Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147LIVRES LUSPhilippe Lautesse, Juliette Tuail...

LIVRES LUS

Philippe Lautesse, Juliette Tuaillon, Fabrice Ferlin, Hugues Chabot (dir.), Recherche et éducation en physique à l’époque contemporaine, à Lyon et en France

Paris, Vrin & Lyon, IIEE, 2020, 341 p., 30 €.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Philippe Lautesse, Juliette Tuaillon, Fabrice Ferlin, Hugues Chabot (dir.), Recherche et éducation en physique à l’époque contemporaine, à Lyon et en France, Paris, Vrin & Lyon, IIEE, 2020, 341 p., 30 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif vise indirectement à présenter un certain nombre de thèses soutenues au laboratoire S2HEP (Sciences, société, historicité, éducation, pratiques) de l’université Lyon-1 : celles de Pascal Bellanca-Penel, Séverine Dérolez, Yves Gomas, Sabine Rabourdin et Adrien Vila Valls (qu’on peut trouver en ligne). Il se compose de trois parties. La première est historique, scientifique et locale ; la deuxième est axée sur les liens avec l’enseignement ; la troisième traite de la vulgarisation et de la médiation culturelle ; mais ces deux dernières enrichissent aussi les questionnements historiques. La première partie expose les travaux (chap. 1), les institutions (chap. 2) et les instruments scientifiques (chap. 3) promus à Lyon par Jean Dufay (1896-1967) et Jean Thibaud (1901-1960).

2Les trois autres co-auteurs de cet ouvrage, dont les chapitres sont collectifs et non signés, sont Lionel Chaussard, Jean-Loup Héraud et Françoise Khantine-Langlois, qu’on pourrait qualifier respectivement de physicien, philosophe et didacticienne des sciences. Les neuf chapitres peuvent être lus indépendamment les uns des autres et dans l’ordre qu’on veut, mais ils n’en sont pas moins liés entre eux. Pour l’essentiel, les auteurs sont d’abord des scientifiques, des physiciens, même si certains ont en outre suivi d’autres cursus ; ils maîtrisent les objets, théories et pratiques physiques dont ils parlent. Les sujets sont traités avec un recul critique, contextualisés, de manière assez classique. Ils ne prétendent pas révolutionner les méthodes de l’histoire des sciences, mais la proximité assumée, voulue et travaillée des approches historiques, didactiques, culturelles et muséologiques nous donne un ensemble original.

3Nous nous contenterons d’évoquer quelques aspects de l’ouvrage. D’abord, Jean Dufay et Jean Thibaud sont des savants remarquables. Les co-auteurs insistent notamment sur les recherches relatives à la lumière du ciel nocturne pour le premier et sur la découverte du positron pour le second. Leurs travaux recouvrent des spectres beaucoup plus larges et ils ont su essaimer. Ils étaient fort différents, surtout du point de vue politique (et nous nous abstiendrons d’évoquer les attitudes du second entre 1939 et 1945). S’ils sont moins connus que d’autres, c’est surtout parce qu’ils n’ont pas fait leur carrière à Paris, tare rédhibitoire au milieu du 20e siècle et a contrario mérite précurseur pour les décennies suivantes. En effet, ils ont créé hors Île-de-France des institutions très reconnues nationalement et internationalement à partir des années 1970, tels l’Institut de physique atomique de Lyon (devenu de physique nucléaire) et l’Observatoire de Haute-Provence. Ce fut un peu au départ contre vents et marées, alors que maintenant, depuis un demi-siècle, la vie scientifique intense des grands campus des métropoles françaises fait partie du paysage habituel de tous. Ces deux professeurs ont aussi en commun de s’être impliqués avec succès dans la vulgarisation scientifique, ce qui est l’objet du chapitre 1 de la troisième partie (qui traite aussi de cet aspect chez Louis De Broglie). L’ouvrage s’appesantit également sur les appareils et instruments (souvent négligés par de nombreux historiens des sciences), notamment sur l’accélérateur de particules de Cockcroft-Walton, qui joua un rôle central dans la physique au milieu du 20e siècle. Les auteurs s’intéressent à la conservation patrimoniale et aux façons de montrer cet appareil fondamental et séduisant ; ils proposent des façons de l’exposer aujourd’hui (3e partie, chap. 2) pour en faire comprendre le fonctionnement, contrairement aux choix du musée des Confluences, plus axés vers les badauds et les flâneurs. Il faut mettre aussi en valeur le chapitre 3 de la deuxième partie, qui compare les interprétations du réel par les physiciens du 20e siècle selon leur culture, mettant en regard la France et l’Inde vis-à-vis de la mécanique quantique ; ce chapitre utilise l’idée des themata de Gerald Holton (conceptions ontologiques invérifiables, implicites, subjectives, supportant le travail scientifique). Enfin, l’ouvrage se termine par un chapitre sur la représentation de l’objet quantique à travers la fiction : l’histoire n’en est pas absente, puisque sont examinés la théorie des mondes possibles de Lewis et le récit fictionnel de Gamow, qu’on peut replacer dans leurs contextes.

4Si ce livre est d’abord utile pour les enseignants de physique, il n’est pas sans inviter les historiens à la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Philippe Lautesse, Juliette Tuaillon, Fabrice Ferlin, Hugues Chabot (dir.), Recherche et éducation en physique à l’époque contemporaine, à Lyon et en France »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15018

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search