Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146UN CERTAIN REGARDMartin Eden, film italien de Piet...

UN CERTAIN REGARD

Martin Eden, film italien de Pietro Marcello, 2019, 128 min.

Le rêve d’émancipation d’un jeune marin italien : Martin Eden, de Jack London, transposé à Naples.
Anne-Marie Bidaud
p. 191-193

Texte intégral

1Jack London transposé à Naples ? A priori, on ne peut qu’être sceptique, tant ce roman culte, publié en 1909, reste enraciné dans l’univers californien du port d’Oakland et les turbulences sociales du début du 20ème siècle. Mais l’audace du réalisateur italien – jusqu’à présent plus familier des documentaires que de la fiction – est convaincante, conférant même une dimension universelle au récit d’apprentissage que London publia à vingt-sept ans.

2Rappelons quelques faits : Martin Eden, en grande partie autobiographique, évoque le rêve d’émancipation d’un jeune marin de 20 ans issu des bas-fonds, qui cherche à conjurer le déterminisme social en devenant un écrivain à succès.

3L’ascension du héros semble d’abord suivre le parcours type des romans de Horatio Alger, écrivain américain très populaire à la fin du 19e siècle, glorifiant le mythe du self-made man selon lequel la société américaine étant une société sans classes, n’importe quel jeune homme pauvre pouvait saisir sa chance et s’élever au-dessus de sa condition par la seule force de son travail. Ainsi, Martin Eden sauve un jeune homme de bonne famille des coups d’une brute. Reconnaissants, les parents l’invitent dans leur maison patricienne où il rencontre leur fille Elena, belle jeune femme blonde, dont l’élégance et la culture le subjuguent. À ses côtés, ignorant des usages du beau monde, il va tenter d’en acquérir les codes, s’employer à corriger les embarras d’un être vigoureux mais mal dégrossi, dompter ses manières et sa gestuelle pour se faire accepter. Ce passage du corps instinctif au corps domestiqué est magistralement rendu par le jeu de Luca Marinelli, flamboyant et pathétique, qui justifie son prix d’interprétation à la Mostra de Venise en 2019.

4Parce que Martin Eden a décidé de devenir un écrivain riche et célèbre, le film montre d’abord la fébrilité qu’il déploie pour lire, écrire, rechercher des éditeurs. Mais quand le succès arrive enfin, c’est au prix de compromissions commerciales qui le dégoûtent et d’un sentiment de trahison de classe qui le ronge. Prolétaire enrichi il restera : le monde qu’il rêvait d’intégrer, celui des raffinements de Henry James, ne l’acceptera jamais comme l’un des siens. Même le majordome distingué qui l’accueille le condamne par un ricanement définitif. Transfuge, Martin Eden n’est désormais à l’aise nulle part et ne se reconnaît plus dans le peuple dont il est issu ni dans les choix idéologiques de sa classe d’origine. Le prix à payer pour ce mirage est une perte totale de sens à sa vie. Et inévitablement, une fin tragique annoncée ; le film construit comme un long flashback s’ouvre sur les derniers mots du héros : « Le monde est donc plus fort que moi ».

5La structure explosée du film épouse les déchirements et l’amertume progressive du héros avec, insérés en contrepoint, des fragments d’archives, réelles ou recréées. C’est probablement l’audace la plus créative du film que l’intrusion récurrente d’images en noir et blanc ou en couleurs, en 16 mm, à la texture grainée, souvent débarrassées de marqueurs temporels lisibles mais renvoyant toutes à des moments de conflits sociaux et de guerres. Plans d’ensemble de foules loqueteuses dans le port de Naples, gros plans sur des visages burinés, évoquant une internationale de la misère insoluble dans la réussite individuelle. La temporalité courte d’une vie est ainsi réinsérée dans le flux de l’histoire longue, vu comme une machine à broyer les rêves. Les anachronismes délibérés, notamment la bande-son intégrant des musiques de variété des années 1970, contribuent à imposer la distance.

6La route de la réussite et de la désillusion que suit Martin propose aussi un rappel de toutes les idéologies qui ont traversé le 20e siècle et ont pu convaincre Jack London. Cette dimension contextuelle demeure sans doute le seul point faible du film. On a parfois peine à suivre les engouements et revirements successifs du héros, d’abord séduit par le marxisme, puis par le déterminisme social de Herbert Spencer associé à une vision du monde proche de Nietzsche. Certes, son désarroi virant au nihilisme au fil des années demeure difficile à concentrer cinématographiquement en 128 minutes sans risquer de le réduire à des apostasies inexplicables. Mais cette faiblesse reste malgré tout secondaire dans l’ensemble d’un film constamment porté par un souffle tragique.

7Il est toujours périlleux d’adapter au cinéma un roman célèbre. L’audace de Pietro Marcello a pourtant été payante, comme en témoignent les nombreuses récompenses que son film a obtenues dans le monde entier. Il a réussi à s’approprier Martin Eden pour en faire une œuvre aux résonnances personnelles tout en conservant la complexité foisonnante du livre, à la fois aventure individuelle sous le signe de la défaite – on a parfois évoqué, à juste titre, Barry Lyndon et Gatsby le magnifique – et fable philosophique désabusée sur le combat inégal entre l’individu et le monde. Par le mélange des styles et des genres, l’association entre lyrisme et dureté, tendresse et rage libertaire, Pietro Marcello a su transposer la dimension dérangeante du roman. Après tout, peut-on oublier que Martin Eden fut interdit en Italie pendant le fascisme ? Le film efface brillamment l’infamie de cet opprobre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bidaud, « Martin Eden, film italien de Pietro Marcello, 2019, 128 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 146 | 2020, 191-193.

Référence électronique

Anne-Marie Bidaud, « Martin Eden, film italien de Pietro Marcello, 2019, 128 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14848

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Bidaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search