Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146DOSSIERAutour de la pensée raciale et ra...

DOSSIER

Autour de la pensée raciale et raciste en Italie (1850-1945)

Aurélien Aramini et Elena Bovo
p. 79-100

Résumés

L’importance de la pensée de la race en Italie a longtemps été sous-estimée. Cet article se propose de la réévaluer et d’analyser les différents moments de sa formulation. Le premier moment correspond à l’introduction du « mythe aryen » dans la Péninsule à partir du deuxième tiers du 19e siècle par les philologues italiens, le comparatisme indo-européen fournissant alors les ressources scientifiques d’une campagne anticléricale, synonyme de progrès sur le plan culturel et littéraire. Le second moment est celui de la naissance de l’anthropologie criminelle, dans le dernier tiers du 19e siècle. C’est à partir de certaines catégories conceptuelles forgées par le fondateur de cette discipline, Cesare Lombroso, que se développe en Italie une pensée raciale singulière. L’anthropologie criminelle, en effet, traduit en termes physiques, biologiques, psychologiques, la fracture sociale et économique présente entre le nord et le sud de l’Italie récemment unifiée. Le dernier moment se constitue en rupture par rapport à l’anthropologie criminelle. Récusant la fracturation raciale de l’Italie entre nord et sud, l’« antiracisme » fasciste ne fait en réalité que détourner le vecteur de la stigmatisation raciste de l’intérieur vers l’extérieur, c’est-à-dire du « méridional » au « juif » ou au « colonisé ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aurélien Aramini et Elena Bovo (dir.), La Pensée de la race en Italie, du romantisme au fascisme, B (...)
  • 2 Carole Reynaud-Paligot, De l’identité nationale. Science, race et politique en Europe et aux États- (...)
  • 3 Sur cette distinction essentielle à notre propos, formulée par Pierre-André Taguieff, voir La Coule (...)
  • 4 Alberto Burgio (dir.), Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d’Italia, 1870-1945, Bologne, (...)
  • 5 Voir David Bidussa, Il mito del buon Italiano, Milano, Il Saggiatore, 1995.
  • 6 Sur la violence des polémiques contemporaines, voir La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 18
  • 7 Léon Poliakov, Le Mythe aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris, Calman (...)
  • 8 Rosella Faraone, Giovanni Gentile e la “questione ebraica”, Catanzaro, Rubbettino Editore, 2003, p. (...)

1Le présent article s’appuie sur les principaux acquis de l’ouvrage La Pensée de la race en Italie. Du romantisme au fascisme1, consacré à l’étude des discours italiens mobilisant le concept de « race » de la période romantique à la double décennie fasciste. Il n’allait pas de soi que l’Italie ait occupé une place dans ce que Carole Reynaud-Paligot nomme l’« internationale raciologique2 ». Au contraire, la dimension raciste ou racialiste3 de la pensée italienne durant cette période n’a été qu’assez tardivement étudiée en Italie ; en France, elle fait encore l’objet d’un traitement relativement marginal. Pourquoi cette minimisation ou cette marginalisation d’un racisme à l’italienne ? En Italie, Alberto Burgio, dans la préface de l’ouvrage de référence sur la question qu’il a dirigé4, insiste sur le mythe du buon italiano5, le « bon Italien » dépourvu d’animosité vis-à-vis de l’étranger, qui a contribué à cette amnésie collective. L’âpreté, voire la violence des polémiques actuelles autour de la question méridionale et de l’histoire du Risorgimento ne contribuent pas non plus à envisager sereinement la pensée de la race en Italie6. En France, le travail séminal de Poliakov sur le mythe aryen a conduit non seulement à sous-évaluer l’aryanisme italien, mais à proposer aussi une explication somme toute assez convaincante de l’absence supposée du « mythe aryen » en Italie7 : ce serait vers Rome et non vers les Aryens que se seraient tournés les généalogistes de l’identité italienne durant le Risorgimento, puis durant le fascisme. Une autre raison tient aussi à la superficialité de la connaissance de la pensée raciste durant la double décennie fasciste. Selon Renzo De Felice, Mussolini aurait emprunté ce type de discours tardivement ; de plus, l’un des rares penseurs identifiés comme « philosophes fascistes », Giovanni Gentile, exécuté par des partisans à la fin de la guerre, n’est justement pas du tout un penseur de la « race » à qui l’on pourrait « attribuer des convictions ou des sentiments racistes ou antisémites8 » ; enfin, les lois raciales de 1938 sont souvent considérées comme le résultat de la pression allemande. Sans être totalement fausses, ces idées n’en restent pas moins incomplètes.

2L’existence d’une pensée racialiste et raciste en Italie est pourtant indéniable : elle apparaît clairement dans les travaux des philologues orientalistes Gaspare Gorresio ou Angelo De Gubernatis, dans les recherches des savants positivistes de l’école italienne d’anthropologie criminelle, dont Cesare Lombroso fut le pionnier ; elle affleure dans les poèmes d’un écrivain de premier plan comme Carducci et elle sature les articles de publicistes de la période fasciste tels que Rino Alessi. Il est question dans ces textes d’« aryen », de « race », de « sémite » ou de « méditerranéen » dans des proportions non négligeables. Si cette dimension pourtant obvie de la pensée italienne de la race est demeurée aussi longtemps peu étudiée ou si elle a fait l’objet de contre-sens, c’est justement en raison de sa singularité, tant dans sa formulation que dans sa fonction idéologique. C’est cette singularité du racisme et du racialisme à l’italienne que le présent article s’attache à étudier.

3De l’aube du 19e siècle à la double décennie fasciste, il est possible d’identifier trois « moments » qui ne sont ni des « étapes » (vers une solution finale) ni non plus des épistémès au sens foucaldien qui seraient closes sur elles-mêmes. Par « moments », nous entendons une configuration politico-intellectuelle d’un espace-temps centrée sur un nom ou sur un concept – moment qui possède une conceptualité propre, qui met en place ses oppositions fonctionnelles et reflète ses conditions socio-économiques. Ces trois moments s’inscrivent dans une relation dynamique où chaque moment capte celui qui le précède et s’approprie, dans une nouvelle problématique, des catégories qu’il contribuera à renouveler en profondeur. Les trois moments en question sont : le moment « aryen », porté par la philologie aryaniste de l’âge romantique, le moment « Lombroso », qui voit la naissance de l’« anthropologie criminelle », et le moment fasciste.

Le mythe aryen en Italie

La philologie comparée en Italie

  • 9 Sur l’idée indo-européenne et la reconfiguration des savoirs entraînée par le déchiffrement des lan (...)
  • 10 Léon Poliakov, Le Mythe aryen, op. cit.
  • 11 On notera tout de même l’article de Mauro Raspanti, « Il mito ariano nella cultura italiana fra Ott (...)

4L’idée indo-européenne au 19e siècle9 consiste à établir, à partir de la comparaison des mots et des structures grammaticales d’un ensemble de langues, l’unité d’origine non seulement linguistique mais aussi ethnique des peuples qui parlèrent ces langues. L’avènement de la philologie comparée constitue un tournant majeur dans la pensée de la race à l’aube du 19e siècle. En effet, en remontant l’arbre généalogique des langues, l’Europe se découvre « aryenne » à la lecture des Védas indiens et de l’Avesta perse où figure cet auto-ethnonyme énigmatique. Si l’histoire de la propagation de ce « mythe aryen », « aux sources du racisme et des nationalismes10 », était relativement bien balisée pour la France, l’Angleterre ou l’Allemagne, ce n’était pas le cas pour l’Italie11.

  • 12 Sur la philologie orientaliste en Italie au 19e siècle, voir Aurélien Aramini, Il Tevere sorge dall (...)
  • 13 Cette dimension anticléricale est particulièrement manifeste chez Carducci : nous renvoyons le lect (...)

5Le premier constat est que le mythe aryen n’arrive qu’à partir de la décennie 185012. Si tel est le cas, c’est parce que la philologie comparée indo-européenne se développe tardivement. Ce n’est pas parce que la philologie n’était pas présente dans la Péninsule. Au contraire, une puissante tradition philologique orientaliste – y compris concernant le sanscrit – existait bel et bien en Italie durant la première moitié du 19e siècle. Toutefois, la pratique philologique se faisait dans le cadre catholique et en particulier au sein de la congrégation de la Propaganda Fide, pour laquelle étaient inacceptables, dans la perspective biblique, certaines conclusions auxquelles pouvait conduire la philologie comparée. C’est cette incompatibilité entre la thèse aryaniste orientaliste et les dogmes catholiques qui explique le rejet explicite par les philologues italiens de la « nouvelle » philologie, c’est-à-dire du comparatisme indo-européen. Or, justement, la force d’attraction exercée par l’aryanisme sur certaines grandes figures italiennes du nord de la Péninsule est due en grande partie à sa dimension anticléricale13.

Le pionnier des études aryanistes en Italie : Gaspare Gorresio

6Dès ses premiers articles dans le journal libéral le Subalpino, Gaspare Gorresio (1808-1891) exprime sa volonté de porter le progrès sur le plan culturel et il souhaite, par ses recherches philologiques, inscrire l’Italie dans ce mouvement intellectuel de redécouverte de l’Orient qui anime les autres nations européennes. Mais ce n’est pas en Italie que Gorresio apprend le sanscrit, comme le font d’autres orientalistes de sa génération, dans le cadre de la Propaganda Fide, congrégation de la curie romaine, qui imprima la première grammaire européenne de sanscrit en 1790. Il étudie la philologie comparée à Paris, où il rencontre le grand Eugène Burnouf, titulaire de la chaire de sanscrit au Collège de France, mais aussi Renan, spécialiste des langues sémitiques, et le comte de Gobineau, dont l’Essai sur l’inégalité des races humaines mobilise de nombreuses références aux travaux des linguistes orientalistes.

  • 14 Ramayana Poema indiano di Valmici testo sanscrito secondo i codici manoscritti della scuola gaudana(...)

7La contribution majeure de Gorresio consiste dans l’édition du texte original et de la traduction du Râmâyana de Valmiki14. Cette publication de l’épopée indienne constitue un moment important de la pensée de la race en Italie, parce que c’est dans l’introduction du neuvième volume, publié en 1856, qu’est formulé pour la première fois en italien le « mythe aryen ». L’universitaire turinois aborde ce thème dans le cadre d’une réflexion sur l’épopée et s’attache à répondre à une question qui est alors au cœur des travaux de Renan et tout particulièrement de son Histoire générale et système comparé des langues sémitiques : pourquoi les peuples indo-européens sont-ils les seuls à avoir développé des épopées – des œuvres littéraires majeures ? Cette supériorité esthétique des Indo-Européens s’explique selon lui par trois caractères spécifiquement aryens qui distinguent les Indo-Européens des Chinois et des Sémites, à savoir : une vision naturaliste du monde – le polythéisme indo-européen, réservoir de la poésie épique, s’opposant au monothéisme sémitique –, une langue à flexion apte à la pensée des relations et des nuances, à la différence des langues à affixes comme le chinois et des langues à flexion interne comme l’hébreu, et enfin une force d’expansion, la race aryenne étant la race technicienne qui peut se prévaloir de l’invention de l’électricité et de la vapeur – la révolution industrielle prolongeant l’épopée homérique !

Le Tibre prend sa source dans l’Himalaya

  • 15 Gaspare Gorresio, « Unità d’origine dei popoli Indo-Europei », Atti della R. Accademia delle Scienz (...)
  • 16 « recondita altezza delle origini nostre », Ibid, p. 584.

8Quel usage Gorresio fait-il de ce mythe en Italie ? Le sens que l’universitaire turinois confère à ses travaux de philologie se révèle dans un discours de 1867 prononcé quelques années après le Risorgimento, alors que l’unité italienne est loin d’être réalisée, Rome n’appartenant toujours pas à la jeune nation. En 1867, Gorresio n’est plus le jeune étudiant d’Eugène Burnouf à Paris, fréquentant les cercles intellectuels de la capitale où il se lia d’amitié avec Renan et Gobineau : il est devenu un professeur emblématique de sanscrit, le premier titulaire d’une chaire de sanscrit en Italie, le pionnier des études philologiques. Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, il est bientôt sénateur à vie de l’État italien. Le discours que nous souhaitons évoquer est intitulé « Unità d’origine dei popoli Indo-Europei15 » (« unité d’origine des peuples indo-européens »). Prononcé devant les autorités universitaires de l’Accademia delle Scienze di Torino, le discours se situe d’emblée sur le plan politique de l’identité nationale en demandant pourquoi s’intéresser aux origines des peuples. Pour le philologue, c’est aux moments cruciaux de leur vie – et c’est pour lui le cas lorsqu’il prononce cette conférence – que les peuples se demandent d’où ils viennent et qui ils sont. Au fond, qui sommes-nous, d’où venons-nous, « nous », les « Italiens » ? Gorresio n’invoque pas « nos ancêtres les Romains », il n’évoque pas non plus « nos racines chrétiennes » mais « nos ancêtres les Aryens » : « la grandeur secrète de nos origines16 » est à chercher non sur les bords du Tibre mais en Asie centrale, dans le Penjab, sur les contreforts de l’Himalaya. En plein Risorgimento, Gorresio explique à propos des peuples d’Europe qu’ils sont « issus d’une souche commune d’Asie centrale » et qu’ils se

  • 17 Ibid., p. 587-588.

« rattachent à une race [razza] commune, privilégiée entre toutes par la nature, qui avec un immense pouvoir d’expansion occupa les plus belles régions de la terre, qui avec un dynamisme infatigable engendra les idées les plus élevées et fécondes dont s’honore l’espèce humaine et qui donna le jour aux esprits les plus brillants tels que Valmiki, Homère, Platon, Leibnitz, Newton et Lagrange. »17

9Alors que l’Italie se constitue difficilement face aux puissantes nations européennes, ces lignes semblent être un discours de fraternité qui met en lumière non seulement l’identité d’origine raciale des peuples indo-européens, mais aussi l’homogénéité d’une tradition englobant les épopées de l’Inde antique, la philosophie grecque, la pensée d’un Leibniz, la science moderne de l’Anglais Newton et les mathématiques modernes du Turinois Lagrange. Ainsi, l’aryanisme pourrait faire figure de nouvel « humanisme » : il réunit des peuples qui se découvrent frères, de l’Inde à l’Europe. Mais tel n’est pas le cas. La dimension raciste et non seulement racialiste du propos de Gorresio apparaît clairement dans la mesure où l’idée indo-européenne rapproche certains peuples en fracturant l’unité de l’humanité. Le discours se termine justement sur une remarque évoquant la cause de la dislocation de l’unité primitive des peuples aryens et de leurs migrations :

  • 18 Ibid., p. 588-589.

« La race (razza) mongole fut à cette époque [dans l’Antiquité indo-européenne], tout comme en des temps plus proches de nous, le moteur initial et fatal des profonds bouleversements qui brisèrent et disloquèrent sur terre les races humaines. Un débordement de ces terribles nomades précipita les peuples germaniques sur l’Empire romain dans les premiers siècles de notre ère ; un nouveau débordement de ces peuples fractura le monde au 11e siècle ; celui-ci ne sera peut-être pas le dernier déluge de ces peuples barbares et différents de nous. La guerre entre ces races, [le razze Mongoliche] et les Aryens (Aryi), fut permanente, obstinée et féroce. »18

10Dans ces phrases, la fraternité aryenne se dessine sur le fond d’une lutte des races. Aussi ancienne que l’histoire humaine dont elle est le moteur, la lutte avec « ces peuples barbares » est toujours d’actualité, confirmant ainsi la structure intemporelle du « mythe aryen ». Certes, chez Gorresio, le rapport aux Sémites n’est pas central comme il peut l’être chez Renan. La race dangereuse est celle des « hordes mongoles » qui ravagent la civilisation. Et elles risquent de revenir : les barbares pourront bientôt être à nos portes, prévient le futur sénateur à vie de l’État italien confronté alors à la « question d’Orient ».

  • 19 Mauro Raspanti « Il mito ariano nella cultura italiana fra Otto e Novecento », op. cit.

11Si Gorresio est le pionnier de la philologie aryaniste en Italie, d’autres auteurs vont approfondir, dans la perspective ouverte par l’idée indo-européenne, l’opposition fonctionnelle entre « aryen » et « sémite ». Bien qu’elle ait été déjà formulée par le philologue turinois, comme nous l’avons montré plus haut, elle sera davantage travaillée par un autre philologue, De Gubernatis, auquel Mauro Raspanti a consacré un article essentiel dans l’ouvrage collectif d’Alberto Burgio que nous avons déjà évoqué19. La présence du mythe aryen et une certaine fascination pour les origines indo-européennes sont donc indéniables dans l’Italie de la deuxième moitié du 19e siècle. C’est toutefois moins l’idée indo-européenne qui sera la matrice du racisme et du racialisme « à l’italienne » qu’une nouvelle discipline dont les constructions théoriques reflètent les contours de l’histoire tourmentée de la Péninsule lors des premières décennies de son unification étatique : l’anthropologie criminelle.

La naissance de l’anthropologie criminelle : un nouveau tournant dans la pensée de la race

Cesare Lombroso et la découverte du sud de l’Italie

  • 20 Dont l’un des plus importants représentants est Cesare Beccaria.

12Au cours du dernier tiers du 19e siècle est née en Italie une nouvelle discipline : l’anthropologie criminelle. Mobilisant des catégories médicales et biologiques, c’est aussi au niveau juridique qu’elle a produit des effets déterminants, en bouleversant les principes de l’école pénale, que les juristes positivistes appelaient alors « classique20 », selon laquelle la responsabilité morale d’un acte criminel revenait à la personne douée de libre arbitre qui l’avait commis. Au contraire, les juristes appartenant à l’école de criminologie positiviste, inspirés par l’anthropologie criminelle, niaient le libre arbitre, et donc la responsabilité morale du criminel, ce dernier devant désormais être minutieusement étudié, analysé, catalogué dans sa constitution anatomique, physiologique et psychologique, afin de dévoiler les causes – sociales mais aussi et surtout innées – qui l’avaient fatalement poussé à commettre l’acte criminel.

  • 21 Pour une analyse des prises de position de Lombroso sur la race, voir, entre autres, Michele Nani, (...)

13L’anthropologie criminelle, dont le représentant le plus célèbre est le médecin Cesare Lombroso, a constitué un moment important dans le développement de la pensée de la race en Italie, mais il faut d’emblée préciser que l’aryanisme ne joue cependant pas dans son œuvre un rôle central et que la pensée raciale s’y exprime selon d’autres voies21.

  • 22 Lombroso resta toutefois toujours fidèle à son identité juive, mais cette fidélité ne s’est pas tan (...)
  • 23 Cesare Lombroso, L’Uomo delinquente studiato in rapporto alla antropologia, alla medicina legale ed (...)
  • 24 En 1899, Lombroso accepta de devenir conseiller municipal socialiste à Turin, mais en 1904 il s’opp (...)

14Lombroso est né à Vérone en 1835 au sein d’une famille juive, mais il fut davantage influencé par son oncle David Levi, patriote du Risorgimento, que par la religion22. Pétri de culture classique, passionné par la linguistique, mais plus que tout par la pensée scientifique, il étudia la médecine à Padoue, puis à Pavie et à Vienne. Il fut nommé professeur de médecine légale à l’université de Turin en 1876, année de publication de la première édition de L’Uomo delinquente23. Enfin, élément important pour situer et comprendre l’œuvre de Lombroso, rappelons qu’il s’inscrivit dès 1893 à la section turinoise du Parti socialiste à peine constituée. Malgré sa rupture avec le Parti en 190524, il restera toute sa vie fidèle à son idéal d’un socialisme progressiste, réformiste et scientiste, dans le cadre duquel les théories évolutionnistes, issues des sciences du vivant puis appliquées aux sociétés humaines, demeuraient centrales pour comprendre le développement et l’histoire de ces dernières.

  • 25 Rappelons que nombreuses furent les prises de position antimilitaristes et anticolonialistes de Lom (...)
  • 26 Cesare Lombroso, « Tre mesi in Calabria », dans Rivista contemporanea, Volume trentesimoquarto, Nuo (...)
  • 27 Ibid., p. 432.
  • 28 Cesare Lombroso, « Tre mesi in Calabria », op. cit., p. 418- 419.

15Lombroso, homme de science, laïc et progressiste25, découvrit la Calabre en 1862, alors qu’il était un jeune médecin de l’armée piémontaise. Dans cette Italie en voie d’unification, où Rome et Venise manquaient encore, l’État menait dans le Sud une impitoyable lutte de répression contre le brigandage et les mouvements paysans. Lombroso y passa trois mois et à la suite de cette expérience au sein de l’armée il publia en 1863 un article : « Tre mesi in Calabria26 ». Tout en étant fasciné par la beauté de la région ainsi que par la richesse des dialectes et des chants populaires locaux, il y constatait la pauvreté extrême d’une population assujettie à la domination de quelques seigneurs locaux, l’hygiène déplorable, le manque d’hôpitaux, la forte criminalité, l’analphabétisme, la survivance de mœurs archaïques, la quasi-absence d’écoles et le fait que « l’instruction primaire » « était confiée à un clergé hostile et ignorant, à des maires souvent réactionnaires27 », plaies sociales contre lesquelles il n’aura de cesse de se battre toute sa vie. Or, il est intéressant de remarquer que déjà dans ce court texte de jeunesse l’argument racial constitue un élément de son analyse. En effet il considère que, parmi les facteurs à prendre en considération pour analyser le peuple de cette région, il y a celui de la « race », le peuple de Calabre étant pour Lombroso le résultat d’une stratification ethnique, grecque et albanaise essentiellement. Mais, si dans ce texte de jeunesse l’argument racial intervient pour décrire le caractère, le tempérament ou encore l’anatomie du peuple de Calabre, il n’est certainement pas utilisé comme un élément essentiel pour expliquer l’arriération économique et sociale, la pauvreté et la forte criminalité dans cette région, dont les causes sont, pour lui, avant tout politiques. À ce propos, il affirme que « le dommage majeur » causé aux Calabrais « le fut par les Bourbons. Non contents de les isoler avec les passeports et les très mauvaises routes, ils attisaient leur haine ancestrale envers leurs voisins siciliens28 ». Mais il n’épargne pas non plus ses critiques au gouvernement italien de l’époque quand il constate, par exemple, qu’en Calabre « l’éducation est inexistante » et que peu d’hommes ainsi que très peu de femmes ont la possibilité de savoir lire. Il écrit :

  • 29 Ibid., p. 424.

« Les écoles qui existaient avant 1860 ont été supprimées ou négligées. (…) Les inspecteurs des écoles de ces lieux, engeance arrogante et pédante à l’extrême, s’accordent bien avec les municipalités, lesquelles profitent de la trop grande liberté qui leur a été accordée pour soustraire à leur profit l’argent destiné aux maîtres d’école. »29

Les trois pôles conceptuels de la pensée de la race chez Lombroso

16La pensée raciale et raciste dans l’œuvre de Lombroso peut être comprise à partir de trois pôles conceptuels, qu’il est important de ne jamais séparer les uns des autres : sa passion de jeunesse pour une linguistique fortement inspirée par l’ethnologie et l’anthropologie, son interprétation de l’évolutionnisme et, enfin, sa lecture de la criminalité à partir du principe de l’atavisme.

La passion juvénile pour la linguistique

  • 30 Pour une analyse de l’influence de Paolo Marzolo sur le jeune Lombroso, nous nous permettons de ren (...)
  • 31 Cesare Lombroso, L’Uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze um (...)
  • 32 Paolo Marzolo, Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, Padova, Tipografia del seminar (...)
  • 33 Parmi ces éléments universels, Marzolo évoque le besoin humain de donner au cri ou au son inarticul (...)
  • 34 Sur ce point aussi, Marzolo est débiteur de la réflexion de Humboldt, qui considérait les langues c (...)
  • 35 Wilhelm von Humboldt, « La Recherche comparative dans son rapport aux différentes phases du dévelop (...)
  • 36 Paolo Marzolo, « Origine des langues », dans Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, (...)
  • 37 Idem.

17Avant d’embrasser la carrière médicale, le jeune Lombroso était fasciné par la linguistique. Non pas la linguistique aryaniste fondée sur des principes ethno-différentialistes, développée en Italie par Gaspare Gorresio, mais celle que lui avait apprise son maître, « le Darwin de l’anthropologie italienne » comme il le définissait, le linguiste Paolo Marzolo (1811-1868)30, à qui il dédie son premier livre, L’Uomo bianco e l’uomo di colore31, où le thème de la race est central. Paolo Marzolo était un médecin de Vénétie, grand connaisseur des langues, du turc au chinois, des langues européennes à l’hébreu, des langues africaines aux différents dialectes. S’il était de la même génération que Gorresio, à la différence de ce dernier, il œuvrait, d’un côté, à l’intérieur d’une conception universaliste du langage, de l’autre, guidé par une foi absolue dans la « méthode positive ». Inspiré autant par la conception du langage de Wilhelm von Humboldt que par le positivisme, l’objectif qu’il s’était fixé dans son œuvre Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola32 était double et, en apparence, contradictoire. D’abord, connaître les éléments communs à toutes les langues33, ce qui empêche à jamais de considérer qu’une langue pourrait être « originaire » ou, encore, de séparer définitivement une famille de langues d’une autre. Ensuite, connaître les facteurs qui déterminent les différents degrés d’évolution des langues, donc leurs différences. Ainsi Marzolo, en analysant les langues, veut connaître les lois sous-jacentes au développement de l’espèce humaine. À ses yeux, les mots, tels des vestiges du passé soumis aux fouilles des archéologues, dévoilent les processus de nature physiologique et psychologique nécessaires à leur constitution, ainsi que les différents degrés d’évolution des peuples, ce qui lui permet d’appliquer un principe de distinction entre les langues « sauvages » et « civilisées34 » sans pour autant – et c’est la grande différence par rapport à la linguistique aryaniste polygéniste de Renan et de Gobineau, mais aussi aux positions ethno-différentialistes de Gorresio – les séparer radicalement. Marzolo refuse d’emblée l’idée d’une séparation définitive entre les langues de la famille indo-européenne et les autres. En effet, pour le dire avec les mots de Humboldt, ne pouvant rejeter l’hypothèse d’un « réseau universel » auquel toutes les langues pourraient appartenir, « même sans accepter l’hypothèse d’une commune origine généalogique des langues, on peut convenir qu’il n’est pas de groupe linguistique qui, tôt ou tard, ne vienne à perdre son isolement35 ». Très loin de Gorresio sur ce point, Marzolo considère que la recherche exclusive d’une seule langue « comme étant la première » est « ce qui s’oppose davantage à la raison36 », ce qui lui permet de conclure qu’il ne croit pas « davantage logique de séparer des autres une langue ou un système de langues par un haut mur, comme on a voulu les diviser en analytiques et en synthétiques, (…) en sémitiques, en tartares, etc.37 ».

Le principe de l’évolutionnisme

  • 38 Traduit en italien pour la première fois en 1866 par Giovanni Canestrini.
  • 39 Sur ce point, voir Silvano Montaldo, « Le début de la pensée raciste de Lombroso (1860-1871) », dan (...)
  • 40 Cesare Lombroso, L’Uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.
  • 41 Ibid., p. 31.

18Si le principe racial n’est pas à la base de la linguistique de Marzolo, comment entrevoir dans son œuvre, si importante dans la phase de formation de Lombroso, une source d’inspiration pour sa pensée de la race ? La linguistique ethnologique de Marzolo a guidé son élève sur un point essentiel : la recherche sur l’origine et le développement de l’espèce humaine, mais pour ce dernier la recherche linguistique sera très vite remplacée par une autre. Et c’est finalement ce point de rupture avec son maître, et donc avec le courant de la linguistique dont il est un représentant, qu’il est intéressant de prendre ici en considération. Dès le premier livre que Lombroso publie et dédie à son maître, cette rupture apparaît et sa pensée raciale et raciste commence à prendre véritablement forme. Achevé en 1868 mais publié en 1871, L’Homme blanc et l’homme de couleur. Lectures sur l’origine et la variété des races humaines déplace d’emblée l’attention des langues aux races pour comprendre l’origine et le développement de l’humanité. Lombroso, imprégné par la vulgate « évolutionniste », guidé par une mauvaise interprétation de L’Origine des espèces de Darwin38, mais aussi par la pensée théorique raciste du milieu du 19e siècle39, expose sa théorie raciale et raciste à partir d’un paradigme anatomo-physiologique, où la langue devient très secondaire, et qui n’a finalement rien de très original. En combinant le polygénisme de Gobineau – sans pour autant l’embrasser totalement –, l’œuvre de Darwin, la linguistique comparatiste et l’histoire des civilisations, il affirme que, en vertu de « la loi de la tendance à la transformation des races40 », ces dernières se situent dans un continuum, qui va du plus imparfait au plus parfait, du singe à l’homme blanc en passant par l’homme de couleur. Dans ce continuum, il y a pourtant bien hiérarchisation, puisque la forme anatomique et les caractères biologiques déterminent la beauté, la supériorité morale et intellectuelle d’une race, et ces différences se reflètent, entre autres, dans les langues, qui sont plus ou moins élaborées et raffinées en fonction des peuples dont elles émanent. Dès lors, pour Lombroso, une langue pauvre, comme le squelette du peuple qui la parle, porte « l’empreinte de l’infériorité de la race41 ».

  • 42 Ibid., p. 53.
  • 43 Idem.
  • 44 Ibid., p. 84.
  • 45 Cesare Lombroso, « Razze e criminalità in Italia », (Corriere della sera des 29-30 octobre 1897), d (...)
  • 46 Cesare Lombroso, L’Uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 47.
  • 47 Ibid., p. 68.

19Afin de recontextualiser la pensée lombrosienne, il est important de souligner que la séparation de l’humanité en races supérieures et inférieures doit être lue, aussi, dans le cadre de la lutte idéologique menée dans les milieux bourgeois et libéraux contre l’Église et les intellectuels traditionnels, afin de moderniser la culture italienne, à l’époque encore fortement soumise à la religion. En affirmant qu’il y a continuité entre l’histoire humaine et l’histoire de la nature, Lombroso veut s’opposer à la vision théologique d’un être humain créé à partir, comme il l’écrit, « d’une motte de terre plus ou moins consacrée42 » à l’image de Dieu, totalement en opposition avec les nouveaux acquis scientifiques. Et s’il est vrai que le travail de Gorresio doit également être lu dans le contexte de cette volonté de modernisation et de laïcisation de la pensée, il est tout aussi vrai que la théorie des races de Lombroso ne trouve pas sa source dans une mythologie de « l’âge d’or ou des ancêtres », propre à la philologie aryaniste, en vertu de laquelle des peuples soudés par une origine commune en excluent d’autres. Lombroso est plutôt influencé et fasciné par un autre mythe, celui de la modernité, de l’évolutionnisme et d’une certaine idée du progrès. Pour lui, les différences entre races évoluées et primitives, établies au nom du principe de l’évolution, sont innées, certes, mais pas définitives. En croyant dans la « loi de la tendance à la transformation des races43 », Lombroso ne peut pas être un défenseur du polygénisme. Au nom de cette loi, il ne peut pas séparer radicalement, définitivement et dès l’origine, une race d’une autre. Si toute race se transforme, aucune n’était et ne sera ce qu’elle est, ce qui explique que, pour lui, une race « inférieure », la « négroïde » par exemple, peut – par le climat, l’alimentation, le contexte social, le travail de la civilisation – se métamorphoser progressivement et rejoindre les races « plus parfaites, les blanches44 ». Donc, force est de reconnaître que Lombroso, tout en ayant une pensée raciale et raciste, n’enferme aucun peuple dans un destin immuable ; il n’en exclut aucun du processus d’évolution par une séparation définitive. Preuve en est l’« Hébreux » d’aujourd’hui, écrit-il, qui « n’a plus rien du nomade arabe45 ». L’émigration, le changement de climat qui s’en est suivi, les croisements, les persécutions subies, tous ces éléments ont agi comme des facteurs de sélection, ce qui explique pourquoi cette « race (…) sous nos yeux, tout en conservant partiellement le type primitif, s’élève à des degrés supérieurs par rapport à son origine et se transforme46 ». Mais, ce n’est pas le seul exemple de la transformation de la race que Lombroso évoque à l’appui de « sa » théorie. Il est possible de constater un type de transformation encore plus surprenant : « au sein même du berceau africain, en effet, nous pouvons surprendre le Nègre en train de se transformer sans aucune cause de mélange sanguin, par la seule action du climat et des circonstances, (…) bref, nous surprenons le Nègre en train de devenir Sémite47 ».

Du principe de l’atavisme à l’invention du « criminel-né »

  • 48 Pour une analyse du principe de l’atavisme appliqué au « criminel né », voir Delia Frigesi, « L’uom (...)
  • 49 Le terme « atavisme » existait depuis la fin du 18e siècle, depuis que le botaniste français Antoin (...)
  • 50 Comptes rendus du VIe congrès international d’anthropologie criminelle (Turin, 28 avril-3 mai 1906) (...)
  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid., nous soulignons.
  • 53 Ibid.

20Pourtant, Lombroso sépare d’une manière irréversible, et dans son propre pays, une catégorie d’êtres humains qui appartiennent à ses yeux à une « espèce anthropologique » à part des autres. Il s’agit des « criminels-nés », inaptes à vivre en société, exclus de toute forme d’évolution, irrémédiablement et irréversiblement inférieurs par hérédité biologique. C’est au nom de l’atavisme que Lombroso opère une telle césure48. Ce principe n’a pas été inventé par lui49, mais il en a fait un usage absolument inédit en le liant au « criminel-né », et cela grâce à une « découverte », comme il le rappelle en 1906, lors du sixième congrès d’Anthropologie Criminelle à Turin, qui remonte à l’année 1870, alors qu’il poursuivait des recherches « depuis plusieurs mois dans les prisons et dans les asiles de Pavie, sur les cadavres et sur les vivants, (…) pour fixer les différences substantielles entre les fous et les criminels50 ». Puis, soudain, se remémore-t-il, « un matin d’une triste journée de décembre51 », alors qu’il examinait le crâne du brigand calabrais Giuseppe Villella, un paysan de 69 ans soupçonné de brigandage et condamné pour vol, il s’aperçut qu’il présentait « toute une longue série d’anomalies atavistiques, surtout une énorme fossette occipitale moyenne et une hypertrophie du vermis analogues à celles qu’on trouve dans les vertébrés inférieurs52 », et plus précisément chez les lémuriens, une des familles les moins évoluées parmi les primates. C’est la révélation ! Comme il l’écrit, « à la vue de ces étranges anomalies, le problème de la nature et de l’origine du criminel m’apparut résolu : les caractères des hommes primitifs et des animaux inférieurs devaient se reproduire de nos temps53 ». Et la résurgence de caractères ancestraux, anatomiques, biologiques, morphologiques, psychologiques chez certains êtres humains, les « criminels-nés » notamment, abolit totalement le travail de la civilisation qui, seul, peut produire une personne responsable et morale. Puisque certains caractères, qui étaient présents chez les ancêtres de l’homme ou qui le sont encore aujourd’hui chez les peuples primitifs ou « sauvages », sont naturellement associés à des manifestations violentes ou criminelles, considérées normales et fréquentes chez ces peuples à civilisation archaïque, Lombroso en conclut que ces manifestations sont présentes comme étant « normales » – autrement dit découlant nécessairement de leur conformation physiologique et anatomique – chez les « criminels-nés » et que ces derniers ne peuvent donc être considérés comme responsables des actes qu’ils commettent. Mais si les peuples primitifs ou « sauvages » peuvent évoluer, en vertu de la « la loi de la tendance à la transformation des races », les « criminels-nés » sont destinés à rester murés dans leur propre destin d’êtres inférieurs, puisque leur structure anatomique résulte d’un arrêt pathologique du développement. Cette dernière est donc définitive, irréversible et génétiquement transmissible.

La pensée de la race chez les disciples de Lombroso

  • 54 Cf. Cesare Lombroso, « Influenza della razza » (chapitre III, partie I, volume III), dans L’Uomo de (...)

21Ce principe de séparation fondé sur une analyse anthropologique porte certains des élèves de Lombroso à racialiser l’arriération économique du sud de l’Italie. D’ailleurs ce dernier, au cours de sa carrière, adopte et intègre dans ses écrits quelques-unes des théories de ses élèves, eux mêmes fortement inspirés par son travail. Il est vrai que Lombroso évoque dans L’Uomo delinquente le fait que certaines races, certains peuples seraient plus que d’autres aptes au crime54 et qu’en Italie certaines régions seraient connues pour leur nombre de criminels, mais il n’approfondit pas cette question, qui reste chez lui une hypothèse.

  • 55 Cf. Alfredo Niceforo, La Delinquenza in Sardegna, Milano, Sandron, 1897. Pour une analyse de la rel (...)
  • 56 Alfredo Niceforo, « Le Due Italie », dans L’Italia barbara contemporanea (Studi e appunti), Milano, (...)
  • 57 Ibid., p. 288.

22En revanche, la racialisation de la question méridionale va être tout particulièrement exploitée par le juriste sicilien Alfredo Niceforo, (1876-1960), son élève, appartenant à l’école de criminologie positiviste. À l’occasion du débat sur les conclusions scientifiques défendues par Niceforo, Lombroso soutient ses thèses sur l’influence de la race dans la criminalité des régions du sud de l’Italie, notamment la Sardaigne55. Dans L’Italia barbara contemporanea, Niceforo avait affirmé l’existence de « deux Italie »56. Il s’agit bien de deux lignées ethniques : germanique au nord, méditerranéenne au sud. Comme il l’écrit, « l’anthropologie nous a récemment révélé que la composition ethnique de la population de l’Italie est formée par deux grands éléments : aryens au nord, méditerranéens au sud57 ».

  • 58 Ibid., p. 292.
  • 59 Ibid., (c’est Niceforo qui souligne).
  • 60 Cette idée, Niceforo le reconnaît, vient de son maître et professeur d’anthropologie à l’université (...)
  • 61 Ibid., p. 293.

23Cette « différence anthropologique58 » entre une race « latine au sud, germanique au nord59 », différence qui, selon Niceforo, ne se mesure pas par la couleur des yeux ou de la peau, mais par la forme du crâne60, est à l’origine d’une grande différence psychologique entre les deux populations. Et indiscutablement, pour Niceforo, une race, un peuple, celui du nord de l’Italie, a « un sentiment d’organisation sociale plus développé61 » par rapport à celui qui peuple le Sud et les îles, où le sentiment le plus répandu est l’individualisme. C’est la raison pour laquelle, dans la lignée méditerranéenne, les événements grandioses du passé ne peuvent être attribués qu’aux initiatives individuelles d’hommes de génie. Si Niceforo n’en conclut pas clairement et explicitement qu’un peuple est supérieur à un autre, il souligne néanmoins que l’un est plus apte au progrès que l’autre :

  • 62 Ibid., p. 294-295.

« De la lignée qui possède un niveau individuel très élevé, naissent des productions géniales d’art, de littérature, de science ; de celle qui possède un sentiment social très développé, naît une société plus ordonnée et plus solide, moins tumultueuse et donc moins facile à bouleverser, plus susceptible d’un progrès collectif et vraiment organique. »62

La pensée raciste dans la double décennie fasciste

  • 63 Outre les travaux de Francesco Germinario que nous évoquerons plus avant, on consultera l’ouvrage d (...)
  • 64 Marie-Anne Matard-Bonucci, Ibid., p. 10.
  • 65 Dans l’article « Mussolini et les mots de la race », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., (...)

24Le « moment fasciste » de la pensée de la race en Italie a donné lieu à de nombreuses études importantes63. L’étude de ce dernier moment d’une pensée de la race en Italie suppose d’éviter deux écueils. Le premier est de considérer que le fascisme est structurellement raciste comme le nazisme a pu l’être ; indéniablement, il n’a pas eu de dimension biopolitique structurante comparable au nazisme en Allemagne et il faut insister sur « la discontinuité majeure64 » que représente l’adoption des lois raciales dans l’histoire politique du fascisme italien. Le second écueil est symétrique et consiste à affirmer qu’il n’y a pas de racisme fasciste, cette dimension étant considérée comme anecdotique, alors que le vocabulaire de la « race » est indéniablement présent dès les origines du fascisme65. La question est plutôt de savoir ce qui fait la spécificité du racisme fasciste, de manière diachronique (c’est-à-dire ce qui le distingue du racisme « positiviste ») et de manière synchronique (c’est-à-dire ce qui le distingue du racisme et de l’antisémitisme allemand ou français).

  • 66 Sur ce point, voir Francesco Germinario, « Entre “infortune” et “fortune” de l’antisémitisme frança (...)

25Le résultat le plus important de cette enquête est d’établir que le « moment fasciste » n’est pas l’institutionnalisation des thèses de l’anthropologie criminelle. Bien au contraire, relativement à la pensée positiviste de la race, le fascisme inscrit une rupture nette dans la structure du discours et c’est d’abord la fracturation de l’Italie entre le nord et le sud, lisible chez les positivistes, que les idéologues fascistes s’efforcent de récuser66.

  • 67 Voir Antonin Guilloux, Stéphanie Lanfranchi et Élise Varcin, « Mussolini et les mots de la race », (...)

26L’un des aspects inattendus de la pensée de la race durant la période fasciste est sa dimension « antiraciste » à l’égard des populations racialement stigmatisées par le positivisme. C’est en partie cette reconnaissance symbolique des méridionaux qui a pu assurer une certaine audience au discours fasciste dans les terres méridionales. Mais les idéologues fascistes remettent en cause le racisme méridional, non en récusant le discours raciste dans son essence, comme le fera Gramsci en identifiant les causes socio-économiques de la croyance en l’infériorité biologique du Sud dans ses Cahiers de la prison, mais en demeurant sur le terrain raciste et en réalisant deux opérations théoriques. La première réoriente le vecteur de la stigmatisation raciale de l’intérieur vers l’extérieur, que ce soit un extérieur intérieur à la race italienne (le juif) ou un extérieur extérieur (le colonisé), et ce sont eux qui vont prendre la place du méridional dans le discours raciste67. La deuxième opération théorique établit l’appartenance des Italiens – de tous les Italiens, méridionaux et insulaires – au type « aryen méditerranéen » afin d’établir anthropologiquement l’homogénéité, tant physique que morale, du peuple de la Péninsule et au-delà, de Trieste à Syracuse jusqu’à New York ou Chicago.

La rupture avec le discours de l’anthropologie criminelle

27La pensée fasciste de la race s’inscrit d’abord dans une perspective polémique vis-à-vis du racisme antiméridional. Lisons ces lignes écrites par Lino Businco, en 1938, dans l’article « Sardegna ariana » figurant dans La Difesa della Razza :

  • 68 Lino Businco, « Sardegna ariana », dans La Difesa della Razza, nº 3, 5 septembre XVI (1938), p. 26. (...)

« Il fut un temps où la Sardaigne constituait un tremplin pour tous les jouvenceaux imberbes qui avaient reçu l’aval de l’enseignement supérieur des diverses tribus judéo-maçonniques. Ils parvenaient sur l’île après une nuit blanche passée à trembler à chaque vague virile de notre Tyrrhénienne. Ce fut alors que, sous une étiquette pseudo-scientifique, les habitants de la Sardaigne se virent affublés des pires insultes imaginables. [...] Il y en eut d’autres qui reconnurent dans la population de la Sardaigne une variété de la race pygmée ! Effectivement, les Sardes furent rapprochés des Bushmen du Kalahari, des Ba-Binga des rives de la Shanga, des Ba-Tua du Congo et – pourquoi pas ? – du tapir de Nouvelle-Guinée. [...] Ces hommes dont les ancêtres avaient donné naissance à la civilisation lumineuse de Nuraghi ne pouvaient pas appartenir à d’obscurs groupes raciaux africains. Donc, aujourd’hui, les Sardes doivent être considérés comme un groupe d’une grande pureté de ces Aryens méditerranéens qui trouvent leur meilleure expression dans la race italienne. » 68

  • 69 Publié en juillet 1938 dans le Giornale d’Italia, ce texte formule « la position du fascisme » conc (...)

28L’auteur de ces lignes, Lino Businco, professeur de pathologie à l’université de Rome, est l’un des signataires du Manifesto della razza69. Outre l’expression d’« Aryen méditerranéen » sur laquelle nous reviendrons plus avant, il faut insister sur le renversement radical du discours raciste du positivisme au fascisme : à la stigmatisation du Sarde sous la plume de Niceforo répond, chez l’auteur fasciste, la reconnaissance symbolique du Sarde comme spécimen « d’une grande pureté » de la race italienne. Il faut remarquer aussi, relativement au moment positiviste, le déplacement du vecteur raciste par l’identification d’un autre ennemi : « les tribus judéo-maçonniques », jugées responsables de la stigmatisation raciale d’une partie des Italiens.

29À la fracturation de l’Italie entre Nord et Sud opérée par les « judéo-maçons » est désormais opposée l’unité fondamentale des Italiens. Sur le plan idéologique, le discours fasciste désigne les « chefs de tribus judéo-maçonniques » et ainsi des criminologues d’obédience lombrosienne comme ceux qui auraient empêché le peuple italien de s’unir en faisant croire que les méridionaux étaient d’une autre race. Cependant, la critique du racisme positiviste se situe toujours sur le plan de la race : est maintenant affirmée l’unité raciale des Italiens qui consiste dans leur appartenance à la race « aryenne méditerranéenne ».

Le discours raciste fasciste entre polémique et recyclage

30Cette invention « anthropologique » est lisible chez Mussolini lui-même, qui en est fort probablement sinon l’inventeur, du moins le promoteur, et il la mobilise afin d’affirmer l’unité raciale des Italiens. Après la Première Guerre mondiale et quelques mois avant la marche sur Rome, Mussolini évoque cette appartenance « aryenne et méditerranéenne » dans le « discours de Bologne » en 1921 :

  • 70 Discours de Mussolini prononcé à Bologne le 3 avril 1921, appelé « Discours de Bologne », consultab (...)

« Comment est né ce fascisme, à propos duquel il y a un tel vacarme de passions, de sympathies, de haines, de rancœurs et d’incompréhension ? Il n’est pas seulement né de mon esprit et de mon cœur ; il n’est pas seulement né de cette réunion que nous avons tenue en 1919 dans une petite salle de Milan. Il est né d’un profond et éternel besoin de notre lignée aryenne et méditerranéenne [questa nostra stirpe ariana e mediterranea] qui à un moment s’est sentie menacée. »70

31L’unité des Italiens est explicitement nommée par le futur Duce : les Italiens sont de lignée « aryenne et méditerranéenne ». Quel statut théorique possède ce concept ? Aucun ouvrage d’anthropologie sérieux n’examinera avec attention ces fameux « Aryens méditerranéens », ce qui était un oxymore pour les positivistes des décennies précédentes.

  • 71 Voir Massimo Baioni, « Une voie régionale à la race ? Romagne et Romagnols entre la fin du XIXe siè (...)
  • 72 Sur les théories de Gustav Kossinna et leur lien avec le nazisme, voir Jean-Paul Demoule, Mais où s (...)

32Ce qui rend encore moins crédible cette thèse anthropologique est que le texte du Manifeste de la race de 1938 ne l’évoque pas et se contente de se référer de manière assez générale à la « civilisation aryenne ». Pire encore, dans le texte même du Manifesto della razza, c’est plutôt l’idée allemande d’une orientation « nordique » de l’aryanisme qui prévaut et on voit mal comment cette orientation « nordique » pourrait s’articuler à la dimension méditerranéenne. Cet « Aryen méditerranéen » est essentiellement utilisé par les publicistes dans un syncrétisme confus entre les références à Rome et à la Romagne, région natale de Mussolini71. La thèse d’une unité raciale « aryenne méditerranéenne » des Italiens n’avait peut-être pas de rôle « anthropologique » ; ou plutôt, elle a des effets performatifs et elle tient lieu d’hypothèse ad hoc qui n’a pas la robustesse de « l’aryanisme nordique », concept appuyé, dans l’Allemagne nazie, sur les travaux de Gustav Kossinna et sur ses études de la civilisation matérielle72.

Le recyclage

  • 73 Voir Francesco Germinario, « Entre “infortune” et “fortune” de l’antisémitisme français dans l’anti (...)

33Une fois reconnus l’impasse théorique et l’usage d’abord polémique, puis publiciste de « l’Aryen », le discours raciste fasciste se révèle davantage être un bricolage – si l’on peut parler en ces termes de choses aussi graves – ou plus encore un recyclage. Cela est particulièrement flagrant dans la revue La Difesa de la razza, qui est la voix officieuse du régime et dont le directeur, Telesio Interlandi, ami de Mussolini, dirigeait aussi le journal Il Tevere. Le problème auquel les idéologues racistes étaient confrontés était d’inventer une tradition raciste proprement italienne, « problème d’autant plus délicat que la tradition raciste italienne positiviste, non seulement avait exprimé des doutes sur les qualités raciales des Italiens, en particulier des populations méridionales, mais avait été aussi l’expression de la culture et de la société libérales73 ».

  • 74 Ibid.

34Les idéologues fascistes ont-ils réussi à inventer une tradition raciste proprement italienne ? Concernant les « sémites », le fascisme n’invente rien74. Il véhicule des poncifs qui sont repris non seulement à l’extrême droite – de nombreux articles dans la Difesa della Razza sont écrits par un Français, George Montandon – mais aussi à la tradition de l’antisémitisme antisystémique et révolutionnaire en opposition à la société bourgeoise libérale, remontant au Toussenel des Juifs rois de l’époque.

  • 75 Gianluca Gabrielli, « La Construction de l’identité et de l’altérité coloniale et raciale dans l’éc (...)

35Concernant les populations colonisées en Afrique, l’anthropologie raciale du 19e siècle est largement mobilisée75 : la figure du « Nègre » et celle du « Chinois » telles qu’elles apparaissent dans les manuels scolaires ou dans les pages des revues fascistes sont globalement conformes aux représentations qui étaient celles des sciences du siècle précédent tout en étant intégrées au projet impérialiste du Duce.

36Sans minimiser l’importance du discours raciste sous le fascisme, il faut renvoyer la pensée fasciste de la race à ce qu’elle a été, à savoir une construction mal articulée visant à unifier symboliquement une Italie traversée par de profondes fractures, en détournant le vecteur de la stigmatisation raciste de l’intérieur vers l’extérieur, en réactivant tout un ensemble de discours antisémites et racistes qui précèdent l’avènement du fascisme et qui relève moins de la biopolitique nazie que de la tradition antisémite antisystémique d’une part, colonialiste d’autre part.

37Le moment fasciste de la pensée de la race en Italie apporte ainsi une ultime confirmation à l’importance de cette étude pour comprendre la modalité selon laquelle s’est constituée l’identité collective des Italiens à l’époque contemporaine : le discours sur l’origine raciale, de l’aryanisme savant des philologues aux diatribes du Duce en passant par les mesures anthropométriques des criminologues positivistes, révèle la prégnance du concept de race dans ce processus historique. Mais ce qui fait la singularité de l’Italie consiste dans le fait que la stigmatisation raciale engage non seulement le rapport qu’elle entretient avec l’autre, mais aussi et surtout le rapport qu’elle entretient avec elle-même.

Haut de page

Notes

1 Aurélien Aramini et Elena Bovo (dir.), La Pensée de la race en Italie, du romantisme au fascisme, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Les cahiers de la MSHE Ledoux », série « Archives de l’imaginaire social », 2018.

2 Carole Reynaud-Paligot, De l’identité nationale. Science, race et politique en Europe et aux États-Unis, XIXe-XXe siècle, Paris, PUF, coll. « Science, histoire & société », 2011.

3 Sur cette distinction essentielle à notre propos, formulée par Pierre-André Taguieff, voir La Couleur et le sang. Doctrines racistes à la française, Paris, Mille et une nuits, (1998) 2002, p. 17.

4 Alberto Burgio (dir.), Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d’Italia, 1870-1945, Bologne, Il Mulino, 1999.

5 Voir David Bidussa, Il mito del buon Italiano, Milano, Il Saggiatore, 1995.

6 Sur la violence des polémiques contemporaines, voir La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 18.

7 Léon Poliakov, Le Mythe aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris, Calmann-Lévy, 1971, tout particulièrement le chapitre intitulé « La semence d’Énée ».

8 Rosella Faraone, Giovanni Gentile e la “questione ebraica”, Catanzaro, Rubbettino Editore, 2003, p. 9.

9 Sur l’idée indo-européenne et la reconfiguration des savoirs entraînée par le déchiffrement des langues de l’Antiquité orientale, voir le dossier « L’idée indo-européenne » (sous la direction d’Aurélien Aramini et d’Arnaud Macé), Romantisme, n° 185, 3/2019, Armand Colin.

10 Léon Poliakov, Le Mythe aryen, op. cit.

11 On notera tout de même l’article de Mauro Raspanti, « Il mito ariano nella cultura italiana fra Otto e Novecento », dans Alberto Burgio (dir.), Nel nome della razza, op. cit., dont nous avons discuté la thèse dans le chapitre consacré à Gaspare Gorresio dans La Pensée de la race en Italie.

12 Sur la philologie orientaliste en Italie au 19e siècle, voir Aurélien Aramini, Il Tevere sorge dall’Himalaya, Lo studio delle lingue orientali nel pensiero italiano dell’Ottocento, mémoire de Master 2 de Langues et études culturelles, réalisé sous la direction du professeur Angelo Colombo, Besançon, 2014, 94 p.

13 Cette dimension anticléricale est particulièrement manifeste chez Carducci : nous renvoyons le lecteur à l’article de Laura Fournier-Finocchiaro, « “Les sublimes idéaux de notre race” : Carducci et le mythe aryen », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit.

14 Ramayana Poema indiano di Valmici testo sanscrito secondo i codici manoscritti della scuola gaudana, avec une introduction de Gaspare Gorresio, Paris, Stamperia Reale, 1843-1858, en dix volumes. Les cinq premiers volumes consistent dans l’édition du texte sanscrit et les cinq suivants en constituent la traduction.

15 Gaspare Gorresio, « Unità d’origine dei popoli Indo-Europei », Atti della R. Accademia delle Scienze di Torino pubblicati dagli Accademici Segretari delle due Classi, volume secondo, 1866-67, Torino, Stamperia Reale, 1867, p. 582-589.

16 « recondita altezza delle origini nostre », Ibid, p. 584.

17 Ibid., p. 587-588.

18 Ibid., p. 588-589.

19 Mauro Raspanti « Il mito ariano nella cultura italiana fra Otto e Novecento », op. cit.

20 Dont l’un des plus importants représentants est Cesare Beccaria.

21 Pour une analyse des prises de position de Lombroso sur la race, voir, entre autres, Michele Nani, « Lombroso e le razze », dans Silvano Montaldo et Paolo Tappero (dir.), Cesare Lombroso cento anni dopo, Torino, UTET, 2009, p. 165-174.

22 Lombroso resta toutefois toujours fidèle à son identité juive, mais cette fidélité ne s’est pas tant traduite par le sentiment d’appartenance à une communauté religieuse ou par le respect de rites, que par d’autres voies, notamment par ses prises de position contre l’antisémitisme, dont les deux causes principales de nature « atavique » sont à chercher selon lui dans la « stratification de la mémoire » qui devient plus puissante encore quand elle se transforme en « sentiment national ». Il s’agit de « la complaisance qui surgit du sentiment de supériorité, et peut être considérée comme un souvenir de l’ancienne domination de l’Aryen libre sur les peuples esclaves », ainsi que de « la haine conçue par les Romains envers ce peuple » (C. Lombroso, L’Antisemitismo e le scienze moderne, Torino, L. Roux, 1894, p. 10-11). Un autre élément qui témoigne de l’attachement de Lombroso à son identité juive est l’adhésion, dans les dernières années de sa vie et surtout après l’affaire Dreyfus, au sionisme naissant. (Sur ce point, voir Delia Frigessi, « Cattaneo, Lombroso e la questione ebraica », dans Alberto Burgio (dir.), Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d’Italia, 1870-1945, op. cit., p. 258-264 ; Emanuele D’Antonio, « Aspetti della rigenerazione ebraica e del sionismo in Cesare Lombroso », dans Società e storia, n° 92, 2001, p. 281-309 ; Roberto Finzi, « Cesare Lombroso », dans Il pregiudizio. Ebrei e questione ebraica in Marx, Lombroso, Croce, Milano, Bompiani, 2011, p. 49-80 ; E. D’Antonio, « Cesare Lombroso sionista riluttante », La Stampa, 11 novembre 2016).

23 Cesare Lombroso, L’Uomo delinquente studiato in rapporto alla antropologia, alla medicina legale ed alle discipline carcerarie, Milano, Hoepli, 1876. (L’homme criminel, traduit sur la 4e édition italienne par M. Reynie et A. Bournet, Paris, Alcan, 1887). L’Uomo delinquente subit plusieurs modifications et fut sensiblement élargi dans l’espace de vingt ans, ce qui explique les cinq éditions publiées entre 1876 et 1897.

24 En 1899, Lombroso accepta de devenir conseiller municipal socialiste à Turin, mais en 1904 il s’opposa au projet, venant du Parti, de construire un grand complexe hydroélectrique qui aurait constitué à ses yeux une dépense énorme d’argent public, bien plus utile dans la restructuration du système hospitalier. Ce différend le porta dans un premier temps à démissionner, puis, en 1905, à rompre avec le Parti. (Sur ce point voir Cesare Lombroso, « Neofrancescani e neosocialisti », dans L’Avanti !, 13 mai 1905 ; Paolo Spriano, Storia di Torino operaia e socialista. Da De Amicis a Gramsci, Torino, Einaudi, (1958) 1972, p. 109).

25 Rappelons que nombreuses furent les prises de position antimilitaristes et anticolonialistes de Lombroso, en grande partie recueillies dans Cesare Lombroso, Il momento attuale, Milano, Casa editrice moderna, 1903. Le texte rassemble des articles parus dans des journaux et revues.

26 Cesare Lombroso, « Tre mesi in Calabria », dans Rivista contemporanea, Volume trentesimoquarto, Nuova serie, Anno undecimo, Fascicolo CXVI, juillet 1863. (Lombroso édita à nouveau le texte en 1898 avec le titre In Calabria, 1862-1897. Studii con aggiunte del Dr Giuseppe Pelaggi, Catania, Giannotta Editore, 1898).

27 Ibid., p. 432.

28 Cesare Lombroso, « Tre mesi in Calabria », op. cit., p. 418- 419.

29 Ibid., p. 424.

30 Pour une analyse de l’influence de Paolo Marzolo sur le jeune Lombroso, nous nous permettons de renvoyer à Elena Bovo, « Racisme et idéologie du progrès. Cesare Lombroso, disciple infidèle de Paolo Marzolo ? », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 73-84.

31 Cesare Lombroso, L’Uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padova, Sacchetto, 1871. Le livre fut republié en 1892 par l’éditeur Bocca, de Turin. Nos citations suivent cette réédition.

32 Paolo Marzolo, Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, Padova, Tipografia del seminario, 1847.

33 Parmi ces éléments universels, Marzolo évoque le besoin humain de donner au cri ou au son inarticulé d’un enfant une signification correspondant à un besoin, un émoi, un sentiment, ou encore, l’onomatopée, qui trouve son origine dans la tendance humaine à imiter des sons présents dans la nature et à leur attribuer ensuite une signification. C’est en vertu de ces éléments universels que les radicaux d’un certain nombre de mots se retrouveraient dans les langues les plus disparates. (Paolo Marzolo, Monumenti storici, op. cit., p. 49-83).

34 Sur ce point aussi, Marzolo est débiteur de la réflexion de Humboldt, qui considérait les langues comme des formations historiques, constamment en devenir (Wilhelm von Humboldt, « La Recherche comparative dans son rapport aux différentes phases du développement du langage », [1820], dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, trad. par Pierre Caussat, Paris, Seuil, 1974, p. 72).

35 Wilhelm von Humboldt, « La Recherche comparative dans son rapport aux différentes phases du développement du langage », op. cit., p. 74-75.

36 Paolo Marzolo, « Origine des langues », dans Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, op. cit., p. 12.

37 Idem.

38 Traduit en italien pour la première fois en 1866 par Giovanni Canestrini.

39 Sur ce point, voir Silvano Montaldo, « Le début de la pensée raciste de Lombroso (1860-1871) », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 89-90.

40 Cesare Lombroso, L’Uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.

41 Ibid., p. 31.

42 Ibid., p. 53.

43 Idem.

44 Ibid., p. 84.

45 Cesare Lombroso, « Razze e criminalità in Italia », (Corriere della sera des 29-30 octobre 1897), dans Damiano Palano (dir.), Cesare Lombroso Scritti per il “Corriere”, 1884-1908, Milano, Rizzoli, 2014, p. 224.

46 Cesare Lombroso, L’Uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 47.

47 Ibid., p. 68.

48 Pour une analyse du principe de l’atavisme appliqué au « criminel né », voir Delia Frigesi, « L’uomo atavico e la costruzione dell’antropologia criminale », dans Cesare Lombroso, Torino, Einaudi, 2003, p. 97-116 ; Xavier Tabet, « “Costrutto diversamente dagli altri” : criminalité, atavisme et race chez Lombroso (1860-1871) », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 101-119.

49 Le terme « atavisme » existait depuis la fin du 18e siècle, depuis que le botaniste français Antoine Nicolas Duchesne l’avait créé pour indiquer le retour spontané de certaines plantes, cultivées artificiellement, à la variété sauvage d’origine. En 1859, Darwin, dans le chapitre V de L’Origine des espèces, ayant pour titre « Des lois de la variation », avança l’hypothèse de l’atavisme pour certaines races de pigeons, d’ânes et de chevaux. Puis, en 1868, il consacra au phénomène du « retour ou atavisme » un chapitre de La Variation des animaux et des plantes à l’état domestique. Pour Darwin, l’atavisme était à concevoir comme un phénomène de « variation », plus précisément la réapparition d’un caractère anatomo-physiologique très ancien, désormais perdu, qui se trouvait jusque-là à l’état latent.

50 Comptes rendus du VIe congrès international d’anthropologie criminelle (Turin, 28 avril-3 mai 1906), publiés par le bureau du secrétariat-Institut de médecine légale, Turin, Bocca, 1908, p. XXXII. (consultable en ligne à la page : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5608779q.texteImage>.

51 Ibid.

52 Ibid., nous soulignons.

53 Ibid.

54 Cf. Cesare Lombroso, « Influenza della razza » (chapitre III, partie I, volume III), dans L’Uomo delinquente in rapporto all’antropologia, alla giurisprudenza ed alla psichiatria, (5e édition), Torino, Bocca, 1897, p. 22-45.

55 Cf. Alfredo Niceforo, La Delinquenza in Sardegna, Milano, Sandron, 1897. Pour une analyse de la relation que Niceforo établit entre race, milieu physique et criminalité dans ses œuvres, voir Ernesto De Cristofaro, « Le racisme antiméridional entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle : l’Italie “barbare” », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 121-129.

56 Alfredo Niceforo, « Le Due Italie », dans L’Italia barbara contemporanea (Studi e appunti), Milano, Sandron, 1898, p. 287, (c’est Niceforo qui souligne).

57 Ibid., p. 288.

58 Ibid., p. 292.

59 Ibid., (c’est Niceforo qui souligne).

60 Cette idée, Niceforo le reconnaît, vient de son maître et professeur d’anthropologie à l’université La Sapienza de Rome, Giuseppe Sergi. C’est en effet ce dernier qui aurait découvert, comme l’écrit Niceforo, « que la communauté de race n’est pas donnée par la couleur identique de la peau ou des yeux, ou par des caractères physiques externes similaires, mais bien par la forme du crâne » (Ibid., p. 288).

61 Ibid., p. 293.

62 Ibid., p. 294-295.

63 Outre les travaux de Francesco Germinario que nous évoquerons plus avant, on consultera l’ouvrage de Marie-Anne Matard-Bonucci L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.

64 Marie-Anne Matard-Bonucci, Ibid., p. 10.

65 Dans l’article « Mussolini et les mots de la race », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., Antonin Guilloux, Stéphanie Lanfranchi et Élise Varcin montrent que le lexique de la race n’est ni un lexique tardif ni un lexique d’emprunt dans les discours du Duce.

66 Sur ce point, voir Francesco Germinario, « Entre “infortune” et “fortune” de l’antisémitisme français dans l’antisémitisme fasciste, l’image de la France dans La Difesa della razza », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 185 sqq. Sur ce point, voir Francesco Germinario, Fascismo e antisemitismo. Progetto razziale e ideologia totalitaria, Laterza, Roma-Bari, 2009, p. 44 sqq.

67 Voir Antonin Guilloux, Stéphanie Lanfranchi et Élise Varcin, « Mussolini et les mots de la race », dans La Pensée de la race, op. cit., p. 185.

68 Lino Businco, « Sardegna ariana », dans La Difesa della Razza, nº 3, 5 septembre XVI (1938), p. 26. Sur cette revue dirigée par Telesio Interlandi, La Difesa della Razza, voix officieuse du régime, on consultera l’article de Francesco Germinario déjà cité.

69 Publié en juillet 1938 dans le Giornale d’Italia, ce texte formule « la position du fascisme » concernant « les problèmes de la race ». Rédigé par l’anthropologue Guido Landra, ce manifeste est présenté comme le résultat des travaux de « chercheurs fascistes enseignant dans les universités italiennes ».

70 Discours de Mussolini prononcé à Bologne le 3 avril 1921, appelé « Discours de Bologne », consultable en ligne à la page : <http://www.mussolinibenito.it/discorsodel03_04_1921.htm>.

71 Voir Massimo Baioni, « Une voie régionale à la race ? Romagne et Romagnols entre la fin du XIXe siècle et le fascisme », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit.

72 Sur les théories de Gustav Kossinna et leur lien avec le nazisme, voir Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident, Paris, Seuil, 2014, p. 169 sqq.

73 Voir Francesco Germinario, « Entre “infortune” et “fortune” de l’antisémitisme français dans l’antisémitisme fasciste, l’image de la France dans La Défense de la race », dans La Pensée de la race en Italie, op. cit., p. 185-186.

74 Ibid.

75 Gianluca Gabrielli, « La Construction de l’identité et de l’altérité coloniale et raciale dans l’école italienne », dans La Pensée de la race, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Aramini et Elena Bovo, « Autour de la pensée raciale et raciste en Italie (1850-1945) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 146 | 2020, 79-100.

Référence électronique

Aurélien Aramini et Elena Bovo, « Autour de la pensée raciale et raciste en Italie (1850-1945) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14628

Haut de page

Auteurs

Aurélien Aramini

Université de Franche-Comté, laboratoire Logiques de l’Agir

Elena Bovo

Université de Franche-Comté, laboratoire Logiques de l’Agir

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search