Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145UN CERTAIN REGARDGrâce à Dieu, film de François Oz...

UN CERTAIN REGARD

Grâce à Dieu, film de François Ozon, 2018, 137 min.

Un film qui dénonce la pédophilie dans l’Église
Thierry Pastorello
p. 203-207

Texte intégral

1Grâce à Dieu est un film réalisé par François Ozon. Cette fiction s’inspire des affaires de pédophilie ayant éclaboussé le diocèse de Lyon, notamment l’affaire Bernard Preynat, prêtre de ce même diocèse, soupçonné d’abus sexuels sur mineurs, et parallèlement l’attitude de l’archevêque Philippe Barbarin.

2Le film débute avec le personnage d’Alexandre Guérin (Melvil Poupaud), qui est marié et a cinq enfants. Il s’agit d’une famille catholique pratiquante, milieu moyenne bourgeoisie. L’épouse d’Alexandre enseigne chez les lazaristes. Alexandre Guérin poste un courrier à l’attention de l’archevêque de Lyon Philippe Barbarin, incarné dans ce film par François Marthouret. Il l’informe des abus sexuels dont il fut victime de la part d’un prêtre de son diocèse. Or, ce clerc est encore actif. Il semble assurer une mission de la pastorale pour des collèges. Dans tous les cas, il reste régulièrement en contact avec des enfants, ce qui alarme Alexandre. La première attitude de l’archevêque de Lyon est de l’orienter vers une personne de son diocèse, Régine Maire (Martine Erhel). Cette dernière est chargée d’une mission d’écoute et de conciliation. Alexandre lui détaille, non sans douleur, son expérience traumatique avec le prêtre incriminé. Il l’informe des attouchements dont il fut victime, alors enfant, de la part de Bernard Preynat. Régine Maire lui propose une rencontre avec le père Preynat, dans le but d’une confrontation et en espérant une attitude de pardon à l’égard du prêtre. Dès le début de cette fiction, la réaction du diocèse de Lyon semble faire preuve, tout à la fois, d’absence de compassion et de désinvolture vis-à-vis d’Alexandre Guérin, ainsi que d’une volonté claire de protéger l’institution ecclésiale. Il faut souligner les prestations remarquables de François Marthouret et de Martine Erhel : ils incarnent à merveille cette timidité, voire cette légèreté face à un problème d’une extrême gravité. De même, le jeu de Bernard Verley (Bernard Preynat) est exemplaire dans sa manière de reconnaitre ses agissements, mais aussi de les minimiser et de se défausser sur sa hiérarchie. En fait, son comportement vise à ne pas assumer ses responsabilités. Au fil de l’enquête, les victimes se dévoilent. Certains courriers échangés avec les parents d’une autre victime du prêtre révèlent que même l’ancien primat des Gaules, Albert Decourtray (1923-1994), était au courant de ces agissements. L’attitude des parents d’Alexandre Guérin est aussi significative : ils accusent leur fils d’occasionner un scandale, toujours cette attitude de défense de l’institution catholique, afin d’éviter qu’elle soit ternie. Le personnage de Suzanne Crémer (Martine Schambacher) est également intéressant : cette ancienne collaboratrice du diocèse de Lyon affirme que l’institution avait connaissance depuis longtemps des agissements de Bernard Preynat. Tout au long du film, le plus choquant est l’esprit de corps manifesté par le monde ecclésiastique. Relevons au passage l’attitude froide, dénuée de toute espèce de compassion, de cet homme d’Église affirmant que Bernard Preynat restera prêtre.

3Face à cette attitude de l’institution catholique lyonnaise, il faut souligner l’action énergique et courageuse des victimes et de leurs familles. Après Alexandre Guérin, nous assistons à une cascade de révélations. François Debord (Denis Ménochet) est un personnage central et moteur. Avec son épouse Aline (Julie Duclos), ils sont combatifs et enthousiastes. François a été abusé par le prêtre incriminé. Il est alarmé et révolté de constater que le clerc coupable est encore en contact avec de jeunes garçons. Intéressante, la scène de la dispute avec son frère qui l’accuse de monopoliser ses parents : on se demande s’il s’agit de refouler des souvenirs similaires.

  • 1 Voir le site Internet de cette association d’aide aux anciens du groupe scout Saint-Luc victimes de (...)

4Gilles Perret (Éric Caravaca) est chirurgien. Lui aussi fut victime des agissements de Bernard Preynat. Son action est soutenue activement par son épouse. Il est avec François le co-organisateur de l’association La Parole libérée, créée par ces deux hommes afin que d’autres éventuelles victimes du prêtre se signalent1.

  • 2 Le pape Benoît XVI, dans une prise de position, a attribué la pédophilie à Mai 68 et à « l’absence (...)

5Le cas d’Emmanuel Thomassin (Swann Arlaud) est différent. Il semble souffrir et avoir eu des problèmes sérieux pour construire sa vie. Le personnage est presque hypersensible. Les attouchements ont commencé en 1989, alors qu’il était âgé de 9 ans. Son père montre une absence d’empathie vis-à-vis de la souffrance de son fils, une similitude avec les parents d’Alexandre Guérin. Par contre, la mère d’Emmanuel, Irène (Josiane Balasko) est attentionnée et engagée dans le combat de son fils, tout comme Pierre Debord (François Chattot) et son épouse Odile Debord (Hélène Vincent), parents de François Debord. Le silence des parents de certaines victimes relevait-il également de cette attitude de protection de l’institution catholique, ou de la crainte d’un scandale ? Finalement, la reconnaissance vient du fait de la volonté de ces victimes, qui entendent obtenir réparation et la mise à l’écart du prêtre. La réflexion de l’archevêque lors de la conférence de presse est révoltante. Le prélat affirme que certains faits sont prescrits « grâce à Dieu », ce qui a donné son titre à ce film. Cette attitude désinvolte, de la part d’une institution délivrant un discours traditionnel faisant fi de situations spécifiques, pose question. Souvenons-nous de l’intransigeance et des paroles blessantes de l’institution catholique dans son opposition à la loi Taubira instituant le mariage pour les couples de même sexe. D’ailleurs, significatif est le passage où un clerc fait un amalgame entre pédophilie et homosexualité2. Puis, répond-il par une pirouette, « On ne traitait pas de ces sujets ». Cette attitude est consternante et pour tout dire révoltante, alors que tout au long de ce film les victimes du prêtre semblent de plus en plus nombreuses.

6Ce film est une excellente mise en parallèle entre différentes victimes demandant légitimement réparation pour ce qui est, en droit français, un délit d’atteinte sexuelle sur mineur3. Une institution catholique, représentée dans ce film par les responsables du diocèse de Lyon, dont on peut se demander s’ils ont conscience de la gravité de ces délits ou perversions.

7Ce film est emblématique des difficultés de l’Église catholique face à la question des mœurs, des nouvelles formes de conjugalité, du célibat des prêtres et plus globalement des questions de société. Ce qui est en cause est le dogmatisme de l’institution. La morale catholique est en crise. Elle est vue comme affirmation d’un idéal inaccessible. Comme le note Yvon Quiniou :

  • 4 Yvon Quiniou, « Le scandale de l’Église catholique : la vraie cause », Mediapart, 27 août 2019, <ht (...)

« Il s’agit d’une morale catholique et non chrétienne, diffuse depuis son origine et qui s’enracine dans son anthropologie, sa vision de l’homme donc. Elle consiste, sur le fond de la thèse du dualisme de l’âme et du corps instauré par Dieu, à affirmer la supériorité de la première (ou de l’esprit) sur le corps, source de tous nos pêchés à travers la vie sensible qui nous éloigne de Dieu, laquelle est du coup fondamentalement dévalorisée, ce qui entraîne à condamner la sexualité, le plaisir charnel. »4

  • 5 Frédéric Martel, Sodoma, enquête au cœur du Vatican, Paris, Éditions De Noyelle, 2019, 631 p.
  • 6 Carmelo Abate, Sexe au Vatican : enquête sur la face cachée de l’Église, Paris, J’ai lu, 2012, 414  (...)

8La sexualité n’est justifiée que par la procréation. Le célibat des prêtres, institué au 12e siècle, est à replacer dans ce contexte. Il vise à rendre libre le clerc pour son ministère sacerdotal. Mais s’il est possible de concevoir mentalement cette morale, dans la réalité elle semble plus difficilement observable. Comme le souligne dans un récent ouvrage le journaliste Frédéric Martel, l’homosexualité, selon ses dires, semble assez répandue5. Il y a une duplicité fondamentale entre une doctrine réaffirmée face à l’évolution des sociétés (droit à l’avortement, couples de même sexe, divorce…) et certaines pratiques camouflées, plus ou moins ignorées et s’éloignant de cette doctrine. Il y a déjà sept ans, un journaliste italien, Carmelo Abate, publiait un ouvrage qui démontrait combien la morale catholique était peu observée parmi les ministres de l’Église catholique6. L’affaire Bernard Preynat est emblématique des dégâts occasionnés par cette attitude de duplicité. C’est là que l’institution catholique doit engager une réflexion profonde, et peut-être une sorte d’aggiornamento, sauf à voir sa crédibilité entamée.

9Le film Grâce à Dieu de François Ozon aborde à travers le cas emblématique de Bernard Preynat l’écueil que constitue une parole délivrant une morale sexuelle traditionnelle et impérieuse, mais s’accompagnant dans la réalité d’une compromission coupable vis-à-vis de certains comportements délictueux. Il appartient à l’Église catholique de trouver un moyen de dialoguer avec le monde contemporain, en faisant preuve de compréhension, mais en même temps de se poser la question de la validité d’un célibat des prêtres qui est parfois très mal vécu par les intéressés. Peut-on croire qu’autoriser les prêtres à se marier serait le remède miracle visant à faire disparaître ces coupables comportements ? Cela reviendrait à prendre de manière littérale cette phrase de saint Paul : « Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient, car il vaut mieux se marier que de brûler »7.

Haut de page

Notes

1 Voir le site Internet de cette association d’aide aux anciens du groupe scout Saint-Luc victimes de pédophilie : <https://www.laparoleliberee.fr/>.

2 Le pape Benoît XVI, dans une prise de position, a attribué la pédophilie à Mai 68 et à « l’absence de Dieu »… Voir Céline Chambraud, « Benoît XVI attribue la pédophilie dans l’Église à Mai 68 et à l’absence de Dieu », Le Monde, 11 avril 2019, <https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/11/benoit-xvi-attribue-la-pedophilie-dans-l-Église-a-mai-68-et-a-l-absence-de-dieu_5449019_3224.html>.

3 Voir <https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2274>.

4 Yvon Quiniou, « Le scandale de l’Église catholique : la vraie cause », Mediapart, 27 août 2019, <https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/270818/le-scandale-de-lÉglise-catholique-la-vraie-cause>.

5 Frédéric Martel, Sodoma, enquête au cœur du Vatican, Paris, Éditions De Noyelle, 2019, 631 p.

6 Carmelo Abate, Sexe au Vatican : enquête sur la face cachée de l’Église, Paris, J’ai lu, 2012, 414 p.

7 Paul, « 1er Épître aux Corinthiens », Bible Segond, 7.9, <http://www.bible-en-ligne.net/bible,46N-7,1-corinthiens.php>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Grâce à Dieu, film de François Ozon, 2018, 137 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 145 | 2020, 203-207.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Grâce à Dieu, film de François Ozon, 2018, 137 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 145 | 2020, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14267 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14267

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search