Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Léon Moussinac, Journal des 60 ans

Paris, ENSAD Éditions, 2018, 160 p.
Annie Burger-Roussennac
Référence(s) :

Léon Moussinac, Journal des 60 ans, édition critique par Patrick Cazals et Jean-Louis Lods, Paris, ENSAD Éditions, 2018, 160 p.

Texte intégral

  • 1 Jeannine Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture ( (...)

1Il faut remercier absolument le cinéaste Patrick Cazals, Jean-Louis Lods et l’EnsAD d’avoir souhaité faire éditer ce document brut inédit, le journal tenu par l’intellectuel communiste Léon Moussinac, l’année de ses 60 ans, en 1950. L’ouvrage est accompagné du film documentaire de Patrick Cazals, L’Héritage de Spartacus, consacré à l’itinéraire de Moussinac, et il est nourri d’une grande masse de notes pour resituer les faits et les personnes cités. Avec un appareil critique d’historien, il aurait pu figurer en bonne place dans la défunte collection « Archives » chez Julliard-Gallimard, constituer un ouvrage de référence sur les intellectuels communistes en France au début de la guerre froide et compléter les témoignages qui tissent l’œuvre de Jeannine Verdès-Leroux ayant fait date en son temps sur cette question1.

2Le document publié fascine d’abord par son histoire mystérieuse. Il est le tapuscrit d’un projet de livre caressé durant toute l’année 1950, abandonné in extremis quelques jours avant sa fin. Conservé par Jeanne Moussinac, qui l’a dactylographié à la mort de son mari en 1964 ou peu après afin de le faire publier, il a été retrouvé récemment dans ses archives par son héritier, Jean-Louis Lods. Le manuscrit original existe sans doute encore, mais il n’a pas été utilisé pour cette première édition. Les archives de Léon Moussinac, déposées dans plusieurs lieux, dont la BNF, le recèlent peut-être. Celles de Louis Aragon, à qui le tapuscrit fut confié pour publication, sans doute aussi. L’ensemble de ces recherches préliminaires permettrait de savoir si Jeanne Moussinac, dont la fidélité longue semble sans faille, a (ou non) expurgé le manuscrit de son mari, une information essentielle pour l’interprétation de l’écriture libre et fragmentaire du journal.

  • 2 2 Jean-Pierre Jossua, « Le journal comme forme littéraire et comme itinéraire de vie », dans Revue (...)

3Le texte fascine ensuite par son écriture clairement autobiographique. Il est centré sur un « Je » assumé pendant toute la durée de l’exercice et il est écrit au présent, sans visée systématique. Durant l’été, au grand regret de Jeanne Moussinac, le journal est resté lacunaire un mois. Destiné par son auteur à la publication, il répond à la définition donnée par Jean-Pierre Jossua du journal comme forme littéraire2, dont celui d’André Gide est en France, en 1950, un des modèles. À notre connaissance, sans parler de la référence à André Gide totalement impossible à assumer depuis 1936, aucun intellectuel communiste ne pratique ce type d’écriture. Deux ans après les débuts de la guerre froide, l’heure est pour eux au combat de classe, à la fusion du « Je » dans le « Nous », et l’affirmation de l’individualité laisse suspecter l’individualisme bourgeois. Dans le mouvement et les rangs communistes, les ruptures se multiplient, les clivages se creusent et, dans les comités de rédaction des revues, les jeunes remplacent les anciens.

  • 3 Léon Moussinac, Journal des 60 ans, p. 56 et 59.
  • 4 Je reprends ici la catégorisation utilisée par Jeannine Verdès-Leroux dans son ouvrage.
  • 5 Benoît Pouvreau, « La politique d’aménagement du territoire d’Eugène Claudius-Petit », dans Vingtiè (...)
  • 6 Annie Besse devint ensuite, après sa rupture avec le Parti communiste, l’historienne Annie Kriegel.

4Constitué de notes de tailles variables, allusives ou développées, le journal de Léon Moussinac sert d’agenda et de bloc-notes… Rendez-vous, dîners, livres lus, films et pièces de théâtre vus, professeurs, élèves, cours et concours d’entrée de l’EnsAD, conversations et réflexions diverses disent la richesse du quotidien de leur auteur, un intellectuel aux multiples casquettes. Le samedi 18 mars3, par exemple, on lit : « Travaillé mon cours du 24 », qui s’avère être, le jour dit, une conférence sur l’histoire du cinéma, proposée à la Sorbonne avec la projection d’extraits de films. En 1950, Léon Moussinac, spécialiste reconnu du cinéma et du théâtre depuis les années 1920, est devenu un intellectuel communiste autonome4. Il dirige l’EnsAD, l’École nationale des arts décoratifs, située rue d’Ulm à Paris, un poste de prestige sur lequel il est nommé en 1946 grâce à l’appui d’Eugène Claudius-Petit, personnalité éminente de la Résistance, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme du gouvernement Queuille5, un poste qu’il quitte en 1959, la veille de ses 70 ans, laissant au sein de l’institution le souvenir d’un directeur compétent. Avant-guerre, Léon Moussinac était un permanent communiste, il dirigeait les ESI (Éditions sociales internationales). Il se distingue ainsi des intellectuels d’appareil de la fédération de la Seine, où Annie Besse6, Jean Jérôme et d’autres font la pluie et le beau temps. Son expérience et son indépendance financière autorisent ce choix littéraire et expliquent ses positions dans le champ littéraire et culturel.

  • 7 Léon Moussinac, Journal des 60 ans, 5 février 1950, p. 34.
  • 8 Annie Burger, « Les voix du souvenir. Éléments pour l’étude de la vie posthume de Paul Vaillant-Cou (...)

5Ancien du Parti communiste auquel il a adhéré en 1924, Léon Moussinac y fait office d’homme-mémoire du mouvement intellectuel et artistique d’avant-guerre. Il est sollicité à ce titre pour de nombreuses commémorations, l’ordinaire du travail d’intellectuel communiste. Entre janvier et mars, Maurice Thorez lui demande personnellement de rassembler une documentation sur la disparition en mer, à son retour d’URSS, de Raymond Lefebvre, l’un des plus actifs militants du comité de la IIIe Internationale en 1920. Il dit simultanément préparer une « histoire du mouvement intellectuel dans le parti jusqu’au congrès d’Arles », « aussi marxiste qu’il me sera possible7 ». Ce projet aboutit en 1957. Ami de Paul Vaillant-Couturier, mort en 1937 et toujours figure de proue des combats culturels communistes8, Léon Moussinac participe à Villejuif aux cérémonies d’inauguration de son buste dû au sculpteur Georges Salendre. Toute l’année, il retravaille la pièce Le Père Juillet, écrite à quatre mains avec Vaillant-Couturier en 1926, et multiplie les contacts pour la monter. En avril, il est persuadé que cela pourra se faire à l’automne à Aubervilliers.

  • 9 Jean-Pierre Jossua, op. cit.
  • 10 Pierre Daix, J’ai cru au matin, Paris, Robert Laffont, 1976, p. 190.

6Le journal de Léon Moussinac permet enfin, last but not least, accomplissant ainsi une de ses finalités, d’« inscrire l’itinéraire d’un homme9 », de saisir comment un intellectuel, fidèle entre les fidèles, tombe en disgrâce à cause des raidissements idéologiques de la guerre froide. Depuis 1947, il vit une forme de marginalisation, consécutive à un désaveu artistique. Son ouvrage Les Statues de sel, publié par les éditions communistes Hier et Aujourd’hui, a été jugé pornographique en interne par Jean Jérôme10 et sa diffusion sabotée. Cette couleuvre avalée ne l’a pas transformé en dissident, pas plus que ne le font ensuite les attaques menées contre lui par Auguste Lecœur, mais elles amènent de facto une distance. Le 8 décembre 1950, Moussinac se dit mis en cause publiquement pour avoir défendu dans l’Humanité la peinture de Picasso quand le Parti communiste célébrait l’art réaliste socialiste d’André Fougeron. L’art doit être au service de l’idéal communiste, selon des modalités qui excluent les pratiques de Moussinac. Profondément blessé par ces accusations, s’estimant victime d’une injustice, il consacre à l’ensemble de « l’affaire » pendant les cinq semaines suivantes des notes multiples, rapportant les soutiens reçus (de Francis Jourdain et de Pablo Picasso), expliquant son choix de ne pas répondre publiquement alors qu’il y est invité, tout en se défendant à titre privé auprès de Jacques Duclos dans une lettre que Patrick Cazals et Jean-Louis Lods ont eu la bonne idée de faire figurer dans les annexes.

  • 11 Ils sont conservés dans les archives municipales d’Ivry-sur-Seine (94).
  • 12 Denis Peschanski, René Rémond (dir.), Carnets de Marcel Cachin (1906-1947), Paris, CNRS Éditions, 1 (...)
  • 13 Valérie Vignaux (dir.), Léon Moussinac un intellectuel communiste, Paris, AFRHC, 2014, 472 p., avec (...)

7Bien des notations très allusives sont devenues obscures. L’ensemble, pour se révéler, doit être croisé avec d’autres sources, les cahiers de Maurice Thorez par exemple, toujours inédits11, ou les carnets de Marcel Cachin12. Il mérite une étude approfondie. La redécouverte de Léon Moussinac et l’évaluation de son œuvre, largement lancées par Valérie Vignaux13 et François Albera, laissent penser que l’ouvrage trouvera bientôt son ou ses historiens. Quelle bonne nouvelle !

Haut de page

Notes

1 Jeannine Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Fayard-Minuit, 1983, 585 p.

2 2 Jean-Pierre Jossua, « Le journal comme forme littéraire et comme itinéraire de vie », dans Revue des sciences philosophiques et théologiques, 2003/4, p. 703 à 714.

3 Léon Moussinac, Journal des 60 ans, p. 56 et 59.

4 Je reprends ici la catégorisation utilisée par Jeannine Verdès-Leroux dans son ouvrage.

5 Benoît Pouvreau, « La politique d’aménagement du territoire d’Eugène Claudius-Petit », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 79, 2003/3, p. 43 à 52.

6 Annie Besse devint ensuite, après sa rupture avec le Parti communiste, l’historienne Annie Kriegel.

7 Léon Moussinac, Journal des 60 ans, 5 février 1950, p. 34.

8 Annie Burger, « Les voix du souvenir. Éléments pour l’étude de la vie posthume de Paul Vaillant-Couturier », dans Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 49, 1992, p. 83 à 110.

9 Jean-Pierre Jossua, op. cit.

10 Pierre Daix, J’ai cru au matin, Paris, Robert Laffont, 1976, p. 190.

11 Ils sont conservés dans les archives municipales d’Ivry-sur-Seine (94).

12 Denis Peschanski, René Rémond (dir.), Carnets de Marcel Cachin (1906-1947), Paris, CNRS Éditions, 1993-1997.

13 Valérie Vignaux (dir.), Léon Moussinac un intellectuel communiste, Paris, AFRHC, 2014, 472 p., avec la collaboration de François Albera, préface de Pascal Ory.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac, « Léon Moussinac, Journal des 60 ans », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13815

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page