Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146CHANTIERSUn cortège « hors des cadres » au...

CHANTIERS

Un cortège « hors des cadres » au devant de la manifestation des organisations syndicales

Hugo Melchior
p. 103-120

Résumés

Depuis le printemps 2016, les organisations syndicales, autant que les forces de police chargées du contrôle et de la surveillance des foules manifestantes et protestataires, se retrouvent confrontées régulièrement, que ce soit à Paris ou dans d’autres villes de France, à l’agrégation d’acteurs qui, par-delà leur hétérogénéité sociale et politique, forment ensemble au-devant de la manifestation ce qui a été désigné et popularisé par les fondateurs sous le nom de « cortège de tête ». L’enjeu de l’article est de rendre intelligible cet objet mal identifié qui intrigue, mais également de rendre compte de la façon dont des responsables syndicaux se positionnent par rapport à cet acteur collectif envahissant et turbulent qui bouleverse profondément l’ordre manifestant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tract collecté en manifestation à Rennes, le 5 décembre 2019. Archive privée.

1À Rennes, les 5 décembre, 10 décembre, 17 décembre 2019, à chaque fois depuis le début du mouvement contre le projet de retraite par points, nous retrouvons la même scène : un tract anonyme est distribué aux manifestants qui piétinent, attendant que la manifestation démarre. Au dos du tract intitulé « Grève pour tous, blocage partout1 », on lit : « Pourquoi rejoindre le cortège unitaire ? ». Les protestataires sont appelés à déserter les cortèges syndicaux pour mieux investir ce « cortège unitaire » situé en tête de la manifestation.

  • 2 Idem.
  • 3 Idem.
  • 4 Idem.

2Les manifestants sont enjoints à ne pas accepter un « cortège encadré qui ne déborde pas2 », c’est-à-dire un cortège des syndicats jugé inoffensif, car incapable d’assumer la moindre charge subversive. Il s’agirait par ailleurs de refuser d’éloigner les corps contestataires en les cantonnant dans des cortèges distincts, selon leurs affiliations syndicales, politiques ou leurs catégories professionnelles, et par là même de parvenir à dépasser ces « séparations factices3 » qui segmenteraient les manifestations syndicales officielles, afin qu’elles redeviennent une force cohésive faisant manifester ensemble « tous les exploités au-delà des différences de statut4 ».

3À Rennes, à chaque manifestation, ce sont plusieurs centaines de jeunes gens, essentiellement des étudiants et des lycéens, qui donnent corps à ce cortège hors-normes. Celui-ci prend place au devant de la banderole unitaire de l’intersyndicale, protégée par une ligne de service d’ordre pour bien souligner la démarcation entre le reste de la manifestation et ce fameux « cortège unitaire ».

  • 5 Fabien Jobard, Jacques De Maillard, « Chapitre 5 : Déviances policières », dans Fabien Jobard, Jacq (...)

4Des banderoles renforcées ouvrent ce « cortège de tête », des parapluies, à l’exemple des jeunes contestataires hongkongais, sont déployés pour se protéger de possibles et redoutées « déviances policières5 » , tandis que certains manifestants encagoulés se livrent à intervalles réguliers à des déprédations ou à des interactions violentes avec les forces de l’ordre. Celles-ci, particulièrement visibles, déployées tout du long du parcours, s’assurent que la manifestation ne pénètre pas dans l’hypercentre, transformé en « zone interdite » depuis le printemps 2016 en réaction aux manifestations survenues lors du mouvement contre la loi « travail ».

  • 6 Voir Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2019.
  • 7 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973.
  • 8 Olivier Fillieule, Danielle Tartakowsky, La Manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « C (...)

5À Rennes, ce n’est pas la première année que survient un tel cortège dissident. Dans cette ville universitaire à la longue tradition d’insubordination étudiante, c’est devenu même depuis 2016 un rituel avec lequel autant la préfecture que les syndicats sont obligés de composer bon gré mal gré. Tout comme à Paris ou encore à Nantes, les promoteurs du « cortège de tête », en prenant le contrôle de la tête des manifestations syndicales, tendent à défendre une autre voie manifestante, une autre conception de « l’agir ensemble6 », porteuse du désir de rompre autant avec le processus heurté, non linéaire, de « civilisation7 » des manifestations de rue8, qu’avec leur subdivision en multiples cortèges séparés, se succédant tels des compartiments.

6Alors que d’aucuns pariaient sur le caractère éphémère de ce phénomène, le « cortège de tête » rassemble encore dans la capitale plus de dix mille manifestants le 1er mai 2018, et 14 000 personnes à l’occasion du 1er mai 2019, avec une présence notable de plusieurs milliers de « gilets jaunes ». Même s’il ne concerne aujourd’hui qu’un nombre très limité de villes en France, il est devenu une réalité qui s’inscrit dans le temps long, parvenant à capter l’attention de nombreux médias soucieux de saisir les contours et le contenu de cet objet politique encore mal identifié.

  • 9 À noter l’existence de ce texte à quatre mains particulièrement stimulant sur le sujet : Johan Hage (...)
  • 10 Olivier Fillieule, « Chapitre 5 : Action manifestante et vie politique », dans Olivier Fillieule (d (...)
  • 11 Olivier Cahn, « La Répression des “black-blocs”, prétexte à la domestication de la rue protestatair (...)
  • 12 Dans le cadre de cette recherche, nous avons mené quatre entretiens avec Christian Mahieux, ancien (...)
  • 13 Si ces différents points de vue sont censés être représentatifs de l’opinion majoritaire au sein de (...)
  • 14 Entretien avec Éric Beynel, 14 juin 2018.

7Ainsi, confrontés à sa pérennité, et en l’absence d’études empiriques en sciences sociales9 sur le sujet, il nous a semblé utile d’essayer de poser modestement un premier jalon. Nous allons rendre compte de la « rationalité politique » de ceux qui désirent, par le truchement du « cortège de tête », « ré-ensauvager l’action manifestante10 » tout en refusant ce qui s’apparenterait, d’après eux, à une forme de « domestication de la rue protestataire11 », autant par le pouvoir d’État que par les organisations syndicales. Puis, en nous appuyant sur une série d’entretiens semi-directifs menés auprès de quatre responsables locaux et nationaux12 de trois organisations syndicales13, nous montrerons comment ceux-ci se représentent subjectivement ce cortège concurrent, et par là même les problèmes que ce nouvel acteur envahissant peut poser à des organisations de salariés qui, sans être pour la plupart hostiles a priori à l’idée de « réinterroger les formes des manifestations14 », demeurent néanmoins attachées à une liberté de manifester réglée, conditionnée, encadrée.

Un cortège autonome qui bouleverse la « scénographie » des manifestations syndicales

  • 15 Le Front de gauche, le Parti communiste, Les Jeunesses communistes, etc. et les syndicats lycéens t (...)

8Ce qui a pris le nom de « cortège de tête » est apparu au printemps 2016, à l’occasion de la mobilisation de longue durée contre la loi « travail ». C’est le Mouvement Inter Luttes Indépendant (MILI), aujourd’hui en sommeil, qui en est à l’origine. Il s’agissait d’un réseau informel de jeunes révolutionnaires non affiliés, apparu à l’automne 2013 à la faveur de la mobilisation lycéenne contre l’expulsion de la jeune Léonarda. Sans existence légale, organisé sur des bases affinitaires et implanté principalement à Paris, il développa d’emblée une critique acerbe à l’endroit des organisations politiques et syndicales de jeunesse15, qui incarnaient, selon lui, l’inertie, l’ennui et la défaite.

  • 16 « Rien ne nous arrêtera, tout recommencera, samedi 9 avril nous prendrons la rue et la tête de la m (...)
  • 17 Le Parisien, samedi 9 avril 2016.
  • 18 Fabien Jobard, Pierre Favre, « Maintien de l’ordre », dans Olivier Fillieule (éd.), Dictionnaire de (...)
  • 19 Nicolas Lebourg, Isabelle Sommier, La Violence des marges politiques, des années 1980 à nos jours, (...)

9À la suite d’un appel16 rendu public le 7 avril par ses militants sur Facebook, on vit à Paris, le 9 avril 2016, en plein mouvement contre la loi « travail », plusieurs centaines de jeunes gens s’emparer sans coup férir de la tête d’une manifestation, pourtant appelée par une intersyndicale, qui rassembla plus de 20 000 personnes selon la police. Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, souligna la présence « en tête de cortège, dès le début de la manifestation, d’un groupe de 300 à 400 militants extrémistes, militants radicaux » avec « la volonté manifeste d’en découdre avec les forces de l’ordre17 ». Cette irruption-accaparement ne fit l’objet d’aucune négociation avec les confédérations syndicales, qui furent mises devant le fait accompli, à l’instar des unités de police et de gendarmerie spécialisées dans la gestion des foules contestataires18. Au sein de ce premier « cortège de tête », des jeunes au visage dissimulé tenaient des banderoles sur lesquelles était écrit notamment : « Le ciel sait que l’on saigne sous nos cagoules », en référence aux paroles d’une chanson du rappeur Booba. Ainsi le « cortège de tête » fut-il le résultat de l’action de jeunes militants organisés de façon horizontale, qui voulaient demeurer anonymes autant pour des raisons de sécurité que par refus du vedettariat, se positionnant au sein des « marges politiques19 ». Né à Paris, le « cortège de tête » essaima dans le contexte de la mobilisation contre la loi « travail », avant de survivre au mouvement défait et de se ritualiser.

  • 20 Pierre Favre, La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1 (...)

10Mais le « cortège de tête » peut-il être considéré comme un mode d’action collective singulier ? Il est certain que, du fait de sa propension à la violence, il est susceptible de déborder à un moment donné du cadre de la simple manifestation de rue selon l’acception qui est proposée par le politologue Pierre Favre, c’est-à-dire un « déplacement collectif organisé et pacifique20 ». Néanmoins, il ne saurait être réductible à une émeute dont les protagonistes se déplaceraient en suivant le tracé de la manifestation arrêté par les organisations syndicales qui les précéderaient. En effet, les individus constituant collectivement un « cortège de tête » peuvent parfaitement faire l’économie de la violence au cours de son déploiement dans l’espace public. Dès lors, davantage qu’une action collective distincte, celui-ci pourrait être défini comme « la partie potentiellement transgressive d’une manifestation syndicale autorisée ». Jusqu’à aujourd’hui, ces cortèges non conventionnels sont demeurés « autonomes » au sens propre du terme, c’est-à-dire qu’ils « ne dépendent de personne en particulier ». Si les ex-militants du MILI peuvent en revendiquer la paternité, personne n’est officiellement responsable ni de leur formation ni de leur encadrement. À Paris, « le cortège de tête » se forme généralement à la suite d’une invitation lancée sur les réseaux sociaux en amont des manifestations officielles. Puis, le jour de la manifestation, groupes, collectifs, militants syndicalistes et/ou politiques, citoyens non affiliés, issus de toutes les corporations ou chômeurs, s’agrègent au fur et à mesure, avant et après le départ de la manifestation syndicale, pour donner à ce cortège ouvert une réalité physique, et par là même une coloration et une ambiance susceptibles de varier d’une manifestation à l’autre, en fonction des intentions labiles des différents acteurs qui y prennent part.

11Ainsi, loin d’être monolithique, le « cortège de tête », bigarré dans sa composition sociale, apparaît-il tel un creuset, c’est-à-dire un espace où des femmes et des hommes, venant d’horizons sociaux différents, se retrouvent pour habiter collectivement la rue autrement, et ailleurs qu’au sein des cortèges traditionnels, secteur par secteur, syndicat par syndicat. Il agirait comme un lieu de désectorisation sociale qui permettrait à des personnes qui ne se croisent et ne se fréquentent pas habituellement de se rejoindre en prenant les devants.

12Par ailleurs, si le « cortège de tête » se développe de façon indépendante en amont des cortèges syndicaux, il n’est pas, et ne se pense pas, comme une manifestation séparée. De toutes les façons, il n’existerait pas sans la manifestation syndicale de laquelle il ne cherche nullement à faire sécession en instaurant une distance spatiale. Se considérant comme partie intégrante, il la déborde sans jamais rompre avec elle. Le lien organique demeure jusqu’à la fin. Aussi le « cortège de tête » entretient-il un rapport ambivalent aux manifestations traditionnelles : d’un côté il cherche à s’en distinguer radicalement en proposant aux manifestants présents un autre cadre contestataire d’apparition et d’action, mais dans le même temps il en est dépendant, car sans elles il apparaîtrait comme une simple manifestation sauvage, et non comme la tête brûlée et impétueuse d’une manifestation syndicale autorisée.

  • 21 Isabelle Sommier, « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », Genèses, 12, 1993, p. 74.
  • 22 Ibid., p. 70.
  • 23 Idem.

13Ayant besoin d’elles pour mieux pouvoir s’en différencier, la force du « cortège de tête », qui concourt à son attractivité, réside dans sa volonté de remettre en cause la façon dont les manifestations syndicales sont habituellement agencées, ordonnancées, hiérarchisées. Il s’agit de mettre la manifestation « la tête à l’envers » dans tous les sens du terme, en prenant la place occupée normalement par le « carré de tête » des dirigeants syndicaux censé ouvrir la manifestation à l’intérieur d’un « sas de sécurité21 ». Les tenants du « cortège du tête » contestent ainsi aux directions syndicales le monopole de la tête de cortège, considérée comme la « vitrine22 » de la manifestation qu’elles co-organisent. L’ordre de préséance est dans ces conditions sérieusement bousculé, et peut s’apparenter à une forme de déprise pour les organisations syndicales : elles perdent une partie de leur « maîtrise politique23 » de la manifestation, alors même que celle-ci n’a pas démarré.

14Par ailleurs, l’un des principaux objectifs du « cortège de tête » est de redynamiser l’apparition protestataire dans l’espace public, afin qu’elle crève l’écran en redevenant plus grisante, plus mordante, plus agissante. La plupart des responsables syndicaux ont bien conscience du problème et de la nécessité de redonner du souffle aux manifestations syndicales, critiquées pour leur caractère jugé amorphe, ennuyeux, sans éclat, constat qui contribuerait à renforcer le pouvoir d’attraction et d’aimantation du « cortège de tête » :

  • 24 Entretien avec Christian Mahieux, 18 août 2018.

« Le phénomène du cortège de tête est une réponse à une partie des problèmes d’ambiance rencontrés dans les manifestations syndicales. En effet, depuis 1995, les voitures sono ont remplacé les mégaphones. Et ce n’est pas la même chose en matière d’animation d’un cortège syndical. En 1995, je me rappelle très bien des animations des cortèges au mégaphone, alors qu’à l’inverse on sait que personne ne reprend sur une sono. Dans les manifestations syndicales, c’est ce problème d’absence d’animation qui amène les gens, y compris des camarades syndicalistes, à aller voir ailleurs. »24

  • 25 Isabelle Sommier « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », op. cit., p. 69.

15Le « cortège de tête » se veut également le point de ralliement de ceux qui souhaitent que la manifestation de rue comporte des « marges d’imprévisibilité25 », alors que tout a été fait depuis des décennies pour réduire le plus possible les imprévus, en particulier les risques de débordements, à travers l’action coordonnée des services d’ordre. En effet, ceux-ci ont pour mission de faire respecter le contrat de confiance liant les organisations syndicales coorganisatrices aux autorités étatiques : la possibilité accordée de manifester d’un point A à un point B, dans un temps limité, en contrepartie de l’exigence que la manifestation de rue n’engendre pas de troubles supplémentaires à l’ordre public.

  • 26 Pour une solide introduction à l’histoire des SO des organisations partisanes et syndicales, voir F (...)
  • 27 Isabelle Sommier « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », op. cit, p. 70.
  • 28 Les membres du service d’ordre ont notamment pour fonction d’empêcher les intrusions jugées indésir (...)
  • 29 Isabelle Sommier, « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », op. cit., p. 69.

16Ainsi, le « cortège de tête » serait d’abord l’expression d’une critique radicale de l’agir ensemble dans l’espace public ritualisé par les organisations syndicales, et donc une solution offerte à ceux qui, lassés de ces « manifestations-processions », jugées trop ternes, trop bridées, trop disciplinées, aspireraient à publiciser leurs revendications ailleurs et autrement, c’est-à-dire en dehors du cadre fixé par les syndicats de salariés. Ceux-ci sont accusés d’avoir contribué par la médiation de leurs services d’ordre (SO)26, gardiens de « l’ordre interne27 », véritables gardes frontières28, à ce que la manifestation de rue ne soit jamais plus « cet élément de subversion potentielle de l’ordre public29 », mais bien une procédure d’apparition collective dans la sphère partagée parfaitement admise, intégrée, institutionnalisée, car apparaissant désarmée, sans risque de générer d’atteintes graves à la tranquillité publique.

  • 30 Romain Goupil, interrogé par Michel Braudeau, Le Monde, 16 mai 1998, p. 13.
  • 31 « Tract, La ligne de partage, 28 mars 1968 », dans Mouvement du 22 mars, Mai 68 – Textes et tracts, (...)
  • 32 Rouge, n° 63, 1er mai-10 mai 1970, p. 7.
  • 33 Philippe Buton, Sébastien Repaire, Isabelle Sommier, « Les Gauches alternatives en France, du bouil (...)

17En 1968, les organisations de jeunesse révolutionnaires, telles la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR) ou le Mouvement du 22 mars, développaient déjà des critiques acerbes à l’encontre des « manifestations traîne-savates30 », ou « les formes archiroutinières et inefficaces d’action31 » de l’UNEF, du Parti communiste français (PCF) et de la Confédération générale du travail (CGT). Ces organisations étaient perçues comme des facteurs d’ordre, c’est-à-dire des forces d’encadrement des manifestants, dont la mission première aurait été de canaliser les affects négatifs (colère, haine, indignation) des jeunesses scolarisées et des salariés, en les subordonnant au respect des attentes de « l’État-gendarme-veilleur de nuit ». Toutefois, si la JCR, puis la Ligue communiste (LC) à partir d’avril 1969, proposèrent des cortèges remarquables et remarqués, plus haletants, plus surprenants, grâce à des banderoles géantes, des centaines de drapeaux rouges, « un orchestre rouge32 » entonnant chants révolutionnaires et slogans innovants et galvanisants, s’emparer de la tête des manifestations traditionnelles organisées par les syndicats n’a jamais constitué un enjeu politique pour ces militants révolutionnaires, qui voulaient apparaître comme une direction politique de rechange aux partis hégémoniques de « la gauche institutionnelle33 ».

  • 34 Voir Philippe Buton, « Le PCF et le gauchisme. Acte I. La rencontre (1963-1968) », Revue historique(...)
  • 35 Paul Boulland, Nathalie Ethuin, Julian Mischi, « Les Disqualifications des gauchistes au sein du PC (...)
  • 36 Expression reprise par Jacques Duclos, le 15 avril 1970, au Sénat lorsqu’il vint à s’adresser au mi (...)
  • 37 Rouge, n° 63, 1er mai-10 mai 1970, p. 7.
  • 38 Idem.

18Ceux-ci respectaient l’ordonnancement des manifestations officielles, leur objectif étant d’abord de se faire reconnaître en tant qu’acteur légitime, en imposant leur présence dans les manifestations unitaires, notamment à Paris. Pour ce faire, ils n’hésitaient pas à recourir à leur service d’ordre central (SOC), reconnu et redouté pour son efficacité, afin d’avoir raison des vieilles et vives oppositions au couple PCF/CGT34, dont les cadres et les militants refusaient toujours de défiler à proximité de ceux qui, irrémédiablement disqualifiés35 à leurs yeux, continuaient à être assimilés aussi bien dans la presse communiste que cégétiste à des « provocateurs », à des « diviseurs », voire à des « fascistes de gauche36 ». Ce fut le cas notamment le 1er mai 197037 à Paris, lorsque la CGT décida de maintenir une zone tampon, c’est-à-dire un espace vide entre elle et le cortège de la LC. Mais refusant de rester reléguée et mise au banc de la sorte, la LC décida d’employer vigoureusement son SO pour intégrer de force la manifestation « officielle », au prix d’une brève « mêlée », « mais assez dure38 », entre groupes de militants antagonistes. Il en était de même pour l’Organisation communiste internationaliste (OCI) qui, par le déploiement de son service d’ordre exclusivement masculin, contrairement à celui mixte de la LC, avait la volonté impérieuse de démontrer que le temps où les militants trotskistes, persécutés et ostracisés par les « crapules staliniennes », n’avaient pas droit de cité au sein du « mouvement ouvrier organisé », était définitivement révolu.

Une réappropriation potentiellement non pacifique de l’espace public

  • 39 Isabelle Sommier, « La Scénographie urbaine des manifestations syndicales : le service d’ordre de l (...)
  • 40 Sur cette question, voir Anne Steiner, Le Goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans (...)
  • 41 Danielle Tartakowsky , « Quand la rue fait l’histoire », Pouvoirs, 2006/1, n° 116, p. 19-20.

19« Le cortège de tête » ne fait pas que bouleverser l’ordonnancement, « la scénographie39 » des manifestations traditionnelles en déclassant les organisations syndicales dans l’ordre d’apparition : nombreux sont ceux qui, parmi les participants, aspirent à renouer avec les prémices dites révolutionnaires de la manifestation, c’est-à-dire avec une période historique où la manifestation ne se différenciait pas franchement de l’émeute40. La responsabilité revenait principalement à l’État en France, qui fit preuve en la matière d’une intolérance prolongée41, comparativement aux régimes parlementaires anglo-saxons où le mode d’action manifestant s’institutionnalisa dès la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, consécutivement à la conquête du suffrage universel masculin.

  • 42 Sur l’importance de la prise en compte des états affectifs dans le cadre des actions collectives, v (...)

20Les partisans du « cortège de tête » souhaitent remettre en cause le compromis historique passé entre l’État et les organisations syndicales et politiques, et par là même la normalisation progressive de la manifestation au cours du vingtième siècle en tant que réunion pacifique finalement tolérée par l’État à partir des années 1910, avant d’être finalement reconnue comme liberté publique fondamentale pour les citoyens, pourvu qu’elle s’enchâsse dans le cadre établi qui borne le champ des attitudes attendues de la part des protestataires. Ceux-ci, qui demeurent sous surveillance policière, sont enjoints à l’autocontrainte, c’est-à-dire à domestiquer leurs pulsions, à contrôler leurs émotions42, à faire preuve en permanence de suffisamment de retenue pour que la manifestation autorisée ne « sorte pas des clous ».

  • 43 Johan Hagelsen, Camille Ziuthre, op. cit., p. 191.
  • 44 Le décret-loi d’octobre 1935, qui introduit le principe de la demande d’autorisation préalable.
  • 45 Isabelle Sommier, « La Scénographie urbaine des manifestations syndicales : le service d’ordre de l (...)
  • 46 Harold Leonard Nieburg, Political Violence, The Behavioral Process, New York, St. Martin’s Press, 1 (...)

21Ces contestataires insubordonnés récusent ainsi ce processus « d’apprivoisement43 » du fait manifestant. Ne se considérant pas engagés, tenus, liés par le marchandage effectué préalablement entre autorités et organisations de salariés pour arrêter les conditions rendant possible la tenue de la manifestation44, ils aspirent à rompre avec « la mise en scène consensuelle des manifestations syndicales45 ». Pour ce faire, ils se donnent la possibilité d’élargir à un moment donné le répertoire d’action collective au cours de la manifestation, au risque de se positionner temporairement en marge de la légalité. Cela se traduit concrètement par l’intégration de modes d’action transgressifs, c’est-à-dire par l’usage prémédité ou réactif de la « violence politique », qui peut se définir, pour reprendre, à l’instar du sociologue Olivier Fillieule, les termes du politicologue américain Harold Nieburg, comme « les actes se traduisant par des destructions, des atteintes physiques, dont le but, le choix des cibles ou des victimes, la mise en œuvre et/ou l’effet, ont une signification politique46 ». En agissant ainsi, ils enfreignent délibérément, même de façon contrôlée et autolimitée, les règles du jeu, autrement dit les normes juridiques en vigueur. Celles-ci sont d’ailleurs l’expression d’un certain niveau d’acceptabilité sociale estimé à un moment donné par les autorités étatiques de ce qu’il est admis de faire et de ne pas faire au cours d’une manifestation de rue.

  • 47 Le « cortège de tête » doit chercher à atteindre pratiquement le pouvoir d’État, ne serait-ce que p (...)
  • 48 Voir à ce sujet Patrick Bruneteau, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en (...)

22Par leurs actes de violence orientés principalement contre des représentants de l’État (policiers, gendarmes)47 présents le long du parcours, ou ce qui est perçu comme des symboles du système capitaliste, ces manifestants provoquent une double brisure, à la fois de la représentation des syndicats et du cadre de la légalité, et font en définitive du « cortège de tête » une « antimanifestation », qui est susceptible d’être réprimée par les fonctionnaires habilités à le faire, selon les principes de légitimité, de nécessité et de proportionnalité, conséquences du processus historique de pacification du maintien de l’ordre en France48. L’objectif n’est plus ici de détruire physiquement, mais de ramener l’ordre en préservant dans la mesure du possible l’intégrité physique de citoyens « momentanément égarés », jugés responsables d’actes pénalement répréhensibles.

  • 49 Francis Dupuis-Déri, « Penser l’action directe des Black Blocs », Politix, vol. 17, n° 68, 4e trime (...)

23Les acteurs protestataires qui vont le plus loin dans cette conception délinquante de la manifestation de rue, c’est-à-dire qui veulent en faire autre chose que ce qui est normalement prévu par la loi, sont ceux qui forment un « black-bloc49 » au sein même du « cortège de tête ». Ni parti ni syndicat, n’ayant aucune existence légale et résultant de la réunion éphémère et circonstanciée d’acteurs de l’extrême gauche « extraparlementaire, anticapitaliste et antifasciste », un « black-bloc » pourrait se définir comme une forme d’action et d’apparition collective non conventionnelle de militants révolutionnaires habillés en noir dans le cadre d’une manifestation. En d’autres termes, il s’agirait d’un cortège de militants anonymisés susceptibles de recourir à l’action directe. Or, l’enchâssement d’un « black-bloc » dans le « cortège de tête », comme ce fut le cas le 1er mai 2019, conduit souvent à ne plus distinguer le temps de la manifestation de rue, selon l’acception que nous lui avons donnée (un cortège dont l’attitude des participants se caractérise par l’absence de troubles franchissant le seuil de tolérance des autorités), de celui de l’émeute proprement dite.

24Cette confusion constitue un changement important par rapport à ce que l’on a connu dans les années 2000 en France. En 2006, lors du mouvement anti-CPE, dans une ville comme Rennes, à la pointe de la contestation chez les étudiants et les lycéens, il y avait une volonté largement partagée – y compris chez les jeunes qui militaient à Sud-étudiant ou à la Ligue communiste révolutionnaire – de prévenir ce genre de confusion jugée politiquement dommageable. Bien que n’excluant pas a priori le recours à la violence politique pour permettre de rendre à terme la situation intenable pour le gouvernement et le contraindre à renoncer à son projet de réforme, ils tenaient au respect d’une nette séparation spatio-temporelle : d’un côté « la lutte de masse », se donnant à voir au travers de la manifestation convoquée par les syndicats, qui devait demeurer autant que faire se peut un espace sanctuarisé (c’est-à-dire préservé d’éventuelles violences contestataires) ; de l’autre l’émeute, considérée comme une façon de poursuivre la « démonstration de force » par d’autres moyens, sous d’autres formes, afin que la tension et la conflictualité dans l’espace public ne retombent pas, même une fois la manifestation arrivée à son terme.

  • 50 Romain Huet, Le Vertige de l’émeute, Paris, Presses universitaires de France, 2019.

25Ainsi, ceux qui voulaient aller uniquement manifester pouvaient le faire sans risques, sans crainte, sans peur, tandis que ceux qui, cédant aux « vertiges de l’émeute50 », considéraient stratégiquement utile d’assumer des interactions violentes et/ou commettre des déprédations le faisaient, mais pas de façon concomitante, seulement dans un second temps en convergeant vers le local de l’UMP, situé à proximité du boulevard de la Liberté, qui devint aux mois de mars et d’avril 2006 le principal point de fixation entre forces de l’ordre et des centaines de jeunes gens désireux d’en découdre.

Les syndicats et leurs services d’ordre à l’épreuve du « cortège de tête » insaisissable

  • 51 Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ?, Paris, Gallimard, 2005.
  • 52 Isabelle Sommier, « La scénographie urbaine des manifestations syndicales : le service d’ordre de l (...)

26L’apparition de ce phénomène « cortège de tête » semble être le symptôme de la crise multidimensionnelle51 qui affecterait les syndicats de salariés, ou plus précisément il est le résultat des effets différés d’une perte d’autorité morale d’organisations pourtant considérées, en ce qui concerne les manifestations, comme des « facteurs de contrôle social et d’apprentissage progressif des règles du jeu52 » aux contestataires, dans un objectif de pacification des rapports politiques. L’émergence, puis la systématisation du phénomène du « cortège de tête » depuis 2016 dans certaines grandes villes démontrerait leur incapacité à contrôler efficacement les corps protestataires, afin que ceux-ci se conforment à leurs attentes légitimes concernant le scénario prévu de la manifestation dont ils sont les garants du bon déroulement au regard des autorités étatiques. En effet, les confédérations syndicales paraissent aujourd’hui bien incapables de défendre, et même de vouloir défendre, leur emplacement en tête des manifestations.

  • 53 Hugo Patinaux, Le Mouvement autonome en France (1968-2008), mémoire de recherche en histoire contem (...)
  • 54 Lire à ce sujet le témoignage instructif de cet ancien militant de la mouvance dite « autonome » : (...)
  • 55 Comme ce fut le cas lors du 1er mai 2019 à Paris avec une longue charge policière inattendue, ou lo (...)

27Dans les années 1970 et 1980, ceux qu’on appelait alors les éléments « incontrôlés », « inorganisés », « extérieurs », c’est-à-dire les militants « autonomes53 », faisaient parler d’eux en tentant, lors de certains 1er Mai à Paris, de faire irruption en tête de manifestation. Mais à l’époque, parce que le poids politique et numérique du PCF et de la CGT était sans commune mesure, mais aussi parce que le rapport à l’usage de la violence était autre, le service d’ordre de la CGT-PCF n’hésitait pas à user de la force physique pour faire respecter vigoureusement « l’ordre interne » de la manifestation, en repoussant les tentatives d’intrusion de ceux qui, d’ordinaire, manifestaient plutôt en fin de cortège, attendant impatiemment le moment de la dispersion pour que commence « la baston avec les flics » et « la casse de vitrines54 ». Désormais, disposant de services d’ordre qui n’hésitent pourtant pas à réagir fermement lorsqu’on s’en prend à eux55, à rendre les coups, les organisations syndicales ne cherchent plus à s’interposer pour défendre leurs positions au sein de la manifestation officielle, au risque de se retrouver invisibilisés par « ce cortège de tête » qui tend à capter la lumière médiatique, considérablement accentuée à l’heure des médias sociaux et des chaînes d’information en continu.

28Ainsi, lors de notre entretien individuel, l’ancien responsable du syndicat Solidaires a souligné qu’il y a eu une évolution notable de l’attitude du service d’ordre parisien de la CGT, lequel ne souhaite plus assumer le rôle de « gendarme omnipotent » :

  • 56 Entretien avec Christian Mahieux, 18 août 2018.

« À Paris, le SO de la CGT se rapproche de la position du SO de Solidaires : il n’y a pas la volonté de prévenir par la force la constitution d’un « cortège de tête ». Le cortège de tête a réussi à s’imposer aussi parce que les organisations syndicales ont décidé en définitive de laisser faire. Les SO des confédérations syndicales auraient encore les moyens que cela ne se passe pas bien du tout, mais si les manifestations syndicales débutaient, à cause de la formation du « cortège de tête », par une baston d’envergure entre les SO et ceux qui veulent aller devant, je pense qu’il y aurait fatalement beaucoup moins de monde à venir aux manifestations. »56

29Il est d’usage que les forces de police et de gendarmerie sous-traitent aux organisations syndicales la gestion maîtrisée et raisonnée de la foule contestataire. Leurs militants « spécialistes du maintien de l’ordre » sont normalement chargés de détecter les germes de violence et de réprimer les troubles jugés inacceptables. Ils doivent autant protéger les manifestants que sécuriser la manifestation tout entière contre d’éventuelles convulsions dont les auteurs, soit viendraient de l’extérieur, soit seraient déjà en son sein. Toutefois, les forces de l’ordre se réservent en permanence le droit d’intervenir en dernière instance, lorsqu’en dépit de cette première ligne de défense syndicale, l’éclosion de foyers de violence vient à dévoyer le caractère pacifique de la manifestation déclarée. Ainsi, à la CGT, la conception du rôle d’un service d’ordre aurait-elle grandement évolué pour se rapprocher davantage de celle de Solidaires. Désormais, il s’agit d’abord d’assurer la sécurité des manifestants qui évoluent à l’intérieur de leur cortège respectif, sans chercher à « pacifier » l’ensemble du territoire de la manifestation, et encore moins d’empêcher ceux qui le désirent de passer devant le « carré de tête » pour former un cortège distinct.

30Même si elle en aurait sans doute les moyens matériels, la CGT refuse d’assumer le coût énorme qu’aurait en matière d’image et de réputation un déploiement de militants spécialisés qui auraient pour mission d’endiguer, par le recours à la coercition, le phénomène du « cortège de tête ». Consciente que des images d’affrontements entre militants syndicalistes et manifestants auraient obligatoirement mauvaise presse et que la CGT risquerait d’être stigmatisée et décriée au sein du mouvement social, celle-ci préfère privilégier une politique du « laissez-faire, laissez-passer », se résignant à être débordée par ceux qui le veulent bien, tant que son propre cortège demeure un sanctuaire pour ses adhérents et sympathisants.

31Toutefois, si les organisations syndicales refusent d’aller à la confrontation et que des militants syndicaux sont tentés de rejoindre ce cortège de tête – et on l’a souvent constaté à Paris, où des dizaines de militants de Solidaires et de la CGT étaient présents aux côtés de ces milliers d’anonymes manifestant en amont des cortèges syndicaux –, il n’est en rien question pour les confédérations syndicales de se diluer, de se dissoudre et de renoncer à apparaître en tant que telles. Aussi le secrétaire de l’Union départementale (UD) de FO expliquait-il pourquoi il jugeait nécessaire de maintenir une apparition à drapeau déployé de son organisation syndicale au sein de la manifestation :

  • 57 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

« Si tu veux, nous on pèse parce qu’on a une organisation et des militants, et ce n’est pas un vecteur d’efficacité que tout soit dilué sans qu’on sache précisément qui fait quoi. Le jour où l’on me dira « il faut du FO partout ou plutôt nulle part », je sais que je n’existe pas, donc je suis mort. Pour moi, FO doit apparaître, doit être un point d’orientation sur ce qu’on fait. C’est peut-être une ancienne façon de faire, de voir, mais qui cadre les choses. Ce n’est pas chacun fait comme il l’entend. Les slogans ont été discutés démocratiquement en amont entre nos adhérents. L’organisation doit rester visible pour faire vivre la démocratie syndicale. »57

  • 58 Si le changement officiel de doctrine de maintien de l’ordre est intervenu à la suite des violences (...)

32L’inquiétude majeure des responsables syndicaux, mais également de nombreux militants de base, demeure que ce phénomène du « cortège de tête », loin de rendre les manifestations plus aimables, désirables et attractives, conduise à ce qu’une partie au moins des personnes intéressées renonce finalement à s’y rendre et donc qu’on assiste à une déperdition du nombre de manifestants. Ceux-ci craindraient de venir en manifestation à cause de la tension permanente qui y régnerait, du fait autant des violences que de l’omniprésence et de la proximité des forces de l’ordre, qui disent s’être adaptées en optant, en réaction à ce phénomène éruptif de « cortège de tête58 », pour une stratégie plus offensive, plus réactive, plus « saute-dessus », les conduisant à aller davantage au contact des manifestants lorsqu’elles le jugent nécessaire :

  • 59 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

« Les manifestants ont l’avantage de se retrouver avec d’autres et de ne pas rester cantonnés dans son entreprise, où on a l’impression parfois d’être seul au monde. Faire 25 fois le tour de Rennes, ce n’est pas l’objectif. Je constate notamment que toute une série d’adhérents ne sont pas là pour avoir des gaz, ou avoir des risques : ils n’ont pas envie. Ils me disent “je n’y vais plus”, “on ne fera plus”. Il va nous rester seulement le noyau de militants. Bientôt, il n’y aura plus que le SO. Ils seraient bien inspirés, si on pouvait discuter, qu’il y ait plusieurs manifestations d’affilée où les choses se passent bien, où les gens ont l’impression que les organisations syndicales reprennent la main. »59

  • 60 Entretien avec Valérie Kerauffret, 14 juin 2018.

« Ce n’est pas de nature à rassurer, à pacifier, à faire en sorte qu’on puisse exprimer tranquillement et clairement les raisons pour lesquelles on est là à vouloir manifester. On a des camarades, des familles qui ont désormais beaucoup de réticences à venir défiler. »60

  • 61 Idem.

33Concernant le risque croissant de manifestations émaillées de violences dues à ce « cortège de tête » et ses effets délétères sur les esprits, la responsable syndicale de la CGT de Rennes rappela que le but de son organisation « n’était pas de se cartonner avec la police et de casser des vitrines61 », tandis que le responsable local de FO revendiquait sans ambages sa conception classique en matière de manifestation dans l’espace public :

  • 62 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

« La manifestation de rue organisée par les confédérations syndicales, c’est fait pour que des salariés qui sont dans des secteurs, des entreprises et qui se sentent parfois isolés, se retrouvent en force et si possible dans un cadre qui les rassure, qui les sécurise. Les salariés veulent pouvoir manifester pacifiquement sans avoir trop d’emmerdes entre les deux. Il faut prendre les salariés comme ils sont. Les salariés ne veulent pas être trompés. Aussi ils doivent être prévenus en amont des risques possibles. Donc quand on veut aller au contact, on prévient par souci de transparence, pour que les personnes puissent décider en connaissance de cause si elles veulent venir manifester dans ces conditions a priori risquées. Ce n’est pas, “on a décidé à dix de tourner à gauche, tiens une voiture de flics, allez on fonce”. Les manifestations de rue sont devenues trop anxiogènes à Rennes. »62

34Ce qui est vertement dénoncé par les responsables syndicaux, c’est en définitive la politique du fait accompli mise en œuvre par les défenseurs de cette tactique de rue, qui ne demandent l’autorisation à personne pour venir bouleverser l’ordre de la manifestation. Aussi les syndicats co-organisateurs ne sont pas tenus informés de leurs véritables intentions, ayant par voie de conséquence le sentiment d’être dépossédés ce qui devrait leur revenir de droit. Ils ont l’impression de subir, sans avoir leur mot à dire, les velléités de ceux qui accaparent collectivement la tête de la manifestation :

  • 63 Entretien avec Christian Mahieux, 18 août 2018

« Mais cet aspect là n’est pas discuté collectivement en amont. C’est ce qui génère des réactions, la partie de réaction négative est beaucoup due au côté : “ces gens là nous imposent leur mode d’action”. Nous, des collègues disent qu’ils ne vont plus venir, à force. Et ils disent qu’ils ne vont plus venir à cause de trucs que nous, on n’a pas décidés. À un moment donné, on pourrait dire : “On assume des opérations coup de poing”. Et alors des gens diraient : “On ne vient plus à ces manifestations, car cela peut dégénérer”. Mais au moins, tu l’as discuté préalablement, tu l’as débattu collectivement en amont et en toute transparence. »63

  • 64 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

« D’un point de vue strictement démocratique, moi cela me pose problème : de quels droits quiconque peut dire : “c’est nous seuls qui allons désormais imprimer le rythme de la manifestation” ? J’essaye de leur expliquer cela avec ceux avec qui il est possible de discuter : ils décideraient de manifester sur un thème, n’importe lequel, et nous militants de CGT-FO, on déciderait de se placer devant eux en disant : “C’est nous qui allons décider où on va”. Je pense qu’ils trouveraient cela très agaçant... »64

Conclusion

35Le « cortège de tête » apparaît comme une hypothèse stratégique de la rue, au sens où il est la résultante d’une conception non conventionnelle de la façon d’habiter collectivement et temporairement l’espace public à des fins politiques. Il permet d’envisager la manifestation de rue non pas uniquement comme un élément devenu depuis longtemps central dans le répertoire d’action collective protestataire, mais également comme un territoire délimité par ses frontières dont la prise de contrôle deviendrait un enjeu symbolique, au point de mettre aux prises des forces concurrentes.

  • 65 Olivier Fillieule, Danielle Tartakowsky, La Manifestation, op. cit., p. 122-128.

36Cette approche territoriale de la manifestation, faisant de celle-ci un possible champ de lutte, a l’intérêt de conforter l’idée-force selon laquelle celle-ci n’est pas un monolithe où « les individus en foule » seraient entièrement dépersonnalisés par le simple fait de leur mise en présence volontaire, venant à se confondre au point d’être interchangeables. Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky65 avaient récusé cette représentation mécanique et unanimiste en convoquant les travaux pionniers de sociologues américains, comme Clark McPhail. Ceux-ci avaient démontré, dès les années 1980, la forte hétérogénéité des conduites possibles des participants lors d’une manifestation de rue, et par là même les relations interactionnelles entre chaque individu et l’environnement protestataire. Autrement dit, la capacité d’une personne à agir et à modifier dans un sens désiré la dynamique d’une manifestation par son faire et ses dires, comme lui-même peut être influencé en retour par les personnes situées à plus ou moins grande distance.

  • 66 Dominique Cardon, Jean-Philippe Heurtin, « Tenir les rangs, les services d’encadrement des manifest (...)

37Le phénomène du « cortège de tête » est ainsi révélateur de l’existence de conceptions contradictoires de la façon d’envisager le « moment manifestant ». Il va à contre-courant des conceptions syndicales, qui tendent à conférer aux manifestations ce caractère immuable censé d’abord répondre aux attentes des autorités publiques qui cherchent à concilier liberté de manifester et respect de l’ordre public. Ses partisans considèrent que la « forme manifestante66 » se doit de recouvrer son caractère subversif originel à travers une mise en scène déviante et transgressive qui serait mieux à même, d’après eux, de matérialiser l’antagonisme existant entre les manifestants et les décideurs politiques ou économiques.

Haut de page

Notes

1 Tract collecté en manifestation à Rennes, le 5 décembre 2019. Archive privée.

2 Idem.

3 Idem.

4 Idem.

5 Fabien Jobard, Jacques De Maillard, « Chapitre 5 : Déviances policières », dans Fabien Jobard, Jacques De Maillard (dir.), Sociologie de la police. Politiques, organisations, réformes, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2015, p. 141-170.

6 Voir Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2019.

7 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

8 Olivier Fillieule, Danielle Tartakowsky, La Manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Contester », 2013.

9 À noter l’existence de ce texte à quatre mains particulièrement stimulant sur le sujet : Johan Hagelsen, Camille Ziuthre, « Le Cortège de tête vu de l’intérieur ou la lutte hors cadre. (Entretien fictif de deux participants au « cortège de tête » avec un interlocuteur imaginaire simplement curieux) », Les Temps Modernes, 2016/5 (n° 691), p. 190-198.

10 Olivier Fillieule, « Chapitre 5 : Action manifestante et vie politique », dans Olivier Fillieule (dir.), Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Académique », 1997, p. 205-243.

11 Olivier Cahn, « La Répression des “black-blocs”, prétexte à la domestication de la rue protestataire », Archives de politique criminelle, 2010/1 (n° 32), p. 165-218.

12 Dans le cadre de cette recherche, nous avons mené quatre entretiens avec Christian Mahieux, ancien du Bureau fédéral SUD-Rail et du secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires ; Fabrice Le Restif, secrétaire de l’Union départementale (UD) d’Ille-et-Vilaine de Force ouvrière ; Valérie Kerauffret, secrétaire de l’Union locale CGT Rennes ; Éric Beynel, actuellement porte-parole de Solidaires.

13 Si ces différents points de vue sont censés être représentatifs de l’opinion majoritaire au sein de leurs organisations syndicales respectives, il est évident que des militants en leur sein peuvent parfaitement développer au sujet du « cortège de tête » une perception et une appréciation discordantes.

14 Entretien avec Éric Beynel, 14 juin 2018.

15 Le Front de gauche, le Parti communiste, Les Jeunesses communistes, etc. et les syndicats lycéens tels que la FIDL ou l’UNL sont également vilipendés.

16 « Rien ne nous arrêtera, tout recommencera, samedi 9 avril nous prendrons la rue et la tête de la manifestation », <https://paris-luttes.info/rien-ne-nous-arretera-tout-5293>.

17 Le Parisien, samedi 9 avril 2016.

18 Fabien Jobard, Pierre Favre, « Maintien de l’ordre », dans Olivier Fillieule (éd.), Dictionnaire des mouvements sociaux, 2e édition mise à jour et augmentée, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Références », 2020, p. 357-363.

19 Nicolas Lebourg, Isabelle Sommier, La Violence des marges politiques, des années 1980 à nos jours, Paris, Riveneuve, 2018.

20 Pierre Favre, La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990.

21 Isabelle Sommier, « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », Genèses, 12, 1993, p. 74.

22 Ibid., p. 70.

23 Idem.

24 Entretien avec Christian Mahieux, 18 août 2018.

25 Isabelle Sommier « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », op. cit., p. 69.

26 Pour une solide introduction à l’histoire des SO des organisations partisanes et syndicales, voir François Audigier (dir.), Histoire des services d’ordre en France, du xixe siècle à nos jours, Paris, Riveneuve Éditions, coll. « Violences et radicalités militantes », 2017.

27 Isabelle Sommier « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », op. cit, p. 70.

28 Les membres du service d’ordre ont notamment pour fonction d’empêcher les intrusions jugées indésirables au sein du cortège dont ils ont en charge la sécurité et la « bonne tenue ».

29 Isabelle Sommier, « La CGT : du service d’ordre au service d’accueil », op. cit., p. 69.

30 Romain Goupil, interrogé par Michel Braudeau, Le Monde, 16 mai 1998, p. 13.

31 « Tract, La ligne de partage, 28 mars 1968 », dans Mouvement du 22 mars, Mai 68 – Textes et tracts, La Bussière, Acratie, 1998, p. 5.

32 Rouge, n° 63, 1er mai-10 mai 1970, p. 7.

33 Philippe Buton, Sébastien Repaire, Isabelle Sommier, « Les Gauches alternatives en France, du bouillonnement des années 1968 aux recompositions de la fin de siècle », Revue historique, 2017/4, n° 684, p. 843-854.

34 Voir Philippe Buton, « Le PCF et le gauchisme. Acte I. La rencontre (1963-1968) », Revue historique, 2017/4, n° 684, p. 855-874.

35 Paul Boulland, Nathalie Ethuin, Julian Mischi, « Les Disqualifications des gauchistes au sein du PCF. Enjeux sociologiques et stratégiques », Savoir/Agir, 2008/4, n° 6, p. 29-39.

36 Expression reprise par Jacques Duclos, le 15 avril 1970, au Sénat lorsqu’il vint à s’adresser au ministre de l’Intérieur, Raymond Marcelin, pour expliquer les raisons du refus du PCF de voter la loi dite « anticasseurs », proposée afin de mieux réprimer « certaines formes nouvelles de délinquance ».

37 Rouge, n° 63, 1er mai-10 mai 1970, p. 7.

38 Idem.

39 Isabelle Sommier, « La Scénographie urbaine des manifestations syndicales : le service d’ordre de la CGT à Paris », Les Annales de la recherche urbaine, n° 54, 1992, p. 105-112.

40 Sur cette question, voir Anne Steiner, Le Goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la Belle Époque », Montreuil, L’Échappée, 2012.

41 Danielle Tartakowsky , « Quand la rue fait l’histoire », Pouvoirs, 2006/1, n° 116, p. 19-20.

42 Sur l’importance de la prise en compte des états affectifs dans le cadre des actions collectives, voir Christophe Traïni, Émotions... Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Académique », 2009.

43 Johan Hagelsen, Camille Ziuthre, op. cit., p. 191.

44 Le décret-loi d’octobre 1935, qui introduit le principe de la demande d’autorisation préalable.

45 Isabelle Sommier, « La Scénographie urbaine des manifestations syndicales : le service d’ordre de la CGT à Paris », op. cit., p. 108.

46 Harold Leonard Nieburg, Political Violence, The Behavioral Process, New York, St. Martin’s Press, 1969, p. 13.

47 Le « cortège de tête » doit chercher à atteindre pratiquement le pouvoir d’État, ne serait-ce que par police interposée.

48 Voir à ce sujet Patrick Bruneteau, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en régime démocratique, Paris, Presses de Science-Po, 1996.

49 Francis Dupuis-Déri, « Penser l’action directe des Black Blocs », Politix, vol. 17, n° 68, 4e trimestre 2004, p. 79-109.

50 Romain Huet, Le Vertige de l’émeute, Paris, Presses universitaires de France, 2019.

51 Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ?, Paris, Gallimard, 2005.

52 Isabelle Sommier, « La scénographie urbaine des manifestations syndicales : le service d’ordre de la CGT à Paris », op. cit., p. 107.

53 Hugo Patinaux, Le Mouvement autonome en France (1968-2008), mémoire de recherche en histoire contemporaine sous la direction de Ludivine Bantigny, 2013-2014.

54 Lire à ce sujet le témoignage instructif de cet ancien militant de la mouvance dite « autonome » : <https://lundi.am/Le-cortege-de-tete-une-tradition-francaise>.

55 Comme ce fut le cas lors du 1er mai 2019 à Paris avec une longue charge policière inattendue, ou lorsque des militants dits « autonomes » s’affrontèrent à eux le 17 mai 2016.

56 Entretien avec Christian Mahieux, 18 août 2018.

57 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

58 Si le changement officiel de doctrine de maintien de l’ordre est intervenu à la suite des violences spectaculaires qui ont émaillé le troisième acte des Gilets jaunes, le 1er décembre 2018, dans les arrondissements huppés et autoségrégués de l’Ouest parisien, là où les manifestations syndicales ne se rendent habituellement jamais, il n’en demeure pas moins que le phénomène du « cortège de tête » et la répétition des violences contestataires lors des manifestations syndicales depuis le printemps 2016, aussi bien à Paris qu’à Nantes ou Rennes, y ont largement contribué.

59 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

60 Entretien avec Valérie Kerauffret, 14 juin 2018.

61 Idem.

62 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

63 Entretien avec Christian Mahieux, 18 août 2018

64 Entretien avec Fabrice Le Restif, 18 juin 2018.

65 Olivier Fillieule, Danielle Tartakowsky, La Manifestation, op. cit., p. 122-128.

66 Dominique Cardon, Jean-Philippe Heurtin, « Tenir les rangs, les services d’encadrement des manifestations ouvrières, 1909-1939 », dans Pierre Favre (dir.), La Manifestation, op. cit., p. 125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Melchior, « Un cortège « hors des cadres » au devant de la manifestation des organisations syndicales »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 146 | 2020, 103-120.

Référence électronique

Hugo Melchior, « Un cortège « hors des cadres » au devant de la manifestation des organisations syndicales »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14693

Haut de page

Auteur

Hugo Melchior

Doctorant en histoire, Université de Rennes, ARENES (UMR 6051)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search