Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148DOSSIERQuand la Commune prend les murs

DOSSIER

Quand la Commune prend les murs

Mathilde Larrère
p. 69-92

Résumés

« Vive la Commune, vive Blanqui » (1879), « Vive la Commune » (1968), « Que revive la Commune » (2016) « On veut pas Mai 68, on veut 1871 » (2018), « 1871 raisons de niquer Macron » (2018), « Descendantes de pétroleuses » (2020)… Depuis la Semaine sanglante, la mémoire de la Commune prend les murs sous forme de graffitis laissés à la hâte, traqués par les autorités bien souvent. Jamais longtemps absentes, les références à la Commune ont fait un retour notable dans les graffitis qui accompagnent les mouvements sociaux depuis 2016 et le mouvement contre la loi Travail. Ces écritures contestataires s’inscrivent dans l’histoire longue de la mémoire de 1871 comme dans leur contexte immédiat, qu’elles éclairent et dont elles sont dans le même temps un intéressant observatoire.

Haut de page

Texte intégral

20 avril 2019, cliché personnel.

1« 150 ans Reprenons notre Commune On oublie pas »… Des mots écrits sur un mur de marbre, sans fioriture, sans réel soin, un graffiti parisien dont la photo m’a été envoyée sans plus de précision sur les réseaux sociaux le 14 juillet 2020. Écriture lapidaire (dans les deux sens du terme) qui me semble donc parfaite pour ouvrir, dans ce numéro anniversaire, cette présentation des références à la Commune dans les mouvements sociaux contemporains, et plus précisément leurs usages dans les graffitis contestataires.

  • 1 Voir le colloque « Écritures urbaines, écritures exposées », co-organisé par le Mucem, la MSH Paris (...)
  • 2 Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique, 1852-1945, La  (...)

2Cet élément du vaste répertoire d’action des mouvements sociaux fait l’objet de travaux récents, de plus en plus nombreux et fructueux1. Sa nature éphémère le rend cependant difficile à saisir. L’historien ou l’historienne des périodes plus anciennes est tributaire des sources policières, judiciaires, les propos contestataires, jugés séditieux, faisant l’objet, tout au long du 19e siècle et au début du 20e siècle, d’une traque laissant trace dans les archives. Les gouvernements ont en effet, depuis le début du 19e siècle, organisé le marquage de l’espace public en véritable monopole étatique, en contrôlant toutes les écritures et tous les affichages de rue2. Sous des régimes restreignant les libertés d’expression, les écritures urbaines contestataires tombent, qui plus est, sous le coup de l’interdiction politique. La Commune fait même coupure, puisque c’est le 21 septembre 1871 que le préfet de police de Paris demande aux officiers de la paix de rédiger systématiquement des rapports et d’ouvrir des enquêtes pour toute écriture urbaine séditieuse. Il en va du retour à l’ordre qui suit l’insurrection, de la réappropriation par les Versaillais de l’espace public un temps perdu.

  • 3 Michel De Certeau, L’Invention du quotidien, vol. 1, Arts de faire, UGE, coll. 10/18, 1980. Voir An (...)

3Pour les graffitis plus récents, la circulation des photos sur les réseaux sociaux, leur archivage sur certains comptes spécialisés (@Larueourien1 sur Twitter par exemple), leur diffusion sur les comptes militants permettent d’en retrouver une partie. Pour ma part, je photographie et archive le plus systématiquement possible les nombreux graffitis que laissent les manifestations et occupations dans les mouvements sociaux depuis 2016, des années qui ont vu se succéder le mouvement contre la loi Travail et Nuit debout en 2016, le mouvement des cheminots et la mobilisation estudiantine et lycéenne en 2018 contre Parcours-sup, les Gilets jaunes depuis fin 2018, la mobilisation contre la loi sur les retraites fin 2019-début 2020, le mouvement universitaire contre la LPPR début 2020, auxquels il faut ajouter une présence de plus en plus importante dans l’espace public des mouvements féministes portés par la vague de l’après #MeToo, ainsi que les résistances locales à de « grands projets inutiles » – expression militante – comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le barrage de Sivens ou le centre d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo, à Bure. Or, ces mouvements sont marqués par un recours quasi systématique et croissant au « braconnage de l’espace public » (belle expression que je reprends à Michel De Certeau3) par des graffitis, des dégradations d’affiches publicitaires ou des affichages sauvages. Je relève donc ces formes de protestation lors des manifestations auxquelles je participe, ce que je complète souvent dans la soirée pour cueillir ceux qui m’auraient échappé, avant que les services de propreté ne les effacent. Je dispose aujourd’hui d’un vaste corpus de plus de 3 600 clichés (entre les photos personnelles et celles glanées sur les réseaux sociaux), mais qui ne sont qu’une faible part de la floraison d’écritures urbaines contestataires de ces dernières années. Or, dans ce corpus, les références explicites à la Commune sont récurrentes. Vive la Commune ! Les mots s’invitent en effet sur les murs des villes, de Paris surtout mais pas seulement, et ce depuis la fin de la Commune.

4En suivant sur le temps long, de 1872 à nos jours, les graffitis qui sont des références explicites à la Commune, nous autorisant quelques incursions sur d’autres usages contestataires des murs (affichage, art in situ, street art, rues ou lycées aux plaques rebaptisées), nous présenterons les flambées de retours de la Commune dans les écritures exposées, en les réinsérant dans leur contexte immédiat comme dans l’histoire longue de la mémoire de 1871.

La Commune, des murs au Mur (1872-1908)

  • 4 Cécile Braconnier, « Braconnages sur terres d’État. Les inscriptions politiques séditieuses dans le (...)
  • 5 Voir Éric Fournier, La Commune n’est pas morte, les usages politiques du passé, Libertalia, 2013.
  • 6 Éric Fournier, op. cit., p. 34.
  • 7 APP. BA/476 24 février 1872. Voir Cécile Braconnier op. cit. p. 116.
  • 8 APP. BA/477 29 mai 1879. Voir Cécile Braconnier op. cit. p. 116.
  • 9 Éric Fournier, op. cit. p. 35.
  • 10 Éric Fournier, op. cit. p. 34.

5La chercheuse Cécile Braconnier a travaillé sur les inscriptions séditieuses dans le Paris de l’après-Commune4, à partir des archives de la préfecture de Police, aux rapports bien nourris en application de la note préfectorale de septembre 1871 sus-citée. Au cœur de son corpus, nombre d’inscriptions rendent hommage à la Commune ou en dénoncent la répression. Timide, furtive mais non moins radicale résistance de la mémoire de la Commune en ces temps de damnatio memoriae sous l’Ordre moral5, les graffitis s’inscrivent pleinement dans ce « temps des murmures » (Éric Fournier) qui suit la répression. Les inscriptions communardes représentent jusqu’à 23 % des graffitis recensés – avec soin – par la police en 18726. Les cibles sont choisies : il s’agit d’intervenir dans les espaces de pouvoir ou dans les beaux quartiers pour rappeler aux forces de l’ordre, aux autorités comme aux bourgeois, le cri du peuple effacé par le sang. On vise donc particulièrement les casernes, comme ce « groupe de soldats républicains et amis du peuple » qui appose en 1872 sur la caserne de la Pépinière une affiche portant : « L’armée de Versailles, défenseurs du despotisme et de notre pauvre France ; vous êtes les assassins du peuple, la tache de sang que vous portez au frons ne ces fassera jamais (sic)7 ». Comme il est plus dangereux d’opérer directement sur les murs de la caserne, d’autres se replient sur les urinoirs sis devant, utilisés par les pandores : ainsi ce graffiti de mai 1879, dans l’urinoir qui fait face à l’École militaire, « Vive la Commune, vive Blanqui, à bas nos officiers de carton et à mort les bonapartistes8 ». Dans les années qui suivent immédiatement la Commune, les graffitis contre sa répression sont d’autant plus nombreux que leurs auteurs (sans préjuger du sexe) savent qu’ils vont faire l’objet de rapports, aussi s’adressent-ils directement aux forces de l’ordre et aux autorités qui sont, plus que les passants, les destinataires privilégiés de leurs messages. Mais d’autres s’adressent plus clairement aux Parisiens et Parisiennes. Ainsi du graffiti qui, en 1873, stigmatise l’hôtel particulier d’Adolphe Thiers place Saint-Georges, démoli par la Commune et reconstruit aux frais de l’État : « Peuple de Paris, cette maison est le prix de ton sang9 ». D’autres enfin sont là pour rendre hommage aux vaincus, dont les noms sont cités sur les murs de la ville des combats. « Vive la Commune ! Honneur aux braves Ferré, Rossel, Crémieux et Dombrowski qui sont morts pour la Commune », peut-on ainsi lire en 1872 dans le 12e arrondissement de Paris10.

  • 11 Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique, 1852-1945, La  (...)
  • 12 Madeleine Rebérioux, « Le mur des Fédérés », Les Lieux de Mémoire, p. 629-636.
  • 13 Danielle Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise, XIXe et XXe siècles, Aub (...)
  • 14 Madeleine Rebérioux, « Le mur des Fédérés », op. cit., p. 629-636.

6Cécile Braconnier estime que les graffitis explicitement communards ne concernent plus que 10 % des graffitis séditieux au début des années 1880 et deviennent marginaux par la suite. Les travaux de Philippe Artières11, Madeleine Réberioux12 et Danielle Tartakowsky13 nous permettent de prendre un peu le relais. Analysant la surveillance par la préfecture de police des commémorations rituelles après 1880 de la Semaine sanglante au mur des Fédérés, tous trois nous livrent non seulement des graffitis sur les murs, mais des mots laissés sur les couronnes de fleurs déposées au pied du Mur, paré de sa majuscule. Les « condés » traquent rubans et banderoles pour les effacer aussitôt, mais en reproduisent les mots dans leurs rapports, comme ils le feraient pour des écritures exposées, et nous les lèguent. Si les « Aux morts de la Commune », « Aux Fédérés » sont tolérés, toute attaque contre « les assassins » est systématiquement enlevée, ainsi que « Aux frères assassinés par les Versaillais », « Aux victimes du militarisme ». « Passe d’être tué à condition qu’il n’y ait pas de tueurs », conclut Madeleine Rebérioux14. Selon les années ou les officiers, les « Vive la Commune ! » suscitent même les foudres des censeurs en uniforme. Il faut attendre 1906 pour que le mot « Commune » soit autorisé sur une tombe (à Pantin). En 1908, l’octroi par la Ville de Paris d’une concession perpétuelle aux morts de la Commune et l’apposition d’une plaque, sobre certes (« Aux morts de la Commune », flanquée des dates de la Semaine sanglante), sur le mur des Fédérés relâchent la pression sur les commémorations.

« La Commune a quitté la nécropole, elle retrouve la rue »

  • 15 Je renvoie pour cela à l’excellente synthèse d’Éric Fournier sur la mémoire de la Commune, op. cit.

7Les travaux sur les graffitis contestataires manquent sur une bonne partie du 20e siècle et ceux sur la mémoire de la Commune ne sont pas allés chercher les traces graffitées. Fautes de sources sans doute aussi : les graffitis ne tombent plus sous le coup des propos séditieux, ne sont plus traités que comme des salissures à nettoyer, ne méritant plus de rapports aussi circonstanciés (et utiles à l’historien) que par le passé. Mais il semble donc que la guerre des mémoires (communardes contre versaillaises, ainsi qu’au cœur du mouvement ouvrier pour la mémoire de la Commune, ou contre les tentatives de récupération par l’extrême droite15) ne se soit pas menée sur les murs. Je n’ai rien lu non plus sur des graffitis communards pendant la Seconde Guerre mondiale, qui fut pourtant un moment saillant d’écritures clandestines et contestataires, ainsi qu’un temps de réactivation de la mémoire communarde au cœur de la résistance. Sans doute faudrait-il se pencher plus avant sur la question.

  • 16 Danielle Tartakowsky, Nous irons chanter…, op. cit., p. 196.
  • 17 Voir les pages consacrées par Ludivine Bantigny à la mémoire de la Commune dans son ouvrage 1968. D (...)

8« La Commune a quitté la nécropole, elle retrouve la rue », note Danielle Tartakowsky16 en abordant les événements de 1968. Une Commune renouvelée, récupérée à l’hégémonie du Parti communiste sur sa mémoire depuis les années 1930 et plus encore depuis la Seconde Guerre mondiale, interprétée en une vivante polyphonie par la nébuleuse d’extrême gauche, citée dans les journaux, tracts, prises de paroles17… Au cœur du Mai 68 étudiant, des projections de films sur 1871 sont organisées à la faculté de lettres de Saint-Étienne, ou de médecine de Paris, les soixante-cinq numéros en fac-similé du Cri du peuple sont réédités. Par ailleurs, le souvenir honni des Versaillais est mobilisé pour dénoncer la répression du mouvement : le terme « versaillais » fleurit sur les tracts après le 30 mai. La Commune est alors pour celles et ceux qui l’évoquent une référence de démocratie directe, auto-organisée, « moins un modèle reproductible à l’identique qu’un rappel de ce à quoi les protagonistes aspirent – et de ce qui pourrait advenir » (Ludivine Bantigny), comme l’expliquent clairement les bulletins des Comités d’action enseignants qui lui sont consacrés. La Commune n’est par ailleurs qu’une des multiples citations des passés révolutionnaires au cœur de Mai 68. Il faut dire que les références sont nombreuses, et d’aucunes sont plus proches et surtout plus mobilisables et mobilisatrices alors, comme la révolution chinoise, la révolution cubaine, les soviets de Petrograd, Makhno ou les spartakistes de Berlin.

  • 18 Le situationnisme est un mouvement contestataire, politique, philosophique et esthétique qui rapide (...)

9Mais qu’en est-il précisément des murs qui nous intéressent dans cet article, dans ces mois qui virent fleurir des champs de graffitis contestataires, situationnistes18, poétiques, politiques ? Rue de la Sorbonne, un grand « Vive la Commune » en lettres capitales, flanqué d’un « 10 mai 1968 », s’impose au regard. Magistral, mais finalement isolé. À Marseille, le prestigieux lycée Thiers est rebaptisé « lycée de la Commune », comme le souligne un grand bandeau blanc enroulé autour du dôme de la chapelle de l’école. Dans l’esprit de certains, il s’agit de la Commune de Paris, pour d’autres, celle de Marseille. La Commune se réinvite donc sur les murs, mais faiblement.

  • 19 Éric Fournier, op. cit., p. 123.
  • 20 Henri Lefebvre, La Proclamation de la Commune : 26 mars 1871, Gallimard, 1965.
  • 21 Voir Laurence De Cock et Mathilde Larrère, Manifs et Stations, Celles et ceux du métro, Éditions de (...)

10Le centenaire redonne toutefois un coup de fouet. Les commémorations sont mouvementées, comme celle du 21 mars 1971, au pied de la butte Montmartre, organisée par le collectif Commune vivante, avec des banderoles « La Commune refleurira » ou « Pompidou-Thiers », et qui se conclut par des affrontements avec les forces de l’ordre. « CRS Versaillais », crie la foule. Professeurs et élèves du lycée Thiers de Marseille tentent à nouveau d’arracher la débaptisation en demandant, plus sagement, d’être renommé lycée Jules Vallès – en vain. S’impose alors « une lecture renouvelée d’une Commune devenue festive, très loin de l’insurrection martyre décrite par le PCF, plus portée par le souffle frais de Mai 68 que par l’atmosphère mortifère de mai 1871 »19. Une lecture qui plonge aussi ces racines dans un renouveau historiographique à la suite des travaux d’Henri Lefebvre, lequel analyse la Commune comme une reconquête de la ville par ceux qui en avaient été dépossédés par l’haussmannisation20. Les murs restent pourtant peu concernés. C’est toutefois bien sur la pierre que l’artiste Ernest Pignon-Ernest commémore à sa façon l’anniversaire de la Commune21.

  • 22 Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans images ? Politique et représentations dans l (...)

11Pour le centenaire, des associations lui demandent un tableau. Il trouve cela « dérisoire » et renoue avec sa technique d’art in situ déjà expérimentée sur le plateau d’Albion où, pour protester contre l’installation de la force de frappe nucléaire, il avait collé sur les routes et rochers un pochoir tiré d’une photo prise à Hiroshima. Le voici qui travaille à une image de gisant, reproduite massivement grâce à la sérigraphie. De nuit, en mars 1971, il part avec une équipe coller dans la capitale et choisit, entre autres lieux, les escaliers qui grimpent au Sacré-Cœur. Transgressant radicalement l’interdiction d’afficher du 29 juillet 1881, Pignon-Ernest impose aux Parisiens, aux promeneurs, un face à face, presque un corps à corps avec les victimes, obligeant à une prise de conscience de la violence dont la ville et ses quartiers avaient été le théâtre un siècle plus tôt. « Dans le même temps, la dégradation et la disparition auxquelles ces sérigraphies étaient promises ou condamnées disaient la fragilité et la précarité du travail de mémoire, quand il ne s’agit pas d’un devoir et quand les lieux n’existent pas », note justement Bertrand Tillier22.

12De façon inattendue, Ernest Pignon-Ernest a aussi débordé le mur des Fédérés, lieu traditionnel et quasi exclusif des commémorations de la Commune. Il investit Montmartre ainsi que la Butte-aux-Cailles, qui avait vu mourir de nombreux communards le 25 mai 1871. Il dépasse l’événement même de la Commune en assumant l’histoire longue de la violence politique à Paris : ses corps hors temps sont aussi ceux des Algériens massacrés le 17 octobre 1961, ou ceux des morts de Charonne, le 8 février 1962, collés justement là où ils furent noyés, matraqués, étouffés.

  • 23 Éric Fournier, op. cit., p. 144-145.

13Pourtant, après 1971, le déclin des usages de la Commune dans les mouvements sociaux est flagrant. Effet du déclin du Parti communiste, qui en portait la mémoire depuis des décennies, mais aussi du tournant historiographique impulsé par les travaux de Jacques Rougerie, comme l’analyse justement Éric Fournier : « En rendant sa singularité passée à une Commune restituée dans sa diversité, ils rendent malaisés les usages militants de cette insurrection. Complexité et singularité sont des antidotes à l’instrumentalisation23 ». Un usage local et strictement parisien du passé communard tend à s’imposer dans les années 1990.

  • 24 Sur la question de la « prise de parole » en 1968, voir Roland Barthes, « L’écriture de l’événement (...)
  • 25 L’Internationale situationniste a été fondée en 1957, lors de la conférence de Cosio d’Arroscia. Vo (...)
  • 26 Zoé Carle, Poétique du slogan révolutionnaire, Presses Sorbonne nouvelle, 2019, p. 117.
  • 27 Ibid.

14Dans le même temps, les graffitis prennent de plus en plus de place dans les répertoires de l’action contestataire. C’est un effet complexe du développement de contre-cultures, de la Prise de la parole (Barthes24) permise par le « moment 68 », de la spectacularisation des luttes sociales et de l’action collective. L’Internationale situationniste25 a joué un rôle prépondérant en la matière, les murs de Mai 68 lui ont servi de toiles. Mai 68 inaugure « la consécration du déviant et du sabotage communicationnel26 » au cœur duquel le graffiti joue un rôle central. « S’opère une contamination de la ville par le langage de la contestation et une spacialisation du langage27 ». Cela est par ailleurs facilité par l’invention de la bombe spray (élaborée en 1949, d’usage démocratisé dans les années 1960, voire 1970 pour la France), qui permet des écritures rapides et peu coûteuses. « Mur blanc, peuple muet », disait un graffiti de 1968. À coté des tags (simple signature), les graffitis porteurs de messages se développent, ainsi que de vastes fresques murales (street art). Les mouvements d’occupation des places de 2011 sont particulièrement propices à ce répertoire d’action, qui procède de la réappropriation symbolique de l’espace et offre le temps de l’écriture et du dessin. Mais la question qui nous intéresse est de savoir quand, où et comment les citations à la Commune rencontrent ces nouvelles écritures lapidaires et contestataires.

  • 28 Il est notable, sans qu’un lien de causalité évident puisse être fait, que ceux qui au début des an (...)

15La chronologie et l’inventaire suivant sont nécessairement tributaires des sources – soit des photos prises et conservées – et forcément lacunaires. Mais ils témoignent du retour de la Commune sur les murs28.

La Commune sur les murs antifascistes

  • 29 Voir Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt, Sophie Wahnich, Comment Nicolas Sarkozy (...)
  • 30 Voir l’analyse par Éric Fournier de la Commune vue par Lorànt Deutsch, op. cit, p. 158-159.
  • 31 Jacques Rougerie, « Entre le réel et l’utopie : république démocratique et sociale, association, co (...)
  • 32 On évoquera rapidement le film de Peter Watkins (2000), la bande dessinée de Tardi (2001-2004).

16La première séquence (2011-2014) est celle d’usages épars, pour la plupart liés à l’extrême gauche libertaire et antifasciste. Elle prend place dans un moment d’intenses instrumentalisations du passé par la gauche comme par la droite, au prix de confusions dont l’écriture de l’histoire par Sarkozy est emblématique29. Elle s’inscrit aussi dans le retour d’une écriture néoversaillaise qui présente à nouveau la Commune comme un désordre vandale, dont les pages délirantes consacrées par Lorànt Deutsch à 1871 dans son Métronome ne sont qu’un exemple30. Elle s’explique enfin par le regain d’un « questionnement libertaire de la démocratie » (Jacques Rougerie31 parlant de la Commune), dont la crise et les limites s’affirment de plus en plus nettement. Les questions de la représentation et de la souveraineté populaire, de l’exercice du pouvoir, celle de la démocratie « réelle », directe et sociale, questions que posaient les Communards, semblent d’une étrange actualité quand des gouvernements de gauche et de droite mènent les mêmes politiques néolibérales et accentuent la présidentialisation du régime. Les graffitis ou fresques qui nous intéressent ici ne sont alors qu’un élément du retour de la mémoire communarde dans le monde militant de la gauche radicale de ces années32.

17En 2011, pour les 140 ans de la Commune (une fois de plus les commémorations sont favorables au réveil de la mémoire et de l’invocation), Hervé Chastel, peintre de l’est parisien, et Gérald Dittmar, historien, libraire et éditeur spécialiste de la Commune, lancent un appel pour un projet de fresque dans le carré Baudoin, à Ménilmontant, un des lieux de mémoire de l’insurrection. Une cinquantaine d’artistes (issus des Ateliers de Ménilmontant, des Ateliers d’artistes de Belleville et de l’association Le Génie de la Bastille) répondent favorablement. Une fresque est réalisée entre le vendredi 18 et le lundi 21 mars sur la partie gauche du carré Baudoin. Cette fresque complexe, qui se déploie sous l’écriture « 1871-2011, Vive la commune de Paris », rend principalement hommage à la toute récente révolution tunisienne, à son premier martyr, Mohammed Bouazizi, et présente le visage de Louise Michel, entouré de cerises, au sommet de la composition33. Représentation consensuelle et, pourrait-on dire, apaisée de la Commune, même si le lien tissé avec le soulèvement tunisien l’inscrit dans l’histoire longue et inachevée des insurrections. Mais c’est au sein du mouvement « antifa », autonome, que l’évocation de la Commune se recharge en éléments plus contestataires.

18En 2013, l’Action antifasciste Paris-banlieue, un collectif autonome créé en 2008, provenant de différents milieux, dont le milieu « antifa » radical libertaire, les stades (les anciens de la tribune d’Auteuil au Parc des princes), mais aussi du rap, exécute une vaste fresque à Saint-Denis. En grosses capitales blanches maculées de gouttes de sang rouge (pour évoquer la répression), les mots : « Commune de Paris, 1871 ». Le « O » de Commune est remplacé par une étoile bichromatique rouge et noire, anarchiste. En dessous, sur un fond rouge qui peut évoquer les incendies de la Semaine sanglante : « Le cadavre est à terre mais l’idée est debout ! ». La fresque nous parvient en dépit de son effacement rapide, car elle est utilisée en juin 2013 sur le blog du collectif Feu de prairie34 pour illustrer un article du blog occitan Sheisau Sorelh (sixième soleil) sur l’héritage de la Commune, paru en mars de la même année, ce qui au demeurant témoigne du retour d’une mémoire communarde dans les milieux anarchistes.

  • 35 Voir Laurence De Cock et Mathilde Larrère, « Anvers et contre tout », dans Manifs et Stations, op.  (...)

19Un an plus tard, au matin du 18 mars 2014, le Sacré-Cœur se réveille les murs graffités en rouge et noir : « Ni Dieu, ni maître, ni État », « Feu aux chapelles », « Fuck tourism », « Vive l’insurrection », et « Vive la commune de 1871 ! » sur le côté gauche de l’entrée de la basilique (ainsi qu’un plus discret rue Saint-Éleuthère). Des slogans anarchistes qui invoquent la Commune sur le lieu même de la basilique érigée en expiation sous l’Ordre moral, pour les 143 ans de son déclenchement. En pleine campagne municipale, les candidats et personnalités politiques rivalisent dans un concert de cris d’orfraie. Les graffitis passent d’autant moins bien que la mémoire de la Commune a réinvesti les abords du Sacré-Cœur depuis une dizaine d’années. Pour accéder à la basilique depuis la rue de Steinkerque, on doit ainsi passer par le square Louise-Michel (2004), tandis que la statue du Chevalier de la Barre, dernier exécuté en France pour blasphème et sacrilège, en 1766, a été réinstallée dans le square Nadar (2001), tout près du Sacré-Cœur35. Mais ces contre-lieux laïcs, communards mais officiels, n’ont pas l’heur de plaire aux anarchistes, ce qui n’étonnera pas.

20À partir de 2014, une autre référence à la Commune se retrouve sur les murs de l’est parisien : un écusson figurant un bateau pirate à la double voile rouge et noire, flanqué de la date 1871, et au bas duquel deux canons se croisent. C’est l’emblème d’un nouveau club de foot, le « Ménilmontant Football Club 1871 », créé en 2014. Son slogan, « Love football, hate fascisme ». Son but, « faire venir à la politique des gens qui ne sont que dans le foot, contester le foot fric, la répression des supporters ». Un club autogéré, autofinancé, lié aux associations locales d’aide aux migrants, mal logés, et engagé dans de nombreuses luttes sociales. « Au-delà de notre amour pour ce sport, nous sommes des femmes et des hommes, uniEs par le rejet de toutes les discriminations basées sur le genre, l’origine sociale, la religion ou encore l’orientation sexuelle », dit son acte de naissance36. Le texte explicite aussi la référence à la Commune : «  La date de 1871 est une date symbolique à nos yeux : celle d’un Paris rebelle, populaire et défiant l’ordre bourgeois lors de la Commune de Paris ». « C’est pour nous un symbole, celui d’une alternative égalitaire », rajoute Margot dans un entretien pour Lundi matin37. On retrouve ici l’inscription de la mémoire et de la citation communarde (plus que son analyse réelle, du moins dans les textes cités ici) dans l’est parisien et les milieux « antifa ».

  • 38 Voir « Contre la récupération de la Commune par les nationalistes », Feu de prairie, 16 février 201 (...)
  • 39 Voir par exemple ce pochoir du 23 juillet 2011, rue Primo Lévi, dans le 13e arrondissement parisien (...)
  • 40 Voir Éric Fournier, op. cit., p. 164.

21La présence de la mémoire de la Commune dans le mouvement « antifa » des années 2010 s’inscrit dans la tradition d’une mémoire anarchiste de l’insurrection, mais s’explique dans un contexte de tentative de captation du passé communard par les identitaires d’extrême droite ces mêmes années38. En 2011, le Projet Apache – un groupuscule identitaire parisien, qui, comme le reste de cette mouvance, entretient un rapport plus qu’ambigu avec le Front national – commémore à sa manière les 140 ans de la Commune en déployant, à l’aube du 19 mars, une banderole : « Peuple de Paris souviens-toi du sang versé en 1871 pour la liberté », ensuite maculée de jus de tomate. La vidéo mise en ligne par le Projet Apache a comme bande-son La Commune, une chanson du groupe Vae Victis, formation de rock identitaire français, dont les paroles éclairent l’usage de 1871 par cette mouvance : l’hommage aux morts sert surtout à développer une haine de la République, dans l’héritage des ligues des années 1930. Sur les pavés, un graffiti, régulièrement repris par la suite en divers lieux de Paris39, dit ainsi : « La république des bâtards est née du sang des communards », une phrase qui vient de la chanson des Vae Victis et qu’arborent aussi sur leurs tee-shirts les membres du Projet Apache40. Logiquement, les « antifa » s’emploient donc à récupérer la Commune « cannibalisée » (Éric Fournier) par l’extrême droite.

Place de la Commune, place à la Commune

22Le mouvement contre la loi Travail en 2016 inaugure une série d’années de mouvements sociaux quasi continus (exception faite de l’année de l’élection présidentielle), marquée par le recours de plus en plus systématique au graffiti politique. Avec les occupations de places (Nuit debout place de la République à Paris, puis dans plusieurs villes de province), de sites universitaires (en 2018), avec la métamorphose de la forme manifestante qui déborde, par un vaste cortège de tête, l’ordonnancement classique et policé des manifestations syndicales, avec l’irruption de gestes, de pratiques et de séquences clairement insurrectionnels (c’est très net dans le mouvement des Gilets jaunes, mais c’était en gestation depuis Nuit debout, puis le 1er mai 2018), avec enfin l’intervention plus visible et active de mouvements autonomes, prônant le recours légitime à l’action directe et illégale, cette séquence – dans laquelle nous nous inscrivons encore – de quatre années de mobilisation contre le détricotage néolibéral de l’État social ouvre l’espace aux graffitis. Les graffeurs et graffeuses agissent désormais en marge des manifestations, en plein jour, en scandent le trajet, pervertissent l’ordre graphique et contrôlé de l’espace public, maculent les vitrines souvent brisées des banques, compagnies d’assurance, concessionnaires, panneaux publicitaires, ciblent quelques monuments emblématiques. Chaque mouvement laisse un répertoire d’écritures urbaines, de slogans repris, une liste toujours augmentée, transmise comme d’autres éléments de la culture militante. Les clichés circulent, se diffusent sur les réseaux sociaux, alimentent le répertoire militant, contribuent à créer une nouvelle esthétique du mouvement social. Dans ce foisonnement, les références à la Commune sont minoritaires, variables d’un mouvement à l’autre, mais néanmoins présentes. Elles se déploient d’autant plus facilement sans doute que les autres références aux passés révolutionnaires qu’on trouvait en 1968 se sont estompées, pour ne pas dire effacées : les révolutions russe, chinoise, cubaine ne sont plus, ou beaucoup moins, présentes dans les imaginaires politiques, entachées par l’histoire des États qui leur ont succédé et avec lesquels on tend à les confondre. Voilà qui laisse plus de place au retour d’autres citations révolutionnaires, plus nationales, un temps éclipsées par les modèles internationaux.

  • 41 Voir Nuit debout. Les textes, Les Petits Matins, 2016.
  • 42 La Commune à Nuit debout, texte de Michel Puzelat sur le blog de l’association.

23Le 31 mars 2016, à l’issue d’une manifestation syndicale contre la loi Travail, commence une occupation de la place de la République à Paris. Après une première nuit festive, l’occupation s’organise. Des commissions logistiques sont créées, des AG ont lieu tous les soirs, préparées par des commissions thématiques qui travaillent dans la journée. Nuit debout se dresse « contre la loi Travail et son monde », et dépasse de fait immédiatement le mouvement contre la loi El Khomri pour réfléchir plus largement au pouvoir, à la démocratie, à l’économie capitaliste, au vivre ensemble41. Le mouvement essaime bientôt en banlieue parisienne, en province, outre-mer, parfois à l’étranger. Point n’est ici l’espace de faire l’histoire de Nuit debout, mais retenons donc que la place de la République (et d’autres ailleurs) a été occupée des semaines durant. Une place de la République rapidement rebaptisée par les « nuitdeboutistes » : place de la Commune. Sur certaines rames de métro des lignes desservant la station République, l’arrêt a été renommé par des mains facétieuses. Mais surtout, à l’entrée de la station sur la place, un graffiti s’impose : « Que revive la Commune », en lettres rouges. Les autres graffitis de l’occupation et des manifestations, sauvages comme autorisées, du mouvement contre la loi Travail font quelques rares places à des « Vive la Commune » (quatre occurrences relevées). La commission « Éducation populaire debout » organise plusieurs cours sur la Commune. L’association des Amies et amis de la Commune y tient une table en avril et constate : « C’est peu dire que nous avons eu du succès42 ». La Commune, finalement assez peu connue, suscite un intérêt, un appétit de connaissance. Et Michel Puzelat de conclure : « Dès l’instant où (l)es valeurs (de la Commune) sont en actes dans le mouvement Nuit debout, l’association des Amies et amis de la Commune de Paris 1871 ne peut que dire sa joie et son entière solidarité ».

  • 43 « La Commune et Nuit debout, le jeu des sept différences », entretien d’Hélène Combis avec Mathilde (...)

24Tout cela tient cependant surtout de la citation mobilisatrice, galvanisante, de l’inscription revendiquée dans une longue histoire militante. C’est l’imaginaire, le mot qui sont mobilisés. Reste que la coïncidence des dates (mars comme la Commune) et du lieu (Paris), pousse les commentateurs à faire le lien avec l’insurrection parisienne de 1871. Les journalistes invitent les historiens et historiennes à jouer au jeu des 7 différences43, ces derniers ne pouvant que souligner les divergences de contexte, d’ampleur (une place n’est pas une ville), d’enjeux entre les deux événements. Reste que le mouvement inaugure la reprise de références à la Commune dans les écritures contestataires qui accompagnent désormais les mobilisations sociales.

« Mai 68 on s’en fout, on veut 1871 »

22 mai 2018, rue de Lyon, cliché personnel.

  • 44 Nom officiel du centre universitaire Tolbiac.
  • 45 Faute de lumière suffisante, je n’ai pas réussi à prendre un cliché valable de cette fresque.

25Le printemps 2018 est chargé en mouvement sociaux, avec d’un côté les cheminots et cheminotes dressés contre une réforme de la SNCF, de l’autre les fac et lycées contre Parcours-sup. Cinquantenaire des événements oblige, c’est surtout Mai 68 qui est cité par le mouvement et se taille la part du lion dans les écritures urbaines qui font référence au passé (« Mai 68, ils commémorent, on recommence »). Mais la référence à la Commune n’est pas absente. Plusieurs sites universitaires occupés par les étudiants se rebaptisent « Commune libre de » Tolbiac, Censier… Dans le hall de Tolbiac occupée, un vaste drap rouge affiche la couleur et le nom de Commune, sans qu’il soit clair qu’il s’agisse d’une référence précise à 1871, ou davantage de l’idée d’alternative, de sécession, d’organisation autogérée appelée à servir de modèle. Notons cependant, sur un des murs du centre Pierre Mendes-France44, une fresque figurant trois événements : 1789 (représenté par un sans-culotte), 1871 (représenté par une femme sur une barricade) et 1936 (ouvrier le poing levé)45. Dans le même temps, la manifestation « Stop Bure » du 16 juin 2018 contre le centre d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo à Bure laisse des traces spectaculaires à Bar-le-Duc. Parmi les nombreux graffitis, signalons un « À bas les ducs, vive la Commune » opportunément graffité quai Victor-Hugo. La manifestation des cheminots du 22 mai 2018 laisse quant à elle plusieurs « Vive la Commune » sur les murs (notamment sur un mur de l’Opéra Bastille). Mais surtout, un graffeur ou une graffeuse inscrit à deux reprises au moins sur le trajet : « Mai 68 on s’en fout, on veut 1871 ». À nouveau, la Commune est mobilisée pour sa potentialité et son imaginaire insurrectionnels, jugés plus fades s’agissant de Mai 68. D’une certaine façon, dire « on veut 1871 » est une façon de dire qu’« on » est prêt à l’affrontement armé, ce qui au demeurant repose sur une image fausse de Mai 68 comme agitation gentillette de gamins bourgeois, mais c’est une autre histoire.

Commune libre de Tolbiac, cliché personnel pris le 14 avril 2018.

Affiche du mouvement des occupant-es de Tolbiac.

« 1871 raisons de niquer Macron »

12 janvier 2019, cliché Stéphane Burlot.

26Les Gilets jaunes, puis les nombreux commentateurs du mouvement, ont bien plus cité la Révolution française que la Commune, ce qui au demeurant marquait un surprenant et intéressant retour des références à la grande révolution. Les graffitis des premiers actes ne citent jamais 1871 mais 1789 : « 1789 des casseurs prennent la Bastille » (Paris, 2 décembre 2018, au lendemain de l’acte 3 et des dégradations de l’Arc de Triomphe), « Macron = Louis 16 (sic) » (Paris, 8 décembre 2018, Opéra de Paris), « Guy Yotine président » (Nantes, 12 janvier 2019), pour n’en citer que quelques-uns. Il faut bien voir que la sociologie et la culture politique des Gilets jaunes ne sont pas celles des mouvements sociaux précédents. La Commune, on l’a vu, constitue une référence du mouvement ouvrier, mais concerne moins l’universalité des citoyens, ce d’autant qu’elle est bien moins connue, moins enseignée, moins reprise dans la culture populaire que ne l’est la Révolution française46. On peut avancer deux explications à l’apparition des citations lapidaires à la Commune : l’entrée dans le mouvement, à partir de l’acte 3 des Gilets jaunes, de groupes autonomes qui apportent et bientôt partagent leur culture militante au sein de laquelle la Commune tient une place, et plus ponctuellement le choix de déployer l’acte 6 (22 décembre 2018) à Montmartre. À cette occasion, un graffiti est posé au pied du Sacré-Cœur « la Commune de Paris 1781 (sic)/Gilet jaune 2018 »47. Le 12 janvier 2019, alors que la manifestation rituelle du samedi se déploie sur les grands boulevards aux commerces barricadés, un grand « 1871 raisons de niquer Macron » recouvre une palissade protectrice, ce qui permet au photographe Stéphane Burlot de prendre un extraordinaire cliché d’un manifestant de dos, « Ni Dieu Ni Maître » sur le gilet, devant l’inscription. Le 19 janvier 2019, je photographie au soir de l’acte 10 un « La Commune refleurira » (le A de « La » étant le A anarchiste) laissé sur le trajet de la manifestation de la journée, près de la place des Invalides. Le 27 janvier, graffiti facétieux « Plus de Louise, Moins de Michel » (les graffitis « plus de/moins de » sont une forme récurrente des écritures urbaines, on pourra aussi noter un « plus de Blanqui, moins de Blanquer » souvent repris ces dernières années). À Toulouse, fin janvier également, un « Louise Michel 2022 » est photographié à deux reprises. On constate de fait une surreprésentation de Louise Michel dans les figures de la Commune sinon peu connues, effet du long travail de « fabrique d’une icône » dont Sidonie Verhaeghe a magistralement fait l’histoire48. Le 16 mars, acte 18, jour de l’incendie du Fouquet’s, où Gilets jaunes et autonomes ont affronté les forces de l’ordre sur les Champs-Élysées, plusieurs « Vive la Commune » (avec à nouveau le A anarchiste) sont graffités, ainsi qu’un « La Commune demeure » (en jaune) sur le kiosque incendié de l’avenue. Le 20 avril, une publicité de Total pour des économies d’énergie, qui reprenait l’expression populaire « C’est pas Versailles ici », est détournée par l’ajout d’un « C’est la Commune ! » avec les dates « 1871-2019 ».

27Les citations de la Commune ne sauraient toutefois n’être qu’une greffe anarchiste sur le mouvement des Gilets jaunes. La pratique d’assemblées locales, puis nationales (l’assemblée des assemblées) a permis aux hommes et femmes des deux mouvements de se rencontrer, d’échanger, de partager, de se nourrir chacun des cultures, idées, références de l’autre. Ce qui explique la politisation, la conscientisation, la radicalisation aussi parfois des idées portées par les Gilets jaunes. Rien de surprenant donc à ce que, le 1er juin 2019, plusieurs centaines de Gilets jaunes aient accompagné la traditionnelle montée au mur des Fédérés.

19 janvier 2019, cliché personnel.

9 avril 2019, cliché personnel.

28Les graffitis en référence à la Commune se retrouvent ensuite lors du mouvement contre la loi sur les retraites, qui débute le 5 décembre 2019. J’ai ainsi pu relever le 8 décembre 2019, boulevard Magenta, « Commençons par la grève, finissons par la révolution. 1871-2019 On est là. GJ. » et, deux jours plus tard, boulevard Raspail, « On veut des thunes en attendant la commune » (en rose). En janvier 2020, le lycée Thiers renoue avec sa tradition en s’autobaptisant lycée Louise Michel ! Signalons pour finir un « Descendantes des pétroleuses », affiche collée en marge de la manifestation nocturne des féministes du 7 mars 2020.

8 décembre 2019, boulevard Magenta, cliché personnel.

10 décembre 2019, boulevard Raspail, cliché personnel.

  • 49 Le 9 janvier 2020, dans une manifestation contre la loi sur les retraites, on pouvait lire par exem (...)
  • 50 Ainsi, par exemple, l’article de Jean-Baptiste Thomas, « Commune, héritage et Gilets jaunes », dans (...)

29Toutes ces références à la Commune de 1871 (que l’on pourrait compléter par quelques pancartes, ou banderoles49 qui s’en rapprochent par leur contenu sans revêtir l’aspect plus subversif et transgressif du graffiti) ne disent guère plus que l’invocation du nom, utilisé à nouveau pour sa charge insurrectionnelle. C’est un imaginaire qui ne semble pas s’accompagner d’une réelle réflexion sur ce que fut l’événement, sur ce dont on pourrait s’inspirer ; une inscription assumée dans une histoire des peuples soulevés sans que soient questionnés les héritages. Du moins, on ne trouve pas, dans les textes produits par les Gilets jaunes ou le mouvement contre la loi sur les retraites auxquels j’ai eu accès, de réflexions sur l’événement en lui-même. Ces citations lapidaires ne disent rien de ce que les différents mouvements, groupes, pensent de la Commune, savent de la Commune ou retiennent de la Commune, et les textes émanant de ces mouvements manquent pour en saisir plus, les rares textes qui réfléchissent aux héritages de la Commune dans ces mouvements contemporains n’émanant pas d’acteurs de ces mobilisations, mais de commentateurs50 qui plaquent donc leurs interprétations de la Commune comme de l’héritage dont pourraient se prévaloir les Gilets jaunes. Ces citations témoignent cependant du fait que les Gilets jaunes ou les manifestants contre la loi sur les retraites reconnaissent l’effet doublement mobilisateur ou provocateur, selon les destinataires, de l’évocation de la Commune de Paris. Elle apparaît cependant plutôt comme un synonyme, plus incarné, d’émeute, révolte, résistance, peuple soulevé.

« Imagine que nous construisions un nouveau monde »

30Je terminerai par une incursion hors de nos frontières, en Grèce, dans sa capitale et son quartier d’Exarchia, un quartier anarchiste à la longue histoire de résistance au pouvoir, depuis la dictature des colonels jusqu’à nos jours. Un quartier de squats (récemment autoritairement fermés, mais sans nul doute à renaître). Un quartier de graffitis et de street art contestataires. Et voici qu’au 78 rue Akadimias, sur le volet d’une boutique, on découvre un magnifique mural tiré d’une planche de Tardi. Communardes et communards de tous âges, poings levés, sabres brandis, portant fièrement les drapeaux rouges. En légende : « Vautrin Tardi, Le cri du peuple ». En signature : Atek 17. La bande dessinée de Jacques Tardi, adaptée du roman de Jean Vautrin du même nom, date de 2001-2004. Le mural a été réalisé par Giorgos Atek en 201751. La boutique en question est celle des éditions ΚΨΜ52, une maison engagée qui publie des auteurs et autrices marxistes contemporains, grecs comme étrangers, ainsi qu’une librairie engagée. En juillet 2020, une affiche sur les murs d’Exarchia reprenait une autre planche du même album de Tardi. Intitulée « Imagine que nous construisions un nouveau monde », elle annonçait une réunion-débat. Ces deux exemples témoignent de la circulation de l’ouvrage du dessinateur libertaire et de l’imaginaire de la Commune dans les milieux anarchistes internationaux.

31Il y a fort à penser que le cent-cinquantenaire de la Commune aura l’effet d’une caisse de résonance pour les mouvements sociaux de 2021 – je n’imagine guère un apaisement des conflits en cette fin de mandat macroniste, à l’ombre menaçante des conséquences économiques et sociales de l’épidémie de covid – et viendra enrichir ce corpus de citations communardes.

Mural, 78 rue Akadimias, Exarchia, Athènes, cliché pris le 19 juillet 2020.

Affiche, Exarchia, Athènes. Juillet 2020.

32Traduction de Julien Santoni :

33Imagine que nous construisions un nouveau monde 

34Présentation–Discussion

35À propos de la nouvelle brochure des camarades de la Lutte révolutionnaire Pola Roupa et Nikos Maziotis

36Qui a pour titre : « Pour le dépassement de l’État et du capital. Pour une organisation confédérale, non étatique et sans classes ». 

37Avec l’intervention téléphonique des camarades en prison.

38Ce sera suivi d’une discussion.

39Il y aura, sur place, des textes et des livres.

40Colline Strefi, Le Petit Théâtre, jeudi 16 juillet, 18 h.

Haut de page

Notes

1 Voir le colloque « Écritures urbaines, écritures exposées », co-organisé par le Mucem, la MSH Paris-Nord, l’université Paris-Lumière et le laboratoire d’études en sciences sociales de l’art d’Aix-Marseille Université, les 11 et 18 octobre 2019.

2 Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique, 1852-1945, La Découverte, 2013.

3 Michel De Certeau, L’Invention du quotidien, vol. 1, Arts de faire, UGE, coll. 10/18, 1980. Voir Annick Louis, « Le concept de braconnage. Présence de Borges dans l’œuvre de De Certeau », Les Dossiers du GRIHL, février 2018.

4 Cécile Braconnier, « Braconnages sur terres d’État. Les inscriptions politiques séditieuses dans le Paris de l’après-Commune (1872-1885) », Genèses, 1999, n° 35, p. 107-130.

5 Voir Éric Fournier, La Commune n’est pas morte, les usages politiques du passé, Libertalia, 2013.

6 Éric Fournier, op. cit., p. 34.

7 APP. BA/476 24 février 1872. Voir Cécile Braconnier op. cit. p. 116.

8 APP. BA/477 29 mai 1879. Voir Cécile Braconnier op. cit. p. 116.

9 Éric Fournier, op. cit. p. 35.

10 Éric Fournier, op. cit. p. 34.

11 Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique, 1852-1945, La Découverte, 2013.

12 Madeleine Rebérioux, « Le mur des Fédérés », Les Lieux de Mémoire, p. 629-636.

13 Danielle Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise, XIXe et XXe siècles, Aubier, 1999.

14 Madeleine Rebérioux, « Le mur des Fédérés », op. cit., p. 629-636.

15 Je renvoie pour cela à l’excellente synthèse d’Éric Fournier sur la mémoire de la Commune, op. cit.

16 Danielle Tartakowsky, Nous irons chanter…, op. cit., p. 196.

17 Voir les pages consacrées par Ludivine Bantigny à la mémoire de la Commune dans son ouvrage 1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, Univers historique, 2018, p. 286-289.

18 Le situationnisme est un mouvement contestataire, politique, philosophique et esthétique qui rapidement s’oriente vers une critique de la société du spectacle (Guy Debord) et de la consommation, et en appelle à la révolution sociale reposant sur l’autogestion. Les situationnistes se démarquent par leur utilisation du calembour comme arme politique, tournant en dérision l’art contemporain pour démontrer l’inanité et le superficiel d’une culture dite bourgeoise. Les graffitis font partie de leur répertoire d’action.

19 Éric Fournier, op. cit., p. 123.

20 Henri Lefebvre, La Proclamation de la Commune : 26 mars 1871, Gallimard, 1965.

21 Voir Laurence De Cock et Mathilde Larrère, Manifs et Stations, Celles et ceux du métro, Éditions de l’Atelier, collection « Celles et ceux du Maitron », 2020, chapitre « Anvers et contre tout ».

22 Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans images ? Politique et représentations dans la France républicaine (1871-1914), Paris, Champ Vallon, 2004.

23 Éric Fournier, op. cit., p. 144-145.

24 Sur la question de la « prise de parole » en 1968, voir Roland Barthes, « L’écriture de l’événement », dans « Mai 68 Prise de parole », Communications, 1968, p. 108-112.

25 L’Internationale situationniste a été fondée en 1957, lors de la conférence de Cosio d’Arroscia. Voir note 18.

26 Zoé Carle, Poétique du slogan révolutionnaire, Presses Sorbonne nouvelle, 2019, p. 117.

27 Ibid.

28 Il est notable, sans qu’un lien de causalité évident puisse être fait, que ceux qui au début des années 2010 ont évoqué à nouveau le souvenir de la Commune, son héritage, ont écrit son nom sur les murs, sont les générations qui ont eu la Commune dans les programmes scolaires. De 2002 à 2011, la Commune était explicitement citée dans les programmes d’histoire, avant de disparaître (pas nécessairement des enseignements, mais du moins des textes officiels).

29 Voir Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt, Sophie Wahnich, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille, Agone, 2008.

30 Voir l’analyse par Éric Fournier de la Commune vue par Lorànt Deutsch, op. cit, p. 158-159.

31 Jacques Rougerie, « Entre le réel et l’utopie : république démocratique et sociale, association, commune, Commune », dans : Laurent Colantonio (éd.), Genre et utopie. Avec Michèle Riot-Sarcey, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, « Temps & Espaces », 2014, p. 273-292.

32 On évoquera rapidement le film de Peter Watkins (2000), la bande dessinée de Tardi (2001-2004).

33 Archives de l’INA sur la réalisation de cette fresque : <https://www.youtube.com/watch?v=bEW5wb6pNDo>. Photos consultables sur le site : <http://www.street-heart.com/PM-P20-1600%20Collectif%20Paris.htm>.

34 <https://feudeprairie.wordpress.com/2013/03/20/la-commune-de-paris-le-debat-sur-letat-et-le-pouvoir/>.

35 Voir Laurence De Cock et Mathilde Larrère, « Anvers et contre tout », dans Manifs et Stations, op. cit.

36 <https://quartierslibres.wordpress.com/2014/08/26/le-mfc-1871-est-ne/>.

37 Ménilmontant Football Club 1871. Entretien avec deux membres du club MFC1871, par Jules Crétois, le 21 novembre 2016 : <https://lundi.am/Menilmontant-Football-Club-1871>.

38 Voir « Contre la récupération de la Commune par les nationalistes », Feu de prairie, 16 février 2013.

39 Voir par exemple ce pochoir du 23 juillet 2011, rue Primo Lévi, dans le 13e arrondissement parisien : <https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:La_r%C3%A9publique_des_batards.jpg>.

40 Voir Éric Fournier, op. cit., p. 164.

41 Voir Nuit debout. Les textes, Les Petits Matins, 2016.

42 La Commune à Nuit debout, texte de Michel Puzelat sur le blog de l’association.

43 « La Commune et Nuit debout, le jeu des sept différences », entretien d’Hélène Combis avec Mathilde Larrère, France Culture, 19 mai 2016, en ligne : <https://www.franceculture.fr/histoire/la-commune-et-nuit-debout-le-jeu-des-7-differences>.

44 Nom officiel du centre universitaire Tolbiac.

45 Faute de lumière suffisante, je n’ai pas réussi à prendre un cliché valable de cette fresque.

46 Sophie Wahnich, « Sans-culottes et Gilets jaune », dans Le Fond de l’air est jaune, Seuil, 2019, p. 29-43.

47 Photo consultable par exemple sur le compte : <https://twitter.com/KatyushaRyzh/status/1076438675263840257>.

48 Voir son article dans ce numéro.

49 Le 9 janvier 2020, dans une manifestation contre la loi sur les retraites, on pouvait lire par exemple une banderole noire aux lettres blanches : « Ni Macron, ni personne, vive la Commune ».

50 Ainsi, par exemple, l’article de Jean-Baptiste Thomas, « Commune, héritage et Gilets jaunes », dans Révolution permanente, 31 mars 2019 : <https://www.revolutionpermanente.fr/Commune-heritage-et-Gilets-Jaunes>.

51 Vidéo de la réalisation du mural : <https://www.youtube.com/watch?v=HiH2hyeO28U&feature=youtu.be>.

52 Voir leur site : <https://kapsimi.gr/>.

Haut de page

Table des illustrations

Légende 20 avril 2019, cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende 22 mai 2018, rue de Lyon, cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Commune libre de Tolbiac, cliché personnel pris le 14 avril 2018.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Affiche du mouvement des occupant-es de Tolbiac.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Légende 12 janvier 2019, cliché Stéphane Burlot.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende 19 janvier 2019, cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende 9 avril 2019, cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 8 décembre 2019, boulevard Magenta, cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 10 décembre 2019, boulevard Raspail, cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Mural, 78 rue Akadimias, Exarchia, Athènes, cliché pris le 19 juillet 2020.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Affiche, Exarchia, Athènes. Juillet 2020.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15753/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Larrère, « Quand la Commune prend les murs »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 69-92.

Référence électronique

Mathilde Larrère, « Quand la Commune prend les murs »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15753

Haut de page

Auteur

Mathilde Larrère

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search