Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146LIVRES LUSJean Jaurès, Qu’est-ce que le soc...

LIVRES LUS

Jean Jaurès, Qu’est-ce que le socialisme ? Une leçon de philosophie

Paris, Éditions Pluriel et Fondation Jean Jaurès, 2019, 95 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

Jean Jaurès, Qu’est-ce que le socialisme ? Une leçon de philosophie, préface de Frédéric Worms, présentation de Gilles Candar, Paris, Éditions Pluriel et Fondation Jean Jaurès, 2019, 95 p.

Texte intégral

1Voici deux textes inédits de Jaurès découverts dans les archives de Pierre Renaudel, député du Var et rédacteur en chef (1908), puis directeur (1914) de l’Humanité. Bien qu’assez différents par leur contenu, ils sont inspirés par une même idée : explorer la justification du socialisme sur le plan idéologique et examiner ses possibilités de réalisation. Le premier texte est la leçon d’ouverture d’un cours public de philosophie à l’université de Toulouse pour l’année 1890-1891. Jaurès, qui a été battu aux élections législatives de 1889, est alors chargé de cours à l’université. Encore « bon compagnon de route du radicalisme » (Gilles Candar), il est aussi conseiller municipal de Toulouse, ce qui l’amène à avoir des contacts avec des militants ouvriers. En même temps il rédige ses thèses, dont la seconde porte sur les origines du socialisme allemand. Il était sans doute un peu audacieux de parler du socialisme dans un cours public. Jaurès admet que ce cours touche « aux passions les plus ardentes de notre temps », mais il estime que c’est faire « œuvre de paix » que de rappeler le socialisme à ses origines intellectuelles. Car le socialisme est une philosophie. Il s’agit en effet de savoir si la société est en droit d’intervenir sur la vie des individus et sur leur conscience. À cet égard, Jaurès compare assez habilement l’idée de socialisme à celle de patrie qui, elle, n’a pas pour objectif fondamental la justice sociale. Le socialisme, quant à lui, ne peut s’appuyer que sur l’idée d’humanité, « idée encore bien faible et bien vague » et représentée dans trois grandes doctrines, le stoïcisme, le christianisme et la philosophie rationaliste de type kantien. L’humanité est « un fait dans l’histoire », mais surtout « un droit dans l’absolu ». Étroitement liée à l’idée profonde de liberté, elle se rattache à Dieu et a le droit de se réaliser dans tous les individus humains, sans pour autant devenir un nouveau dogme. Dans la fin du texte, parfois un peu confuse du fait des difficultés de lecture du manuscrit, Jaurès, tout en formulant au passage des vues assez pénétrantes sur les différences et les interactions entre l’Allemagne et la France, parcourt très rapidement l’histoire de la philosophie allemande, de la Réforme jusqu’à Marx. Il estime que « partout la pensée socialiste est liée à une conception métaphysique et religieuse » et manifeste déjà un intérêt tout particulier pour le livre de Fichte, L’État commercial fermé.

  • 1 Mais non traduit en français jusqu’à une date tardive (1932).

2Et c’est justement ce livre qui est au centre du second texte, Le Socialisme dans Fichte et dans Schäffle, un peu plus tardif (été 1892 ?), projet d’article sans doute, nettement plus détaillé que les pages consacrées à Fichte dans la seconde thèse, dont certains paragraphes sont d’ailleurs repris. Jaurès connaît la pensée économique et sociale de Fichte, notamment son livre L’État commercial fermé, paru en 18001, grâce à l’ouvrage d’un professeur d’économie politique et homme politique autrichien, Albert Schäffle, La Quintessence du socialisme (1874), traduit en français par Benoît Malon. En fonction de sa métaphysique, Fichte pense que chaque citoyen ayant droit à lui-même doit avoir un droit de propriété qui comporte aussi un droit au travail. Il imagine pour cela un État fermé commercialement, où le gouvernement fixe la valeur des produits en fonction du temps de travail que leur fabrication a nécessité (ce qui permet à Jaurès de faire de Fichte un précurseur de la théorie de la valeur de Marx). L’État maîtrise ainsi, sinon la production, du moins la circulation nationale (et internationale en cas de nécessité) des produits. Fichte est donc socialiste. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que Jaurès, loin d’exposer seulement les idées de Fichte, se livre à une étude assez minutieuse de la faisabilité de cette théorie. Un aspect l’inquiète particulièrement, c’est le risque de repliement, en contradiction avec « l’expansion de la conscience humaine suscitée par la Révolution française ». Il est vrai que celui-ci disparaîtrait si de nombreux pays adoptaient les idées de Fichte, élargissant ainsi l’aire de cet État. D’autres aspects posent problème, comme l’application autoritaire d’une valeur aux produits ou l’adoption d’une monnaie totalement fiduciaire. Le système de Fichte suppose une société assez égalitaire de petits producteurs et artisans indépendants, et méconnait le développement du capitalisme, il est vrai encore embryonnaire en Allemagne à l’époque. Fichte ignore la possibilité de la propriété collective. Enfin, il confie à l’État la mise en place du système, « le levier », et méconnaît le rôle nécessaire des associations de travailleurs et des mouvements populaires. Ces critiques, finalement, sont sévères et nuancent fortement l’affirmation de Jaurès selon laquelle « en tous les point essentiels […], Fichte a marqué d’un trait sûr la doctrine collectiviste » (p. 88).

3Gilles Candar situe avec précision ces deux textes dans le parcours de Jaurès. Frédéric Worms, qui préface l’ouvrage, insiste sur l’actualité de ces réflexions à une époque nouvelle de l’histoire, où le socialisme pourrait éviter une catastrophe cosmique tout en préservant la liberté et la justice.

Haut de page

Notes

1 Mais non traduit en français jusqu’à une date tardive (1932).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « Jean Jaurès, Qu’est-ce que le socialisme ? Une leçon de philosophie »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 25 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14893

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search