Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Rosa Parks, Mon Histoire. Une vie de lutte contre la ségrégation raciale

Montreuil, Libertalia, 2018, 190 p.
Olivier Maheo
Référence(s) :

Rosa Parks, Mon Histoire. Une vie de lutte contre la ségrégation raciale, traduit de l’américain par Julien Bordier, Montreuil, Libertalia, 2018, 190 p.

Texte intégral

1Le nom de Rosa Parks (1913-2005) résume dans l’esprit de bien des Français l’essentiel de ce que fut le mouvement pour les droits civiques. De sa vie qui fut longue, on ne retient le plus souvent que le geste spontané d’une femme fatiguée qui, le 1er décembre 1955, refuse de céder son siège dans un bus de la ville ségréguée de Montgomery. Son acte isolé aurait mis à bas la ségrégation.

  • 1 Voir Jeanne Theoaris, « Accidental Matriarchs and Beautiful Helpmaids », dans Emily Crosby (dir.), (...)

2Son entrée au panthéon national américain se fait sous cette désignation de « mère du mouvement des droits civiques » : elle a été enterrée dans l’enceinte du Capitole à Washington D.C., 31ème figure nationale à être ainsi honorée, mais première femme. Le New York Times la proclame « matriarche accidentelle du mouvement des droits civiques », elle qui a pourtant milité plus de vingt ans avant 1955 dans des conditions des plus dangereuses1 !

3Il n’est sans doute guère de mythe aussi puissamment évocateur, mais surtout aussi éloigné de la réalité, les deux allant sans doute de pair. Rosa Parks fut toute sa vie une militante résolue et infatigable du combat contre les discriminations. Face au sexisme de bien des leaders du mouvement noir, elle fut souvent circonscrite à un rôle de second plan, dans lequel elle représentait la figure de la femme faible et offensée. Face aux récits tellement déformés de la presse, elle choisit la discrétion et souvent le silence.

4Elle n’a pas fait l’objet de beaucoup d’ouvrages, hormis de nombreuses publications enfantines et des ouvrages de journalistes, souvent brefs et répétitifs. Nous ne trouvons que deux biographies écrites par des historiens, ce qui est bien peu comparé aux plus de 200 ouvrages consacrés à Martin Luther King Jr.

5Cette autobiographie, coécrite en 1992 avec le journaliste Jim Haskins et traduite par Julien Bordier en 2018, nous fait entendre sa véritable voix et nous la fait découvrir bien différente des représentations édifiantes qui ont été données d’elle et qui l’ont poursuivie toute sa vie. Titré en anglais Rosa Parks, My Story, le livre est d’abord publié dans une collection destinée à un public de jeunes adultes. Mais il est loin des récits édifiants proposés sur Rosa Parks.

  • 2 En mars 1931, neuf jeunes garçons afro-américains furent accusés de viol et arrêtés après avoir éch (...)
  • 3 Suite à l’arrestation de Rosa Parks fut lancé à Montgomery un mouvement de boycott des autobus de l (...)

6Rosa Parks, née Louise McCauley, raconte une enfance ségréguée, à cueillir le coton, « “From can to can’t”. Ça voulait dire du moment où on y voyait quelque chose, jusqu’à ce qu’on n’y vît plus rien ». Après un mariage avec Raymond Parks (1903-1977) et un diplôme d’études secondaires en 1933, elle participe aux côtés de son mari aux activités militantes en faveur des « neuf de Scottsboro2 » avec l’International Labor Defense (ILD), une organisation de défense juridique liée au Parti communiste américain. Elle dit ignorer de quelle organisation il s’agissait, sans doute une prudence héritée du maccarthysme. Elle s’implique à partir de 1940 dans la National Association of the Advancement of Colored People (NAACP), qui devient durant ces années une organisation militante de masse. Alors qu’elle est arrêtée le 1er décembre 1955, cela fait des mois qu’elle préparait une telle action contre la ségrégation dans les transports, même si elle n’était pas pressentie pour y jouer le rôle clé. Projetée sur la scène nationale par le « boycott de 381 jours3 », cette célébrité est paradoxale : elle est au prix de son silence. La pression du maccarthisme et des normes sociales impose que son passé militant soit effacé, qu’elle devienne la timide et discrète couturière, fatiguée, voire même plus vieille qu’elle n’est en réalité. La politique de la respectabilité adoptée favorise cette iconisation : toute représentation d’une femme engagée est proscrite ; évidemment toute mention de son passage à la Highlander Folk School, une école militante radicale au parfum sulfureux de communisme, l’est aussi. Son militantisme à la NAACP passe de même sous le boisseau.

  • 4 Jeanne Theoaris, The Rebellions Life of Mrs. Rosa Parks, Boston, Beacon Press, 2013, p. 170-171.
  • 5 Rosa Parks, « I’d Do It Again Says Rights Action Initiator », Latimes.com, 16 décembre 1965.

7Par ailleurs on découvre qu’entre 1957 et 2005, Rosa Parks a vécu et milité pendant 48 ans dans le Nord, à Detroit. Toutes les interviews de Rosa Parks par la presse dans ces années sont consacrées au passé, notamment à Montgomery, et même lorsqu’elle est interrogée sur la situation présente, c’est celle du Sud, où elle ne vit plus depuis 19574. Elle a peu l’occasion de donner son avis sur la situation à Detroit ou ailleurs au Nord. Pour l’anniversaire des dix ans du boycott, le Los Angeles Times la questionne et elle arrive à placer ces mots : « Je ne peux pas dire que nous aimions Detroit plus que Montgomery »5. C’est sa manière de dire les choses, souvent en demi-teinte et ne livrant jamais d’informations sur elle-même.

8À propos de la grande marche sur Washington de l’été 1963, elle relève que les femmes n’ont leur place ni dans la tête du cortège ni parmi les oratrices. Les épouses des leaders défilent séparément. Elle dénonce cet état de fait en quelques mots : « Aujourd’hui les femmes n’accepteraient pas d’être ainsi reléguées à l’arrière-plan ». Par ailleurs ses opinions politiques sont bien plus radicales que celles des leaders du mouvement pour les droits dans le Sud. Elle se rend en 1957 à Detroit, à l’invitation du syndicat Local 600, de l’UAW, réputé pour ses liens avec la gauche et son passé communiste. Elle consacre aussi trois pages à dire sa fascination pour Malcolm X : « J’avais beaucoup d’admiration pour lui, connaissant son histoire, sachant d’où il venait et comprenant à quel point il avait dû se battre pour se faire respecter. (…) J’approuvais certaines de ses prises de position » (p. 182-183). Elle présente la non-violence comme une tactique efficace, mais dont elle n’est pas une inconditionnelle.

9Certains ont pu écrire que Rosa Parks aurait accepté sa réification de son vivant. Il est difficile de suivre ce point de vue, tant elle n’a jamais caché ses opinions plus progressistes que celles de bien des leaders. Les mécanismes qui ont produit cette transformation en icône inoffensive associent les déterminants du genre, de la classe, et de l’idéologie dominante pour faire entrer son image dans le récit dominant. Lire son autobiographie, que Julien Bordier nous offre enfin, est indispensable pour découvrir la réalité derrière le mythe.

Haut de page

Notes

1 Voir Jeanne Theoaris, « Accidental Matriarchs and Beautiful Helpmaids », dans Emily Crosby (dir.), Civil Rights History from the Ground Up : Local Struggles, a National Movement, Athens, University of Georgia Press, 2011, p. 385 et 392.

2 En mars 1931, neuf jeunes garçons afro-américains furent accusés de viol et arrêtés après avoir échappé à une tentative de lynchage. Après un procès expéditif, huit d’entre eux furent condamnés à mort, malgré les rapports médicaux qui les innocentaient. La mobilisation en leur faveur, menée notamment par le Parti communiste et la NAACP, permit d’obtenir en 1933 et 1935 de nouveaux procès, où ils furent condamnés à des peines de prison, puis leur libération quelques années plus tard.

3 Suite à l’arrestation de Rosa Parks fut lancé à Montgomery un mouvement de boycott des autobus de la ville par les Noirs, afin d’obtenir l’abolition de la ségrégation dans les transports. Le succès de ce mouvement permit d’obtenir, après 381 jours de boycott, un jugement de la Cour suprême déclarant contraire à la Constitution la ségrégation dans les transports publics. Le pasteur Martin Luther King fut l’un des organisateurs de cette mobilisation.

4 Jeanne Theoaris, The Rebellions Life of Mrs. Rosa Parks, Boston, Beacon Press, 2013, p. 170-171.

5 Rosa Parks, « I’d Do It Again Says Rights Action Initiator », Latimes.com, 16 décembre 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Maheo, « Rosa Parks, Mon Histoire. Une vie de lutte contre la ségrégation raciale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13850

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page