Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147LIVRES LUSJulien Boelaert, Sébastien Michon...

LIVRES LUS

Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, Métier  : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France

Paris, Raisons d’agir, 2017, 152 p., 8 €.
Nicolas Tardits
Référence(s) :

Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Paris, Raisons d’agir, 2017, 152 p., 8 €.

Texte intégral

1Si l’on en croit le constat formulé par Olivier Nay en 2003, les études sur les assemblées parlementaires constituent un angle mort de la science politique française. Pourtant, pour Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, dans leur ouvrage sur les députés de la Cinquième République, l’Assemblée nationale demeure un « site d’observation stratégique pour analyser le fonctionnement et les évolutions du champ politique français » (p. 10).

  • 1 Éric Phélippeau, L’Invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, (...)
  • 2 Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au XIXe siècle : du dilettante au spécialiste(...)

2Dans le débat public, les représentations négatives des élus font émerger des questions déterminées par des enjeux politiques et non scientifiques, comme : « la professionnalisation politique est-elle un problème ? ». Il s’agit pourtant du point de départ des trois politistes strasbourgeois, tous membres du laboratoire SAGE, qui arrachent au débat public un véritable questionnement scientifique dans cette enquête, qui est écrite de manière à être accessible au plus grand nombre. Ils apportent ainsi leur contribution à une réflexion sur la « professionnalisation politique », qui relève trop souvent de l’évidence, du constat, voire du lieu commun. En effet, ce terme générique est associé à un processus à l’œuvre durant tout le 19e et le début du 20e siècle, figurant la compétition entre notables et entrepreneurs politiques vivant respectivement « de » et « pour » la politique, selon Max Weber. En réinterrogeant l’idée de « fin des notables », caractérisée par l’entrée dans les chambres des nouveaux acteurs en concurrence, Éric Phélippeau a montré l’importance des logiques d’apprentissage et d’hybridation de leurs pratiques1. Jean Joana constatera finalement qu’il peut exister une compétition entre notables eux-mêmes au principe d’un processus de spécialisation de l’activité politique antérieur à la Troisième République2.

  • 3 Daniel Gaxie, « Questionner la représentation politique », Savoir/Agir, 2015, nᵒ 31, p. 24.

3Ces différentes approches tentent d’analyser la genèse d’un phénomène que l’ouvrage vient ici réinterroger pour la Cinquième République. La professionnalisation de l’activité politique amorcée durant le 19e siècle se poursuit-elle aujourd’hui ? Les auteurs proposent de réorienter la définition donnée de la « professionnalisation », désormais entendue comme la rémunération de longue date d’élus qui n’auraient vécu que de la politique. Excluant de l’étude des acteurs exerçant un mandat sans en faire un métier, comme les maires et les élus des collectivités locales, les chercheurs s’intéressent aux acteurs apparemment les plus professionnalisés du champ politique, les députés. Ils proposent de réinscrire l’activité politique dans le temps long et de s’intéresser désormais au « vivre en » politique. Cette démarche se rapproche des conclusions de Daniel Gaxie qui, en questionnant la représentation politique, considère que « la politique est de plus en plus l’affaire de professionnels et une affaire professionnelle3 ».

  • 4 Paul Fauconnet et Marcel Mauss, « Sociologie », Grande Encyclopédie française, tome 30, Paris, 1901 (...)
  • 5 Dominique Dammame, « Professionnel de la politique, un métier peu avouable », dans Michel Offerlé ( (...)

4Par souci d’exhaustivité, le phénomène est appréhendé sous différents angles autour de quatre grandes parties. D’abord, la déconstruction préalable de l’objet doit servir à « substituer aux notions du sens commun une première notion scientifique4 ». Ainsi, le métier de député est assimilé à une « profession inavouable5 » en France depuis au moins deux siècles. Les auteurs présentent donc une analyse de cette « insulte politique ». Cette charge négative associée au mandat législatif provient le plus souvent de ceux-là mêmes qui voyaient leur ancien monopole sur la conduite des affaires publiques menacé par l’arrivée de nouveaux venus : une critique sociale plus que morale. Pour les chercheurs, le constat est simple : il existe toujours une difficulté à revendiquer la politique comme un métier. La pratique la plus courante est donc la « mise à distance de l’identité discréditée » ou la valorisation de son attache au territoire d’élection pour se démarquer des « parachutés ». Puisqu’aucun député ne veut être ce « professionnel » critiqué, il n’est pas étonnant de n’en retrouver aucun dans les statistiques du Parlement (seulement trente députés en 2012 indiquent n’avoir vécu directement ou indirectement que de la politique).

  • 6 Michel Offerlé, Les Partis politiques, Paris, Presses universitaires de France, 1988.

5Les trois chercheurs ont également la volonté de montrer les divers aspects du métier de député comme profession proche de celle d’un « petit entrepreneur6 » à l’activité chronophage entre le palais Bourbon et le travail en circonscription. De plus, le mandat de député est soumis à des évolutions constitutionnelles fortes depuis 1958. Celles-ci sont animées par la construction d’un « parlementarisme rationnalisé » marqué par le contrôle du Conseil constitutionnel, le bicaméralisme et le peu de moyens mis à disposition pour faire pression sur le gouvernement. L’acceptation de la primauté de l’exécutif par autodiscipline, le principe du « fait majoritaire », les faibles moyens alloués aux parlementaires font conclure gravement aux auteurs que « la France est désormais l’un des pays occidentaux où la place du Parlement est la plus faible » (p. 52). Malgré tout, dans cette étude, l’Assemblée nationale se perçoit comme le lieu où s’obtiennent des soutiens et se forment des coalitions : l’élection comme député n’est généralement pas un aboutissement, mais une étape dans une carrière politique.

  • 7 Julien Boelaert, Sébastien Michon, Étienne Ollion, « Le temps long de la politique », Pouvoirs, n°  (...)

6Le cœur de l’ouvrage, et sa force, est l’enquête menée sur 1768 parlementaires de quatre législatures (1978, 1997, 2007 et 2012), complétée par une cinquantaine d’entretiens. Les parcours politiques et professionnels de ces élus y sont ainsi retracés. La volonté de réinscrire ce groupe social dans un système global, dans des règles instituées et des institutions en concurrence, rend cette étude éloquente et riche d’enseignements. Cette partie, reprenant un article publié dans la revue Pouvoirs7, permet de mesurer statistiquement les régularités et l’évolution du processus de professionnalisation.

7Pour les auteurs, la plus grande transformation des quarante dernières années concerne les filières de recrutement des élites politiques. L’irrésistible conversion des collaborateurs en députés fait passer leur part de 14 % à 33 % entre 1978 et 2012. Ces « auxiliaires politiques » connaissent un « puissant accélérateur de carrière » permis par un savoir-faire et un savoir-être, des connaissances du jeu politique, autrement dit un capital acquis valorisé et valorisable. Toutefois, sans tomber dans ce qui s’apparenterait à une « république des collaborateurs », il existe de grandes disparités dans cet univers apparemment homogène, notamment entre les collaborateurs parisiens et ceux en circonscriptions, moins diplômés, plus âgés et moins payés.

  • 8 Michel Offerlé, Sociologie de la vie politique française, Paris, La Découverte, coll. « Repères », (...)

8L’analyse de séquences et les représentations par chronogrammes permettent de constater un « allongement généralisé de la présence dans le champ politique » (p. 81). En 1978, un parlementaire avait passé 12,1 ans de sa vie « en politique » (en mandat électif ou salarié d’élu, de parti, dans les années précédant la dernière élection) contre 16,5 ans en 2012. Rapporté à l’âge, les élus de 2012 ont passé 68 % de leur vie adulte en politique (après 25 ans) contre seulement 46 % en 1978. Autrement dit, il existe un accroissement du temps passé « en » politique. Ce résultat est expliqué par les transformations du champ politique depuis une quarantaine d’années : son extension et sa densification (augmentation du nombre d’élus, processus de décentralisation importante, développement des positions rémunérées autour des élus). Parallèlement à ce développement des « champs adventices8 », composés d’agents gravitant en marge du champ politique, les frontières de cet espace se ferment progressivement aux profanes. En effet, selon leur étude comparée des VIe (1978-1981) et XIVe législatures (2012-2017), il existe un net recul des fractions les plus dominantes des classes supérieures mais également des catégories sociales les plus populaires. Ce phénomène est expliqué respectivement par une dévalorisation mais aussi une technicisation du mandat parlementaire.

9Quelles sont les conséquences de telles configurations ? L’ouvrage met en avant le développement d’une « armée politique de réserve » accumulant les positions politiques avant d’accéder à la députation, mais aussi une autonomisation progressive de l’élu. Nous pourrions compléter la réflexion en considérant que le mandat lui-même peut activer un mécanisme de professionnalisation ou de spécialisation de l’activité politique. En effet, n’existe-t-il pas, au sein même de l’institution, une forme de développement et de valorisation de certaines ressources, d’un savoir-faire et d’un savoir-être spécifiques favorisant l’autonomisation de l’élu ?

10Fidèle aux objectifs de la maison d’édition Raisons d’agir, qui publie l’ouvrage, la conclusion fournit des éléments de réflexion pour l’action politique. En réorientant le débat sur la professionnalisation politique, les trois chercheurs proposent de se demander « si le fait qu’un nombre croissant d’élus ait passé un temps de plus en plus long en politique pose un problème ». En dépassant la dichotomie « vivre de » et « vivre pour » pour s’intéresser au « vivre en » politique, l’ouvrage met en avant une série de propositions pour contrer ce phénomène croissant : loi sur le cumul et la rotation des mandats, formule du « permis à points », tirage au sort, revalorisation constitutionnelle du rôle parlementaire, moralisation de la vie politique.

11En proposant d’inventer un nouveau « futur collectif », les auteurs viennent finalement clôturer une étude ambitieuse, riche, innovante, à la fois quantitative et qualitative, fondée sur une population large et sur un temps long. Même s’il mériterait d’être réactualisé dans les années à venir pour démêler les spécificités ou les continuités à l’œuvre avec le renouvellement de l’Assemblée nationale en 2017, ce « petit » ouvrage (150 pages) contribue au renouvellement de la pensée wébérienne sur la professionnalisation politique. Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion remettent au goût du jour tout un pan de la sociologie politique, fondamental pour la compréhension du fait politique contemporain.

Haut de page

Notes

1 Éric Phélippeau, L’Invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2004.

2 Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au XIXe siècle : du dilettante au spécialiste, Paris, L’Harmattan, 2000.

3 Daniel Gaxie, « Questionner la représentation politique », Savoir/Agir, 2015, nᵒ 31, p. 24.

4 Paul Fauconnet et Marcel Mauss, « Sociologie », Grande Encyclopédie française, tome 30, Paris, 1901, p. 173.

5 Dominique Dammame, « Professionnel de la politique, un métier peu avouable », dans Michel Offerlé (dir.), La Profession politique, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 1999, p. 37-67.

6 Michel Offerlé, Les Partis politiques, Paris, Presses universitaires de France, 1988.

7 Julien Boelaert, Sébastien Michon, Étienne Ollion, « Le temps long de la politique », Pouvoirs, n° 161, 2017, p. 61-72.

8 Michel Offerlé, Sociologie de la vie politique française, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2004, p. 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Tardits, « Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, Métier  : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/14992

Haut de page

Auteur

Nicolas Tardits

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search