Navigation – Plan du site
DOSSIER

Face à la révolution tunisienne. Propos d’une spectatrice engagée

Kmar Bendana
p. 53-64

Résumés

L’article témoigne du parcours d’une historienne tunisienne confrontée à une révolution politique qui modifie ses pratiques professionnelles après 2011. Face aux usages concurrentiels de la mémoire et à l’aide des stimulations du métier, elle s’engage dans d’autres façons d’enseigner et d’écrire, plus en prise avec les faits et rattachées aux débats environnants. Sans avoir connu une censure auparavant, elle évolue plus librement dans le choix des objets d’étude, en les replaçant dans les temporalités de l’histoire tunisienne. Même si l’espace universitaire reste confiné, l’auteure exploite les occasions d’ouvrir le raisonnement historique aux besoins et questions de mémoire qui s’expriment dans la société.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Abdelaziz Thaâlbi, renaissance d’une figure oubliée du nationalisme tunisien », Orient XXI, octob (...)

1Ce texte est le témoignage d’une historienne en exercice écrivant sur les événements qu’elle vit depuis 2011. J’ai relaté à plusieurs reprises comment la conjoncture politique a ébranlé, dérangé, ému ma condition professionnelle. L’inattendu du 14 janvier 2011 a déclenché des réactions dans les milieux universitaires tunisiens et étrangers. Les invitations par des universités, des associations ou des groupes de recherche se sont multipliées. De France, d’Italie, de Belgique, d’Algérie, du Maroc, des collègues m’ont sollicitée pour m’exprimer « à chaud » sur l’histoire en train de se faire en Tunisie. Au fil des années, j’ai articulé le commentaire des événements immédiats avec des faits plus ou moins connus du passé, revenant sur la manière de les traiter, sur des interprétations admises ou des polémiques1. Le contexte politique s’ouvrant à des usages concurrentiels de l’histoire, une stimulation intermittente, mais soutenue de la part de collègues intéressés, a élargi le cercle de mes échanges comme la nature des observations et des réflexions formulées.

  • 2 Kmar Bendana, « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et r (...)
  • 3 « La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du “mouvement national”, agit comm (...)

2On peut parler d’un engagement professionnel sollicité par un besoin de les comprendre. Avant 2011, je ressentais bien l’exiguïté de la condition d’historienne sans trouver d’autre issue que d’interroger la genèse des cadres de référence et d’analyse de « l’histoire du mouvement national » qui occupait une place privilégiée au sein de la catégorie « histoire contemporaine de la Tunisie2 ». Mon discours s’adressait alors à un lectorat universitaire francophone qui me semble, à la relecture, assez abstrait, même si ce retour historiographique m’a permis de constater la « naissance du témoin, à côté de celle de l’historien3 ». Le vent de l’histoire souffle sur les textes, les frappant parfois de désuétude.

  • 4 Le Quotidien d’Oran a été très réceptif à mes textes.
  • 5 < https://hctc.hypotheses.org>.
  • 6 « Le “martyr” : une “variation” tunisienne », dans Claudia Moatti et Michèle Riot-Sarcey (dir.), Po (...)
  • 7 Il s’agit de situer le féminisme tunisien dans le temps long et de comprendre les moments qui struc (...)

3Quatre coins ont dessiné mon ring : « saisir » le moment historique, dialoguer avec l’historiographie, participer au débat citoyen, écrire court – dans les journaux4, puis sur un blog5 – en allant parfois vers des thèmes que je n’avais pas l’habitude d’aborder. À côté de l’apparition de la figure du martyr6 et du retour sur l’histoire du féminisme tunisien7, la constitution a longuement capté mes questionnements sur l’archive, le temps et la trace.

4Cet article résume les directions de ce travail.

Essayisme et académisme à l’épreuve de l’actualité

  • 8 Une des dernières publications signées par le sociologue Mohamed Kerrou, L’autre révolution, Tunis, (...)
  • 9 Au moment de boucler cet article, l’éditeur de l’ouvrage de Hatem Nafti, De la révolution à la rest (...)
  • 10 On entend souvent les historiens critiquer les politiciens sur leur inculture historique. La leçon (...)
  • 11 Citons deux expériences d’université populaire : l’Université populaire Mohamed Ali El Hammi (du no (...)

5L’après 2011 n’a pas seulement précipité le cours des événements politiques. Il a fouetté la production intellectuelle en/de/sur la Tunisie. Neuf ans après, l’explosion bibliographique reste impossible à couvrir exhaustivement, voire à évaluer. Les ouvrages et articles, en arabe, en français, en anglais, en italien continuent à paraître en profusion. Tous les genres se présentent au portail de la consignation des faits et de leur commentaire, depuis la science politique jusqu’à la littérature, en passant par le journalisme, la sociologie, l’histoire, la philosophie. Les formats sont divers, jouant parfois avec les limites entre romans, poésies, essais, rapports, enquêtes jusqu’aux caricatures et bandes dessinées. Cette substance polyphonique renforce, à première vue, un trait dominant de la production intellectuelle tunisienne, l’essayisme8. Dans leur diversité, les textes offrent la commodité d’ordonner des informations hétéroclites, parfois vérifiées, reliées à des références théoriques, pas toujours expliquées ni éclairantes. Ils constituent de fait un matériau pour les historiens du futur, qui pourront constater le gonflement quantitatif d’une activité éditoriale stimulée et affrontant avec conscience les limites de son audience immédiate9. Une chronique multilingue (où dominent l’arabe et le français, avec une nette primauté de la langue arabe) se fabrique dans une conjoncture intellectuelle qui ouvre, certes, les espaces d’expression et donne envie de participer au débat public, sans fournir le temps nécessaire à l’infiltration des idées dans les préoccupations politiques10. L’actualité culturelle et intellectuelle tunisienne induit un foisonnement de rencontres et multiplie les colloques universitaires et para-universitaires dont la concentration (dans les hôtels de la capitale ou des lieux peu fréquentés par les étudiants comme la Bibliothèque nationale à Tunis ou l’Académie Bayt al Hikma à Carthage) suscite souvent des critiques sur la portée limitée de l’effort académique et la nécessité de connecter la science à la société11.

  • 12 Une série d’articles de chercheurs a été publiée dans le bulletin trimestriel de l’Institut de rech (...)
  • 13 Kmar Bendana, Chronique d’une transition, Tunis, Script Éditions, 2012, p. 15-21.
  • 14 Kmar Bendana, Parler en historienne après 2011, Tunis, Publications universitaires de La Manouba, 2 (...)

6Mon rythme et mes choix de lecture – nécessairement partiels – ont trouvé à s’exercer dans l’actualité universitaire locale, « sortie de ses gonds » après une longue mainmise gouvernementale sur la circulation de l’information. À l’instar de nombreux collègues, j’ai commencé en 2011 à collecter les textes écrits par des chercheurs ayant saisi l’opportunité de pouvoir s’exprimer dans les colonnes de la presse écrite ouverte aux tribunes. J’ai fait partie des chercheurs qui ont tenté de frotter leur lecture des faits à des questions de sciences sociales12. Des géographes, des sociologues, des juristes, des linguistes, des psychologues se sont exprimés dans des articles publiés dans la presse tunisienne, augmentée de médias électroniques et des opportunités de l’édition en ligne. Le feu d’artifice a duré quelques mois, au gré des rencontres scientifiques et des possibilités de publication, m’encourageant à un effort de chronologie pour l’année 201113, puis pour la séquence 2011-201414. Avec le temps, la consignation chronologique des faits est devenue plus ardue. Était-ce dû à la situation induite par les élections du dernier trimestre 2014 ? Les questionnements sur les temporalités de l’histoire tunisienne, au-delà de celle qui se déroulait, se sont multipliés.

Discordances chronologiques

7Je rendrai compte ici des hypothèses et conceptions sur les différentes échelles du temps historique mobilisées pour mettre en récit un processus révolutionnaire en marche.

  • 15 Olfa Belhassine, « Comment la Tunisie va garder la mémoire numérique de sa révolution », <https://w (...)
  • 16 Jean Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien (17 décembre-14 janvier (...)
  • 17 1/ Sidi Bouzid : Le surgissement de la révolte (17 décembre-26 décembre 2010) ; 2/ Les réseaux de T (...)
  • 18 Intitulée Before the 14th. Instant tunisien, Archives de la Révolution, l’exposition a eu lieu au m (...)
  • 19 Sophie Gebeil, « Archiver les traces numériques en Méditerranée, un défi aux enjeux multiples », si (...)
  • 20 Delphine Cavallo, Autour de l’exposition Before the 14th. Instant tunisien. Textes, images et vidéo (...)
  • 21 Yadh Ben Achour, La Tunisie. Une révolution en pays d’islam, Tunis, Cérès Éditions, 2016, et Genève (...)

8Une réflexion collective à partir des traces numériques a précisé quelques idées sur le temps court. J’ai fait partie du comité scientifique et éditorial d’un projet d’archivage de documents numériques de la révolution tunisienne15. Le projet a démarré en 2015 à l’initiative de Jean-Marc Salmon, sociologue de la communication et des médias, qui a enquêté sur les 29 jours du soulèvement tunisien16. Entre l’immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010, et l’envol du président Ben Ali pour l’Arabie Saoudite, le 14 janvier 2011, l’auteur découpe quatre moments17 dans le mouvement révolutionnaire. Cette chronologie est reprise dans la scénographie de l’exposition montée à partir du matériel récolté (vidéos, messages Facebook et Twitter, graffitis et photos)18. Le hirak (mouvement) algérien, né le 22 février 2019, a fourni une comparaison vivante avec le crescendo insurrectionnel tunisien, convergeant des régions du centre-ouest vers la capitale19. J’ai eu l’occasion de mettre en relation ces deux exemples (proches par l’action des réseaux sociaux ou le retour des hymnes et des drapeaux nationaux, éloignés par la nature des régimes politiques et la géographie des mobilisations) avec le public que j’ai guidé dans les visites de l’exposition. En donnant ce « cours d’histoire sur la révolution tunisienne », encore introuvable dans les manuels20, je trouvais dans l’actualité soudanaise et algérienne des possibles comparatifs au-delà des cas égyptien, syrien ou libyen, présentés comme des échecs. À court terme, sous nos yeux de témoins, l’objet « révolution » prend des formes et des scénarios imprévus qui interrogent les modèles « historiques »21.

  • 22 Kasbah I (20 janvier-14 février 2011) et Kasbah II (20-27 février 2011), cf. Choukri Hmed, « “Le pe (...)
  • 23 Chronique d’une transition, op. cit.

9L’accélération générale augmente la difficulté de mettre en ordre les faits. La séquence qui suit les 29 jours insurrectionnels du scénario tunisien voit la levée de la censure officielle et le déferlement des médias internationaux. Elle couvre une cinquantaine de jours (du 14 janvier au 27 février 2011), au cours desquels augmente le nombre de morts et de blessés, se succèdent deux sit-in de contestation décisifs22 et disparaissent deux gouvernements. Ces semaines de protestations et de négociations débouchent sur la formation du premier gouvernement provisoire et sur la chute du Parti-État de Zine el Abidine Ben Ali (le Rassemblement constitutionnel démocratique, RCD), ouvrant la troisième séquence. Intensément politique et institutionnelle, l’année 2011 s’achève sur les résultats des élections du 23 octobre 2011 et la création d’une Assemblée nationale constituante23.

  • 24 Chokri Belaïd le 6 février 2013, Mohamed Brahmi le 25 juillet 2013.
  • 25 Le Quartet de la négociation se compose de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), l’Un (...)
  • 26 L’un des compromis consiste à reprendre l’article 1 de la Constitution de 1959 : « La Tunisie est u (...)
  • 27 La Troïka regroupe les partis Ennahdha, Ettakatol et Congrès pour la république.

10L’écriture de la Constitution, qui couvre les années 2012 et 2013, confère une autre épaisseur aux événements derrière lesquels réapparaissent le poids des structures sociales, les déchirures idéologiques et les pesanteurs géographiques. La recrudescence de la violence et les deux assassinats politiques de l’année 201324 réinstallent une atmosphère de crise, qui sera maîtrisée grâce à un dispositif d’arbitrage issu de l’organisation associative développée depuis des décennies et adossé à un syndicalisme ancien25. Un dialogue national réunit les médiateurs d’un conflit politique réveillé par les débats constitutionnels et leurs orientations contradictoires. L’affirmation du caractère civil de l’État est combattue par les islamistes. Les négociations mènent à clore le nouveau cycle procédural, avec la promulgation de la Constitution le 27 janvier 201426. Les trois partis alliés27 cèdent la place à un gouvernement de transition, relançant ainsi le jeu politique.

  • 28 Les attaques meurtrières se multiplient au cours de l’année 2015 : contre des touristes au musée du (...)
  • 29 Michel Camau, L’exception tunisienne. Variations sur un mythe, Tunis/Paris, IRMC/Karthala, 2018.
  • 30 Leyla Dakhli, « L’ordre des choses et le sens de l’histoire », Revue des mondes musulmans et de la (...)

11La lecture chronologique de la phase suivante est de nouveau conditionnée par le temps court de l’échéance électorale. Le vote pour la deuxième assemblée (octobre 2014) et les deux tours de la présidentielle (novembre et décembre 2014) réactivent le cliché de l’« exception tunisienne », repris à l’intérieur comme à l’extérieur du pays comme une recette miraculeuse face au mystère apparent de la non-violence. En dépit de l’attribution honorifique, le 9 octobre 2015, du prix Nobel de la paix à la « société civile tunisienne28 », le mythe de l’exemplarité29 incite à placer la Tunisie dans une histoire politique capable d’articuler rythmes et temporalités30.

Cibler des objets d’étude

  • 31 L’avocat Chawki Tabib (ancien bâtonnier) prend la tête de l’Instance nationale de lutte contre la c (...)
  • 32 Kaïs Saïed l’emporte face à Nabil Karoui avec 72,71 % des voix. L’un comme l’autre ont été portés p (...)

12La chute du régime politique tunisien et les épisodes suivants continuent à susciter des décryptages et estimations d’autant plus contradictoires que l’absence de leadership et d’idéologie, ainsi que le rôle des réseaux sociaux, brouillent le récit et empêchent de désigner des acteurs décisifs. La crise économique et sociale qui sous-tendait les mobilisations de décembre 2010-janvier 2011 s’est creusée à la faveur du désordre créé au sommet de l’État et à cause de la paralysie de rouages déjà défaillants. L’affairisme, le chômage, la corruption31, le développement de l’économie informelle remettent au premier plan les réalités de la vie matérielle et l’enjeu des choix économiques. Le deuxième tour de l’élection présidentielle du 13 octobre 201932 s’est joué autour des questions de la pauvreté et de l’exclusion, délaissées par les neuf gouvernements de la transition 2011-2019.

  • 33 Une loi instaurant la déclaration des biens est votée le 17 juillet 2018, mais on n’en voit pas l’a (...)

13La discipline historique ne peut pas répondre à ces besoins immédiats ni expliquer les fragilités d’un système économique dépendant et qui n’enregistre aucune réforme33. Tout juste peut-on revenir aux méthodes analysant les expressions politiques d’anciennes revendications et les solutions apportées dans des situations antérieures.

  • 34 Hédia Baraket et Olfa Belhassine, Ces nouveaux mots qui font la Tunisie, Tunis, Cérès Éditions, 201 (...)
  • 35 « Ach-chaâb yourid iskat an-nidham » (Le peuple veut la chute du régime/du système) vire dans la bo (...)

14Le projet de lexique sur « les mots de la révolution » entamé en 2011 a perdu en route son intérêt, non sans m’avoir servi à prendre de la distance avec les termes révolution et transition, banalisés à force d’usages contradictoires, parfois productifs pour les acteurs en présence34, mais dénués de potentiel heuristique. L’hypothèse d’une rupture comparable à celle des années 1950, où le processus de décolonisation s’inscrit dans une histoire régionale tout en dessinant une prise de pouvoir par une élite locale, se retrouve dans le retour de l’image atemporelle du « peuple ». Un des slogans clés des soulèvements de l’arc sud-méditerranéen – « le peuple veut » – est réactivé par le nouveau président Kaïs Saïed, élu le 13 octobre 2019, avec une tournure « positive »35.

  • 36 Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXème-XXIème siècles), Publication de l’ (...)

15Un vocabulaire mouvant, reprenant d’anciens usages, structure le discours des acteurs autant que celui des observateurs et analystes. Après m’être engagée dans les premières références convoquées (la Révolution française, celles du Printemps des peuples de 184836, la révolte fiscale tunisienne de 1864), je me rends compte de l’incomplétude de ce prêt-à-penser historiographique, puis de sa plasticité et du parti qu’on peut en tirer. Dialoguer avec ces exemples à la lumière des objets d’étude que je pouvais choisir m’a ouvert quelques pistes, notamment autour de la Constitution.

  • 37 Sihem Najar (dir.), Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques, Tunis (...)

16Qu’est-ce qui distingue le texte voté le 27 janvier 2014 des constitutions précédentes de la Tunisie contemporaine (1861 et 1959) ? Le constitutionnalisme tunisien est-il une constante ? En essayant de répondre à ces questions, j’ai pu établir un début de chronologie à propos du légalisme d’État qui construit l’histoire politique tunisienne. Derrière et dans les plis de ce légalisme, les abus tels que la présidence à vie attribuée au président Bourguiba (1974) ou les 15 amendements effectués sous Ben Ali font du texte de 1959 une cible pour les « révolutionnaires ». La Constitution est suspendue le 3 mars 2011. Par qui et comment celle de 2014 est-elle écrite ? Le texte passe par quatre versions officielles en 23 mois d’élaboration (de février 2012 à janvier 2014), pendant lesquels le pays est administré par décrets-lois. Les réseaux sociaux, entraînés par le cyber-activisme précédant 201137 et les plateaux médiatiques multipliés, participent à établir les 149 articles qui, en plus de les comparer avec ceux des constitutions précédentes, méritent qu’on se penche sur leur fabrication, mêlant accélération et longues phases de gel ou de discussion dans une ambiance polarisée par des débats identitaires et parsemée d’attentats terroristes.

Que faire en tant qu’historienne ?

  • 38 Hédi Yahmed, Sous la bannière de l’aigle. Salafistes jihadistes tunisiens, Tunis, Éditions Diwan, 2 (...)

17Les attaques contre les militaires, les policiers, les civils et les touristes se sont amplifiées après 2011, mais le phénomène avait commencé bien avant38. Comment en faire l’historique ? Où trouver les sources et les données ? Peut-on espérer une archive sur le sujet ?

  • 39 Lien : <https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:UMA+172001+session01/about>.
  • 40 La Cour constitutionnelle qui devait être élue en 2015 par l’Assemblée n’a pas été créée à ce jour.
  • 41 L’attaque de la synagogue de la Ghriba à Jerba (11 avril 2002) ou les « événements de Soliman » (3  (...)
  • 42 Raja Ben Slama, Hafsi Bedhioufi et Samiha Khelifa participent au Congrès des intellectuels tunisien (...)
  • 43 Les termes du titre Radicalisations et Terrorisme font l’objet de nombreux débats ; ils sont conser (...)
  • 44 « Déclenchée par un suicide, la révolution tunisienne reformule la question du martyr, la réinstall (...)
  • 45 « Du droit de savoir au devoir d’histoire », dans Yousra Seghir et Khaled Habchi (dir.), Mémoire et (...)

18Ces questions d’historienne prennent une tournure concrète lors de ma participation à un MOOC (Massive Open Online Course) portant le titre Radicalisations et Terrorisme, aujourd’hui hébergé sur la plate-forme francophone Fun39. La formule m’attire, car la situation politique est inquiétante40, alors que le contexte universitaire rappelle l’urgence de réformer les méthodes de recherche et les façons d’enseigner, voire de reconsidérer les règles professionnelles et la sociabilité institutionnelle. À propos de l’actualité, le déverrouillage de la parole permet certes à des journaux de relater les faits41, mais comment aller plus avant dans la compréhension d’une violence qui touche la société, et l’université en particulier, avec des ramifications régionales et internationales favorisées par la technologie du Web ? Les abandons d’études et les disparitions de jeunes inscrits dans les universités se multiplient. Les départs de djihadistes vers la Libye et la Syrie augmentent, octroyant à la Tunisie la triste renommée de plus grand pourvoyeur de combattants, parfois issus des rangs de nos étudiants. J’accepte de rejoindre une équipe de collègues de mon université42 qui propose, au cours de l’année 2015, particulièrement meurtrière, de mettre en place un enseignement en ligne sur la question de la violence terroriste et des formes qu’elle revêt43. La composition du cours et la formation d’une équipe internationale et pluridisciplinaire (chercheurs, militants associatifs, experts de terrain…) m’apportent cadre et réconfort intellectuels. En parallèle, participer à une réflexion collective sur la « référence au passé » animée par deux historiennes françaises (Claudia Moatti, spécialiste d’histoire de la Grèce ancienne, et Michèle Riot-Sarcey, travaillant sur l’histoire intellectuelle et politique de la France au 19e siècle) me donne l’occasion d’étudier la résurgence de la figure du martyr dans le contexte tunisien44. La notion de « martyr », liée à celle de « justice transitionnelle », introduit une dimension nouvelle dans la soif de reconnaissance et les besoins ressentis envers l’histoire, souvent confondue avec la mémoire45. Par ailleurs, la question des « revenants du front » accentue la place conflictuelle du martyr dans l’imaginaire politique tunisien en mouvement depuis 2011, davantage demandeur de justice sociale et mémorielle.

  • 46 Sophie Bessis, Histoire de la Tunisie. De Carthage à nos jours, Paris Taillandier, 2019.
  • 47 Après 2011, la discussion de la loi sur l’héritage est relancée. La Commission des libertés et de l (...)

19D’autres questions d’histoire viennent à la surface, Internet favorisant les échanges avec l’étranger et les demandes des collègues. Jusqu’à un certain point, le Web vivifie les échanges scientifiques, donnant l’opportunité de sortir des champs labourés. Alors que le féminisme tunisien est dénoncé comme une « carte postale de Ben Ali », j’en relis l’histoire. Les limites de la réputation de modernité de la société tunisienne incitent à reconsidérer cette spécificité46, un mot des années 1960. Examinée dans ses scansions, l’émancipation féminine, composante de l’évolution politique et sociale de la Tunisie contemporaine, marque aujourd’hui un temps d’essoufflement, prise dans les tiraillements politiciens du court terme47.

  • 48 Annabelle Boissier, « Les artistes contemporains et la bureaucratie tunisienne », dans M’hamed Oual (...)
  • 49 Alain Messaoudi, HDR soutenue le 22 novembre 2019 à l’université Panthéon-Sorbonne sous le titre : (...)

20Ainsi, le décryptage du temps et les usages publics de l’histoire relancés par les événements interpellent mon travail depuis 2011. Plus exactement, ils me servent de grille pour revenir sur les façons d’interpréter l’histoire tunisienne, trop peu connectée aux aspects culturels et sociaux. L’histoire de l’art, discipline pauvre de l’université tunisienne, manque à l’appel dans une actualité artistique en effervescence où les artistes sont violentés et remis en cause48. Depuis 2011, des travaux – dont le récent ouvrage d’Alain Messaoudi49 – creusent le sillon d’une histoire culturelle et sociale de l’art en Tunisie.

  • 50 Sari Hanafi, « Les systèmes universitaires au Moyen-Orient arabe », Revue des mondes musulmans et d (...)

21Pour terminer ces propos, je reviendrai à ceux du sociologue Sari Hanafi en 2011. À partir d’une enquête sur les travaux de sciences sociales essentiellement anglophones portant sur l’Égypte, la Syrie, la Palestine, la Jordanie et le Liban, Sari Hanafi conclut à une rupture entre les chercheurs qui publient dans des revues étrangères en étant ignorés dans le milieu académique local et ceux qui publient localement, mais sont privés d’une audience internationale50. Son enquête corrobore l’hypothèse de la différenciation entre l’arabe et l’anglais comme facteur essentiel de division au sein du milieu universitaire. Moins dichotomique (moins mondialisé ?), le terrain tunisien où je me situe me semble en comparaison moins fracturé. Une des différences réside dans le fait que la recherche en humanités en Tunisie est plutôt le produit de l’université publique. Le monde scientifique est linguistiquement moins clivé, entre l’arabe et le français, même si des cloisons persistent. Écrivant moi-même en français et ayant pu vivre les expériences d’écriture et d’enseignement décrites plus haut, je dirai que la révolution tunisienne n’a certes pas « révolutionné » le monde de l’enseignement et de la recherche universitaires, mais elle a ouvert des canaux d’expression et des possibilités d’échange et de travail entre collègues et en dehors des murs de l’université.

Conclusion

  • 51 « Liens présent/passé depuis 2011 : réflexions à partir d’un corpus tunisien », Sciences sociales e (...)
  • 52 Par exemple : Rendre compte d’activités, d’écrits et d’œuvres d’art : mode d’emploi, ISHTC, octobre (...)

22La révolution tunisienne a fait bifurquer mes pratiques d’enseignante et de chercheuse. Avant 2011, l’université tunisienne, quoique surveillée, n’était pas totalement fermée à la liberté de parole, à l’échange et à l’exercice des fonctions critiques. Mes travaux ont été accomplis « à l’ombre » d’une histoire officielle qui n’a pas exercé une censure digne de ce nom envers les choix des chercheurs, les thèmes d’étude ou les façons de faire51. Après 2011, j’ai eu la latitude d’organiser des séminaires et des ateliers dont les contenus et les intervenants interagissaient avec des sujets d’actualité, les faits politiques, les débats et/ou les productions artistiques en cours52.

23La libération de la parole et l’ouverture d’opportunités après 2011 ne suffisent cependant pas à faire de l’espace universitaire un espace public à part entière ni à le remplir d’une circulation suffisante pour en changer les méthodes et les perspectives. La dynamique manque encore de canaux et de champs de médiation (revues, magazines, émissions de radio et de télévision, supports numériques, transpositions artistiques…), vecteurs d’une éducation historique élargie et socles de lectures contradictoires et critiques.

Haut de page

Notes

1 « Abdelaziz Thaâlbi, renaissance d’une figure oubliée du nationalisme tunisien », Orient XXI, octobre 2015, <https://orientxxi.info/magazine/abdelaziz-thaalbi-renaissance-d-une-figure-oubliee-du-nationalisme-tunisien,1060>.

2 Kmar Bendana, « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche », Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman. Mélanges offerts au professeur Abdejellil Temimi, Tunis, CERES, tome 2, p. 197-223 ; idem, « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université », dans Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir.), Penser le national au Maghreb et ailleurs, Tunis, Arabesques Éditions/Laboratoire Diraset, 2012, p. 265-280.

3 « La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du “mouvement national”, agit comme un facteur qui stimule l’activité scientifique : cette commodité de l’histoire contemporaine infuse les colloques, traverse les publications et influence les thèses d’une façon qui contribue, à son tour, à renflouer la promotion de la mémoire. Les discours convergent vers l’exhumation d’une mémoire, notamment du côté politique, après une longue période de silence des acteurs dont certains ont exercé des fonctions officielles alors que d’autres, quoique éloignés des feux de la rampe, ont des témoignages importants à transmettre », Introduction au recueil Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, 2012, p. 15.

4 Le Quotidien d’Oran a été très réceptif à mes textes.

5 < https://hctc.hypotheses.org>.

6 « Le “martyr” : une “variation” tunisienne », dans Claudia Moatti et Michèle Riot-Sarcey (dir.), Pourquoi se référer au passé ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 2018, p. 323-337.

7 Il s’agit de situer le féminisme tunisien dans le temps long et de comprendre les moments qui structurent cet indicateur de « modernité » : de thème réformateur dans la pensée politique tunisienne, « la femme » devient sous la plume de Tahar Haddad (1899-1935) l’acteur qui porte avec l’ouvrier le progrès social. Bourguiba transpose les idées de Tahar Haddad dans le Code du statut personnel de 1956, puis le féminisme contestataire des années 1980 systématise les revendications d’égalité civique et économique. Depuis 2011, le féminisme tunisien s’inscrit dans un processus de constitutionnalisation des droits civiques et démocratiques.

8 Une des dernières publications signées par le sociologue Mohamed Kerrou, L’autre révolution, Tunis, Cérès Éditions, 2018, en appelle à une nouvelle citoyenneté, qui serait une deuxième révolution après celle de l’espace public.

9 Au moment de boucler cet article, l’éditeur de l’ouvrage de Hatem Nafti, De la révolution à la restauration. Où va la Tunisie ?, Paris, Riveneuve Éditions, 2019, lance une opération de communication en France et en Tunisie pour maximiser ses chances de toucher le lectorat francophone des deux pays.

10 On entend souvent les historiens critiquer les politiciens sur leur inculture historique. La leçon inaugurale de Fethi Lissir à l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine, le 30 octobre 2019, intitulée « Quand l’historien se fait romancier », a été l’occasion de répéter cette accusation banalisée dans les discours des universitaires depuis 2011.

11 Citons deux expériences d’université populaire : l’Université populaire Mohamed Ali El Hammi (du nom d’un syndicaliste tunisien, mort en 1924, ayant suivi une université populaire en Allemagne) ouvre ses portes en février 2016 dans un quartier périphérique de Tunis, Sidi Hassine, à l’initiative d’un collectif d’universitaires et d’artistes et coordonnée par un enseignant de philosophie, Kamel Zaghbani ; la seconde université populaire, coordonnée par deux sociologues, Hamdi Ounaïna et Mouldi Gassoumi, commence ses travaux en novembre 2019.

12 Une série d’articles de chercheurs a été publiée dans le bulletin trimestriel de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, La Lettre de l’IRMC, n° 5, 6, 7 et 8, 2011-2012.

13 Kmar Bendana, Chronique d’une transition, Tunis, Script Éditions, 2012, p. 15-21.

14 Kmar Bendana, Parler en historienne après 2011, Tunis, Publications universitaires de La Manouba, 2017, p. 149-167.

15 Olfa Belhassine, « Comment la Tunisie va garder la mémoire numérique de sa révolution », <https://www.justiceinfo.net/fr/divers/36182-tunisie-archives-numeriques-revolution.html>.

16 Jean Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien (17 décembre-14 janvier 2011), Paris, Les Petits Matins, 2016, 349 p.

17 1/ Sidi Bouzid : Le surgissement de la révolte (17 décembre-26 décembre 2010) ; 2/ Les réseaux de Tunis et le soutien à la révolte de Sidi Bouzid (25 décembre 2010-6 janvier 2011) ; 3/ Thala, Kasserine Regueb : Des révoltes au soulèvement (3 janvier-11 janvier 2011) ; 4/ La nationalisation du soulèvement (9 janvier-14 janvier 2011).

18 Intitulée Before the 14th. Instant tunisien, Archives de la Révolution, l’exposition a eu lieu au musée du Bardo à Tunis, du 14 janvier au 20 mars 2019, et au musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille, du 27 mars à fin septembre 2019, <http://www.arabnews.com/node/1459256/middle-east>.

19 Sophie Gebeil, « Archiver les traces numériques en Méditerranée, un défi aux enjeux multiples », site Conversation et site Festival Jeu de l’oie (23 juin 2019), <http://theconversation.com/archiver-les-traces-numeriques-en-mediterranee-un-defi-aux-multiples-enjeux-119041>.

20 Delphine Cavallo, Autour de l’exposition Before the 14th. Instant tunisien. Textes, images et vidéos au service de la pédagogie, <https://chantiecrit.hypotheses.org/798?fbclid=IwAR2f_Op4-XyAMP_BOzRD9ObxNZ1DEPSc9eX4jhU2b7gqT0R5wQ2BBulGils>.

21 Yadh Ben Achour, La Tunisie. Une révolution en pays d’islam, Tunis, Cérès Éditions, 2016, et Genève, Labor et Fides, 2018.

22 Kasbah I (20 janvier-14 février 2011) et Kasbah II (20-27 février 2011), cf. Choukri Hmed, « “Le peuple veut la chute du régime”. Situations et issues révolutionnaires lors des occupations de la place de la Kasbah à Tunis », dans Choukri Hmed et Laurent Jeanpierre (dir.), Révolutions et crises politiques. Maghreb/Machrek, ARSS, mars 2016, n° 211-212.

23 Chronique d’une transition, op. cit.

24 Chokri Belaïd le 6 février 2013, Mohamed Brahmi le 25 juillet 2013.

25 Le Quartet de la négociation se compose de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), l’Ordre national des avocats de Tunisie (ONAT), la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH).

26 L’un des compromis consiste à reprendre l’article 1 de la Constitution de 1959 : « La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain, l’islam est sa religion, l’arabe sa langue et la république son régime », suivi d’un article 2 : « La Tunisie est un État civil, fondé sur la citoyenneté, la volonté du peuple et la primauté du droit ».

27 La Troïka regroupe les partis Ennahdha, Ettakatol et Congrès pour la république.

28 Les attaques meurtrières se multiplient au cours de l’année 2015 : contre des touristes au musée du Bardo le 19 mars et à l’hôtel de Sousse le 26 juin ; contre le berger Mabrouk Soltani au Mont Chaâmbi le 17 novembre, contre la garde présidentielle à Tunis le 24 novembre...

29 Michel Camau, L’exception tunisienne. Variations sur un mythe, Tunis/Paris, IRMC/Karthala, 2018.

30 Leyla Dakhli, « L’ordre des choses et le sens de l’histoire », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 138, décembre 2015, p. 117-130, <https://journals.openedition.org/remmm/9256>.

31 L’avocat Chawki Tabib (ancien bâtonnier) prend la tête de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) en janvier 2016. L’institution devient plus visible, quoique les retombées tardent à apparaître.

32 Kaïs Saïed l’emporte face à Nabil Karoui avec 72,71 % des voix. L’un comme l’autre ont été portés par une vague de refus de la classe politique, les frustrations d’un électorat qui n’a perçu aucune amélioration des conditions de vie ni de traitement et des attentes de justice sociale.

33 Une loi instaurant la déclaration des biens est votée le 17 juillet 2018, mais on n’en voit pas l’application.

34 Hédia Baraket et Olfa Belhassine, Ces nouveaux mots qui font la Tunisie, Tunis, Cérès Éditions, 2016, 362 p. Les termes – soulèvement, émeutes, insurrection, situation révolutionnaire, crise – continuent à tourner, avec un effet performatif renouvelé.

35 « Ach-chaâb yourid iskat an-nidham » (Le peuple veut la chute du régime/du système) vire dans la bouche de Kaïs Saïed vers une promesse d’agir selon les programmes qui peuvent émaner du peuple, un projet de « démocratie par le bas ».

36 Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXème-XXIème siècles), Publication de l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine, 2014, 176 p. en arabe et 119 p. en français.

37 Sihem Najar (dir.), Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques, Tunis/Paris, IRMC/Karthala, 2013.

38 Hédi Yahmed, Sous la bannière de l’aigle. Salafistes jihadistes tunisiens, Tunis, Éditions Diwan, 2015 (en arabe).

39 Lien : <https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:UMA+172001+session01/about>.

40 La Cour constitutionnelle qui devait être élue en 2015 par l’Assemblée n’a pas été créée à ce jour.

41 L’attaque de la synagogue de la Ghriba à Jerba (11 avril 2002) ou les « événements de Soliman » (3 janvier 2007) ont été l’objet d’un black out médiatique.

42 Raja Ben Slama, Hafsi Bedhioufi et Samiha Khelifa participent au Congrès des intellectuels tunisiens contre le terrorisme, qui se tient le 12 août 2015. Avec Raja Ben Slama, nous coordonnons la rédaction du rapport final du congrès : <https://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action>.

43 Les termes du titre Radicalisations et Terrorisme font l’objet de nombreux débats ; ils sont conservés pour leur « pouvoir d’évocation direct ».

44 « Déclenchée par un suicide, la révolution tunisienne reformule la question du martyr, la réinstalle dans l’histoire nationale tunisienne », Pourquoi se référer au passé ?, op. cit., p. 335.

45 « Du droit de savoir au devoir d’histoire », dans Yousra Seghir et Khaled Habchi (dir.), Mémoire et archives en période de transition démocratique : gouvernance et accès aux connaissances, Tunis, ISD, 2018, p. 39-54.

46 Sophie Bessis, Histoire de la Tunisie. De Carthage à nos jours, Paris Taillandier, 2019.

47 Après 2011, la discussion de la loi sur l’héritage est relancée. La Commission des libertés et de l’égalité (COLIBE, présidée par Bochra Bel Haj Hamida, première présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates, ATFD, organisation féministe née en 1989), créée en août 2017, met à l’ordre du jour l’ensemble des lois sur les statuts sociaux. Un point d’orgue du rapport, l’héritage, est l’objet d’un projet de loi pour l’égalité, les sœurs touchant encore la moitié de la part des frères. Le projet de loi est pour l’instant à l’Assemblée des représentants du peuple, au point mort.

48 Annabelle Boissier, « Les artistes contemporains et la bureaucratie tunisienne », dans M’hamed Oualdi, Delphine Pagès-El Karoui et Chantal Verdeil (dir.), Les ondes de choc des révolutions arabes, <https://books.openedition.org/ifpo/6997>.

49 Alain Messaoudi, HDR soutenue le 22 novembre 2019 à l’université Panthéon-Sorbonne sous le titre : Histoire sociale des savoirs et des représentations sur le Nord de l’Afrique (XIXe-XXe siècles). Mémoire inédit intitulé : Les Beaux-Arts en Tunisie (1840-1940). Éléments d’une histoire socioculturelle des mondes de l’art.

50 Sari Hanafi, « Les systèmes universitaires au Moyen-Orient arabe », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 131, 2012, p. 23-44.

51 « Liens présent/passé depuis 2011 : réflexions à partir d’un corpus tunisien », Sciences sociales en révolution (2), Nouveaux outils, nouvelles perspectives, Tunis, Nachaz/EHESS, 2016, <http://nachaz.org/usages-du-present-depuis-2011-reflexions-a-partir-dun-corpus-tunisien-kmar-bendana-ishtc-irmc/>, repris dans Parler en historienne…, op. cit., p. 137-147.

52 Par exemple : Rendre compte d’activités, d’écrits et d’œuvres d’art : mode d’emploi, ISHTC, octobre 2015-juin 2016 ; Images et films de la révolution tunisienne : sources futures pour l’historien ?, ISHTC, octobre 2016-mai 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kmar Bendana, « Face à la révolution tunisienne. Propos d’une spectatrice engagée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 53-64.

Référence électronique

Kmar Bendana, « Face à la révolution tunisienne. Propos d’une spectatrice engagée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13566

Haut de page

Auteur

Kmar Bendana

Université de La Manouba (Tunisie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page