Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146DÉBATSAu-delà de la langue, les femmes ...

DÉBATS

Au-delà de la langue, les femmes invisibles

Héloïse Morel
p. 147-148

Texte intégral

  • 1 Christine Planté, « Quel compte donc fais-tu des femmes ? », dans Romantisme, 1994, n° 85, « Pouvoi (...)

1Écriture inclusive, langage épicène, dégenré, non sexiste, autant d’appellations qui abondent ces dernières années dans les discussions sur les réseaux sociaux, dans la presse, à l’université. Échanges houleux entre l’Académie française et les défenseuses d’une écriture inclusive où le masculin comme neutre ne s’érigerait plus comme règle absolue de la langue française. D’aucun•es pratiquant le latin se souviennent des trois genres, masculin, féminin et neutre ; l’allemand et plusieurs langues gardent ces usages que le français, en se transformant au fil des derniers siècles, a gommés au profit du neutre. La neutralisation de la langue française, construite au 19e siècle, met un terme aux usages courants du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, qui incluent le féminin, notamment en féminisant les noms de métiers. Ce mouvement de la langue n’est pas un épiphénomène ; il s’inscrit dans un contexte post-Révolution française où les femmes sont en partie exclues de l’espace public (particulièrement le politique), où l’hégémonie masculine s’installe jusque dans les lettres avec la construction d’un panthéon littéraire français où les nombreuses autrices de l’Ancien Régime et du 19e siècle disparaissent ou sont réduites à une littérature considérée comme mineure. Christine Planté, professeuse émérite de littérature française et d’études sur le genre à l’université Lyon-2, a étudié ces rapports du masculin et du féminin dans la création1. Aux hommes, la création, aux femmes, l’inspiration. Comme l’écrivait le poète Ponce-Denis Écouchard-Lebrun en 1795-96 : « Voulez-vous ressembler aux Muses ? Inspirez, mais n’écrivez pas ! » Deux vers auxquels la poétesse Constance Marie de Théis-Pipelet de Leury adresse une réponse avec son Épître aux femmes (1797), où elle exhorte à prendre la plume, fustigeant cette réduction au silence. Jeu littéraire qui s’inscrit dans une querelle des femmes (la cause des femmes) dont les racines remontent au 12e siècle et dont les polémistes – essentiellement des hommes – se font champions des dames ou détracteurs. N’est-ce pas par les femmes que viennent pour les humains le péché originel et la chute ?

2L’invisibilisation du féminin dans la langue relève d’une construction de la disparition des femmes des métiers, du pouvoir, de la création, de la politique. Rappelons que la possibilité pour les femmes de se réunir en club pendant la Révolution française est rapidement interdite en 1793, suite à une proposition du député montagnard Amar. Ces mesures, outre un accès à l’éducation inégal et restrictif du fait des pesanteurs culturelles, participent à l’invisibilisation dont sont victimes les femmes. Néanmoins, celles-ci n’ont jamais cessé de produire, d’écrire, de se réunir (notamment dans des salons), se saisissant des enjeux politiques et littéraires de façon moins éclatante que leurs homologues masculins.

3Jeudi 28 février 2019, l’Académie française accepte la féminisation des noms des métiers, reconnaissant des usages passés. Les travaux de l’historienne Éliane Viennot participent à une compréhension de cet oubli et à la réhabilitation d’usages qui contribuent activement à l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle présente ici les usages pour une écriture inclusive pratique et réfléchie, afin d’en finir avec le masculin comme neutre ou comme l’emportant sur le féminin.

Haut de page

Notes

1 Christine Planté, « Quel compte donc fais-tu des femmes ? », dans Romantisme, 1994, n° 85, « Pouvoirs, puissances : qu’en pensent les femmes ? », p. 67-78, <https://www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1994_num_24_85_6232>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Morel, « Au-delà de la langue, les femmes invisibles »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 146 | 2020, 147-148.

Référence électronique

Héloïse Morel, « Au-delà de la langue, les femmes invisibles »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14813

Haut de page

Auteur

Héloïse Morel

Médiatrice et journaliste, Espace Mendès-France, Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search