Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145LIVRES LUSMonique Clavel-Lévêque, Laure Lév...

LIVRES LUS

Monique Clavel-Lévêque, Laure Lévêque, Rome et l’Histoire. Quand le mythe fait écran

Paris, L’Harmattan, 2017, 302 p.
Daniel Faivre
Référence(s) :

Monique Clavel-Lévêque, Laure Lévêque, Rome et l’Histoire. Quand le mythe fait écran, Paris, L’Harmattan, 2017, 302 p.

Texte intégral

1Nous avons ici un très bel ouvrage, qui se propose d’étudier la permanence et la puissance contemporaine du mythe romain, en particulier par le biais d’un genre cinématographique qui a connu ses heures de gloire à partir des années 1960 et qui retrouve, depuis Gladiator de Ridley Scott, une vigueur et une réalité renouvelées. Ce livre présente l’avantage d’avoir été écrit à deux mains : l’une qui s’appuie sur l’histoire, celle de Monique Clavel-Lévêque ; l’autre qui recourt à la littérature, celle de Laure Lévêque. Mais l’écriture est ainsi faite que la contribution de ces deux incontestables spécialistes se fond en une énonciation très homogène, où les apports spécifiques des deux compétences n’apparaissent que pour se compléter et s’enrichir mutuellement.

2L’ouvrage se décompose en trois grandes parties. Dans la première, la part de l’historienne semble prédominante, qui montre la manière dont l’instrumentalisation du mythe fut directement mise au service de la puissance romaine, s’incarnant dans la personne de son empereur, idéalisé sous les traits de Jules César. Nous voyons en effet que cette valeur identitaire, Rome la tirait d’abord de sa capacité à lier le mythe et l’histoire, en quelque sorte à réifier le mythe. Ce phénomène passait d’abord par la surnaturalisation de ses héros, généraux et empereurs en particulier, qui n’arrivaient pas par hasard dans le champ de l’histoire mais qui constituaient le fruit d’une forme de déterminisme mythique. En effet, « l’insertion dans le mythe garantit l’accès au pouvoir » (p. 27). Cette idée de l’homme providentiel fera florès dans les constructions politiques ultérieures, impériales, monarchiques et même républicaines.

3Aux yeux des auteures, ce qui rend l’Empire romain exceptionnel et contribue donc à l’universalité de son mythe, c’est son côté « mondialisé », dirait-on aujourd’hui. En effet, au moment de sa plus grande extension, il a avalé la quasi-totalité du monde connu, repoussant au-delà de ses limes l’espace du désordre. Il a donc imposé des valeurs comme la liberté, mais aussi la pax romana, dont les auteures s’appliquent à bien montrer les limites. En outre, par sa capacité d’intégration et de romanisation, qui trouve son aboutissement avec l’édit de Caracalla en 212, Rome a colonisé les esprits de tout le bassin méditerranéen autour du modèle impérial.

4Cette modélisation a alimenté ensuite toutes les grandes constructions impériales (Charlemagne, Saint-Empire romain germanique, Napoléon…), puis impérialistes (empires britannique, puis américain), reprenant des valeurs identiques à celles que mettaient en avant les empereurs romains et les familles qui les soutenaient. Mais cette image thuriféraire de Rome et de son exemplarité est agitée par les auteures, dans ce chapitre, pour mieux la dépecer ensuite.

5En effet, cette représentation impériale et universelle de la puissance politique a de quoi inquiéter tout partisan d’une démocratie réelle. La seconde partie de l’ouvrage se penche sur ces grains de sable qui peuvent parfois bloquer les rouages des moteurs les plus perfectionnés. Ce sont les esclaves, soit les personnes situées au plus bas de l’échelle des valeurs humaines, qui sont ici questionnés. Nous retrouvons d’ailleurs avec plaisir ce thème de l’esclavage antique cher à Monique Clavel-Lévêque, qui fit les beaux jours du département d’histoire ancienne de l’université de Besançon, quand elle l’animait, en compagnie de Pierre Lévêque, à partir des années 1970.

6Dans cette seconde partie, deux films principalement sont convoqués pour mettre en évidence cette fragilité de l’Empire romain – fragile comme toute construction humaine grandiloquente : il s’agit de Spartacus, le film de Stanley Kubrick sorti en 1960 et largement financé par Kirk Douglas, qui incarne le rôle-titre, puis de Gladiator, de Ridley Scott, sorti quarante années plus tard. Un troisième film, La Chute de l’Empire romain, d’Anthony Mann, viendra en conclusion de ce chapitre.

7L’historicité dont témoigne le premier est, aux dires de l’historienne, globalement fiable. Cette révolte servile, la troisième et la plus grave que Rome ait connue, a duré entre 73 et 71 avant notre ère et s’est effectivement achevée par la crucifixion des révoltés, le long de la via Appia, entre Rome et Padoue. Filmé à la fin du maccarthysme – par une équipe dont certains de ses membres étaient blacklistés – et en pleine lutte, dans le Deep South américain, pour l’égalité des droits civiques, ce film apparaît comme le rappel d’un combat universel pour la liberté. Les auteures mettent alors l’accent sur la permanence de ce combat et sur le fait que les mythes romains sont appelés à fertiliser les mythes contemporains. Rome devient alors le cadre idéal pour systématiser ce combat.

8Mais par-delà ce combat pour la liberté et contre l’oppression d’un système impérial – qui n’était encore qu’en germe au moment des faits –, cette incarnation retrouve le schéma mythique de l’homme providentiel, qui incarne les valeurs émancipatrices de l’humanité. Une sorte d’anti-empereur mais qui, paradoxalement, porterait le même genre de message.

9On retrouve d’ailleurs ce thème dans le deuxième film étudié, Gladiator. Pour ce dernier, l’historicité est quelque peu mise à mal, tant par la chronologie que par les faits eux-mêmes. Ce qui fait un peu grincer les dents de l’historienne, mais que vient relativiser la spécialiste en littérature, qui fait porter l’intérêt sur le « discours du cliché […] qui impose ici ses universaux et les modes de son fonctionnement » (p. 141).

10Effectivement, Ridley Scott s’est plutôt appuyé sur un recueil datant de la fin du 4e siècle intitulé Histoire Auguste, popularisé et commenté par André Chastagnol, dont l’historicité des faits qu’il relate est largement romancée, voire carrément douteuse. Cependant, à la différence de Stanley Kubrick, le cinéaste semble peu soucieux de l’histoire réelle, lui préférant cette mythistoria qui lui permet de traiter, à travers l’histoire de Maximus, des problématiques tout à fait contemporaines.

11Dans l’étude de ces deux films, les auteures mettent en évidence le destin tragique de deux personnages tombés en esclavage pour des raisons différentes, mais porteurs de la même révolte. Spartacus apparaît plutôt comme un héros collectif, animateur d’une révolte dont il est la figure, mais qui s’effacera dernière le mouvement qu’il a suscité, au point que son exemple restera encore très fort jusque chez les communistes allemands, dont les deux Spartacus contemporains, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, seront exécutés par les corps francs lors de la « Semaine sanglante » du 6 au 13 janvier 1919. Maximus, héros tout aussi malheureux de Gladiator, apparaît davantage comme un héros individualiste, que les auteures assimilent avec raison à une « version latine de Superman » (p. 190).

12Un troisième film vient clore cette réflexion : La chute de l’Empire romain d’Anthony Mann, sorti en 1964. Les auteures usent ici d’une chronologie certes déconcertante, mais qui se révélera très subtile dans son fonctionnement car, après avoir vu Rome par le regard de ses esclaves, on la voit par celui de ses élites.

13Le contexte du tournage de ce film est proche de celui de Spartacus, avec également des rédacteurs victimes du maccarthysme, mais le cinéaste semble plus préoccupé par les événements de guerre froide et de décolonisation. Développant les mêmes thèmes que Gladiator – dont Ridley Scott s’est d’ailleurs beaucoup inspiré –, il choisit plutôt de mettre l’accent sur « l’évidence d’un effondrement moral, autant que politique et impérial » (p. 198) qui gangrène déjà la tête de l’Empire, dès la fin du 2e siècle, et qui annonce la destruction finale.

14En définitive, les auteures se plaisent à souligner qu’un empire peut, discursivement, s’appuyer sur les piliers de la res publica, tout en foulant aux pieds ses principes fondamentaux. Cette idée est développée avec fruit dans une troisième et dernière partie intitulée « La fortune du mythe Auguste, un destin en service commandé », qui interroge le bien-fondé de la transition entre république et empire. Avec une ultime question qui englobe peut-être l’essentiel de la mythologie politique romaine, au moins telle qu’elle nous est parvenue, et peut se résumer ainsi : vaut-il mieux une république qui se déchire ou un empire qui pacifie ?

15Le sage serait tenté de répondre : ni l’un ni l’autre. Mais il sortira éclairé de la lecture de ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Faivre, « Monique Clavel-Lévêque, Laure Lévêque, Rome et l’Histoire. Quand le mythe fait écran », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 145 | 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14281

Haut de page

Auteur

Daniel Faivre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search