Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145LIVRES LUSFredric Jameson, Représenter Le C...

LIVRES LUS

Fredric Jameson, Représenter Le Capital. Une lecture du livre I

Paris, Éditions Amsterdam, 2017, 193 p., 17 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Fredric Jameson, Représenter Le Capital. Une lecture du livre I, Paris, Éditions Amsterdam, 2017, 193 p., 17 €.

Texte intégral

1Fredric Jameson propose une lecture décapante du livre I du Capital de Marx. Il part du principe que le seul livre intégralement « mûri » par Marx constitue une œuvre totale et complète, qu’il faut donc lire comme telle. Et de cette saisie homogène du livre, Jameson tire la thèse forte qu’il ne s’agit pas d’un écrit politique, ni même économique, mais d’une méditation puissante sur « le chômage » (p. 13). Il ne s’agit pourtant pas d’une « lecture littéraire » du Capital (p. 14), mais d’une analyse des représentations, conçues « en lien avec la conceptualisation et l’idéologie » (p. 16). Jameson donne à voir les repères cognitifs à partir desquels Marx organise son propos. L’enjeu est bien de singulariser le capitalisme dans ses manifestations structurales et effectives, dans ses formes manifestes et ses mécanismes plus profonds. Jameson identifie deux obstacles potentiels pour mener à bien cette entreprise : d’une part la « technologie » comme « réification » (p. 19), pour laquelle « l’union des contraires » constitue, depuis la matrice marxiste elle-même, une possibilité de dépassement aporétique, d’autre part la médiation par l’argent, qui tend à brouiller les polarités entre « valeur d’usage » et « valeur d’échange » (p. 20).

2Dans la première partie de son ouvrage, Jameson interroge le « jeu des catégories » (p. 22) à partir des trois premiers chapitres du Capital. L’interrogation principale concerne la rupture qu’introduit le capitalisme dans l’organisation de la société : les structures « précapitalistes » sont « toutes organisées collectivement », alors que « le capitalisme est la seule formation sociale (…) unifiée par l’absence de communauté, la séparation et l’individualité » (p. 29). La survalorisation de la valeur d’usage dans les premiers chapitres du Capital trahit une attention forte aux composantes vitales du corps social, ainsi qu’à « la texture même du travail physique et du temps physique » (p. 33). C’est un ordre qualitatif du monde dont Marx cherche à rendre raison. Autre polarisation que repère Jameson : le « lien synonymique entre deux niveaux de figuration distincts » (p. 35) : d’une part la marchandise prise comme « objectalité » et d’autre part sa mathématisation, qui tend à abstraire les objets eux-mêmes. Dans cette tension entre la chose et sa représentation mathématique, Marx pointe l’une des logiques centrales du capitalisme, à savoir sa capacité à produire de l’équivalence, sous la forme d’une « équation » (p. 37). La critique opère en dénonçant l’égalité établie entre l’objet et ce qui le représente ; de ce point de vue, le capitalisme est structuré autour du déséquilibre permanent. Le « fétichisme de la marchandise » (p. 42) théorisé par Marx constitue un moyen de figurer « la réification ». Lorsque l’auteur du Capital anime des objets pour le bien de sa démonstration, c’est qu’il tient à montrer leur « ambiguïté structurelle » et, d’une certaine façon, leur impossible représentation (p. 50).

3Le deuxième chapitre de Représenter Le Capital est l’occasion d’insister sur l’importance de « l’union des contraires » (p. 66) dans l’effort théorique de Marx. Une autre énigme s’offre au lecteur : « comment peut-on tirer un profit de l’échange de deux valeurs égales ? » (p. 67-68). La section II du Capital répond à cette question en postulant la transformation de la notion d’argent dans l’échange, ainsi que l’irruption « d’une marchandise d’un genre nouveau, la force de travail » (p. 68). La clé de l’énigme tient dans l’introduction de la temporalité, qui permet d’expliquer (ou à tout le moins de concevoir) « l’effacement de la valeur passée dans le travail présent » (p. 70). La survaleur s’obtient par exemple « en augmentant le nombre de travailleurs » (p. 75). La machine (qui coagule toute l’imagerie marxiste du travail en régime capitaliste) s’impose comme le moyen de faire progresser la survaleur. Et dans le procès d’accumulation du capital qui s’enclenche, deux classes se font face : l’une rassemblant les « très riches capitalistes » (p. 96), l’autre approchant le « seuil de pauvreté officiel » (p. 96).

4La dimension historique qui nourrit la chair conceptuelle du Capital occupe le troisième chapitre de l’ouvrage de Jameson. Marx fournit une « généalogie » du capitalisme (p. 101) qui permet de repérer des points d’émergence théoriquement saisissables. La « transition » (p. 102) constitue la modalité conceptuelle par laquelle Marx entend rendre raison de l’émergence de la forme capitaliste d’organisation de la société. Jameson pointe un processus complexe dans la démonstration de Marx : celui qui consiste à distinguer les « possesseurs de richesse » des « capitalistes » (p. 105). Seuls quelques « grands marchands deviennent des maîtres du capital » (p. 105). Pour que le capitaliste émerge, il faut l’extraction des ressources minières du Nouveau Monde et l’exploitation coloniale. C’est cette prédation violente qui fournit la première accumulation capitaliste. La situation de transition correspond donc à la cohabitation de procès capitalistes et de procès non capitalistes qui entrent peu à peu en coalescence, jusqu’à ce que la puissance du capital l’emporte sur tout le reste. La thèse forte de Marx réside donc dans la mise à nu du fonctionnement erratique du capitalisme, qui ne peut se poursuivre que dans l’ « expansion » (p. 116).

5Revenant dans le quatrième chapitre sur les temporalités du Capital, Jameson démontre que Marx n’était en rien un partisan du productivisme. La logique de l’effacement, que Marx s’emploie à détailler, est au cœur du processus de métabolisation capitaliste. Plus exactement, « la production est consommation » (p. 129) ; c’est-à-dire que la production d’une « valeur nouvelle de la marchandise » s’accompagne d’une production d’une « valeur de la marchandise nécessaire à la reproduction de [notre] propre existence » (p. 131). La machine incarne le travail mort que celui qui l’anime rend à sa vitalité productive.

6Le cinquième chapitre de Représenter Le Capital est l’occasion de fixer la dimension spatiale du processus d’accumulation identifié par Marx. C’est sous l’empire de la « séparation » (p. 143) qu’il est possible d’identifier la source des spatialités capitalistes : l’aliénation est un phénomène géographique (puisqu’il passe par une dispersion des paysans) et la machinerie est également synonyme de « colonisation » par le peuplement des usines (p. 144). L’espace est ici identifié au somatisme. Or, dans la déqualification progressive que le capitalisme opère sur les tâches à accomplir, les corps occupent une place centrale : ils sont le point d’appui de la production, mais aussi sa limite, au-delà d’un épuisement fatal. L’absorption capitaliste des corps passe par la réduction des heures de sommeil comme par l’impossibilité faite aux travailleurs de se former.

7Dans un ultime chapitre, Jameson entreprend de repositionner Le Capital par rapport à la dialectique. Pour cela, il réintroduit le rôle de « la négativité et de la contradiction » (p. 168). C’est la mobilisation d’affects négatifs (comme « la colère » [p. 171]) qui permet « de mobiliser politiquement ». En ce sens, la dialectique, parce qu’elle est un mode d’analyse de l’histoire du capitalisme, tend à devenir « un mode de pensée capable de combiner de façon unique le singulier et le général » (p. 173).

8En conclusion, Jameson soutient que Le Capital n’est pas, à strictement parler, un livre politique, au sens où il ne fournit pas les appuis théoriques d’une composition constitutionnelle du corps social. L’ouvrage de Marx est d’abord une description précise du capitalisme comme un « système ouvert » (dans les rapports marchands), mais « clos » sur ses fondamentaux (la production de survaleur par l’extension de la misère) (p. 188). Il est donc impossible de corriger les excès du capitalisme : ce sont ses effets structuraux et consubstantiels, ils sont l’essence même de son déploiement historique. Le chômage est la condition d’existence du capitalisme, sa raison d’être principielle. Dans un certain sens, c’est bien une leçon politique que donne Marx en identifiant ce modus operandi du capital. L’interprétation de Jameson permet d’identifier les points aveugles de la critique classique du capitalisme, qui se contenterait d’en souligner les excès et d’appeler à leur correction. Il n’est nul aménagement possible pour faire disparaître la misère ; le dépassement complet et radical est la seule possibilité d’éradication de la pauvreté. C’est tout l’intérêt des propositions de Jameson autour des représentations que de rappeler, à travers le patient travail théorique et empirique de Marx, la loi d’airain d’épuisement des corps et de surproduction des objets qui tient lieu de logique obsidionale du capitalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Fredric Jameson, Représenter Le Capital. Une lecture du livre I », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 145 | 2020, mis en ligne le 16 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14343

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search