Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146UN CERTAIN REGARDLes séries télévisuelles allemand...

UN CERTAIN REGARD

Les séries télévisuelles allemandes affrontent leur histoire

Anne-Marie Bidaud
p. 194-198

Texte intégral

1Le public français a longtemps associé les séries allemandes à des feuilletons policiers poussifs, tels Derrick ou Le Renard, destinés à occuper prioritairement la tranche horaire de retraités en mal de sieste. Certes, l’indigence de ces fictions, ne suscitant que ricanements et bâillements, ne mérite pas mieux. Mais les temps ont changé. Après de remarquables films revenant sur le passé de l’Allemagne, comme Goodbye Lenin (2003) et La Vie des autres (2006), c’est la télévision d’outre-Rhin qui propose maintenant des fictions novatrices : tout en privilégiant souvent les genres favoris du public – histoires policières et films d’espionnage –, bon nombre d’entre elles en profitent pour revenir sans concession sur le contexte historique des décennies tumultueuses de l’Allemagne du 20e siècle.

2Dans cette démarche rétrospective, la série Heimat (1984-2013) représente en quelque sorte l’ancêtre fondateur. Sans précédent, cette saga familiale inclassable, notamment par sa longueur (une trilogie de plus de cinquante heures), suit l’évolution d’une famille rurale de Rhénanie, de 1919 à 1982. À mi-chemin entre fiction et documentaire, alternant les séquences en noir et blanc et en couleurs, son auteur, Edgar Reitz, nous fait progressivement découvrir comment des changements extérieurs au village, perçus comme mineurs au début, se transforment en tragédie familiale, puis nationale, pour conduire à l’éclatement de toute la communauté. Les positionnements antagonistes des individus face à la montée du nationalisme, puis du nazisme, qui confèrent à la série son ossature dramatique, finissent par dresser un tableau circonstancié du pays tout entier sur un siècle.

3Moins exceptionnelles mais tout aussi réussies, d’autres séries récentes sont situées délibérément en périodes de transition, quand tout se disloque et que les normes volent en miettes au profit d’un monde où le déséquilibre devient la seule certitude. Babylon Berlin (2017-2018, 3 saisons, 28x45’), fiction se déroulant dans le Berlin de 1929, emprunte une ligne narratrice policière pour évoquer la République de Weimar de la fin des « années folles », rongée par la corruption et la violence, où les conflits politiques se soldent souvent par des assassinats. Bauhaus, un temps nouveau (2019, 6x45’) se concentre sur la rupture culturelle qu’a engendrée cette école artistique née en 1919. La Seconde Guerre mondiale peut même quitter l’arrière-plan pour devenir le sujet principal de la série, comme dans Generation War (2013, 3x90’). La complexité de l’après-guerre occupe la première place dans Berlin 56 (2016-2017, 6x45’) et Berlin 59 (2018, 6x45’), puis celle de la guerre froide dans Deutschland 83 (2015, 2 saisons, 18x47’), Deutschland 86 (2018, 10x47’) ou The Same Sky (2017, 6x60’).

Nouveau regard sur l’histoire allemande

4La première qualité de ces séries vient de ce qu’elles font toutes table rase du cliché complaisant de l’Allemagne à « l’heure zéro », postulant qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le pays en ruines repartirait de rien et se reconstruirait après la disparition des valeurs et des choix idéologiques antérieurs. Au contraire, elles prouvent toutes que ce passé « ne passe pas », qu’une continuité persiste, toujours prête à resurgir. On rencontre ainsi d’anciens nazis toujours en place, dont les affaires continuent de prospérer (les fabricants d’armes par exemple), des citoyens dont l’antisémitisme reste viscéral, des nostalgiques d’une grande Allemagne toute-puissante. On saisit l’importance du chaos idéologique et psychique imposé à un pays soumis à autant de bouleversements fondamentaux, devant se réinventer radicalement plusieurs fois en à peine quelques décennies : effondrement du IIIe Reich, puis scission en plusieurs zones d’occupation et division en deux nations après 1949, puis enfin réunification après la chute du mur en 1989. Pourtant, ces séries osent réveiller cette conscience nationale malmenée en rappelant les divisions antérieures, pour rétablir des réseaux de causalité oubliés ou effacés : par exemple la répression brutale d’une manifestation communiste en mai 1929 (Babylon Berlin), les grandes grèves de 1953 en RDA qui ont déclenché une fuite de plus de trois millions de personnes à l’Ouest, les arrestations des communistes dans la fonction publique en RFA à la fin des années 1950 (Berlin 59), l’installation controversée des fusées Pershing II américaines en 1983, du côté Ouest (Deutschland 83)… L’évocation de ces faits ne se contente pas de recréer une toile de fond historique, mais sert à introduire une forme d’autocritique, par l’intermédiaire de personnages cherchant sincèrement à se libérer d’un passé entaché de culpabilité.

Les humbles ont remplacé les puissants

5Dans ces séries, le rappel de la responsabilité des leaders politiques et des grands industriels s’accompagne d’un décentrage délibérément antihéroïque dans la hiérarchie traditionnelle des rôles : les personnages principaux ne se recrutent plus du côté des décideurs et des puissants, définitivement discrédités, mais des anonymes, surtout du côté des sacrifiés, comme les cinq amis de Generation War, victimes des errements de leurs pères, bien qu’acteurs malgré eux de l’histoire. L’héroïsme se rencontre désormais chez les gens du peuple, les citoyens ordinaires, anéantis au plus intime de leur quotidien, comme les deux familles de The Same Sky, séparées brutalement par la construction du mur.

6L’originalité de ces séries vient aussi de la place inédite qu’elles accordent aux femmes. Parce que ce sont elles qui ont eu le plus à subir, assignées selon la formule attribuée à Guillaume II aux « Trois K » – Kinder, Küche, Kirche (enfants, foyer, église) –, fonctions réductrices réactivées par le IIIe Reich, promulguant des lois interdisant par exemple le travail des femmes. Même lorsqu’elles réussissent à se libérer des conventions, le prix à payer reste lourd : au sein de l’école du Bauhaus, les femmes n’avaient pas accès aux mêmes disciplines artistiques que les hommes et leurs œuvres restaient reléguées au second plan. La série éponyme répare cette injustice en restituant sa place à une artiste, Dörte Helm, dont le talent avait été injustement éclipsé, en grande partie à cause de la misogynie du fondateur du mouvement, Walter Gropius. Soumises aux diktats maternels hérités du passé, les trois filles de la famille Schöllack (Berlin 56, Berlin 59) tentent de résister à un avenir sinistrement étriqué, chacune à leur manière. Mais l’ordre veille : même brutalisées et violées, elles se doivent de rester stoïques et de sauver les apparences. L’une d’elles, soumise à un mari psychiatre tyrannique, se voit même menacée d’internement, assorti d’électrochocs, pour guérir son désir d’indépendance. Car c’est le sort réservé alors aux indociles, immédiatement taxées d’hystérie.

7Ces nouvelles fictions font clairement le choix de la modernité en soutenant l’émancipation du corps féminin et s’affranchissent de tout jugement moral à leur égard. Loin de la créature corsetée qui doit réprimer toute sexualité – une femme honnête ne doit pas avoir de désirs charnels, assène la mère à l’une de ses filles (Berlin 59) –, elles ont des amants et des enfants hors mariage, choisissent même de se prostituer occasionnellement (Babylon Berlin, Berlin 56, Berlin 59). Cette dernière série se termine par une séquence particulièrement audacieuse, avec trois personnes partageant le même lit nuptial. La danse et la musique moderne représentent la métaphore centrale de cette aspiration à la liberté : le jazz de cabaret (Babylon Berlin) et surtout le rock’n’roll (Berlin 56, Berlin 59). Loin de la valse strictement codifiée qu’enseigne la mère dans son école de danse à l’ancienne, la fille rebelle, Monika, s’entraîne clandestinement pour des concours de rock où des passes acrobatiques, la tête en bas, révèlent même fortuitement sa culotte ! Ainsi, confrontation politique et antagonisme culturel ne font plus qu’un dans ces récits où les bandes-son, particulièrement soignées, viennent renforcer le thème des conflits générationnels.

Le public est conquis

8On l’aura compris, ces séries allemandes ont totalement renouvelé les fictions télévisuelles outre-Rhin. Fini le temps où, comme le soulignait l’auteur de Heimat dans une interview au magazine Les Inrocks en 2013, « que ce soit dans le cinéma, la littérature ou le théâtre, les artistes allemands se sont toujours heurtés à la difficulté de représentation de ce passé ». Mais bon nombre de directeurs et producteurs de télévision ont perçu qu’il était temps de proposer de nouveaux programmes à un public dont la demande avait changé. Pour réussir ce qui s’apparente à une reconversion radicale, il fallait y mettre le prix. Les budgets alloués à ces nouvelles fictions ont parfois atteint des records : Babylon Berlin, par exemple, reste l’une des séries allemandes les plus chères jamais réalisées, avec 2,5 millions d’euros par épisode. Sans surprise, les taux d’audience nationale se sont envolés ; pour chaque épisode de Generation War, 7 millions de téléspectateurs, plus de 5 millions par épisode pour Babylon Berlin… Les marchés internationaux ont suivi, à l’échelle de l’Europe d’abord, puis outre-Atlantique : Deutschland 83 devient la première série allemande diffusée sur une chaîne américaine (Sundance TV, gage de qualité). Quitte à susciter des polémiques tendues entre nations : ainsi, Generation War, série vendue dans plus de cent pays, déplut beaucoup à la Pologne parce que ses ressortissants, dans le contexte de la série, lui paraissaient beaucoup trop antisémites. De nombreuses récompenses, nationales et internationales, ont consacré ces nouvelles fictions. Car, en plus d’un regard différent sur l’histoire allemande, elles offrent d’abord d’excellents divertissements, qui séduisent par leur ton original, presque désinvolte parfois, excluant les registres nostalgique, mélodramatique ou moralisateur. La reconstitution scrupuleuse des décors (Berlin dans les années 1920 ou les années 1950) et des costumes, l’ambiance sonore, les cadrages travaillés et le chromatisme froid, à la manière de Edward Hopper (dans Berlin 56 et Berlin 59 par exemple), viennent aussi contribuer au plaisir esthétique des téléspectateurs du monde entier.

9Sans surprise, le public en redemande et les suites se préparent activement : la troisième saison de Babylon Berlin doit être diffusée à l’automne 2020, deux nouvelles saisons de Bauhaus sont programmées, Berlin 63 est en tournage. Une page s’est définitivement tournée pour la télévision allemande, dont les productions récentes, présentées comme une véritable « nouvelle vague », peuvent désormais rivaliser avec les plus prestigieux succès de HBO ou Netflix.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/14853/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bidaud, « Les séries télévisuelles allemandes affrontent leur histoire »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 146 | 2020, 194-198.

Référence électronique

Anne-Marie Bidaud, « Les séries télévisuelles allemandes affrontent leur histoire »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14853

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Bidaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search