Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Le Mot de la rédaction

Le Mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-7

Texte intégral

1Quelle revue faire par les temps qui courent ? C’est un peu la question que nous nous posons tous toutes, rédacteurs rédactrices de revue. Quelle histoire faire ? C’est aussi la question que nous sommes nombreux·ses historiennes et historiens à nous poser.

2Le présent nous sollicite toujours. Nous avons épisodiquement le sentiment qu’il nous sollicite plus fort. Les derniers mois accélèrent des transformations sociales qui amplifient les violences et creusent les inégalités sociales. Nous éprouvons tout cela fortement chacun·e dans nos vies, dans nos métiers d’enseignant·es, de chercheur·ses, dans notre rôle de parents, dans l’accompagnement des ami·es malades, dans nos activités militantes. Le vote de lois structurantes du devenir social en plein confinement, d’une loi de programmation de la recherche contre l’avis de la plus grande partie des chercheur·ses, alors que les universités sont fermées, tout cela peut donner le sentiment que l’histoire chemine trop lentement pour répondre aux urgences du présent. Que faire des productions de la pensée dans une société où l’on choisit d’ouvrir à tout va les immenses centres commerciaux et de fermer universités, musées, théâtres, cinémas ? Dans une société où l’on n’a jamais dit plus clairement que la consommation est le grand divertissement et que la spiritualité doit se réfugier dans le religieux et ses lieux de culte ? Mais nous sommes entêté·es et nombreux·ses à l’être. Nous avons écrit, signé des pétitions, nous nous sommes rassemblé·es pour demander d’autres solutions pour les universités, les musées, les cinémas, les théâtres que la facilité de la fermeture totale. Le collectif des Revues en lutte, dont les Cahiers d’histoire sont partie prenante, le collectif plus large Université ouverte, les syndicats, tous toutes nous essayons de maintenir une mobilisation en dépit de l’isolement1. Et là-dedans, nous essayons de garder le tempo du travail historien. Avec demi-succès, puisque les Cahiers d’histoire ont pris un peu de retard sur l’année 2021. Mais il faut savourer le verre à moitié plein et nous réjouir de continuer à débattre, à construire cet écho d’un collectif qu’est une revue, à produire grâce à beaucoup de travail persévérant en dépit des contraintes et des craintes qui pèsent sur chacun·e d’entre nous.

  • 2 David Hamelin, Sébastien Jahan, « La fabrique européenne de la race, 17e-20e siècles », Cahiers d’h (...)

3Pour les Cahiers d’histoire, les lecteur·trices le savent, la question des fonctionnements des pouvoirs est cruciale. Nous en traquons les diverses formulations, mises en œuvre à travers des contextes sociaux bien différents dans le temps et l’espace. Après un dossier qui articule savoirs et catégorisation des humains autour de l’émergence de la notion de « race »2, nous voilà avec ce dossier au cœur de l’une des plus vastes institutions d’élaboration de savoirs et de pouvoir d’imposition, l’Église catholique. Le dossier construit par le médiéviste Arnaud Fossier nous rappelle combien l’Église est une institution au cœur d’un ordre des corps et de la sexualité qui cherche à fonder théologiquement et à imposer socialement le primat de la chasteté, tout en admettant comme un moindre mal une sexualité qu’elle tente de normer, avec plus ou moins d’exigence et d’efficacité.

4Mais ce n° 147 des Cahiers d’histoire, c’est aussi l’écho de beaucoup de luttes profanes. Les sociétés sont diablement complexes ! Émergent et s’entrechoquent dans l’espace de ce volume la création en 1946 et la liquidation politique en 1992 de l’entreprise publique d’imprimerie, la SNEP, les réflexions d’Emmanuel Todd sur le républicanisme, les anniversaires de 1980 et de 2020 du congrès de Tours et de la création d’un nouveau parti, communiste, en France, la protestation d’archivistes contre l’extension du secret-défense. Est-ce un tohu-bohu du social ? Notre lecteur·trice, fin limier, ne s’y perdra pas. Elle et il y retrouvera notre volonté de rendre compte de ce qui fait les sociétés mouvantes, ces rapports de force constamment remodelés, que ce soit à travers des chocs massifs tels la Première Guerre mondiale et ses conséquences paradoxales comme la victoire des Bolchéviques en Russie et la naissance des partis communistes à l’échelle du globe, ou des cheminements plus ténus des transformations sociales de long terme comme les décrit Emmanuel Todd, ou encore des interactions sociales, luttes sociales de court terme, telles celles des archivistes, des ouvriers ici évoquées, des chercheur·ses, des rédacteurs, rédactrices de revue aussi, pensons-nous.

  • 3 D’où Jean-Charles Buttier, Caroline Fayolle (dir.), « Écrire l’histoire des révolutions : un engage (...)

5Nous poursuivrons cette recherche de compréhension des interactions, luttes de tout temps, de toutes formes qui modèlent les devenirs sociaux, avec la conviction qu’à notre modeste échelle nous sommes partie prenante de ce devenir social3. Que, comme tous et toutes, êtres vivants pensants, nous sommes déjà et toujours engagé·es.

Haut de page

Notes

1 Revues en lutte, <https://universiteouverte.org/category/revues-en-lutte/>. Pour retrouver l’éditorial de création du collectif, <https://journals.openedition.org/sociologie/6942>.

2 David Hamelin, Sébastien Jahan, « La fabrique européenne de la race, 17e-20e siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 147, 2020.

3 D’où Jean-Charles Buttier, Caroline Fayolle (dir.), « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 144, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147 | 2020, 5-7.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14946

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search