Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147LIVRES LUSAlain Quella-Villéger, France Blo...

LIVRES LUS

Alain Quella-Villéger, France Bloch-Sérazin. Une femme en résistance (1913-1943)

Des Femmes-Antoinette Fouque, 2019, 295 p., 18 €.
Louis Poulhès
Référence(s) :

Alain Quella-Villéger, France Bloch-Sérazin. Une femme en résistance (1913-1943), Des Femmes-Antoinette Fouque, 2019, 295 p., 18 €.

Texte intégral

1Voici une personne, femme et communiste, qu’il faut absolument faire connaitre, tout comme Frédéric Sérazin son mari, tant leurs destinées ne sont guère dissociables.

2Née dans une famille juive aisée et de grande culture (son père est Jean-Richard Bloch, écrivain et journaliste, son oncle maternel est l’écrivain André Maurois, la famille reçoit les plus grands intellectuels français ou étrangers de l’époque et correspond avec eux), France choisit de suivre des études de sciences pour être chimiste, une exception dans sa famille. Elle choisit aussi de s’engager au Parti communiste, auquel elle adhère en août 1937, ce qui est nettement plus courant dans son entourage : sa sœur Claude a adhéré quelques semaines auparavant ; son père, compagnon de route du Parti, est codirecteur avec Aragon du journal Ce soir, fondé en mars 1937, et adhère au printemps 1939. Elle choisit enfin de se marier en mai 1939 avec un ouvrier métallurgiste, militant syndicaliste et communiste de sept ans son aîné ; dans un tel milieu familial, ce n’est pas une mésalliance, mais néanmoins une rareté.

3C’est la guerre, l’interdiction du parti communiste fin septembre 1939 et l’occupation allemande après juin 1940, qui vont faire basculer leur vie. Alors qu’un enfant leur naît fin janvier 1940, Frédéric est interné dès mars 1940 en région parisienne, transféré fin avril dans les Alpes-Maritimes, puis à la citadelle de Sisteron en août sous le même statut. France, de retour d’exode à Paris à la fin de l’été, enseigne quelque temps dans un cours privé, puis réussit l’exploit de se faire embaucher au laboratoire de l’identité judiciaire à la préfecture de police en janvier 1941. Frédéric s’évade de Sisteron en mars 1941, mais il est repris à Paris à la fin du mois, non sans avoir pu revoir rapidement France et son enfant, alors que Jean-Richard Bloch s’exile en URSS en avril 1941.

4Frédéric est transféré à Chateaubriant en août 1941 et c’est peu de temps auparavant, au cours de l’été 1941, que France intègre l’OS, l’organisation spéciale du PCF chargée de la lutte armée dans laquelle le parti s’est engagé en juillet 1941, utilisant ses connaissances de chimiste pour préparer des explosifs. Elle échappe à une première arrestation fin novembre 1941, quand son laboratoire clandestin, qui sert aussi de cache d’armes, est investi par la police des renseignements généraux ; pour l’heure elle n’est pas encore identifiée. Elle échappe de nouveau, d’un cheveu, à l’arrestation en février 1942, mais désormais identifiée elle doit plonger dans la clandestinité totale et quitter son poste à la préfecture. Filée pendant plusieurs semaines, elle est finalement arrêtée le 16 mai 1942 par la police française qui la livre aux Allemands. C’est dès lors le parcours classique des prisons et des interrogatoires. Elle est jugée par le tribunal allemand avec vingt-deux autres résistants, dont Raymond Losserand, et condamnée à mort le 30 septembre 1942. Transférée à Lübeck fin novembre 1942, puis à Hambourg, c’est dans une prison de cette ville qu’elle est exécutée le 12 février1943. Elle aurait eu 30 ans neuf jours plus tard.

5Frédéric est transféré au camp de Voves avec tous les internés politiques le 7 mai 1942 dans la perspective de la fermeture de Chateaubriant. Resté dans l’ignorance du sort de France, il réussit à s’évader le 22 octobre 1943, rejoint la résistance communiste, mais est abattu le 15 juin 1944 à Saint-Etienne.

6Alain Quella-Villéger, auteur prolifique d’une œuvre variée et connu comme spécialiste de Pierre Loti, a participé au beau film documentaire de Marie Christiani, Un couple en résistance, France Bloch Frédo Sérazin (52 min., produit par France Télévisions-France 3 Corse et MCD Prod) en 2005, dont il reprend en partie le titre dans cet ouvrage. Il bénéficie de sources familiales qui donnent un éclairage vivant et bien informé à un texte clair.

7On relève cependant quelques erreurs factuelles étranges. Que viennent faire la Gestapo et la zone non occupée en avril 1940, donc sous le gouvernement de Paul Reynaud (p. 72-73) ? Pourquoi placer la rue des Saussaies à Paris dans l’île de la Cité (p. 155) ? La première est le siège de la Gestapo, installée sous l’Occupation dans d’anciens locaux du ministère de l’Intérieur français, la seconde est le siège de la préfecture de police (française).

8Il serait aussi utile de préciser que les règles allemandes imposent de transférer en Allemagne, dans le secret, tout condamné par les tribunaux allemands à plus de trois ans d’emprisonnement pour qu’ils y subissent leur peine, à l’exception des hommes condamnés à mort, exécutés rapidement en France par fusillade. C’est a fortiori le cas des femmes condamnées à mort, en outre exécutées toujours par décapitation et non par fusillade. Les Allemands ont des principes… qu’ils oublient en grande partie quand la situation devient incontrôlée au printemps 1944.

9Contrairement aux affirmations de l’auteur, la mort de Frédéric Sérazin (tué par la Gestapo ou par la Milice ?) n’est pas vraiment éclaircie. Pourquoi la police allemande l’aurait-elle abattu quelques heures après son arrestation s’il pouvait permettre de remonter une filière ? La méthode ressemble plus à celle de la Milice, dont le chef Joseph Darnand disait en janvier 1944 : « Je ne vous demande pas d’amener des gens, je vous demande de dire : "Nous avons abattu des terroristes" ».

10Plus encore, on doit regretter (le mot est faible) que l’auteur laisse entendre à demi-mot, dans un dernier chapitre avant l’épilogue (« La mémoire et la vérité ») que l’origine juive de France Bloch serait cause de sa moindre notoriété par rapport à Danielle Casanova dans la mémoire communiste. Dommage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Poulhès, « Alain Quella-Villéger, France Bloch-Sérazin. Une femme en résistance (1913-1943) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14983

Haut de page

Auteur

Louis Poulhès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search