Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145DOSSIERPenser les violences religieuses ...

DOSSIER

Penser les violences religieuses en Méditerranée : Introduction

Anne Jollet
p. 15-18

Texte intégral

  • 1 Nous avons encore en tête la litanie morbide du docteur Jérôme Salomon, directeur général de la San (...)

1Avec beaucoup de retard lié à l’effet de sidération du temps suspendu de ce printemps 2020, les Cahiers d’histoire reprennent les échanges avec les lecteurs, lectrices et ami•es. Contraint•es par les prudences sanitaires, par les interdits gouvernementaux, nous nous sommes replié•es sur les cellules familiales, les liens de solidarité les plus proches. Nous avons essayé néanmoins, en dépit de l’éloignement physique, de la crainte de la maladie, du choc des décès de proches, de maintenir des expressions d’analyses partagées et des formes de mobilisation collective1. Nous avons poursuivi en particulier notre engagement dans le collectif des revues en lutte, dont nous publions le manifeste en tête de ce numéro pas comme les autres. Les Cahiers d’histoire sont, certes, une revue militante qui, plus que d’autres, existe surtout par le bénévolat et le soutien d’une structure associative. La menace qui pèse sur les financements publics de la recherche la concerne moins que d’autres revues, structurellement rattachées à des laboratoires publics. Cependant, nous sommes profondément conscient•es que notre revue s’inscrit dans une économie générale de l’activité éditoriale et que notre production n’a de sens qu’au sein de la vaste toile des productions pensées, organisées par d’autres collectifs éditoriaux en histoire et autres sciences de la société. Et aussi, nous n’oublions pas le soutien vital apporté aux Cahiers par le Centre national du livre et la contribution, non moins cruciale, à la diffusion de la revue par sa mise en ligne, des équipes d’OpenEdition Journals, structure du CLÉO (Centre pour l’édition électronique ouverte) qui relève d’une unité mixte du CNRS. Au-delà de nos activités de chercheurs et chercheuses, nous sortons tous•tes de cette crise avec une conscience renforcée que nos sorts sont liés, que nous faisons société pour le meilleur et pour le pire, mais aussi que des choix de politique, des choix d’usage de l’argent public déterminent la forme et la qualité de nos existences. Les services publics, dans quelque domaine que ce soit, sont une des dimensions de ces choix, privilégiant la mise en commun et le partage sur la mise en concurrence et les inégalités générées par la recherche du profit.

2Ce numéro 145 est un numéro de lutte, dans lequel la parole collective, portée par la personne imaginaire de Camille Noûs, donne le sens de notre action.

3Les mots de la rédaction s’effacent derrière ceux du collectif des revues en lutte.

  • 2 Nous nous rattraperons avec un dossier ce mois d’octobre 2020, coordonné par Arnaud Fossier, autour (...)
  • 3 Jean Delumeau, L’Historien et la foi, Paris, Fayard, 1996.
  • 4 Bernard Cottret, « L’esprit des Lumières est compatible avec la foi chrétienne », dans Réforme,‎ 1e (...)
  • 5 Guillaume Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, Paris, Pub (...)
  • 6 Olivier Roy, L’Europe est-elle chrétienne ?, Paris, Seuil, 2019.

4Cependant, au nom de la rédaction, nous suggérons ici quelques-unes des questions posées par la thématique du dossier, « Penser la violence religieuse en Méditerranée ». Les Cahiers d’histoire ont fait assez peu de place à l’importante production historienne en matière d’histoire religieuse, profondément renouvelée depuis une trentaine d’années2. Au moment d’écrire ces mots, nous pensons à Bernard Cottret, dont le décès a été annoncé il y a quelques jours, à la fois spécialiste de la Réforme et historien devenu calviniste, interrogeant, comme beaucoup d’historiens des religions et comme les collègues auteurs de notre dossier, le rapport entre savoir et foi3. Nous pensons aussi à cette autre interrogation qui parcourt particulièrement aujourd’hui le monde des croyant•es, à laquelle il répondait par l’affirmative : « L’esprit des Lumières est compatible avec la foi chrétienne4 ». Nous retrouvons aussi l’interrogation du dix-neuvièmiste Guillaume Cuchet, intitulant sa synthèse réflexive de spécialiste d’histoire religieuse, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion5. Mais, en même temps que les appartenances religieuses et les croyances tendent à s’effacer du vécu social pour une partie de l’humanité, notamment pour une grande partie des populations européennes, les croyances restent vives ailleurs, en particulier sur le pourtour méditerranéen6.

  • 7 Jacques Ellul, L’Idéologie marxiste chrétienne, Paris, Le Centurion, 1979, rééd. La Table ronde, 20 (...)
  • 8 Concernant la France, les affrontements associés aux diverses formes de mise en œuvre de la laïcité (...)
  • 9 Cette année de centenaire de création des partis communistes, rappelons comment à l’échelle du glob (...)
  • 10 Charles Saint-Prot, Le Mouvement national arabe. Émergence et maturation du nationalisme arabe, de (...)

5Partout cependant, le développement du conservatisme en matière religieuse s’impose, rejetant loin de notre actualité les ambitions œcuméniques, les préceptes universalistes qui ont animé dans le passé certains courants religieux. Ainsi celui de la théologie de la libération, qui conjugua l’aspiration à la justice sociale avec la foi chrétienne7. L’intolérance religieuse contemporaine n’est pas l’apanage de la Méditerranée. Mais dans le microcosme méditerranéen, elle prend une forme particulièrement rude et surprenante du fait de la coexistence, de la « convivance » pour reprendre l’expression utilisée ici de Christian Lochon, depuis des siècles d’une grande diversité religieuse dans cet espace de naissance et de développement des trois monothéismes contemporains. Il s’agit de fait d’une bien plus grande diversité religieuse que la seule coexistence du judaïsme, du christianisme, de l’islam, puisqu’il s’agit aussi de la présence de multiples formes de ces religions, elles-mêmes traversées de multiples conflits, dogmatiques comme guerriers. Les articles réunis ici rappellent que cette intense dynamique religieuse ne fut pas toujours pacifique et fut le plus souvent productrice de statuts sociaux inégaux, mais qu’elle autorisa des populations de croyances différentes à continuer à vivre dans le cadre de mêmes lieux et de mêmes structures politiques. En réaction à un monde dans lequel l’affirmation des droits naturels et la laïcité, comme cadre structurant des fonctionnements sociaux, se fraient avec plus ou moins d’efficience un chemin, quel sens donner au développement contemporain de formes d’appartenance religieuse porteuses d’exclusion, de négation radicale des droits à la différence8 ? Cette violence peut-elle se lire en termes exclusivement religieux ? Certainement pas, et nous devons nous rappeler que cette réaction religieuse arrive après des décennies de répression de mouvements démocratiques qui avaient le plus souvent concilié croyances religieuses et contestation de l’ordre social ancien9. Cette fermeture identitaire se construit aussi sur le deuil des promesses d’émancipation des indépendances, de création d’une Palestine indépendante, d’affirmation d’une puissance internationale, espoirs tels qu’a pu en faire naître pour beaucoup de militants le panarabisme. Dans les dernières décennies, cette réaction religieuse conservatrice a été nourrie par l’articulation d’un autoritarisme désormais bien enraciné et d’un libéralisme économique participant de la mondialisation libérale. Ce libéralisme a ravagé les solidarités traditionnelles comme les formes de redistribution liées aux politiques socialisantes, notamment des partis Baas en Syrie et en Irak10. Les auteurs du dossier cherchent à faire penser le fait religieux par une histoire de plus longue durée, montrant l’inscription des croyances dans des contextes sociaux divers, qui les ont parfois rapprochées, parfois tenues à distance par la peur, le mépris. Les auteurs partagent l’idée que les connaissances des interactions entre les trois monothéismes qui ont façonné les sociétés méditerranéennes peuvent être porteuses à terme d’une possible acceptation des différences religieuses. Avec beaucoup d’autres, ils expriment cet idéal humaniste que la connaissance de l’histoire, notamment en matière de religion, est source de tolérance. Ainsi René Nouailhat, Ali El Yousfi Alaoui, Daniel Faivre comme Christian Lochon se retrouvent sur l’apport des études des images comme des textes sacrés à une histoire des emprunts et des proximités dans les dogmes comme dans les rituels. Montrer la réalité de la proximité dans l’histoire, des partages culturels constamment renouvelés à travers des siècles de coexistence comme source de vie commune au présent, est au-delà de l’histoire l’enjeu de ce dossier pour ses auteurs, dans un numéro 145 des Cahiers d’histoire décidément très au présent.

Haut de page

Notes

1 Nous avons encore en tête la litanie morbide du docteur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, annonçant les décès du jour. Nous avons perdu dans cette tempête des compagnons de veille intellectuelle comme le philosophe Lucien Sève, des ami•es comme l’historien Maurice Genty, soutien de notre collectif, fidèle rédacteur et lecteur des Cahiers.

2 Nous nous rattraperons avec un dossier ce mois d’octobre 2020, coordonné par Arnaud Fossier, autour des questions de l’Église et de l’ordre sexuel, du Moyen-Âge à nos jours.

3 Jean Delumeau, L’Historien et la foi, Paris, Fayard, 1996.

4 Bernard Cottret, « L’esprit des Lumières est compatible avec la foi chrétienne », dans Réforme,‎ 1er décembre 2011.

5 Guillaume Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, Paris, Publications de la Sorbonne, 2020.

6 Olivier Roy, L’Europe est-elle chrétienne ?, Paris, Seuil, 2019.

7 Jacques Ellul, L’Idéologie marxiste chrétienne, Paris, Le Centurion, 1979, rééd. La Table ronde, 2006.

8 Concernant la France, les affrontements associés aux diverses formes de mise en œuvre de la laïcité sont bien connus depuis les travaux de Jean-Paul Scot, notamment Jean-Paul Scot, « L’État chez lui, l’Église chez elle ». Comprendre la loi de 1905, Paris, Seuil, 2005.

9 Cette année de centenaire de création des partis communistes, rappelons comment à l’échelle du globe le communisme s’est conjugué avec la diversité des cultures. Ainsi, le parti communiste indonésien, sur lequel nous reviendrons dans un prochain dossier, a été dirigé par Haji Misbach, surnommé le « Hadj rouge », après avoir été l’un des dirigeants de Sarekat Islam à Solo. Ce militant de l’indépendance, devenu communiste, affirmait la compatibilité de l’islam et du communisme.

10 Charles Saint-Prot, Le Mouvement national arabe. Émergence et maturation du nationalisme arabe, de la Nahdaa au Baas, Paris, Ellipses, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Penser les violences religieuses en Méditerranée : Introduction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 145 | 2020, 15-18.

Référence électronique

Anne Jollet, « Penser les violences religieuses en Méditerranée : Introduction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 145 | 2020, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.13927

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search