Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147LIVRES LUSEmmanuel Todd, Les Luttes de clas...

LIVRES LUS

Emmanuel Todd, Les Luttes de classes en France au XXIsiècle

Paris, Seuil, 2020, 366 p., 22 €.
Alain Gabet
Référence(s) :

Emmanuel Todd, Les Luttes de classes en France au XXIsiècle, Paris, Seuil, 2020, 366 p., 22 €.

Texte intégral

1Emmanuel Todd est souvent présenté comme un politologue, un démographe, un statisticien, voire un prophète, depuis son anticipation de l’effondrement soviétique en 1976 dans La Chute finale (Plon). Curieusement, il est plus rarement présenté comme un historien, alors qu’il s’agit de sa formation initiale, couronnée par un doctorat à Cambridge, dans le sillage de Peter Laslett, pionnier des nouvelles études sur les structures familiales. Or, le dernier livre d’Emmanuel Todd intéresse au premier chef les historiens, pour deux raisons qui ne sont pas sans rappeler les différents temps braudéliens. En effet, le livre se présente d’abord comme un essai d’« histoire-problème », sur la période récente qui court du Traité de Maastricht en 1992 jusqu’à la crise des gilets jaunes. Le problème est le suivant : comment expliquer que l’euro et le carcan européen ne soient pas l’objet d’un rejet massif de la population, alors que leur échec est patent ? Comment comprendre une société qui ne remet plus en cause les racines de son mal-être, mais se montre inflammable à la moindre injustice ? La première partie est consacrée à une analyse de la société française, fondée sur une étude des données les plus récentes. Comme souvent, Emmanuel Todd déniche des études trop peu médiatisées et en tire des conclusions qui vont à rebours des consensus du moment. Ainsi met-il en évidence la paupérisation générale de la société française, masquée par un appareil statistique aveugle aux inflexions profondes du niveau de vie ; la baisse générale du niveau scolaire et le déplacement social de l’intelligence, avec des élites surdiplômées mais d’un conformisme mortifère, et une dissémination de la créativité dans les différentes couches sociales, par le biais de la généralisation de l’instruction secondaire et supérieure ; l’émergence d’une masse sociale atomisée dominée par une élite stato-financière « hors-sol », épaulée par une petite bourgeoisie CPIS (cadres et professions intellectuelles supérieures) caractérisée par sa fausse conscience de classe ; la crise d’une humanité qui, bien loin d’être augmentée par les artifices de la science moderne, est au contraire une humanité « diminuée », en proie à la fatigue d’être elle-même, libre mais impuissante, profondément résignée et qui n’attente même plus à ses jours, paralysée dans ses moindres velléités par des camisoles chimiques. Ce ne sont là que quelques traits saillants d’une analyse qui fourmille d’observations où il ne sera pas difficile de reconnaître notre environnement social, même quand certaines idées paraissent contre-intuitives au premier abord. Dans une deuxième partie, Emmanuel Todd retrace l’histoire politique de la France de cette période, soit l’enlisement de notre pays dans une comédie politique où tout le monde fait semblant de faire fonctionner une démocratie représentative moribonde, alors que plus personne n’est dupe de l’impuissance structurelle des États dans le cadre contraignant des politiques austéritaires européennes. La troisième partie analyse le moment actuel, macronien, et la crise des gilets jaunes comme l’aboutissement de cette séquence qui a vu périr la démocratie représentative et se développer jusqu’au paroxysme toutes les nuisances d’une aristocratie stato-financière passée en « mode aztèque », que l’on peut définir comme un sadisme sacrificiel qui n’épargne plus personne, ni le monde ouvrier en voie d’extinction ni la bourgeoisie CPIS, frappée à son tour par les réformes, dans son portefeuille comme dans sa fausse conscience d’elle-même.

2Mais si l’ouvrage offre une observation pénétrante de la crise actuelle, il représente également une inflexion majeure dans l’observation/réflexion d’Emmanuel Todd sur le temps long. L’analyse des données les plus récentes l’amène à conclure en effet sur l’effacement de la matrice anthropologique qui avait structuré l’évolution sociopolitique française depuis la Révolution. Il faut rappeler qu’Emmanuel Todd a bâti une œuvre majeure, fondée sur un modèle qui associe les grandes évolutions sociopolitiques aux structures anthropologiques fondamentales (les structures familiales et leurs expressions idéologiques inconscientes, dont la matrice religieuse). C’est à partir d’une intuition/observation fondatrice, la superposition des systèmes familiaux communautaires et des systèmes idéologiques communistes à l’échelle mondiale, que Todd a développé une grille de lecture de l’histoire de l’humanité qui a montré plus d’une fois sa dimension opératoire. Ainsi, la vie politique française a-t-elle longtemps été sous l’influence d’un système anthropologique opposant un centre précocement déchristianisé, révolutionnaire et républicain (le Bassin parisien et sa structure familiale nucléaire-égalitaire) et des périphéries réactionnaires à la déchristianisation plus tardive. Ces rappels étant faits, le tableau de la page 199 s’offre alors dans sa troublante beauté statistique. Il montre en effet les étapes de l’effacement de l’influence de cette matrice anthropologique, en déroulant les coefficients de corrélation entre la pratique religieuse vers 1960 et le vote de gauche lors les grands scrutins politiques de 1936 à 2017. On peut mesurer à quel point le vote de gauche a été corrélé négativement à la pratique religieuse jusqu’en 1981, avec des taux de corrélation allant de - 0,61 en 1936 à - 0,57 en 1981. Puis l’effacement est continu pour les scrutins présidentiels, pour atteindre le zéro parfait en 2007. Mais parallèlement à cette baisse progressive et continue du coefficient de corrélation associant pratique religieuse et vote à gauche lors des élections présidentielles, on constate des remontées de ce coefficient, dans le sens positif cette fois, lors de référendums majeurs. Le oui à Maastricht surtout fut corrélé à + 0,56 avec la pratique religieuse. Il y a eu comme une inversion du système républicain traditionnel. Les espaces périphériques les plus tardivement déchristianisés, traditionnellement réactionnaires et votant à droite, ont voté oui à Maastricht, mettant en évidence un système néorépublicain où les régions périphériques ont pris la main et expriment leur adhésion à un projet européen libéral et inégalitaire. La dernière expression de la matrice anthropologique sur les comportements collectifs en France a été mesurée par Emmanuel Todd lors des manifestations du 11 janvier 2015, suite à l’attentat contre Charlie Hebdo. La matrice anthropologique, forgée dans le noyau de l’histoire longue française, a exercé sa gravité/influence durant un temps fort long à l’échelle de l’observation sociale (grossièrement du Moyen Âge jusqu’au second septennat de François Mitterrand). Il semble désormais que cette force gravitationnelle ait achevé son processus d’effondrement. Les mouvements sociaux actuels ne peuvent plus être cartographiés selon cette grille d’analyse. C’est une France en voie d’homogénéisation qui affronte le moment macronien. À rebours des théories sur la fragmentation de la France, le modèle centre/périphérie s’est répandu de manière fractale sur l’ensemble du territoire, et c’est donc en termes de luttes de classes qu’il faut de nouveau envisager notre histoire.

3Incidemment, cette observation est le plus beau démenti que l’auteur puisse offrir à ses détracteurs qui ont voulu l’enfermer dans un « esprit de système ». Il a inlassablement développé sa réflexion sur un modèle qui lui est apparu il y plus de quarante ans maintenant, tant qu’il était observable dans les droites de régression linéaire. Mais c’est avec une absolue honnêteté intellectuelle, et une soumission aux faits non négociable, qu’il aborde une France de Macron et des gilets jaunes qui ne répond plus aux ondes gravitationnelles de sa matrice anthropologique.

4Pour qui veut comprendre le moment que nous vivons collectivement, l’essai d’Emmanuel Todd offre donc, comme à son habitude, une lecture d’une acuité irremplaçable, qui le replace dans une séquence plus longue qui débute avec Maastricht. Pour qui s’intéresse à l’histoire sur le temps long, ce livre ne révèle rien moins que l’effacement d’une matrice anthropologique qui, pour continuer à exercer son influence sur les grandes puissances, laisse aujourd’hui la France, petit pays en voie d’homogénéisation, dans un état d’apesanteur structurelle et de vide métaphysique, propice à toutes les luttes de classes et à toutes les aventures politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Gabet, « Emmanuel Todd, Les Luttes de classes en France au XXIsiècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15012

Haut de page

Auteur

Alain Gabet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search