Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

I am not your negro, film de Raoul Peck, 2017, 94 min.

Un documentaire sur la rage de l’homme noir face au racisme blanc aux États-Unis
Thierry Pastorello
p. 203-216

Texte intégral

1Ce film documentaire est une chronique de la lutte des militants noirs américains pour l’obtention des droits civiques. Il a été réalisé à partir du manuscrit inachevé de l’auteur James Baldwin (1924-1987). Il a pour auteur le scénariste haïtien Raoul Peck. Ce dernier a également réalisé un documentaire sur le dirigeant indépendantiste congolais Patrice Lumumba (1925-1961), assassiné à l’âge de 36 ans. Ce documentaire fut primé à la 89e cérémonie des Oscars le 26 février 2017, à Los Angeles, comme meilleur film documentaire.

2James Baldwin est avant tout un écrivain noir américain criant sa colère contre le passé esclavagiste et ségrégationniste des États-Unis d’Amérique. Il questionne les fondements de la nation américaine à travers ceux qui en furent largement exclus : les Noirs, mais aussi les Indiens. Ce documentaire fut réalisé en juin 1979. James Baldwin s’engage dans une entreprise complexe : comme il le dit, ce qui importe n’est pas tant le sort des Noirs que le sort du pays. Préalablement, il pose le problème majeur des fondements racistes et ségrégationnistes de toute forme d’essentialisation.

La lutte pour les droits civiques : une guerre de sécession qui n’en finit pas

  • 1 James Baldwin, Chroniques d’un enfant du pays, Paris, Gallimard, 2019, p. 14.
  • 2 Pap Ndiaye, « Aux origines du Black Power », L’Histoire, n° 445, mars 2018, p. 32-43.
  • 3 Olivier Mahéo, « Histoire et mémoire du mouvement des droits civiques, terrain privilégié du fratri (...)
  • 4 Cité au cours du documentaire.
  • 5 Olivier Mahéo, op. cit., p. 3. Les Black studies désignent un champ académique interdisciplinaire c (...)
  • 6 Olivier Mahéo, op. cit., p. 4.
  • 7 Howard Saül Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, A.-M. Métaillé, 1995, 2 (...)
  • 8 Michael Sibalis, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front homosexuel d’action révolutio (...)
  • 9 Michael Sibalis, op. cit.

3Vis-à-vis de ce lourd passé, James Baldwin utilise l’expression « payer ses dettes ». Dans ce film, deux images illustrent le chemin à parcourir pour la déségrégation des États du sud des États-Unis. L’homme politique Leander Perez (1891-1969) emploie le terme de « corruption » à propos de l’admission des enfants afro-américains dans les écoles et une femme dit combien Dieu serait furieux contre cette intégration. Aussi marquante, l’image de la lycéenne noire américaine Dorothy Counts, en 1957 à Charlotte, en Caroline du Nord, âgée de15 ans : elle se fait injurier par une foule haineuse, car elle ose approcher du temple du savoir. La présentation spécifique des Noirs dans le cinéma américain est ainsi soulignée. Au-delà de ces images fortes, la ségrégation est visible avec toute son injustice et sa cruauté tout au long du film. Le début du documentaire montre les origines du mouvement pour les droits civiques : « Dans les faits, 1954-1955, malgré des moments effrayants, fut une bonne année1 ». Le film commence par évoquer l’esclavage, sa fin en 1865 et la mise en place de la ségrégation dans les États du Sud depuis 1880 : séparation, interdiction des mariages mixtes, perte du droit de vote2. Soulignons, comme le note l’universitaire français Olivier Mahéo, que « les Noirs Américains ne faisaient partie ni de la nation ni du récit national, et ils n’étaient pas auteurs de leur propre récit3 ». Le titre du documentaire résume cette problématique : I am not your negro. Il exprime cette perte de soi-même et l’impératif d’être enfin acteur de sa propre vie. Comme le souligne James Baldwin, à l’université de Cambridge en 1965, il y a dépossession de la personnalité du Noir, car il s’identifie aux héros blancs : « Vous avez le devoir d’être libre », citation de Martin Luther King4. L’injonction, présente dans le documentaire, constitue la problématique centrale de cette lutte : vous devez vous réapproprier votre propre histoire. Précisément, les mouvements des années 1950-1960 conduisent à la naissance des Black studies5. Le documentaire insiste tout à la fois sur la rage de l’homme noir et la terreur de l’homme blanc. Cette terreur engendre des fantasmes concernant les Afro-Américains, par exemple sur leur appétit sexuel, prétendument débordant. Il s’agit là de préjugés racistes, fruit d’une certaine culture populaire. Ces jugements accompagnent une essentialisation radicale et réductrice des personnes de souche afro-américaine. De plus, la ségrégation enferme les Blancs dans des rôles de monstres moraux. James Baldwin affirme qu’il est temps de fonder une nouvelle identité nationale. Le mouvement des années 1950-1960 aboutit à la déségrégation des écoles. Cela signifie une intégration dans l’histoire nationale6. James Baldwin fait aussi un parallèle avec les représentations des populations amérindiennes dans les westerns, au milieu du 20e siècle, par les studios d’Hollywood : ils sont également dépossédés d’eux-mêmes. Ces populations sont construites comme des « outsiders ». Est outsider celui qu’une société donnée a construit comme tel7. On pourrait faire aussi un parallèle avec la naissance du mouvement gay. En France, après mai 1968, mais dans une société où les médias et le monde médical mettent en avant les valeurs de conformité sociale8, beaucoup d’homosexuels vivent dans la clandestinité. Ils sont privés d’un regard indépendant sur eux-mêmes. L’action du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), puis d’autres formes de militantisme, permettra aux homosexuels d’avoir un regard propre sur eux-mêmes9. Ils revendiqueront la suppression des législations spécifiques, plus tard l’égalité des droits.

  • 10 Anne Urbanowski, « Quarante ans après le rapport Kerner : progrès et contrastes », L’Ordinaire des (...)
  • 11 Dipak Gupta, « Le paradoxe de la rébellion : les relations interraciales aux États Unis », Cultures (...)
  • 12 Il s’agit de la malédiction de Canaan, fils de Cham, La Bible, AT Genèse 9, 18-27.
  • 13 Sébastien Fath, « Protestantisme évangélique et ségrégation », Archives de sciences sociales des re (...)
  • 14 Le mot « lynchage » a pour origine le colonel Charles Lynch (1736-1796), exerçant une justice expéd (...)
  • 15 Jamelle Bouie, « Quand ils lynchaient les Noirs, les Blancs aussi se croyaient soldats de Dieu », S (...)
  • 16 Elsa Dorlin, Se défendre : une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017, p. 107.
  • 17 Idem, p. 110.

4Le documentaire pose également la question du coût de la prospérité américaine. James Baldwin affirme une vérité : l’économie des États du sud des États-Unis ne serait pas ce qu’elle est sans le travail des Noirs. La pauvreté de la population noire est une réalité dans les années 1960. Suite aux émeutes raciales de Detroit en 1967, le rapport de la commission Kerner dresse ce bilan : « En 1967, 35 % des Afro-Américains sont considérés comme vivant en dessous du seuil de pauvreté, contre 11,9 % des Blancs10 ». Ce constat montre le prix payé par la population afro-américaine à l’économie du pays. Parallèlement, le documentaire aborde le cas des violences policières. Les émeutes de Detroit en juillet 1967 ont comme origine un raid de police contre un bar fréquenté par des Afro-Américains. Dans les années 1960, les États-Unis sont confrontés à des émeutes raciales, fruit de la ségrégation économique et d’inégalités criantes11. La ségrégation prend aussi son origine dans une pratique spécifique du christianisme. Il est posé la judicieuse question d’un certain christianisme conservateur, allant jusqu’à chercher dans la Bible une justification12. Le christianisme des Blancs du sud des États-Unis soutient massivement la ségrégation13. L’Église ne pratique pas le commandement « Aimez-vous les uns les autres », comme le déclare James Baldwin. Ce racisme de la part des Blancs est à l’origine de nombreux meurtres et lynchages14. Comme le souligne le journaliste américain Jamelle Bouie, « Quand ils lynchaient les Noirs, les Blancs se croyaient aussi soldats de Dieu15 ». Le lynchage participe de l’affirmation de l’unité blanche, dont il exprime la logique parajudiciaire16. S’ensuit une idéologie raciste que les tenants de la suprématie blanche s’empressent de creuser, au moment où apparaît une nouvelle génération de Noirs nés libres17. Dans ce contexte global, James Baldwin pose la question : « La société américaine est-elle une démocratie ? ». Comme il le résume, la société noire a vécu un passé de lynchage, de ghetto. Un pays qui exclut une partie de sa population peut-il être une vraie démocratie ? Nous devons porter notre histoire, et ne pas la porter peut conduire à cautionner des actes criminels. La faute doit être reconnue, pour la paix et la rencontre des mémoires, dans le cadre de la nation américaine. Ce souhait fait penser à la réconciliation conduite par le président Nelson Mandela (1918-2013) après l’abolition de l’apartheid en Afrique du Sud.

Les personnages : Medgar Evers (1925-1963), Martin Luther King (1929-1968), Malcom X (1925-1965)

5Le documentaire aborde aussi plus spécifiquement plusieurs figures emblématiques du mouvement des droits civiques et leurs sensibilités respectives.

  • 18 Fabien Curie, La NAACP et le Parti communiste face à la question des droits civiques, 1929-1941, th (...)
  • 19 Caroline Rolland-Diamond, Black-America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIX(...)
  • 20 Idem, p. 339-340.

6Le premier personnage, Medgar Evers, né le 2 juillet 1925, est assassiné le 12 juin 1963 par un suprématiste blanc, Byron de la Beckwith. Medgar Evers, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, milite au sein de la National Association for the Advancement of Colored People (Association nationale pour la promotion des gens de couleur), généralement désignée par son sigle NAACP. James Baldwin le rencontre à New York. Le documentaire fait mention de son assassinat devant sa résidence. Les images de Medgar Evers dans son cercueil et de sa famille sont poignantes. Elles sont emblématiques d’un mal radical toujours présent et jamais complètement vaincu. Medgar Evers décède après avoir été hospitalisé tardivement, suite à un premier refus d’admission en raison de sa couleur. Il est ainsi une nouvelle et dernière fois victime de la ségrégation, jusque dans son agonie. La NAACP, à laquelle il appartenait, était une organisation bien enracinée dans la tradition américaine. Les fondateurs de ce mouvement se réclamaient du combat pour l’émancipation des Noirs, mené depuis les années 1830 par les abolitionnistes. À l’issue de ses deux premières décennies d’existence, la NAACP était même devenue le principal groupe de défense des intérêts afro-américains18. En 1955, Medgar Evers avait été responsable de la NAACP dans l’État du Mississippi. Il avait mené une enquête sur le meurtre d’Emmett Till19, jeune Afro-Américain assassiné dans cet État le 28 août 1955, à l’âge de 14 ans. Ce jeune garçon fut accusé à tort d’avoir eu un geste déplacé envers l’épicière Carolyn Bryant. Cette dernière avoua bien plus tard (en 2007) avoir menti. Cet assassinat eut lieu devant son domicile, à Jackson, alors qu’en 1962 les militants afro-américains tentaient par un boycott des commerces blancs de renverser l’ordre ségrégationniste20. Le documentaire n’hésite pas à mentionner l’idée, de la part des suprématistes blancs, d’une solution finale du problème noir, avec en parallèle l’image de l’extrême droite américaine arborant la croix gammée. Ce symbole établit dans nos esprits un parallèle avec les criminels nazis.

  • 21 Organisation politico-religieuse afro-américaine fondée à Detroit en 1930. Malcolm X la développa.
  • 22 Elsa Dorlin, op. cit., p. 128.
  • 23 Malcolm X, Alex Haley, L’autobiographie de Malcolm X, Paris, Grasset, 1993, p. 210-212.

7La deuxième figure dont on entrevoit l’action et le destin tragique est Malcolm X (1925-1965), assassiné le 21 février 1965 par un membre des Black Muslims. Malcolm X intègre les idées de la Nation of Islam21 et prend le nom de « X », car, explique-t-il, les esclaves adoptaient le patronyme de leurs anciens maîtres blancs. Donc rejeter son patronyme de Little est une manière de refuser le passé esclavagiste. Il rejette la philosophie de la non-violence de Martin Luther King (1929-1968), mais en fait leurs positions finiront peu à peu par se rapprocher. Malcolm X dénonce la théorie de la non-violence, car elle consiste selon lui à dire aux Noirs de ne pas se défendre contre les Blancs22. Dans son autobiographie, Malcolm X accuse le christianisme (celui qu’il voit chez les Blancs américains) d’avoir couvert la ségrégation et les inégalités. Par opposition, l’islam comporte une notion d’égalité et de justice23. Ces positions de Malcolm X sont aussi le fruit de sa propre histoire : il rejette le catholicisme, qui incarne pour lui la religion de l’oppresseur. Elles sont une réponse à cette violence inégalitaire, cet « apartheid » qui apparaît de manière conséquente tout au long du documentaire. Malcolm X met des mots sur la souffrance. De même, la fondation en 1966 du Black Panther Party for Self-Defense constitue une forme de réponse à cette violence séculaire. Les images de la mort de Malcolm X sont aussi une manière de montrer le sacrifice qu’il fit de sa vie, comme Medgar Evers, pour défendre une justice, celle de l’égalité de tous les hommes.

8Par opposition, Martin Luther King est le théoricien de la non-violence. Il se prononce contre l’intervention américaine au Vietnam. Le documentaire montre son assassinat.

9Le cœur de ce documentaire est une histoire de la ségrégation et du mouvement des droits civiques, à travers l’histoire de ces trois hommes et de leurs assassinats. Tous trois furent les amis de James Baldwin.

  • 24 La prise en compte de la question homosexuelle entraîna de vifs remous au PCF, entre 1972 et la fin (...)
  • 25 Guy Poussy, « Oui, nous sommes contre l’immoralité », l’Humanité, 16 janvier 1976.
  • 26 Michael Sibalis, op. cit.
  • 27 Martine Caraglio, « Déviance sous le maccarthysme : de l’un-American au male impersonator », Revue (...)

10Le passage où James Baldwin est opposé au professeur de philosophie Paul Weiss au cours d’un épisode du Dick Cavett Show, en 1968, est particulièrement marquant. Paul Weiss renvoie le problème noir dans le cadre de la vie privée. Ce postulat, hypocrite par ses non-dits, est une négation de l’injustice fondamentale de la ségrégation. Il vise in fine au maintien de la ségrégation. Nous pourrions faire un parallèle avec les débuts de la politisation de l’homosexualité en France après 1968. Certains niaient l’utilité de prendre en compte, au plan politique, le problème des « gays ». Ils affirmaient que tout cela relevait du domaine de la vie privée24, ou pire, du domaine médical25. En fait, dans ce cas, il s’agissait de maintenir à la fois la répression et les inégalités26. Raoul Peck fait aussi référence à une enquête du FBI en mars 1966 contre James Baldwin, où il est fait mention de sa possible homosexualité. On pose le problème des risques qu’il ferait courir à la sécurité nationale et il est présenté comme un individu à surveiller. Ce fait n’est pas sans rappeler les heures sombres du maccarthysme, où le gouvernement s’attaqua aux homosexuels et mit en place d’importantes mesures discriminatoires27.

Conclusion

  • 28 Frédéric Autran, « Obama et la question raciale, le désespoir noir », Libération, 19 janvier 2017, (...)
  • 29 Caroline Rolland-Diamond, op. cit., p. 563.

11Ce documentaire est une chronique de la question politique afro-américaine à travers les figures majeures de Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King, aux destins brisés. D’autres figures attachantes jalonnent ce documentaire, comme Lorraine Hansberry (1930-1965), dramaturge engagée dans cette lutte aux côtés de Bob Kennedy (1925-1968). Tous ces destins interrompus témoignent d’un mal profond, qui ronge encore les États-Unis à l’ère du président Donald Trump. Cette violence est souvent masquée par une vision idyllique et trompeuse de la nation américaine, véhiculée par les médias. L’Amérique n’est pas le pays des hommes libres, comme l’affirme James Baldwin, prenant le contrepied de l’hymne national américain. L’élection de Barack Obama, le 4 novembre 2008, souleva un véritable espoir par le symbole que représentait cette victoire. Cependant, peut s’en faut, la situation des Noirs ne s’est pas sensiblement améliorée28. En 2008, concernant la question noire, Barack Obama soulignait les progrès réalisés, mais aussi l’ampleur du chemin restant à parcourir29. « Je ne suis pas un nègre, je suis un homme », résume James Baldwin. Voilà un merveilleux cri de révolte, d’espoir, de dignité et d’indignation contre une persécution séculaire, dont les traces sont toujours profondes. L’amour est une action directe et puissante, qui ne consiste certainement pas en une non-résistance au mal. Voilà l’héritage que nous lèguent ces hommes justes ! Mais l’injustice subie par les Noirs américains évoque aussi d’autres persécutions : Indiens, gays… contre lesquelles nous devons nous dresser. Ce documentaire est une pièce essentielle de cet engagement, par la richesse de son propos et l’extrême dignité des combattants présentés.

Haut de page

Notes

1 James Baldwin, Chroniques d’un enfant du pays, Paris, Gallimard, 2019, p. 14.

2 Pap Ndiaye, « Aux origines du Black Power », L’Histoire, n° 445, mars 2018, p. 32-43.

3 Olivier Mahéo, « Histoire et mémoire du mouvement des droits civiques, terrain privilégié du fratricide rassurant », Textes et Contextes, Université de Bourgogne, Centre interlangues TIL, 2014, <https://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=1142>, p. 3, consulté le 02/07/2019.

4 Cité au cours du documentaire.

5 Olivier Mahéo, op. cit., p. 3. Les Black studies désignent un champ académique interdisciplinaire consacré à l’étude, l’histoire, la culture et la politique des personnes noires américaines.

6 Olivier Mahéo, op. cit., p. 4.

7 Howard Saül Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, A.-M. Métaillé, 1995, 247 p.

8 Michael Sibalis, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) », Genre, sexualité & société, n° 3, printemps 2010, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 3 juillet 2019. URL : <https://journals.openedition.org/gss/1428>.

9 Michael Sibalis, op. cit.

10 Anne Urbanowski, « Quarante ans après le rapport Kerner : progrès et contrastes », L’Ordinaire des Amériques, n° 217, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 3 juillet 2019. URL : <https://journals.openedition.org/orda/1668>.

11 Dipak Gupta, « Le paradoxe de la rébellion : les relations interraciales aux États Unis », Cultures & Conflits, n° 12, hiver 1993, mis en ligne le 14 mars 2006, consulté le 3 juillet 2019. URL : <http://journals.openedition.org/conflits/437>.

12 Il s’agit de la malédiction de Canaan, fils de Cham, La Bible, AT Genèse 9, 18-27.

13 Sébastien Fath, « Protestantisme évangélique et ségrégation », Archives de sciences sociales des religions, 2002, n° 118 (avril-juin), p. 61.

14 Le mot « lynchage » a pour origine le colonel Charles Lynch (1736-1796), exerçant une justice expéditive dans la Virginie du 18e siècle. Le lynchage imposait aux Noirs la ségrégation par la terreur. Voir Pap Ndiaye, op. cit., p. 34.

15 Jamelle Bouie, « Quand ils lynchaient les Noirs, les Blancs aussi se croyaient soldats de Dieu », Slate, 24 février 2015, <http://www.slate.fr/story/98273/lynchage-soldats-de-dieu>, consulté le 05/07/2019.

16 Elsa Dorlin, Se défendre : une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017, p. 107.

17 Idem, p. 110.

18 Fabien Curie, La NAACP et le Parti communiste face à la question des droits civiques, 1929-1941, thèse, Strasbourg, Université de Strasbourg, 2013, p. 13-14, consulté le 4 juillet 2019, URL : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01059773/document>.

19 Caroline Rolland-Diamond, Black-America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècles), Paris, La Découverte, 2019, p. 306.

20 Idem, p. 339-340.

21 Organisation politico-religieuse afro-américaine fondée à Detroit en 1930. Malcolm X la développa.

22 Elsa Dorlin, op. cit., p. 128.

23 Malcolm X, Alex Haley, L’autobiographie de Malcolm X, Paris, Grasset, 1993, p. 210-212.

24 La prise en compte de la question homosexuelle entraîna de vifs remous au PCF, entre 1972 et la fin des années 1980.

25 Guy Poussy, « Oui, nous sommes contre l’immoralité », l’Humanité, 16 janvier 1976.

26 Michael Sibalis, op. cit.

27 Martine Caraglio, « Déviance sous le maccarthysme : de l’un-American au male impersonator », Revue française d’études américaines, n° 70, octobre 1996, p. 72-86, URL : <https://www.persee.fr/doc/rfea_0397-7870_1996_num_70_1_1663>.

28 Frédéric Autran, « Obama et la question raciale, le désespoir noir », Libération, 19 janvier 2017, <https://www.liberation.fr/planete/2017/01/19/obama-et-la-question-raciale-le-desespoir-noir_1541816>.

29 Caroline Rolland-Diamond, op. cit., p. 563.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « I am not your negro, film de Raoul Peck, 2017, 94 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 203-216.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « I am not your negro, film de Raoul Peck, 2017, 94 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13776

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page