Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Le mot de la rédaction

Texte intégral

1Dans quelle galère sommes-nous allé•es pointer notre nez en nous lançant dans ces réflexions sur la race ? Complaisance à l’air du temps saturé de références au racisme, à la racialisation des lectures du social, diront certain•es. Nécessaire effort épistémologique pour contribuer à donner du champ pour penser et déconstruire les représentations qui sous-tendent les violences racistes, pensons-nous.

  • 1 À titre d’exemple dans cette très abondante production, un article du site Atlantico, « Moins de ra (...)
  • 2 Voir le point sur cette construction politico-médiatique dans l’article de la philosophe Magali Bes (...)

2Moment saturé, on ne peut guère penser mieux… ou pire. Évidemment, nous n’avions pas anticipé l’ampleur des mobilisations contre les violences racistes de cet été aux États-Unis, mais nous connaissons leur enracinement dans la longue durée, l’acuité récente des mobilisations, que ce soit « black lives matter » aux États-Unis ou les mobilisations contre les violences policières qui accablent les plus vulnérables en France. L’enracinement aussi des représentations racialisées, structurant les fonctionnements sociaux à l’échelle du globe aujourd’hui, d’une façon qui apparaît de plus en plus insupportable en regard des proclamations solennelles d’égalité universelle du genre humain. Nous connaissons aussi l’extrême violence qui cherche à discréditer les protestations et la révolte de celles et ceux qui s’expriment comme minorité victime en tant que telle de discriminations de races, accusé•es ici de « terrorisme », là de « communautarisme », de « séparatisme », de vouloir dans tous les cas de figure mettre à mal « la » république1. Nous connaissons, associé à cet antiracisme, l’accusation de complot dit « décolonial » ou « postcolonial », qui tente de faire des spécialistes des colonisations, des décolonisations et des rapports sociaux racisés des vecteurs de menaces pour l’unité nationale, armant le mécontentement des militant•es2. Les propos haineux de celles et ceux qui dénoncent la haine ne sont plus à lister : chaque jour apporte son lot de jugements aussi méprisants que menaçants. Nous ne donnerons pas de noms. Ils ont suffisamment de porte-voix. Jusqu’à la présidence de la République.

3L’histoire vise à prendre du champ. Elle n’est pas hors sol, ni hors temps, nous savons cela aussi et tout dossier que nous construisons nous rappelle que nous faisons l’histoire d’une histoire.

  • 3 Rappelons, dès 2002, un dossier coordonné par Francis Dupuy et Rafaël Lucas, « Les Enjeux de la mém (...)
  • 4 Pour une expression plus récente en français de cette grande penseuse et militante de la condition (...)
  • 5 Anne Jollet, « Entretien avec Catherine Coquery-Vidrovitch, “Mama africa” : Catherine Coquery-Vidro (...)
  • 6 Parmi d’autres figures intellectuelles du féminisme et de l’antiracisme trop oubliées, rappelons le (...)
  • 7 Tyler Stovall, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’hist (...)
  • 8 La table ronde rassemblait des historien•nes bien connu•es des lecteurs•trices des Cahiers, Catheri (...)

4Chaque dossier d’une revue a aussi son histoire, plus ou moins longue, plus ou moins collective. Dans ce Mot de la rédaction, en septembre 2020, introduction d’un numéro polarisé sur « l’invention de la race », nous nous autorisons un peu d’auto-histoire. Les Cahiers cheminent depuis des années avec le souci de croiser l’analyse des différentes formes de domination et des outils théoriques comme politiques qui permettent leur mise en œuvre. Avant que le terme d’« intersectionnalité » ne fasse vraiment sa place dans les études historiennes en France, l’histoire critique a signifié pour le collectif de rédaction des Cahiers la nécessité d’aborder les questions de l’exploitation, de la domination dans toutes leurs dimensions socio-économiques, symboliques, dont celles enracinées dans les appartenances de sexe, de genre, dans les appartenances de race. Une recherche dans les numéros mis en ligne montre que le mot « race » apparaît dans plus d’une centaine de publications des Cahiers depuis 2000, exprimant le travail de visibilisation de cet invisible de la pensée universaliste. Les dossiers ont traité d’esclavage, d’histoire coloniale, d’histoire de l’Afrique, d’histoire des États-Unis, de l’importance aussi des corps comme marqueurs d’identité : de multiples façons, nous avons fait lire une histoire dans laquelle le racisme, plus ou moins construit politiquement, légitimé idéologiquement, est un des moteurs des fonctionnements sociaux3. Pourtant, le terme d’ « intersectionnalité » apparaît peu et tard dans les Cahiers. Pour un concept proposé par Kimberlé Crenshaw dans les années 1990, nous mesurons aujourd’hui les distances réelles entre des cultures historiennes, et plus globalement sociopolitiques, entre monde anglophone et francophone, pour dire vite4. Effet d’écarts réels des fonctionnements sociaux, effets de la rareté des échanges, des voyages, des traductions comme le rappelait Catherine Coquery-Vidrovitch dans un entretien récent à propos des travaux des africanistes5, effet aussi des constructions idéologiques marquées profondément par un contexte de guerre froide, qui mettent à distance la société des États-Unis comme un autre irréductible. Nous mesurons le décalage entre nos usages des concepts et leur élaboration, souvent dans les luttes de 1968 et des années qui ont suivi. Aux États-Unis, mais aussi en France6. Ce n’est pas le lieu d’évoquer la formidable énergie de la pensée des années 1970, mais la créativité conceptuelle de ces années, notamment à travers l’anthropologie et la sociologie, est progressivement réinvestie dans les travaux historiens au fur et à mesure que les origines socioculturelles des historiens et historiennes se diversifient. L’internationalisation de nos références aux Cahiers s’est développée aussi, pas seulement du côté de l’Afrique, mais du chaudron étatsunien aussi. En 2005, nous avons pris l’initiative d’un dossier sur « L’Histoire de France vue des États-Unis », dans lequel nous avons traduit et publié un auteur, trop rare en français, Tyler Stovall, alors professeur à l’université de Berkeley : bon connaisseur de l’histoire de France, il développait une analyse de l’historiographie française et de son difficile rapport à la race7. Ce regard extérieur, venant des États-Unis et critique de la tradition universaliste française, avait fait discuter. Le présent dossier s’inscrit donc dans un cheminement, qui est aussi celui de la société française, et dans une cohérence. Ce n’était pas un hasard si en 2017, nous avions répondu à l’interpellation des organisateurs des Rendez-vous de l’histoire de Blois, « Eurêka, inventer, découvrir, innover » en proposant une table ronde intitulée « Inventer la race ». Coordonnée par les deux responsables du présent dossier, David Hamelin et Sébastien Jahan, déjà auteurs de dossiers sur la question coloniale, cette table ronde avait fait salle comble, ce qui nous avait d’emblée convaincus de l’utilité de répondre une attente en préparant un dossier spécifique8. Le présent dossier est le fruit d’un travail qui, au cours de trois années, s’est avéré plus complexe que nous ne l’avions envisagé. Le propos a été précisé, se polarisant sur ce que nous avions voulu montrer dès la table-ronde de 2017 : le racisme tel que nous l’entendons aujourd’hui, basé sur des caractéristiques physiologiques, notamment la couleur de l’épiderme, n’a pas toujours existé. Il s’agit bien d’une « invention », associée à l’expansion des Européens à travers le monde à l’époque moderne, par laquelle ils justifient leur domination, mais associée aussi à une conception en termes de développement, de progrès de l’histoire humaine. Les historien•nes rassemblée•es ici montrent bien comment le racisme est enkysté dans la modernité, notamment dans le développement des sciences du 19e siècle, et sa passion pour les classifications. Histoire relativement courte donc, que celle de ce processus de racialisation qui advient avec la grande idée neuve de l’égalité naturelle des humains. Pensées entées l’une dans l’autre et en même temps immédiatement en conflit, comme en témoignent des écrits dès le 17e siècle et, parmi d’autres actes, les créations des « sociétés des amis des noirs » au 18e siècle. Conflit en cours encore aujourd’hui, avec une acuité renouvelée qui doit moins surprendre que la persistance des réalités de l’inégalité.

  • 9 Là aussi, force des résistances. Refus persistant du ministère de l’Éducation nationale. Rejet reno (...)

5Ce numéro 146 tisse de bien d’autres manières ce socle de notre présent. En proposant une synthèse documentée et ambitieuse des travaux en cours sur les renouvellements du projet social portés pour son temps et pour le nôtre par la révolution de 1848, conçue par Jérôme Lamy. En publiant une défense de l’écriture inclusive par Éliane Viennot et la présentation de son inscription dans le long combat des femmes par Héloïse Morel9. En suivant les analyses de la nouveauté des aspirations politiques qui s’expriment dans les « têtes de cortège » étudiées par Hugo Melchior. En rappelant à travers expositions, films, romans de l’actualité, les violences de l’exploitation capitaliste du travail, les répressions féroces des forces socialistes, socialisantes, taxées de communistes en contexte de guerre froide, dans « les Cahiers recommandent ». En retrouvant Jack London et ses si suggestives évocations des appartenances de classes à travers le film « Martin Eden » de Pietro Marcello, et bien d’autres évocations, à travers livres, films, expositions, de ce social agi, modelé, remodelé par les luttes, les contradictions, plus ou moins explicites ou sourdes, plus ou moins violentes, qui font pour nous l’histoire vivante. Nouvelle étape de l’exploration du neuf inépuisable des configurations sociales (de) chaque numéro. Le prochain sera consacré à la fois à la puissance de l’Église catholique et aux normes sexuelles. Le suivant à un retour sur l’histoire du Parti communiste dans les moments où il fut neuf, il y a cent ans. À la suite, dans les méandres de ce social toujours en tension, inépuisable source de distance et de volonté de savoir. Pour tenter ensemble de maîtriser les fantômes du passé.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple dans cette très abondante production, un article du site Atlantico, « Moins de racisme, plus de rébellion : ce grand paradoxe de la révolte des nouveaux antiracistes qu’il faudra bien trouver les moyens de résoudre », 5 juin 2020, qui explique que le racisme décroît et que la virulence présente de l’antiracisme exprime autre chose que ce qu’il prétend, plaquant notamment des réalités étatsuniennes sur la société française.

2 Voir le point sur cette construction politico-médiatique dans l’article de la philosophe Magali Bessone, « Antiracisme : la guerre des facs n’aura pas lieu », en ce début de septembre 2020, <https://aoc.media/opinion/2020/09/07/antiracisme-la-guerre-des-facs-naura-pas-lieu>.

3 Rappelons, dès 2002, un dossier coordonné par Francis Dupuy et Rafaël Lucas, « Les Enjeux de la mémoire. Esclavage, marronnage, commémoration », n° 89, ou plus récemment celui coordonné par Catherine Coquery-Vidrovitch, « Les Empires africains des origines au XXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 128, 2015.

4 Pour une expression plus récente en français de cette grande penseuse et militante de la condition des femmes de couleur, voir Kimberlé Williams Crenshaw, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, 2005/2 (n° 39), p. 51-82.

5 Anne Jollet, « Entretien avec Catherine Coquery-Vidrovitch, “Mama africa” : Catherine Coquery-Vidrovitch, de l’histoire de l’Afrique à l’histoire de l’esclavage », dans TIERCE, Carnets de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie, n° 4, 2020.

6 Parmi d’autres figures intellectuelles du féminisme et de l’antiracisme trop oubliées, rappelons les travaux de Colette Guillaumin, qui conjuguent matérialisme historique, féminisme et dénonciation du racisme. Voir sa thèse, publiée en 1972, puis rééditée en 2002 : Colette Guillaumin, L’Idéologie raciste, genèse et langage actuel, Paris-La Haye, Mouton, 1972, réédition Gallimard, Coll. Folio essais, 2002.

7 Tyler Stovall, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histoire de la France contemporaine »,  dans « L’Histoire de France, regards d’historiens américains », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, 2005.

8 La table ronde rassemblait des historien•nes bien connu•es des lecteurs•trices des Cahiers, Catherine Coquery-Vidrovitch, Alain Ruscio et Mohammed Ouadanne, coordonnateur du Réseau Histoire et Mémoire en Île-de-France. Parmi d’autres apports, Sébastien Jahan a coordonné, en 2006, « Relectures d’histoire coloniales », n° 99 des Cahiers, et David Hamelin, « Rebelles contre l’ordre colonial : expériences et trajectoires historiques de résistances anticoloniales », Cahiers d’histoire, n° 125, 2015.

9 Là aussi, force des résistances. Refus persistant du ministère de l’Éducation nationale. Rejet renouvelé par la (le ?) ministre en charge de la Culture au nom du refus de l’élitisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 146 | 2020, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14432

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search