Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christian Delporte, Philippe Henriot. La résistible ascension d’un provocateur

Paris, Flammarion, coll. « Grandes Biographies », 2018, 412 p.
Édouard Sill
Référence(s) :

Christian Delporte, Philippe Henriot. La résistible ascension d’un provocateur, Paris, Flammarion, coll. « Grandes Biographies », 2018, 412 p.

Texte intégral

1Le 29 juin 1944, la Milice faisait dresser un portrait de Philippe Henriot en bonne place à Nancy, accompagné d’une inscription : « Ministre-milicien, lâchement assassiné le 28 juin 1944 par les patriotes d’en face. Il sera vengé. » Pourtant, à l’opposé du caractère laconique de l’épitaphe, Philippe Henriot fut avant tout une vie de mots et une voix, la voix de la collaboration et les mots d’un tribun. Qui était-il avant de devenir l’éditorialiste le plus fameux de Paris et le ministre de la Propagande imposé par les Allemands au maréchal Pétain ? En suivant le fil proposé par son sous-titre, évidemment emprunté à Berthold Brecht, c’est à cette tâche que s’est attelé Christian Delporte dans cet ouvrage remarquable paru dans la belle collection de biographies de Flammarion.

2François Mauriac disait de lui qu’il « semblait moins s’intéresser à la politique qu’aux papillons ». De fait, celui qui fut surnommé « le Goebbels français » fut d’abord un chasseur de papillons et entomologiste de renom, propriétaire viticole et professeur d’école à Sainte-Foy-la-Grande, poète à ses heures perdues et catholique toujours. Le goût de la politique est venu transposer la vie provinciale et compassée de Philippe Henriot vers les ors de la République, puis les affres de la collaboration. Christian Delporte rapporte avec malice (p. 115) cet étonnant condensé que constitue son horoscope publié en décembre 1934, tandis qu’il n’était que député de la Gironde. Le journal était alors au regret que « son moment ne soit pas encore venu » malgré une conjonction favorable. En effet, il lui fallait attendre 1942-1943, car alors « l’étoile de M. Henriot pourra venir sur l’Ascendant », car « une importante question touchant un étranger ou les affaires étrangères mettra en haut relief le travail de M. Henriot, mais elle le mènera à une désillusion, et le résultat final nuira à sa carrière par la coalition de puissants ennemis ».

3Philippe Henriot naît dans une famille catholique en 1889, année marquée par le boulangisme et par l’érection d’une haute tour de métal où l’on placera bientôt en son faîte un puissant émetteur radio. Le fils ne suit pas les voies militaires paternelles. Déclaré inapte à tout service militaire par une demi-douzaine de commissions de réforme, Philippe Henriot traverse la guerre comme instituteur, tandis que son frère, marin et grand aventurier, meurt pour la France à bord d’un contre-torpilleur. Dans la France bleu horizon et après, il n’y a qu’un pas entre réformé et embusqué. Christian Delporte souligne la constance des attaques envers Philippe Henriot sur sa couardise ou son patriotisme porté pâle durant la guerre. En somme, des procès en virilité. Est-ce là qu’il faut trouver le germe d’un engagement politique et passionnel marqué au cœur par les valeurs martiales et nationales ? Christian Delporte laisse à son lecteur le soin de tirer ses propres conclusions.

4Bras droit de l’abbé Bergey, curé de Saint-Émilion et figure éminente de l’Union populaire républicaine (UPR), Philippe Henriot est fortuitement révélé comme un tribun-né, capable de « tenir » son auditoire et stupéfier ses adversaires par le verbe. Élu de Gironde, il devient une notabilité de la Fédération nationale catholique (FNC), et par conséquent un poids lourd de la droite française, vice-président de la Fédération républicaine après un passage aux Jeunesses patriotes. Ce Henriot-là, celui de la Troisième République, dont la voix porte, touche et fait mouche à la Chambre, est heureusement replacé par l’auteur dans son véritable élément, celui de la droite parlementaire viscéralement anticommuniste des années 1930, qui s’éloigne peu à peu de son orbite républicaine. En effet, se prévenant avec sagacité de la téléologie habituellement réservée aux narrations de ces itinéraires incandescents, Christian Delporte restitue le parlementaire avant le collaborateur.

5Car Henriot est de ces hommes debout contre la gauche et donc contre le Front populaire et ses alliés objectifs, soudés par un anticommunisme viscéral. Christian Delporte relate fort bien la double manœuvre résidant dans la tentative de constitution d’un contre-rassemblement de front populaire, le Front de la liberté de Jacques Doriot, rejoint par Philippe Henriot qui y apporte les troupes catholiques en espérant prendre la tête du mouvement. Mais ce dernier échoue à s’adjoindre les bataillons du PSF, tandis que Doriot perd son bastion de Saint-Denis. Le Front de la liberté se délite en tirant à boulets rouge sur La Rocque, des pages passionnantes sont ainsi consacrées à l’affrontement méconnu de ces deux droites, un duel mené des estrades vers les prétoires.

6Davantage qu’Hitler ou Mussolini, Salazar et Franco représentent alors pour Henriot un horizon plutôt pragmatique et conjoncturel que réellement idéologique, par leur éradication du marxisme, de l’athéisme et de la franc-maçonnerie. Il n’y a donc rien d’étonnant à le retrouver en mars 1939 aux côtés de Jean Ybarnégaray et Xavier Vallat dans le piège tendu au PCF à travers une attaque en règle menée contre André Marty, déjà désigné par la droite comme « le boucher d’Albacete », sur des assassinats avérés et supposés dans les Brigades internationales en Espagne. On peut ici seulement regretter que l’auteur ne soit pas sorti des sentiers rebattus de la bibliographie habituelle sur cet épisode. En effet, l’incident est plus complexe et plus habile qu’il n’y paraît, puisque la seule victime fut en définitive la discussion initialement prévue sur les conditions de l’accueil en France des Espagnols et des vétérans des Brigades internationales.

7Rallié à l’union nationale en septembre 1939 et soutien inattendu du radical Édouard Daladier, venu en odeur de sainteté à droite depuis Munich, les décrets-lois sur les étrangers indésirables et surtout la dissolution du PCF, Henriot soutient la guerre, mais une guerre dont Christian Delporte questionne la véritable nature à ses yeux : une guerre davantage atavique que politique.

8Après une période de retraite en ses terres d’Eynesse (Gironde), Henriot est introduit par Laval dans le monde des collaborateurs vichyssois et parisiens, dont il devient rapidement une des figures de premier plan et, surtout, la voix la plus puissante. La rencontre avec les grandes ondes est décisive, la radio révèle et amplifie les talents oratoires de Philippe Henriot. Après avoir pris le micro, il ne le lâche plus durant les deux années suivantes, les deux dernières. Il tient bientôt deux chroniques par jour, vers onze stations le matin, et six l’après-midi. Il détonne et ringardise ses prédécesseurs par son verbe haut et sa capacité à puiser chez ses adversaires radiophoniques de Londres, de Moscou et d’Alger des arguments et des faits qu’il retourne et renvoie, non sans coupes ni falsifications. Sa verve est redoutée parmi les chroniqueurs de la France-Libre mais Henriot trouve, à partir d’avril 1944, un adversaire à sa mesure en Pierre Dac. C’est avec l’accord de Londres qu’un commando de la Résistance procède en juin 1944 à son élimination, au détriment d’une tentative d’enlèvement qui ne convainc pas le biographe.

9Soutien de Laval et partisan d’une collaboration toujours plus poussée avec l’occupant, il rejoint la Milice en mars 1943, dont il portera régulièrement l’uniforme des francs-gardes. En janvier 1944, les Allemands l’imposent comme ministre de la Propagande à Vichy. Le parcours antisémite d’Henriot est observé avec minutie par l’auteur. Contrairement à beaucoup de ses collègues de la droite réactionnaire à la Chambre et de la plupart des autres collaborateurs, son attention portée sur les juifs semble récente, ou tue avant 1941. Son antisémitisme est originellement davantage xénophobe que raciste, comme le relève cet échange hallucinant cité par Christian Delporte (p. 229). Quelques jours après la promulgation du statut des juifs (3 octobre 1940), il répond aux inquiétudes d’un ami juif et ancien combattant : « J’ai l’impression que vous vous alarmez à tort. Quand nous parlons des juifs, il n’est pas un instant question, dans notre esprit, de Français comme vous. […] Vous savez bien que nous ne pensons qu’aux juifs, et non aux Français de religion israélite ». Moins de deux ans plus tard, il fait suivre des lettres de dénonciations et raille dans les colonnes de Gringoire la compassion de certains Français pour les juifs désormais obligés de porter l’étoile jaune, assurant que ces derniers « plastronnent » avec leur étoile.

10Il faut souligner dans cet ouvrage le soin donné aux sources et les apports historiographiques nouveaux. Les archives des Renseignement généraux notamment, démonstratives de la fréquentation assidue de nombreuses archives départementales, permettent une lecture au plus près de l’audimat. Les sources citées par l’auteur rendent également compte de la surévaluation de l’influence d’Henriot, le « marchand d’épouvante » que, d’après les sources policières, on écoute, mais qu’on ne suit pas. L’ouvrage de Christian Delporte ne consiste pas seulement en la relation d’une vie et d’une carrière de collaborateur, mais comme l’illustration de l’une des trajectoires en vol plané de ces personnalités politiques formées, nourries et conditionnées par la Troisième République et évoluant subitement librement, hors des cadres institutionnels démocratiques après 1940. Mû comme tant d’autres par la force dynamique de ses frustrations passées et d’un hubris aveuglant, Philippe Henriot a trouvé en l’occupant nazi un espace et une opportunité d’accomplissement exceptionnels pour ce notable catholique de province. C’est donc également dans la rubrique de l’histoire de l’engagement et des émotions qu’il faut ranger cette biographie très stimulante, qui fait date dans un champ fréquenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Sill, « Christian Delporte, Philippe Henriot. La résistible ascension d’un provocateur », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13810

Haut de page

Auteur

Édouard Sill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page