Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146LIVRES LUSChristophe Charle et Daniel Roche...

LIVRES LUS

Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), L’Europe. Encyclopédie historique

Paris, Actes Sud, 2018, 59 €.
Pierre Verschueren
Référence(s) :

Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), L’Europe. Encyclopédie historique, Paris, Actes Sud, 2018, 59 €.

Texte intégral

1L’Europe. Encyclopédie historique est un sacré pavé. Ses deux architectes, Christophe Charle et Daniel Roche, épaulés par un comité éditorial réunissant Paul Boulland, Christophe Duhamelle, Bruno Dumézil, Antoine Lilti, Brigitte Marin, Stéphane Van Damme et Blaise Wilfert-Portal, ont mené là une entreprise cathédrale : 13 ans de travail, 438 auteurs, 651 textes de 2 à 17 pages (avec bibliographie) précédés d’une introduction musclée, 30 cartes, 2 398 pages en papier bible, 6,3 millions de signes espaces compris, 1,62 kg de savoir en petits caractères et en un seul volume. Pour fédérer autant d’efforts, il fallait la combinaison de trois éléments au moins.

  • 1 Christophe Charle et Daniel Roche ont retracé les péripéties de la naissance de cette encyclopédie (...)

2Un élément déclencheur, d’abord : en l’occurrence, l’échec du référendum sur la Constitution européenne, à l’automne 2005. Claude Durand, dirigeant de la librairie Arthème Fayard, et Denis Maraval, directeur littéraire responsable du département histoire chez ce même éditeur, lancent alors les opérations et recrutent son noyau dur, avec le solide soutien financier du ministère de la Culture : l’objectif est d’impliquer davantage les intellectuels dans la défense du projet européen, avec en ligne de mire les célébrations du cinquantenaire du Traité de Rome, en 2007. Mais le calendrier explose vite, et le soutien politique s’estompe, le soutien éditorial aussi ; pourtant l’entreprise, reprise par les éditions Actes Sud, arrive à son terme1.

  • 2 Il serait trop long de citer toutes les entreprises plus ou moins similaires qu’ils ont pu mener. J (...)

3Une telle persistance malgré les aléas s’explique par la personnalité et les convictions du duo dirigeant : Christophe Charle et Daniel Roche sont non seulement des habitués des enquêtes collectives au long cours, ne serait-ce que par leur expérience à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, qu’ils ont chacun eu l’occasion de diriger2, mais ce sont aussi des Européens convaincus, ressortissants de deux générations qui ont vu l’Union européenne se construire et qui y ont placé leurs espoirs d’un continent enfin apaisé. Daniel Roche explique ainsi :

  • 3 « L’Europe est toujours entre deux crises », Le Monde des livres, 5 octobre 2018, p. 6-7.

« J’ai vécu la Seconde Guerre mondiale – j’avais 10 ans en 1945 – et la construction de l’Europe a constitué le fond politique permanent de ma jeunesse. En dépit des difficultés que je pouvais entrevoir en me lançant dans ce projet, le fait que toutes ces questions ne soient pas, pour moi, purement historiques ou intellectuelles, mais des questions cruciales discutées en famille ou à l’école, m’a poussé à continuer. Il y a une dimension intime dans la préoccupation qui est au cœur de ce livre3. »

4Face à un projet européen vécu et décrit comme au mieux embourbé, Christophe Charle et Daniel Roche soutiennent que les Européens ont plus intérêt à l’union qu’à la désunion, même si cette unité est fragile, en tension, que l’Europe reste « une aventure d’avenir à prolonger et améliorer » (p. 46). L’entreprise entend ainsi donner un sens à une histoire continentale commune, surtout pas par un « roman européen » comme il y aurait un « roman national », par la défense et l’illustration d’une civilisation qui serait menacée, encore moins par une apologie irénique de la construction européenne, mais par la mise à disposition des éléments du dossier, l’acceptation du doute et la proposition d’un sens de lecture, d’une cohérence générale. Dans la lignée, ouvertement revendiquée, de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, il s’agit d’organiser de manière critique les connaissances, des aspects les plus matériels aux plus abstraits, de la longue durée à l’événementiel, pour laisser voir des correspondances entre les récits, pour permettre au lecteur de percevoir et de construire des échos, des parallèles entre les domaines. L’article introductif « L’Europe, pourquoi, comment, jusqu’où ? » précise la perspective : il s’agit de « mettre en valeur et analyser ce qui, dans l’ensemble des cultures et des sociétés présentes en Europe depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à nos jours, a durablement marqué l’histoire du continent, hors du berceau local, régional ou national de leur apparition », « d’explorer tous les aspects de l’histoire de l’Europe, des plus matériels aux plus philosophiques ou savants, des plus ancrés dans la longue durée à ceux typiques de tournants historiques majeurs ou singuliers, en évitant toutefois les articles les plus courants, déjà présents dans des dictionnaires classiques » (p. 31). L’héritage revendiqué est celui des Lumières, bien sûr, mais aussi de Norbert Elias, de Marcel Mauss, de Lucien Febvre : Christophe Charle et Daniel Roche soutiennent qu’il existe bien un « processus de civilisation spécifique » à l’Europe, entendu comme « ce qui circule, s’échange, se métisse entre les cultures, les sociétés, les histoires locales ou nationales » (p. 31). Mais spécificité ne veut pas dire unicité, et surtout pas exceptionnalité ou supériorité. Dans l’interstice des articles, cette encyclopédie veut laisser voir l’histoire en partie commune aux hommes et aux femmes de cet espace, divisés entre États et économies aux tailles et fonctionnements multiples, entre religions en conflit, entre aires linguistiques plus ou moins distinctes, sans rien laisser sous le tapis des tensions, des conflits, des dominations, des rapports de force.

  • 4 Christophe Charle, La République des universitaires, Paris, Seuil, 1994.
  • 5 Du moins, au moment de la signature du bon à tirer, Bruno Dumézil y ayant depuis été recruté comme (...)

5Mais le projet n’est rien sans la main-d’œuvre : par leur position dans le champ universitaire, comme acteurs et héritiers d’une certaine histoire sociale de la culture, Christophe Charle et Daniel Roche ont été en mesure de mobiliser une forte cohorte d’auteurs. Ils ne sauraient nous reprocher d’en dresser un rapide tableau prosopographique, donnant une idée de l’ambiance socio-intellectuelle. Tout d’abord, malgré l’ancrage français à la fois de l’équipe de direction, des diverses maisons d’édition impliquées, des financements et de la forme même de l’objet « encyclopédie », on constate que la dimension européenne ne concerne pas que le sujet : si 80,5 % des auteurs sont français, seize pays différents sont représentés, aux premiers rangs desquels l’Italie (32 contributeurs, soit 7,3 % du total), suivie de l’Allemagne (16 contributeurs, soit 3,7 %), du Royaume-Uni (8 contributeurs, soit 1,8 %), de l’Espagne et des États-Unis (6 contributeurs chacun, soit 1,4 %). En entrant dans le détail, il est frappant de remarquer que certains des articles les plus « franco-centrés » ont été confiés, sans doute consciemment, à des chercheurs de nationalité étrangère : l’article « Révolution française » est par exemple de la plume de l’Italienne Anna Maria Rao, « Paris » de celle du Britannique Colin Jones, « Louis XIV » de l’Allemand Martin Wrede. Parmi les Français, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est particulièrement bien représentée (41 contributeurs, soit 9,4 %), suivie de l’École des hautes études en sciences sociales (28 contributeurs, soit 6,4 %), de l’université Paris-Nanterre (19 contributeurs, soit 4,3 %) et de la faculté des lettres de Sorbonne-Université (18 contributeurs, soit 4,11 %), suivie d’Aix-Marseille-Université (10 contributeurs, soit 2,3 %) et de l’École normale supérieure (8 contributeurs, soit 1,8 %). On retrouve ici la séculaire concentration de l’intensité de la recherche dans la capitale, qu’avait déjà soulignée Christophe Charle lui-même4 : 47,5 % des auteurs au moins exercent en Île-de-France, contre 25,1 % ailleurs en France. Plus finement, on lit surtout l’activation des réseaux personnels et professionnels d’interconnaissance des directeurs et du comité éditorial, autour des trois importantes unités mixtes de recherche que sont l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), le Centre de recherches historiques (CRH), et Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale, Méditerranée (TELEMMe). Cette tendance se fait cependant sans exclusive, en témoigne par exemple la forte présence de Sorbonne-Université, anciennement Paris 4-Sorbonne, pourtant non représentée au comité éditorial5. Elle ne se fait pas non plus au prix de la représentation des différentes générations ou sensibilités politiques et historiographiques, plus difficilement quantifiable. Sont ainsi présents, parmi les contemporains approximatifs de Daniel Roche, Maurice Agulhon, Philippe Contamine, Dominique Julia, Emmanuel Le Roy-Ladurie, Philippe Levillain, Antoine Prost, André Vauchez, Michel Vovelle ; parmi ceux de la génération de Christophe Charle, Lucien Bély, Jean-Claude Caron, Robert Frank, Dominique Kalifa, Dominique Margairaz, Pascal Ory, Michèle Riot-Sarcey, Georges-Henri Soutou, Danielle Tartakowsky, Jacques Verger, Annette Wieviorka ; parmi ceux dont ils ont pu diriger les thèses, citons pêle-mêle Sylvie Aprile, Raphaëlle Branche, Vincent Denis, Claire Fredj, François Jarrige, Philippe Rygiel, Julien Vincent, Marie-Bénédicte Vincent, Charlotte Vorms. En revanche, reflet grossi du plafond de verre de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’équipe éditoriale ne comprend qu’une seule femme et les autrices ne représentent que 32,6 % de la population des contributeurs.

6Pour quel résultat ? On ne résume naturellement pas un ouvrage si polyphonique, alors qu’il a précisément pour objectif de montrer les richesses, les contradictions et les complexités de son objet. Les articles vont ainsi de l’Atlantide à Ellis Island, en passant par l’homme de Néandertal, les Alpes, la Chine, le climat, les Tsiganes, Galilée, Édimbourg, les châteaux, les dragons, la Bible, l’école, les contes, le fromage, le mouton, les sous-vêtements, le divorce, les impôts, la Lotharingie, Dante, la cheminée, la peste, la paix de Westphalie, Tintin, le libéralisme, Verdun, le café, Faust, l’oxygène, les barbelés, la guerre froide, le saphisme, le laboratoire, le cadastre, le philhellénisme, Dracula, le CERN, Victor Hugo et la bicyclette. Il serait oiseux de chercher à pointer les inévitables manques, et se limiter à citer les quatre articles les plus longs suffit à montrer l’éclectisme de l’assemblage : « Syndicats et syndicalismes : solidarités et particularismes » (par Blaise Wilfert-Portal) ; « Mathématiques : entre théorie et pratique » (par Jean Dhombres) ; « Banque centrale : une invention européenne » (par Olivier Feiertag) ; « Statut des femmes : les origines des inégalités entre les sexes » (par Elena Brambilla).

7L’ensemble vaut, en cohérence avec l’idéal encyclopédique qui le sous-tend, précisément par ce foisonnement et par ses détails, par les découvertes imprévues qui s’offrent au hasard de la lecture de l’« objet-livre ». La structure générale reste classique, puisqu’elle voit se succéder une partie générale, consacrée aux « fondements et permanences » de l’Europe, c’est-à-dire aux continuités qu’elle connaît sur le temps long, sur les plans culturels et symboliques, et trois parties chronologiques, suivant grosso modo la division canonique entre périodes médiévale, moderne et contemporaine. Mais l’étude attentive montre que les éditeurs jouent précisément avec ces délimitations pour créer de l’imprévu et de la réflexion, plaçant par exemple l’article sur Adam Smith (né en 1723) avec l’histoire moderne et celui sur Emmanuel Kant (né en 1724) avec l’histoire contemporaine. Encyclopédie, et non dictionnaire : à l’instar de Diderot et d’Alembert, l’ouvrage joue des classements classiques et des décalages par rapport à ces classements, pour provoquer des rapprochements – et non pas pour que les articles soient rapidement trouvables par un lecteur pressé. Si L’Europe. Encyclopédie historique est, à n’en pas douter, un outil puissant pour un agrégatif admissible en duel avec sa leçon de hors programme, c’est aussi, en tant qu’objet, une expérience sensorielle, un dispositif matériel provoquant la lecture « à sauts et à gambades », chaotiquement enrichissante, ce qui la distingue de ses homologues numériques, plus prévisibles. En cela, l’ouvrage dépasse largement l’enjeu européen qui en a provoqué la naissance et le statut de pilier de bibliothèque qu’il est destiné à acquérir, parce qu’il incarne une forme d’ethos intellectuel fait d’ouverture, de raison, de critique, de pas de côté, de concret, d’engagement collectif et de respect du lecteur. En cela, il est un héritage historiographique, un héritage qui oblige.

Haut de page

Notes

1 Christophe Charle et Daniel Roche ont retracé les péripéties de la naissance de cette encyclopédie lors d’une table ronde du séminaire « Actualité critique de l’ENS », organisée le 11 octobre 2018, et dont l’enregistrement peut être consulté sur Savoirs ENS : <http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=3543>.

2 Il serait trop long de citer toutes les entreprises plus ou moins similaires qu’ils ont pu mener. Je me limiterai à évoquer respectivement Christophe Charle et Laurent Jeanpierre (dir.), La Vie intellectuelle en France, 2 vol., Paris, Seuil, 2016, et Pascal Bastien, Daniel Roche et Sabine Juratic (dir.), Siméon-Prosper Hardy, Mes Loisirs, ou Journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-1789), 6 vol., Paris, Hermann, 2012-2017.

3 « L’Europe est toujours entre deux crises », Le Monde des livres, 5 octobre 2018, p. 6-7.

4 Christophe Charle, La République des universitaires, Paris, Seuil, 1994.

5 Du moins, au moment de la signature du bon à tirer, Bruno Dumézil y ayant depuis été recruté comme professeur des universités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Verschueren, « Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), L’Europe. Encyclopédie historique »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14881 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14881

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search