Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philippe Lejeune, Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle

Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017, 72 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Philippe Lejeune, Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle, édité par Clive Thomson, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017, 72 p.

Texte intégral

  • 1 Philippe Lejeune, « Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle », dans Romantisme, 19 (...)
  • 2 Les entrepreneurs de morale édictent les normes et les font appliquer : juges, médecins, policiers.

1Ce petit ouvrage constitue un tiré à part visant à redécouvrir un article, « Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle », paru en 1987 dans la revue Romantisme1. L’auteur, Philippe Lejeune, est un universitaire, spécialiste de littérature française et plus spécifiquement de l’autobiographie. En introduction, Clive Thomson, spécialiste d’histoire des homosexualités, rappelle toute l’importance de l’étude de Philippe Lejeune. Ce travail a inspiré toute une série d’études axées sur des biographies d’homosexuels du 19e siècle et croisées avec les discours médicaux. Comment, à travers l’injonction et la normativité d’un discours médical, discerner une parole homosexuelle spécifique ? Ceci est d’une importance majeure pour l’historien de l’homosexualité travaillant sur le 19e siècle et confronté à des archives d’entrepreneurs de morale2.

  • 3 Thierry Pastorello, « La stigmatisation particulière du pédéraste passif dans les enquêtes de médec (...)
  • 4 Philippe Lejeune, op. cit., p. 28 ou voir Régis Revenin, « Conceptions et théories savantes de l’ho (...)
  • 5 Philippe Lejeune, op. cit., p. 26.
  • 6 Sur ce qualificatif, voir Jean-Claude Feray, Grecques, les mœurs du hanneton ? Histoire du mot pédé (...)
  • 7 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seui (...)

2Jusqu’en 1860, l’historien rencontre des homosexuels par le biais de la médecine légale. Comme le note Philippe Lejeune, cette discipline médicale envisage ce qu’elle désigne par « pédérastie » d’un point de vue externe. Les praticiens définissent les stigmates physiques et moraux des adeptes de la pédérastie, qui prouvent et marquent la déviance sexuelle3. Concernant ces expertises à l’encontre d’homosexuels, l’auteur cite deux médecins légistes célèbres : Johann Ludwig Caspers (1796-1864) et Ambroise Tardieu (1818-1879), auteur d’une « Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs ». Ce dernier définit des signes caractérisant des habitudes de pédérastie en se concentrant sur la pédérastie passive. À l’occasion de ces études, qui se poursuivent jusqu’à la fin du 19e siècle, sont entrevus des témoignages qui permettent, sous le couvert du médecin légiste, de donner la parole à des homosexuels. Certains de ces médecins légistes, et jusqu’au psychiatre Richard Von Krafft Ebing (1840-1902), font une distinction entre l’homosexualité acquise (perversité) et l’homosexualité innée (perversion)4. À partir des années 1860, les études de Johann Ludwig Caspers donnent lieu à des interrogatoires plus prolixes. Du coup, celui que l’on nomme « pédéraste » perd son statut de monstruosité et offre davantage une problématique humaine plus palpable5. On commence alors à s’intéresser au vécu des « pédérastes6 », on leur donne la parole et ils cessent d’être exclusivement des objets d’étude. Le juriste Karl-Heinrich Ulrichs (1825-1895) définit le troisième sexe, qu’il nomme uranisme (homosexualité masculine), comme une disposition innée chez certains. Nous savons combien les théories de ce juriste influencèrent le médecin berlinois Magnus Hirschfeld (1868-1935). Ses théories constituèrent les racines de ce qui bien plus tard deviendra le droit à la différence. Au final, les homosexuels sortent, en quelque sorte, du placard via la médecine. Cependant, au plan plus global, ce que ce texte sous-tend en arrière-plan, mais n’indique pas, c’est le contexte de construction de la masculinité au 19e siècle. Il fait de l’homosexuel un contre-modèle. L’historienne Anne-Marie Sohn montre bien comment, au cours du 19e siècle, la valorisation de l’agressivité, du courage, de la loyauté collective et de la supériorité physique a cédé la place à un habitus favorisant la maîtrise de soi, l’autonomie morale et la conciliation entre citoyens7. Elle pointe l’influence de la masculinité militaire et comment la généralisation progressive du service militaire a créé une norme nationale de la virilité adulte. Dans ce cadre, l’homosexuel masculin devient un contre-exemple. Il est d’autant plus rejeté vers une forme d’hermaphrodisme de l’âme.

  • 8 Voir pour ce terme Goffman Erving, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de (...)

3L’ouvrage reprend plusieurs cas d’homosexuels. Certains d’entre eux, comme celui d’Arthur W., dit « la Comtesse », sont cités dans des sources médico-légales ou par des historiens de l’homosexualité masculine. Tous révèlent le poids du stigmate8 et de l’exclusion sociale. Certains témoignages sont issus d’affaires criminelles. On perçoit clairement dans ces bribes de vie le poids de la répression sociale. Résument-ils les parcours des homosexuels du 19e siècle ? Faut-il pondérer ce constat ? Ce sont des sources exclusivement à charge, visant à réprimer ou contenir ces comportements sexuels. D’autre part, certains de ces hommes peuvent cumuler d’autres facteurs d’exclusion.

  • 9 Cette assimilation de l’homosexualité masculine aux fléaux sociaux persiste jusque dans les années (...)
  • 10 Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté, Paris, F. Roy, 1882, tome 2, «  (...)
  • 11 Jean-Martin Charcot (éd.), Archives de neurologie, Paris, 1880-1893.

4Ces témoignages couvrent une période allant de 1845 à 1905. Sept de ces cas sont des confessions dans le cadre d’enquêtes médico-légales, une est réalisée dans le cadre d’une affaire criminelle. Ces confessions, sous l’autorité du médecin ou du juge, rappellent combien l’homosexualité masculine au 19e siècle est assimilée aux fléaux sociaux9, au banditisme et dans tous les cas à une pathologie réelle ou sociale. Le premier cas est une confession recueillie en 1845 dans le cadre d’une affaire de chantage. Ces affaires de chantage, de nombreux homosexuels masculins en furent victimes10. Cependant, l’auteur de cet aveu clame son amour des garçons. Il renvoie ses goûts à une forme d’innéité. De même dans la troisième confession, réalisée en 1881 et publiée au sein des Archives de neurologie11, l’auteur souligne également l’innéité de ses goûts sexuels, même s’il tente une relation hétérosexuelle. Dans les deux confessions recueillies en 1905, les auteurs protestent contre le rejet de l’homosexualité, qui les conduit vers la misère et le crime. Ainsi, Charles Double, homosexuel coupable de matricide, pointe le rejet de sa nature par la société comme cause de sa déchéance. Certains témoignages comme celui d’Arthur W., dit « la Comtesse », voient ces hommes analyser leur vie avec clairvoyance et précision. On peut se demander si ce n’est pas déjà la marque d’une forme de revendication de la tolérance. Finalement, ces hommes semblent globalement assumer leurs goûts sexuels.

  • 12 Sharon Marcus, « Homosexualité et vie intime en Angleterre à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’his (...)
  • 13 Voir les cas de Cambacérès, Joseph Fiévée ou Astolphe de Custine, dans Thierry Pastorello, Sodome à (...)

5Ces autobiographies d’homosexuels du 19e siècle pourraient indiquer déjà le frémissement d’une volonté d’être soi-même. Cela est difficile à appréhender avec précision, car ces témoignages sont produits dans un cadre exclusivement répressif. C’est précisément ce à quoi sont confrontés les historiens de l’homosexualité, notamment au cours de cette phase du 19e siècle : des sources exclusivement à charge, des cas d’hommes cumulant parfois des handicaps sociaux, des exclus de diverses manières. On peut se demander s’ils peuvent être pris comme des témoignages représentatifs pour une histoire globale de l’homosexualité en France au 19e siècle. Peut-être faudrait-il explorer davantage ce que l’historienne Sharon Marcus nomme « l’homosexualité domestique12 ». Car parmi l’élite ou dans certains autres segments de la population, on peut observer une homosexualité plus heureuse ou moins dramatique13.

Haut de page

Notes

1 Philippe Lejeune, « Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle », dans Romantisme, 1987, n° 56, « Images de soi : autobiographie et autoportrait au XIXe siècle », p. 79-94.

2 Les entrepreneurs de morale édictent les normes et les font appliquer : juges, médecins, policiers.

3 Thierry Pastorello, « La stigmatisation particulière du pédéraste passif dans les enquêtes de médecine légale dans la première partie du XIXe siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques, [En ligne], n° 03-1, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 13 novembre 2018. URL : <https://journals.openedition.org/acrh/1850>.

4 Philippe Lejeune, op. cit., p. 28 ou voir Régis Revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine, de la monarchie de Juillet à la Première Guerre mondiale », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 17, n° 2, 2007, p. 23-45.

5 Philippe Lejeune, op. cit., p. 26.

6 Sur ce qualificatif, voir Jean-Claude Feray, Grecques, les mœurs du hanneton ? Histoire du mot pédérastie et ses dérivés en langue française, Paris, Quintes-feuilles, 2004, 307 p.

7 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009, 462 p.

8 Voir pour ce terme Goffman Erving, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1996, 180 p.

9 Cette assimilation de l’homosexualité masculine aux fléaux sociaux persiste jusque dans les années 1970 avec le fameux amendement Mirguet, du nom du député Paul Mirguet (1911-2001), qui classe l’homosexualité parmi les fléaux sociaux. Il sera abrogé en décembre 1980.

10 Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté, Paris, F. Roy, 1882, tome 2, « Les Antiphysiques et les chanteurs », p. 117-160.

11 Jean-Martin Charcot (éd.), Archives de neurologie, Paris, 1880-1893.

12 Sharon Marcus, « Homosexualité et vie intime en Angleterre à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 121, 2013, p. 155-168.

13 Voir les cas de Cambacérès, Joseph Fiévée ou Astolphe de Custine, dans Thierry Pastorello, Sodome à Paris, fin XVIII – milieu XIXe siècle : l’homosexualité masculine en construction, Grâne, Créaphis, 2011, 302 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Philippe Lejeune, Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13801

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page