Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147MÉTIERSAux sources de l'histoireCommémorer le congrès de Tours : ...

MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Commémorer le congrès de Tours : quels enjeux politiques et historiographiques ?

Débat organisé en visioconférence le 17 octobre 2020 par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique et animé par Annie Burger-Roussennac, Anne Jollet et Pascal Guillot.
Avec la participation des historiens Gilles Candar, Frédérick Genevée, Jacques Girault et Jean-Louis Robert
p. 115-148

Résumé

congress, Tours, PCF, SFIO, remembrance, commemoration, publications

Haut de page

Texte intégral

1Anne Jollet :

  • 1 Parmi d’autres initiatives, mentionnons le colloque international qui devait se tenir à Tours à l’i (...)
  • 2 Roger Martelli, « Le congrès fondateur : mémoire et identité », dans Véronique Fau-Vincenti, Frédér (...)
  • 3 Références dans les synthèses récentes : Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le Parti roug (...)

2Octobre 2020. La date du centième anniversaire du congrès de Tours est dans les têtes. Ce congrès, qui a mis en 1920 un terme à la fragile unité des courants socialistes en France au sein de la SFIO, va devenir pour le mouvement communiste le grand moment de naissance d’un projet révolutionnaire renouvelé. De nombreuses initiatives devaient avoir lieu autour de l’événement cet automne 2020. Certaines sont repoussées, d’autres se dérouleront en visioconférence1. L’idée de ce débat est de revenir sur l’enjeu des commémorations de l’événement. Comme l’évoque Roger Martelli dans le dernier chapitre du livre récent que présentera ici Frédérick Genevée, pour chaque parti communiste, à l’échelle du globe, le retour sur le moment fondateur a toujours été une façon de dire son existence, sa fonction politique au présent2. L’anniversaire de la création est une occasion d’expression politique pour le parti lui-même comme pour ses adversaires et pour les observateurs. L’occasion aussi de saluer les partis amis et de témoigner de solidarités internationales. Sur ce vaste objet d’histoire, entre membres du comité de rédaction, plus modestement, nous avons partagé nos interrogations sur les différences entre la commémoration de 1980, bien connue des historiens à travers ses publications importantes, et celle d’aujourd’hui, celle de cet étrange centenaire, marqué par un confinement sanitaire qui interdit les rassemblements et les amples manifestations publiques. Il est trop tôt bien sûr pour faire l’analyse des formes d’un centenaire dont la commémoration est en cours et qui s’étendra largement sur 2021. Bien des séminaires, des publications vont se déployer dans les mois qui viennent, si les conditions sanitaires permettent les rencontres. Il s’agit donc ici d’ouvrir le débat par l’histoire, en rapprochant des historiens qui ont marqué par leurs publications l’anniversaire de 1980, qui ont beaucoup travaillé depuis et qui sont toujours actifs, Jacques Girault et Jean-Louis Robert, et des historiens plus particulièrement engagés dans la commémoration de 2020, Frédérick Genevée et Gilles Candar. Des historien·nes de la rédaction des Cahiers d’histoire, Annie Burger-Roussennac et Pascal Guillot, vont coordonner la table ronde. Celle-ci est uniquement masculine. C’est à la fois le reflet du champ d’étude, l’histoire politique, qui a été pendant longtemps très masculine, en France, fortement associé à des comportements sociaux eux-mêmes très masculins, même si le Parti communisme présente la particularité d’avoir toujours mis dans ses préoccupations ce que l’on appelle aujourd’hui les appartenances de genre, a eu plus d’adhérentes et a promu plus de femmes que les autres partis à des postes de responsabilité3. Bien des historiennes auraient pu être présentes, et les échanges évoqueront, c’est sûr, les analyses structurantes aussi bien d’Annie Kriegel que de Danielle Tartakowsky. Une prochaine table ronde fera sa juste place aux historiennes. La parole est à nos collègues historiens que je remercie d’avoir accepté avec beaucoup de cordialité de participer à ces échanges qui seront enregistrés et publiés dans le prochain numéro des Cahiers d’histoire.

3Annie Burger-Roussennac :

  • 4 Office universitaire de recherche socialiste, créé par Guy Mollet en 1969 dans le contexte de la di (...)

4Gilles Candar, remontons un peu le temps. Vous avez participé le 29 août dernier à une commémoration du congrès de Tours, dans le cadre de l’OURS4. Quelles étaient vos ambitions pour cette journée d’étude ?

5Gilles Candar :

  • 5 Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, « À quoi sert un congrès politique ? Le congrès de (...)
  • 6 Exposition « Aux alentours du congrès de Tours, 1914-1924) », musée de l’Histoire vivante, 93-Montr (...)
  • 7 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours, op. cit(...)

6J’ai l’impression que le temps de grandes commémorations prises en charge par les partis politiques est révolu. Je me souviens de la commémoration de 1980, où il y avait Lionel Jospin et Georges Marchais à la télévision, les directions politiques prenaient les choses en main ou les inspiraient. Aujourd’hui, il me semble que ce sont plutôt des revues ou des structures universitaires, des centres de recherche qui s’y intéressent. De toute façon, le Parti socialiste comme le Parti communiste pèsent moins dans la vie politique, et on se demandait récemment si en 2020, dans ces conditions, le congrès de Tours serait encore célébré. Il y a beaucoup d’initiatives, mais elles sont soit locales, soit périphériques aux partis (fondations, centres de recherche, revues). Par exemple, aux Cahiers Jaurès, nous organisons un colloque les 19 et 20 novembre dont les actes seront publiés par nos soins ; la revue Mil neuf cent a publié un numéro spécial sur le thème « À quoi sert un congrès politique ? »5 ; vous avez l’exposition de Montreuil6 et le livre afférent7 ; les grands discours de Blum en 1919-1920 : Le congrès de Tours. Le socialisme à la croisée des chemins, réédités par Romain Ducoulombier en Folio/Histoire avec le soutien de la Fondation Jean-Jaurès, il y aura un numéro des Cahiers d’histoire… C’est plutôt une floraison de recherches qui a lieu.

7Dans le cadre des journées de fin d’été du Parti socialiste, l’OURS a proposé plusieurs ateliers, dont un sur le congrès de Tours, qui était animé par Frédéric Cépède, Marion Fontaine et moi. Et au fond, la question qui se posait derrière, plutôt que de revenir sur le détail du congrès de Tours, était de savoir ce qui, dans cette histoire séculaire du socialisme et du communisme, demeure au 21e siècle. Comment pourrait-on aujourd’hui définir la gauche et quels seraient ses contours pour le 21e siècle ? Il semble que par rapport à la fin du 20e ou au début du 21e siècle, où le débat se polarisait sur les différences entre « identité socialiste » et « identité communiste », le questionnement a évolué. Il se focalise plutôt sur les « possibles », sur ce qui reste vivant ou utile de nos diverses expériences et cultures pour les générations futures. Il faut dire aussi qu’il n’est plus assuré par les mêmes personnes. Je me rends compte en effet – je ne sais pas si c’est la même chose aux Cahiers d’histoire – qu’à la Société des études jaurésiennes, pendant longtemps des personnalités politiques étaient abonnées, qui n’étaient pas forcément intervenantes dans l’écriture, mais qui suivaient nos activités, s’informaient. Or, depuis une quinzaine de jours, pour la première fois dans notre histoire, plus aucun député ni sénateur ni député européen n’est abonné aux Cahiers Jaurès. Je trouve que cela signifie quelque chose, que cela confirme l’éloignement entre la sphère politique et la sphère de la recherche. Cela peut avoir des avantages, mais aussi présenter quelques conséquences négatives et il faut sans doute réfléchir aux moyens pour recréer quelques liens.

8Pascal Guillot :

9Constatez-vous une perte de culture politique chez les élus ?

10Gilles Candar :

11Chez les dirigeants politiques, oui. D’intérêt, surtout. Nous sommes confrontés à une autre culture. Chez les dirigeants ou les militants politiques, la culture historique, la culture des traditions politiques, des courants politiques, est moins importante aujourd’hui que ce qu’elle pouvait être dans les années 1970, 1980, 1990, avec sans doute des conséquences dans l’histoire récente, pour parler du Parti socialiste comme du Parti communiste. Moins d’idéologie, mais aussi moins de politique et plus de gestion ou d’expertise, parfois insuffisamment réfléchies ou mises en perspective.

12Annie-Burger-Roussennac :

  • 8 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours, op. cit.

13Posons la même question à Frédérick Genevée, auteur avec Éric Lafon et Véronique Fau-Vincenti d’un ouvrage collectif qui fonctionne un peu comme un kaléidoscope, dont chaque intervenant fabrique une petite pierre. Piloté conjointement par le musée de l’Histoire vivante, la Fondation Gabriel-Péri et la Fondation Jean-Jaurès, il donne la parole à un grand nombre de spécialistes, de toutes les sensibilités composant aujourd’hui la gauche8. Y a-t-il dans ce geste « unité de commémoration », ou bien est-on exclusivement dans une approche historique réfléchissant sur le processus qui a permis Tours ?

14Frédérick Genevée :

  • 9 Cette salle jouxtant l’église Saint-Julien de Tours, aujourd’hui disparue, a accueilli les séances (...)

15Avant de répondre à cette question, j’aimerais répondre moi aussi à celle qui a été posée à Gilles. D’abord, il y a un constat commun, tout le monde l’a dit, qui est une perte de culture historique parmi les dirigeants politiques, les élus, cela me paraît assez clair. Ce n’est pas une perte totale, mais il y a quand même un éloignement des réflexions historiques approfondies. En revanche, je pense qu’il y a une différence entre le Parti socialiste et le Parti communiste, je vous dis cela en tant qu’observateur. Je n’ai pas toujours été observateur sur ces questions-là : ayant été, entre 2004 et 2018, en charge des archives et de la mémoire au sein du Parti communiste, je me suis occupé de pas mal de choses ayant trait à ce domaine, en particulier l’animation de la commémoration de 1917. En revanche, puisque je ne suis plus responsable de ces questions, concernant le centenaire du Parti communiste, la commémoration de 1920, je suis plutôt en position d’observateur. Je pense qu’il y a quelque chose de déterminant, c’est qu’il y a la pandémie. Il faut bien voir que la pandémie a obligé le Parti communiste à reporter nombre de ses initiatives d’envergure nationale et parisienne, mais il y avait tout un programme. C’est pour cela que c’est très différent du Parti socialiste : à la direction du Parti communiste, il y a eu des décisions prises. Au comité exécutif, il y a une structure préparatoire et donc il y a des initiatives qui devaient être prises au niveau national : plusieurs expositions, des sorties de livres d’historiens, mais préfacés par le secrétaire national… Devait avoir lieu mardi dernier – étrangement, je n’en ai pas entendu parler, je ne sais pas si ça a eu lieu – la pose d’une nouvelle plaque au pied de l’église Saint-Julien, là où se trouvait la salle du Manège9, et cela devait, pour le Parti communiste, « ouvrir les festivités » de la commémoration. Donc il y a encore une recherche commémorative, nationale et centrale. Ce qui est vrai aussi, et là je suis d’accord avec Gilles, c’est qu’il y a, en préparation ou sur le point de se tenir, pas mal d’initiatives locales. C’était déjà vrai des précédentes commémorations, et cela semble se reproduire pour le centenaire du congrès de Tours.

  • 10 Livres parus à ce jour à l’initiative du PCF dans le cadre du centenaire : Guillaume Roubaud-Quashi (...)

16L’approche du Parti communiste n’est pas la commémoration du congrès de Tours : le mot d’ordre qu’il avance, c’est « Cent ans d’avenir », donc il joue évidemment sur les mots. Il n’y a pas d’exposition sur le congrès de Tours, il va y avoir une exposition sur les cent ans d’histoire du Parti communiste10. L’avenir, c’est la difficulté à laquelle tous les partis politiques anciens sont confrontés, c’est-à-dire que si la commémoration ne consiste qu’à parler du passé, il y a un risque politique, pour le parti en question, de se retrouver simplement identifié au passé. D’où l’ajout, par les gens qui ont imaginé les commémorations pour le Parti communiste, des « Cent ans d’avenir » : on ne va pas parler que du passé, mais on va absolument chercher à se projeter dans l’avenir, parce que c’est un enjeu politique. Par ailleurs, autre point commun avec le Parti socialiste, les choses se font aussi « à la périphérie » : Fondation Gabriel Péri, initiatives de rencontres intellectuelles… Je ne sais pas si les Cahiers d’histoire font partie de cette fameuse « périphérie » ou pas, je vous laisse en débattre, je connais cette discussion… Donc il y a des points communs avec le Parti socialiste, mais il y a quand même une volonté d’organisation nationale et centrale.

17Quant au livre et à l’exposition de Montreuil, ce sont des initiatives historiennes et muséographiques. Évidemment, nous avons l’aide des fondations Jean Jaurès et Gabriel Péri, puisqu’elles ont considéré qu’elles étaient intéressées par ces types d’initiatives, mais la démarche n’est pas politique. Par exemple, Annie a dit tout à l’heure : « des historiens de toutes sensibilités », je ne sais plus si tu as ajouté « socialistes ou communistes », mais ce n’est pas comme cela qu’on a rassemblé les gens, ce n’est pas sur une base « il faut des historiens socialistes, il faut des historiens communistes ». L’idée était celle de sensibilités historiographiques différentes. Cela peut recouper en partie des sensibilités politiques, mais ce n’est pas prioritaire, en tout cas en ce qui concerne le musée de Montreuil. Si les fondations peuvent être intéressées, c’est parce que les questions qui ont été posées à Tours, d’une certaine manière, continuent à se poser pour la gauche française. Donc nous, on essaie d’expliciter comment, à cette époque, les uns et les autres ont tenté de répondre à des questions majeures. Après, à chacun d’en faire son miel ou pas, pour son action politique d’aujourd’hui ou de demain, mais cela ne me concerne pas en tant que responsable du musée de l’Histoire vivante.

18Annie Burger-Roussennac :

19L’« unité de commémoration » autour de ce livre pose question. Tours a toujours été un objet qui divisait plutôt qu’il réunissait. Est-ce le signe d’un certain consensus, Tours étant devenu un lieu de mémoire pour l’ensemble de la gauche ?

20Frédérick Genevée :

21D’autres pourront me contredire, mais je crois qu’aujourd’hui, parmi les gens qui font de l’histoire, il y a une convergence historiographique – tu as utilisé le terme de « consensus » – et qu’on va vers quelque chose qui ressemble à un consensus scientifique. Par exemple, sur l’équilibre ou l’articulation entre la dimension nationale et la dimension internationale, on voit bien chez les uns et chez les autres une volonté de rapprochement, ce qui a facilité le rassemblement de cette trentaine de chercheurs qui, il y a trente ans, n’auraient sans doute jamais accepté de signer dans le même ouvrage. Donc, d’un point de vue historiographique, je crois qu’il y a un consensus, une convergence qui se construit. Cela peut s’expliquer par le recul : cent ans, les années passent, il y a une distance par rapport à l’objet qui permet de construire ce consensus.

  • 11 En témoigne la dernière édition pour ce centenaire, Léon Blum, Le Congrès de Tours, op. cit.

22Il y a une deuxième hypothèse, qui n’est pas très positive pour les partis politiques en question, c’est que l’objet s’est « refroidi », donc on peut discuter ensemble beaucoup plus tranquillement dans le même livre. Il est vrai, comme Gilles l’a dit au début, que les forces du Parti socialiste et du Parti communiste, aujourd’hui, sont très affaiblies. Donc l’objet est beaucoup moins « bouillant » et cela permet des rencontres qui n’étaient pas possibles auparavant. Par exemple, le travail en commun des fondations Gabriel Péri et Jean Jaurès, pas seulement sur ce sujet-là, peut aussi s’expliquer par le fait que les objets sont moins « chauds » qu’il y a quelques années, disons trente ans. J’ai l’impression que pour les socialistes, Tours est un lieu de mémoire via le discours de Léon Blum11. C’est cela qui est mis en avant. Pour les communistes, c’est quand même plus dense qu’un discours…

23Annie Burger-Roussennac :

24Pourrait-on, mutatis mutandis, comparer le congrès de Tours au Mur des Fédérés, par exemple ?

25Frédérick Genevée :

26Sauf que le Mur des Fédérés est vraiment commun à toute la gauche, face aux Versaillais. Le congrès de Tours, c’est la division à gauche. Nous, avec ce livre et cette exposition, nous avons dit deux choses : scission du Parti socialiste, fondation du Parti communiste, on a consacré des chapitres et des parties de l’exposition au maintien du Parti socialiste, ce qui paraît une évidence historienne mais qui ne l’était peut-être pas dans la mémoire. Quand on pense au congrès de Tours, on n’y pense pas forcément ; on le dit, mais ce n’est pas l’aspect le plus puissant. Je vois mal quand même les socialistes faire du congrès de Tours un lieu de mémoire commun avec les communistes. Ce n’est pas facile pour eux, et c’est normal, ils ont été mis en minorité. Après, ils peuvent dire : « Nous avions raison, Léon Blum, etc. », mais c’est quand même assez ténu comme point commun.

27Annie Burger-Roussennac :

  • 12 Thèse sous la direction de Pierre Renouvin, soutenue en 1964 et publiée la même année : Annie Krieg (...)
  • 13 Jacques Girault a précisé en lisant le contenu de nos échanges dans cette table ronde : « Préparant (...)
  • 14 L’Institut Maurice Thorez, fondé au milieu des années 1960, était alors le centre de recherche du P (...)

28Si en 2020 l’objet congrès de Tours divise moins, suscite moins de passion, en 1980, en revanche, la situation est très différente. C’est alors un objet chaud, brûlant même, dans le champ historique et politique. La gauche est divisée depuis la rupture du programme commun. Elle n’a pas réussi à s’imposer lors des élections de 1978, et le PS est en train de conquérir la place de premier parti de la gauche. Dans le champ historique, la thèse d’Annie Kriegel12, bien que déjà ancienne, est la référence. Jacques Girault13 pourra expliquer comment les historiens travaillant au sein de l’Institut Maurice Thorez percevaient alors Tours dans cette double dimension14.

  • 15 Annie Kriegel, Le Congrès de Tours, 1920. Naissance du Parti communiste français, Paris, Archives-J (...)
  • 16 Il s’agit de Jean Charles, Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky et Claude Willa (...)
  • 17 Jean-Louis Robert, La Scission syndicale de 1921 : essai de reconnaissance des formes, Paris, Publi (...)

29Alors qu’Annie Kriegel avait publié un abrégé du sténogramme15, votre collectif a fait le choix de la publication intégrale. Comment est né ce projet de publication ? Comment s’est constituée l’équipe des cinq auteurs16 ? Le contexte politique et historiographique a-t-il construit et infléchi les finalités de ce projet de publication ? Jacques, tu publiais à l’époque sur l’implantation du PCF ; Danielle Tartakowsky, à l’aide des outils d’Althusser et de Gramsci, réfléchissait sur la construction du parti de type nouveau, avec une approche fortement théorique ; et Jean-Louis Robert réfléchissait dans son doctorat de troisième cycle sur les modalités de la scission syndicale17

30Jacques Girault :

  • 18 L’immeuble du 64 boulevard Blanqui, dans le 13e arrondissement de Paris, était le siège de l’Instit (...)

31Réfléchir sur ces questions, c’est réfléchir sur les rapports entretenus par le Parti communiste avec les historiens. Il est bien évident que se pose le problème d’une sorte de différence d’appréciation, selon les représentants, des différentes possibilités évoquées. Moi, c’était l’implantation, soit l’histoire du parti en étudiant comment il s’est implanté ; Danielle a réfléchi surtout sur les problèmes de théorie et Jean-Louis sur une autre forme d’implantation, l’implantation syndicale. Le projet s’inscrit aussi dans la dynamique qui existait auprès de l’Institut de recherches marxistes ou l’Institut Maurice Thorez, dans lequel les historiens animaient un groupe de recherche. Il y a eu une prise en charge, au niveau du parti, de la relation à l’histoire : ce séminaire d’historiens communistes avait été organisé dans les locaux du boulevard Blanqui18. Il y avait toute une série de travaux historiques engagés. D’autre part, il y avait une sorte de contexte favorable à la recherche d’une certaine unité de la gauche, avec toutes les difficultés que cette histoire pouvait avoir en fonction du contexte. Enfin, il y avait peu d’études historiques menées par des socialistes. Pour être rapide, le centre Guy Mollet, l’OURS, était quelquefois absent des débats historiques. Bref, il y a eu de la part des historiens communistes de nombreuses tentatives, souvent en rapport avec le travail fait dans le dictionnaire biographique de Maitron, qui visait à rapprocher un peu tous les spécialistes du mouvement ouvrier. Toutes ces opportunités ont fait qu’il fallait s’engager dans une voie, et la seule qui pouvait concilier les différentes approches était celle de la publication des textes, de tous les textes. À aucun moment, par exemple, ne s’était posée la question de la publication du congrès socialiste qui a eu lieu après la scission. On a pris l’engagement de publier tous les textes. Publier le tout, c’était aussi s’interroger sur les archives, qui à ce moment-là n’étaient pas ouvertes, ou insuffisamment ouvertes. Il y a eu quelques opportunités qui ont fait que des archives ont été découvertes, aussi bien au Centre d’histoire du syndicalisme, autour du Maitron, que dans le cadre des archives conservées boulevard Blanqui. On a trouvé des textes complémentaires, qui permettaient finalement de mieux comprendre l’agencement, la discussion, les problèmes internes, et on a publié le maximum de ces textes.

32Pascal Guillot :

  • 19 Sur Daniel Renoult, voir l’article de Claude Pennetier, mis à jour par Marie-Cécile Bouju dans le D (...)

33Les archives Daniel Renoult, par exemple19 ?

34Jacques Girault :

35Évidemment. On ne pouvait pas comprendre comment la motion du comité que Daniel Renoult animait avec Souvarine, le comité de la Troisième Internationale, était devenue la motion Cachin-Frossard si on n’avait pas eu connaissance du fonds Daniel Renoult et publié, même si ce n’est pas intégralement, les discussions qu’il a pu y avoir autour des analyses de ce comité. Mais attention, là aussi il faut se limiter : tout n’a pas été consulté, vu, parce qu’il y avait des obstacles, des non-communications. Mais on a essayé d’exploiter le maximum de documents.

36Annie Burger-Roussennac :

  • 20 IMLI : Institut international du marxisme-léninisme, devenu aujourd’hui RGASPI.

37Et les archives de l’IMLI20, qui étaient déjà arrivées sous forme de microfilms ?

38Jacques Girault :

39Oui, mais il y avait très peu de textes concernant 1920. Je les avais consultés, mais ces archives commençaient un peu plus tard. Depuis, naturellement, le fonds a été enrichi. Frédérick Genevée connaît mieux que moi, mais dans le fonds actuel, il me semble qu’on pourrait faire maintenant autre chose. En plus, cela s’inscrivait dans l’idée qu’il fallait naturellement commémorer, mais en même temps, qu’il y avait peut-être intérêt à voir tous les textes du congrès du parti mis à la disposition des lecteurs. On a souvent conçu ce livre sur le congrès de Tours comme la première publication d’un ensemble de textes, notamment les congrès. Cela n’a pas été réalisé pour diverses raisons, pas toutes liées à la volonté du Parti communiste de voir ou non ces textes publiés.

40Annie Burger-Roussennac :

41En quoi répondiez-vous au projet d’Annie Kriegel, au défi qu’il représentait politiquement et historiographiquement ? La place qu’avait Annie Kriegel était extrêmement sensible dans le débat historiographique comme dans le débat politique, cette place était importante.

42Jacques Girault :

  • 21 Claude Willard, « Annie Kriegel, Aux origines du communisme français (1914-1920), Paris, EDI, 2 vol (...)
  • 22 Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez, dossier « Dans la vie des congrès communistes », n (...)

43Cette thèse d’Annie Kriegel, qui était la première, extrêmement intéressante du point de vue des résultats, avait été critiquée dans un certain nombre de revues. Par exemple, Claude Willard avait fait le compte rendu de la thèse dans La Pensée et il y a eu d’autres comptes rendus où à la fois on la félicitait, on adhérait et, en même temps, des comptes rendus très critiques21. Quand elle a publié, dans la collection « Archives-Julliard », des extraits de discours du congrès de Tours, le fait de ne pas publier la déclaration de Paul Vaillant-Couturier, par exemple, n’était pas la meilleure façon de ne pas considérer que c’était quand même une thèse qu’il fallait un peu revoir. J’avais présenté ces comptes rendus en 1967 lors du colloque de l’Institut Maurice Thorez sur la révolution d’Octobre, mais ce texte avait été remanié par les responsables des Cahiers… Ces critiques n’étaient pas anodines, elles montraient les faiblesses d’une certaine approche historique22.

  • 23 Émission diffusée sur France Culture entre 1966 et 2014, présentée sous forme d’entretiens et de dé (...)

44La nécessité de publier l’intégralité des débats constituait une réponse à Annie Kriegel, qui n’était pas simplement une réponse polémique, mais il s’agissait de recadrer un certain nombre de textes. Il y a donc eu un très gros travail engagé, dont Annie Kriegel était au courant, car nous étions en rapport avec elle ou avec ses amis. Quand le livre est sorti, il y a eu une séance aux Lundis de l’histoire23 de France Culture à laquelle Annie Kriegel, invitée, est venue avec Madeleine Rebérioux, historienne de référence, Claude Willard et moi. Il s’agissait d’une forte réponse, à la fois politique et problématique. Mais cet aspect, et surtout le relais politique, a contribué à la nécessité pour toute la gauche d’y voir clair sur certains aspects de son histoire.

45Annie Burger-Roussennac :

46Dans ce contexte, le message que vous envoyiez en publiant le sténogramme n’était pas forcément rassembleur.

47Jacques Girault :

48Pourquoi ? C’était rassembleur dans la mesure où on associait tout le monde.

49Annie Burger-Roussennac :

50Vous étiez cinq communistes dans l’équipe, de différentes générations.

51Jacques Girault :

  • 24 Histoire du Parti communiste français, Paris, Éditions sociales, 1964.
  • 25 Jean Fréville, La Nuit finit à Tours. Naissance du Parti communiste français, Paris, Éditions Socia (...)

52C’est une initiative communiste. Une initiative des historiens communistes vis-à-vis de leur parti, mais pas uniquement sur le plan de l’héritage à la manière du manuel d’histoire du parti24 ou de l’ouvrage de Jean Fréville, La Nuit finit à Tours25. C’était une problématique ouverte sur le plan des conclusions. À partir de là, ce groupe d’historiens communistes, varié mais extrêmement actif, constituait une sorte d’œuvre collective.

53Annie Burger-Roussennac :

54Comment vous êtes-vous réparti le travail ?

55Jacques Girault :

56C’est Jean-Louis Robert et moi-même qui avons fait l’essentiel.

57Jean-Louis Robert :

58Nous nous sommes répartis le travail, en particulier la rédaction de l’introduction. Jacques Girault et moi-même avons réalisé l’essentiel de la partie érudite. Par exemple, les fiches départementales, présentes à la fin, ont été réalisées entièrement par moi en allant à Versailles, où se trouvait la Bibliothèque nationale, et j’ai dépouillé l’intégralité de la presse socialiste départementale de 1920-1921, pour voir les débats au niveau fédéral et des sections. J’ai d’ailleurs encore toutes les fiches des réunions des sections socialistes de 1920 que j’avais retrouvées, des débats qui s’y étaient passés à la base dans le Parti socialiste dans les deux ou trois mois qui précédaient le congrès. Puis chacun des journaux fédéraux rendait compte du congrès et du passage au Parti socialiste ou au Parti communiste.

59Claude Willard, avec sa façon toujours très fine d’agir, était un peu notre père à tous dans l’équipe… En ce qui me concerne, à ce moment je me pensais « historien et communiste », comme on disait. Nous savions bien sûr tous que nous travaillions pour une maison d’édition communiste. À ce moment, aucun de nous n’a pensé à s’élargir au-delà du collectif des historiens qui travaillaient autour de l’Institut Maurice Thorez et cela nous paraissait suffisant de travailler ainsi. Mais l’esprit du travail était celui d’historiens travaillant sur des sources et publiant sans esprit de parti. C’était un travail du Parti communiste, mais sans esprit de parti. Dans mon souvenir, j’ai trouvé l’expérience très positive finalement.

  • 26 Historien, intellectuel communiste, il fut, parmi beaucoup d’autres responsabilités, l’un des fonda (...)

60C’est vrai que nous étions préoccupés – en tout cas moi – par l’idée de répondre à la thèse d’Annie Kriegel. D’un côté, il y avait une sorte d’histoire triomphante du parti, celle qui se faisait dans les années 1960-1970, histoire à laquelle je n’adhérais pas du tout déjà à cette époque. J’ai été très influencé par plusieurs maîtres, dont Jean Bruhat26, qui m’avait clairement dit autour des années 1970 : « Jean-Louis, tu dois être historien et absolument pas te préoccuper de ton attitude en tant que communiste quand tu es historien. Je ne te dis pas que cela n’irriguera pas tes questionnements, mais tu dois travailler totalement indépendamment de toute consigne du parti sur ce que tu dois faire ». J’ai toujours été totalement convaincu de cela dès les années 1970. Mais en même temps, j’étais, et je le demeure, persuadé que la thèse d’Annie Kriegel sur le Parti communiste « accident » était une thèse erronée. Beaucoup d’études ensuite ont montré la continuité et l’influence de la guerre et de l’après-guerre sur les origines du Parti communiste, dont la naissance n’est pas l’effet des seules circonstances de la fin de 1920.

61Au bilan, il y a cette ambivalence qu’effectivement nous étions tous des historiens communistes, que nous avions été sollicités par les éditions du Parti communiste, et que nous voulions répondre à une thèse qui nous paraissait à tous historiquement fausse, et qui je pense l’était. Mais, à côté de cela, nous étions également décidés à produire une histoire savante qui ne serait pas nécessairement une histoire répondant, par ses contenus, aux objectifs du parti.

62Annie Burger-Roussennac :

63Qu’en pensait Jean Burles, qui était à ce moment-là le directeur de l’Institut Maurice Thorez, devenu Institut de recherches marxistes ?

64Jean-Louis Robert :

65Je voudrais revenir rapidement sur l’histoire de l’Institut Maurice Thorez. Le célèbre séminaire des historiens communistes de 1972, animé essentiellement par Jean Ellenstein et François Hincker, a été un moment clé de la transformation de l’historiographie communiste. Après, des groupes de travail se sont constitués à l’intérieur de l’Institut, dont l’un est justement à l’origine du volume de 1980. Il s’appelait « Origine et apprentissage du Parti communiste », j’en ai les archives. C’était un groupe où étaient des gens extrêmement divers comme René Gallissot ou Jacques Marseille – historien alors communiste qui a viré ensuite à l’économie libérale –, donc c’était ouvert et extrêmement dynamique. Le groupe s’est étouffé, car des désaccords sont apparus progressivement au sein même de l’Institut Maurice Thorez, puis de l’Institut de recherches marxistes. C’est une histoire qui devrait être faite, mais qui est très complexe.

66Annie Burger-Roussennac :

67La commémoration de 1980 se voulait en rupture, d’une certaine manière, avec ce qui se pratiquait auparavant. La toute première commémoration, celle de 1930, mérite qu’on en dise quelques mots.

68Jean-Louis Robert :

69Pour réfléchir sur ces commémorations par le PCF, il me semble qu’il y a plusieurs pistes. Bien sûr, il y a le rapport que le Parti communiste entretient avec l’histoire, avec l’historiographie, ce que l’on vient déjà d’évoquer, la conception de la science que peut avoir le Parti communiste à telle ou telle période. Il y a aussi les circonstances, le contexte historique d’une commémoration. Mais en même temps, il y a de sensibles différences entre un dixième, un cinquantième et un centième anniversaire. Ceci renvoie à des problématiques d’anthropologie de la mémoire : on ne vit pas de la même façon un anniversaire d’une période très contemporaine ou très ancienne. On parle souvent de mémoire chaude ou froide… C’est un aparté important pour bien saisir les choses. Prenons l’exemple de 1930. Dix ans après un événement, on n’est pas vraiment dans la commémoration comme dans un centenaire. La fondation du parti est très récente, et il n’y a pas un grand passé à évoquer. Et l’articulation du passé au présent passe par une grande proximité, comme 2010 l’est pour nous. Il faut ainsi faire attention dans la comparaison à la temporalité.

70Mais il y a bien sûr un contexte politique en 1930. Par exemple, si on regarde l’Humanité, on y dit assez souvent « social-fasciste » pour parler du Parti socialiste et on y dénonce l’appui que les « social-fascistes » veulent apporter à un possible gouvernement radical. On est donc en 1930 dans une période d’extrême tension entre communistes et socialistes, et la commémoration est l’expression d’une tension qui continue et accentue celle de 1920. Mais en même temps, c’est plus complexe. D’un côté, Il y a une série d’articles, quatre articles, qui paraissent dans les Cahiers du bolchevisme, qui sont assez violents27. Mais l’essentiel n’est pas là. C’est à Daniel Renoult que l’on demande d’écrire sur la commémoration dans l’Humanité. Le choix de l’ancien collaborateur de Jaurès, qui avait tenu la rubrique parlementaire dans le quotidien avant 1914, qui avait animé le comité des reconstructeurs en 1920 et avait tenté avec Frossard, pendant le congrès de Tours, d’obtenir que Longuet et ses partisans restent dans le Parti socialiste SFIC, ne tenait pas du hasard. Daniel Renoult écrit deux articles, qui passent en première page de l’Humanité les 27 et 28 décembre 193028. Le premier article évoque la trahison des socialistes, la défaite de l’Internationale, mais sur un ton qui n’est pas excessivement polémique. Le deuxième article montre l’apport des textes de Lénine et de Zinoviev dans les années 1915-1916, sur un ton très historien. D’un côté, on a des textes extrêmement violents, et de l’autre des articles engagés mais historiques. L’examen du journal montre de même que l’écho double de la Première Guerre mondiale et de la révolution russe reste considérable. La commémoration même est assez limitée. Elle est réduite à une soirée organisée à Tours, qui tourne entièrement à l’hommage à Marcel Cachin. Il s’agit de montrer que la fidélité de l’ancien socialiste à ses idéaux se retrouve dans le Parti communiste.

71Frédérick Genevée :

72Mes questions s’adressent à Jacques et à Jean-Louis : j’aimerais savoir à quand remonte le projet de publication du sténogramme en 1980. Avez-vous eu un temps très bref ou était-ce un projet plus ancien ? Ce n’est pas la même chose d’avoir le projet avant 1978 ou après 1978, par rapport au problème de l’union de la gauche… Ma deuxième question concerne la diffusion : pour les Éditions sociales, c’était un gros volume, 920 pages, qui devait être onéreux à publier. Y a-t-il eu une prise en charge de la diffusion par le Parti communiste, ou était-ce un peu un « angle mort » de la commémoration de 1980 ? Le travail des historiens était-il « à côté » de la commémoration politique, ou a-t-il joué un rôle central dans la commémoration de 1980 telle que le Parti communiste l’a organisée ?

73Jean-Louis Robert :

74Je n’ai pas assez de souvenirs, mais je ne pense pas que le sténotype ait été central pour le parti, sinon d’un point de vue symbolique. Le fait de sortir cet ouvrage, c’était une façon forte, pour le parti, d’affirmer qu’on allait encourager un travail historique solide et sérieux. Cela permettait de montrer aussi au milieu des universitaires que les Éditions sociales étaient capables de soutenir un travail de ce type. Sur les dates, disons qu’on a mis au moins un an à le préparer.

75Jacques Girault :

  • 29 Jacques Girault fait allusion au livre finalement publié en 1977, Jacques Girault, Sur l’implantati (...)

76Oui, j’en ai une meilleure mémoire, et surtout parce qu’il y avait un précédent extrêmement pénible pour moi, c’était tous les retards imposés par le parti à la parution du livre sur l’implantation du Parti communiste29. Entre la remise du manuscrit et la publication, il y a eu dix-huit mois, tout simplement parce que le parti s’y opposait. Lucien Sève, le directeur des Éditions sociales, était désespéré de voir cette situation. Il a fallu un incident de séance lors d’une interview de Georges Marchais pour que la décision soit prise. Ce fut assez pénible à vivre, et en même temps nous étions quand même certains qu’il fallait faire quelque chose de fort. On pourra vérifier cela, parce que je vais prochainement déposer tout le dossier « Congrès de Tours » de mon fonds privé aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis, et on pourra faire la chronologie, peut-être pas exacte, mais ma chronologie.

77Pour ce qui est de la diffusion, les Éditions sociales ont décidé de faire un beau livre, et puis il y a eu une erreur commerciale. Nous étions certains de l’intérêt du livre et que ça allait marcher en raison de l’accueil que nous avions eu dans un certain nombre de milieux différents, historiens notamment. Mais les Éditions sociales n’ont pas sorti la quantité d’ouvrages nécessaire, si bien que quinze jours après la sortie du livre, il n’y en avait plus chez les libraires.

78Annie Burger-Roussennac :

79Combien d’exemplaires en furent tirés ?

80Jacques Girault :On leur avait dit quatre mille et ils en ont tiré deux mille. Donc, au bout de quinze jours, ils ont fait une nouvelle édition. Or, ce n’était pas comme maintenant, où on refait une nouvelle édition en l’espace de quarante-huit heures. Là, ils ont dû tout refaire et ça leur a coûté très cher. C’était une erreur commerciale, nous a-t-on dit… Était-ce une erreur politique ? Je ne le sais pas, de toute façon, c’est lié. Il y a donc eu quelque chose d’extrêmement décevant, de savoir que les piles, à la Fnac et partout, étaient parties très vite et qu’il y a eu quelque chose dans l’articulation avec le parti qui, à mon avis, n’était pas simplement une erreur commerciale : il y a eu peut-être une mauvaise appréciation politique de l’intérêt de l’ouvrage, tout simplement parce qu’on était dans une période de tension politique. Compte tenu de l’ouverture de l’ouvrage et de la publication des congrès du Parti socialiste maintenu, il y avait peut-être quelque chose qui était ressenti de façon sulfureuse par ceux qui avaient la possibilité de décider du tirage. C’est ce qui a caractérisé cette histoire, courte mais extrêmement intense.

81Annie Burger-Roussennac :

82Une question est restée en suspens : quand ce projet a-t-il vu le jour, avant ou après 1978 ?

83Jacques Girault :

84Dans ma mémoire, cela a commencé en 1979. Je l’ai vécu comme une sorte de vengeance, il faut bien le dire, parce que compte tenu de ces dix-huit mois de retard pour mon ouvrage sur l’implantation, je ne pouvais pas ne pas être un peu déçu. Je crois que les collègues, les amis, les camarades qui étaient impliqués dans ce livre étaient aussi sur cette idée qu’il fallait faire quelque chose, assez rapidement, mais en prenant le temps. Avec Jean-Louis, on y a quand même travaillé pendant au moins une bonne année. On se voyait très souvent à ce moment-là, d’autant plus que les trois autres co-auteurs n’ont pas fait grand-chose, sur le plan de l’investissement particulier.

85Annie Burger-Roussennac :

86Quel était le rôle de Danielle Tartakowsky ?

87Jacques Girault :

88Danielle avait un rôle positif, mais compte tenu du fait que la dimension internationale était mal couverte par les autres, elle a dit : « Je prends », et elle a écrit un texte.

89Pascal Guillot :

  • 30 Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, n° 34, 1980, p. 6-9. Le directeur de la revue Geor (...)

90Ce tirage de deux mille exemplaires est étonnant, parce qu’il y a eu quand même une souscription pour cet ouvrage. D’ailleurs, on retrouve le lancement du livre dans les Cahiers d’histoire en 1980, au premier trimestre30. Sur quatre pages, on y lit : « Un événement dans l’édition française ». On parle d’un « exceptionnel appareil critique », d’un « texte devenu introuvable » et d’un « renouvellement complet des bases historiques et des recherches sur la naissance du PCF ». À qui cela s’adressait-il vraiment ? La petite publicité dit : « Enseignants, étudiants, militants trouveront donc chacun, dans ce livre, la source de leur travail, de leur recherche et de leur plaisir de comprendre ». Était-ce un instrument de travail dont tout le monde pouvait s’emparer, ou bien était-il destiné à un public plutôt « sachant », universitaires, historiens ou enseignants ? Était-ce une œuvre d’éducation populaire ? L’ouvrage édité tout récemment par le musée de l’Histoire vivante intègre-t-il aussi cette dimension d’éducation populaire ?

91Jacques Girault :

92Cela a été conçu à la fois comme un livre d’histoire, d’histoire scientifique dure, d’histoire militante aussi, et en même temps comme un livre qui pouvait être lu par tout le monde. C’est la raison pour laquelle les Éditions sociales nous avaient proposé de faire un « beau livre ». Au départ, nous n’y pensions pas et nous avons été tout à fait surpris de cette proposition. Donc ce n’était pas conscient chez nous, mais il y avait l’idée que ce pouvait être quelque chose de présentable. En même temps, sur le plan de la publicité, cela a été effectivement ciblé. Je ne pense pas qu’il y ait eu dans France nouvelle, dans Les Cahiers du communisme et dans l’Humanité un lancement de la souscription ni une annonce. Mais dans les Cahiers d’histoire, il y a eu cette publicité. C’était quand même un produit de la maison… C’était un moment aussi où, dans l’Institut de recherches marxistes, on pensait que les historiens avaient un poids plus important et qu’il fallait en tenir compte. C’est tout le problème des rapports entre l’histoire, les historiens communistes et le parti. On est là au cœur d’une question bigrement intéressante : savoir d’où viennent les impulsions, quel est le rôle du rapport entre les aspects scientifiques et l’aspect militant, et en même temps quel est le poids du politique. Il est vrai que, quand le livre est sorti, il a été présenté à l’OURS, il y a eu une grande réunion avec une cinquantaine de personnes, il y avait un intérêt extrêmement important, et parmi les souscripteurs il y a eu beaucoup de socialistes. Il y a donc eu quelque chose qui répondait à la fois à une demande politique, à une curiosité quelquefois, et puis en même temps il y a eu un intérêt des médias. Nous sommes passés aux Lundis de l’histoire, ce qui était vraiment une forme de reconnaissance extrêmement intéressante.

93Jean-Louis Robert :

94J’aimerais ajouter, par rapport à ce qu’a dit Jacques sur 1980 et l’éducation populaire, que ce n’est pas en 1980 un mot autant d’actualité qu’en 2020. Il faudrait peut-être demander à nos amis des Éditions sociales comment ils concevaient leur travail éditorial, mais ce n’était pas pensé dans ces termes-là. Je n’ai jamais entendu dire en 1980 qu’on faisait un travail d’éducation populaire. On faisait un travail pour les historiens, les professeurs et les militants, en pensant qu’il s’agissait d’une éducation historique et politique. Le souci actuel d’éducation populaire était beaucoup moins sensible. Je participe à une université populaire, donc je peux en témoigner. Le relais naturel à nos yeux de ce qui serait actuellement une éducation populaire était tout simplement le Parti communiste, par ses activités de base. Donc la situation était complètement différente. Il y avait certainement de l’éducation populaire, mais elle n’était pas pensée comme telle par le collectif lui-même.

95Annie Burger-Roussennac :

96Au moment où vous publiez ce livre, le Parti socialiste vient de rééditer le discours de Léon Blum. Gilles Candar peut-il nous dire en quelques mots quel rôle a joué cette édition de 1977, faite juste avant la rupture du Programme commun ?

97Gilles Candar :

98Il faut bien voir que l’organisation des historiens qui se situent autour du Parti socialiste est très différente de celle du Parti communiste. Il n’y a pas toute cette histoire qu’on a évoquée, l’Institut Maurice Thorez, l’IRM, le bulletin d’Espaces Marx, les Cahiers d’histoire, cela n’existe pas. C’est autre chose : il y a le Parti socialiste, il y a des historiens, mais pas vraiment d’organisation. On pourrait bien sûr poser la question des impulsions, des influences qui existent sans doute, mais elles sont beaucoup plus difficiles à analyser, puisque cela ne passe pas par des canaux institutionnalisés, comme il a pu en exister au Parti communiste.

99Au sujet des publications de textes, nous pourrions ajouter que cela se faisait beaucoup à l’époque. Pensons aux éditions Maspero, à sa collection de la « Bibliothèque socialiste » ou à la collection « Archives » chez Julliard-Gallimard, où Annie Kriegel avait publié les premiers textes du congrès de Tours – des extraits, bien sûr, puisque c’était un livre de poche. C’est vraiment une caractéristique de l’historiographie des années 1970, très tournée vers les textes, qui existe beaucoup moins aujourd’hui parce qu’Internet permet un accès direct aux textes, ce qui explique que les éditeurs en publient beaucoup moins et que, lorsqu’ils le font, par exemple les Éditions sociales ou Arbre bleu avec « Les passeurs », il est plus difficile de trouver un public. Les chiffres que vous annoncez, deux mille ou quatre mille exemplaires, feraient rêver aujourd’hui même de grands éditeurs.

  • 31 Léon Blum, Pour la vieille maison. Intervention au congrès de Tours, Paris, Librairie populaire du (...)

100Pour répondre à votre question, bien sûr que pour le Parti socialiste la position par rapport à Tours est très différente. Blum, c’est une belle question, sur laquelle a travaillé Frédéric Cépède, de l’OURS justement. L’importance du discours de Blum au congrès de Tours intervient bien postérieurement aux faits. Il faut attendre 1934 pour que le Parti socialiste le publie31. En 1920, c’est un discours de dirigeant socialiste parmi beaucoup d’autres. Dans le Parti socialiste qui se reconstitue après Tours, Blum conserve les fonctions qu’il avait précédemment, mais il n’est pas le principal dirigeant du Parti socialiste. Il reste secrétaire du groupe parlementaire, et dans l’histoire du Parti socialiste ce n’était pas jusqu’alors une fonction essentielle, il suffit de songer à ses prédécesseurs : Dejeante, De la Porte, Hubert Rouger, peu connus en dehors des spécialistes. Même sa codirection avec Jean Longuet du journal Le Populaire n’est pas une fonction essentielle, puisque l’homme fort du journal est alors le rédacteur en chef, Paul Faure, qui est en même temps secrétaire du parti. Comme Frédéric Cépède l’a établi, ce n’est évidemment pas par hasard que les socialistes publient en brochure le discours de Blum en 1934. Ce qui est intéressant, à la fois presque amusant et important sur le plan politique, c’est que cette publication intervient au moment où, après des années d’attaques, d’insultes, de « social-fascistes », etc., se produit un rapprochement entre socialistes et communistes avec le « pacte d’unité d’action ». Donc, lorsque les socialistes voient qu’un travail commun se révèle possible avec les communistes, ils se disent qu’il est important de marquer leur différence, sans doute pour « cadrer » un peu les militants, pour avoir un élément de formation. C’est aussi un moment où la position personnelle de Blum, très actif dans cette période du « pacte d’unité d’action », s’est renforcée à l’intérieur du Parti socialiste et qu’il fait figure de leader parlementaire, comme pouvait l’être jadis Jaurès. Son discours sera réédité à plusieurs reprises.

101L’autre aspect intéressant du rapport du Parti socialiste à l’histoire, c’est que celui-ci a parfois joué sur plusieurs « débuts historiques »… Selon les époques, il peut être né à différents moments. Il y a eu une période, dans les années 1970, où le Parti socialiste était né en 1971 à Épinay. L’avant-1971, moins on en parlait, mieux ça valait. Le Parti socialiste avait changé de nom, ne s’appelait plus la SFIO, vous le savez bien. Il y avait une Nouvelle revue socialiste, et non plus la Revue socialiste, on ne numérotait plus les congrès par rapport aux congrès d’autrefois, tout était né à Épinay. Mais à d’autres moments, à la fin des années 1990 et au début du siècle, la fondation de 1905 est redevenue importante. Chaque période pouvait s’inventer un peu sa propre tradition, sa propre histoire. Il a souvent été remarqué que le Parti socialiste de Mitterrand avait décidé dans les années 1970 d’insister beaucoup sur le rôle de Blum, à la fois symbole de l’alliance à gauche, mais aussi de la distinction avec les communistes. D’où d’ailleurs, sur le plan iconographique, les fameuses affiches de François Mitterrand avec la longue écharpe, le chapeau, plusieurs éléments de folklore, mais aussi la réédition du discours de Blum, pour renvoyer à un socialisme qui serait un peu le socialisme des origines, de son long chemin et du Front populaire, mais distinct du communisme et de la révolution soviétique. Blum était une référence parfaite, qui permettait d’oublier Guy Mollet, évocateur des guerres coloniales et des alliances au centre de naguère. Bien sûr, il existait aussi Jaurès. Mais il n’est jamais simple ni trop facile de se réclamer de lui. Pour toutes sortes de raisons, mais, me semble-t-il, principalement pour cette union-différenciation avec les communistes, Blum s’imposait alors comme la référence privilégiée.

102Annie Burger-Roussennac :

  • 32 Jacques Girault et Jean-Louis Robert, 1920, le congrès de Tours, Présentation, extraits, résolution (...)

103Jean-Louis Robert et Jacques Girault, vous avez publié dix ans plus tard, en 1990, un deuxième ouvrage sur le congrès de Tours32. Pourquoi avez-vous éprouvé à ce moment-là le besoin de revenir sur ce congrès, et quels changements majeurs avez-vous opérés par rapport au premier livre ?

104Jean-Louis Robert :

105Il faut d’abord voir un peu ce qui se passe dans les années 1980 : les cinq auteurs ont eu des itinéraires différents. Le groupe « Origines et apprentissages du PCF », que j’évoquais tout à l’heure et qui avait été à l’origine de ce travail au sein de l’IRM, a finalement cessé de travailler avec ce volume. C’est l’expression d’itinéraires personnels de gens happés par d’autres perspectives, d’autres travaux, d’autres pôles d’intérêt. En même temps, les mutations même de l’IRM conduisent à un sentiment que ce type de travail intéresse moins. D’autres pourraient en parler mieux que moi qui m’éloigne alors de l’IRM.

106Annie Burger-Roussennac :

107Cet ouvrage est lié à un colloque, organisé au Mans au moment où vous réalisiez cet ouvrage, mais c’était aussi un anniversaire, une commémoration…

108Jean-Louis Robert :

109Dans mon souvenir, il y a eu surtout une commande pour refaire quelque chose de plus court, sans doute à cause de difficultés financières accrues qui rendaient impossible la réédition du sténogramme. Cette commande, Jacques Girault et moi étions d’accord pour l’assumer. Pour moi, c’était une période où mon adhésion au Parti communiste était devenue fragile. J’ai accepté parce que je travaille toujours pour les éditeurs progressistes avec un grand plaisir. Mais nous avons décidé de donner au volume une tonalité encore plus « historienne », si on veut.

110Annie Burger-Roussennac :

111À partir de quelle problématique avez-vous travaillé cette fois-ci ?

112Jean-Louis Robert :

113On a travaillé en essayant d’intégrer les développements de l’historiographie qui s’étaient opérés dans les années 1980, et c’était essentiellement tout ce qui était paru sur les liens entre la guerre, le développement du mouvement socialiste, du mouvement pacifiste et des actions sociales pendant la guerre. Après, la difficulté était de choisir les textes, et nous avons essayé de sélectionner ceux qui nous paraissaient répondre le mieux à une connaissance complète des débats de Tours.

114Jacques Girault :

115Il y a eu effectivement un concours de circonstances, du fait qu’il n’y avait plus d’ouvrages. François Hilsum, qui était directeur des éditions Messidor, nous avait dit : « Il y a un marché qui existe. Accepteriez-vous de faire un ouvrage beaucoup plus léger, qui ne serait pas une sorte de réédition, mais simplement un ouvrage centré sur le congrès de Tours ? » Et il y a eu une coïncidence un peu malheureuse, c’est que le livre sort et que quinze jours ou un mois après, les éditions Messidor mettent la clé sous la porte. Donc, le livre n’a quasiment pas été diffusé, contrairement aux espérances de François Hilsum. Alors, est-ce qu’il y a eu un rapport avec l’évolution politique ? Je ne le pense pas. Je pense que c’était une démarche essentiellement commerciale. On ne trouvait plus de textes du congrès de Tours dans le commerce.

116Annie Burger-Roussennac :

117C’était aussi l’anniversaire, les 70 ans…

118Jacques Girault :

119L’aspect commémoratif est extérieur aux déterminations commerciales, qui sont pourtant une des motivations pour l’éditeur qui veut rééditer ou améliorer un livre. Il est confronté à cette réalité : il n’y a pas de textes, donc il se lance pour combler un vide.

120Annie Burger-Roussennac :

121Le centième anniversaire a donné lieu à une grande production historiographique, un livre que Frédérick Genevée, Éric Lafon et Véronique Fau-Vincenti ont coordonné et doté d’une iconographie extrêmement riche. Il donne accès à d’autres types de documents, différents du sténogramme et des extraits du congrès. Frédérick peut-il nous dire comment son équipe a procédé pour opérer la sélection iconographique ?

122Frédérick Genevée :

123Merci pour les compliments, mais je voudrais dire qu’un livre tel que celui qu’on vient de publier n’est possible que parce qu’il y a eu auparavant de la recherche, du travail historiographique, et que le livre de 1980 est une véritable étape fondamentale, pour ne pas dire indépassable. Tout à l’heure, on parlait d’éducation populaire : pour arriver à un livre comme le nôtre, de vulgarisation, d’éducation populaire, il faut qu’il y ait eu auparavant beaucoup de recherches, qu’on ait eu accès à l’intégralité des documents et qu’on ait travaillé dessus. Je ne crois pas qu’on puisse faire de la bonne vulgarisation sans science derrière.

124Sur la sélection des documents, on a d’abord réuni les historiens, je crois que c’était en janvier 2020, mais c’était compliqué, car il y a eu les grèves sur les retraites, puis le confinement, mais on a réussi un samedi à réunir quelques historiens à qui on avait demandé de contribuer, pour voir s’ils étaient d’accord sur le plan du livre, etc. Puis on a demandé à chacun d’écrire ses 4 000 signes et de nous faire des propositions d’iconographie. Certains nous ont fait des propositions, mais parfois pour des documents avec des droits à payer, ce qui est toujours plus compliqué, d’autres ne l’ont pas fait. La sélection repose essentiellement sur des séances de travail entre Éric, Véronique et moi, avec les indications de ces historiens, à partir des fonds du musée. En réalité, 75 à 80 % de l’iconographie viennent des fonds du musée de l’Histoire vivante. On avait les articles, on cherchait la documentation qui pouvait les illustrer. En même temps, on savait très bien qu’on avait des besoins. Par exemple, quand on fait ce genre de livre ou des expositions, il faut qu’il y ait des documents que les gens reconnaissent. Bien sûr, la photo d’Ho-Chi-Minh, il faut qu’elle y soit pour un certain public… Donc il faut la photo d’Ho-Chi-Minh, et ça c’est la BNF. En vérité, il y a quinze à vingt photos du congrès, toujours les mêmes.

125Ce qu’on a fait d’original, mais à partir d’un document qui n’est pas de notre fonds, c’est le film du musée Albert Kahn, dont on a fait des captures d’écran, et tout un travail d’identification – qui n’est pas complet – des gens qu’on voit sur les photos. Parce que souvent, sur les photos du congrès de Tours, on reconnaît Paul Vaillant-Couturier, Marcel Cachin, et puis ça s’arrête là, très vite. Donc, identifier les gens qu’on voit sur les photos ou sur le film, cela a été pour beaucoup le travail d’Éric ; Jean Vigreux nous a beaucoup aidés aussi. On voulait faire ça depuis le début, on l’avait beaucoup en tête, parce que s’il faut qu’il y ait des photos connues, en terme éditorial, il faut qu’on apporte aussi des choses un peu plus originales. Mais en fait, c’est la richesse du musée, ces 80 % d’iconographie venus du musée, c’est un peu l’histoire de ce musée, qui a été longtemps un musée d’histoire « officielle », mais qui depuis plusieurs décennies s’en est détaché et a rassemblé une documentation, un fonds très important, qu’il faut continuer d’explorer et d’utiliser.

126Annie Burger-Roussennac :

127Des fonds privés largement inédits ont également été sollicités ?

128Frédérick Genevée :

  • 33 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours, op. cit., (...)

129Il y en a, comme l’affiche de la campagne électorale de novembre 1919, avec le portrait de Jaurès, qui nous a été prêtée par Michel Dixmier, un collectionneur33.

130Annie Burger-Roussennac :

131Et le fonds Sémard ?

132Frédérick Genevée :

133Oui, il y a d’autres institutions qui nous ont prêté des documents. Le fonds Sémard, c’est l’IHS-CGT Cheminots34. Il y a aussi les archives du Parti communiste : on publie la motion Mistral – c’est dans le fonds Daniel Renoult, dans les archives du PCF – que vous aviez déjà utilisée dans le livre de 1980. On savait que dans le livre de 1980 il y avait des documents du fonds Renoult, donc je suis allé le consulter pour voir ce qu’on pouvait publier. Il y a des choses plus récentes, je l’ai dit lors de l’inauguration. L’année dernière, un communiste syndicaliste m’a apporté dans un sac en plastique les archives d’Abel Terrasson, qui a sa biographie dans le Maitron35. Cheminot, conseiller municipal socialiste à Clamart, puis communiste, il a été révoqué et inculpé pour atteinte à la sécurité de l’État – le fameux « complot » – et dans ce fonds on trouve des lettres à Blum, des lettres à Cachin… On n’a pas tout mis, mais ce fonds est vraiment très intéressant. Et ça, on l’a récupéré il y a un an. Quand c’est arrivé, on avait déjà le livre en tête, et on s’est dit qu’on l’utiliserait d’une manière ou d’une autre. Mais ça, ce sont les hasards des trouvailles archivistiques, qui ne sont jamais totalement terminées. Comme je le dis souvent, les archives, c’est une histoire sans fin. Donc il y a eu une interaction entre les gens qui nous ont rendu des textes, les fonds du musée et notre connaissance de documents dans des institutions partenaires.

134Annie Burger-Roussennac :

135Vous partez, comme Jacques Girault, de l’idée de faire une histoire « par le bas », de penser le congrès de Tours par tous ceux qui l’ont fait, pas seulement par les dirigeants et le renouvellement de la direction ou de la stratégie. On voit apparaître toute une série de figures féminines, et dans l’ensemble du livre, on voit nettement la présence des femmes et des questions sur la place des femmes dans la vie politique.

136Frédérick Genevée :

  • 36 Yvonne Sadoul est présente à la tribune du congrès à Tours et de ce fait très visible sur les photo (...)

137Ce livre est sur un champ éditorial qui est celui de la vulgarisation. Ce n’est pas un livre de recherche, même s’il y a parfois des choses nouvelles dans certains articles, et notamment la question des femmes, qui a été assez peu travaillée au congrès de Tours, et pour cause : cinq femmes sur trois cents délégués… On a voulu leur donner une place, mais c’est lié aussi au contexte, au développement de l’histoire du genre. Se poser maintenant la question des femmes chaque fois qu’on écrit un livre me paraît être une nécessité. Donc il y a un article sur les femmes révolutionnaires, on parle des déléguées, on met en avant Clara Zetkin, Lucie Colliard… Quelqu’un m’a envoyé un texto la semaine dernière, et ce n’est pas un historien, pour me dire : « Je viens de découvrir Yvonne Sadoul, quel personnage extraordinaire ! Je vais lire son livre de mémoires… »36.

138Annie Burger-Roussennac :

139Oui, mais il y a un effet de groupe. Quand on lit les différentes notices, on voit que dans chaque notice on mentionne la présence des femmes. Cela n’aurait pas été souligné il y a quarante ans.

140Frédérick Genevée :

141Peut-être, mais c’est l’effet général de la place de cette historiographie qui progresse. Il y a quarante ans, il n’y avait pas la revue Clio. Alors, on a eu une difficulté : on voulait qu’il y ait plus d’historiennes qui écrivent, mais on a eu beaucoup de refus ; on a eu plus de refus de femmes que d’hommes. Il est vrai que le sujet a été moins travaillé par des femmes, mais il y a quelques femmes qui auraient pu écrire dans le livre, qu’on a sollicitées et qui n’ont pas voulu, pour des raisons diverses.

142Annie Burger-Roussennac :

  • 37 Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

143Vous rendez compte effectivement de toutes les problématiques actuelles. La notion de réseau est très présente dans le livre, tout comme la notion de matrice, qui est au cœur de la thèse de Jean Vigreux sur Waldeck Rochet et irrigue les questionnements des différents participants37.

144Frédérick Genevée :

145Mais ça, c’est en choisissant les historiens et les historiennes. Ceux et celles qui écrivent dans le livre sont des chercheurs et des chercheuses qui travaillent actuellement et qui maîtrisent leurs problématiques. Moi, ce qui me frappe, c’est le consensus qui se construit, une convergence entre les écoles historiographiques qui auparavant étaient vraiment très clivées. Et là, elles se rapprochent. Il suffit donc de demander aux gens de faire 4 000 signes sur un sujet qu’ils connaissent, ce sont tous des historiens et des historiennes sérieux, ils le font. Certes, 4 000 signes, c’est un exercice avec de très fortes contraintes, mais qui rend la lecture du livre, je crois, assez aisée pour des gens qui ne sont pas des spécialistes. En même temps, on ne se moque pas du lecteur puisque, comme tu l’as dit, il y a les problématiques récentes qui transparaissent. Je crois que ça, on l’a réussi.

146Annie Burger-Roussennac :

147La parole est maintenant à ceux qui souhaitent la prendre…

148Anne Jollet :

149Les intervenants peuvent aussi profiter de cette rencontre pour poser des questions entre eux bien sûr.

150Jacques Girault :

151Je viens de recevoir le livre qu’a codirigé Frédérick Genevée et je le trouve admirable. C’est un exemple même de ce qu’il faut faire, à savoir publier beaucoup de documents et les remettre finalement dans un contexte. Je le trouve bien illustré, et j’espère qu’il sera bien diffusé, bien vendu, parce que vraiment j’ai été surpris, je le dis, de voir la qualité de cet ouvrage.

152Frédérick Genevée :

153On en a fait tirer mille exemplaires, ce n’est pas les deux mille ou les quatre mille de 1980.

154Annie Burger-Roussennac :

155C’est déjà un défi, de diffuser mille exemplaires !

156Avec votre ouvrage, Jacques Girault et Jean-Louis Robert, vous aviez construit une place pour une historiographie à la fois militante et, selon le mot de Madeleine Rebérioux, « scientifique mais non neutre ». Aujourd’hui, Frédérick Genevée et son équipe semblent construire un ouvrage d’histoire plus neutre…

157Frédérick Genevée :

158C’est une vraie question ! Mais ce n’est pas le cas pour ce livre. En l’occurrence, je disais au début du débat que je me suis occupé à partir de 2004 (je ne me suis donc pas occupé de l’anniversaire 2000 et en 2010 il ne s’est pas passé grand-chose), donc de 2004 à 2018, je me suis occupé des archives et de la mémoire du Parti communiste. J’ai essayé de toujours défendre une conception qui consiste à dire que la mémoire a besoin d’histoire, et que construire une mémoire partisane sur des mythes, c’est se préparer des catastrophes. Là, je parle en tant que militant et ancien responsable politique : il vaut mieux assumer la contradiction et aborder les questions qui font mal d’un point de vue historique, y compris du point de vue de la mémoire de l’organisation partisane, cela a plus d’avenir que de se cacher derrière des mythes, même s’ils peuvent être très confortables. Donc, je vais le dire à la hache et il ne faut pas le prendre au premier degré : peu importe la manière dont on en parle, du moment qu’on en parle. Pour ce qui est du mouvement ouvrier, du mouvement communiste, j’en suis convaincu. Il y a vraiment un enjeu pour que ce patrimoine ne disparaisse pas, et il ne s’agit pas de le mettre sur un autel, mais au contraire de le travailler, d’en débattre et de mettre en scène les disputes. C’est beaucoup plus puissant. C’est pour cela qu’en 2000 on avait fait un CD-ROM qui s’appelait Le Communisme en France : une traversée du siècle. J’avais dirigé ce travail avec Serge Wolikow, Roger Martelli et Jean Vigreux, et on avait sollicité plein d’ami·es. Pour chaque chapitre, on publiait des extraits des différentes écoles historiographiques sur les questions en débat. Cela me paraît une démarche beaucoup plus forte du point de vue historiographique, mais aussi du point de vue mémoriel. En ce sens, le livre est un livre militant, mais pas au premier degré. C’est, d’une certaine manière, le prolongement de ce que vous avez fait il y a quarante ans, avec sans doute à ce moment-là des contraintes plus fortes de la part de l’institution partisane. Nous, nous n’avons pas eu cela à gérer. Pour nous, rien ne pèse.

159Annie Burger-Roussennac :

160Ce qui me frappe en 2020, c’est cette réunion, cette espèce de front commun des historiens. Quand vous pensez la scission, on pense aussi l’union possible, en tout cas le dialogue possible à l’intérieur de la gauche.

161Frédérick Genevée :

162Ce que je disais, c’est que ce n’est pas un dialogue politique, c’est un dialogue historiographique avec des sensibilités différentes. Toute personne peut discuter les hypothèses que j’avançais. Pourquoi est-ce possible ? Parce que cent ans ont passé, sans doute, parce que l’objet est plus « froid ». Jean-Louis a raison, on ne peut pas commémorer cent ans après comme dix ans après l’événement. Il y a le recul, et je suis convaincu que l’objet est plus « froid », ce qui ne me satisfait pas spécialement.

163Annie Burger-Roussennac :

164Peut-être que la forme partidaire aussi est en crise profonde, ce qui est quand même la grande différence avec 1980.

165Frédérick Genevée :

166Oui, les deux partis issus de Tours sont en difficulté.

167Gilles Candar :

168Ce n’est pas faux, mais il y a aussi un aspect positif, c’est le travail réalisé par le musée de l’Histoire vivante, parce qu’au fond le travail historiographique peut parfois susciter des tensions très vives. Or, c’est vrai que vous avez réussi dans ce livre à associer des signatures de gens très différents. C’est peut-être aussi parce qu’on est finalement habitués, parce que le musée de Montreuil, une association, a cette habitude d’ouverture, de travailler avec tout le monde, de solliciter deux fondations différentes, Péri et Jaurès. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut inventer sur un coup, c’est quelque chose qui se prépare toujours parce que cela repose sur une pratique de plusieurs années. C’est un aspect intéressant et à mon avis positif, qu’il est bon aussi de mettre en avant.

169Frédérick Genevée :

170Tu as raison, Gilles, le travail pluraliste ne date pas de 2020. Les gens qu’on a sollicités, on les connaît quasiment tous. Il y a une confiance et une connivence antérieures qui permettent d’aller à l’essentiel sans se perdre. Peut-être effectivement le parrainage des deux fondations lève-t-il des ambiguïtés. Elles ne sont ni l’une ni l’autre intervenues sur le contenu, mais elles rassurent peut-être, et ce n’est pas la première fois que l’on travaille avec les deux.

171Gilles Candar :

  • 38 « Le futur possible des mondes ouvriers et socialistes (1917-1923) », Archives nationales, Pierrefi (...)

172On évoquait tout à l’heure les jeunes chercheurs. J’aimerais en citer au moins deux : Adeline Blaszkiewicz-Maison travaille sur Albert Thomas, lequel est très marginalisé au moment de Tours. Elle fait partie des historiennes dont le nom doit être retenu pour ses travaux sur la période. Emmanuel Jousse a piloté le numéro de la revue Mil neuf cent, « À quoi sert un congrès politique ? » On y constate le déplacement des questions : ce n’est plus vraiment une explicitation du congrès de Tours, mais une interrogation sur le rôle du congrès dans une formation politique, sur ce qui s’y passe, ce qui a vraiment lieu dans un congrès et sur la mise en spectacle du politique, avec plusieurs études intéressantes. Emmanuel Jousse prépare aussi un colloque aux Archives nationales en novembre sur les futurs possibles des mondes ouvriers socialistes, donc une approche plus internationale sur les différentes attentes des années 1919-1920, pas seulement la révolution d’Octobre, et cela débouchera sur un numéro spécial des Cahiers Jaurès en 202138. Voilà deux propositions de lectures pour les temps à venir.

173Pascal Guillot :

  • 39 Roger Martelli, « Le Congrès de Tours, étude critique établie par Jean Charles, Jacques Girault, Je (...)
  • 40 « Études sur le congrès de Tours », Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, nouve (...)

174Un travail de vulgarisation s’impose quand on voit que Tours résonne encore très peu, surtout parmi les jeunes générations. De tels ouvrages peuvent peut-être contribuer à davantage diffuser le politique. Pour conclure, quelle est l’articulation de ces publications avec les Cahiers d’histoire, et notamment à l’époque de celle de 1980 ? Roger Martelli, alors rédacteur en chef de la revue, dans sa critique parue dans les Cahiers d’histoire de l’IRM, le numéro 4 de 1981, parle « d’un grand livre, d’une belle initiative, d’un modèle d’érudition et d’une présentation fort scrupuleuse, et d’une lecture passionnante39 ». Réfléchir sur l’articulation entre la transformation de l’Institut Maurice Thorez en Institut de recherche marxiste, la publication du numéro des Cahiers d’histoire consacré au congrès40 et la publication du sténogramme est à faire et ouvre des questionnements épistémologiques stimulants.

175Anne Jollet :

  • 41 Jean-Charles Buttier, Caroline Fayolle (dir.), « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement (...)

176Je partagerais volontiers une idée que Roger Martelli nous rappelle souvent, et que peut-être on sent à travers les différentes prises de parole, c’est le passage de l’appellation « historien communiste » à l’appellation « historien du PCF ». C’est-à-dire qu’il y a des gens qui étaient membres du Parti communiste et qui en même temps faisaient de l’histoire. Jean-Louis a bien rappelé quelles tensions il pouvait y avoir, et aussi quels efforts il pouvait y avoir à faire pour produire une histoire, comme l’a dit Albert Soboul par ailleurs, qui n’est pas « une histoire communiste » mais qui est « l’histoire ». Et ça, c’était très fort, et pas seulement dans les questions d’histoire du communisme, c’est la volonté de tous ces historiens, je crois, membres du Parti communiste et militants, de contribuer à l’histoire et non de faire une histoire singulière qui serait l’histoire communiste. Tout en étant conscients que leur engagement les amenait à traiter de problématiques longtemps marginalisées par les institutions académiques, dont étaient le monde ouvrier, les mouvements révolutionnaires, le Parti communiste. D’où une dimension militante qui ne veut pas dire partisane, encore moins partiale. Les Cahiers d’histoire, devenus Revue d’histoire critique, viennent de publier un dossier intitulé « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement », qui réaffirme ce lien consubstantiel, plus ou moins conscient et revendiqué, entre histoire et engagement41. On admet en même temps facilement aujourd’hui que ce n’est pas l’adhésion partisane qui dicte l’histoire que l’on fait.

177Un autre mot sur les écarts : quand on ouvre le dossier des Cahiers d’histoire de 1980, on trouve dès l’introduction le terme de « nécessité historique ». On a collectivement aujourd’hui beaucoup moins de certitudes quant à la « nécessité historique », syntagme qui renvoie aux fameuses « lois de l’histoire ». Je rejoins ce que disait Gilles sur les façons de problématiser qui ne sont pas les mêmes. On trouve aussi dans l’article de Jean-Louis dans ce même numéro des Cahiers une place importante des analyses économiques, et on peut facilement remarquer que, en 2020, cette dimension des transformations des sociétés est largement moins présente dans les réflexions globales quant aux formes du politique. Dernier point, dans ces redéfinitions de problématiques, je voudrais insister sur les formulations en termes de genre, longtemps peu présentes : Frédérick a évoqué les entrées dans le livre qu’il a codirigé, j’évoque la journée d’étude de l’université de Poitiers, « Les communistes à l’épreuve du genre», avec une table ronde, « Les femmes communistes sont-elles des femmes comme les autres ? », qui croisera l’histoire des femmes communistes et le point de vue des militantes féministes et communistes d’aujourd’hui42.

178La question des femmes, Annie l’a bien dit, fait effectivement partie de ce qu’on voit émerger, et pas seulement pour dire leur faible présence dans le congrès. Ceci notamment à travers les études locales dans les départements. Ce sont des choses qui sont présentes : à chaque fois (ou presque) que je découvre une femme et que je vais voir dans le Maitron, je m’aperçois qu’il y a une fiche, donc il n’y a pas eu d’effet d’effacement : elles sont bien présentes, mais à un moment le regard des historien·nes se polarise autrement et, du coup, cela donne envie de relire toutes ces fiches et de les mettre en batterie pour faire autre chose, y compris dans ces premiers temps du Parti communiste, dans les années 1920, et y compris dans les congrès départementaux dont Jean-Louis évoquait tout à l’heure les fiches. On peut espérer que la publication de ce débat dans les Cahiers d’histoire et sa mise en ligne permettront aussi de poursuivre ce travail.

179Ce n’est peut-être pas le moment de répondre à l’interrogation de Frédérick : les Cahiers d’histoire sont-ils « dans l’entourage » du Parti communiste ? On pourrait dire oui et non. Mais, sans doute, on ne parle plus dans ces termes topographiques. Il y a des groupes de travail qui fonctionnent sur des bases qui ne sont ni celles des appartenances de partis ni de « proximité » à une organisation, mais par proximité d’idées, je dirais, quand on est historien·ne, de priorités historiennes. Qu’est-il le plus urgent, le plus important d’étudier à un moment du présent ? C’est, je pense, la dynamique du comité de rédaction des Cahiers d’histoire, qui sont plutôt coordonnés sur un projet qui effectivement n’est pas neutre et qui est travaillé profondément par ces questions d’engagement, par le rapport de l’histoire à la société, mais ne passe pas par la question des appartenances partisanes. Ce pourra être un autre débat.

180Annie Burger-Roussennac :

181Il y a quand même quelques communistes, dans le comité de rédaction !

182Anne Jollet :

183Je n’ai pas dit qu’il n’y avait pas de membres du PCF, ni d’autres organisations communistes, mais ce n’est pas le principe de regroupement des personnes qui sont dans le comité de rédaction. Il y a d’ailleurs aujourd’hui bien des façons d’être engagé·e dans une structure, tant du point de vue des débats idéologiques, politiques qu’historiographiques. Je crois que c’est aussi un objet d’étude, qui nous ramène au congrès de Tours d’ailleurs. L’histoire des adhésions partisanes, notamment au Parti communiste, est bien étudiée, mais en même temps, pour les jeunes générations, il y a sans doute tout un travail de redécouverte qui peut-être va se faire autour de 2020, des années qui vont venir aussi, puisque je crois que le grand congrès prévu à Tours – je ne sais pas s’il aura lieu un jour – est programmé pour 2021, et les Cahiers d’histoire vont publier un dossier en 2021, sous la direction d’Annie et de Pascal. On peut espérer que ces événements provoqueront de nouvelles curiosités et de nouvelles recherches, un peu comme en a suscité le bicentenaire de la Révolution française ! On essaiera de se rafraîchir de ce moment neuf, qui évidemment était plein d’espoir pour les uns, plein d’illusions pour d’autres, plein de peurs pour d’autres encore. Tous les moments d’ouverture, de création, sont des moments très stimulants. On ne peut pas dire que nous soyons aujourd’hui dans un moment de création spectaculaire, mais évidemment l’histoire chemine et ce moment de naissance nous incitera à voir le neuf qui advient …

  • 43 Sauf mention contraire, les notes sont de la responsabilité de la rédaction des Cahiers d’histoire.

184S’il n’y a plus de questions, on va se dire à la suite et merci à vous tous et toutes43.

Haut de page

Notes

1 Parmi d’autres initiatives, mentionnons le colloque international qui devait se tenir à Tours à l’initiative de l’université de Tours, mais est repoussé à 2021. Le Parti communiste a édité plusieurs ouvrages et devrait présenter deux grandes expositions à son siège. Des initiatives militantes et/ou scientifiques ont lieu à l’initiative de multiples structures. La Fondation Gabriel Péri a organisé une journée de débats en ligne le 28 novembre. L’université de Poitiers s’est associée au centenaire à travers une table ronde de son laboratoire Criham le 26 novembre : « Les femmes communistes sont-elles des femmes comme les autres ? » (<https://emf.fr/ec3_event/les-femmes-communistes-sont-elles-des-femmes-comme-les-autres/>) et une journée d’étude est reportée au 25 mars 2021). La Fondation Gabriel Péri a prévu de présenter sur son site l’ensemble des initiatives liées au centenaire. Elle organise elle-même des débats en ligne (<https://gabrielperi.fr/initiatives/autour-dun-centenaire-livres-et-revues/>).

2 Roger Martelli, « Le congrès fondateur : mémoire et identité », dans Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours. Scission du socialisme et fondation du Parti communiste, 1914-1924, Montreuil, Musée de l’Histoire vivante, 2020, p. 174-176.

3 Références dans les synthèses récentes : Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le Parti rouge. Une histoire du PCF, 1920-2020, Paris, Armand Colin, 2020 ; Julian Mischi, Le Parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours, Marseille, Hors d’atteinte, 2020.

4 Office universitaire de recherche socialiste, créé par Guy Mollet en 1969 dans le contexte de la disparition de la SFIO et de la naissance du Parti socialiste. Site Internet : <https://www.lours.org>.

5 Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, « À quoi sert un congrès politique ? Le congrès de Tours et ses échos européens », n° 38, 2020, sommaire en ligne : <https://www.revue1900.org/spip.php?rubrique58>.

6 Exposition « Aux alentours du congrès de Tours, 1914-1924) », musée de l’Histoire vivante, 93-Montreuil, du 1er octobre 2020 au 31 janvier 2021. Site Internet du musée : <http://www.museehistoirevivante.fr>.

7 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours, op. cit. ; Léon Blum, Le Congrès de Tours. Le socialisme à la croisée des chemins, 1919-1920, préface de Romain Ducoulombier, Paris, Gallimard, 2020.

8 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours, op. cit.

9 Cette salle jouxtant l’église Saint-Julien de Tours, aujourd’hui disparue, a accueilli les séances du congrès en 1920.

10 Livres parus à ce jour à l’initiative du PCF dans le cadre du centenaire : Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), 100 ans de Parti communiste, Paris, Éditions du Cherche-Midi, 2020 ; Guillaume Roubaud-Quashie et Corentin Lahu, 100 ans d’histoire de France et du PCF sur les murs, Paris, Éditions Helvetius, 2020 ; Yolande Rasle, Renaud Faroux, Libres comme l’art. Cent ans d’histoire entre les artistes et le PCF, Paris, Éditions de l’Atelier, 2020.

11 En témoigne la dernière édition pour ce centenaire, Léon Blum, Le Congrès de Tours, op. cit.

12 Thèse sous la direction de Pierre Renouvin, soutenue en 1964 et publiée la même année : Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, 1914-1920, Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français, Paris-La Haye, Mouton, 1964, 997 p., dernière rééd., Flammarion, coll. « Champs », 1995, 448 p.

13 Jacques Girault a précisé en lisant le contenu de nos échanges dans cette table ronde : « Préparant une thèse de doctorat d’État sous la direction de Pierre Vilar sur l’implantation du Parti entre les deux guerres, j’ai été, depuis la fin des années 1960, en contact avec tous les historiens, communistes ou non communistes, travaillant sur l’histoire du communisme et plus largement sur le mouvement ouvrier (Institut Maurice Thorez, CERM, Institut français d’histoire sociale, OURS, les revues La Nouvelle Critique et Le Mouvement social, Dictionnaire Maitron, Annie Kriegel, etc.) ».

14 L’Institut Maurice Thorez, fondé au milieu des années 1960, était alors le centre de recherche du Parti communiste, particulièrement sur les questions d’histoire, jusqu’à sa fusion avec le CERM (Centre d’études et de recherches marxistes) en 1979. La fusion donne naissance à l’Institut de recherches marxistes (IRM) qui fonctionne jusqu’en 1995, date de sa transformation en association sous le nom d’Espaces Marx.

15 Annie Kriegel, Le Congrès de Tours, 1920. Naissance du Parti communiste français, Paris, Archives-Julliard, 1973.

16 Il s’agit de Jean Charles, Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky et Claude Willard. Le livre s’intitulera, Le Congrès de Tours (18e congrès national du Parti socialiste), texte intégral, Paris, Éditions sociales, 1980.

17 Jean-Louis Robert, La Scission syndicale de 1921 : essai de reconnaissance des formes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980, 235 p. Le livre est la publication d’une thèse de 3e cycle soutenue en 1977.

18 L’immeuble du 64 boulevard Blanqui, dans le 13e arrondissement de Paris, était le siège de l’Institut de recherches marxistes.

19 Sur Daniel Renoult, voir l’article de Claude Pennetier, mis à jour par Marie-Cécile Bouju dans le Dictionnaire biographique. Le Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article89795>.

20 IMLI : Institut international du marxisme-léninisme, devenu aujourd’hui RGASPI.

21 Claude Willard, « Annie Kriegel, Aux origines du communisme français (1914-1920), Paris, EDI, 2 volumes », dans La Pensée, 1967, p. 140-142.

22 Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice-Thorez, dossier « Dans la vie des congrès communistes », n° 1, 1972, <https://pandor.u-bourgogne.fr/ead.html?id=FRMSH021_00008#>.

23 Émission diffusée sur France Culture entre 1966 et 2014, présentée sous forme d’entretiens et de débats autour de thèmes et de publications relatifs à l’histoire.

24 Histoire du Parti communiste français, Paris, Éditions sociales, 1964.

25 Jean Fréville, La Nuit finit à Tours. Naissance du Parti communiste français, Paris, Éditions Sociales, 1950, nouvelle édition pour le cinquantenaire, Paris, Éditions sociales, 1970.

26 Historien, intellectuel communiste, il fut, parmi beaucoup d’autres responsabilités, l’un des fondateurs en 1939 du Musée de l’Histoire vivante à Montreuil, voir Jean Bruhat dans Le Maitron. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, <https://maitron.fr/spip.php?article18060>. Il était aussi membre du comité de rédaction des Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes qui succèdent en 1980 aux Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez.

27 Les Cahiers du bolchevisme sont alors l’organe théorique du Parti communiste, consultables en ligne : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb327356292/date>.

28 l’Humanité, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403429z>.

29 Jacques Girault fait allusion au livre finalement publié en 1977, Jacques Girault, Sur l’implantation du parti communiste dans l’entre-deux guerres, Paris, Éditions sociales, 1977.

30 Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, n° 34, 1980, p. 6-9. Le directeur de la revue Georges Cogniot est mort en 1978. Les rédacteurs en chef sont Jean Charles, Jean Gacon, Roger Martelli. Ils le resteront, sans directeur désormais, lors de la transformation de la revue, au début de 1980, en Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes.

31 Léon Blum, Pour la vieille maison. Intervention au congrès de Tours, Paris, Librairie populaire du Parti socialiste, 1934, réédité en 1936 et 1937, puis en 1969 sous le titre Il faut que quelqu’un reste garder la vieille maison, Paris, Ours, 1969, avant la publication dans les œuvres complètes en 1972.

32 Jacques Girault et Jean-Louis Robert, 1920, le congrès de Tours, Présentation, extraits, résolutions, Paris, Messidor-Éditions sociales, 1990.

33 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du congrès de Tours, op. cit., p. 59.

34 Pierre Sémard, fusillé en 1942, a été le secrétaire général de la fédération CGT-U, puis CGT des cheminots, de 1934 à son exécution. Voir sa biographie dans <https://maitron.fr/spip.php?article8625>.

35 Abel Terrasson est lui aussi cheminot, <https://maitron.fr/spip.php?article8923&id_mot=26>.

36 Yvonne Sadoul est présente à la tribune du congrès à Tours et de ce fait très visible sur les photos. Elle était l’épouse de Jacques Sadoul, alors condamné à mort par contumace pour avoir pris parti pour la révolution bolchévique, mais elle était elle-même une militante socialiste, déléguée à plusieurs congrès d’avant-guerre, Voir sa biographie dans le Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article8923&id_mot=26>.

37 Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

38 « Le futur possible des mondes ouvriers et socialistes (1917-1923) », Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine, colloque initialement prévu les jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2020, et reporté.

39 Roger Martelli, « Le Congrès de Tours, étude critique établie par Jean Charles, Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky, Claude Willard », Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, nouvelle série, n° 4 (38), 1981, p. 190-192.

40 « Études sur le congrès de Tours », Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, nouvelle série, n° 3 (37), 1980, p. 6-146.

41 Jean-Charles Buttier, Caroline Fayolle (dir.), « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 144, 2019.

42 Enregistrement de la table ronde : <https://emf.fr/ec3_event/les-femmes-communistes-sont-elles-des-femmes-comme-les-autres/>.

43 Sauf mention contraire, les notes sont de la responsabilité de la rédaction des Cahiers d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Avec la participation des historiens Gilles Candar, Frédérick Genevée, Jacques Girault et Jean-Louis Robert, « Commémorer le congrès de Tours : quels enjeux politiques et historiographiques ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147 | 2020, 115-148.

Référence électronique

Avec la participation des historiens Gilles Candar, Frédérick Genevée, Jacques Girault et Jean-Louis Robert, « Commémorer le congrès de Tours : quels enjeux politiques et historiographiques ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15316

Haut de page

Auteurs

Avec la participation des historiens Gilles Candar

Président de la Société d’études jaurésiennes

Frédérick Genevée

Président de l’Association du Musée de l’Histoire vivante

Articles du même auteur

Jacques Girault

Professeur émérite, Université Paris-13

Articles du même auteur

Jean-Louis Robert

Professeur émérite, Université Paris-1, président de l’association Amies et amis de la Commune de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search