Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Marie-José Grihom, Héloïse Morel, Une femme sur trois. Les violences faites aux femmes, d’hier à aujourd’hui

Poitiers, Éditions Atlantique, 2019, 80 p., 9 €.
Éloïse Dreure
Référence(s) :

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Marie-José Grihom, Héloïse Morel, Une femme sur trois. Les violences faites aux femmes, d’hier à aujourd’hui, Poitiers, Éditions Atlantique, 2019, 80 p., 9 €.

Texte intégral

1Il y a des sujets qui nécessitent que l’on y revienne régulièrement, pour rappeler des vérités trop souvent occultées ou banalisées, des faits face auxquels il est urgent de se mobiliser. La brochure Une femme sur trois a été conçue dans le but de comprendre et de replacer dans un contexte historique et sociétal le phénomène des violences faites aux femmes parce qu’elles sont femmes. Fabriquée de façon à être attractive et facilement lue, illustrée par des œuvres d’art mettant en scène ces violences, des articles de presse, des bandes dessinées, des images de campagnes de sensibilisation, elle s’adresse à tous et constitue un remarquable outil pédagogique.

2Les auteurs commencent par évoquer les violences faites aux femmes dans l’histoire, les formes qu’elles ont pu prendre, les traces qui en sont parvenues jusqu’à nous, par des textes ou des œuvres d’art, l’évolution de la perception de ces violences et des victimes. Différents thèmes sont ensuite abordés, comme les lieux où la violence sexuelle est à l’œuvre, les gestes et les mots que désigne cette violence, l’encadrement juridique, la prise en compte de cette violence, la façon dont elle est conditionnée par la société, le profil des victimes et celui des agresseurs… Des questions cruciales sont ainsi abordées. D’abord la question des chiffres. Les auteurs commencent par rappeler qu’au moins 217 000 femmes subissent des violences tous les ans en France, un chiffre qui reste néanmoins en dessous de la réalité. Il devient néanmoins parlant lorsqu’on le traduit par « une femme sur trois ». De même, il faut rappeler que, en France toujours, une femme décède tous les 2,5 jours victime de son conjoint, une femme sur dix de moins de 20 ans déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie, huit femmes sur dix déclarent avoir connu plusieurs épisodes de violences physiques autres que sexuelles, 16 % des femmes déclarent avoir subi des viols ou des tentatives de viol au cours de leur vie et 100 % des femmes ont été harcelées dans l’espace public ou les transports.

3Tous les milieux sociaux sont concernés et il n’existe aucun lieu où les violences sexuelles ne sont pas à l’œuvre. Les agresseurs peuvent être de parfaits inconnus, mais évoluent bien plus souvent dans l’entourage de la victime. Les violences faites aux femmes n’ont que rarement lieu dans l’exceptionnel. Elles constituent au contraire une part importante du quotidien des femmes. Pour les comprendre, il faut donc replacer ces violences dans le contexte qui leur permet d’exister et de bénéficier d’une certaine impunité, celle de la société patriarcale dans laquelle nous évoluons, où règne une domination masculine intégrée par les hommes comme par les femmes. L’éducation, le poids de la tradition permettent une banalisation et une acceptation des réflexions misogynes et des propos machistes, créant un environnement qui, en rabaissant continuellement les femmes, favorise les agressions physiques à leur encontre. En faisant l’histoire de ces agressions, on constate que les violences du mari à l’égard de sa femme ont longtemps été considérées comme admissibles, voire nécessaires, tout comme le rapt et le viol ont été souvent considérés comme des moyens de prendre des épouses.

4Cette domination masculine à l’œuvre dans la société permet une invisibilité des violences de genre, tout le problème étant justement de les considérer comme des violences et de les définir pour les rendre existantes. L’expression « violences sexuelles » n’apparaît dans le Code pénal qu’au début du 21e siècle, ce qui confirme le retard de la société face à ce phénomène. Il a fallu du temps pour les nommer et le combat n’est pas terminé. Il est encore nécessaire de promouvoir l’utilisation de l’expression « violence de genre » pour qualifier toutes les violences faites aux femmes parce qu’elles sont femmes, et de parler des agressions avec des mots précis, choisis. De même, ce n’est que depuis les années 1970 que l’on parle des violences sexuelles dans la presse de façon sérieuse, mais le vocabulaire utilisé contribue bien trop souvent à édulcorer la réalité de ces violences et à minimiser leur gravité. La presse, lorsqu’elle parle de violences conjugales et même de féminicides, les traite comme des faits divers et ne les analyse pas comme étant une part du problème global des violences de genre. Le même problème se pose pour définir la pédophilie. Pour évoquer ce crime, on a longtemps utilisé des mots comme « atteintes », « agressions » ou « attentat à la pudeur ». Cette non-qualification des agressions sexuelles contribue à la difficulté pour les victimes de se reconnaître en tant que victimes. Lorsqu’elles décident de parler de ce qu’elles ont subi, de dénoncer leurs agresseurs, elles se retrouvent confrontées à une violence supplémentaire qui est celle de devoir se battre pour être entendues, être crues et être accompagnées. L’agresseur, au contraire, est bien souvent entendu, voire excusé. La femme victime est considérée coupable par une société qui lui demande des comptes sur son comportement, sa façon de s’habiller ou d’interagir avec les hommes. Elle est ramenée à sa condition de femme dans une société dominée par les hommes et modelée par et pour eux.

5Les victimes sont découragées et poussées au silence, ce qui permet à ces violences de continuer à exister sans être considérées comme telles. C’est ainsi particulièrement vrai pour le harcèlement de rue, qui touche pourtant toutes les femmes, ou le harcèlement au travail, qui prend surtout la forme d’insultes et de pressions psychologiques. Elles sont banalisées et minorées, donc rarement dénoncées, et lorsque le terme de « harcèlement » est utilisé, c’est bien souvent pour définir ce qui est en fait une agression sexuelle.

6Par le passé, les victimes de viol ont été longtemps considérées comme fautives et mises à l’écart de la société. Aujourd’hui encore, l’idée de honte et de salissure reste associée au viol. Là encore, la victime, de par son comportement, est perçue comme étant coupable de ce qu’elle a subi. On lui reproche plus ou moins implicitement d’avoir dérogé à la place qui est la sienne dans la société, d’avoir adopté un comportement réservé aux hommes. La « culture du viol » dans laquelle nous évoluons garantit souvent l’impunité pour l’agresseur.

7Le viol conjugal reste un des crimes qui continue de susciter des débats et un des plus difficiles à dénoncer. On parle de « viol conjugal » lorsqu’il y a relation sexuelle brutale non consentie entre les membres d’un couple. Il représente une part importante des viols commis, pourtant seules 2 % des victimes portent plainte. Il a fallu attendre 1992 pour que la Cour de cassation confirme que l’épouse n’est pas obligée de se soumettre au « devoir conjugal », mais dans la société, le corps de la femme est encore largement considéré comme étant à la disposition de son compagnon. Les femmes victimes doivent se battre pour avoir le droit de dénoncer leur conjoint et pour que ce qu’elles ont subi soit reconnu comme étant un viol. Ce crime, commis dans l’espace familier du foyer, reste encore invisible.

8Cette banalisation, voire acceptation, des violences faites aux femmes contribue à entraver la liberté des femmes à évoluer dans la société et réduit leur espace de vie. Elles sont nombreuses à préférer renoncer à se déplacer dans certains lieux, par crainte d’être harcelées ou de subir des violences sexuelles ou verbales, ou à adapter leur tenue et leur comportement, à redéfinir leurs attentes et leurs projets pour correspondre à ce qu’exige d’elles la société patriarcale. Les femmes sont rendues plus vulnérables que les hommes dans n’importe quel environnement, mais particulièrement dans des contextes de crise ou de danger. En cas de guerre, le viol des femmes est une arme utilisée massivement et s’accompagne souvent d’une mise en esclavage. Les agresseurs exercent une emprise sur leurs victimes, qui entraîne chez elles un état de dissociation les empêchant de réagir et de se défendre. Malgré tout, depuis longtemps, les femmes réagissent et s’organisent pour faire reconnaître leurs droits. Mais, cette brochure le rappelle, le combat est loin d’être terminé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éloïse Dreure, « Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Marie-José Grihom, Héloïse Morel, Une femme sur trois. Les violences faites aux femmes, d’hier à aujourd’hui », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13830

Haut de page

Auteur

Éloïse Dreure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page