Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147DOSSIER« Si cet homme n’avait pas été pr...

DOSSIER

« Si cet homme n’avait pas été prêtre… »

Patriarcalité du pouvoir, script catholique et pédocriminalité dans l’Église
Constance Lalo et Josselin Tricou
p. 69-93

Résumés

Depuis les années 1980, les violences sexuelles sont de plus en plus médiatisées en Occident. Or, cette couverture médiatique s’est d’abord concentrée sur la pédocriminalité au sein de l’Église catholique. Mais un tel cadrage implique-t-il une spécificité cléricale en la matière ? L’Église est-elle une institution patriarcale particulièrement violente ou n’est-elle qu’une manifestation parmi d’autres, au sein d’un continuum social, de la patriarcalité du pouvoir ? S’il apparaît aujourd’hui impossible de répondre avec certitude à cette question, cet article montre néanmoins que deux impensés du script catholique jouent à plein dans la résistance des catholiques à dénoncer et à gérer les pratiques pédocriminelles des prêtres en faveur de la protection et de la réparation des victimes : la difficulté à envisager la possibilité de l’abus de pouvoir, ce dernier étant conçu comme un service, et la difficulté à voir dans le consentement sexuel le point nodal de toute activité sexuelle, indépendamment de la « qualité » des partenaires concernés et de l’atteinte faite à l’institution lorsqu’un clerc est impliqué.

Haut de page

Texte intégral

1  

  • 1 Toutes les citations de victimes de violences sexuelles par des prêtes sont extraites de la page de (...)

« Si cet homme n’avait pas été prêtre il aurait été probablement puni depuis longtemps. Il n’aurait pas pu agir ainsi aussi “confortablement” durant tant d’années. Clairement, le cadre de l’Église lui a ouvert la possibilité d’exercer cette “chasse à l’enfant” et de multiplier les “trophées” en toute impunité. » (Olivier, 46 ans, victime du père Preynat condamné pour agressions sexuelles sur mineurs)1.

2Depuis le milieu des années 1980, les cas de violences sexuelles sont de plus en plus médiatisés en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord. Cette couverture médiatique croissante s’est principalement concentrée sur les agressions sexuelles sur mineurs au sein de l’Église catholique romaine et sur leur dissimulation par sa hiérarchie2. La France, où l’emprise du catholicisme a largement diminué mais où son empreinte reste profonde3, n’a pas échappé à une telle médiatisation. Plusieurs condamnations en justice de prêtres catholiques ayant commis des violences sexuelles sur mineurs, et surtout de leurs responsables hiérarchiques pour non-dénonciation, ont marqué les deux dernières décennies : celles des évêques à la retraite Pierre Pican en 2001 et André Fort en 2018 ; celle, surtout, du cardinal-archevêque de Lyon en exercice Philippe Barbarin en première instance en 20194, avant sa relaxe en appel en janvier 20205, lequel verra finalement sa démission acceptée par le pape deux mois plus tard. Deux films à succès ont également fortement alimenté cette construction en problème public des violences sexuelles sur mineurs et de leur dissimulation par l’Église : les films étatsunien Spotlight (Tom McCarthy, 2016) et français Grâce à Dieu (François Ozon, 2019)6. Par un effet de mise en abyme, chacun de ces films, agent de cette mise à l’agenda public, a projeté sur le devant de la scène des entrepreneurs-clés de la dénonciation : l’équipe d’investigation du journal Boston Globe dans le premier film, à l’origine de la chute de l’archevêque de cette ville ; des victimes elles-mêmes réunies au sein du collectif « La Parole libérée » dans le second, à l’origine de la chute de celui de Lyon. Ce processus a même conduit en 2018 la représentation nationale à se saisir de la question, avec la demande, émanant d’un groupe de sénateurs, de création d’une commission d’enquête parlementaire centrée sur l’Église. Celle-ci se transformera finalement en « mission d’information qui s’intéressera plus largement à la prévention de la pédophilie dans les institutions accueillant des enfants7 », mais conduira l’Église à se saisir du dispositif en instituant elle-même une commission d’enquête indépendante. La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) a été installée le 13 novembre 2018, sous la présidence de Jean-Marc Sauvé, vice-président honoraire du Conseil d’État, à la demande de la Conférence des évêques de France (CEF) et de la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF).

  • 8 Jeannine Verdès-Leroux, « Une institution totale auto-perpétuée », dans Actes de la recherche en sc (...)
  • 9 Éric Macé, L’Après-patriarcat, Paris, Seuil, 2015.
  • 10 Pauline Delage, Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de S (...)
  • 11 Pierre Verdrager, L’Enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Paris, Armand C (...)
  • 12 Pauline Delage, op. cit.
  • 13 Dans l’ensemble de la société, les violences sexuelles sont « genrées » et marquées par la « domina (...)
  • 14 Certains acteurs réflexifs et lanceurs d’alerte dans l’Église sont devenus des chercheurs reconnus, (...)
  • 15 Olivier Bobineau, Joseph Merlet et Constance Lalo, Le Sacré incestueux : les prêtres pédophiles, Pa (...)
  • 16 Karen Holt et Christina Massey, « Sexual Preference or Opportunity : An Examination of Situational (...)
  • 17 Dorothée Dussy, L’Inceste, bilan des savoirs, Marseille, La Discussion, 2013.

3Un tel cadrage médiatique et une telle construction politique impliquent-ils qu’il y ait une spécificité en la matière au sein de l’Église catholique ? L’Église catholique, vieille « institution totale auto-perpétuée8 », encore ouvertement patriarcale, engendrerait-elle plus de violences sexuelles que d’autres institutions ou lieux de socialisation au sein des sociétés occidentales, des sociétés qui sont encore bien loin d’incarner un « après-patriarcat9 » malgré une légitimation croissante de la condamnation des violences envers les femmes10 et envers les enfants11 ? Autrement dit, pour reprendre les mots d’Olivier, victime du père Preynat, cité en exergue de cet article : si cet homme n’avait pas été prêtre, aurait-il été puni depuis longtemps ? S’il n’avait pas été prêtre, aurait-il pu agir aussi « confortablement » durant tant d’années ? Prêtre, le cadre de l’Église lui a-t-il ouvert la possibilité d’exercer cette « chasse à l’enfant » et de multiplier les « trophées » en toute impunité ? S’il ne s’agit pas d’exceptionnaliser l’institution catholique, de la singulariser au point de faire reposer la construction publique de ce problème « sur une dénégation du rôle structurant joué, jusque dans l’intimité, par les rapports sociaux12 » qui traversent l’ensemble de la société, en particulier de sexe et d’âge13, interroger ses spécificités semble nécessaire. Plusieurs logiques institutionnelles et modes de régulation idéologiques propres au catholicisme ont en effet été pointés du doigt en faveur de la thèse d’une spécificité ecclésiale, soit par des acteur·trice·s réflexif·ve·s et lanceur·ceuse·s d’alerte internes à l’institution, soit par des chercheur·euse·s14. Ces logiques et modes de régulation expliqueraient à divers niveaux une prévalence supposée plus forte qu’ailleurs des violences sexuelles exercées par des prêtres. Elles en façonneraient les spécificités, notamment leur vécu comme des « incestes symboliques15 », ainsi que la surreprésentation des garçons et surtout des garçons adolescents parmi les victimes au sein de l’Église16, contrairement aux violences sexuelles intrafamiliales qui touchent majoritairement les petites filles17. Elles expliqueraient enfin et peut-être surtout la dissimulation apparemment banalisée de ces faits par sa hiérarchie.

  • 18 Aníbal Quijano, « “Race” et colonialité du pouvoir », dans Mouvements, no 51/3, 10 septembre 2007, (...)

4On manque néanmoins de données solides pour comparer la prévalence de tels actes au sein de l’Église catholique à celles qui existent dans d’autres institutions (d’éducation notamment) ou lieux de socialisation (clubs sportifs, colonies de vacances) ou plus encore au sein même des familles. À ce stade, il est difficile de dire si l’Église catholique est une institution patriarcale singulièrement violente ou si elle n’est qu’une manifestation parmi d’autres, au sein d’un continuum social, d’une patriarcalité du pouvoir toujours présente. Par cette expression, construite sur le modèle du concept de « colonialité du pouvoir » proposé par le sociologue Aníbal Quijano18, il faut entendre une modalité et un résultat de la domination masculine qui imprègnent tous les champs, toutes les pratiques de pouvoir, et qui perdurent notamment à travers un certain nombre de scripts (voir infra).

  • 19 Bernard Preynat a été « renvoyé de l’état clérical » le 4 juillet 2019, suite à une décision du tri (...)
  • 20 Alors qu’en 2000 la Conférence des évêques de France publiait une déclaration condamnant explicitem (...)

5S’il apparaît donc compliqué de répondre avec certitude à Olivier sans une grande enquête comparée en population générale, au demeurant incertaine compte tenu de la sous-déclaration inhérente au phénomène des violences sexuelles, il reste que ses mots en disent long sur le sentiment d’abandon d’une victime face à l’inertie ressentie et aux résistances bien réelles d’une institution pourtant régulièrement interpellée face à des affaires de pédocriminalité impliquant ses représentants, les clercs. Certes, sous pression médiatique, face à la colère de certains fidèles et à la suite d’une certaine prise de conscience par les deux derniers papes, l’Église catholique romaine a fini par reconnaître Olivier comme victime, et surtout le père Preynat comme son agresseur19. Mais de telles affaires se répètent depuis plus de trente ans maintenant et l’institution semble encore dans une phase de prise de conscience du problème et de réflexion sur les conséquences concrètes qu’il lui faut en tirer, tant en matière de justice que de réforme organisationnelle20.

6Bien évidemment, l’Église n’est pas la seule institution à offrir des « effets d’aubaine » aux prédateurs sexuels en mettant en contact durablement des enfants à des adultes ayant autorité sur eux : d’autres institutions possèdent leur lot d’agressions ou d’atteintes sexuelles sur mineur – selon les catégories juridiques21 – étouffées jusque-là, comme ne se privent pas de le faire remarquer bien des catholiques pour relativiser le phénomène au sein de leur institution22. Mais justement : pourquoi l’institution ecclésiale et une part non négligeable des catholiques ont-ils donné l’impression de relativiser ce phénomène ? Pourquoi, en dépit de la sensibilité extrême du sujet, nombre de clercs et de croyants ont-ils tenu ou tiennent-ils des discours décalés, parfois incompréhensibles, laissant entendre qu’ils refusent tout bonnement d’entendre que leur Église est, elle aussi, bel et bien concernée par des violences sexuelles systémiques23 ? Un exemple : en 2010, en plein cœur de la précédente crise autour de cas de pédocriminalité de la part de prêtres catholiques, le cardinal Tarcisio Bertone, l’un des plus hauts responsables de la curie romaine, faisait ainsi scandale en affirmant sur une radio chilienne qu’il existait un lien entre l’homosexualité et la pédophilie24. Autre exemple plus près de nous : alors qu’il intervient en pleine affaire « Preynat » sur RCF (le réseau de radios chrétiennes francophones) le 5 avril 2016, au titre de responsable de la cellule de veille de l’Église de France sur la pédophilie, Monseigneur Lalanne, à la question, « que dit l’Église ? », répond : « La pédophilie est un mal. Est-ce que c’est de l’ordre du péché ? Ça, je ne saurai pas dire ». Accident de communication ? Difficile de le croire dans le cas d’un évêque, précédemment porte-parole de la Conférence des évêques de France, un poste particulièrement exposé aux médias. Maladresse ? Possible, mais face au tollé suscité par cette petite phrase, l’évêque explicitera ses propos sans se dédire. Des commentateurs gloseront qu’ils étaient tout à fait recevables d’un point de vue de la théologie morale catholique, voire qu’ils pouvaient apparaître comme une avancée dans la position de l’Église en tant qu’ils se voulaient une prise en compte des acquis des sciences humaines. Mais – et on le comprend – ils ont été reçus comme le énième signe d’un « deux poids deux mesures » clérocentré et d’un déni de la gravité des faits, tant par des catholiques jugés en situation de péché mortel pour moins que ça (divorcés-remariés, homosexuels pratiquants, etc.) que par nombre de victimes elles-mêmes et qui l’ont fait savoir. Face à la colère de ces dernières, notamment de La Parole libérée, l’évêque sera finalement contraint de s’excuser publiquement et de « passer la main » sur un poste devenu ultrasensible au sein de l’épiscopat français25.

  • 26 Ce texte avait été initialement prévu pour un livre collectif et interdisciplinaire sur la question (...)
  • 27 Un discours défensif qui, outre la relativisation déjà évoquée de l’ampleur du phénomène par compar (...)

7Or, ce sont justement les enjeux sous-jacents à de tels attitudes ou propos, qui paraissent incompréhensibles si ce n’est scandaleux, que cet article écrit à quatre mains – celles d’un politiste et celles d’une juriste – cherche à éclaircir. L’hypothèse que nous défendrons, à travers cette réflexion datée d’octobre 201626, est que pour une part et de leur point de vue, responsables et fidèles de l’Église catholique romaine pouvaient jusqu’à récemment difficilement en adopter d’autres a priori plus conciliants pour les victimes, sauf à rompre avec une vision catholique très cohérente du pouvoir et de la sexualité. Plus exactement, ce qui explique les incompréhensions réciproques entre société civile et certains responsables ou fidèles au sujet de la crise « pédophile » que traverse l’Église catholique tient à des impensés de ce que, à la suite de spécialistes en sciences humaines, on peut nommer son script (cf. infra). Ces impensés du script catholique, en effet, font obstacle à la compréhension du caractère systémique et de la spécificité symbolique de la pédocriminalité des prêtres côté catholique et, surtout, rendent inaudibles pour la société civile leurs tentatives de traitement par l’institution elle-même. Bref, les protagonistes ne se comprennent pas. Surtout, ces impensés exposent toute critique extérieure de l’institution à ce sujet à une série d’arguments défensifs qui révèle justement ce « décalage » de scripts27.

  • 28 William Simon et John Gagnon, Sexual Conduct : The Social Sources of Human Sexuality, 2e édition, N (...)

8La notion de script trouve son origine dans la sociologie de la sexualité des sociologues américains John Gagnon et William Simon : ils écrivent en 1973 que la sexualité humaine doit être considérée comme un « scripted behavior28 ». Le terme, difficilement traduisible, implique plusieurs sens : un comportement appris, codifié, inscrit dans la conscience, structuré par un ou plusieurs référentiels culturels, et construit comme un scénario ou un récit.

  • 29 Arthur Vuattoux, « Genre et rapports de pouvoir dans l’institution judiciaire », thèse de doctorat (...)

9La perspective des scripts, telle qu’elle peut s’appliquer à la sexualité, mais aussi à d’autres pratiques humaines comme celle du pouvoir qui nous intéresse ici, a un double avantage à notre avis. À l’échelle collective, elle permet d’insister sur le fait qu’une institution telle que l’Église n’est pas seulement le corpus des textes officiels qui la définissent explicitement, mais correspond aussi, et peut-être surtout, à des routines organisationnelles, des habitudes de langage et des schèmes d’action implicites. Bref, une institution peut être définie comme une configuration de pratiques intériorisées et naturalisées au sens de rendues « naturelles » aux yeux de ceux qui s’y engagent, en raison de leur répétition et de l’évidence de leurs justifications, ou, comme le dit le sociologue Pierre Bourdieu, parce qu’elles sont « apprises par corps ». À l’échelle individuelle, elle permet de mettre au jour, comme le résume le sociologue Arthur Vuattoux, « une forme de sous-texte de la vie sociale, qui oriente les actions d’apparence spontanées des acteurs29 », scénarise leurs vies ainsi que leurs jugements et conditionne les processus décisionnels qu’ils mettent en œuvre. Adopter une telle perspective permet, par exemple, d’expliquer certaines résistances individuelles au changement malgré une volonté parfois sincère, ou, inversement, d’apercevoir des ruptures.

10Dès 2016, cette réflexion visait à pointer au moins deux impensés du script catholique qui semblent jouer à plein dans la construction de la résistance des catholiques à dénoncer et gérer les pratiques pédocriminelles des prêtres en faveur de la protection et de la réparation des victimes : la difficulté à envisager la possibilité de l’abus de pouvoir, ce dernier étant conçu comme un service et à le publiciser, et la difficulté à voir dans le consentement sexuel le point nodal de toute activité sexuelle, indépendamment de la qualité des partenaires concernés et de l’atteinte faite à l’institution quand un clerc est concerné.

Le script du pouvoir en Église et son angle mort : l’abus de service

11Le script du pouvoir en Église se caractérise par un pouvoir institué comme service, ce qui génère un angle mort : l’impossibilité de penser l’abus de « service », c’est-à-dire de pouvoir.

  • 30 Sur cette culture du secret au sein de l’Église, voir Josselin Tricou, « Refaire des “taupes” : gou (...)
  • 31 Cité par Maud Amandier et Alice Chablis, Le Déni. Enquête sur l’Église et l’égalité des sexes, Mont (...)
  • 32 Pour une généalogie de cette équation catholique « vrai pouvoir=service », voir Jacques Dalarun, Go (...)

12Comme toute institution hiérarchisée, l’Église est habitée par une exigence de loyauté, voire de « secret » à son égard, qui s’impose parfois au détriment des droits individuels de ses membres30. Et comme dans toute institution, ses membres les plus intéressés tendent au déni face à toute situation désidéalisante, soit toute situation mauvaise pour l’image de l’institution qu’on voudrait parfaite. Mais un facteur spécifique à l’Église catholique augmente cette forme de résistance à toute critique : le réflexe catholique à penser le pouvoir des clercs et le pouvoir en général comme un service. Comme le disait le pape François lors de la messe d’inauguration de son pontificat, le 19 mars 2013 : « N’oublions jamais que le vrai pouvoir est le service31 ». Ainsi le pape est-il appelé traditionnellement dans l’Église « le serviteur des serviteurs » et les prêtres des « ministres » au sens latin de serviteurs32.

  • 33 Benoît XVI, Lumière du monde. Le pape, l’Église et les signes du temps. Un entretien avec Peter See (...)

13Cette institution du pouvoir des clercs comme un service est redoutablement efficace. Elle a notamment réussi jusqu’ici à opposer une fin de non-recevoir à toute revendication d’égal accès des femmes au sacerdoce au sein de l’Église, alors que toutes les autres grandes institutions (académies, partis politiques, armées, etc.) se sont converties bon gré mal gré à l’égalité des sexes, fût-ce à reculons. « Pourquoi les femmes voudraient-elles devenir prêtres, puisqu’être prêtre ce n’est pas avoir du pouvoir, mais être serviteur ? » pourrait-on résumer l’argument. Le pape Benoît XVI est à ce titre très clair : « Les femmes occupent tant de grandes fonctions significatives dans l’Église que l’on ne peut pas parler de discrimination. Ce serait le cas si la prêtrise était une sorte de pouvoir, mais en réalité elle doit être entièrement consacrée au service33 ».

  • 34 Colette Guillaumin, L’Idéologie raciste  : genèse et langage actuel, Berlin, Walter De Gruyter, 197 (...)
  • 35 Cité par Amandier et Chablis, op. cit., p. 290‑291.
  • 36 Ibid.

14Or, cette institution d’un pouvoir-service et sa rhétorique tendent à invisibiliser non seulement la domination masculine structurelle au sein de l’institution, mais surtout l’asymétrie de pouvoir au sein de toute relation interindividuelle avec un prêtre, surtout si son interlocuteur est une des cibles privilégiées du service ecclésial : les « faibles » et les « petits ». Cette invisibilisation est renforcée par l’usage d’un vocabulaire domestique pour désigner la nature de ces relations (fraternité ou paternité, selon les moments et les perspectives) et une « survalorisation compensatrice34 » en discours de celles et ceux dont il consacre la domination : le « faible » et le « petit », qui sont à aimer en tant qu’images de Dieu, et les femmes dont le « génie » est à exalter. Il reste que le prêtre est le représentant légitime de l’institution et qu’il est revêtu à ce titre d’une autorité. Comme le reconnaît la constitution de Vatican II Lumen Gentium, « Les ministres qui disposent du pouvoir sacré sont au service de leurs frères35 ». Il y a donc bien pouvoir, et tant d’insistance ne peut que faire penser sur ce point à la phrase de Giraudoux : « Servir ! C’est la devise de ceux qui aiment commander36 ».

15Or, ce pouvoir-service, revendiqué au profit préférentiellement des faibles et des petits, inclut un impensé : la très grande difficulté à penser un « abus de service ». Entendez : un abus de pouvoir. Les témoignages des membres de La Parole libérée montrent tous l’impossibilité ou les résistances du milieu catholique lyonnais, durant des années, à penser le père Preynat comme abuseur de son pouvoir à l’égard des jeunes qui lui sont confiés, la culpabilité étant alors reportée sur les jeunes eux-mêmes. Et quand certains sont intervenus, ce ne sont que des remontrances qu’ils ont reçues :

« J’en ai parlé à ma mère en 1990, à l’âge de 21 ans : elle n’a pas voulu m’entendre et m’a demandé de me taire. […] Mes parents ont toujours réussi à passer pour des gens très bien, bourgeois, cathos pratiquants (c’est-à-dire allant à la messe le dimanche, ni plus ni moins) et très avenants avec tous. Le résultat fut que tout le monde (proches, amis et famille) m’a tourné le dos, incrédule : je devenais subitement le “mec à problèmes”, l’ingrat ! » (Laurent, 46 ans).

« En rentrant, j’annonce à mes parents que je ne retournerai jamais aux scouts. Ils ne comprennent pas, mais acceptent. Je ne retourne plus jamais à la messe à Sainte-Foy-lès-Lyon. Je n’en parle pas. Quelques années plus tard, mes parents, lors d’un déjeuner, m’apprennent qu’il y a eu des rumeurs sur le père Bernard (d’attouchements sur enfant venant de l’école de La Favorite). J’ai 16 ans. Je leur dis tout, que c’est vrai, que c’est un pervers (à l’époque on ne parlait pas de pédophile). Pas de réaction. Ils trouvent cela incroyable. C’est tout… Et ils ne font rien. » (Alexandre, 41 ans).

« J’en ai parlé à ma mère, qui a eu une discussion avec lui, chez nous, où il se serait excusé, et son supérieur hiérarchique immédiat dans la paroisse en a été avisé. J’ai néanmoins dû continuer à lui servir d’enfant de chœur, assister à ses sermons pendant des années et passer encore deux années aux scouts, mais il m’avait, depuis ses excuses, totalement épargné par la suite. » (Bertrand, 44 ans).

« Certains ne voudront pas croire les témoignages, car l’homme qu’ils ont connu était ce personnage public plein d’onctuosité, de charisme et de belles paroles, qui nous a séduits et trompés. Mais il masquait l’autre personnage, qui savait très bien ce qu’il faisait. Qui l’a fait pendant plus de 20 ans. Malgré plusieurs interventions de parents. Et malgré les “remontrances” de sa hiérarchie... » (Jean-Yves, 46 ans).

« Nos parents le trouvaient génial. » (Éric, 46 ans).

16Mieux, du fait de cette invisibilisation, très peu interrogent le pouvoir même dont le père Preynat est dépositaire, un pouvoir qui, à bien des égards et vu de l’extérieur, peut paraître exorbitant, sans même parler forcément de ses possibles abus ; un pouvoir que ces familles pétries de catholicisme et surtout l’institution lui ont conféré, sans doute parce qu’il était « génial », mais d’abord parce qu’il était prêtre. Autorités ecclésiastiques et parents ne l’ont-ils pas laissé organiser un groupe scout totalement centré sur lui, hors de tout contrôle et labellisation des grandes associations de scoutisme catholique ? Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas de risques de pédocriminalité aussi dans des associations de scoutisme reconnues par l’État et structurées démocratiquement conformément à la loi de 1901, mais ce qui apparaît significatif ici est que la volonté toute-puissante de Bernard Preynat n’est pas contredite. Selon Alexandre, certains disaient à la paroisse Saint-Luc : « Il est exceptionnel. Si tous les hommes d’Église étaient comme lui ! » Loin d’inquiéter, on voit que cette volonté toute-puissante est source d’admiration et confirmation de son être-prêtre aux yeux des fidèles. Pour le dire en langage wébérien, son charisme personnel (prophétique) venait confirmer son charisme de fonction37, précisément en une période marquée par une perte de rendement symbolique du charisme de fonction des prêtres. Et Alexandre de conclure : « Il [était] la pierre angulaire de la place Saint-Luc », reprenant là peut-être sans s’en rendre compte – mais justement – une expression qui désigne le Christ lui-même dans les textes évangéliques. Rien de choquant néanmoins pour les croyants qui sont habitués à entendre tous les dimanches le prêtre s’attribuer les paroles mêmes de Jésus, réactivant ainsi chez eux la croyance, traditionnelle en catholicisme, que tout prêtre est un « autre Christ » (alter christus), parlant et agissant au nom de celui-ci. Même le témoignage poignant sur l’affaire Preynat de la journaliste et ancienne scoute dans le groupe « Saint-Luc », Isabelle De Gaulmyn38, minimise cette réalité institutionnelle : au nom du service rendu à une communauté à laquelle il est envoyé comme le Christ lui-même (et non pas que cette communauté se serait donnée d’elle-même comme dans le cadre d’un processus démocratique), le pouvoir du prêtre au sein de l’Église est organisé en silo, sans aucun réel contre-pouvoir local. Le prêtre n’a pas de comptes à rendre à ses « frères » et « sœurs » fidèles qu’il est censé servir (comme le voudrait le principe d’accountability), mais seulement à l’évêque qui l’envoie et qui lui est un semblable, un « père » comme lui. Suite aux révélations concernant Preynat, un prêtre lyonnais, lui-même victime d’un prêtre pédophile dans sa jeunesse, invitait les catholiques à « cesser d’idolâtrer le prêtre » et le positionner comme « au-dessus des hommes39 ».

  • 40 Par le concept de « male gaze », Laura Mulvey désigne plus précisément l’imprégnation tant de la cu (...)
  • 41 Un exemple des plus récents : <https://fr.zenit.org/articles/tribune-du-p-laurent-stalla-bourdillon (...)
  • 42 Concernant ce « procès de sacerdotalisation » et ses effets en termes de genre, voir Josselin Trico (...)
  • 43 Cf. Josselin Tricou, « Le problème de l’Église est de lier le pouvoir à des enjeux de sexualité », (...)
  • 44 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », dans Actes de la recherche en sciences so (...)
  • 45 Paradoxalement, et peut-être malgré lui, le premier à rompre en pratique avec cette logique sacrifi (...)

17La « crise pédophile » que traverse l’institution révèle à cet égard la prédominance, en interne à l’Église, de ce qu’on pourrait appeler un catholic gaze. En référence à la critique de cinéma et féministe Laura Mulvey, qui développe l’idée qu’un male gaze imprègne de manière quasi inaperçue l’ensemble de la culture occidentale (to gaze signifiant en anglais « regarder fixement », « contempler »)40, nous évoquons sous ce terme la construction historique d’un regard collectif catholique désexualisant, sacralisant et héroïsant le corps des clercs via notamment cette rhétorique du service. Certains historiens parlent d’une « vision angélique » des prêtres. On explicitera au paragraphe suivant pourquoi cette expression est insuffisante. Il reste que ce catholic gaze a longtemps placé les prêtres hors de toute condamnation possible dans le regard des fidèles et a favorisé la remise de soi de ces derniers. Et, si des prêtres ont aujourd’hui beau jeu d’interpeller les fidèles et d’interroger leur responsabilité dans la construction de cette image idéalisée du prêtre, c’est oublier qu’en deçà des subtiles distinctions théologiques qu’ils peuvent mobiliser pour se dédouaner de leur propre responsabilité et de celle de l’institution dans cette idéalisation41, toute une manière de faire venant du clergé a présenté le prêtre comme tel. Mieux, l’institution elle-même a posé les bases d’une telle image à travers le développement de l’idéal sacerdotal (du latin sacer : sacré, séparé) qu’elle a imposé à ses clercs, qui dicte leur conduite et la justifie à leurs propres yeux42. Cet idéal conditionne l’exercice légitime du pouvoir-service sacré à un certain nombre de « sacrifices » plutôt qu’à des compétences professionnelles43. Cela se traduit dans le rite d’ordination, notamment par l’allongement sur le sol devant l’évêque de l’ordinant. Or, dans son article célèbre « Les rites comme actes d’institution44 », le sociologue français Pierre Bourdieu invitait en 1982 les sciences sociales à prendre au sérieux l’efficacité symbolique des rites d’institution, c’est-à-dire le pouvoir qui leur appartient d’agir sur le réel en agissant sur sa représentation. L’investiture, qu’il donne en exemple, transforme autant la représentation que les autres se font de la personne investie ainsi que leur comportement à son égard, que la représentation que celle-ci se fait d’elle-même ainsi que les comportements qu’elle se croit tenue d’adopter. À ce titre, Bourdieu évoque l’efficacité toute particulière des rites d’institution sévères et douloureux pour le corps de l’individu qui les subit. Ils provoquent une adhésion d’autant plus forte à l’institution selon lui. Le cas de l’ordination du prêtre et des pratiques ascétiques qui en découlent apparaît à cet égard comme typique45.

  • 46 Raewyn Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 2005 (2e édition).
  • 47 Alfred Loisy, Le Célibat ecclésiastique, cité dans Claude Langlois, Le Continent théologique : expl (...)
  • 48 Ou, si les faits dépassaient une certaine mesure, on mettait ça sur le compte d’une sorte de monstr (...)
  • 49 Cf. Céline Béraud, Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, P (...)
  • 50 Erich Fuchs, « Y a-t-il une morale catholique ? Le point de vue d’un théologien protestant », dans (...)
  • 51 Idem.

18En réalité, le fait d’instituer le pouvoir dans l’Église comme un service associé à un grand sacrifice de l’individu masculin qui l’exerce – un sacrifice de la part du prêtre d’une certaine forme de pouvoir économique, politique et sexuel, soit des traits et des pratiques caractéristiques de la « masculinité hégémonique » au sens de sa forme la plus valorisée et légitimée dans la société46 – a des conséquences plus complexes que de simplement positionner le prêtre « au-dessus des hommes » et plus sûrement encore au-dessus des femmes et des enfants. Cette atypie de genre du prêtre face aux modèles dominants de masculinité au sein de la société a en effet des conséquences qu’Alfred Loisy, prêtre et théologien catholique français, déclencheur en 1902 de la crise moderniste et excommunié en 1908, discernait déjà au début du 20e siècle : « [Le catholique “moyen”] regarde [les prêtres] comme des êtres à la fois plus grands et plus petits que lui, plus grands par l’intention et la volonté, plus petits peut-être dans la réalité de la vie et de l’action47 ». Ainsi obéit-on aux prêtres, ces hommes sacrifiés en apparence, par une sorte de crainte sacrée et en même temps, s’ils ont failli, on leur pardonne, car ils ont justement « tout » sacrifié. On met ça, comme le dit une victime membre de La Parole libérée, « sur le compte d’un “égarement passager” » (B., 40 ans)48, notamment et surtout concernant les déviances sexuelles, le sacrifice de la sexualité apparaissant, à tort et à raison, comme le plus grand des sacrifices. À tort, car tous ne sont pas égaux devant la puissance du désir sexuel, même si tous ont été obligés d’accepter l’engagement au célibat comme partie non négociable du « paquet clérical ». À raison, car bien loin d’être la quantité ou la qualité du service qui donne autorité dans l’Église (cf. le nombre de laïcs qui servent au sein de l’Église et servent l’Église, surtout des femmes engagées bénévolement ou mal payées49), c’est quand même bien en dernier ressort ce supposé, et parfois seulement apparent, contrôle de la sexualité – la sienne et celle des autres – qui départage ceux qui exercent le pouvoir – les prêtres – de ceux et surtout celles qui y sont assujettis – les fidèles laïcs. Erich Fuchs, théologien protestant, remarquait ainsi qu’au sein de l’Église catholique, « c’est la gestion rigoureuse de la sexualité qui qualifie aussi bien l’autorité du clerc que l’obéissance du laïc50 », ce qui l’amenait à conclure à propos du fonctionnement de l’Église : « La morale [y] est donc davantage un terrain de combat qu’un enjeu spécifique : on se bat sur la morale pour se battre en réalité sur l’ecclésiologie51 », c’est-à-dire le maintien et la légitimité du pouvoir tel qu’il est organisé. Inutile ici de rappeler la centralité de la sexualité dans les combats moraux menés dans et par l’institution catholique, intensifiés depuis un demi-siècle dans les sociétés occidentales par la déprise du catholicisme et la démocratie sexuelle qui la redouble. C’est précisément là que se joue un second impensé du script catholique.

Le script sexuel de l’Église et son angle mort : le non-consentement de la victime

  • 52 Cette seconde partie a déjà été partiellement et sous une forme un peu différente publiée dans Cons (...)

19Le second impensé qui explique le scandale suscité par la crise pédophile que traverse l’Église catholique, et surtout les incompréhensions réciproques entre société civile et certains catholiques à son sujet, tient justement à un antagonisme radical de « scripts sexuels » entre l’Église et la société civile qui l’environne52.

20Au fond, dans la crise qui entoure l’Église de France et son traitement des prêtres pédophiles, chacun réprouve la pédocriminalité, mais en faisant référence à son propre script : un script naturaliste pour l’Église catholique et un script autonomiste mobilisé par la société civile. À partir du premier, l’Église dénonce chez les prêtres pédophiles la transgression de « lois naturelles », celles qui séparent « naturellement » les générations et les sexes, tandis que les sociétés modernes condamnent, dans l’acte pédocriminel, l’abus de pouvoir et le défaut de consentement de la victime, consentement jugé comme nodal dans les rapports sexuels. À ce titre, on peut dire que la non-centralité du consentement dans le script sexuel de l’Église génère son angle mort : la victime.

  • 53 On utilisera ici le terme « civil » pour désigner non pas le droit des relations entre particuliers (...)
  • 54 L’existence du droit canon a longtemps favorisé la revendication par l’institution ecclésiale d’une (...)
  • 55 Jean-Paul II, Constitution apostolique Sacrae Disciplinae Leges, 25 janvier 1983.

21Ce décalage de scripts sexuels s’observe dans les propos des uns et des autres, et surtout dans leur incompréhension mutuelle. Mais il se constate tout aussi nettement dans le dispositif par lequel les États, qu’il s’agisse du Vatican ou des États « civils53 », se donnent des règles, à savoir le droit, révélateur par excellence des choix axiologiques d’une société quant à la sexualité et à ce qu’elle considère comme son bon script54. En effet, en tant que gouvernement qui se conçoit comme autonome, l’Église dispose, comme les États, d’un droit propre dont la mission est de donner « un ordre à la société ecclésiale55 ». Ce droit inclut une dimension pénale, qui permet ainsi d’identifier ce qui, parmi les comportements sexuels, est vu comme contraire à cet ordre.

  • 56 « Le viol désigne l’entrée par effraction, avec violence, dans l’intimité sexuelle d’une personne. (...)

22Dans le Catéchisme de l’Église catholique publié en 1992, les questions de mœurs sont abordées comme une déclinaison du sixième commandement, « Tu ne commettras pas l’adultère », et chacun est donc appelé à vivre la chasteté, c’est-à-dire l’intégration de la sexualité dans le don de l’homme et de la femme (CEC, 2337), orienté « vers les biens du mariage et l’épanouissement de la vie familiale » (CEC, 2333). C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre la condamnation par l’Église de comportements sexuels qu’elle voit comme des « offenses à la chasteté », parmi lesquels la masturbation, la pornographie ou la prostitution, mais aussi l’acte homosexuel ; tous ces actes détournent en effet la sexualité de sa finalité principale, à savoir la procréation dans le cadre du mariage hétérosexuel, même si la consolidation de l’amour entre époux peut y avoir une place. Seul le viol, condamné en des termes impersonnels, apparaît non pas comme une offense au mariage, mais comme une offense à une personne56. Quant au Code de droit canonique, il se borne à prohiber les délits contre la vie et la liberté humaines que sont le meurtre et l’avortement (canons 1397 et 1398).

  • 57 Ce texte n’est pas disponible en français ; les traductions citées sont donc des traductions person (...)

23Mais c’est en examinant les textes qui ont été utilisés pour condamner la pédophilie dans l’Église que les soubassements de ce script sexuel si particulier apparaissent. L’Église rappelle souvent qu’elle avait, dès 1922, diffusé un premier texte condamnant les abus sexuels sur mineurs, lequel est resté secret avant d’être amendé et publié en 1962 par le Saint-Office (l’ancêtre de la Congrégation pour la doctrine de la foi) sous le nom de Crimen sollicitationis57. Toutefois, ce « délit de sollicitation » consiste, selon ce texte qui a été actualisé depuis, à détourner le sacrement de la confession pour obtenir des faveurs sexuelles de la part du pénitent. Son objet premier est donc de défendre non pas une victime, mais un sacrement. Ce texte précise que sont assimilés à un tel délit les autres formes de crimes sexuels, qui sont listés à la fin, sous le titre Crimen pessimum, « le pire crime » : le crimen pessimum en lui-même, défini comme « tout acte obscène externe, qui constitue un grave péché, perpétré ou tenté par un clerc de quelque façon que ce soit avec une personne de son propre sexe » (point 71) et, « apparenté  à ce crime », « tout acte obscène externe, qui constitue un grave péché, perpétré ou tenté par un clerc de quelque façon que ce soit avec des enfants préadolescents impuberes des deux sexes ou avec des animaux bestialitas ». Le texte parle de lui-même : si l’Église a considéré, dès 1962 et peut-être dès 1922, les actes sexuels sur mineurs comme répréhensibles, ils l’étaient en raison de leur caractère déviant par rapport aux règles de l’Église, mais au même titre que l’homosexualité ou la zoophilie.

24C’est ainsi que la tradition ecclésiale a mis sur un pied d’égalité, de manière choquante pour nombre de nos contemporains, actes pédophiles, actes homosexuels et actes zoophiles. Ces transgressions sexuelles identifiées par ce texte comme crimes suprêmes le sont selon un même critère sous-jacent, le débordement au-delà des « limites naturelles » du bon scénario sexuel et non selon un critère de liberté, c’est-à-dire de consentement accordé en contexte. Le seul cas où le Code de droit canonique actuel (daté de 1983) parle de « consentement » concerne la cérémonie de mariage (chapitre IV) ; cette notion n’existe nulle part ailleurs dans le code, sauf pour se référer aux relations, au sein des presbyteriums ou des ordres religieux, entre supérieurs et subordonnés. Il est à noter qu’il ne concerne jamais l’acte sexuel en tant que tel. À bien y regarder, dans le droit de l’Église, il semblerait qu’on ne « viole » jamais des personnes, mais des obligations.

  • 58 Marie-Jo Thiel, « La Pédophilie perverse : pour un discernement éthique sans naïveté », dans Revue (...)

25Même quand l’Église fait l’effort de renouveler son langage, quand elle s’approprie la démarche psychanalytique par exemple, elle tend à maintenir ce script. C’est ainsi que la théologienne et experte auprès de la Conférence des évêques de France, Marie-Jo Thiel, décrivait en 1997 l’acte pédophile en ces termes : « D’un point de vue psychanalytique, l’acte pervers est une violation grave de la loi de la réalité ; il est transgression de la loi de l’autre dans sa double différence [de sexe et de génération]58 ». La loi de l’autre ici mobilisée ne recouvre pas la loi du consentement de l’autre, qui, si elle était reconnue, tomberait en théologie catholique sous la critique du subjectivisme, mais bien celle de la différence de nature entre les sexes et entre les générations (il suffirait d’ajouter entre espèces pour la zoophilie). Et c’est bien pourquoi l’acte pédophile comme l’acte homosexuel ou zoophile sont des péchés, quel que soit le contexte, ils sont « intrinsèquement désordonnés » (CEC, 357), c’est-à-dire qu’ils constituent une infraction objective à l’ordre de la nature voulu par Dieu.

  • 59 Éric Fassin, « La Démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », dans Multitudes, no 26/3, (...)
  • 60 Nicole-Claude Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques (...)
  • 61 « Bondage, punitions, sadomasochisme ».
  • 62 Ruwen Ogien, Penser la pornographie, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

26Le script sexuel de notre modernité tardive, quant à lui, s’écarte résolument de toute hétéronomie religieuse, mais aussi de toute référence naturaliste, même scientifique. Il s’inscrit en ce sens dans ce que le sociologue Éric Fassin appelle la « démocratie sexuelle59 » et participe en retour à sa production, c’est-à-dire à l’entrée progressive des questions de genre et de sexualité dans le champ de la délibération démocratique sur fond d’égalité des droits. Il s’ancre dans un cadre général de liberté dans l’égalité entre les individus. Il s’appuie donc sur l’individu et sa capacité à s’autodéterminer – à consentir – tout en prenant en compte que céder n’est pas consentir, pour reprendre le titre du célèbre texte de Nicole-Claude Mathieu60. Si la zoophilie et la pédophilie sont, de fait, condamnées à la différence de l’homosexualité dans ce script « autonomiste », c’est que le consentement de l’animal ou de l’enfant n’y est pas considéré comme « libre », alors qu’il peut l’être dans le cas de deux personnes adultes de même sexe. Dans un tel script, la question n’est pas la différence de nature entre les êtres, mais bien celle de leur possibilité d’accord à cette relation. En effet, notre compréhension moderne de la liberté comme autonomie, capacité à se donner ses propres règles, a pour conséquence de faire du consentement le point nodal de toute sexualité, y compris voire a fortiori parmi ceux qui adhèrent à des pratiques sexuelles marginales et minorisées comme le BDSM61 par exemple62. Et c’est là donc surtout que la pédophilie et ces pratiques sexuelles marginalisées divergent : il y a bien, dans la première, une impossibilité d’exprimer un consentement valable.

27Le droit français en témoigne, a fortiori depuis la récente loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes : s’il réprime les agressions sexuelles, perpétrées avec « violence, contrainte, menace ou surprise » (article 222-22 du Code pénal), c’est-à-dire celles qui sont non consenties, qu’elles soient commises sur majeur ou mineur, il traite à part la situation des mineurs de quinze ans, en réservant une qualification spéciale, d’« atteintes sexuelles » à la commission d’actes sexuels sans violence, contrainte, menace, ni surprise, soit sur un enfant de moins de quinze ans, soit sur un mineur de plus de quinze ans lorsque ces actes sont commis par un membre de la famille ou par une personne qui « abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions » (article 222-27 du Code pénal). L’idée même de cette infraction fait écho à la logique du consentement vicié de l’enfant : en deçà de quinze ans, même s’il n’a pas été à proprement parler forcé de subir des actes sexuels, ceux-ci sont vus comme condamnables en raison de l’absence de toute possibilité d’un consentement éclairé. La loi du 3 août 2018 est au demeurant venue renforcer cette logique du consentement vicié du mineur en instituant par son article 2 ce qui a pu être décrit comme une quasi-présomption de contrainte morale ou de surprise du fait de la vulnérabilité de la victime de moins de quinze ans, ou encore de la différence d’âge ou de l’autorité de droit ou de fait exercée par l’auteur.

28Le droit révèle ainsi le décalage entre ces deux scripts, celui de l’Église et celui de la modernité avancée. Mais ce décalage est surtout rendu visible à l’occasion de crises, de confrontations de visions sur les questions de mœurs. Alors qu’en 2016 le débat fait rage autour de la gestion de la pédophilie cléricale dans le diocèse de Lyon, après les rebondissements de l’affaire dite « Preynat-Barbarin » évoqués plus haut, nombreux sont ceux qui ont encore en tête les propos du cardinal Barbarin à propos de la loi sur le mariage pour tous : « Après, ça a des conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Un jour peut-être, qui sait ?, l’interdiction de l’inceste tombera ». La perception des débats relatifs au « mariage pour tous » relève en effet très largement de ce décalage, en particulier si l’on examine le combat de l’Église contre la possibilité même pour un État de légiférer sur l’union des couples de même sexe. L’argument de l’Église, dont le cardinal Barbarin était en France le porte-voix le plus entendu, est qu’il existerait un ordre auquel le consensus démocratique n’aurait pas le droit de toucher, ordre qu’une telle législation enfreindrait : c’est ainsi qu’il faut comprendre le propos, cité plus haut, qui assimile le mariage homosexuel à la légalisation de l’inceste... C’est dans cette logique ecclésionomique – c’est-à-dire affirmant la supériorité de la norme ecclésiale par rapport à la loi civile ou aux choix individuels privés – qu’il faut également comprendre ces autres déclarations polémiques du cardinal Barbarin, au moment de la présentation du projet de loi dit du « mariage pour tous » à l’Assemblée nationale : « Le Parlement n’est pas Dieu le Père », ou encore : « Pour nous, la première page de la Bible (qui dit que le mariage unit un homme à une femme) a un peu plus de force et de vérité qui traversera les cultures et les siècles que les décisions circonstancielles ou passagères d’un Parlement63 ». Cette position n’est pas isolée dans l’Église : en 2014, l’évêque de Malaga déclara lui aussi, faisant écho au Crimen sollicitationis que nous évoquions plus tôt, que « le mariage gay est comme l’union entre un homme et un chien, ou entre un bébé et un vieillard64 ». De telles sorties se rattachent pleinement au script sexuel naturaliste de l’Église, tout comme s’expliquent au regard du choc entre les deux scripts les réactions outragées que ces propos ont suscitées dans les sociétés occidentales. Y voir une simple revanche, vite brocardée sous le vocable de « christianophobie », cacherait la réalité du choc de scripts et la difficulté pour l’Église à intégrer la logique du consentement dans son script.

29Mais, ainsi que le montre la lecture du Crimen sollicitationis, les affaires de violences sexuelles sur mineurs sont particulièrement révélatrices de ce décalage, que la récurrence des épisodes n’a que peu atténué, du moins jusqu’au milieu des années 2010. Les milieux catholiques n’hésitent pas à prendre appui sur la proportion importante de garçons parmi les victimes d’abus sexuels de la part de prêtres, alors que ce sont les filles qui sont, dans la population générale, majoritairement victimes d’actes pédophiles, pour légitimer cette thèse naturaliste d’un lien entre homosexualité et pédophilie, faisant ainsi l’impasse sur les facteurs sociaux (poids des abus perpétrés dans des institutions scolaires non mixtes) d’une telle particularité… Une telle évolution du raisonnement est en elle-même significative, car elle met en évidence l’adaptation du discours de l’Église, naturaliste dans son essence, aux canons – en l’espèce, empiriques – de la modernité.

  • 65 CEC, 357 : « La Tradition a toujours déclaré que les actes d’homosexualité sont intrinsèquement “dé (...)
  • 66 CEC : « La fornication est […] un scandale grave quand il y a corruption des jeunes » (2353) ; « La (...)
  • 67 Les développements intervenus depuis 2016 en la matière nécessiteraient une explicitation complémen (...)
  • 68 Voir Olivier Bobineau et al., op. cit.
  • 69 <http://www.vatican.va/resources/resources_norme_fr.html>, consulté le 02/12/2019.
  • 70 Traduction de la Documentation catholique, disponible sur : <http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/D (...)

30Toutefois, si une part de l’Église maintient et assume le script naturaliste face aux crises des abus sexuels sur mineurs, il est intéressant de voir que la plupart des catholiques, prêtres et pape compris, ont largement incorporé le script autonomiste de la société, même sans s’en rendre compte, quitte à se trouver pris dans une contradiction s’ils ne renoncent pas au script catholique. Cette incorporation est très nette dans le discours du pape François, bien plus sévère à l’égard de la pédocriminalité qu’il ne l’est à l’encontre des homosexuels, là où le Catéchisme de l’Église catholique condamne de façon comparable l’homosexualité65 et les abus sexuels sur mineurs, qu’il s’agisse de fornication ou de prostitution66. Elle est également visible dans l’attitude de nombreux fidèles ou clercs catholiques, qui condamnent dans les violences sexuelles le mal fait à des enfants, à des jeunes et, durablement, aux adultes qu’ils deviendront, davantage que l’atteinte à la doctrine. Elle l’est aussi, de façon intéressante, dans l’évolution du droit de l’Église intervenue jusqu’en 201667 : après des premiers textes juridiques qui font évoluer le traitement des cas de pédophilie dans l’Église68, le Vatican remplace, en 2001 puis en 2010, le Crimen sollicitationis par un nouveau texte, les Normae de gravioribus delictis69, qui créent une infraction propre de « délits les plus graves contre les mœurs » (article 6) dans laquelle le consentement tient, fût-ce implicitement, une part importante : sont ainsi réprimés, au même titre que les abus sexuels des prêtres sur des mineurs, ceux commis contre des personnes majeures handicapées mentales et privées pour cette raison de la possibilité d’exprimer un consentement éclairé… Dans le même esprit, le pape promulgue le 4 juin 2016 le motu proprio « Comme une mère aimante70 », un texte qui permet de démettre un évêque de ses fonctions s’il a manqué de diligence s’agissant d’abus sur des mineurs ou des adultes vulnérables : la protection des victimes ou potentielles victimes prend ainsi de l’importance dans le cadre juridique de l’Église. Reste que la portée de ses réformes pourrait être limitée : ainsi, le texte de 2010 qui réprime spécifiquement les cas de pédophilie punit également et au même titre les délits contre la sainteté du sacrement de pénitence, reprise du « délit de sollicitation » (article 4), ainsi que le délit grave de tentative d’ordination d’une femme (article 5) : la protection des sacrements a encore de beaux jours devant elle !

Conclusion

31Le pouvoir comme service qui appelle une protection spécifique pour les prêtres qui y sont consacrés, la sexualité comme reflet d’une supposée nature humaine qui échapperait à tout débat démocratique et ne prendrait pas comme pivot le libre choix des individus : comment imaginer un script plus en décalage avec la vision que nous avons, contemporains, de la pédocriminalité, prise de pouvoir par la sexualité s’il en est ? Alors que l’Église défend des positions mal comprises, parce que « décalées » au fur et à mesure que se révèlent les abus de nombre de ses serviteurs, le silence et/ou les maladresses de certains évêques ne peuvent que renforcer ce décalage et tourner à la confrontation et, enfin, au scandale. Même si, prise dans sa globalité, l’Église évoluait, peut-être trop lentement au goût de certains, mais sûrement, vers une approche plus soucieuse du consentement des individus, plus sensible à la parole et à la souffrance des victimes, ainsi qu’à la réalité des situations vécues. Si la « crise pédophile » a assurément fait voler en éclat ce qu’on a appelé ici le catholic gaze, en plaçant les prêtres hors de toute condamnation dans le regard des fidèles, ces interventions redoublent le scandale et font émerger aujourd’hui une sorte de société civile catholique revendicative, qui exige désormais que les responsables ecclésiastiques rendent compte de leur passivité coupable et que le « système » change.

32Cet article éclaire le décalage de compréhension et de discours sur le phénomène pédocriminel au sein du clergé catholique entre l’Église et la société civile, à la lumière de deux des spécificités de ce que nous avons appelé le script catholique. Reste, au-delà du discours, le phénomène lui-même des violences sexuelles dans l’Église catholique, dont les événements advenus depuis 2016 ont montré l’actualité et l’ampleur : les travaux de la CIASE, couplés à la future grande enquête intitulée E3S (Sexualités et santé sexuelle en France), pilotée par Nathalie Bajos, Caroline Moreau (INSERM) et Armelle Andro (IDUP), qui va être conduite en 2020 auprès d’un échantillon de 40 000 personnes et dont certaines questions posées ont été prévues comme comparables avec celles du questionnaire de l’enquête actuelle sur « les abus sexuels au sein de l’Église » menée pour la CIASE, devraient permettre d’en savoir plus. Peut-être pourra-t-on alors dire si l’Église est une institution particulière en termes de violences patriarcales ou une simple manifestation de la patriarcalité du pouvoir qui traverse l’ensemble des institutions.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Maud Amandier et Alice Chablis, Le Déni. Enquête sur l’Église et l’égalité des sexes, Montrouge, Bayard, 2014.

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Histoire de la pédophilie : XIXe-XXIe siècles, Paris, Fayard, 2014.

Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Un siècle de pédophilie dans la presse (1880-2000) : accusation, plaidoirie, condamnation », dans Le Temps des médias, no 1, 2003, p. 31-41.

Benoît XVI, Lumière du monde. Le pape, l’Église et les signes du temps. Un entretien avec Peter Seewald, Paris, Bayard, 2011.

Céline Béraud, « Prêtres de la génération Jean-Paul II : recomposition de l’idéal sacerdotal et accomplissement de soi », dans Archives de sciences sociales des religions, no 133, 1er mars 2006, p. 45-66.

Céline Béraud, Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, Paris, Presses universitaires de France, 2007.

Olivier Bobineau, Joseph Merlet et Constance Lalo, Le Sacré incestueux : les prêtres pédophiles, Paris, Desclée de Brouwer, 2017.

Pierre Bourdieu, « Les Rites comme actes d’institution », dans Actes de la recherche en sciences sociales, no 43/1, 1982, p. 58-63.

Ross E. Cheit, Yael Shavit et Zachary Reiss-Davis, « Magazine Coverage of Child Sexual Abuse, 1992-2004 », dans Journal of Child Sexual Abuse, no 19/1, 25 janvier 2010, p. 99-117.

Raewyn Connell, Masculinities. 2nd edition, Berkeley, University of California Press, 2005.

Brian Conway, « Religious Institutions and Sexual Scandals : A Comparative Study of Catholicism in Ireland, South Africa and the United States », dans International Journal of Comparative Sociology, no 55/4, 1er août 2014, p. 318-341.

Jacques Dalarun, Gouverner, c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma Éditeur, 2012.

Isabelle De Gaulmyn, Histoire d’un silence. Paris, Seuil, 2016.

Alice Debauche, Amandine Lebugle, Elizabeth Brown, Tania Lejbowicz, Magali Mazuy, Amélie Charruault, Justine Dupuis, Sylvie Cromer et Christelle Hamel, « Enquête Virage et premiers résultats sur les violences sexuelles », Document de travail, n° 229, Paris, Institut national d’études démographiques, janvier 2017.

Pauline Delage, Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Sciences-Po, 2017.

Dorothée Dussy, L’Inceste, bilan des savoirs, Marseille, La Discussion, 2013.

Éric Fassin, « La Démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », dans Multitudes, no 26/3, 1er septembre 2006, p. 123-131.

Erich Fuchs, « Y a-t-il une morale catholique ? Le point de vue d’un théologien protestant », dans Revue d’éthique et de théologie morale, « Le Supplément », n° 181, juillet 1992, p. 124-125.

Nadine et Jean-Marie Grafeille, La Pédophilie ou les maux d’enfants, Paris, Ellipses, 1999.

Colette Guillaumin, L’Idéologie raciste : genèse et langage actuel, Berlin, Walter De Gruyter, 1972.

Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003.

Karen Holt et Christina Massey, « Sexual Preference or Opportunity : An Examination of Situational Factors by Gender of Victims of Clergy Abuse », dans Sexual Abuse : A Journal of Research and Treatment, no 25/6, décembre 2013, p. 606-621.

Stéphane Joulain, Combattre l’abus sexuel des enfants : Qui abuse ? Pourquoi ? Comment soigner ? Paris, Desclée de Brouwer, 2018.

Colum Kenny, « Significant Television : Journalism, Sex Abuse and the Catholic Church in Ireland », dans Irish Communication Review, no 11/1, 2 novembre 2016.

Constance Lalo et Josselin Tricou, « Crise de la pédophilie dans l’Église catholique : une confrontation de scripts sexuels », dans Revue d’éthique et de théologie morale, no 292, 23 novembre 2016, p. 11-21.

Claude Langlois, Le Continent théologique : explorations historiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

Claude Langlois, On savait, mais quoi ? La pédophilie dans l’Église, de la Révolution à nos jours, Paris, Seuil, 2020.

Éric Macé, L’Après-patriarcat, Paris, Seuil, 2015.

Nicole-Claude Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie », dans Nicole-Claude Mathieu (dir.), L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985, p. 69-245.

Francis Messner, « L’Église, une société parfaite. Les effets conscients ou inconscients des avatars du privilège du for », communication présentée au colloque « Agressions sexuelles sur mineurs par des cadres religieux », Strasbourg, 3 décembre 2019.

Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », dans Screen, automne 1975, p. 6-18.

Ruwen Ogien, Penser la pornographie, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

Aníbal Quijano, « “Race” et colonialité du pouvoir », dans Mouvements, n° 51/3, 10 septembre 2007, p. 111-118.

William Simon et John Gagnon, Sexual Conduct : The Social Sources of Human Sexuality, 2nd edition, New Brunswick, Aldine Transaction, 1973.

A. W. Richard Sipe, Thomas P. Doyle, et Patrick J. Wall, Sex, Priests, and Secret Codes : The Catholic Church’s 2000 Year Paper Trail of Sexual Abuse, Los Angeles, Bonus Books, 2006.

Marie-Jo Thiel, « La Pédophilie perverse : pour un discernement éthique sans naïveté », dans Revue d’éthique et de théologie morale, « Le Supplément », n° 217, juin-juillet 2001.

Marie-Jo Thiel, L’Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs, Montrouge, Bayard, 2019.

Josselin Tricou, « De quoi la réception catholique de Sodoma est-elle le symptôme ? », dans Golias Hebdo, 14 mars 2019.

Josselin Tricou, « Hommes d’Église, masculinités et idéal sacerdotal », dans Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe (en ligne : <https://ehne.fr/node/2766>), 2016.

Josselin Tricou, « Le Problème de l’Église est de lier le pouvoir à des enjeux de sexualité », interview dans l’Humanité, 21 février 2019.

Josselin Tricou, « Refaire des “taupes” : gouverner le silence des prêtres homosexuels à l’heure du mariage gay », dans Sociologie, no 9/2, 19 juillet 2018, p. 131-150.

Jeannine Verdès-Leroux, « Une institution totale auto-perpétuée », dans Actes de la Recherche en sciences sociales, no 36/1, 1981, p. 33-63.

Pierre Verdrager, L’Enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Paris, Armand Colin, 2013.

Arthur Vuattoux, « Genre et rapports de pouvoir dans l’institution judiciaire », thèse de doctorat soutenue à l’université Paris-13, sous la direction de Bertrand Pulman, 2016.

Max Weber, « La Transformation du charisme et le charisme de fonction », dans Revue française de science politique, no 63/3, 25 octobre 2013, p 463-486.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations de victimes de violences sexuelles par des prêtes sont extraites de la page de l’association de défense de victimes La Parole libérée : <http://www.laparoleliberee.fr/les-faits/les-t%C3%A9moignages/>. Elles n’ont donc pas été produites dans une situation d’enquête ni pensées en vue d’une recherche.

2 Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Un siècle de pédophilie dans la presse (1880-2000) : accusation, plaidoirie, condamnation », dans Le Temps des médias n° 1, 2003, p. 31‑41 ; Ross E. Cheit, Yael Shavit et Zachary Reiss-Davis, « Magazine Coverage of Child Sexual Abuse, 1992-2004 », dans Journal of Child Sexual Abuse, no 19/1, 25 janvier 2010, p. 99‑117 ; Brian Conway, « Religious Institutions and Sexual Scandals : A Comparative Study of Catholicism in Ireland, South Africa, and the United States », dans International Journal of Comparative Sociology, no 55/4, 1er août 2014, p. 318‑341 ; Colum Kenny, « Significant Television : Journalism, Sex Abuse and the Catholic Church in Ireland », dans Irish Communication Review, no 11/1, 2 novembre 2016.

3 Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Montrouge, Bayard, 2003.

4 Cf. <https://www.lepoint.fr/societe/barbarin-troisieme-eveque-condamne-pour-non-denonciation-d-abus-sexuels-07-03-2019-2298957_23.php>, consulté le 02/12/2019.

5 Cf. <https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/01/30/pourquoi-le-cardinal-barbarin-a-ete-relaxe-en-appel-des-faits-de-non-denonciation-d-agressions-sexuelles-sur-mineurs_6027843_3224.html>, consulté le 02/12/2019

6 Ces deux films ont fait respectivement 616 158 et 915 327 entrées en France. Chiffres issus de <http://www.jpbox-office.com/index.php>, consulté le 02/12/2019. Grâce à Dieu a fait l’objet d’une recension dans les Cahiers d’histoire, n° 145, 2020, p. 203-207, en ligne : <https://journals.openedition.org/chrhc/14267>.

7 Cf. <https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/10/17/abus-sexuel-dans-l-eglise-la-demande-de-commission-d-enquete-rejetee-au-senat_5370761_823448.html>, consulté le 02/12/2019. Un des deux auteurs de cet article était intervenu dans le débat public à cette occasion en cosignant avec Anthony Favier, un autre universitaire et spécialiste de l’Église, une tribune en faveur de la création d’une telle commission. Cette tribune est disponible ici : <https://www.liberation.fr/debats/2018/10/05/pedocriminalite-dans-l-eglise-catholique-francaise-une-commission-parlementaire-est-indispensable_1683428>, consulté le 02/12/2019.

8 Jeannine Verdès-Leroux, « Une institution totale auto-perpétuée », dans Actes de la recherche en sciences sociales, no 36/1, 1981, p. 33‑63.

9 Éric Macé, L’Après-patriarcat, Paris, Seuil, 2015.

10 Pauline Delage, Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Sciences-Po, 2017.

11 Pierre Verdrager, L’Enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Paris, Armand Colin, 2013 ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècles, Paris, Fayard, 2014.

12 Pauline Delage, op. cit.

13 Dans l’ensemble de la société, les violences sexuelles sont « genrées » et marquées par la « domination adulte » : elles sont perpétrées très majoritairement par des hommes adultes sur des femmes ou des enfants, s’insérant ainsi dans les inégalités sociales structurelles dont bénéficie le groupe social des hommes. Quand des hommes sont victimes d’agressions sexuelles, ils le sont généralement en tant que mineurs et par des hommes adultes. Ainsi, trois hommes sur quatre qui déclarent avoir subi un viol étaient âgés de moins de 18 ans au moment des faits et leurs agresseurs étaient tous des hommes majeurs. Cf. Alice Debauche et al., « Enquête Virage et premiers résultats sur les violences sexuelles », Document de travail, n° 229, Paris, Institut national d’études démographiques, janvier 2017.

14 Certains acteurs réflexifs et lanceurs d’alerte dans l’Église sont devenus des chercheurs reconnus, comme spécialistes du sujet. Parmi d’autres, on peut citer A. W. Richard Sipe, Thomas P. Doyle, et Patrick J. Wall, Sex, Priests, and Secret Codes : The Catholic Church’s 2000 Year Paper Trail of Sexual Abuse, Los Angeles, Bonus Books, 2006 ; Stéphane Joulain, Combattre l’abus sexuel des enfants : Qui abuse ? Pourquoi ? Comment soigner ?, Paris, Desclée de Brouwer, 2018 ; Marie-Jo Thiel, L’Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs, Montrouge, Bayard, 2019.

15 Olivier Bobineau, Joseph Merlet et Constance Lalo, Le Sacré incestueux : les prêtres pédophiles, Paris, Desclée de Brouwer, 2017.

16 Karen Holt et Christina Massey, « Sexual Preference or Opportunity : An Examination of Situational Factors by Gender of Victims of Clergy Abuse », dans Sexual Abuse : A Journal of Research and Treatment, no 25/6, décembre 2013, p. 606‑621.

17 Dorothée Dussy, L’Inceste, bilan des savoirs, Marseille, La Discussion, 2013.

18 Aníbal Quijano, « “Race” et colonialité du pouvoir », dans Mouvements, no 51/3, 10 septembre 2007, p. 111‑118.

19 Bernard Preynat a été « renvoyé de l’état clérical » le 4 juillet 2019, suite à une décision du tribunal ecclésiastique de Lyon. Alors que cette sanction – la plus dure que puisse prendre la justice pénale de l’Église à l’égard d’un prêtre – nécessitait une levée de la prescription que seule Rome pouvait prendre, elle a été posée avant même sa condamnation par la justice civile française, sans doute du fait d’une pression médiatique forte dans cette affaire, devenue « test » pour l’Église de France.

20 Alors qu’en 2000 la Conférence des évêques de France publiait une déclaration condamnant explicitement les actes pédocriminels commis par des prêtres et demandant à tous les évêques de signaler à la justice civile les cas dont ils auraient connaissance, le dispositif semble ne pas avoir fonctionné : le père Preynat n’a jamais été dénoncé à la justice civile par les différents responsables de son diocèse, dont le dernier en date, le cardinal-archevêque Philippe Barbarin.

21 Catégorie juridique qui ne recouvre pas exactement la même réalité que la catégorie d’abord psychiatrique puis devenue médiatique de « pédophilie », cf. Nadine et Jean-Marie Grafeille, La Pédophilie ou les maux d’enfants, Paris, Ellipses, 1999.

22 La comparaison est faite essentiellement entre l’Église et l’Éducation nationale, ce qui n’est pas sans rappeler la « guerre des deux France », qui s’était justement cristallisée sur le contrôle du corps des enfants, via la concurrence entre l’école laïque et l’école « libre ». Intéressant est à cet égard le fait rapporté par Claude Langlois dans son récent livre : On savait, mais quoi ? La pédophilie dans l’Église de la Révolution à nos jours, Paris, Seuil, 2020. Cette « guerre scolaire » a facilité durant le second 19e siècle la publicisation des violences sexuelles commises sur mineurs, tant par le clergé qu’au sein de l’école de la République. Langlois rapporte en effet qu’à l’époque, l’administration compare « la laïque » et l’école des frères en fonction du nombre d’agressions sexuelles sur élèves. Les chiffres sont même publiés officiellement chaque année par le ministère de l’Instruction publique pour que les parents choisissent librement leur école. Bien sûr, les frères perdent à ce jeu de mise en concurrence.

23 « Si on se fonde sur les chiffres mêmes du Vatican, entre 2000 et 2010, des accusations ont été formulées à l’encontre de 3 000 prêtres pour des faits commis depuis 50 ans environ, sur un total en 2010 de 400 000 prêtres dans le monde. Un chiffre faible, certes, mais pas un phénomène à minorer », selon Olivier Bobineau et al., op. cit. ; un chiffre assurément sous-estimé, comme l’ont montré depuis les différentes commissions indépendantes d’investigation qui se sont créées dans plusieurs pays, soit à la demande de l’Église elle-même, soit à la demande des États. Même si la prégnance du phénomène au sein de l’Église catholique, qui est une organisation transnationale, semble d’intensité variable selon les pays. Cela s’explique sans doute du fait de structurations différentes du tissu ecclésial local. Par exemple, il semble qu’on puisse comprendre l’intensité toute particulière du phénomène en Irlande, en comparaison avec la France, du fait d’un plus grand nombre de prêtres en activité qu’en France, d’une bien plus forte présence de prêtres dans des institutions éducatives ou fermées et enfin d’une plus forte emprise de l’Église catholique sur la société, alors que la France connaît depuis les années 1950 un processus « d’exculturation » du catholicisme, c’est-à-dire de « déliaison entre la culture catholique et l’univers civilisationnel qu’elle a contribué à façonner pendant des siècles », Danièle Hervieu-Léger, op.cit.

24 Cf. <https://www.lefigaro.fr/international/2010/04/13/01003-20100413ARTFIG00440-le-vatican-assimile-les-homosexuels-aux-pedophiles-.php>, consulté le 02/12/2019.

25 Cf. <https://www.la-croix.com/France/Monseigneur-anti-pedophilie-Stanislas-Lalanne-passe-main-2016-05-29-1300763595>, consulté le 02/12/2019.

26 Ce texte avait été initialement prévu pour un livre collectif et interdisciplinaire sur la question, coordonné par un clerc, mais l’éditeur catholique a finalement refusé le projet. Malgré une évolution significative des positions de la hiérarchie catholique sur la question depuis octobre 2016, et malgré l’évolution de leur propre réflexion sur le sujet, ses auteurs ont pris le parti de ne pas le mettre à jour (sauf par ajout de certains éléments factuels et de nouvelles références bibliographiques). Il leur est apparu d’autant plus pertinent de maintenir en l’état cette réflexion d’étape que les résultats des travaux de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) devraient très prochainement éclairer d’un jour nouveau la réalité des violences sexuelles dans l’Église. Il se trouve aussi qu’un des deux auteurs de ce texte participe à ces recherches et qu’il est à ce titre tenu à la confidentialité sur leur teneur jusqu’à la publication du rapport de la commission. Ce texte n’y fait donc aucune référence.

27 Un discours défensif qui, outre la relativisation déjà évoquée de l’ampleur du phénomène par comparaison avec d’autres institutions, va de l’argument du complot contre l’Église à la reconnaissance de l’existence de « brebis galeuses » en son sein, excluant néanmoins toute causalité institutionnelle, en passant par le renvoi des cas à une homosexualité par ailleurs condamnée (cf. supra).

28 William Simon et John Gagnon, Sexual Conduct : The Social Sources of Human Sexuality, 2e édition, New Brunswick, Aldine Transaction, 1973.

29 Arthur Vuattoux, « Genre et rapports de pouvoir dans l’institution judiciaire », thèse de doctorat soutenue à l’université Paris-13, sous la direction de Bertrand Pulman, 2016.

30 Sur cette culture du secret au sein de l’Église, voir Josselin Tricou, « Refaire des “taupes” : gouverner le silence des prêtres homosexuels à l’heure du mariage gay », dans Sociologie, no 9/2, 19 juillet 2018, p. 131‑150 ; et du même auteur, « De quoi la réception catholique de “Sodoma” est-elle le symptôme ? », dans Golias hebdo, 14 mars 2019.

31 Cité par Maud Amandier et Alice Chablis, Le Déni. Enquête sur l’Église et l’égalité des sexes, Montrouge, Bayard, 2014, p. 285.

32 Pour une généalogie de cette équation catholique « vrai pouvoir=service », voir Jacques Dalarun, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma Éditeur, 2012.

33 Benoît XVI, Lumière du monde. Le pape, l’Église et les signes du temps. Un entretien avec Peter Seewald, Paris, Bayard, 2011.

34 Colette Guillaumin, L’Idéologie raciste  : genèse et langage actuel, Berlin, Walter De Gruyter, 1972.

35 Cité par Amandier et Chablis, op. cit., p. 290‑291.

36 Ibid.

37 Max Weber, « La Transformation du charisme et le charisme de fonction », dans Revue française de science politique, vol. 63, no 3, 25 octobre 2013, p. 463‑486.

38 Isabelle De Gaulmyn, Histoire d’un silence, Paris, Seuil, 2016.

39 <http://www.la-croix.com/Religion/France/Abus-sexuels-Cessons-cessez-d-idolatrer-le-pretre-2016-06-06-1200766731>, consulté le 02/12/2019.

40 Par le concept de « male gaze », Laura Mulvey désigne plus précisément l’imprégnation tant de la culture visuelle (films, publicités, etc.) que de l’expérience quotidienne des acteurs sociaux – quels que soient leur sexe ou leur sexualité – par un regard masculin et hétérosexuel érotisant et objectifiant le corps des femmes. Or, en faisant le lien entre ces deux niveaux de réalité, Mulvey se rapproche de l’idée de script. Cf. Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », dans Screen, autumn 1975, p. 6‑18.

41 Un exemple des plus récents : <https://fr.zenit.org/articles/tribune-du-p-laurent-stalla-bourdillon/>. Dans cette tribune écrite en réaction à une énième révélation d’abus concernant le fondateur d’une « communauté nouvelle », un prêtre parisien affirme : « Il faut pouvoir dire, selon l’antique formule, que le prêtre est un “alter Christus” sans penser “ipse Christus” », son texte chargeant les fidèles de la responsabilité du passage du premier (qui serait conforme au bon script du pouvoir catholique) au second (qui serait non conforme). Or, comme le faisait remarquer sur Facebook un autre clerc, lanceur d’alerte sur les questions de violences sexuelles au sein de l’Église, le média même où est publiée cette tribune, Zénit, a longtemps été dirigé par les Légionnaires du Christ, une congrégation de prêtres fondée en 1941 au Mexique, qui ont travaillé à propager l’image du prêtre « ipse christus » mise en cause dans le texte, et dont le fondateur, Marcial Maciel Degollado, multi-abuseur sexuel couvert durant des décennies au sein de l’Église, n’a pu que profiter pour échapper à toute critique.

42 Concernant ce « procès de sacerdotalisation » et ses effets en termes de genre, voir Josselin Tricou, « Hommes d’Église, masculinités et idéal sacerdotal », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne : <https://ehne.fr/node/2766>], 2016, consulté le 02/12/2019. Pour une analyse de sa remise en valeur actuelle sous le signe de la performance individuelle, voir Céline Béraud, « Prêtres de la génération Jean-Paul II : recomposition de l’idéal sacerdotal et accomplissement de soi », dans Archives de sciences sociales des religions, no 133, 1er mars 2006, p. 45‑66.

43 Cf. Josselin Tricou, « Le problème de l’Église est de lier le pouvoir à des enjeux de sexualité », interview dans l’Humanité, 21 février 2019.

44 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », dans Actes de la recherche en sciences sociales, no 43/1, 1982, p. 58‑63.

45 Paradoxalement, et peut-être malgré lui, le premier à rompre en pratique avec cette logique sacrificielle de légitimation du pouvoir-service en Église a été le même qui, le premier, au cœur et au sommet de l’institution, a petit à petit pris la mesure de la gravité des faits de pédophilie, à savoir le pape Benoît XVI. À travers sa démission en effet – mais aussi dans le fait de publier encore des livres sous son nom d’état civil alors même qu’il était devenu pape –, il a posé les linéaments d’une distinction entre la fonction de pouvoir exercée au sein de la hiérarchie ecclésiale et l’individu qui l’endosse, les linéaments aussi d’une certaine légitimité à limiter le sacrifice de soi pour le prêtre au nom du service de l’institution.

46 Raewyn Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 2005 (2e édition).

47 Alfred Loisy, Le Célibat ecclésiastique, cité dans Claude Langlois, Le Continent théologique : explorations historiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 318‑325.

48 Ou, si les faits dépassaient une certaine mesure, on mettait ça sur le compte d’une sorte de monstruosité. Mais c’était rejouer la logique de l’exceptionnalité cléricale, car face à des saints ou des monstres, finalement, on reste dans la construction d’une exceptionnalité.

49 Cf. Céline Béraud, Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, Paris, Presses universitaires de France, 2007.

50 Erich Fuchs, « Y a-t-il une morale catholique ? Le point de vue d’un théologien protestant », dans Revue d’éthique et de théologie morale, « Le Supplément », n° 181, juillet 1992, p. 124-125.

51 Idem.

52 Cette seconde partie a déjà été partiellement et sous une forme un peu différente publiée dans Constance Lalo et Josselin Tricou, « Crise de la pédophilie dans l’Église catholique : une confrontation de scripts sexuels », dans Revue d’éthique et de théologie morale, no 292, 23 novembre 2016, p. 11‑21.

53 On utilisera ici le terme « civil » pour désigner non pas le droit des relations entre particuliers tel qu’il est récapitulé en France dans le Code civil, par opposition au droit pénal, mais le droit des États non religieux, par opposition au droit de l’Église catholique.

54 L’existence du droit canon a longtemps favorisé la revendication par l’institution ecclésiale d’une forme d’extraterritorialité pour elle-même, juridique notamment, face aux institutions séculières. Cette extraterritorialité était renforcée par l’autodéfinition de l’Église comme « société parfaite ». Cf. Francis Messner, « L’Église, une société parfaite. Les effets conscients ou inconscients des avatars du privilège du for… », communication au colloque : « Agressions sexuelles sur mineurs par des cadres religieux », Strasbourg, 3 décembre 2019.

55 Jean-Paul II, Constitution apostolique Sacrae Disciplinae Leges, 25 janvier 1983.

56 « Le viol désigne l’entrée par effraction, avec violence, dans l’intimité sexuelle d’une personne. Il est atteinte à la justice et à la charité. Le viol blesse profondément le droit de chacun au respect, à la liberté, à l’intégrité physique et morale. Il crée un préjudice grave, qui peut marquer la victime sa vie durant. Il est toujours un acte intrinsèquement mauvais » (CEC, 2356).

57 Ce texte n’est pas disponible en français ; les traductions citées sont donc des traductions personnelles (Constance Lalo) de la version anglaise, disponible sur le site du Vatican : <http://www.vatican.va/resources/resources_crimen-sollicitationis-1962_en.html>, consulté le 02/12/2019.

58 Marie-Jo Thiel, « La Pédophilie perverse : pour un discernement éthique sans naïveté », dans Revue d’éthique et de théologie morale, « Le Supplément », n° 217, juin-juillet 2001.

59 Éric Fassin, « La Démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », dans Multitudes, no 26/3, 1er septembre 2006, p. 123‑131.

60 Nicole-Claude Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes, et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie », dans Nicole-Claude Mathieu (dir.), L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985, p. 69‑245.

61 « Bondage, punitions, sadomasochisme ».

62 Ruwen Ogien, Penser la pornographie, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

63 Cf. <http://www.lepoint.fr/societe/le-cardinal-barbarin-choque-avec-ses-propos-sur-le-mariage-gay-15-09-2012-1506521_23.php>, consulté le 02/12/2019.

64 <http://www.elplural.com/2014/04/11/el-obispo-de-malaga-equipara-el-matrimonio-gay-con-uniones-entre-un-hombre-y-un-perro-o-un-bebe-y-un-anciano>, consulté le 02/12/2019.

65 CEC, 357 : « La Tradition a toujours déclaré que les actes d’homosexualité sont intrinsèquement “désordonnés”. […] Ils sont contraires à la loi naturelle. […] Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas ».

66 CEC : « La fornication est […] un scandale grave quand il y a corruption des jeunes » (2353) ; « La prostitution constitue un fléau social. Il touche habituellement des femmes, mais aussi des hommes, des enfants ou des adolescents (dans ces deux derniers cas, le péché se double d’un scandale) » (2355).

67 Les développements intervenus depuis 2016 en la matière nécessiteraient une explicitation complémentaire.

68 Voir Olivier Bobineau et al., op. cit.

69 <http://www.vatican.va/resources/resources_norme_fr.html>, consulté le 02/12/2019.

70 Traduction de la Documentation catholique, disponible sur : <http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Pape/Comme-une-mere-aimante-motu-proprio-du-pape-Francois-2016-06-06-1200766635>, consulté le 02/12/2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Lalo et Josselin Tricou, « « Si cet homme n’avait pas été prêtre… » »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147 | 2020, 69-93.

Référence électronique

Constance Lalo et Josselin Tricou, « « Si cet homme n’avait pas été prêtre… » »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15431

Haut de page

Auteurs

Constance Lalo

Juriste, chargée d’enseignement à Sciences-Po

Josselin Tricou

Université Paris-8, laboratoire LEGS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search