Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147DÉBATSCinq ans après Charlie : Emmanuel...

DÉBATS

Cinq ans après Charlie : Emmanuel Todd et le néorépublicanisme

Alain Gabet
p. 157-177

Résumés

Dès 2015, Emmanuel Todd a fait paraître un ouvrage qui offrait une lecture iconoclaste de « l’esprit du 11 janvier » qui a suivi l’attentat contre la rédaction du journal Charlie Hebdo. Le livre a fait scandale, mais a dessiné avec habileté les contours d’une république française en crise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seuil, 2015. Réédité en poche avec un titre et un sous-titre inversés, Sociologie d’une crise relig (...)
  • 2 J’ai soutenu ma thèse, « Système familiaux et comportements collectifs en Haut-Poitou sous l’Ancien (...)
  • 3 Sans être un familier de l’auteur de Charlie, les contacts noués à intervalles espacés ont toujours (...)
  • 4 Une pensée pour Charb me traverse, dont j’aimais autant la sensibilité sociale que la radicalité du (...)

1Dès le printemps 2015, un pavé a projeté des tombereaux de vase hors de la mare du consensus des médias mainstream, après les attentats de janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo et les clients de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. S’il n’est sans doute pas nécessaire de revenir sur ces faits, le délai de cinq ans qui nous sépare d’eux fait advenir le moment opportun pour reprendre, avec plus de sérénité, le débat ouvert par Emmanuel Todd avec son brûlot Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse1. Le minimum d’honnêteté m’oblige dès à présent à signaler le tropisme intellectuel2 et la tendresse amicale3 qui me lient à l’auteur de cet ouvrage qui a fait scandale, le mot n’est pas trop fort, puisqu’il révèle que Charlie n’était pas celui que l’on croyait. Je dois également exprimer, en préambule, la profonde empathie que je nourris à l’égard de toutes les victimes de ces attentats et l’admiration pour certains des auteurs assassinés4. Je me suis retrouvé, pendant une année, dans une situation très inconfortable, mélange de dissonance cognitive et de lassitude profonde : adhérer à un grand nombre d’idées d’Emmanuel Todd et ressentir de l’effroi à ses propos, qui ne pouvaient que provoquer de l’incompréhension, voire de la colère, pour tous ceux qui ont partagé de bonne foi la douleur des victimes et de leurs proches. L’auteur a, lui aussi, traversé une période difficile à cause de ce livre. Il a endossé courageusement les habits du messager de mauvais augure et l’a payé d’un opprobre douloureux. Pierre Assouline a coutume de dire qu’il faut laisser du temps entre le bruit que fait un livre et sa lecture. C’est ce que j’ai fait. Cinq ans seulement après sa parution, j’ai lu ligne à ligne ce livre que j’ai tenu à maintes occasions dans mes mains en librairie, sans me résoudre à en faire l’acquisition. Le moment est venu de débattre. Je vais d’abord évacuer les affects et les positions morales qui ont encombré l’ouvrage et brouillé la communication lors de sa sortie, pour me concentrer sur la profonde originalité de la pensée d’Emmanuel Todd et sur ce que son anthropologie historique peut apporter à la compréhension de notre société. Enfin, je m’intéresserai à la réception plus que houleuse, très hétérogène aussi, de cet ouvrage et de ce qu’elle nous dit également sur le champ médiatique et intellectuel de notre pays en ce début de 21e siècle.

Des affects d’une famille devenue dysfonctionnelle

  • 5 Issu d’une famille d’intellectuels et de journalistes, il a été introduit précocement dans le monde (...)
  • 6 Ainsi L’Invention de l’Europe, analyse magistrale du socle anthropologique des peuples européens, l (...)
  • 7 À l’exception peut-être d’un Piketty, quel autre intellectuel peut se targuer aujourd’hui d’allier (...)

2Afin de retrouver la sérénité nécessaire à la réflexion, il est nécessaire de faire en premier lieu un sort aux affects générés par l’auteur et sa communication. Emmanuel Todd est familier de l’arène médiatique5 et coutumier des coups d’éclat. L’utilisation de son savoir scientifique comme arme pour ses engagements citoyens l’a souvent conduit à défendre des thèses à rebours de l’opinion dominante, d’une manière provocante6. On ne saurait trop l’en louer, tant la figure de l’intellectuel éclairé et engagé fait défaut à notre époque7. Il faut pourtant souligner qu’avec Charlie, il est allé très loin dans l’art de se faire détester, y compris parmi un auditoire qui pouvait lui être acquis auparavant.

  • 8 Édition de poche.

3S’agissant de cet ouvrage, le message scientifique a été brouillé par des prises de position morales. Ainsi, dès l’introduction, l’auteur énonce : « Blasphémer de manière répétitive, systématique, sur Mahomet, personnage central d’une religion d’un groupe faible et discriminé, devrait être, quoi qu’en disent les tribunaux, qualifié d’incitation à la haine religieuse8 » (p. 15). On se trouve ici sur une question indécidable. La rédaction de Charlie Hebdo, prise comme un collectif, a-t-elle incité, volontairement ou involontairement, à la haine religieuse ? En plaçant son jugement au-dessus des décisions prises par les tribunaux, l’auteur se place sur un terrain moral où il ne saurait y avoir de validation scientifique. On comprend donc ce que ce jugement, mis en exergue dans cet ouvrage, a pu avoir de choquant. Au « lendemain » de la tuerie, il opérait un retournement de position insupportable pour une grande partie des citoyens férus d’idées. Les « faibles », c’étaient alors les dessinateurs assassinés de la rédaction de Charlie Hebdo, victimes de la violence fanatique et qui n’ont fait que souffler inlassablement l’esprit libertaire et antireligieux de ses origines, sur une presse écrite de plus en plus contrôlée par le capital des 1 %. Ce jugement a été compris par certains comme une justification intolérable de la violence des terroristes du mois de janvier, ce qu’elle n’était évidemment pas, mais quand les affects prennent le dessus, la réflexion ne s’embarrasse plus de nuances.

  • 9 Je me souviens de ma première discussion avec lui, où il m’a demandé quel était selon moi son ouvra (...)
  • 10 Emmanuel Todd a, en réalité, toujours défendu un assimilationnisme tempéré, et non le multicultural (...)
  • 11 Je pense par exemple à la chronique de Sophia Aram sur France Inter après un passage particulièreme (...)

4Or, quand on connaît l’œuvre d’Emmanuel Todd, on comprend que c’est une colère qui a répondu à une douleur. À la douleur collective générée par la tuerie, Todd a répondu avec sa colère contre une société qui ferme ses canaux d’intégration aux minorités issues de l’immigration. Car s’interroger sur la façon dont les immigrés et les sociétés d’accueil interagissent pour faciliter, ou ralentir, l’intégration des minorités est un fil conducteur majeur de l’œuvre de Todd9. À cet égard, il est aussi inquiet de l’antisémitisme qui se développe dans les banlieues que de l’islamophobie qui se répand dans toutes les classes sociales, et voit dans la concomitance de ces deux phénomènes le double effet d’une crise religieuse et d’un renversement du système politique français. Nous y reviendrons plus loin. Emmanuel Todd s’est donc retrouvé dans la situation de faire la leçon, littéralement d’« engueuler » parfois des interlocuteurs encore sous le choc de la violence des attentats et de s’attirer leur foudre en retour. Colère contre douleur. Même des figures issues de l’immigration maghrébine n’ont pas supporté cette posture et ont condamné l’enfermement communautaire10 auquel cette pensée peut conduire selon eux11.

5Pour les personnes comme moi, qui vibrent aussi fortement aux cordes lancinantes de la douleur des victimes qu’aux cuivres de la colère qu’inspire cette société, la sortie de Charlie a provoqué une cacophonie intérieure des plus assourdissantes. J’ai eu l’impression, en écoutant certaines interventions à la radio, de me retrouver au milieu d’un déjeuner rassemblant une famille dysfonctionnelle à la Xavier Dolan. Seul le temps peut calmer ces accès de discorde. Cinq ans semblent un délai raisonnable pour se dégager – un peu – des affects et se concentrer sur le travail d’historien d’Emmanuel Todd.

De la méthode employée pour identifier Charlie

6Le but de l’ouvrage était de faire la sociologie du mouvement « Je suis Charlie », pour caractériser les groupes sociaux réellement impliqués, au-delà de la toujours fausse unanimité fantasmée par les médias.

7La source utilisée est la cartographie réalisée à chaud par Libération des manifestions des 10 et 11 janvier qui, bien qu’imparfaite, est significative (presque plus significative dans son imperfection même, comme le souligne l’auteur) et constitue un matériau d’aubaine pour le regard aiguisé d’un chercheur rompu aux analyses statistiques et aux représentations cartographiques depuis quatre décennies.

  • 12 Seven peasant communities in pre-industrial Europe. A comparative study of French, Italian and Swed (...)
  • 13 L’Origine des systèmes familiaux, 1-Eurasie, Paris, Gallimard, 2011, 755 p., premier tome d’une syn (...)
  • 14 La Chute finale, op. cit.
  • 15 La Troisième planète. Structures familiales et systèmes idéologiques, Paris, Seuil, 1983, réédité d (...)
  • 16 L’Enfance du monde. Structures familiales et développement, Paris, Seuil, 1984, réédité dans La Div (...)
  • 17 L’Illusion économique. Essai sur la stagnation des sociétés développées, Paris, Gallimard, 1998, 32 (...)
  • 18 Le Destin des immigrés, op. cit.
  • 19 La Chute finale, op. cit.
  • 20 Après l’empire. Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard, 2002, 233 p.
  • 21 L’Invention de l’Europe, op. cit.
  • 22 Après la démocratie, Paris, Gallimard, 2008, 257 p. Est-il nécessaire de rappeler une énième fois q (...)

8Ces cartes, Emmanuel Todd va les étudier sous le prisme d’un modèle anthropologique élaboré patiemment, depuis sa thèse d’histoire soutenue à Cambridge12. Il a, à ce jour, réalisé en grande partie le travail de cartographie systématique des systèmes familiaux dans le monde13. Depuis une intuition géniale et fondatrice qui lui a fait relier la répartition du modèle familial communautaire à l’aire d’expansion de l’idéologie communiste14, il n’a cessé de réfléchir aux liens qui unissent les systèmes familiaux, les valeurs structurantes qu’elles véhiculent et les choix collectifs des sociétés (systèmes idéologiques15, modèles de développement16, modèles économiques17 et d’intégration des immigrés18, etc.). Cette grille de lecture lui a permis de développer une compréhension des sociétés à haute valeur prédictive : anticipation de l’effondrement de l’URSS19, du déclin américain20, des difficultés de l’intégration européenne et de l’euro21, du délitement enfin du « système démocratique » français22

  • 23 Pour une typologie complète en 9 entrées, voir Le Mystère français, avec Hervé Le Bras, Paris, Seui (...)

9Tentons une première approche, plus que simplifiée, du modèle d’Emmanuel Todd, à l’échelle de la France, sous la forme d’un tableau à double entrée23 qui associe à chaque structure familiale principale de l’espace français :

  • 24 Voir L’Origine des systèmes familiaux, op. cit., chap. 1, « À la recherche d’une typologie », p. 46 (...)

10- ses principales caractéristiques (composition du ménage et règles de succession, j’ai distingué ici les types « classiques », issus de la typologique fondatrice de Le Play, et les formes inclassables, mises en évidence depuis le renouveau des études démographiques et familiales, à partir des années 1970 du siècle dernier24),

11- sa répartition géographique,

12- les valeurs qui lui sont associées (le fonctionnement de la famille nucléaire égalitaire, qui donne peu de pouvoir aux parents et partage la succession en parts égales entre les enfants, induit des valeurs de liberté et d’égalité, par exemple),

13- un cas de relation entre valeurs associées et choix collectifs, en l’occurrence l’attitude des espaces familiaux face à la déchristianisation et la Révolution de 1789.

Carte 1 : Les systèmes familiaux traditionnels en France (source : Les Luttes de classes en France au XXIe siècle, op. cit., p. 91)

  • 25 Cf. références bibliographiques d’Emmanuel Todd citées plus haut.
  • 26 Voir L’Invention de l’Europe, op. cit.
  • 27 Ibid.
  • 28 Cette idée de « mémoire des lieux » est importante, car la question de la rémanence de systèmes de (...)

14Comme nous le verrons plus loin, la question de l’influence de structures parfois très anciennes, datant au minimum de l’Ancien Régime, sur la sociologie contemporaine est troublante et elle ne cesse d’alimenter la réflexion d’Emmanuel Todd. Mais ce qui est indéniable dans la démarche de cet auteur, c’est l’esprit scientifique et le consentement au fait. On observe d’abord, on pose des hypothèses ensuite, on les valide enfin, ou non, par des recoupements d’observations. L’observation de départ oblige à poser le problème de la persistance des structures anciennes aboutissant à une opposition, passant les siècles, entre un centre (Bassin parisien, littoral méditerranéen) et des périphéries (dans le sens des aiguilles d’une montre : Nord, Sud-Est sans la façade méditerranéenne, Sud-Ouest, Centre-Ouest atlantique, Grand Ouest). Les recoupements entre la cartographie des systèmes familiaux traditionnels et l’évolution des superstructures sociales et politiques, sur le temps long jusqu’à nos jours, sont suffisamment probants pour donner une clé de lecture de l’histoire qui, sans être exclusive, donne à voir une logique structurale à la trajectoire des sociétés humaines au-delà de l’écume des innombrables interactions entre les agents historiques25. Ces recoupements exigent que l’on pose une hypothèse sur le modus operandi de structures anthropologiques qui ont formellement disparu dans leur matérialité. La famille-souche a pu favoriser l’implantation du protestantisme en Europe au 16e siècle, par exemple26, mais, la modernité ayant universalisé le modèle familial conjugal, comment les valeurs associées à la famille-souche peuvent-elles être encore actives ? Emmanuel Todd a posé plusieurs hypothèses dans sa bibliographie. La première suppose simplement la survie des valeurs profondément ancrées, aux structures familiales qui les ont fait naître, par transmission intergénérationnelle (les parents continuent de transmettre des valeurs anciennes en dehors de la nécessité systémique qui les a fait se développer). Les parents ne cohabitent plus avec un héritier, mais la « mentalité souche » perdure au-delà de la disparition de la structure, les valeurs continuant de se transmettre comme si de rien n’était, dans la plus parfaite inconscience27. Avec le brassage des populations et la mobilité accrue des individus, l’étonnement est encore plus grand. Avec Hervé Le Bras, Emmanuel Todd a dû poser l’hypothèse, invérifiable, d’une « mémoire des lieux ». Les valeurs profondément ancrées dans un espace se transmettent de génération en génération par la famille, mais elles finissent également par s’imposer aux horsains de toute origine28, sur quelques générations, si les mécanismes d’intégration ne sont pas en panne.

  • 29 Dès le 13 janvier, Frédéric Lordon écrivait : « Tout porte à croire que le cortège parisien, si imm (...)

15Ainsi, l’analyse des données statistiques des manifestations des 10 et 11 janvier 2015 permet de dégager une surreprésentation des « MAZ », soit des classes moyennes, âgées et « catholiques zombies ». L’intuition que le mouvement Charlie, loin d’être l’expression d’une unanimité, était surtout le fait des classes les mieux intégrées, s’est trouvée confirmée sans trop de surprise, mais encore fallait-il s’en assurer29. L’apport original, essentiel, d’Emmanuel Todd est de montrer que les manifestations ont connu leur maximum d’intensité dans les espaces périphériques de sa cartographie des systèmes familiaux et du système anthropologique français. C’est dans les espaces où la déchristianisation fut la plus longue à s’achever, où l’Église catholique a maintenu le plus longtemps son influence contre-révolutionnaire et hostile à la république, que les « Je suis Charlie » ont été les plus nombreux. La permanence des aires spatiales dessinées par les systèmes familiaux anciens, mais dans une configuration inverse à celle que l’on aurait pu attendre, a mené l’auteur à replacer l’événement « Je suis Charlie » dans le temps long d’une société française en mutation.

De l’utilité de l’anthropologie historique pour la sociologie contemporaine de la France, entre Maastricht et Charlie

16Les cartes des manifestations des 10 et 11 janvier 2015 expriment l’émergence d’un régime « néorépublicain », largement inconscient – ce qui explique en partie la virulence de l’incompréhension qui a accueilli cette thèse –, qui résulte d’un renversement du système politique français et avance masqué derrière une novlangue qui atteint son paroxysme sous la présidence actuelle.

  • 30 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Armand Colin, 1913, XXVIII-535 p
  • 31 Voir la conclusion où je présente les derniers développements de la pensée d’Emmanuel Todd dans Les (...)

17On aurait pu penser que les manifestations Charlie fussent les plus intenses dans les espaces marqués par les valeurs républicaines de liberté et d’égalité, le cœur du système anthropologique et politique de la France sous la république. Or, c’est l’inverse qui s’est produit, c’est la France périphérique, notamment l’Ouest, traditionnellement catholique, – devenu « catholique zombie » –, longtemps antirévolutionnaire, antirépublicaine, antidreyfusarde, marquée par un inconscient plus autoritaire, indifférente ou hostile à l’égalité, qui s’est mise en marche pour exprimer sa solidarité avec les anars de Charlie Hebdo. Il y a là un paradoxe qui passe sous les radars des politologues, qui connaissent leur Siegfried30, mais l’ont cependant rangé dans un placard et se refusent à voir la force analytique que représente encore aujourd’hui l’anthropologie historique. Car la cartographie des manifestations Charlie est symptomatique d’un renversement profond du système politique français, que l’on peut maintenant inscrire dans une séquence allant du Traité de Maastricht à Charlie31. Ce n’est plus le cœur nucléaire-égalitaire qui est moteur dans la démocratie française : il a été étouffé par la crise, la stagnation économique et le chômage engendrés par une mondialisation incompatible avec ses valeurs. C’est aujourd’hui la périphérie, historiquement antirépublicaine, qui est devenue le moteur du système. Elle jouit d’une dynamique économique qui s’explique, entre autres, par son indifférence aux inégalités engendrées par la mondialisation. Cet avantage comparatif est déterminant dans la compétition exacerbée provoquée par le libre-échange. Plus dynamique, elle donne maintenant le la à la république en donnant sa voix au néolibéralisme. Todd souligne que la carte de Charlie recoupe la carte du vote « oui » à Maastricht : c’est l’espace anthropologique historiquement antirépublicain qui aujourd’hui a pris les commandes, accepte la compétition internationale, le libre-échange, l’euro et les politiques d’austérité, car il se montre globalement indifférent aux inégalités et sait mieux y faire face.

  • 32 Emmanuel Todd distingue une laïcité ancienne, celle du centre nucléaire-égalitaire précocement déch (...)
  • 33 Dans son dernier ouvrage, Emmanuel Todd souligne que la paupérisation des 99 % est un problème nett (...)

18Pour Emmanuel Todd, ce renversement néorépublicain, associé à une crise religieuse terminale32, explique la logique de bouc émissaire qui se met en place à l’encontre des musulmans, au-delà du risque réel de la radicalisation violente d’une partie de la jeunesse : « L’islam est bien le bouc émissaire d’une société qui ne sait plus quoi faire de son incroyance et qui ne sait plus si elle a foi en l’égalité ou l’inégalité. De cette confusion a émergé le discours néorépublicain, qui exige laïcité et unanimité » (p. 225). Un cercle vicieux peut dès lors être repéré : les espaces périphériques indifférents à l’égalité soutiennent le libre-échange néolibéral et les politiques d’austérité ; ces politiques provoquent une stagnation globale économique, avec un creusement des inégalités et un impact fort sur les mécanismes économiques d’intégration des populations issues de l’immigration ; les difficultés d’intégration alimentent un discours différentialiste sur les populations issues de l’immigration maghrébine et musulmane. La problématique réelle des inégalités sociales, ou, plus grave encore, de paupérisation générale de la société française33, peut alors être camouflée sous la problématique fabriquée de l’immigration. La cartographie de Charlie révèle cette France néorépublicaine, baignant dans les bons sentiments, mais qui tend structurellement vers une indifférence de plus en plus grande à l’égalité et vers un différentialisme qui exclut les immigrés, alimentant par contrecoup un antisémitisme des banlieues.

  • 34 Frédéric Lordon, « Le moment Potemkine », sur son blog hébergé par Le Monde diplomatique, 13 décemb (...)

19Ces mécanismes inconscients – que les intellectuels ont pour mission de mettre en évidence – s’accompagnent d’un discours qui masque à soi-même comme aux autres la nature profonde du néo-républicanisme : « une étrange doctrine, qui prétend parler la langue de Marianne mais définit dans les faits une république d’exclusion » (p. 224). « La guerre, c’est la paix », écrivait Orwell dans 1984, « insulter, c’est intégrer » eût pu être le slogan de certains marcheurs de Charlie. En 2019, le Premier ministre Édouard Philippe peut énoncer : « la retraite par points, c’est l’esprit du CNR34 ». On comprend la violence des réactions au livre d’Emmanuel Todd. Là où les marcheurs de Charlie ont eu le sentiment, individuellement, de communier dans un moment de solidarité et de tolérance, l’anthropologue révèle que les masses soulevées sont majoritairement celles d’un néorépublicanisme peu soucieux d’égalité. Pour sortir des ambiguïtés de Charlie, il faut toujours garder ce précepte sociologique en mémoire :

  • 35 Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, L’Invention de la France, Paris, Gallimard, 2012, p. 422.

« En mesurant les caractéristiques d’un groupe, on ne s’intéresse pas à prédire ou deviner le comportement de ses membres, mais le comportement du groupe dans d’autres domaines. Assimiler les deux points de vue revient à nier la société comme entité supérieure aux individus. » 35

  • 36 On se souvient de sa passe d’armes avec Manuel Valls, érigé en exemple typique de la famille différ (...)
  • 37 Pour éviter tout malentendu, Emmanuel Todd rappelle en conclusion le noyau du pacte républicain don (...)

20Ce principe, qui fait toute la force du matériel rassemblé et qui prémunit contre toute essentialisation des groupes humains, Emmanuel Todd ne l’a malheureusement pas suffisamment appliqué quand, par facilité ou goût de la formule choc pour capter l’attention de son lectorat, il semble s’en prendre aux individus, parfois nommément36. Il peut être heuristique de personnaliser les groupes par des exemples, mais beaucoup de gens ont pu se sentir insultés par cette pratique. Partager sa propre expérience de ces jours peut être alors un dérivatif. Meurtri par la violence qui s’est déchaînée contre les dessinateurs de Charlie Hebdo, profondément attaché à la liberté d’expression jusque dans son droit au blasphème37, je ne suis pourtant pas allé rejoindre les cohortes de manifestants des 10 et 11 janvier qui ont vu marcher ensemble la fine fleur des dictateurs de ce monde et l’élite de ce néorépublicanisme que je réprouve. Au-delà de l’écume de la controverse, c’est donc bien une anthropologie profonde des territoires qu’a proposée Emmanuel Todd, mais qui a été reçue comme une psychanalyse sauvage des foules, jetée à la face de notre pays en crise. Il nous reste à voir si cette démarche et ses conclusions ont résisté à la critique.

De la misère et de la grandeur du débat en France en période de crise

21Analyser la réception des livres d’Emmanuel Todd n’est pas chose simple, car elle convoque une critique très hétérogène qui vient du caractère le plus souvent hybride de ses ouvrages – c’est le cas pour Charlie –, mélange d’essai et de recherche universitaire.

  • 38 Par exemple, L’Express a consacré un dossier intéressant, dont l’article de Lucas Godignon : « Pour (...)
  • 39 Une rapide approche est donnée par la fiche Wikipédia sur Qui est Charlie ?, consultée en janvier 2 (...)
  • 40 Béatrice Giblin, géographe et directrice de la revue Hérodote, « “Qui est Charlie ?” : l’“imposture (...)

22Je passe rapidement sur la critique journalistique qui a généré une palette très étendue de réactions, du dossier argumenté à l’invective38. Je passe également, faute de place, sur la controverse du milieu intellectuel39, pour me concentrer sur la critique émanant de chercheurs qui sont les pairs d’Emmanuel Todd. L’hétérogénéité des réactions n’est pas moins marquée, mais souvent négative. Le propos qui suit n’a pas l’ambition de l’exhaustivité et s’appuie sur quelques retours que j’ai trouvés significatifs40. Le ton est parfois agacé, voire encoléré. François Héran reproche à l’auteur d’accumuler les qualificatifs « infamants » à l’encontre des marcheurs du 11 janvier ; Béatrice Giblin se déclare « en colère » contre ce qu’elle estime être une « imposture ». Une nouvelle fois, il faut s’extraire du déchaînement des affects pour revenir sur le terrain des idées et du travail scientifique.

23Et alors, ce qui frappe, c’est la lecture fautive qui a été faite de Charlie et la méconnaissance de l’œuvre de Todd. Pour le géographe Jacques Lévy, par ailleurs animé d’une plus grande bienveillance dans ses propos :

« Todd appartient à une école de pensée, le "culturalisme", qui refuse l’historicité. Il présente le monde d’aujourd’hui comme s’il était une combinaison de paramètres intangibles. Il reprend l’expression “catholiques zombies”, qui est un bon résumé du problème : Todd voit des catholiques là où il n’y en a plus, et décrit le monde contemporain comme si rien n’avait bougé depuis deux siècles. »

  • 41 On voit que la pensée d’Emmanuel Todd doit plus à Braudel qu’au « culturalisme ». Récemment, Emmanu (...)

24Ce reproche se retrouve chez la plupart des contempteurs de Todd et formule mal le problème à mon sens. Dire que Todd refuse l’historicité est une grossière erreur : son œuvre observe incessamment les ruptures chronologiques aussi bien que spatiales. Il observe que les évolutions qui affectent les sociétés semblent influencées par des logiques structurales qui permettent de combiner le temps long des socles anthropologiques avec le temps moyen des évolutions sociales et le temps court des acteurs41. Todd ne voit pas « des catholiques partout », mais propose une explication à la permanence des valeurs culturelles après la mort de certaines structures qui les ont portées. Non, Todd ne décrit pas le monde contemporain comme si « rien n’avait changé depuis deux siècles », mais interroge en permanence l’intrication des échelles temporelles. Pour un connaisseur des œuvres de Todd, une telle critique paraît tellement passer à côté des vraies questions que cela ne laisse pas de s’interroger sur la part de l’affect et de l’intellectuel dans une telle erreur d’analyse. Car la vraie question est celle de l’observation de départ : oui ou non peut-on constater la permanence d’un système anthropologique à travers les siècles, qui expliquerait, au-delà de ses mutations en termes de superstructures idéologiques, l’évolution de la société française ?

25À cette question fondamentale, la géographe Christine Giblin répond avec colère que Todd :

« galvaude et falsifie ce bel outil (la carte). Non seulement les cartes qu’il utilise ne sont pas claires et sont mal légendées, inintelligibles, mais si on y regarde de près elles ne sont absolument pas rigoureuses, elles sont truffées d’erreurs et d’à-peu-près. C’est simple, il en ignore le b.a.-ba scientifique ».

26Toute la construction intellectuelle de Todd se fonderait sur une observation et une représentation fautives… La charge est trop excessive pour être signifiante, mais la suite pose une question plus profonde :

« Pour démontrer la permanence d’une France dont le cœur serait déchristianisé et la périphérie toujours imprégnée de pratique religieuse, il met par exemple face à face deux cartes. L’une représente la proportion de prêtres ayant prêté serment constitutionnel en 1791, l’autre représente la pratique religieuse en 1960. Les deux France sont censées coller pour prouver ses dires… Ces cartes sont si inintelligibles, si mal faites, que si l’on regarde vite, on peut y croire. Mais si on regarde en détail, on s’aperçoit que ça ne colle pas du tout. Pour une vingtaine de départements, les deux éléments qu’il compare ne correspondent pas. Vingt, c’est beaucoup »

Cartes 2 et 3 : La pratique religieuse en 1960 et le serment constitutionnel en 1791 (source : Charlie, p. 38-39).

Cartes 2 et 3 : La pratique religieuse en 1960 et le serment constitutionnel en 1791 (source : Charlie, p. 38-39).
  • 42 Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, L’Invention de la France. Atlas anthropologique et politique, Paris (...)

27Ici, on est au cœur d’un vrai problème : travailler sur le temps long oblige à travailler sur des données hétérogènes et à les représenter avec des cartographies qui sont des constructions intellectuelles. Mais tout géographe sait qu’une carte est, par définition, une construction intellectuelle. Et ici, le bon commentaire de carte, ce n’est pas de dire : « il y a discordance sur 20 départements, cela ne vaut rien », mais au contraire : « il n’y a discordance que sur 20 départements, à plus d’un siècle et demi d’écart, c’est hautement significatif d’une résistance structurale, d’autant que les 20 départements discordants sont situés en périphérie du phénomène observé ». Il y a une logique spatiale qui semble échapper même aux géographes les plus chevronnés. Ce point est crucial et je ne peux, faute de place, que renvoyer à la réflexion théorique de Todd et Le Bras sur cette question essentielle : « Pour une statistique de l’espace42 ».

  • 43 François Héran, article cité.
  • 44 Idem.
  • 45 Emmanuel Todd, La Nouvelle France, Paris, Seuil, 1988, « Le système politique traditionnel », p. 13 (...)

28Je ne peux m’étendre non plus sur d’autres critiques assez classiques du travail de Todd, qui me paraissent relever en premier lieu d’une méconnaissance de sa pensée. On lui reproche son « esprit de système43 », expression massue qui a pour unique intérêt de disqualifier une pensée, sans prendre la peine de l’analyser en profondeur. Il y a l’accusation de « déterminisme44 », qui elle aussi passe à côté de sa cible : Todd n’enferme jamais les individus dans ses aires familiales, mais expose les valeurs qui structurent leurs comportements. Ainsi, à titre d’exemple, quand Todd analyse le système politique français au début de la Ve République, il ne dit pas que les habitants du Limousin sont communistes car le socle anthropologique est communautaire, mais que le débat politique se cristallise autour d’un duel communistes-gaullistes, car les valeurs véhiculées par le socle anthropologique – verticalité et égalité – trouvent le mieux à s’exprimer dans ces deux tendances politiques de l’époque45.

  • 46 Le Figaro, 13 mai 2015.
  • 47 Gérard Noiriel, Le Venin dans la plume, op. cit.

29Pour dire les choses un peu frontalement, je suis resté pantois devant la pauvreté des arguments opposés au travail d’Emmanuel Todd, même ceux émanant de chercheurs émérites. Qu’un Zemmour qualifie Todd de « prétentieux46 » est tristement dans l’ordre des choses47, mais que des pairs continuent de disqualifier un travail qui, pendant plusieurs décennies, a prouvé son caractère opératoire, suggère un malaise plus profond dans le champ de la recherche. La violence des réactions, si elle peut s’expliquer en partie par la virulence du propos, trahit peut-être également le trouble d’une fausse conscience dévoilée.

  • 48 Thierry Joliveau, « Où était Charlie ? Ce que montrent vraiment les cartes d’Emmanuel Todd », slate (...)

30Il faut cependant mettre à part le travail réalisé par Thierry Joliveau, qui a pris suffisamment au sérieux les propositions de Todd pour retravailler la sociologie de Charlie à partir de ses données48. De cette démarche, Thierry Joliveau tire plusieurs conclusions. Il souligne d’abord l’honnêteté de Todd qui, en fournissant ses données primaires, permet de discuter en profondeur son analyse statistique. Joliveau élargit ensuite l’échantillon de Todd (116 villes au lieu de 85), refait les calculs et en conclut :

« D’une manière générale, mes calculs confirment ceux de Todd en atténuant les niveaux des corrélations. Les chiffres montrent un effet indéniable de deux indicateurs sociaux dans la participation aux manifestations : la part des ouvriers “explique” pour 20 % le niveau de mobilisation, celle des cadres et professions intellectuelles pour 8 %. (…) Une adaptation aux 116 villes à partir de la carte de la pratique religieuse en 2009 confirme les différences repérées par Todd, encore une fois dans un mode atténué ».

31En revanche, Joliveau estime que le commentaire fait par Todd de ces constats tombe dans le piège de « l’erreur écologique », qui postule que l’on ne peut inférer d’une répartition géographique le comportement des groupes :

« De la corrélation entre un plus grand taux de cadres dans l’aire urbaine et un plus grand taux de manifestants, on ne peut en déduire que les cadres sont les plus nombreux parmi les manifestants. C’est possible, mais rien ne le prouve. »

  • 49 À la suite de la vérification/critique du travail de Todd, Joliveau propose une typologie fort inté (...)

32L’erreur écologique est en effet un piège pour les statisticiens, mais si vouloir éviter un piège est louable, il ne faut pas que le chercheur s’interdise pour autant de poser des hypothèses plus que raisonnables, assises sur des décennies d’observation des cartes anthropologiques et sociales de la France49. L’image qui me vient à l’esprit pour exprimer cette idée est celle de Pasteur dessinant avec une précision incroyable les micro-organismes que les microscopes de l’époque ne pouvaient guère laisser entrevoir. Il y a les chercheurs qui observent et ceux qui voient. Le talent du chercheur en sciences sociales, comme celui en sciences expérimentales, ne peut se résumer à des formules, à des protocoles. In fine, c’est la qualité du dessin ou de la pensée qui compte.

Charlie à l’heure des gilets jaunes : effacement de la matrice anthropologique et retour aux luttes de classes

33On l’aura compris, je fais partie de ceux qui pensent que le modèle sociologique d’Emmanuel Todd, fondé sur une histoire anthropologique au long cours, fournit une clé de lecture extrêmement précieuse à la compréhension de notre monde. J’espère que cet article, dont le format est peu propice à l’analyse approfondie, aura au moins donné envie d’y aller voir de plus près à ceux qui ne connaîtraient pas, ou à ceux qui méconnaîtraient cette pensée profondément originale.

34En outre, la lecture de Charlie, comme celle de tous les ouvrages de Todd, offre des fulgurances à apprécier avec le recul. Ainsi pouvait-on y lire entre les lignes une anticipation du macronisme : « On doit au minimum admettre que le phénomène Charlie a favorisé l’effondrement des oppositions internes aux classes moyennes, fusionné en quelque sorte la droite et la gauche » (p. 101), ou des gilets jaunes :

« le puissant effet négatif de la variable “proportion d’ouvriers” sur le nombre de manifestants indique, en revanche, que le monde populaire a désormais complètement échappé au contrôle idéologique des classes culturellement dominantes. (…) Repoussés aux marges géographiques des espaces urbains, les ouvriers ne manifestent plus au cœur des villes. Ils ne sont pas plus mobilisables ponctuellement que contrôlables idéologiquement. » (p. 100)

  • 50 Les Luttes de classes en France au XXIe siècle, op. cit.

35Au moment où nous achevions une première mouture de cet article, Emmanuel Todd publiait un ouvrage qui permet de replacer Charlie dans une séquence historique qui court du Traité de Maastricht à l’émergence des gilets jaunes50. Une idée majeure exposée dans ce livre est l’effacement, attendu comme inéluctable, mais incroyablement long dans son processus, de la matrice anthropologique, familiale et religieuse. Je reprends ici les étapes de cet effacement telles que présentées dans le tableau de la page 199.

36On voit que, jusqu’en 1988, le vote de gauche est corrélé négativement à la pratique religieuse. Ensuite, les taux de corrélation sont en dessous d’un seuil significatif. Jusqu’en 1988, donc, le socle anthropologique influence encore le vote de gauche : les régions périphériques à la déchristianisation plus tardive votent moins à gauche. Pour la suite de la séquence, la question est de savoir si ce sont les populations qui dessinent un rapprochement vers la gauche ou si c’est le parti socialiste, formation alors dominante de la gauche, qui tempère son discours sur l’égalité et devient compatible avec un catholicisme en voie de « zombification ». La réponse est donnée par le Traité de Maastricht, qui réactive le socle anthropologique. La corrélation devient alors positive : la cartographie de la pratique religieuse vers 1960 est corrélée positivement, à un taux significatif, au « oui » à l’Europe libérale qui allait mettre à mal l’idéal égalitaire de la république. Le « oui » à Maastricht, qui a conditionné en grande partie l’évolution socio-économique de notre pays ces 25 dernières années, est le résultat d’un renversement du système politique traditionnel. La gauche mitterrandienne, devenue compatible avec les masses catholiques en voie de « zombification » des périphéries du système anthropologique français, communie avec elles dans le projet d’une Europe libérale plus soucieuse d’orthodoxie budgétaire que de progrès social.

37Puis les différents votes nationaux et le « non » au TCE marquent l’effacement, sans doute structurel, de la matrice religieuse : le taux de + 0,31 en 2005 est en dessous du seuil jugé significatif, alors que la corrélation entre pratique religieuse et vote à gauche tend vers le 0 parfait aux présidentielles depuis 2007.

38Dans cette perspective, il faut donc souligner le moment particulier que représente Charlie. Cette manifestation sociale sera sans doute le dernier moment de notre histoire où il aura été possible d’établir un coefficient de corrélation significatif entre la matrice anthropologique et l’expression d’une idéologie, le néorépublicanisme en l’occurrence. Le mécanisme de résurgence ponctuelle est assez simple à comprendre :

  • 51 Ibid., p. 195.

« La chute de la pratique religieuse se produit par génération. Au sein des jeunes, croire n’existe plus. Chez les personnes vraiment âgées, on a toujours affaire à un catholicisme actif. C’est dans les générations intermédiaires – mettons de 50 à 65 ans – que l’on trouve en force, dans certaines régions, ce que j’ai nommé “catholicisme zombie”, une mentalité qui combine la disparition de la foi avec une persistance d’habitudes sociales venues de la religion. Le fait que les manifestations aient fait réapparaître la carte du catholicisme signifie que la moyenne d’âge des manifestants était assez élevée. »51

  • 52 Cf. Où en sommes-nous ?, op. cit.
  • 53 Emmanuel Todd propose une lecture critique des ouvrages qui ont mis en avant la fragmentation terri (...)
  • 54 Je reprends ici la stratification des niveaux d’analyse proposée par Todd dans Où en sommes-nous ?, (...)

39Si les matrices anthropologiques restent importantes pour comprendre les grandes aires de puissance52 (il reste impossible, à mon sens, de comprendre en profondeur les États-Unis, le Japon ou l’Allemagne sans cet outillage conceptuel), celle de la France devient, enfin, inopérante pour comprendre les luttes de classes qui sont devant nous, dans cet espace réduit en voie d’homogénéisation qu’est devenu notre hexagone53. L’inconscient de la matrice anthropologique54 paraît maintenant enfoui à une profondeur où elle ne peut plus guère influer sur les comportements collectifs, alors que le subconscient induit par la nouvelle stratification éducative et les césures socio-économiques plus ou moins conscientes paraît donner une grammaire météorologique plus apte à appréhender les tempêtes à venir. Le système néorépublicain et les nouvelles luttes de classes qu’il engendre, qui ont fait rejaillir sans doute pour la dernière fois le phénix de la matrice anthropologique française en 2015, irradie désormais l’ensemble du territoire.

Haut de page

Notes

1 Seuil, 2015. Réédité en poche avec un titre et un sous-titre inversés, Sociologie d’une crise religieuse. Qui est Charlie ?, Paris, Seuil, Point Essais, 2016, 242 p.

2 J’ai soutenu ma thèse, « Système familiaux et comportements collectifs en Haut-Poitou sous l’Ancien Régime », en 2004, à Poitiers, devant un jury dont Emmanuel Todd fut le rapporteur. Cette thèse se présente comme une mise à l’épreuve, par variation d’échelle, du modèle d’histoire anthropologique d’Emmanuel Todd.

3 Sans être un familier de l’auteur de Charlie, les contacts noués à intervalles espacés ont toujours été très chaleureux. L’air du temps me pousse également à préciser qu’aucun conflit d’intérêts n’altère mon jugement, puisqu’Emmanuel Todd est aujourd’hui à la retraite après une vie vouée aux études démographiques à l’INED et que ma carrière, quant à elle, se fait dans l’Éducation nationale.

4 Une pensée pour Charb me traverse, dont j’aimais autant la sensibilité sociale que la radicalité du trait de plume.

5 Issu d’une famille d’intellectuels et de journalistes, il a été introduit précocement dans le monde de la presse et des médias. Dès 1976, à l’âge de 25 ans, il devenait une figure intellectuelle majeure et médiatique sur le plateau d’Apostrophes de Bernard Pivot. Ses recherches en anthropologie historique lui permettent alors de prédire avant tout le monde l’effondrement du système soviétique, dans La Chute finale, Paris, Robert Laffont, 1976, 320 p.

6 Ainsi L’Invention de l’Europe, analyse magistrale du socle anthropologique des peuples européens, lui a fourni l’assise intellectuelle pour théoriser les difficultés de l’intégration européenne, l’ineptie de l’euro et des politiques d’austérité (L’Invention de l’Europe, Paris, Seuil, 1990, 537 p.).

7 À l’exception peut-être d’un Piketty, quel autre intellectuel peut se targuer aujourd’hui d’allier rigueur universitaire et influence médiatique, à l’image d’un Bourdieu jadis ? L’époque semble décidément à la zemmourisation des esprits (voir à ce sujet l’ouvrage important de Gérard Noiriel, Le Venin dans la plume, Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République, Paris, La Découverte, 2019, 240 p.).

8 Édition de poche.

9 Je me souviens de ma première discussion avec lui, où il m’a demandé quel était selon moi son ouvrage qui lui importait le plus. N’ayant pas encore assimilé cette dimension de son travail, il a dû me donner la réponse : Le Destin des immigrés. Issu d’une famille juive, sans que cette donnée soit jamais présentée explicitement comme le moteur de son travail, le sort des minorités est un soubassement fondamental de sa réflexion (Le Destin des immigrés. Assimilation et ségrégation dans les démocraties occidentales, Paris, Seuil, 1994, 390 p.). Une thèse majeure de cet ouvrage est la toute-puissance des sociétés d’accueil dans l’intégration des immigrés. À ses yeux, l’observation anthropologique des sociétés débouche sur la conclusion que l’intégration ou le rejet des populations issues de l’immigration dépend de la société d’accueil infiniment plus que des populations immigrées.

10 Emmanuel Todd a, en réalité, toujours défendu un assimilationnisme tempéré, et non le multiculturalisme qui favorise le communautarisme. Cette idée, défendue avec force dans Le Destin des immigrés, op. cit., est rappelée dans Charlie (« Sur l’assimilation comme horizon nécessaire », p. 234).

11 Je pense par exemple à la chronique de Sophia Aram sur France Inter après un passage particulièrement houleux de l’auteur (« Chkoune Charlie », billet de Sophia Aram, visible sur youtube, <https://www.youtube.com/watch?v=R8Bw4GnYNhs>).

12 Seven peasant communities in pre-industrial Europe. A comparative study of French, Italian and Swedish rural parishes (18th and early 19th century), University of Cambridge, 1976.

13 L’Origine des systèmes familiaux, 1-Eurasie, Paris, Gallimard, 2011, 755 p., premier tome d’une synthèse qui doit clore cette odyssée intellectuelle.

14 La Chute finale, op. cit.

15 La Troisième planète. Structures familiales et systèmes idéologiques, Paris, Seuil, 1983, réédité dans La Diversité du monde. Structures familiales et modernité, Paris, Seuil, 1999, 435 p.

16 L’Enfance du monde. Structures familiales et développement, Paris, Seuil, 1984, réédité dans La Diversité du monde, op. cit.

17 L’Illusion économique. Essai sur la stagnation des sociétés développées, Paris, Gallimard, 1998, 321 p.

18 Le Destin des immigrés, op. cit.

19 La Chute finale, op. cit.

20 Après l’empire. Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard, 2002, 233 p.

21 L’Invention de l’Europe, op. cit.

22 Après la démocratie, Paris, Gallimard, 2008, 257 p. Est-il nécessaire de rappeler une énième fois qu’il a inspiré, sinon la formule, le thème de la fracture sociale à Jacques Chirac, pour la campagne présidentielle de 1995, avec le succès et le reniement que l’on sait.

23 Pour une typologie complète en 9 entrées, voir Le Mystère français, avec Hervé Le Bras, Paris, Seuil, 2013, p. 48-54, où l’auteur synthétise ses données utilisées dans L’Origine des systèmes familiaux, op. cit.

24 Voir L’Origine des systèmes familiaux, op. cit., chap. 1, « À la recherche d’une typologie », p. 46-76.

25 Cf. références bibliographiques d’Emmanuel Todd citées plus haut.

26 Voir L’Invention de l’Europe, op. cit.

27 Ibid.

28 Cette idée de « mémoire des lieux » est importante, car la question de la rémanence de systèmes de valeurs aussi anciens conditionne la validité du modèle d’Emmanuel Todd. On ne peut que l’étayer d’hypothèses pour l’instant. Pour aller plus loin sur cette question essentielle, voir les pages 141-147 de Charlie.

29 Dès le 13 janvier, Frédéric Lordon écrivait : « Tout porte à croire que le cortège parisien, si immense qu’il ait été, s’est montré d’une remarquable homogénéité sociologique : blanc, urbain, éduqué. C’est que le nombre brut n’est pas en soi un indicateur de représentativité : il suffit que soit exceptionnellement élevé le taux de mobilisation d’un certain sous-ensemble de la population pour produire un résultat pareil » (sur son blog hébergé par Le Monde diplomatique).

30 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Armand Colin, 1913, XXVIII-535 p.

31 Voir la conclusion où je présente les derniers développements de la pensée d’Emmanuel Todd dans Les Luttes de classes en France au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2020, 366 p.

32 Emmanuel Todd distingue une laïcité ancienne, celle du centre nucléaire-égalitaire précocement déchristianisé, et une laïcité plus récente des périphéries qui ont connu une déchristianisation après la Seconde Guerre mondiale. Dans un cas comme dans l’autre, la phase finale de déchristianisation provoque un vide métaphysique, source d’anxiété, favorisant l’émergence de boucs émissaires. Voir le chapitre 1 de Charlie, p. 27-67.

33 Dans son dernier ouvrage, Emmanuel Todd souligne que la paupérisation des 99 % est un problème nettement plus grave que l’envolée des inégalités entre ces 99 % et les 1 % les plus riches.

34 Frédéric Lordon, « Le moment Potemkine », sur son blog hébergé par Le Monde diplomatique, 13 décembre 2019.

35 Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, L’Invention de la France, Paris, Gallimard, 2012, p. 422.

36 On se souvient de sa passe d’armes avec Manuel Valls, érigé en exemple typique de la famille différentialiste catalane dans le livre, assimilé au pétainisme sur le plateau de BFM, <https://www.youtube.com/watch?v=BYYgBRAv8OQ>.

37 Pour éviter tout malentendu, Emmanuel Todd rappelle en conclusion le noyau du pacte républicain dont il appelle la reviviscence de ses vœux. Ce noyau implique à égalité le droit absolu au blasphème et le droit non moins absolu pour les musulmans vivant en France d’exprimer leur réprobation contre cette pratique, sans être assimilés pour cela aux terroristes.

38 Par exemple, L’Express a consacré un dossier intéressant, dont l’article de Lucas Godignon : « Pourquoi tout le monde s’écharpe autour du livre d’Emmanuel Todd », 5 mai 2015 ; Marianne a titré pour sa part : « Emmanuel Todd, intellectuel zombie », sous la plume de Joseph Macé-Scaron, 7 mai 2015.

39 Une rapide approche est donnée par la fiche Wikipédia sur Qui est Charlie ?, consultée en janvier 2020. <https://fr.wikipedia.org/wiki/Qui_est_Charlie_%3F>.

40 Béatrice Giblin, géographe et directrice de la revue Hérodote, « “Qui est Charlie ?” : l’“imposture” Emmanuel Todd », propos recueillis par Violaine De Montclos, lepoint.fr, 22 mai 2015 ; François Héran, directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED), ancien directeur de l’établissement, « Un esprit de système caricatural », libération.fr, 3 mai 2015 ; Jacques Lévy, géographe, « Un Todd stimulant, mais brouillé avec la réalité », propos recueillis par Catherine Calvet, libération.fr, 3 mai 2015.

41 On voit que la pensée d’Emmanuel Todd doit plus à Braudel qu’au « culturalisme ». Récemment, Emmanuel Todd a prolongé sa réflexion sur les temps de l’histoire : « Le modèle d’une société pourvue d’une structure stable à un moment donné n’est qu’une représentation. Le temps s’écoule, toujours. Chacun des niveaux de la structure évolue. Mais le rythme du changement n’est pas le même pour tous. On peut dire, en première approche, que plus on s’enfonce vers les profondeurs inconscientes, plus les formes durent » (Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine, Paris, Seuil, 2017, p. 21-22).

42 Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, L’Invention de la France. Atlas anthropologique et politique, Paris, Gallimard, 2012, p. 419-431.

43 François Héran, article cité.

44 Idem.

45 Emmanuel Todd, La Nouvelle France, Paris, Seuil, 1988, « Le système politique traditionnel », p. 133-182.

46 Le Figaro, 13 mai 2015.

47 Gérard Noiriel, Le Venin dans la plume, op. cit.

48 Thierry Joliveau, « Où était Charlie ? Ce que montrent vraiment les cartes d’Emmanuel Todd », slate.fr, 22 mai 2015, version abrégée d’un travail que l’on peut lire in extenso sur le site de l’auteur, professeur à l’université de Saint-Étienne.

49 À la suite de la vérification/critique du travail de Todd, Joliveau propose une typologie fort intéressante des villes, selon l’intensité des manifestations et quelques caractéristiques sociales. Je ne suis pas sûr qu’elle échappe totalement au biais écologique. Cette typologie met en évidence que le rapport à la citoyenneté est peut-être le déterminant le plus important de la mobilisation Charlie : « Ma piste d’explication est moins originale, moins anthropologique et fracassante, mais plus pragmatique et peut-être plus juste. Les aires urbaines qui ont le moins manifesté sont celles qui sont les plus ouvrières, les moins diplômées, où le chômage est le plus élevé et où l’on vote le plus pour le Front national, tous ces critères ayant tendance à être associés entre eux. (…) Ce que montrent ces cartes, c’est donc peut-être d’abord la variation locale de ce sentiment citoyen, de cette conscience de faire partie de la Cité ».

50 Les Luttes de classes en France au XXIe siècle, op. cit.

51 Ibid., p. 195.

52 Cf. Où en sommes-nous ?, op. cit.

53 Emmanuel Todd propose une lecture critique des ouvrages qui ont mis en avant la fragmentation territoriale de la France (« La nouvelle homogénéité territoriale », Les Luttes de classes, op. cit., p. 346-348).

54 Je reprends ici la stratification des niveaux d’analyse proposée par Todd dans Où en sommes-nous ?, (« Conscient, subconscient et inconscient des sociétés : économie et politique, éducation, famille et religion », p. 16-21).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15463/img-1.png
Fichier image/png, 119k
Légende Carte 1 : Les systèmes familiaux traditionnels en France (source : Les Luttes de classes en France au XXIe siècle, op. cit., p. 91)
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15463/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Cartes 2 et 3 : La pratique religieuse en 1960 et le serment constitutionnel en 1791 (source : Charlie, p. 38-39).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15463/img-5.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gabet, « Cinq ans après Charlie : Emmanuel Todd et le néorépublicanisme »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147 | 2020, 157-177.

Référence électronique

Alain Gabet, « Cinq ans après Charlie : Emmanuel Todd et le néorépublicanisme »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 147 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15463

Haut de page

Auteur

Alain Gabet

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search