Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145LIVRES LUSPierre-Yves Beaurepaire, Atlas de...

LIVRES LUS

Pierre-Yves Beaurepaire, Atlas de l’Europe moderne

Paris, Autrement, 2019, 95 p., 24 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Pierre-Yves Beaurepaire, Atlas de l’Europe moderne, Paris, Autrement, 2019, 95 p., 24 €.

Texte intégral

1La cartographie d’une époque permet de redéployer des processus politiques, culturels et sociaux dans leurs dynamiques croisées. L’intérêt de l’Atlas de l’Europe moderne proposé par Pierre-Yves Beaurepaire et mis en cartes par Cyrille Suss réside précisément dans la multiplication des points de vue géographiques sur l’Europe moderne et les transformations qui l’affectent. Dans l’introduction, l’historien rappelle très justement que « l’Europe n’est (…) pas un espace dont les contours s’imposeraient à tous avec la force de l’évidence » (p. 7). La Russie comme l’Empire ottoman sont bien plus que des marges d’une Europe qui ne cesse, à l’époque moderne, d’étendre son influence sur les océans et les territoires les plus lointains. En se centrant sur les évolutions intra-européennes, le présent atlas permet de restituer les mouvements des populations, des idées, des marchandises et des armées. Pour rendre compte de l’ouvrage, je me concentrerai sur les développements plus spécifiquement consacrés aux savoirs et aux techniques, qui donnent une bonne idée des mutations de l’Europe moderne.

2La figure de l’humaniste à la Renaissance caractérise une nouvelle façon de concevoir l’érudition, fondée sur des sources antiques redécouvertes. Les pérégrinations d’Érasme à travers l’Angleterre, la France, l’Italie et l’aire germanique dessinent les contours d’une sociabilité humaniste. L’imprimerie a permis de démultiplier les supports éditoriaux. Christophe Plantin « a créé et développé sans doute la plus importante entreprise typographique d’Europe » (p. 13). La suite de cartes donnant à voir, de 1450 à 1500, la progression des lieux d’impression permet de bien saisir « l’essor de l’imprimerie » (p. 12). La circulation des savants, notamment Léonard de Vinci lorsqu’il était ingénieur militaire en Italie, souligne la multiplicité des chantiers d’intervention et la banalité de la mobilité d’un poliorcète (p. 21).

3La partie de l’atlas consacrée à « l’Europe divisée » permet de prendre la mesure de l’ampleur géographique des conflits du 17e siècle, qui « apparaissent parfois déjà comme des guerres totales » (p. 29).

4Les « ouvertures européennes » (p. 51) permettent d’insister sur les dynamiques transocéaniques qu’elles concernent : le commerce ou les affirmations impériales. La cartographie des lieux des « innovations scientifiques et techniques » (p. 58) permet de comprendre à la fois l’architectonique de la science européenne, fondée sur les universités, les académies et les jardins botaniques (p. 58). Le cas de la Lunar Society (p. 59), dont les relations entre les membres sont figurées graphiquement par les liens thématiques qui les unissent, rend bien compte de cette nouvelle distribution des connaissances qui émerge au 17e siècle et se déploie au 18e siècle. La cartographie consacrée à la République des lettres complète cette représentation des points saillants des pratiques intellectuelles : les « principales routes postales » (p. 62) forment l’infrastructure essentielle du réseau d’échanges savants. La cohérence de la République des lettres repose sur un réseau de valeurs (« érudition », « partage généreux », exclusion des questions politiques et religieuses) mis en tension au 18e siècle. Ce qui circule à l’intérieur de ce vaste maillage de l’Europe savante, ce sont bien sûr des correspondances, mais aussi des « périodiques savants » (p. 64) : ceux qui sont « associés aux institutions académiques bénéficient d’une meilleure assise » que d’autres journaux plus éphémères (p. 64). La pratique de la collection vise à « embrasser le monde entier dans sa richesse et sa diversité » (p. 66). Le cas d’Hans Sloane, dont un graphique détaille la nature de ses collections et le nombre des objets collectés, est emblématique d’une volonté de recomposer le monde par bribes, mais aussi de se distinguer intellectuellement.

5Au 18e siècle, les « expéditions scientifiques » révèlent l’une des dynamiques les plus fondamentales du monde savant, celle qui repose sur l’articulation des « coopérations et [des] rivalités » (p. 82). Le transit de Vénus en 1768 témoigne ainsi d’une « mobilisation européenne » pour se positionner aux points stratégiques du globe où l’événement astronomique était visible. Mais, dans le même temps, « l’intérêt du public et des éditeurs est tel que chacun des voyageurs s’empresse de préparer son propre livre » (p. 82).

6Le siècle des Lumière est aussi celui d’une « fièvre épistolaire » (p. 84). Les cas de Jean-François Séguier et d’Albrecht Von Haller, représentés sur deux cartes, offrent une vision globale de leurs points d’appui européens pour les correspondances.

7La qualité et la variété des cartes et des représentations graphiques de cet atlas en font un outil pédagogique précieux, qui permet de visualiser les transformations profondes affectant l’Europe moderne. Les mutations de la science européenne, sur laquelle je me suis focalisé ici, s’enracinent dans le déploiement de nouvelles infrastructures de communication (l’imprimerie, le réseau postal, la correspondance). Dans le même temps, la circulation des objets et des idées, la fixation de lieux dédiés à la recherche (comme les académies) ainsi que les voyages des savants et des ingénieurs participent d’une recomposition d’ampleur du monde intellectuel sur près de trois siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Pierre-Yves Beaurepaire, Atlas de l’Europe moderne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 145 | 2020, mis en ligne le 16 août 2020, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14312 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14312

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search