Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Je vois rouge, film documentaire franco-bulgare de Bojina Panayotova, 2019, 83 min.

Une recherche burlesque sur le passé d’espionnage politique en Bulgarie communiste
Anna Bellamy-Lemarchant
p. 191-193

Texte intégral

1Bojina Panayotova avait huit ans lors de la chute du Mur. Pour elle, la Bulgarie communiste n’est qu’un souvenir lointain et flou, qu’elle se soupçonne d’idéaliser puisqu’elle est partie vivre dès les années 1990 en France. Elle revient en 2013 en Bulgarie, lors de manifestations sans précédent depuis la chute du régime communiste, et se retrouve au milieu d’une foule scandant le slogan « ordures rouges ». Bojina est mal à l’aise : très vite, elle se persuade que sa famille avait des liens avec le Parti communiste, voire avec la police secrète. Elle cherche donc à faire parler un passé qui lui échappe. Interrogeant ses parents, sa grand-mère, les archives ou encore l’homme qui lui apprend à conduire, elle échafaude des soupçons, mais se sent profondément coupée de la vérité.

2Or, l’enquête qu’elle mène sur sa propre famille est intégralement filmée, ce qui rend le documentaire à la fois fort intéressant et particulièrement troublant. En effet, celui-ci a le mérite d’être réalisé à peu de moyens : ce n’est pas la caméra à l’épaule, mais le smartphone (ou le dictaphone) à la main que la réalisatrice parcourt, seule, son pays natal. Un très bon montage permet de rendre les images captivantes et dignes des meilleurs films d’espionnage. Ainsi, Traycho Shopov, un ancien agent de la police secrète bulgare, refuse d’être filmé lorsque Bojina lui rend visite. Elle filme alors le sol en linoléum, qui offre judicieusement un reflet rouge et flou de la scène. Accrochée à sa caméra, la réalisatrice enregistre également les conversations par Skype avec ses parents, y compris à leur insu. Ceux-ci se fâchent, lui reprochent un manque d’humanité et une volonté de publiciser malgré eux leur vie et leur passé. On se sent ainsi particulièrement mal à l’aise face à ces images intimes, jusqu’à se retrouver dans une position de voyeurisme insoutenable, lorsque cette vraie famille que constitue la réalisatrice et ses parents se déchire peu à peu à l’écran. À moins que tout cela ne soit que mise en scène, autofiction ? Cela paraît pourtant peu probable.

3Bojina cherche en effet en ses parents des coupables, des espions de la police secrète. Seule représentante à l’écran de sa génération dans sa famille, elle cherche à remuer un passé que ceux qui l’ont connu veulent oublier. En décembre 2006, la Bulgarie adopte une loi permettant l’accès aux archives de l’ancienne Sûreté générale et du Renseignement militaire. Bojina souhaite à tout prix accéder aux dossiers de ses parents et de ses grands-parents. Elle les soupçonne d’avoir fait partie de la nomenklatura, du fait des « privilèges » qu’ils possédaient : une Mercedes ou encore la possibilité de voyager partout dans le monde. Pourtant, la réalité qui se dessine s’avère, en quelque sorte, décevante : son père Mikhaïl n’a pas de dossier et, s’il convient qu’il a été membre du parti communiste, il dit avoir toujours lutté pour la démocratie. Quant à sa mère, Milena, elle a été agente secrète à son insu sous le pseudonyme de Janna, alors qu’elle travaillait comme traductrice à l’université. Petits arrangements nécessaires ou complicité avec le régime ? Bojina cherche en quelque sorte dans ses parents les « ordures rouges » que dénoncent les Bulgares. Ne les trouvant pas, elle s’engage dans une recherche de « vérité » toujours plus impérieuse, rendant le documentaire profondément malaisant.

4La jeune réalisatrice est renvoyée au pied du mur avec ses méthodes, bien pires que les supposés espionnages de ses parents. En effet, elle utilise ses propres parents et leur histoire afin de réaliser son documentaire. Un parallèle est dressé par le père de Bojina : elle ressemble à l’enfant communiste se livrant à la délation de ses parents au régime. À la différence que cet enfant dénonçant ses propres parents est un mythe. Ainsi, pour pallier son incompréhension de la Bulgarie communiste, la réalisatrice se fait agente secrète et manipulatrice… bien plus que ses parents. Et pourtant, ce n’est pas le visage sombre des heures communistes qui apparaît, mais un conflit générationnel typique en cas de transition démocratique, fût-elle imparfaite : ce sont seulement ceux qui n’ont pas de souvenirs de la période de dictature qui veulent engager un travail de mémoire nationale, se heurtant pour cela à leurs aînés.

5Si le documentaire est principalement orienté vers la période communiste de la Bulgarie, Bojina cherche également à savoir ce que sont devenus les membres de l’ancien parti communiste après la chute du Mur, mais surtout les quelque 12 000 à 14 000 personnes embauchées par la Sûreté générale et brusquement licenciées en 1990. Or, la réponse, bien que tabou, est inévitable : ces agents de renseignement, professionnels de la machination, ont constitué ou agrandi considérablement un réseau mafieux qui prospère encore aujourd’hui. Ainsi, à travers les évocations de la mafia et des manifestations qui la dénoncent, apparaissent en filigrane les difficultés d’un pays plongé brusquement dans un libéralisme sans foi ni loi. Si la Bulgarie est en souffrance, est-ce à cause de son passé communiste ou du système qui l’a remplacé ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Bellamy-Lemarchant, « Je vois rouge, film documentaire franco-bulgare de Bojina Panayotova, 2019, 83 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 191-193.

Référence électronique

Anna Bellamy-Lemarchant, « Je vois rouge, film documentaire franco-bulgare de Bojina Panayotova, 2019, 83 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13767

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page