Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147CHANTIERSLa SNEP : une entreprise publique...

CHANTIERS

La SNEP : une entreprise publique de l’imprimerie (1944-1992)

Baptiste Giron
p. 97-112

Résumés

Depuis le 19e siècle, la place de la presse dans la société française est à l’origine de nombreux débats, en particulier sur son rapport à l’argent. Les ordonnances de 1944 sont connues pour avoir tenté de dépasser cette problématique. La SNEP est le produit de cette tentative. Cet établissement industriel est né de la volonté de faire disparaître « l’ancienne » presse d’avant-guerre, en grande partie collaborationniste, pour permettre aux journaux clandestins de la Résistance de prendre le relais dans un cadre totalement repensé. Cette société originale a été fondée sur un projet démocratique qui visait à construire une presse indépendante en rupture avec les logiques de marché. Néanmoins, l’abandon du changement de statut de la presse a conduit cette entreprise à devenir un outil gouvernemental lors de la guerre froide et des conflits coloniaux, avant d’être liquidée en 1992 sous le poids de la mondialisation économique et des nouvelles politiques libérales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est signé par Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechar (...)
  • 2 Jérémie Fabre et Jean Pérès, « Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse (...)
  • 3 Ces crises s’expriment à la fois par la baisse constante du tirage des quotidiens depuis les années (...)
  • 4 « Loi n° 46-994 du 11 mai 1946 portant transfert et dévolution de biens et d’éléments actifs d’entr (...)

1Le 8 mars 2004, dans le cadre de la commémoration du 60ème anniversaire de la signature du programme du CNR (Conseil national de la Résistance), treize anciens résistants invitent les nouvelles générations, dans le texte « L’Appel du CNR1 », à s’emparer des idéaux de la Résistance afin de lutter contre le démantèlement progressif des politiques issues de la Libération. Plus récemment, en 2017, l’association Acrimed, spécialisée dans la critique des médias, estime qu’il faut s’appuyer sur le projet du CNR afin que la presse « bénéficie des transformations indispensables2 » pour s’affranchir des puissances financières. Ces revendications illustrent la vivacité de la mémoire des ordonnances de 1944 sur la presse, régulièrement mobilisée par les critiques du modèle journalistique dominant dans un contexte où la presse française connaît une crise globale, à la fois économique et éthique3. Paradoxalement, les établissements apparus à la Libération pour permettre le remplacement de la presse collaborationniste par celle issue de la Résistance sont largement méconnus des mémoires collectives. La Société nationale des entreprises de presse (SNEP) en est un exemple paradigmatique. En effet, cette entreprise fut créée par la loi du 11 mai 19464, pour organiser l’émergence de nouveaux journaux, surnommés la « presse libre », par l’attribution des biens nationalisés – en particulier les imprimeries – aux entreprises de presse. Mais elle portait en elle un projet bien plus vaste : construire un nouveau statut de la presse qui sortirait les journaux des logiques de marché. Si l’étude de la SNEP est fondamentale pour comprendre la restructuration de la presse à la Libération, elle est relativement ignorée de l’historiographie, puisqu’il n’existe aucun travail historique dédié à ce sujet.

  • 5 Voir notamment : Patrick Eveno, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révol (...)

2Cette étude s’intègre dans l’histoire de la presse et du livre, qui a connu un renouveau à partir des années 1980 grâce à de nombreux travaux5 ayant développé une approche culturelle de ces thématiques, permettant de mieux comprendre l’échec des tentatives de transformation de la presse à la Libération et la concentration des titres de presse au sein de grands groupes dans les années 1970. Cependant, ces recherches se concentrent en premier lieu sur les phénomènes d’« écriture » et de « lecture » en montrant comment les productions des journalistes et des écrivains participent à façonner une opinion publique. Elles s’intéressent aussi à la manière, à la fois quantitative et qualitative, dont les lecteurs consomment journaux et livres. Pour autant, ces études relèguent souvent en arrière-plan le monde de l’imprimerie – ce qui explique, en partie, l’absence de travaux sur un établissement comme la SNEP – alors que cette industrie est vitale pour la presse et le livre. De facto, elles témoignent relativement peu d’intérêt pour l’histoire des ouvriers du livre, catégorie socioprofessionnelle qui a, par ses luttes, tenté de sauvegarder l’héritage de la Résistance en combattant la mainmise des pouvoirs financiers sur les entreprises de presse et la désindustrialisation qui a frappé le secteur graphique à partir des années 1970.

  • 6 Cette étude se base principalement sur les fonds versés aux Archives nationales par la Société nati (...)

3L’histoire de la SNEP est utile pour comprendre l’échec de la transformation radicale de la presse voulue par la Résistance6. Il s’agit donc d’analyser la contradiction originelle de ce projet qui a provoqué le lent dépérissement, puis la disparition de cet établissement public de l’imprimerie : sortir la presse des logiques de marché sans pour autant rompre avec le régime de propriété lucrative qui domine la société. En outre, elle permet d’observer l’utilisation par l’État de cette entreprise et les difficultés de celle-ci face à la libéralisation des marchés et à l’apparition de la concurrence européenne.

Contre les « puissances d’argent » : réflexions et mesures de la Résistance sur la presse

  • 7 Claire Blandin, Christian Delporte, François Robinet, op. cit., p. 125.

4Le 22 juin 1940, l’armistice est signé suite à la terrible offensive allemande qui avait commencé en mai. L’ensemble de la presse française doit alors prendre position et décider de son destin. Certains journaux font le choix de se saborder. Ils sont à peine une dizaine à prendre cette initiative courageuse, à l’image de l’organe démocrate-chrétien L’Aube, ou du Populaire, journal de la SFIO7. La plupart des quotidiens nationaux, repliés en province, sont résignés et acceptent de subir les injonctions de l’occupant allemand, dont la victoire semble être une fatalité. Les Allemands cherchent à contrôler l’opinion française afin d’éviter que l’esprit de résistance ne se développe, et souhaitent que les quotidiens les plus populaires reviennent dans la capitale. Ils s’emparent des locaux de Paris-Soir, journal possédant le tirage le plus important à l’époque, qui reparaît le jour même de l’armistice. Quelques mois plus tard, c’est au tour du Petit Parisien de revenir dans la capitale, malgré les réserves de son dirigeant, Pierre Dupuy. D’autres quotidiens nationaux préfèrent s’installer dans ce qui correspond dorénavant à la zone Sud, comme Le Figaro ou Le Temps, qui s’établissent à Lyon. Quel que soit le choix géographique, ces journaux deviennent les instruments idéologiques des nouveaux dirigeants de la métropole. Dans la zone Nord, les titres parisiens obéissent au contrôle étroit des contenus par la Propaganda Abteilung, installée à l’hôtel Majestic sur les Champs-Élysées, et par l’ambassade allemande, dirigée par Otto Abetz.

  • 8 Selon la déclaration faite par Romain Roussel, directeur des services de presse et de censure, à Ly (...)
  • 9 Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos j (...)
  • 10 Ibid., p. 121.

5Au sein du territoire gouverné par Philippe Pétain, la presse connaît un destin similaire. Avec la création de l’Office français de l’information (OFI), le régime de Vichy transforme les journalistes en « auxiliaires du gouvernement8 », qui doivent diffuser des articles déjà rédigés à la gloire du Maréchal. Cependant, avec l’invasion de la zone Sud par la Wehrmacht le 11 novembre 1942, certains titres décident de stopper leur publication, comme Le Figaro ou Le Progrès. En interne, depuis l’ordonnance du 18 octobre 1940, toutes les directions de presse ont pour consigne d’aryaniser leur entreprise en excluant les employés juifs ou francs-maçons. Pour éviter le développement de scrupules ou de sentiments de culpabilité, les autorités allemandes augmentent considérablement les salaires dans la presse9. Être journaliste sous l’Occupation c’est donc s’assurer une position sociale bien meilleure que la majorité des Français. Mais l’opinion publique n’est pas dupe et la population tourne le dos à cette presse compromise, comme l’illustre l’effondrement du tirage de Paris-Soir, qui passe de 970 000 à 387 000 exemplaires entre décembre 1940 et novembre 194310.

  • 11 Claire Blandin, Christian Delporte, François Robinet, op. cit., p. 141.

6Dans sa lutte contre l’occupant, la Résistance sait que la lutte armée, pour être efficace, doit être accompagnée d’une bataille des consciences dont la presse est l’instrument principal. Certains groupes de résistants se construisent et s’organisent autour d’un titre clandestin. Des deux côtés de la ligne de démarcation, de nombreux journaux apparaissent, comme Pantagruel et Libération-Nord dans la zone Nord en octobre et décembre 1940, ou encore Libération-Sud – grâce à l’initiative de typographes du journal auvergnat La Montagne – et Combat dans la zone vichyste en juillet et décembre 1941. Le cas singulier de l’Humanité doit aussi être mis en exergue. Habitué à la diffusion clandestine depuis octobre 1939, l’organe de presse communiste devient fondamental pour la Résistance. Malgré le manque de matériel, du fait de la clandestinité, et la dangerosité de cette action pour ceux qui y participent, la presse résistante est un véritable succès. À titre d’exemple, Franc-Tireur passe d’un tirage de 15 000 exemplaires en 1942 à 120 000 à la fin de l’année 194311. En 1944, on compte près de 1 350 titres clandestins sur l’ensemble du territoire.

7Face au collaborationnisme massif de la presse officielle et à l’émulation démocratique portée par les journaux clandestins, les institutions structurées de la Résistance mènent une grande réflexion sur le devenir de la presse dans une future France libérée. Regroupées au sein du CNR à partir de 1943, les organisations résistantes estiment que ce dévoiement de la presse française n’est pas le résultat de la somme de dérives individuelles, mais un phénomène structurel causé par le poids des « puissances d’argent » sur les entreprises de presse. Différents groupes de réflexion sur la presse sont formés, comme la commission de la presse du Comité général d’études (CGE, appartenant au CNR) dirigée par Alexandre Parodi. La presse clandestine se regroupe autour de la Fédération nationale de la presse clandestine (FNPC), présidée par Albert Bayet (Franc-Tireur). Ces organismes produisent des rapports dont les conclusions sont similaires : pour permettre le développement d’une presse véritablement démocratique, celle-ci ne doit plus obéir aux logiques de marché. De ce point de vue, les observations faites par le CGE sont explicites :

  • 12 « Le problème de la presse », dans Les Cahiers politiques, revue du CGE, n° 4, novembre 1943, p. 10 (...)

« Il ne suffit pas, en effet, que les journaux patriotes puissent vivre, il faut qu’ils échappent à cette emprise de l’argent qui, après avoir pesé si lourdement sur la presse française, a joué un rôle odieux dans le recrutement de la Cinquième colonne et la préparation du coup de Bordeaux. […] Un journal ne doit pas être considéré comme une entreprise industrielle ou commerciale, il doit s’interdire de faire des bénéfices. »12

8Ainsi, quelques personnalités provenant de sensibilités politiques différentes (de la droite modérée jusqu’à la gauche communiste) souhaitent concomitamment instaurer une « révolution » dans le monde de la presse. Pour le comprendre, il faut bien saisir que ces réflexions ne sont pas uniquement la conséquence du collaborationnisme journalistique, bien que celui-ci en soit l’élément déclencheur, mais d’une analyse plus générale sur la dérive des journaux depuis la fin du 19e siècle.

  • 13 Le relatif succès du journal d’Édouard Drumont, La Libre parole, est emblématique de cette période (...)

9En effet, la presse de masse d’avant-guerre, dans sa quête de vente maximale, laissait une place de plus en plus importante au traitement des faits divers et aux rumeurs. Son opportunisme et sa dépolitisation avaient facilité le développement du discours antirépublicain et antisémite13. Sa collusion avec les milieux d’affaires était apparue au public à travers quelques scandales, comme l’affaire dite « du canal de Panama » en 1892 ou celle des emprunts russes révélée en 1923. Pour assainir la presse de ces « influences secrètes », la priorité était de se débarrasser de l’ancienne presse pour la remplacer par celle issue de la Résistance.

  • 14 Patrick Eveno, L’argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, CTHS, 2003, p. 1 (...)
  • 15 Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, op. cit., p. 152.

10L’ordonnance du 22 juin 1944, adoptée par le gouvernement provisoire à Alger, interdit les journaux parus après le 25 juin 1940 pour la zone Nord et ceux étant parus quinze jours au-delà du 11 novembre 1942 pour la zone Sud. Elle permet aussi la séquestration des biens de la presse collaborationniste, au profit des journaux résistants. Lors de l’insurrection parisienne, le 19 août 1944, les feuilles clandestines peuvent mettre en application ces mesures et les locaux de Paris-Soir et du Petit Parisien sont occupés par Ce Soir, Front national et l’Humanité. À mesure que la France se libère, la séquestration des biens de presse devient massive et permet aux journaux résistants de paraître au grand jour sur tout le territoire français. La gestion des imprimeries est alors mise sous la responsabilité de l’administration des Domaines et des commissaires de la République (préfets). Cependant, ces mesures ne s’appliquent pas à la presse spécialisée (confessionnelle, sportive, littéraire ou artistique) et n’ayant aucun caractère politique. L’extrême majorité des titres paraissant avant-guerre disparaissent : sur les 206 quotidiens de 1939, seulement 18 sont autorisés en 194414. Mais pour ce qui concerne les journalistes, l’épuration est beaucoup plus légère. En effet, sur 9 000 dossiers étudiés par la commission d’épuration, seulement 700 journalistes subissent une suspension, dont 90 % pour une durée inférieure à deux ans15.

La naissance de la SNEP : des premiers pas difficiles

11À la Libération, la situation sociale des Français est encore plus difficile que sous l’Occupation. L’appareil productif est en miettes et le gouvernement provisoire est obligé de maintenir des restrictions sur un grand nombre de biens de consommation. Le secteur de la presse est fortement touché par la pénurie de papier et les titres ne peuvent être imprimés que sur un recto-verso demi-format jusqu’en 1946. De plus, les dirigeants de la nouvelle presse, d’anciens résistants, ne possèdent généralement pas d’expérience dans la gestion d’une entreprise de presse. Dans les imprimeries, la productivité est plus faible que dans les pays anglo-saxons – en grande partie à cause de la vétusté du matériel – et les ouvriers du livre revendiquent des augmentations de salaires. Apparaît une contradiction majeure et génératrice de conflits : les journaux, pour assurer leur survie, souhaitent la baisse des coûts de production tandis que les directions des imprimeries augmentent les prix pour investir dans un nouveau matériel et répondre aux revendications salariales. Ce phénomène provoque la disparition de nombreux titres à l’échelle nationale. Le cas évocateur de l’imprimerie clermontoise Mont-Louis permet d’illustrer ce phénomène.

  • 16 Rapport du 28 décembre 1945, Arch. nat., F/41/1336, dossier « 1945 ».
  • 17 « Loi n° 46-994 du 11 mai 1946 portant transfert et dévolution de biens et d’éléments actifs d’entr (...)
  • 18 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 120.
  • 19 Georges Lyon-Caen, L’application de la loi du 11 mai 1946 sur la dévolution des biens des entrepris (...)

12Ancienne propriété de Pierre Laval, elle est occupée dès le 28 août 1944 par des FTP qui font paraître L’Éclair et La Nation. En janvier 1945, ces deux journaux se retrouvent dans l’impossibilité de payer l’augmentation des tarifs demandés par l’imprimerie et, malgré quelques protestations auprès des autorités locales et du gouvernement, ils disparaissent quelque temps plus tard. Selon un rapport de la Direction régionale de l’information de Clermont-Ferrand, cette situation s’explique par l’incapacité pour ces nouveaux titres de se fondre dans l’économie capitaliste : « Leur appliquer d’emblée les règles du droit commercial, comme l’ont voulu les séquestres, c’était forcément les condamner16 ». Pour dépasser ces difficultés, le gouvernement provisoire envisage donc la création d’un établissement national capable de gérer provisoirement ces imprimeries séquestrées. C’est une figure montante de la SFIO, Gaston Defferre, qui, en tant que nouveau secrétaire d’État à l’Information depuis janvier 1946, prend ce dossier en main. Ancien résistant et dirigeant du journal Le Provençal, il souhaite faire aboutir le projet de nationalisation des imprimeries. Par son impulsion, la loi du 11 mai 194617 crée la Société nationale des entreprises de presse (SNEP). Dans les coulisses de l’Assemblée nationale, la bataille parlementaire fut rude à cause de l’opposition des radicaux, particulièrement inquiets pour le sort de leurs titres régionaux, et d’une partie du MRP ayant peur que ces nationalisations ne se transforment en « spoliations18 ». L’appropriation par l’État de ces imprimeries se faisait par un processus juridique complexe : le transfert devait passer par l’inscription sur une liste, au cas par cas, des entreprises visées par le décret du ministère de l’Information. Il était ensuite suivi d’un arrêté qui détaillait l’ensemble des biens compris dans cette cession. Ces sociétés graphiques étaient gérées par la SNEP et louées par l’ensemble de la nouvelle presse. Selon le juriste Gérard Lyon-Caen, cette loi procède d’une forme de nationalisation très spécifique19. En effet, elle n’était pas une « sanction » pour des faits de collaborationnisme, contrairement aux usines Renault par exemple, car elle visait l’ensemble des imprimeries. Mais elle n’avait pas vocation non plus à devenir un monopole étatique d’une branche de l’économie, à l’image de la création d’EDF. Il s’agissait d’une mission provisoire de gestion publique, en attendant l’adoption d’une réforme sur le statut de la presse et la répartition des biens de presse auprès de ces nouveaux journaux. Les anciens propriétaires de ces imprimeries sont indemnisés par l’État, à la condition qu’ils soient reconnus comme actionnaires de « bonne foi » par la justice, c’est-à-dire non reconnus coupables de collaboration avec Vichy ou l’Allemagne.

  • 20 Jean Schwœbel, La Presse, le pouvoir et l’argent, Paris, Seuil, 1968 (éd. 2018), p. 101.

13Entre 1946 et 1949 émergent plusieurs projets sur le nouveau statut de la presse. Parmi eux, le premier à paraître est proposé par Gaston Defferre lui-même, en mars 1946. Cette mesure vise à transformer les entreprises de presse en « société(s) anonyme(s) à participation ouvrière » en reversant un tiers du capital social aux salariés des journaux, leur assurant a minima un pouvoir de contrôle sur l’orientation de leur outil de travail. Une deuxième proposition est réalisée par la Fédération nationale de la presse française (FNPF, organisation patronale de la presse), dirigée par Albert Bayet, en novembre 1946. Elle suggère que la majorité du capital social soit détenue par l’équipe de rédaction du journal, ce qui lui confère un droit de veto en assemblée des actionnaires. Elle donnerait un pouvoir important aux journalistes sur la gestion de leur entreprise, en excluant cependant de cette gouvernance les autres salariés, en particulier les ouvriers du livre. Néanmoins, aucun de ces projets ne sera étudié ni voté par l’Assemblée nationale20. Les raisons de l’abandon d’une promesse fondamentale et substantielle de la Résistance sont multiples. D’une part, l’adoption du plan Marshall et le départ des ministres communistes en 1947 avaient provoqué une réorientation des politiques gouvernementales vers un retour progressif au libéralisme économique. De manière plus spécifique, une partie des directeurs de la nouvelle presse dont le succès était assuré, comme France-Soir ou Le Parisien libéré, ne trouvaient plus aucun intérêt à provoquer une « révolution » sur le fonctionnement économique d’un journal.

  • 21 Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, op. cit., p. 167.
  • 22 Madeleine Rebérioux, Les Ouvriers du livre et leur fédération. Un centenaire, 1881-1981, Paris, Tem (...)

14La présidence de la SNEP est confiée à un ancien résistant socialiste et dirigeant historique de la LICRA, Jean Pierre-Bloch. Il se trouve à la tête d’un ensemble d’imprimeries, au matériel délabré et dont le nombre évolue en fonction de la volonté gouvernementale. À cette situation initiale handicapante s’ajoute la crise importante de la presse parisienne, dont le tirage passe de 6 à 4,5 millions entre 1946 et 194821. Dès sa première année, la SNEP connaît un déficit atteignant 560 millions d’anciens francs. Jean Pierre-Bloch décide de recourir à la fermeture d’imprimeries, comme celle du Petit Parisien, et à des licenciements importants. Cependant, la SNEP doit affronter la colère des ouvriers du livre, organisés souvent dans la puissante Fédération française des travailleurs du livre (CGT-FFTL). Dès l’adoption de la loi du 11 mai 1946, les travailleurs syndiqués des imprimeries montrent un fort scepticisme à l’égard de la SNEP, préférant une véritable socialisation à des nationalisations provisoires. Avec cet établissement national, ils ont peur que le rapport de force soit défavorable lors de négociations. Au moment du congrès de la FFTL, en 1949, un salarié de l’imprimerie Mont-Louis exprime clairement cette crainte : « Actuellement, les journaux ont changé de propriétaires. Ils sont sous le contrôle de la SNEP, c’est-à-dire de l’État, et sur le plan local nous avons, de ce fait, perdu nos possibilités22 ». En outre, la FFTL est sans doute la fédération de la CGT qui s’intègre le moins dans le consensus autour de la « bataille de la production ». Dès la fin 1946, des négociations ont débuté avec la direction de la SNEP pour l’augmentation des salaires. Face à l’intransigeance de Jean Pierre-Bloch, les ouvriers du livre prononcent un arrêt du travail à partir du 13 février 1947, qui se prolonge jusqu’au 13 mars, après avoir obtenu la revalorisation de 13 % de leurs salaires. Mais ce conflit social entraîne un nouvel alourdissement des tarifs des imprimeries, provoquant la colère de la FNPF. La SNEP devient un facteur de tensions entre directeurs de journaux et ouvriers du livre.

  • 23 « Note sur l’application de la loi du 11 mai 1946 », 12 juillet 1951, Arch. nat., F/41 BIS 03476.

15En plus de ces crises conjoncturelles, la SNEP doit affronter le désintérêt progressif du gouvernement quant à l’application de la loi du 11 mai 1946. Les premières nationalisations d’imprimeries sont le résultat de nécessités stratégiques, mais aussi symboliques : la presse clandestine avait un besoin vital de matériel pour paraître et seules les imprimeries des plus importants anciens journaux, dont le collaborationnisme n’était plus à démontrer, pouvaient le leur apporter. Mais à partir de 1947, l’État a ralenti considérablement les nationalisations. Les condamnations des imprimeurs pour faits de collaboration, qui étaient déjà faibles, deviennent quasi-inexistantes. Selon le service des séquestres d’imprimeries, 226 entreprises ont été transmises à la SNEP en juillet 1951, dont la plus grande partie se situe en région parisienne, tandis que près de 1060 ne le furent jamais malgré leur inscription sur la liste des transferts par décret23. Cet établissement se retrouve ainsi dans une situation précaire légalement et politiquement, à cause de l’abandon du projet du statut de la presse, de son impopularité dans le monde de la presse et de l’indifférence du gouvernement.

Le dévoiement de la SNEP

  • 24 « Note sur les opérations de liquidation », 31 décembre 1957, Arch. nat., F/41 BIS 03477.
  • 25 Pierre Albert, Histoire de la presse, Paris, Presses universitaires de France, 1970 (éd. 2003), p.  (...)

16À partir des années 1950, la France entre dans un processus de libéralisation marqué par l’apparition du CECA et les débuts du marché commun européen, remettant en cause les politiques mises en place à la Libération. Dans ce contexte, la SNEP est une machine à l’arrêt, sans perspectives claires. En 1953, le gouvernement charge Roland De Moustier, député de la droite libérale, de conduire une loi modifiant la loi du 11 mai 1946. En désaccord avec ce projet, Jean Pierre-Bloch démissionne de sa fonction de président de la SNEP ; il est remplacé par un haut fonctionnaire, Jean Mottin, en 1955. Après un an d’élaboration au sein de la Commission de la presse, la nouvelle loi est définitivement promulguée le 2 août 1954 par l’Assemblée nationale. Cette mesure demande à l’établissement public des imprimeries de liquider une très large majorité de son patrimoine, en attribuant ses biens de presse aux journaux qui les exploitent, et d’assurer le paiement des indemnités des anciens propriétaires de ces entreprises s’ils sont déclarés actionnaires de « bonne foi » par la justice. En 1957, près de 117 attributions ont lieu et 235 contrats sont signés avec les nouveaux propriétaires, leur permettant de jouir de plein droit de ces biens24. Les imprimeries qui ne trouvent pas de repreneur doivent être fusionnées pour former un secteur public de l’impression durable. Au final, la répartition d’une grande partie du patrimoine de la SNEP rapporte 830 millions de francs à l’État et permet aussi d’apporter un relatif équilibre dans le marché de la presse par une stabilisation du nombre de titres et du prix de vente des journaux25.

17Officiellement, cette loi permet à la SNEP de sortir de son insécurité statutaire, mais en réalité c’est une totale transgression du projet initial tel que l’avaient porté les comités clandestins de la presse. Le dédommagement des anciens propriétaires constitue, par ailleurs, une autre expression du dévoiement des volontés de la Résistance. Comme nous l’avons fait remarquer auparavant, beaucoup de directeurs d’entreprise de presse n’ont pas été condamnés malgré leurs activités pendant l’Occupation. Ils ont pu ainsi toucher des versements de la part de la SNEP, comme le prévoyait la loi De Moustier. L’exemple le plus emblématique concerne encore l’imprimerie Mont-Louis : en juin 1953, Jeanne Claussat, veuve de Pierre Laval, est reconnue comme actionnaire légitime de cette entreprise par le tribunal de Clermont-Ferrand. Malgré le pourvoi formé par Jean Mottin en 1958, cette décision est confirmée par la Cour de cassation. Après avoir consulté et obtenu l’accord du général De Gaulle, le gouvernement ordonne à la SNEP d’indemniser, pour 100 millions d’anciens francs, le couple de Josée Laval et René De Chambrun, conseiller le plus proche de Pierre Laval sous le régime de Vichy.

  • 26 Les sept imprimeries possédées : deux à Lyon, une à Clermont-Ferrand, une à Alger, une à Marseille, (...)

18À la suite de ce processus de liquidation, la SNEP ne possède plus qu’une douzaine d’imprimeries. Parmi elles, sept sont de sa propriété directe et cinq sont louées par ses services26. La sauvegarde de ces entreprises au sein du secteur public refondé cache en réalité des motivations purement politiques. L’utilisation de cet établissement pour servir les intérêts gouvernementaux se révèle particulièrement en 1959 lorsque, à l’initiative du ministre des Finances, Antoine Pinay, une ordonnance prescrit la mise en liquidation totale de la SNEP pour l’année 1960. L’objectif est de répondre à l’accentuation des politiques libérales depuis le retour de De Gaulle au pouvoir. Mais cette décision reçoit l’opposition farouche des autres ministres. Les débats se focalisent sur deux entreprises dont le maintien au sein du secteur public semble être d’un intérêt vital pour les besoins de l’État : l’imprimerie d’Alger et celle de la rue Poissonnière à Paris.

  • 27 Henri Alleg, Mémoire algérienne, Paris, Stock, 2005, p. 195.
  • 28 Rapport de Jean Mottin, février 1959, Arch. nat., F/41 BIS 03477.

19Depuis 1946, la SNEP possède les anciens biens du journal La Dépêche algérienne, condamné pour collaborationnisme, se situant boulevard Laferrière à Alger. Ces locaux accueillent Le Journal d’Alger, titre modéré et proche du gouvernement parisien, et Alger républicain, journal de gauche qui se rapproche de la cause indépendantiste à partir des années 1950. Sous la direction d’Henri Alleg, militant du Parti communiste algérien (PCA), le journal anticolonialiste subit les foudres de la censure et finit par être interdit en septembre 1955 par un décret visant les titres communistes algériens. Les ouvriers de l’imprimerie expriment leur solidarité contre l’exclusion d’Alger républicain de leur atelier, mais lorsqu’un attentat à la bombe est perpétré en juillet 1956 par des ultras de l’Algérie française, ils tournent le dos à Henri Alleg et ses camarades par peur des représailles. Débarrassée de ce « sale canard27 », la succursale de la SNEP permet la diffusion du Bled, un hebdomadaire dirigé par l’état-major à destination des soldats français. L’imprimerie d’Alger devient alors un instrument de promotion pour la politique gouvernementale pendant la guerre d’Algérie et sa perte ne pourra se faire qu’au détriment des intérêts du pouvoir central, comme l’explique Jean Mottin : « Le problème est de savoir, sur le plan politique, si l’abandon de cette imprimerie peut se faire sans inconvénient grave pour l’État qui perdra un puissant moyen de propagande28 ».

  • 29 « Note sur la SNEP », 1960, Arch. nat., F/41 BIS 03477.

20En Métropole, la situation est tout aussi explosive, en particulier depuis le putsch d’Alger par les généraux Salan et Massu en mai 1958. Par peur de voir un coup d’État militaire se produire également sur le territoire hexagonal, le PCF et la CGT manifestent leur volonté de lutter contre une dérive « fasciste » par les moyens qui sont les leurs. De son côté, le jeune pouvoir gaulliste pense que la situation extraordinaire pourrait être à l’origine d’une insurrection communiste. La SNEP dispose contractuellement en son sein de l’imprimerie Poissonnière de Paris où sont installés les principaux journaux communistes, dont l’Humanité. En outre, selon la loi De Moustier, en cas de liquidation, l’établissement public doit vendre en priorité une imprimerie en sa possession à la société qui l’exploite, en l’occurrence le PCF. Pour le gouvernement, la perte de cette entreprise ne peut être qu’un élément encourageant l’émergence d’un soulèvement révolutionnaire : « Le Parti communiste disposerait sans contrôle d’un point d’appui qui, avec son siège central rue de Châteaudun, lui permettrait de paralyser et couper le centre de Paris29 ». D’une manière plus générale, la loi du 2 août 1954 est justifiée par l’anticommunisme gouvernemental, qui vise à marginaliser l’expression publique du PCF, et non par la volonté de développer le secteur public de l’impression :

  • 30 Note du ministère de l’Information, 1960, Arch. nat., F/41 BIS 03476.

« Le secteur [public] a été créé [en 1954] pour des raisons de doctrines et d’opportunités politiques. (…) En opportunité, il s’agissait de ne pas attribuer à la presse communiste un trop grand nombre d’imprimeries. La presse communiste a bénéficié d’un certain nombre d’entreprises d’importance secondaire ou placées géographiquement dans des secteurs peu dangereux. » 30

  • 31 La SNEI possédait des imprimeries en Côte d’Ivoire, au Sénégal, à Madagascar, au Niger et au Gabon.

21Pour ces raisons, l’ordonnance du 15 juin 1960 met fin à sa liquidation. La même année, la SNEP crée une filiale internationale, la Société nationale des éditions industrielles (SNEI), à la demande du gouvernement, par le rachat de plusieurs imprimeries dans certains États africains31. Cette entreprise doit permettre de garantir des débouchés économiques pour le secteur privé, grâce à l’impression de L’Annuaire industriel, et de maintenir une influence politique de la France dans ses ex-colonies africaines. Dans une perspective historique, la loi De Moustier porte un bilan très lourd pour l’évolution de la SNEP : d’un établissement provisoire devant favoriser l’émergence d’un statut « révolutionnaire » de la presse, elle la transforme au contraire en moyen de promotion gouvernemental dans le cadre des conflits coloniaux et postcoloniaux, et en un outil de contrôle répondant aux enjeux de la guerre froide.

Une SNEP désarmée face à la crise du secteur graphique

22La vente massive du patrimoine de la SNEP permet à cette société de profiter d’un relatif dynamisme économique au début des années 1960, avec un bénéfice qui approche les 100 millions d’anciens francs. L’arrivée d’Alain Peyrefitte à la tête du ministère de l’Information en 1962 est à l’origine d’une évolution dans la politique gouvernementale en direction des médias. Son dessein est de permettre un contrôle plus étroit, mais plus discret, de l’information par le pouvoir. Il comprend l’utilité d’un établissement comme la SNEP pour faciliter la construction de liens organiques entre l’État et la presse. Le jeune ministre gaulliste favorise les capacités d’investissement du secteur public afin de répondre à la demande des directeurs de journaux, très intéressés par les perspectives commerciales en Afrique offertes par la SNEI. Dans une brochure sur les activités de la SNEP, produite par le ministère de l’Information, Pierre Archambault, président de la Confédération de la presse française (CPF, organisation patronale), écrit :

  • 32 Brochure sur la SNEP, 1962, p. 27, Arch. nat., F/41 BIS 03476.

« La SNEP a étendu son rayonnement hors de France, allant porter sa considérable expérience des techniques de la presse et de l’imprimerie aux jeunes États d’Afrique et de Madagascar. Depuis la réorganisation de la presse française jusqu’au développement de la presse africaine, (…) la SNEP est décidément toujours tournée vers l’avenir. »32

23L’opinion générale du patronat de la presse est alors très favorable à l’égard du secteur public. Mais la nationalisation en 1968 de l’imprimerie Paul Dupont de Clichy (Hauts-de-Seine), qui risquait de déposer le bilan, est vécue comme une véritable agression par la Fédération française des syndicats patronaux de l’imprimerie et de l’industrie graphique (FFSPIIG, membre du CPF), qui souhaite la disparition de cette « concurrence anormale » de la part de l’État. Pour rassurer le patronat du secteur graphique, la loi portée en 1971 par le député UDR de la Marne, Jean Taittinger, interdit à la SNEP de s’approprier de nouvelles imprimeries. C’est donc avec un patrimoine réduit à deux principales filiales métropolitaines, les imprimeries Paul Dupont et Mont-Louis, que le secteur public, désarmé, doit affronter la crise économique des années 1970 et la concurrence européenne.

  • 33 Madeleine Rebérioux, « Les ouvriers du livre devant l’innovation technologique. Esquisse d’une réfl (...)
  • 34 Marc Norguez, « Le syndicalisme du Livre dans les années 1970-1990 », dans Sophie Béroud, Élyane Br (...)

24Le choc pétrolier de 1973 et la crise économique qui lui succède deviennent une opportunité pour le gouvernement de construire la « société libérale avancée », telle que l’avait formulé Valéry Giscard d’Estaing après son élection en 1974. Ces conjonctures défavorables accentuent la baisse du tirage global des quotidiens (nationaux et régionaux) et provoquent des difficultés croissantes dans les imprimeries de presse. Dans le même temps, le succès important de la presse magazine, depuis les années 1960, favorise la délocalisation d’une partie de la production graphique vers d’autres pays européens, grâce à son caractère « périodique ». En effet, les imprimeurs italiens, belges et surtout allemands offrent aux éditeurs des facturations inférieures de 20 à 30 % par rapport à la France. De plus, le secteur graphique français enregistre un lourd retard dans l’investissement sur les technologies, alors que les concurrents européens se sont accommodés des nouveaux procédés offset depuis les années 195033. Le transfert de la production à l’étranger conduit, dans le milieu du « labeur » (production de livres et de périodiques), à de vastes plans sociaux et à la fermeture de nombreuses imprimeries, comme les sites du groupe Néogravure à Issy-les-Moulineaux ou celle du Chaix à Saint-Ouen34. Le patronat de la presse quotidienne profite de la situation pour remettre en cause les conventions collectives très favorables aux ouvriers du livre, que la FFTL avait conquises depuis le début du 20e siècle. Le conflit au sein du Parisien libéré entre 1975 et 1977 est particulièrement emblématique de cette situation où les travailleurs-imprimeurs ont lutté contre le « putsch d’Amaury » – du nom du dirigeant du journal, Émilien Amaury – qui souhaitait briser le monopole de la CGT sur ces imprimeries. Le gouvernement soutient et accompagne cette offensive du patronat dans le secteur graphique. En 1975, le haut fonctionnaire et ancien ministre de l’Information (1973-1974), Jean-Philippe Lecat, produit un rapport pour augmenter la compétitivité des imprimeries françaises. L’application de ce plan permet une augmentation de 15 % de la productivité dans le labeur en 1976, mais au prix de 15 000 suppressions d’emplois.

  • 35 Rapport de Robert Bine, 9 janvier 1984, archives personnelles de Maurice Fradier, dossier « Mont-Lo (...)
  • 36 Mathieu Fulla, « Quand Pierre Mauroy résistait avec rigueur au “néolibéralisme” (1981-1984) », dans (...)
  • 37 Sur le retour conquérant de l’idéologie libérale dans les domaines culturel et intellectuel à parti (...)
  • 38 « Décision de fermeture de l’imprimerie Paul Dupont », Le Monde, 19 avril 1987 ; disponible sur <ht (...)

25Dans ce contexte ultraconcurrentiel, les filiales de la SNEP entrent dans un déficit chronique. En 1976, l’imprimerie Mont-Louis connaît une perte de cinq millions de francs et son directeur, Jean-Jacques Agapit, décide de lancer plusieurs plans de dégraissage progressif de la masse salariale. Emmenés par Maurice Fradier, délégué syndical de la CGT-FFTL, les travailleurs de Mont-Louis lancent plusieurs journées de grève ; mais elles n’empêchent pas l’application des plans sociaux et l’imprimerie passe de 562 à 260 salariés entre 1976 et 1980. L’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 et la promesse d’une relance généralisée de la consommation donnent espoir aux ouvriers de la SNEP, qui croient encore à un réinvestissement de l’État dans le secteur public. Cependant, une rencontre entre la délégation de la FFTL et le ministère de l’Industrie, en octobre 1981, refroidit les illusions de ces salariés malgré que le fait que les perspectives économiques pour la SNEP n’étaient pas inexistantes. En janvier 1984, Robert Bine, cadre de la SNEP, produit un rapport montrant que 50 % de la production de périodiques importée pouvaient être rapatriés en France35. Cette mesure permettrait de créer potentiellement 17 000 emplois dans le secteur graphique. Mais elle conduirait à remettre en cause les logiques du marché commun européen, ce qui ne correspondait pas à la politique du gouvernement socialiste, qui s’inscrivait dans la perspective de « rigueur » économique et sociale depuis 198236. L’évolution des paradigmes politiques et l’hégémonie libérale qui domine le monde occidental dans les années 198037 font d’un établissement public comme la SNEP un objet anachronique sans perspectives d’avenir. En 1984, sur décision du ministère de l’Industrie, l’imprimerie Mont-Louis ferme ses portes. Pour protester contre cette délibération, Maurice Fradier et vingt-deux de ses camarades occupent l’usine dans l’objectif de négocier un projet de reprise de l’entreprise. Ils ne trouvent aucun repreneur privé et en 1986 ils sont obligés de quitter les lieux. De son côté, l’imprimerie Paul Dupont connaît des difficultés financières semblables, avec un déficit cumulé de 224 millions de francs entre 1980 et 198638. Elle disparaît en 1987. La SNEP est définitivement liquidée en 1992, suite à l’adoption de la loi de finances de décembre 1991 portée par Édith Cresson, Première ministre de l’époque.

26Au-delà du drame social que constitue la perte de ces imprimeries, en particulier pour ses salariés, la liquidation de la SNEP représente aussi la disparition d’un patrimoine historique et d’un idéal politique : celui formulé par certains groupes de la Résistance de voir apparaître une presse libérée des « puissances d’argent ». Le programme de cet établissement public comportait des fragilités, car il a été pensé en premier lieu par des juristes et des journalistes au sein des comités clandestins sur la presse, qui n’ont pas perçu la complexité technique de la gestion d’un secteur public de l’impression. Mais la SNEP a surtout souffert des ambiguïtés originelles de ce projet sur son rapport avec les logiques de marché. L’histoire de cette entreprise permet d’entrevoir un questionnement qui reste en suspens : quel statut pour la presse dans un régime démocratique en France ?

Haut de page

Notes

1 Ce texte est signé par Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant et Maurice Voutey. Une version filmée fut produite par le collectif « Alternatives : images ! » et disponible sur <https://www.youtube.com/watch?v=vrA9zvqXW-I>, mis en ligne le 15 mars 2007.

2 Jérémie Fabre et Jean Pérès, « Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse et de leur destin », Acrimed ; disponible sur <https://www.acrimed.org/Petite-histoire-des-ordonnances-de-1944-sur-la>, mis en ligne le 26 juin 2017.

3 Ces crises s’expriment à la fois par la baisse constante du tirage des quotidiens depuis les années 1950 et par la défiance croissante des Français vis-à-vis du traitement de l’information ; voir le 33ème baromètre de confiance dans les médias réalisé par Kantar pour La Croix en 2020  : <https://fr.kantar.com/m%C3%A9dias/digital/2020/barometre-2020-de-la-confiance-des-francais-dans-les-media/>, mis en ligne le 15 janvier 2020.

4 « Loi n° 46-994 du 11 mai 1946 portant transfert et dévolution de biens et d’éléments actifs d’entreprises de presse et d’information ».

5 Voir notamment : Patrick Eveno, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Flammarion, 2012 ; Claire Blandin, Christian Delporte, François Robinet, Histoire de la presse en France, XXe-XXIe siècles, Paris, Armand Colin, 2016 ; Jean-Yves Mollier, L’Âge d’or de la corruption parlementaire, 1930-1980, Paris, Perrin, 2018 ; Jacques Cantier, Lire sous l’Occupation. Livres, lecteurs, lectures, 1939-1944, Paris, CNRS Éditions, 2018.

6 Cette étude se base principalement sur les fonds versés aux Archives nationales par la Société nationale des entreprises de presse, 19771612, 19900058 (ancienne cote 7AR).

7 Claire Blandin, Christian Delporte, François Robinet, op. cit., p. 125.

8 Selon la déclaration faite par Romain Roussel, directeur des services de presse et de censure, à Lyon en 1942, citée par Claire Blandin, Christian Delporte, François Robinet, op. cit., p. 129.

9 Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion, 2003, p. 124.

10 Ibid., p. 121.

11 Claire Blandin, Christian Delporte, François Robinet, op. cit., p. 141.

12 « Le problème de la presse », dans Les Cahiers politiques, revue du CGE, n° 4, novembre 1943, p. 10 ; BNF, Gallica, disponible sur <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k884301z?rk=85837;2>.

13 Le relatif succès du journal d’Édouard Drumont, La Libre parole, est emblématique de cette période où scandales et propos injurieux sont des éléments intégrés dans l’univers journalistique quotidien sous la IIIRépublique ; voir : Gérard Noiriel, Le Venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République, Paris, La Découverte, 2019.

14 Patrick Eveno, L’argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, CTHS, 2003, p. 126.

15 Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, op. cit., p. 152.

16 Rapport du 28 décembre 1945, Arch. nat., F/41/1336, dossier « 1945 ».

17 « Loi n° 46-994 du 11 mai 1946 portant transfert et dévolution de biens et d’éléments actifs d’entreprises de presse et d’information ».

18 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 120.

19 Georges Lyon-Caen, L’application de la loi du 11 mai 1946 sur la dévolution des biens des entreprises de presse, Imprimerie Châteaudun, Paris, 1950.

20 Jean Schwœbel, La Presse, le pouvoir et l’argent, Paris, Seuil, 1968 (éd. 2018), p. 101.

21 Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, op. cit., p. 167.

22 Madeleine Rebérioux, Les Ouvriers du livre et leur fédération. Un centenaire, 1881-1981, Paris, Temps Actuels, 1981, p. 175.

23 « Note sur l’application de la loi du 11 mai 1946 », 12 juillet 1951, Arch. nat., F/41 BIS 03476.

24 « Note sur les opérations de liquidation », 31 décembre 1957, Arch. nat., F/41 BIS 03477.

25 Pierre Albert, Histoire de la presse, Paris, Presses universitaires de France, 1970 (éd. 2003), p. 122.

26 Les sept imprimeries possédées : deux à Lyon, une à Clermont-Ferrand, une à Alger, une à Marseille, une à Belley et une à Montbrison ; les cinq louées : Paris, Domfront, Vervins, Cambrai et Châteauroux.

27 Henri Alleg, Mémoire algérienne, Paris, Stock, 2005, p. 195.

28 Rapport de Jean Mottin, février 1959, Arch. nat., F/41 BIS 03477.

29 « Note sur la SNEP », 1960, Arch. nat., F/41 BIS 03477.

30 Note du ministère de l’Information, 1960, Arch. nat., F/41 BIS 03476.

31 La SNEI possédait des imprimeries en Côte d’Ivoire, au Sénégal, à Madagascar, au Niger et au Gabon.

32 Brochure sur la SNEP, 1962, p. 27, Arch. nat., F/41 BIS 03476.

33 Madeleine Rebérioux, « Les ouvriers du livre devant l’innovation technologique. Esquisse d’une réflexion », dans Histoire, économie et société, n° 2, 1986, p. 223-231.

34 Marc Norguez, « Le syndicalisme du Livre dans les années 1970-1990 », dans Sophie Béroud, Élyane Bressol, Jérôme Pelisse, Michel Pigenet (dir.), La CGT (1975-1995), un syndicalisme à l’épreuve des crises, Éditions Arbre bleu, Nancy, 2019, p. 460.

35 Rapport de Robert Bine, 9 janvier 1984, archives personnelles de Maurice Fradier, dossier « Mont-Louis 1985 ».

36 Mathieu Fulla, « Quand Pierre Mauroy résistait avec rigueur au “néolibéralisme” (1981-1984) », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 138, 2018, p. 49-63.

37 Sur le retour conquérant de l’idéologie libérale dans les domaines culturel et intellectuel à partir des années 1980, voir Mathias Bernard, Les Années Mitterrand. Du changement socialiste au tournant libéral, Paris, Belin, 2015.

38 « Décision de fermeture de l’imprimerie Paul Dupont », Le Monde, 19 avril 1987 ; disponible sur <https://www.lemonde.fr/archives/article/1987/04/19/decision-de-fermeture-de-l-imprimerie-paul-dupont_4052305_1819218.html>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Giron, « La SNEP : une entreprise publique de l’imprimerie (1944-1992) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147 | 2020, 97-112.

Référence électronique

Baptiste Giron, « La SNEP : une entreprise publique de l’imprimerie (1944-1992) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15258

Haut de page

Auteur

Baptiste Giron

Doctorant en histoire contemporaine, laboratoire Centre d’histoire « Espaces et cultures » (CHEC), Université Clermont-Auvergne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search