Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147UN CERTAIN REGARDLe Temps des ouvriers, série de q...

UN CERTAIN REGARD

Le Temps des ouvriers, série de quatre documentaires de Stan Neumann, Arte Éditions, 2020, 4x52 min.

Une plongée dans le quotidien des ouvriers, du 18e siècle à nos jours
Thierry Pastorello
p. 209-213

Texte intégral

1Stanislav Neumann est un documentariste français, auteur de nombreux documentaires sur la muséographie et l’architecture. Cette série en quatre parties nous invite à une introspection de l’histoire du monde ouvrier européen du 18e siècle jusqu’à la fin du 20e siècle.

  • 1 Karl Marx, Friedrich Engels, Le Manifeste du Parti communiste, Paris, Ère nouvelle, 1895, p. 4.
  • 2 Jacques Brasseul, « Chapitre 3 - La révolution industrielle en Grande-Bretagne et en France au XVII (...)
  • 3 Jacques Brasseul, Une revue des interprétations de la révolution industrielle, <https://regionetdev (...)
  • 4 Jean-Paul Durand, « Les outils contemporains de l'aliénation du travail », Actuel Marx, 2006/1 (n°  (...)

2La première partie aborde l’apparition de l’usine en Grande-Bretagne, ce que l’on nomme en d’autres termes le factory system. L’expression « révolution industrielle », comme le souligne l’universitaire Jacques Brasseul, apparaît en France au début du 19e siècle, puis sous la plume de Marx et Engels dans leur Manifeste de 18481. Pourtant, c’est seulement dans les années 1880 que son utilisation devient courante2. La croissance du marché bouleverse la chaîne de fabrication. Désormais, le tisserand autonome travaille au sein d’une usine, où il vend sa force de travail : il devient un prolétaire. Cette classe ouvrière se constitue par l’exode d’une paysannerie pauvre, chassée de ses terres par le mouvement des enclosures et la disparition des terrains communaux, qui permettaient à ces paysans pauvres de nourrir leurs animaux3. Comme il est affirmé, « les petits paysans sont chassés de chez eux, car on les remplace par des moutons pour le commerce de la laine ». Dans cette organisation du travail, l’auteur insiste sur l’aliénation de l’ouvrier : la cloche rythme autoritairement la vie. Jean-Pierre Durand souligne : « l’ouvrier y consomme les moyens de production comme de simples aliments du travail, et le capitaliste y consomme la force du travailleur en s’appropriant le travail vivant comme sang vital du capital4 ».

3L’illustration de ces rapports de production grâce au film Métropolis de Fritz Lang (1890-1976), réalisé en 1927, est exemplaire. Ce film illustre cette discipline déshumanisante et aliénante : les aristocrates se prélassent et la population laborieuse travaille. D’ailleurs, comme le mentionne le documentariste, pour le dirigeant de l’entreprise, l’ouvrier ne doit pas posséder de montre : s’il est maître de son temps, il complote, il boit. À ce propos, le sociologue Jacques Rancière souligne l’opposition entre l’homme actif disposant de son temps et l’homme passif soumis continuellement à la contrainte. Le documentaire rappelle le travail des enfants dès l’âge de 5 ans dans les filatures de coton écossaises du début du 19e siècle. Il est fait mention de révoltes comme celle des tisserands de Silésie en 1847, illustrée par un film allemand de 1920, Les Tisserands, de Friedrich Zelnik (1895-1950). Le documentaire présente aussi le philanthrope et socialiste utopique Robert Owen (1771-1858), qui met en place un système paternaliste en créant notamment une école primaire, système s’imposant au travailleur.

4La deuxième partie, « Le temps des barricades », voit la naissance d’une conscience de classe. Un mouvement ouvrier se développe, avec des doctrines politiques et syndicales. Certaines sont des doctrines réformistes, comme le saint-simonisme de Pierre Leroux (1797-1871), teinté de socialisme chrétien5, ou des doctrines révolutionnaires avec Étienne Cabet (1788-1856), se définissant comme communiste, ou plus tard Auguste Blanqui (1805-1881), qui contribue à la naissance du socialisme scientifique. L’auteur montre comment les journées ouvrières de juin 1848 et surtout la Commune de Paris en 1871 sont des moments majeurs pour la mémoire ouvrière. La classe ouvrière allemande est à la fin du 19e siècle la plus évoluée. En 1875 est créé le Parti social-démocrate allemand.

  • 6 Ce témoignage est produit dans le cadre du film documentaire qui traite de la vie et des conditions (...)
  • 7 Voir Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié (...)

5Par la suite, la taylorisation progresse dans l’organisation du travail ouvrier. Le travail à la chaîne procède d’une volonté de faire produire plus et à moindre coût. Le travail est parcellisé, minuté et déshumanisé. Le témoignage de Christian Courouge6, ayant travaillé chez Peugeot toute sa vie, l’illustre parfaitement : « Il n’y a que des douleurs », souligne-t-il. Le documentaire insiste en présentant des exemples concrets comme celui des industries de James White (1812-1884), rappelant la pénibilité extrême des journées de travail et ses aspects nocifs pour la santé des ouvriers. Pour les possédants, le prolétaire est toujours un ivrogne, athée7. Les ouvriers de la mine sont eux assimilés à des soldats qui doivent refouler leurs émotions. Dépersonnalisé, le travailleur est soumis à une hiérarchie disposant de lui. Face à cet état de fait, les travailleurs disposent toutefois de l’arme de la grève.

  • 8 Voir Jean-Jacques Becker, Gerd Krumeich, « L’Évolution politique de l’union sacrée et du burgfriede (...)

6L’historienne Marion Fontaine souligne que « la grève générale vise à renverser le système capitaliste ». Les militants CGT veulent alors inventer leur propre forme de lutte, alors que le patronat a recours à son arme classique, la fermeture de l’usine. Le documentaire relate alors la très lente amélioration de la condition ouvrière, avec notamment la timide prise en compte des accidents du travail et les premières lois sociales en France et en Allemagne. La situation des femmes est aussi abordée dans ce contexte ouvrier où la culture laborieuse est marquée par une virilité exacerbée. La déclaration de guerre, en juillet 1914, est un tournant majeur : les organisations ouvrières adhèrent pour la plupart au patriotisme et à l’union sacrée8. Comme le remarque Marion Fontaine, c’est l’appartenance nationale qui prime sur l’identité sociale.

  • 9 Voir Daniel Guérin, Fascisme et grand capital, Paris, Libertalia, 2014, p. 45, 66-67, 76-79.
  • 10 Voir cet article déjà ancien de Janine Ponty, « Une intégration difficile : les Polonais en France (...)
  • 11 Voir à cet effet l’article de Xavier Daumalin, « Industrie marseillaise et immigration italienne en (...)
  • 12 Les mutins de Pangée, Sochaux 11 juin 1968, <https://www.lesmutins.org/sochaux-11-juin-1968, consul (...)
  • 13 Nicolas Renahy, Yasmine Siblot, Marie Cartier, et alii, « De la sociologie de la classe ouvrière à (...)

7La dernière partie de cette série documentaire résume l’histoire ouvrière de l’après-Première Guerre mondiale jusqu’à la fin du 20e siècle. L’entre-deux-guerres est marquée par la victoire du Front populaire en France en 1936 et l’amélioration de la condition ouvrière par les Accords de Matignon des 7 et 8 juin 1936, avec notamment l’attribution de deux semaines de congés payés. Cependant, la classe ouvrière allemande subit un terrible échec, ne parvenant pas à empêcher l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler (1889-1945), le 30 janvier 1933. C’est ici tout le paradoxe que montre cette série documentaire : au moment où la classe ouvrière prend conscience d’elle-même, elle subit des échecs retentissants avec l’arrivée au pouvoir des fascistes en Italie, puis des nazis en Allemagne, et la victoire des franquistes en Espagne à la veille de la Seconde Guerre mondiale9. L’auteur remarque les subterfuges utilisés par les nazis pour tromper la classe ouvrière allemande, ainsi que les poussées de xénophobie de certains ouvriers. Ainsi, en 1934, les mineurs français s’opposent aux ouvriers polonais10. D’autre part, les ouvriers allemands ont adhéré au racisme du régime nazi. Le documentaire prend en compte les situations locales ou nationales expliquant ces poussées de xénophobie, sans chercher à en tirer des conclusions globales11, mais en pointant la victoire du nationalisme sur la conscience sociale. Les révoltes ouvrières à Berlin-Est en 1953 et à Poznan en 1956 sont mentionnées. Le documentaire y oppose alors une classe ouvrière de l’Ouest accédant à la consommation. La dernière partie de cette série documentaire aborde les événements depuis mai 1968 en France, jusqu’à la création du syndicat Solidarnosc en Pologne en 1980 et le coup d’État du 13 décembre 1981 à Varsovie, et enfin la grande grève des mineurs anglais (mars 1984-mars 1985). En 1968 en France, il est remarqué combien les OS majoritaires demeurent les plus engagés dans les grèves de mai-juin, notamment à Peugeot-Sochaux12. Cette différenciation dans la lutte est aussi le miroir de l’hétérogénéité des classes populaires13. L’échec des mineurs anglais signe comme la défaite majeure du monde du travail.

  • 14 Claude Willard, « Conclusion : Où en est la classe ouvrière ? », dans Claude Willard (éd.), La Fran (...)
  • 15 Ibid.

8Ces documentaires se terminent avec la désindustrialisation et l’ubérisation du monde du travail, prenant comme exemple une usine de chaussures à Romans-sur-Isère. Cependant, la conclusion est discutable, car le documentariste y affirme que la classe ouvrière est un mythe de l’incarnation des opprimés. Cette classe ouvrière aurait perdu son clocher, l’URSS. Peut-être l’auteur est-il trop attaché à une vision mythique de la classe ouvrière agissante pour libérer ses chaînes14 ? Comme le souligne Claude Willard : « la dilution des mythes et le recul de la classe ouvrière ne sont pas la disparition du groupe. Le groupe ouvrier résiste et s’ouvre à l’expérience de tous les groupes du salariat15 ». D’ailleurs, les récentes luttes de la fin de l’année 2019 et début 2020 en France contre la réforme des retraites ne le disent-elles pas ?

Haut de page

Notes

1 Karl Marx, Friedrich Engels, Le Manifeste du Parti communiste, Paris, Ère nouvelle, 1895, p. 4.

2 Jacques Brasseul, « Chapitre 3 - La révolution industrielle en Grande-Bretagne et en France au XVIIIe siècle », dans Jacques Brasseul (dir.), Petite histoire des faits économiques et sociaux. Des origines à nos jours, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2013, p. 79-120. URL : <https://www.cairn.info/petite-histoire-des-faits-economiques-et-sociaux--9782200285081-page-79.htm>.

3 Jacques Brasseul, Une revue des interprétations de la révolution industrielle, <https://regionetdeveloppement.univ-tln.fr/wp-content/uploads/R7_Brasseul.pdf>, consulté le 11 juin 2020.

4 Jean-Paul Durand, « Les outils contemporains de l'aliénation du travail », Actuel Marx, 2006/1 (n° 39), p. 107-122. DOI : 10.3917/amx.039.0107. URL : <https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2006-1-page-107.htm>.

5 Pierre Leroux, <http://premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr/collection/pierreleroux>, consulté le 12 juin 2020.

6 Ce témoignage est produit dans le cadre du film documentaire qui traite de la vie et des conditions du travail à la chaîne chez Peugeot-Sochaux dans les années 1970, Avec le sang des autres, de Bruno Muel (1975).

7 Voir Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 451-453.

8 Voir Jean-Jacques Becker, Gerd Krumeich, « L’Évolution politique de l’union sacrée et du burgfrieden », dans Jean-Jacques Becker, Gerd Krumeich (dir.), La Grande Guerre, une histoire franco-allemande, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2012, p. 95-102. URL : <https://www.cairn.info/la-grande-guerre--9782847349962-page-95.htm>.

9 Voir Daniel Guérin, Fascisme et grand capital, Paris, Libertalia, 2014, p. 45, 66-67, 76-79.

10 Voir cet article déjà ancien de Janine Ponty, « Une intégration difficile : les Polonais en France dans le premier 20e siècle », dans Vingtième Siècle, revue d'histoire, n° 7, juillet-septembre 1985, « Étrangers, immigrés, français », sous la direction de Louis Bodin, p. 51-58.

11 Voir à cet effet l’article de Xavier Daumalin, « Industrie marseillaise et immigration italienne en Méditerranée : nouveaux regards (XIXe siècle-années 1930) », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 132, 2016, consulté le 17 juin 2020. URL : <http://journals.openedition.org/chrhc/5320>.

12 Les mutins de Pangée, Sochaux 11 juin 1968, <https://www.lesmutins.org/sochaux-11-juin-1968>, consulté le 19 juin 2020.

13 Nicolas Renahy, Yasmine Siblot, Marie Cartier, et alii, « De la sociologie de la classe ouvrière à la sociologie des classes populaires. Penser ensemble la condition des ouvriers et des employé-e-s », dans Savoir/Agir, n° 34, 2015/4, p. 55-61. DOI : 10.3917/sava.034.0055. URL : <https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2015-4-page-55.htm>.

14 Claude Willard, « Conclusion : Où en est la classe ouvrière ? », dans Claude Willard (éd.), La France ouvrière. Tome 3, De 1968 à nos jours, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier (programme ReLIRE), « Hors collection », 1994, p. 235-252. DOI : 10.3917/ateli.willa.1995.03.0235. URL : <https://www.cairn.info/la-france-ouvriere--9782708231740-page-235.htm>.

15 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Le Temps des ouvriers, série de quatre documentaires de Stan Neumann, Arte Éditions, 2020, 4x52 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147 | 2020, 209-213.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Le Temps des ouvriers, série de quatre documentaires de Stan Neumann, Arte Éditions, 2020, 4x52 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15386 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15386

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search