les cris d’orfraie devant la « dégradation » de Tolbiac. Moi, pendant ce temps, je continuais minutieusement ma collecte. En militante, puisque si je les découvrais, c’est bien parce que je participais au mouvement (aux assemblées, aux manifestations), en chercheuse aussi, puisque je n’hésitais pas à revenir en fin de journée pour saisir les écritures urbaines que j’aurais loupées (d’où de nombreux clichés de nuit).

19J’ai alors commencé à m’intéresser à l’histoire du graffiti politique. Cela m’a conduite tout naturellement d’abord au 20e siècle, 68 donc, mais aussi les graffitis de la guerre d’Algérie. J’avais aussi évidemment en tête le célèbre « Ici on noie des Algériens » au lendemain du 17 octobre 1961, auquel Vincent Lemire et Yann Potin ont consacré un très bon article5, ou le « Un seul héros, le peuple », immortalisé par l’objectif de Marc Riboud. Plus avant, j’ai commencé à lire sur les graffitis de la Résistance, ces « V » tracés à la hâte sur les affiches de l’occupant ou de Vichy. Puis j’ai découvert les travaux de Céline Braconnier sur les graffitis dans le Paris de l’après-Commune6, suivis de ceux de Susanna Barrows sur les graffitis de 18777. J’ai alors proposé une rapide histoire du graffiti séditieux pour une chronique d’Arrêt sur images (mai 2018)8.

20Le mouvement des Gilets jaunes s’est accompagné d’un surgissement encore plus massif des écritures urbaines. Chaque acte laissait son parcours tapissé de mots, de cris. Comme avant, je les saisissais sur l’instant (car j’ai participé à presque tous les actes des Gilets jaunes), mais aussi au cours de relevés le soir, ou le lendemain matin, avant que les services de nettoyage n’effacent tout. L’avantage pour moi est que, comme j’étais désormais connue sur les réseaux sociaux pour collecter et diffuser ces tags, de nombreuses personnes me les envoyaient spontanément. Qui plus est, des comptes comme @LaRueOuRien se spécialisaient dans la collecte et la publication, me permettant de nourrir ma base de données. Cela m’a permis d’avoir des graffitis d’autres lieux que Paris, qui restait mon terrain de manifestation et de collecte personnelle.

21J’ai à ce jour une collection de plus de 3 500 photographies de tags. Les corpus les plus importants sont le mouvement Nuit debout, le mouvement de 2018 contre Parcours sup (j’ai presque tous les tags de Tolbiac, Censier, Ulm, l’EHESS, j’y ai fait à plusieurs reprises des relevés systématiques, jusque dans les toilettes, qui restent au demeurant, et historiquement, des lieux privilégiés des écritures séditieuses) et, bien sûr, le mouvement des Gilets jaunes (le plus conséquent numériquement), des sources importantes, car éphémères à moins d’être justement photographiées. Le cliché est plus riche que le seul relevé de la phrase, car il permet de saisir les jeux d’écriture, de dégager (et possiblement de reconnaître) des styles donc des graffeurs, mais surtout de prendre en compte le choix des supports. Les banques sont particulièrement taguées, ce qui ne saurait surprendre, mais on voit apparaître des formes de « statues parlantes », comme la République de la place du même nom. Les tags se jouent aussi des supports : on n’écrit pas la même chose sur une banque, une boutique de luxe, ou les palissades devant l’Assemblée nationale. « Haussmann tu as voulu l’ordre, tu récoltes le chaos », tagué le 8 décembre 2018 sur son boulevard éponyme et un bel immeuble en pierre de taille, ça a du sens !

Photo Mathilde Larrère.

22On notera aussi une tendance croissante à jouer avec les affiches publicitaires, les réflexes et répertoires d’action des antipubs croisant les revendications politiques : ainsi par exemple un ACAB (All Cops Are Bastards) sur une publicité pour le Mac café, sous le slogan « pour vous réchauffer le cœur » (Paris, 5 février, manifestation syndicale/GJ), cependant que de nombreuses affiches de publicité de mode ou de cosmétiques se voient affublées de gilets jaunes.

23À force de les photographier et de les consulter, j’établis des sous-corpus thématiques. Les tags peuvent se rassembler par type de slogans, comme les tags en « plus de/moins de » : « Plus de banquise, moins de banquiers » (Paris, 8 décembre 2018), « Plus de frites, moins de flics » (plusieurs occurrences). Ils peuvent être également groupés par contenu : par exemple, tags contre la police, infinies variations sur le ACAB, devenu 1312, soit la place des lettres de l’acronyme dans l’alphabet. J’ai également un amusant corpus de graffitis « culinaires » : « De la cancoillotte ou on brûle tout » (2015, sans autre précision malheureusement), « Tout le monde déteste le beurre doux » (Douarnenez, 2019)…

  • 9 Les photos de Stéphane Burlot, notamment celles consacrées au mouvement des Gilets jaunes, sont vis (...)

24Les graffitis qui jouent avec l’histoire m’intéressent particulièrement. Déjà, je relève systématiquement toutes les citations explicites aux révolutions du passé (phénomène que je connais bien, d’autant que j’ai co-organisé en 2013 un colloque sur les circulations révolutionnaires), principalement à la Commune en 2016 (référence alors très présente) et lors du mouvement d’occupation des facs l’année dernière, les facs occupées s’étant au demeurant rebaptisées « Commune libre », ce que célébraient quelques belles fresques. Elle est, relativement aux mouvements précédents, moins présente dans les écritures urbaines des Gilets jaunes, même si l’on relève un « 1871 raisons de niquer Macron » le 12 janvier à Paris, dont le photographe Stéphane Burlot a fait une magnifique cliché avec, juste devant, un Gilet jaune sur le dos duquel était inscrit : « Ni dieu, ni maître ! » 9.

Photo Stéphane Burlot, membre du studio Hans Lucas/Instagram/Facebook.

25La Révolution française a fait son entrée dans les citations au cœur du mouvement des Gilets jaunes : « Gilet Jaune, Sans culotte » (24 novembre, Paris), « Macron=Louis 16 » (8 décembre, Paris), « 1789 des casseurs prennent la Bastille » (8 décembre, Paris), « Guy Yotine président » (12 janvier, Nantes), « Monsieur Castaner avait promis de faire égorger tout Paris » (26 janvier, Paris, place de la Bastille).

Photo Mathilde Larrère.

26Voilà qui révèle une intéressante évolution, sinon des sensibilités politiques, du moins du bagage historique des tagueurs. Mai 68 s’invite aussi, principalement lors du printemps 2018, cinquantenaire oblige : « Ils commémorent, on recommence » (Paris, Tolbiac, mais aussi sur la statue de la place de la République). On notera à Toulouse (où le mouvement faisait la part belle aux autonomes) plusieurs tags en référence à Emma Goldman.

27Au cœur du mouvement des Gilets jaunes, de nombreuses écritures urbaines affichent aussi une conscience de l’événement historique qui se joue : « Papa c’est qui les Gilets jaunes ? C’est toi, moi, c’est l’Histoire », « Les pauvres font l’Histoire, les autres la commentent » (9 février, Paris, pour les deux), « Parisiens, l’Histoire vous passe sous le nez » (19 janvier, Paris), « Aux poubelles brulées de l’Histoire » (1er mai 2019, Paris), « Bande de ringards, dans 100 ans vous nous commémorerez » (1er mai 2019, Paris, banderole accrochée boulevard de l’Hôpital).

Photo Mathilde Larrère.

28Les graffitis réagissent enfin à l’actualité immédiate : les petites phrases méprisantes de Macron, les héros d’un acte (Dettinger, « Boxeur de tous les pays cagoulez vous », 12 janvier), les improbables soutiens (Pamela Anderson, évoquée sur de nombreux tags « Paméla m’a radicalisé-e »), la répression (« Ni d’yeux, ni maître », « Borgne to be free », acte XVIII) se retrouvent rapidement détournés (« Jojo le gilet jaune » est ainsi devenu un héros des actes XII et XIII) ou célébrés sur les murs.

29Pour répondre à la question posée, j’ai dès le départ mobilisé méthode et outils de l’historienne, ne serait-ce que dans la constitution de ma base de données photographiques, dans l’analyse des textes, mais aussi dans l’attention particulière portée aux citations révolutionnaires, plus généralement historiques, dans les tags. Il n’est évidemment pas exclu que, travaillant sur des formes de sédition sous la monarchie de Juillet et sur les répertoires d’action de l’opposition, j’aie été plus sensible que d’autres à ces tags. On retrouve aussi les réflexes professionnels dans la démarche de classement, de constitution de corpus cohérent suivant des critères variables, enfin dans le souci de me documenter sur les précédents. Pour l’instant, j’ai sur le sujet surtout répondu à des interviews, mais je prépare une communication plus scientifique pour un colloque sur les écritures urbaines, organisé à Paris et à Marseille les 11 et 18 octobre 2019. L’idée chemine bien entendu d’un travail plus poussé, plus nourri. À suivre…

30JCB : Plus généralement, en tant que vulgarisatrice (via Twitter, tes émissions sur Mediapart ou Arrêt sur images, tes interventions, etc.), penses-tu que ton métier d’historienne des révolutions du 19siècle a eu une incidence sur ce choix de la diffusion de savoirs historiques au plus grand nombre ?

  • 10 Félix Chartreux, Maud Chirio, Mathilde Larrère, Vincent Lemire et Eugénia Palieraki, Révolutions. Q (...)

31ML : Je ne pense pas que mes objets de recherche aient eu une incidence sur mon désir et mon choix de diffusion du savoir. En revanche, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a bien collé ! Pour refaire un peu l’histoire, il faut remonter à 2011. Avant, j’avais fait une thèse sur la garde nationale, une force de l’ordre citoyenne, et pour grande partie liée aux révolutions du 19e siècle. Née le 14 juillet 1789, morte après la Commune, la garde avait une histoire faite de flux et de reflux, dont les moments révolutionnaires restaient les temps forts. Elle portait en elle l’ordre et la possibilité du désordre, incarnait la contestation du monopole de la violence légitime par l’État. Puis, dans le cadre d’un travail collectif au sein de mon laboratoire (ACP), j’ai travaillé sur les pétitions envoyées aux chambres. C’est pourquoi, en général, je me définis davantage comme une historienne de la citoyenneté (en plume et en armes) que comme une historienne des révolutions. Reste que ce qui m’intéresse particulièrement est justement la question de la citoyenneté dans les séquences révolutionnaires. Or, en 2011, la Tunisie, bientôt l’Égypte, la Libye connaissaient des révolutions. Ce retour de la révolution que l’on avait un peu rapidement enterrée après la chute du mur de Berlin et les prophéties qui se voulaient autoréalisatrices de la « fin de l’histoire », ce phénomène de diffusion révolutionnaire suscitaient d’étonnantes comparaisons médiatiques avec les révolutions du 19e siècle (mobilisées par les journalistes sans doute aussi pour exorciser leur double peur du retour d’une révolution sociale, voire socialiste au sens originel, plus « 20e siècle », et d’une révolution islamiste à l’iranienne). Reste que cela avait de quoi fasciner les historien-nes de ces questions et les militant-es de gauche. Comme je coche les deux cases, j’étais pleinement motivée. Personnellement, je suis allée plusieurs fois en Tunisie en 2011-2012 pour discuter avec des gens rencontrés d’abord au hasard, dans les cafés, les rues, leur demander de me raconter la révolution, l’espoir qu’ils ou elles avaient, les craintes. J’ai même photographié mes premiers tags révolutionnaires, malheureusement j’ai perdu les clichés. Je n’ai rien fait scientifiquement de ces échanges, sans doute parce que je jugeais ne pas avoir une connaissance suffisante du contexte, difficulté et réserve de la dix-neuviémiste face à une écriture « à chaud ». Tous ces entretiens ont nourri ma réflexion sur les phénomènes révolutionnaires, mais je n’ai rien écrit spécifiquement dessus. Dommage, peut-être. Reste que parallèlement, avec deux collègues et amies, Maud Chirio et Eugénia Palieraki, alors que nous discutions des soirées entières de ce qui se passait dans le monde arabe, l’idée nous est venue de réfléchir à ces questions de circulations révolutionnaires dans le temps comme dans l’espace. Immédiatement, nous avons opté pour une double démarche : une démarche académique, scientifique, universitaire d’un côté, en mettant sur pied un colloque international sur ces questions, qui s’est ensuite tenu à l’UPEM en 2013, et de l’autre un ouvrage de vulgarisation, qui présentait l’histoire des révolutions successives en insistant sur les liens entre elles, les circulations et citations à nouveau. Le livre que j’ai coordonné (et dont j’ai rédigé tous les chapitres sur les 17e, 18e et 19e siècles) rassemblait, en plus de nous trois, Félix Chartreux (chargé des chapitres sur le monde russe) et Vincent Lemire (pour le monde arabe, le Moyen-Orient, la Turquie). Il est paru aux éditions Belin la même année que le colloque10. C’est ma première expérience de vulgarisation scientifique.

32Au même moment, je décidais de m’engager sérieusement en politique et rejoignais le Parti de gauche. C’est pour des raisons d’abord militantes que je me suis retrouvée à ouvrir un compte Twitter sur lequel au départ je n’intervenais qu’en militante, bientôt en responsable politique. Mais, et nous nous retournons vers la Tunisie, c’est aussi le moment où l’Assemblée constituante tunisienne se mettait enfin à la rédaction de sa Constitution (hiver 2013-2014). Or, rien n’avait été envisagé pour assurer la publicité des débats à la Constituante. Une ONG, Al Bawsala (la boussole), a pris le relais, rapportant quotidiennement sur son compte Twitter les débats, les votes, cependant que de nombreux journalistes tunisiens assuraient aussi ce travail de veille et de publication. J’ai passé des journées entières à suivre en direct ces débats. C’est là que j’ai saisi les potentialités de Twitter pour diffuser, mais aussi inventer des formes de mise en récit et d’analyse des événements. Par ces messages de 140 signes alors, le travail parlementaire, ses débats, ses conflits, ses blocages prenaient étonnamment corps. Et là, sans pouvoir vous en donner avec précision la date, le contenu précis, j’ai commencé à faire de l’histoire sur Twitter, dans une logique d’éphéméride au départ : une date, un événement, une naissance, une mort, et je racontais, analysais… Or, oui, je choisissais quasi systématiquement ce qui était lié à l’histoire des révolutions, parce que je connaissais, parce que je faisais avec Maud Chirio sur ces questions un cours de L3 et un séminaire de M1 à l’UPEM, parce que cela correspondait aussi au programme du Parti de gauche, qui parlait de révolution citoyenne (j’ai eu d’ailleurs quelques désaccords avec eux sur le terme, mais passons). J’assurais aussi régulièrement des formations historiques dans le cadre de l’école du parti. Petit à petit, je me suis rodée, perfectionnée, diversifiée un peu, intégrant l’histoire des grèves et des mouvements sociaux dans mes objets de fils historiques. Cela marchait doucement, mais joyeusement : 5 000 abonnés, ce n’était pas rien. Et puis…

33Et puis Valls, en 2016, en plein été du burkini, décide au détour d’un discours d’instrumentaliser la figure de Marianne au service de sa condamnation des femmes voilées. J’ai réagi sur Twitter en livrant une histoire de la figure de l’allégorie de la République. S’est ensuivi un « buzz » et je me suis retrouvée rangée dans la catégorie « historienne clasheuse ». C’est ce qui m’a ouvert les portes d’Arrêt sur images et de Mediapart, d’autant que nous avions, Laurence De Cock et moi, réagi, à nouveau sur Twitter à l’utilisation par Sarkozy du lavissien « nos ancêtres les Gaulois ». J’ai saisi l’opportunité pour faire œuvre de vulgarisation, dans l’optique d’éducation populaire et d’histoire émancipatrice que nous défendons.

34J’y ai mis cœur, passion, engagement, et cela ne se dément pas pour l’instant, même si j’ai malheureusement bien conscience que le temps que j’y consacre est préjudiciable à ma carrière universitaire…

Haut de page

Notes

1 Laurence De Cock, Mathilde Larrère, Guillaume Mazeau, L’Histoire comme émancipation, Marseille, Agone, 2019, 144 p.

2 URL : <https://aggiornamento.hypotheses.org>.

3 Paolo Freire, Pédagogie des opprimés, suivi de Conscientisation et révolution, Paris, Maspero (PCM), 1974, rééd. Libertalia, 2018, 176 p.

4 Michelle Zancarini-Fournel, Les Luttes et les rêves, une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Zones-La Découverte, 2016, 995 p.

5 Vincent Lemire et Yann Potin, « Ici on noie les Algériens. Fabriques documentaires, avatars politiques et mémoires partagées d’une icône militante (1961-2001) », Genèses, n° 49, 2002, p. 140-162.

6 Céline Braconnier, « Braconnage sur terres d’État. Les inscriptions séditieuses dans le Paris de l’après Commune (1872-1885) », Genèses, n° 35, 1999, p. 107-130).

7 Susanna Barrows, « Les murs qui parlent : le graffiti politique en 1877 », Le Mouvement social, vol. 256, n° 3, 2016, p. 45-64.

8 URL : <https://www.arretsurimages.net/chroniques/arrets-sur-histoire/de-lantiquite-a-tolbiac-une-histoire-du-graffiti>.

9 Les photos de Stéphane Burlot, notamment celles consacrées au mouvement des Gilets jaunes, sont visibles sur les sites : <https://hanslucas.com/sburlot/photo> et <https://www.instagram.com/stephane_burlot/?hl=fr>.

10 Félix Chartreux, Maud Chirio, Mathilde Larrère, Vincent Lemire et Eugénia Palieraki, Révolutions. Quand les peuples font l’histoire, Paris, Belin, 2013, 240 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo Mathilde Larrère.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Légende Photo Mathilde Larrère.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Photo Mathilde Larrère.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Photo Stéphane Burlot, membre du studio Hans Lucas/Instagram/Facebook.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Photo Mathilde Larrère.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Photo Mathilde Larrère.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Larrère et Jean-Charles Buttier, « Être une historienne engagée aujourd’hui », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 35-51.

Référence électronique

Mathilde Larrère et Jean-Charles Buttier, « Être une historienne engagée aujourd’hui », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13501

Haut de page

Auteurs

Mathilde Larrère

Université de Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM).

Jean-Charles Buttier

Université de Genève (UNIGE).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page