Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147LIVRES LUSPhilippe Descola, Une écologie de...

LIVRES LUS

Philippe Descola, Une écologie des relations

Paris, CNRS Éditions/De vive voix, coll. « Les Grandes Voix de la recherche », 2019, 64 p., 8 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Philippe Descola, Une écologie des relations, Paris, CNRS Éditions/De vive voix, coll. « Les Grandes Voix de la recherche », 2019, 64 p., 8 €.

Texte intégral

1Dans cette brève autobiographie, l’anthropologue relate son parcours et interroge les différentes étapes de sa carrière. Inscrit dans la trajectoire philosophique classique, il fréquente, au cours de ses études, le séminaire de Maurice Godelier qui, au début des années 1970, menait une relecture des classiques de l’économie politique (p. 10). Se détournant de la philosophie, Philippe Descola s’oriente vers l’anthropologie. Mais cette discipline suppose de franchir trois étapes dans l’ordre des pratiques. Il s’agit d’abord d’être ethnographe (p. 11), c’est-à-dire explorer en profondeur un terrain. Ce sera l’Amazonie des Achuar. Le jeune chercheur formule une hypothèse : « n’était-il pas possible que ces gens, que l’on disait sans véritable société, aient inventé une formule sociale singulière consistant à élargir les confins de la société bien au-delà de l’espèce humaine pour y inclure les plantes et les animaux ? » (p. 13). Deux points de vue dominent alors la discipline anthropologique : dans le monde anglophone, la perspective dominante est « matérialiste », pour laquelle les contraintes écologiques déterminent les sociétés (p. 14) ; les disciples de Lévi-Strauss, quant à eux, imaginent « la nature comme une sorte de grande encyclopédie, un dictionnaire des propriétés, au sein de laquelle les populations amérindiennes venaient puiser des éléments pour les transformer en symboles » (p. 15-16). Philippe Descola imagine « une troisième voie, qui consisterait à comprendre comment les Amérindiens socialisaient la nature de façon technique et de façon idéelle, au jour le jour, par leur pratique de l’horticulture sur brûlis » (p. 16), ce qui revient à « maitriser [d]es écosystèmes complexes » (p. 17).

2Sur le terrain, l’ethnographe étudie absolument tout, puisqu’aucun travail n’avait été réalisé sur cette tribu des Achuar (p. 22). Les débuts sont délicats, la maîtrise incertaine de la langue oblige à se concentrer sur l’observation des « formes d’interaction avec l’environnement » (p. 23). Même si le découragement peut gagner (p. 23), la fluidité des échanges linguistiques progresse et permet de mieux saisir la culture achuar (p. 24). Les incantations, soigneusement enregistrées, révèlent les contacts noués avec les plantes, les animaux… (p. 25). Le récit des rêves au petit matin met en évidence « un collectif d’humains entretenant des rapport avec des collectifs non humains perçus comme étant de même nature qu’eux-mêmes » (p. 28). Le travail quotidien des populations autochtones révèle, en outre, que « contrairement à ce que l’on pense souvent, la forêt amazonienne n’est pas le dernier espace de forêt vierge à la surface de la terre » (p. 31).

  • 1 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.
  • 2 Philippe Descola, La Fabrique des images, Paris, Musée du Quai Branly, Somogy Éditions d’Art, 2010.

3Dans la thèse qu’il tire de cette expérience de terrain, Philippe Descola remarque que la structuration dravidienne entre affins et consanguins, qui organise les relations achuar, vaut aussi pour les plantes et les animaux qui les entourent et avec lesquels ils sont en relation. Après son recrutement à l’EHESS, Philippe Descola dit être « passé de l’ethnographie à l’ethnologie », notamment « parce qu[’il a] commencé à faire du comparatisme » (p. 35). Il dégage un modèle général des ontologies qui permet de caractériser les rapports entre les humains et les non-humains. Il distingue le totémisme (pour lequel l’intériorité et la physicalité sont identiques pour les humains et les non-humains), l’animisme (qui trace des continuités intérieures entre humains et non-humains et des différences physiques), le naturalisme (qui considère les identités physiques et les différences en ce qui concerne l’intériorité) et l’analogisme (qui suppose des physicalités et des intériorités distinctes). Publiée en 2005 dans son ouvrage désormais classique Par-delà nature et culture1, cette grammaire des ontologies n’a pas cessé d’être mise à l’épreuve : l’exposition La Fabrique des images2 au musée du quai Branly en 2010 a constitué une piste de recherche complémentaire. Philippe Descola envisage de poursuivre ses analyses sur les « différentes formes de collectifs humains dans leurs rapports à la terre » (p. 52).

4Ouvrage clair et accessible, L’Écologie des relations donne à voir le parcours d’un anthropologue d’abord inscrit dans un terrain précis, puis tentant peu à peu de dégager des structures plus générales de comparaison.

Haut de page

Notes

1 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

2 Philippe Descola, La Fabrique des images, Paris, Musée du Quai Branly, Somogy Éditions d’Art, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Philippe Descola, Une écologie des relations »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.14991

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search