Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Corbin, La fraîcheur de l’herbe. Histoire d’une gamme d’émotions de l’Antiquité à nos jours

Paris, Fayard, collection « Histoire », 2018, 237 p., 19 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Alain Corbin, La fraîcheur de l’herbe. Histoire d’une gamme d’émotions de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, collection « Histoire », 2018, 237 p., 19 €.

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin, La douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions de l’Antiquité à nos jours, Paris, (...)

1Après les arbres et les émotions qu’ils ont générées dans la littérature1, Alain Corbin explore les sensations exprimées dans les œuvres de fiction à propos de l’herbe. Déclinant en douze chapitres les principaux topoï associés à la verdure des prés et des champs, l’historien dégage les grandes lignes d’une poétique du couvert végétal le plus ordinaire et, en même temps, le plus évocateur.

2La scène génésique occupe une grande place dans la littérature sur l’herbe : signe des cycles de la nature, texture moirée diaprée de vert, puissance du végétal inscrit dans une multitude de formes, la verdure se prête à de nombreuses variations esthétiques : les « hautes herbes » dans lesquelles s’enfonce Thoreau au 19e siècle suscitent sa « sympathie » (p. 20) ; Proust éprouve « un sentiment d’apitoiement à l’égard des herbes folles » (p. 21). Cette moisson d’émotions s’organise à partir de grands archétypes littéraires sédimentés : « l’herbe paradisiaque » (p. 32) en particulier travaille les imaginaires depuis l’Antiquité grecque ; avec la Bible, l’herbe s’impose dans le récit de la Chute ; enfin, la « symbolique sociale » de la verdure fait correspondre « l’humilité de l’herbe » aux représentations de « la plèbe » (p. 34). Si l’herbe est associée au commencement, c’est aussi parce qu’elle renvoie, dans la littérature, à l’enfance. Le « liseron en fleur » (p. 38) de George Sand, l’odeur « de l’herbe et du foin » (p. 39) rapportée par Julien Gracq, « l’onde » végétale traversée par Lamartine tressent des imaginaires enfantins s’estompant avec la modernité. L’historien remarque que les jardins clos restreignent les contacts avec les espaces herbeux plus indisciplinés.

3Précisément, la fiction est l’occasion de décrire les formes mêmes du couvert végétal : le pré, que Gustave Roud invite à contempler (p. 53), « lance des messages sensoriels riches et variés » (p. 57) ; la prairie est un espace d’immersion (Ronsard s’y promène pour éprouver ses « plaisirs rustiques » [p. 67], William Hazlitt se réjouit du chromatisme luxuriant qu’il y retrouve [p. 72]). Par-delà la diversité des espaces dans lesquels l’herbe vient produire une grande variété de sensations, l’accueil qu’elle offre – pour le repos notamment – est l’occasion de descriptions fines des corps alanguis : Ronsard « dor[t] ou se repose » sur la verdure (p. 86) ; John Cowper Powys y dépose ses angoisses (p. 88-89). Scrutant « le petit monde de l’herbe » (p. 105), Alain Corbin rapporte toutes les allusions aux populations animales qui nichent dans la verdure : les Géorgiques de Virgile rappellent le bourdonnement des abeilles dans l’herbage piqué de fleurs (p. 107) ; Maupassant décrivait les « monstres effroyables et microscopiques » qu’il observait le long des tiges vertes (p. 113).

4Alain Corbin consacre un chapitre aux thèmes du « bucolique » et de la « pastorale », qui ne cessent d’animer les formes littéraires « sous des formes périodiquement réaménagées » (p. 119). L’univers arcadien et le dieu Pan sont aux sources d’une fiction foisonnante qui, notamment chez Virgile, composent des représentations imaginaires d’espaces herbeux traversés d’animaux et jalonnés d’arbres. Au 18e siècle, une nouvelle « frénésie bucolique s’empare de la France » (p. 126) : la nature ne doit plus être contrainte et l’expression végétale doit pouvoir s’imposer dans ses formes les plus libres.

5Le « travail de l’herbe » a également été l’occasion d’une multitude d’expressions sensorielles : la fauche des prés, la coupe des broussailles délivrent les « odeurs de la fenaison » (p. 135). Ainsi Gérard de Nerval s’enivre, littéralement, de ces fragrances du foin coupé (p. 141). La verdure distingue aussi des classes sociales : « la pelouse est aristocratique » (p. 144).

6Alain Corbin consacre un chapitre éclairant à la sensualité de l’herbe : les corps qui s’y noient, les jouissances qui s’y dissipent découpent la verdure comme une carte du tendre. Enfin, l’historien aborde la thématique du morbide : l’herbe est bien le symbole de la « transitivité de l’homme » (p. 189). Ronsard voit dans la verdure la possibilité d’une renaissance (p. 190). C’est au cimetière que le tragique de l’herbe, couvrant les tombes ou les allées, s’exprime puissamment : le sépulcre de Jean Valjean est ainsi caché par « les hautes herbes » (p. 201), comme une matérialisation de l’effacement mémoriel.

7L’abondance des références fait de ce petit ouvrage un précis d’histoire littéraire des émotions végétales. Alain Corbin explore ainsi les représentations lettrées d’une nature que la fiction intègre dans l’ordre des représentations, selon des plis temporels qui s’enchevêtrent et se superposent.

Haut de page

Notes

1 Alain Corbin, La douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Alain Corbin, La fraîcheur de l’herbe. Histoire d’une gamme d’émotions de l’Antiquité à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13822

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page