Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart.
p. 203-216

Texte intégral

FILMS

1Martin Eden, film franco-italien de Pietro Marcello, 2019, 130 min., d’après le roman éponyme de Jack London (USA), 1909.

  • 1 « Pietro Marcello : Martin Eden est un antihéros », LePoint.fr, 16 octobre 2019.

2Revenant sur sa propre expérience dans une belle interview au Point1, Pietro Marcello explique à quel point la lecture du chef-d’œuvre de Jack London l’a bouleversé et lui a fait prendre conscience qu’une démarche artistique qui ne se préoccuperait pas de son rôle social serait vaine, sinon absurde : « Moi, je crois que la façon de se sauver, c’est de rester en contact avec les autres, le plus possible, d’avoir des projets éducatifs, avec les jeunes, de donner aux autres. Faire de l’art pour l’art n’a pas de sens ». Pour autant, le travail de Marcello échappe aux pesanteurs d’un certain cinéma militant, de par sa manière subtile de conjuguer documentaire et fiction. Après La Bocca del Lupo (La Gueule du loup, 2009), portrait poétique et sensible de naufragés de la société, et Bella e perduta (Belle et perdue, 2015), fable dénonçant la beauté perdue de l’Italie, Marcello nous offre avec Martin Eden un remarquable poème visuel, où des images d’une grande force évocatrice viennent incarner les interrogations du héros, écrivain confronté à la perte de sens de son existence.

3En effet, dans son magnifique roman d’apprentissage, en grande partie autobiographique, Jack London décrit au scalpel le parcours d’un prolétaire affamé – de tout : nourriture, amour, réussite, gloire – qui décide d’atteindre le succès par la littérature, notamment pour épouser la jeune bourgeoise dont il s’est épris et par laquelle il a eu la révélation d’un monde raffiné. Las, le succès, obtenu au prix de longs et patients efforts, n’est qu’un fourvoiement, sinon un reniement, car le fruit d’un cheminement individualiste qui coupe Eden de son milieu d’origine, du peuple auquel il ne sait plus s’adresser, sans pour autant l’intégrer véritablement à la bourgeoisie, gardienne jalouse d’une « culture » outil de distinction et de suprématie sociales. Histrion flottant sans attaches dans un entre-deux mortifère, vidé de son suc, Eden choisit finalement le suicide.

4De fait, à travers son héros – un antihéros selon Marcello –, Jack London essaie d’exorciser un des aspects sombres de sa personnalité, à savoir un individualisme forcené, développé lors d’une jeunesse batailleuse et justifié par la loi d’airain de la « lutte pour la vie », qu’elle oppose l’homme à la nature ou à ses congénères, et qui entre en contradiction avec les vibrantes convictions socialistes qu’il affiche par ailleurs. En effet, membre du Socialist Labor Party of America, London diffuse ses théories par des conférences, des reportages et des œuvres de fiction. Citons Le Talon de fer, étonnante dystopie qui décrit un monde ployant sous le joug d’un capitalisme totalitaire, ou encore Le Peuple de l’abîme, récit pathétique de sa plongée dans les bas-fonds de Londres. On comprend dès lors son attachement à la lutte des classes, qui conjoint son goût pour le combat et son indignation sociale. Il prophétise l’élimination darwinienne des possédants par le prolétariat, tout en frayant avec le darwinisme social initié par Herbert Spencer, qui, appliquant « la loi de la sélection naturelle » au monde humain, justifie l’exploitation des individus et peuples « faibles », voire leur élimination.

5Comme le souligne brillamment Marcello dans son film, les contradictions qui taraudent Eden et London, entre espérances collectives et pulsions individualistes, travaillent aussi nos sociétés, tentées par les solutions autoritaires, sinon totalitaires, de gauche et de droite, et notamment le fascisme, dont Marcello craint manifestement la résurgence. En effet, celui-ci transpose l’action dans l’Italie du 20e siècle, éclatant le récit entre différentes époques à l’aide d’une combinaison subtile d’images d’archives et de fiction, pour mieux avérer la récurrence des maux qui rongent la société italienne. Face à une bourgeoisie masquant ses instincts propriétaires sous un vernis libéral, il rend un bel hommage au peuple napolitain, dont il est issu, avec une grande attention aux visages et aux corps des « gens de peu ». De même, la figure de Russ Brissenden – écrivain socialiste, mentor d’Eden – lui permet d’évoquer la solitude et l’incompréhension dont souffrent souvent les intellectuels italiens, à l’instar de Pasolini. La scène finale est saisissante, où l’on voit des chemises noires s’ébattre sur une plage de Naples tandis que Martin Eden s’enfonce dans la mer pour une ultime noyade. Ce geste nous renvoie à une question intemporelle, posée aussi bien par Marcello que par son mentor littéraire : comment conjuguer aspirations individuelles, rejet des hiérarchies et du culte du chef, d’où qu’ils viennent, et volonté de s’impliquer dans les luttes sociales de son temps ?

6Pour Sama, documentaire anglo-américain de Waad El-Kateab et Edward Watts, 2019, 95 min.

7Nous savons. Nous nous défaussons par des protestations et des promesses purement verbales, puis nous regardons ailleurs, mais nous savons. Nous connaissons le martyre que subit le peuple syrien depuis 2011, infligé par un régime prêt aux pires atrocités pour se maintenir au pouvoir, avec le soutien en particulier de la Russie et en profitant de la passivité de la prétendue « communauté internationale ». Nous avons tous suivi en 2016 le siège de la ville rebelle d’Alep, un des foyers de la révolte contre Assad, feuilleton tragique de neuf mois qui constitue peut-être le point culminant dans l’horreur et s’est achevé par la reddition des opposants à Assad, puis leur exil.

8Pourtant, ce film bouleversant, constitué d’images prises sur le vif par la journaliste Waad El-Kateab durant son séjour à Alep de 2011 à 2016, que viennent compléter de saisissantes vues aériennes montrant une ville en ruines, est un choc. La souffrance et la mort – mais aussi la soif de vivre et l’esprit de résistance – se donnent à voir et à ressentir avec une force sans égale.

9Waad El-Kateab nous livre un poignant « journal filmé » de son quotidien à Alep pendant six ans, des espoirs initiaux de liberté jusqu’au siège final, durant lequel les forces syro-russes ont détruit méthodiquement la ville pour contraindre sa population à se soumettre, pilonnant avec une froide sauvagerie les hôpitaux, y compris celui que dirigeait Hamza, mari de Waad, le dernier à fonctionner dans l’ultime poche rebelle.

10Waad et Hamza forment un couple lumineux, animé par la même volonté de vivre libres, quitte à sacrifier leur jeunesse dans un combat où la peur et le désespoir sévissent au quotidien.

11Waad s’efforce d’alerter et mobiliser l’opinion internationale par ses témoignages au jour le jour. Les Alépains qu’elle filme montrent un courage qui force l’admiration, d’autant plus qu’ils ne perdent jamais leur dignité et le respect d’autrui, malgré les privations et les deuils. Elle rend un hommage pudique, mais vibrant, à ces résistants « ordinaires » capables d’actes extraordinaires, dont beaucoup ont disparu.

12Hamza opère sans relâche les corps suppliciés par les barbares qui ont profité de la passivité de nos gouvernements. Lui et toute son équipe luttent contre la mort avec héroïsme et abnégation. Ils ne remportent pas toujours ce combat, mais celui-ci vaut d’être livré. Pour preuve ce moment incroyable où arrive à l’hôpital une femme enceinte de neuf mois, grièvement blessée. Il faut à la fois soigner la mère et pratiquer une césarienne dans l’urgence. L’enfant accouché semble inerte, mais il ne s’agit pas d’accepter la défaite sans avoir combattu : des efforts intenses sont engagés pour le réanimer et il finit par crier. La mère et l’enfant sont sauvés. Une immense victoire, au milieu d’un tel carnage, qui montre que l’espoir perdure, si ténu soit-il, quand il s’incarne dans le corps fragile d’un nouveau-né.

13De même, Waad et Hamza font le pari de la vie en donnant naissance à une fille, Sama, dont les premiers mois d’existence se déroulent sous le siège. Le film se présente comme une longue lettre où Waad s’adresse à sa fille afin de lui expliquer pourquoi ils sont restés jusqu’au bout, alors qu’ils auraient pu fuir plus tôt, notamment pour la préserver. Nul doute que Sama saura gré à ses parents d’être demeurés fidèles à leurs convictions.

14Waad, Hamza, Sama vont bien, merci. Nous leur avons accordé l’asile, dans notre grande bonté d’âme. Par contre, Alep est redevenue une prison. La Syrie entière est en train de redevenir une vaste prison à ciel ouvert. Comment avons-nous pu laisser faire ? Comment pouvons-nous supporter que notre monde redevienne (ou demeure, en de nombreux endroits) une gigantesque prison ?

15Deux films sur la mort de Pasolini : la mémoire du poète.

  • 2 Voir aussi le livre enquête du réalisateur : Marco Tullio Giordana. Pasolini, mort d’un poète. Un C (...)

16Pasolini, la mort d’un poète (Pasolini, un delitto italiano), film italien de Marco Tullio Giordana2, 1985, 100 min.

17L’Affaire Pasolini (La macchinazione), film franco-italien de David Grieco, 2016, 100 min.

Monument en mémoire de la mort de Pier Paolo Pasolini, Ostie.

« Sous un tilleul tiède de verdure

je tomberai dans le noir

de ma mort qui dispersera

les tilleuls et le soleil.

Les beaux jeunes garçons

courront dans cette lumière

que je viendrai de perdre,

essaimant des écoles,

les boucles sur le front.

Je serai encore jeune

en chemise claire,

les cheveux tendres en pluie

sur la poussière amère.

Je serai encore chaud,

et courant sur l’asphalte

tiède de l’allée,

un enfant posera sa main

sur mon ventre de cristal. »

Pier Paolo Pasolini, « Le jour de ma mort » (deux dernières strophes), La meglio gioventù, 1954, repris dans Poèmes de jeunesse, Gallimard, 1995.

18Cela fait quarante-quatre ans que Pasolini nous a quittés de la façon la plus atroce. Son assassinat, dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975, sur une plage d’Ostie, interroge toujours ceux qui l’ont connu et plus généralement tous ceux qui l’ont aimé.

19Poète, écrivain, cinéaste, journaliste et polémiste, il a tout pratiqué avec talent et a dérangé pendant près de trente ans toute une Italie gonflée par son rêve de prospérité à en oublier ses déshérités.

20D’abord exclu du PCI en 1949 pour des questions morales, il deviendra un marxiste hérétique et gramscien, un pessimiste constructeur et révolté, qui décrit un monde allant à sa perte, car oubliant ses racines et son passé, sombrant dans le consumérisme et le culte imbécile de la modernité, ce qu’il décrivait comme « le nouveau fascisme ». Violemment critique vis-à-vis de la démocratie chrétienne et de l’Église catholique, qui ne le lui pardonneront pas, il assumera toujours son attachement au message évangélique magistralement mis en images dans Il Vangelo secondo Matteo (L’Évangile selon saint Matthieu, 1964). Il sera d’autant plus rejeté que, tout au long de son œuvre, il revendiquera avec sensualité et provocation son homosexualité. Ses films, considérés comme immoraux, seront les victimes expiatoires de la censure, subissant plaintes individuelles et collectives, procès et interdictions. À les revoir, ils restent les vestiges antiques de sa rage de vivre.

21Ainsi, une grande partie de l’Italie le détestait, y compris ce sous-prolétariat dont il a fait le héros de nombre de ses films, à commencer par les flamboyants Accatone (1961) et Mamma Roma (1962).

22Comment croire que son meurtre n’est alors qu’un fait divers sordide ?

23C’est sur ce sujet toujours sensible que deux films reviennent raviver notre mémoire : le premier, réalisé il y a déjà près de vingt-cinq ans, vient de sortir en DVD en France, l’autre a été diffusé sur les écrans parisiens en août 2019.

24Tous deux partent de l’enquête policière : Giuseppe Pelosi, jeune prostitué, est arrêté dans la nuit du meurtre de Pasolini et prétend en être l’auteur. Il est le seul reconnu coupable et condamné à neuf ans et sept mois de prison malgré l’hypothèse vraisemblable de la présence d’autres meurtriers. En 2005, Pelosi révèle qu’il était accompagné et qu’il avait rencontré Pasolini trois mois avant le meurtre. Il l’avait entraîné sur la plage pour rencontrer des maîtres chanteurs qui l’avaient tabassé et tué sous ses yeux, en criant « Sale pédé, sale communiste ». Il explique son mensonge par les menaces qui pesaient alors sur ses parents.

  • 3 Thèse selon laquelle une partie des attentats commis en Italie à la fin des années 1960 et dans les (...)

25Depuis sa mort, des dizaines d’ouvrages opposent ceux qui, dans l’entourage de Pasolini, privilégient le crime crapuleux et ceux qui y voient la main de l’extrême droite, largement couverte par les milieux dirigeants qui avaient peur des révélations de Pasolini, pourfendeur inlassable des instigateurs de « la stratégie de la tension »3 dans ses articles.

26Marco Tullio Giordana revient donc sur toutes ces hypothèses, sans trancher définitivement. Il montre une société italienne réactionnaire et homophobe ainsi que les contradictions d’une enquête qui réduit un assassinat politique à une sordide affaire de mœurs, en se servant aussi bien d’images d’archives que de scènes de fiction, au point d’instaurer le trouble : tant de gens et de groupes avaient intérêt à sa mort.

27Le deuxième film, plus clair dans ses choix, reprend la théorie suggérant que la mort de Pasolini serait liée la rédaction de son roman Pétrole (roman inachevé paru en Italie en 1992), où il dévoile les coulisses de la mort de l’industriel Enrico Mattei (directeur de la société publique ENI, Ente Nazionale Idrocarburi). Ce dernier aurait été assassiné sur l’ordre de son successeur, Eugenio Cefis, dans le contexte de « la stratégie de la tension ». Pasolini aurait émis cette théorie dans le chapitre « Lumières sur l’ENI », jamais retrouvé. Dans ce film intrigant, où Pasolini est remarquablement interprété par Massimo Ranieri, David Grieco fait le choix de l’esthétisme et de l’incarnation fictionnelle, contrairement au film de Giordana qui avait choisi les archives pour représenter le cinéaste-poète.

28L’écho qu’il reçoit (ou plutôt le manque d’écho) est révélateur : réalisé et sorti en Italie en 2016 sans relancer le débat, il nous est parvenu en 2019 sans davantage de succès que dans son pays natal. Aurait-on oublié Pasolini, ou ce silence recouvre-t-il une gêne face à un intellectuel dérangeant qui avait déjà montré toutes les dérives politico-médiatiques des démocraties libérales gangrénées par l’argent et la politique spectacle, des démocraties qui ont oublié à la fois la cause du peuple et l’intelligence du poète ?

29Pier Paolo, tu manques cruellement à l’Italie et tu nous manques aussi. « Nous avons perdu avant tout un poète. Et de poètes, il n’en naît que trois ou quatre par siècle dans le monde », déclarait son ami Alberto Moravia, deux jours après sa mort, en prenant la parole publiquement lors de l’énorme rassemblement populaire spontané qui entourait le cercueil de Pasolini sur le Campo dei Fiori à Rome.

30Vivant, tu aurais dénoncé les Berlusconi, les Salvini et leurs tristes équivalents européens. À rebours, tu aurais défendu tous les exclus, cantonnés dans les marges de nos cités, et de la même façon tous ces malheureux venant de ce qui était encore à ton époque le tiers-monde pour ramasser les bribes de notre modernité mortifère, les seuls à tes yeux encore capables de nous faire partager un peu de cette humanité face au déchaînement technologique et marchand, à maintenir l’espoir de la contestation et, pour reprendre le titre d’un de tes plus beaux poèmes, à nous transmettre cette disperata vitalità qui nous manque tant.

DEUX ROMANS REMARQUABLES DE LA RENTREE

31Jean-Paul Dubois, Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, Éditions de l’Olivier, 2019, 256 p.

32Un homme rêve... Paul Hansen est enfermé dans la prison de Montréal et il n’a que cela à faire : penser mélancoliquement à sa vie d’avant. Son compagnon de cellule est un Hells Angel ultraviolent, qui jure qu’il est innocent du meurtre dont on l’a accusé. Ce n’est pas de lui qu’il faut attendre le moindre réconfort. Mais deux fantômes de son passé viennent visiter Paul : son père, un pasteur danois, et son épouse, Winona.

33Ainsi, nous dérivons doucement vers la France, Toulouse et l’enfance de Paul, entre une mère peu présente et un père venu du Danemark s’occuper de la communauté protestante de la ville. Le garçon aime ce père soucieux des autres, qui veut toucher les cœurs par des sermons poétiques. Mais le couple ne s’entend guère et le pasteur part prêcher au Canada, où son fils le rejoint bientôt. Il découvre une ville cernée par des mines d’amiante à ciel ouvert : dans cet enfer, la religion n’est d’aucun secours, le temple est déserté ; le pasteur, désespéré, perd peu à peu la foi. Son fils Paul, après plusieurs petits boulots dans le bâtiment, va s’installer à Montréal, où il trouve un métier en or pour un homme comme lui : il devient le concierge, l’homme à tout faire d’une résidence immobilière. Là, il peut déployer son savoir-faire ; il ne s’occupe pas seulement du bricolage quotidien, il est aussi le confident, la ressource et le réconfort de tous les copropriétaires, l’ange gardien indispensable à cette petite communauté. Car Paul a hérité de son père un altruisme fondamental et idéaliste. C’est là aussi qu’il rencontre l’amour : Winona, la belle Amérindienne, pilote d’un petit avion qui fait le taxi à travers les vastes territoires du Nord canadien.

34Mais cette brève incursion dans un monde aimant ne dure pas : les habitants de la résidence trouvent que le concierge leur coûte cher et exigent une meilleure rentabilité, sans comprendre que ce qu’il apporte à la communauté n’a pas de prix. Autour de Paul, le climat se tend peu à peu, jusqu’à devenir étouffant. Il perdra tout ce qu’il aimait ; alors, l’homme doux se révoltera, une seule fois, ce qui l’enverra à la prison de Montréal.

35C’est le portrait d’un homme bon, dans un monde qui ne l’est pas ; mais de la douceur de Paul – de sa passivité, peut-être – émane une séduction qui est sa force. À quoi bon lutter ? Dans sa cellule, entre deux moments de rêverie désabusée, il écoute son codétenu lui raconter ses malheurs : le dur à cuire aussi est un cœur tendre, qui tremble quand sa mère vient lui rendre visite au parloir.

36Jean-Paul Dubois se livre à une critique feutrée de notre société, à travers le regard d’un personnage qui a choisi de vivre dans la solitude et l’obscurité.

37Jean-Philippe Toussaint, La Clé USB, Éditions de Minuit, 2019.

38Le narrateur de la nouvelle histoire transcontinentale de Jean-Philippe Toussaint travaille à la Commission européenne. Il s’occupe de prospective. Quand il tente d’expliquer en quoi cela consiste, on entre vite dans du mou, dans du flottant : ni rêverie spéculative, ni science-fiction, cette recherche est chargée de prévoir l’avenir, d’une manière pourtant rationnelle, voire scientifique. Son objet d’étude actuel est la « blockchain », qui est à l’origine des cryptomonnaies, comme le « bitcoin ». L’Europe, pense-t-il, doit investir dans cette nouvelle technologie et financer des programmes pour tenir son rang sur le marché international de l’informatique. C’est ainsi que notre fonctionnaire va vite faire l’objet de manœuvres de séduction de la part de drôles de lobbyistes qui travaillent pour le compte de la Bulgarie : ils lui proposent un voyage en Chine, afin d’examiner des machines destinées à la « blockchain », construites à Dalian. Or, les Chinois ne peuvent participer directement au programme européen. Leur projet est de faire acheter ces machines par la Bulgarie, qui, elle, récoltera les financements de l’Europe. Il s’agit donc de fraude et de tentative de corruption de fonctionnaire. Et nous voici lancés au galop dans un roman d’espionnage...

39Car le narrateur de l’histoire joue un double jeu : s’il accepte le voyage en Chine, c’est que sa curiosité au sujet de ces machines est plus forte que le risque qu’il prend. Il profite d’une invitation à un colloque programmé au Japon pour faire un détour de quarante-huit heures en Chine, sans que personne le sache : ce sera un « blanc » dans son emploi du temps. Mais on risque gros à être seul à Dalian, à percer le mystère de machines dans une usine dont les dirigeants vous surveillent et croient vous manipuler.

40L’habileté de Jean-Philippe Toussaint est de nous passionner pour cette histoire plutôt embrouillée, grâce à un narrateur dont les secrets ne nous seront pas tous dévoilés : errant dans cette usine chinoise, dont il sera éjecté sans ménagement, il va perdre pied peu à peu et la réalité autour de lui va se troubler : au Japon, où il est attendu pour la conférence qu’il doit tenir à l’université, rien ne fonctionne normalement et on entre dans le désarroi de cet homme qui, au début du roman, semblait très rationnel. Mais peut-on l’être tout à fait quand on prend l’avenir comme sujet de recherche ? Toussaint aime quand les choses déraillent de leur voie bien tracée ; il met en scène des personnages bizarres qui aiment se perdre : dans La Salle de bain (Éditions de Minuit, 1985), c’était un homme qui décidait de vivre dans sa baignoire... Au fil des romans, l’univers de l’auteur s’est élargi, comme dans le cycle intitulé Marie Madeleine Marguerite de Montalte (Éditions de Minuit, 2002 à 2013), où le narrateur parcourt des continents à la recherche d’une femme qui fuit toujours ; existe-t-elle vraiment ? Cette étrangeté au monde rend parfois ses personnages burlesques, car ils se heurtent à la réalité, comme des balles sur un mur, et rebondissent inlassablement.

EXPOSITION

41Adolfo Kaminski, faussaire et photographe, au Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme, du 23 mai au 8 décembre 2019.

Autoportrait, 1944.

Mannequins et manège, Clignancourt, 1955.

42Cette exposition a été l’occasion de redécouvrir un personnage original et romanesque : né en Argentine en 1925 de parents juifs originaires d’Europe centrale, Adolfo Kaminsky, grâce à sa formation de chimiste, s’est consacré, à partir de 1940, dans la résistance juive (Éclaireurs israélites de France, la Sixième et l’Organisation juive de combat), à fabriquer de nombreux faux papiers pour sauver des juifs promis à la déportation.

43« Je fabrique trente faux papiers en une heure, si je dors une heure, trente personnes mourront », dira-t-il, se consacrant corps et âme à fabriquer à la chaîne de faux papiers pour sauver le plus de personnes possible.

44En 1943, il est arrêté avec sa famille et interné à Drancy, véritable « antichambre de la mort » où près de 80 000 juifs seront détenus d’août 1941 à août 1944. Son frère, lui, participe au creusement du tunnel d’évasion de Drancy. Adolfo doit sa libération in extremis à sa nationalité argentine et à l’intervention du consulat argentin.

45Après la Seconde Guerre mondiale, il assiste les nombreuses « personnes déplacées », errant par milliers en Europe et qui, déboussolées, cherchent un asile, un pays d’accueil. Il contribue à aider les juifs survivants à migrer vers la Palestine en fabriquant de faux papiers pour la Haganah (« défense » en hébreu : groupe d’autodéfense sioniste fondé en 1920 en Palestine). Il soutient aussi le groupe Stern (organisation visant à mettre fin au mandat britannique en Palestine).

46Ensuite, lui qui avait pratiqué le dessin et la peinture dans sa jeunesse se consacre désormais à la photographie artistique et humaniste, réalisant des milliers de clichés de Paris, saisissant les femmes, les enfants, les néons de Pigalle la nuit, les puces de Saint-Ouen ou de Clignancourt, dans une esthétique poétique. Il photographie aussi le sud de l’Algérie, s’installant dans ce pays en 1971, ainsi que des usines et installations industrielles, dans un style proche de l’art cinétique.

47Dans les années 1950 et 1960, il soutient les mouvements indépendantistes d’Afrique, notamment le FLN algérien, ainsi que les Espagnols, les Portugais et les Grecs luttant contre les dictatures militaires installées dans leurs pays. Par contre, dans les années 1970, il refusera toujours de soutenir des mouvements violents, comme la Fraction armée rouge en Allemagne ou les Brigades rouges en Italie.

48Deux beaux livres sont parus, ou reparus, à cette occasion :

49- Collectif, Adolfo Kaminsky. Changer la donne, Éditions Cent Mille Milliards, Paris, 2019, 132 p.

50- Sarah Kaminsky, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire, Calmann-Lévy, Paris, 2009, rééd. Livre de poche, Paris, 2018, 264 p.

Haut de page

Notes

1 « Pietro Marcello : Martin Eden est un antihéros », LePoint.fr, 16 octobre 2019.

2 Voir aussi le livre enquête du réalisateur : Marco Tullio Giordana. Pasolini, mort d’un poète. Un Crime italien, Seuil, 2005, 228 p.

3 Thèse selon laquelle une partie des attentats commis en Italie à la fin des années 1960 et dans les années 1970 visait à susciter délibérément un climat de violence politique, afin de favoriser l’instauration d’un État autoritaire voulu par certains dirigeants de la Démocratie chrétienne et des services secrets, avec l’appui des États-Unis.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-1.png
Fichier image/png, 587k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-2.png
Fichier image/png, 427k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Monument en mémoire de la mort de Pier Paolo Pasolini, Ostie.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-5.png
Fichier image/png, 444k
Légende Autoportrait, 1944.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-6.png
Fichier image/png, 369k
Légende Mannequins et manège, Clignancourt, 1955.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/13787/img-7.png
Fichier image/png, 452k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart., « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 203-216.

Référence électronique

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart., « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13787

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page