Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146LIVRES LUSFrank Georgi, L’autogestion en ch...

LIVRES LUS

Frank Georgi, L’autogestion en chantier : les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981)

Nancy, Arbre bleu Éditions, 2018, 522 p.
Grégoire Le Quang
Référence(s) :

Frank Georgi, L’autogestion en chantier : les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981), Nancy, Arbre bleu Éditions, 2018, 522 p.

Texte intégral

1C’est une fresque vaste et finement ciselée, tirée de son habilitation à diriger des recherches, que publie Frank Georgi, et il ne faudrait pas manquer de saluer, pour commencer, le soutien de l’éditeur, qui permet de mettre à disposition la réflexion dans un format détaillé. La démonstration convoque ainsi un grand nombre de sources largement citées et de photographies, ce qui répond au souhait formulé par l’auteur, celui de proposer une histoire incarnée des transferts culturels, une histoire qui illustre certes les idées et les emprunts, mais aussi les voyages, les amitiés, le jeu des rivalités politiques.

  • 1 Sans exhaustivité, citons : Sophie Coeuré, La Grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviét (...)

2Dès l’introduction, le cadre est solidement planté : il s’agit d’évaluer l’impact de l’expérience politique tentée en Yougoslavie, sous l’égide de Tito, après la rupture avec le bloc soviétique de 1948, sur l’idée d’autogestion en France. La Yougoslavie incarne, à partir de ce « schisme » fondateur, un point de repère dont l’influence, certes minoritaire et très fluctuante, restait fort peu connue. L’analyse de Frank Georgi est donc un jalon incontournable à toute réflexion qui vise à approfondir la capacité des cultures politiques de gauche à rechercher des « modèles » étrangers, qu’ils soient présentés comme des paradis réalisés, comme des tentatives nationales, sources d’inspiration mais non nécessairement transposables, ou comme de simples ressources politiques. Le point de comparaison essentiel est bien sûr l’URSS, mais des ouvrages récents ont aussi analysé la capacité d’attraction de la social-démocratie nordique, du castrisme ou du maoïsme1. S’inscrivant tout à fait dans cette problématique, l’ouvrage de Frank Georgi décline un nuancier extrêmement varié, qui s’attache à mettre en valeur des usages très divers de la référence à la Yougoslavie. Le terme de « modèle » induit donc un effet d’optique partiellement trompeur, puisqu’il n’est pratiquement jamais question d’adhésion absolue ou acritique : « on peut croire sans être dupe », conclut l’auteur (p. 472).

3L’approche est chronologique, et le premier intérêt de cette démarche consiste à mettre en lumière une histoire longue de l’autogestion : qu’il s’agisse du terme même d’autogestion, qui ne s’insinue, d’abord en catimini, dans le débat public français comme dans la littérature scientifique qu’à partir des années 1950 (chapitre liminaire : « archéologie d’un mot »), ou bien du concept, bien plus ancien, dont les racines peuvent plonger dans une méfiance vis-à-vis de l’État illustrée par des philosophies politiques ressortant de la gauche libertaire (Proudhon, Blanqui), mais aussi d’une acception plus libérale, à l’anglaise. Par ailleurs, l’idée d’une auto-administration égalitaire des travailleurs est présente dans les mouvements marxistes et traverse les révolutions russes de 1905 et de 1917 (p. 46). Si l’idée d’autogestion n’est pas née de l’expérience yougoslave, la diffusion du vocable lui-même apparaît liée directement à la politique titiste, bien avant que la rupture de 1968 ne détermine la consécration du terme, qui est un des fétiches des années 1970. Significativement, l’auteur consacre plus de la moitié du livre, soit les cinq premiers chapitres, à cette première phase, plutôt méconnue, du « mythe yougoslave ».

  • 2 À signaler, une coquille sur la date de publication de la brochure qui reproduit ce discours : Josi (...)

4Dans un premier temps, l’engouement de nombreux militants et intellectuels français naît principalement de l’admiration devant la tentative de création d’un régime communiste alternatif au stalinisme, à partir de la rupture brutale de Tito avec le Kominform, en juin 1948 (1er chapitre). Les trotskystes sont ainsi les premiers concernés, ainsi que des marxistes dissidents ou indépendants, comme le critique d’art et ancien résistant Jean Cassou, un des grands passeurs de ces premiers temps, dirigeant de l’association France-Yougoslavie et participant à de nombreux voyages (p. 59 et suivantes). La promotion de l’autogestion tient une grande part dans cette fascination pour ce qui est considéré comme une expérience socialiste radicalement différente du socialisme d’État soviétique. Le mot serbo-croate de samoupravljanje est au cœur de l’élaboration théorique qui découle de la rupture de 1948 : il est notamment la pierre angulaire de la « loi fondamentale sur la gestion des entreprises économiques d’État » votée le 28 juin 1950 (annexe p. 475) et présentée par un discours de Tito traduit en français et diffusé par les soins de l’ambassade de Belgrade à Paris2. La mise en place des premiers conseils ouvriers aimante l’intérêt de militants qui voient dans l’expérience yougoslave un laboratoire original, à même de réconcilier socialisme et liberté. Le meilleur exemple de cet enthousiasme est l’envoi de « brigades » de jeunes Français, aux côtés de militants venus d’autres pays occidentaux, qui viennent participer à l’avancement de chantiers symboliques, tel celui de la cité universitaire de Belgrade – même si cette expérience plutôt confidentielle ne se poursuit que de 1949 à 1951, semble-t-il, avec parfois des retours critiques (p. 81). Dernier élément : l’importance de la mise en place d’une structure yougoslave de propagande : l’Agence yougoslave d’information, créée dès 1949, qui ouvre un bureau à Paris et se charge, à coup de vente de guides touristiques, de babioles folkloriques, mais aussi de brochures politiques ou théoriques, de diffuser une image positive du régime (p. 81-82).

5Les chapitres 2 et 3 abordent respectivement l’attitude des partis socialiste et communiste envers la Yougoslavie. Le premier cas permet de démontrer que l’attention pour l’expérience yougoslave déborde la sphère communiste, mais cela semble bien plus par anticommunisme que par véritable attraction pour un « modèle » autogestionnaire yougoslave. En témoigne l’ouvrage de Jules Moch, Yougoslavie, terre d’expérience, publié en 1953, qui est le « premier ouvrage entièrement consacré au régime de Tito dû à la plume d’un homme politique français de premier plan » (p. 146), mais dont le mot « autogestion » est absent... Par ailleurs, la dimension critique envers l’autoritarisme du régime reste dominante chez la plupart des intellectuels ou figures de la SFIO ayant voyagé en Yougoslavie. La tonalité critique est évidemment paroxystique au PCF, qui reproduit les anathèmes lancés par Moscou, critiquant « fascisme » et « révisionnisme » (p. 181) des Yougoslaves, avant que la réconciliation (à partir du milieu des années 1950) ne conditionne une certaine « normalisation » (p. 185).

6Le chapitre 4 examine la décennie paradoxale des années 1955-1965, qui voit un relatif déclin de l’intérêt pour la Yougoslavie de la part de certains pionniers et, en même temps, la consolidation de la centralité de l’autogestion dans le système politique et social yougoslave : les textes constitutionnels de 1953, puis de 1963, donnent au concept une place centrale (p. 210). Dans le même temps, l’autogestion devient une « vitrine internationale » du régime (p. 222), célébrée et diffusée par des sociologues, notamment ceux de la revue Praxis, qui développe à partir de 1965 une édition internationale et une école d’été sur l’île de Korčula (p. 227-228). Encore une fois, malgré de nombreuses réserves sur le fonctionnement effectif de cette « autogestion » (le terme se diffuse dans la littérature savante), l’expérience yougoslave et l’activisme de cette diplomatie culturelle animent l’intérêt soutenu d’une frange de marxistes critiques, certes minoritaires.

7La naissance du PSU, puis la transformation de la CFTC en CFDT, coïncident avec les débuts d’une « appropriation » plus nette de l’autogestion en France, qui se trouve au cœur des programmes et identités de ces formations politique et syndicale. Leurs archives fournissent l’essentiel de la matière des chapitres 5, 6 et 7, qui voient, à partir de la fin des années 1960 et dans les années 1970, grandir le succès de l’autogestion. La démonstration questionne toujours précisément le lien entre l’essor de la thématique autogestionnaire et le rôle de l’expérience yougoslave. La recherche d’une « troisième voie » est un carburant capital pour expliquer cet intérêt persistant pour un régime pourtant autoritaire, mais qui prétend dans le même temps dépasser étatisme comme capitalisme. Le rôle de la diplomatie partisane et des réseaux militants et syndicaux est développé de manière très précise, tandis que la force d’attraction du « modèle » apparaît, le plus souvent, en demi-teinte.

8L’impression dominante est en effet, au terme de l’étude, que jamais ou presque ne coïncident totalement les deux lignes de force de l’ouvrage : la Yougoslavie peut aimanter une curiosité, voire un certain enthousiasme ponctuel, alors que la pratique autogestionnaire est encore en gestation (au cours des années 1950, en particulier). Ensuite, la connaissance du concept s’affine, jusqu’à ce que l’élément déclencheur de Mai 68 ne place l’anti-autoritarisme comme pierre angulaire de la pensée critique de gauche. Mais, même alors, la référence yougoslave est convoquée parmi d’autres, et jamais comme un modèle à transposer. Même les promoteurs les plus actifs d’une autogestion à la française, comme certaines figures de la CFDT (les dirigeants Albert Détraz ou Edmond Maire, par exemple), en contact suivi avec leurs homologues yougoslaves, se gardent bien de célébrer les réalisations concrètes du régime de Tito. La référence yougoslave peut même paraître « encombrante » (p. 472) dès lors que le régime démontre ses limites, notamment au cours des phases répressives.

9Cela tient en partie au caractère paradoxal du « modèle » yougoslave, qui, dès l’origine, évite précisément de se présenter comme un modèle achevé, dans un souci constant de se différencier de Moscou. Un élément important de la propagande yougoslave réside précisément dans l’ostentation de la faculté à accepter la critique (p. 472), ce qui conduit à limiter les phénomènes d’idéalisation ou d’aveuglement qui peuvent être associés au concept de « modèle ». Il n’en reste pas moins que l’image de la Yougoslavie titiste a été fortement liée à l’idée d’autogestion, même si l’ambiguïté et le flou du concept lui-même, soulignés à plusieurs reprises par l’auteur (p. 12, p. 320), ont pu faciliter la projection d’imaginaires, de cultures politiques différentes... à tel point que même le PCF, à la fin des années 1970, récupère l’idée d’autogestion, ce qui démontre aussi bien « l’épuisement d’une référence » que la dévitalisation du concept lui-même (puisqu’il s’agit d’un affichage purement rhétorique).

10Un seul regret, au terme de ce passionnant voyage en terre plutôt méconnue : la réalité politique et sociale de la Yougoslavie et de l’expérimentation de l’autogestion est seulement esquissée. Certes, il ne s’agit pas d’approfondir l’histoire des Balkans en tant que telle, mais le lecteur peine parfois à situer les principales étapes politiques évoquées, en particulier lorsqu’il s’agit de cerner les contours des expérimentations concrètes, puis des tentatives de libéralisation du régime sous l’égide de Milovan Djilas (à partir de 1952), suivies de sa disgrâce (évoquée p. 210, p. 244). Il en va de même, enfin, des différentes étapes qui marquent la crise économique et politique des années 1970, qui jouent probablement aussi un rôle dans l’érosion de la séduction yougoslave.

Haut de page

Notes

1 Sans exhaustivité, citons : Sophie Coeuré, La Grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, Éd. du Seuil, 1999 ; François Hourmant, « De Lénine à Marcos : modèles étrangers pour la gauche ? », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2004, p. 474‑487 ; Gilles Vergnon, Le Modèle suédois : les gauches françaises et l’impossible social-démocratie, Rennes, PUR, 2015.

2 À signaler, une coquille sur la date de publication de la brochure qui reproduit ce discours : Josip Broz Tito, Les Usines aux ouvriers, Paris, Le Livre yougoslave, 1950 (et non 1949 comme écrit p. 52, erreur répétée en bibliographie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire Le Quang, « Frank Georgi, L’autogestion en chantier : les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 25 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14898 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14898

Haut de page

Auteur

Grégoire Le Quang

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search