Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145UN CERTAIN REGARDSantiago Italia, film italien de ...

UN CERTAIN REGARD

Santiago Italia, film italien de Nanni Moretti, 2018, 80 min.

Un regard italien sur le coup d’État au Chili de 1973
Thierry Pastorello
p. 208-211

Texte intégral

1Nanni Moretti est un cinéaste engagé et analyste fin de la société italienne. Il est, entre autres, l’auteur du film Le Caïman, biographie critique de Silvio Berlusconi. Son dernier film, Santiago, Italia, entrevoit le rôle de l’ambassade d’Italie à Santiago du Chili lors du coup d’État du 11 septembre 1973, qui mit fin au gouvernement socialiste de Salvador Allende (1908-1973). Le film est un documentaire ponctué d’interviews, divisé en trois parties : 1970-1973, 11 septembre 1973, ambassade d’Italie.

1970-1973

  • 1 Née le 21 mai 1945, écrivaine, elle fut l’épouse de deux dirigeants du MIR (Mouvement de la gauche (...)
  • 2 Réalisateur, scénariste et acteur, né le 9 août 1942, engagé au côté de l’Unité populaire. Voir Gab (...)
  • 3 Salvador Allende ayant obtenu 36,6 % des voix, il fallait que le Congrès chilien confirme l’électio (...)
  • 4 Vincent Duchaussoy, « Les socialistes, la Banque de France et le “mur d'argent” (1981-1984) », Ving (...)

2Le film revient dans la première partie sur la période de l’Unité populaire. D’abord, il y a l’élection de Salvador Allende le 4 septembre 1970, avec 36,6 % des voix. L’écrivaine Carmen Castillo1 (née en 1945) souligne l’intensité de vie et l’espérance qui était celle de tout le peuple chilien. Le réalisateur et scénariste Miguel Littin2 parle d’un moment important pour une génération. On allait changer le pays de manière positive. Le cinéaste chilien Patricio Guzman (né en 1941) note la popularité de Salvador Allende. On veut une éducation pour tous les enfants. La question se pose : faut-il avancer sans transition vers le socialisme ou faut-il avancer sans effrayer la bourgeoisie ? Le film décrit les manifestations, l’enthousiasme de la population chilienne. Le socialiste arrivait démocratiquement au pouvoir dans un pays latino-américain. Cependant, et ici le drame se prépare, il y a l’opposition de la droite chilienne, d’abord pour tenter d’empêcher l’arrivée au pouvoir d’Allende3, sans oublier l’hostilité profonde des États-Unis d’Amérique et particulièrement du secrétaire d’État américain Henry Kissinger (né en 1923). Dans un second temps, elle encourage la sédition, car elle n’accepte en aucune façon qu’un socialiste puisse gouverner. La gauche est jugée indigne de gouverner. Ceci fait penser un peu au climat en France après la victoire de François Mitterrand (1916-1996) le 10 mai 19814. Le problème est que la droite possède les médias et en fait usage pour déstabiliser le pouvoir de Salvador Allende. Ce dernier affirme qu’il ne quittera pas le palais de la Moneda avant d’avoir accompli la mission que le peuple lui a confiée.

11 septembre 1973

3Le coup d’État débute le 11 septembre 1973. Le pouvoir militaire demande au président de la République de remettre ses pouvoirs. Alors s’installe la peur. L’armée exige que le palais de la Moneda soit évacué avant 11 heures. Comme l’indique ce film, on assiste avec l’arrivée d’Augusto Pinochet à une rupture avec la vie démocratique. Le pays devient atroce, les rues sont surveillées, la terreur règne. On ne sort plus. Cette chape de plomb qui fait basculer ce pays latino-américain dans la dictature est très bien décrite. Le film montre les prisonniers politiques rassemblés dans le stade national. Il avance le chiffre de 7 000 prisonniers. L’universitaire Olivier Compagnon écrit :

  • 5 Olivier Compagnon, « Chili, 11 septembre 1973. Un tournant du XXe siècle latino-américain, un événe (...)

« Au nom de l’éradication du cancer marxiste et de la restauration des intérêts supérieurs de la nation, (…) l’exécution sommaire de milliers de militants, la traque des opposants jusque dans leurs lointains exils ainsi que la systématisation de la torture comme méthode de gouvernement instituèrent un terrorisme d’État, jusque-là inédit par son ampleur. »5

  • 6 Voir Au nom de Dieu, réalisé par Patricio Guzmán, 1985, 95 min. L’archevêque soutient activement le (...)
  • 7 Voir Eduardo Silva, « Chili : une Église en crise », Études. Revue de culture contemporaine, n° 425 (...)

4On peut aussi mentionner la disparition et l’assassinat de nombre de militants du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire), notamment de son dirigeant Miguel Enriquez (1944-1974). L’interview du militaire chilien Guillermo Garin, qui fut proche d’Augusto Pinochet, est stupéfiante par son interprétation de la réalité : « Le coup d’État a été une très bonne chose. Les militaires ne faisaient pas de politique. Le gouvernement militaire a reconstruit la démocratie. Il n’y avait plus que l’idéologie marxiste ». Il nie la torture, ce qui en plus est un déni des souffrances endurées. Selon ses propos, une guerre civile avait cours et il fallait y mettre fin. Cela justifie la répression militaire, très bien évoquée dans le film de Nanni Moretti. Plus loin, dans le cours du film, il est clairement affirmé combien le peuple était démuni. L’image de prisonniers attachés avec des militaires leur marchant dessus est terrible. Elle incarne tout à la fois la brutalité du régime militaire et le rabaissement d’êtres humains à l’état d’objet. La journaliste Marcia Scantlebury (née en 1945) parle d’une torture insoutenable. L’artisane Victoria Saez mentionne que son nom fut donné sous la torture et affirme que personne ne peut résister à la torture. Soulignons l’attitude de l’Église catholique chilienne, notamment de Raúl Silva Henríquez (1907-1999), archevêque de Santiago de 1961 à 1983, exclu par Jean-Paul II et qui eut une attitude remarquable : « Une armée se bat contre le peuple de son pays6 », dit-il. Cet ecclésiastique s’empara de la question sociale. Cela nourrit la théologie de la libération7. Soulignons aussi les propos du militaire Raul Eduardo Etturiaga : « Les militaires sont des professionnels, les fusillades ont eu lieu suite à des conseils de guerre, car ils avaient tué des nôtres ». Il fut condamné à cinq ans de prison pour deux disparitions de militants et l’assassinat de Carlo Prats (1915-1974), général, ministre de l’Intérieur et plus brièvement de la Défense de Salvador Allende, exilé à Buenos Aires au moment de son assassinat.

L’ambassade d’Italie

5La dernière partie aborde le rôle de l’ambassade d’Italie dans le sauvetage de militants de gauche menacés. Pour eux, la dernière marche avant la liberté était l’escalade d’un mur. Si l’ambassade d’Italie ne fut pas la seule à opérer des sauvetages, elle continua d’offrir un refuge pendant longtemps. Nous avons une succession de témoignages, comme celui de la journaliste Patricia Mayorga, l’écrivain Antonio Arévalo, l’ingénieur Alonso Sotomayor. Certains décrivent la vie dans l’ambassade (couchage, repas…), les problèmes de visas, le trajet de l’ambassade à l’aéroport. Eduardo Carrasco souligne combien le Parti communiste chilien a été décimé. Il fait part de sa tristesse à abandonner son pays. La fin de ce documentaire aborde la solidarité et l’engagement du peuple italien pour aider les réfugiés chiliens. L’acteur Gian Maria Volonté (1933-1994) s’engage au côté de la lutte des réfugiés chiliens.

6Ce documentaire ne constitue en rien un historique des événements qui conduisirent le Chili vers une dictature féroce et criminelle. Il s’agit plus d’images choisies et marquantes, avec intervention de divers protagonistes de l’événement. Nanni Moretti rend compte de ce drame du Chili avec humanité et non sans une pensée à l’égard de tous ces militants courageux. Il nous rappelle combien fut cruelle la désillusion face à l’échec de ce socialisme démocratique à la chilienne, qui ne parvint pas à percevoir le danger se profilant à l’horizon. Il nous fait souvenir des nombreux martyrs qui perdirent leur vie pour avoir cru à cet espoir noyé dans le sang.

Haut de page

Notes

1 Née le 21 mai 1945, écrivaine, elle fut l’épouse de deux dirigeants du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire). Elle fut expulsée du Chili le 27 octobre 1974. Voir Carolina Amaral de Aguiar et Ignacio Del Valle Dávila, « Carmen Castillo : récits visuel et audiovisuel de l’Unité populaire et de la dictature chilienne », Sociétés & Représentations, 2016/1, n° 41, p. 163-170. URL : <https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2016-1-page-163.htm>.

2 Réalisateur, scénariste et acteur, né le 9 août 1942, engagé au côté de l’Unité populaire. Voir Gabriel Garcia Marquez, L’Aventure de Miguel Littín, clandestin au Chili, Paris, Éd. Sylvie Messinger, 1986, 181 p.

3 Salvador Allende ayant obtenu 36,6 % des voix, il fallait que le Congrès chilien confirme l’élection, ce qui fut fait le 24 octobre 1970 par 153 voix contre 42.

4 Vincent Duchaussoy, « Les socialistes, la Banque de France et le “mur d'argent” (1981-1984) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2011/2, n° 110, p. 111-122. URL : <https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2011-2-page-111.htm>.

5 Olivier Compagnon, « Chili, 11 septembre 1973. Un tournant du XXe siècle latino-américain, un événement-monde », Revue internationale et stratégique, 2013/3, n° 91, p. 97-105. URL : <https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2013-3-page-97.htm>.

6 Voir Au nom de Dieu, réalisé par Patricio Guzmán, 1985, 95 min. L’archevêque soutient activement les personnes accusées. Voir aussi Cardinal Raul Silva Henriquez, film de Ricardo Larrain, 1997, 64 min.

7 Voir Eduardo Silva, « Chili : une Église en crise », Études. Revue de culture contemporaine, n° 4252, septembre 2018, p. 74-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Santiago Italia, film italien de Nanni Moretti, 2018, 80 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 145 | 2020, 208-211.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Santiago Italia, film italien de Nanni Moretti, 2018, 80 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 145 | 2020, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14271

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search