Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148DOSSIERCommune de Paris et Commune des r...

DOSSIER

Commune de Paris et Commune des ronds-points

Laurent Jeanpierre
p. 109-122

Résumés

Quelle fut la place de la référence à la Commune de Paris dans la mobilisation atypique des Gilets jaunes, en France, à partir de novembre 2018 ? Si l’on s’en tient à ses occurrences, elle resta restreinte par rapport à celle de la Révolution française. Si l’on se tourne vers les historiens, la comparaison ne tiendrait pas. Le spectre de 1871 est pourtant revenu dans le discours d’une partie marginale des Gilets jaunes autour de l’« assemblée des assemblées » initiée à Commercy, dans la Meuse. La Commune de Paris, en particulier son projet fédératif, est alors la métonymie d’un projet communaliste de réorganisation anticapitaliste et anti-étatique de la société, inspiré notamment de l’anarchiste nord-américain Murray Bookchin. Et le mouvement des Gilets jaunes gagne à être regardé comme une « Commune des ronds-points ». Pour saisir cette présence à la fois évanescente, insistante et partielle de la Commune de Paris parmi les Gilets jaunes, il serait utile de penser en termes de « survivance », comme nous y a invités Aby Warburg en matière artistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurent Jeanpierre a notamment publié : In girum . Les leçons politiques des ronds-points, Paris, L (...)
  • 2 Denis Saint-Amand, « 1871 raisons d’y croire. Logiques et imaginaire des Gilets jaunes », dans Robe (...)

1Sans être absente, la référence explicite à la Commune de Paris est restée plutôt rare dans le mouvement dit des « Gilets jaunes », qui s’est déployé en France pendant plusieurs mois à partir de novembre 2018 et qui s’est étiolé, par phases successives, à partir du printemps 20191. Certes, elle fait partie des événements du passé qui ont parfois été mobilisés dans le discours éclaté et polymorphe de la mobilisation. Elle est par exemple apparue subrepticement sur certains murs de Paris à partir de mi-décembre 2018, lors des manifestations hebdomadaires non autorisées des samedis (« Vive la Commune ! », « Demain, c’est 1871 ! », « 1871 raisons de niquer Macron », « La Commune demeure », « 1871 raisons d’y croire »)2. À Montmartre, le 22 décembre, là-même où, le 18 mars 1871, la troupe était venue chercher les canons pour les soustraire à la population parisienne avant de fraterniser avec elle, contribuant ainsi à l’insurrection communarde, une photographie a enregistré l’inscription suivante, reprise ensuite sur de nombreux fils de réseaux sociaux : « La Commune de Paris 1781 (sic), Gilets jaunes 2018 ».

2Le 30 janvier 2019, la revue Ballast publie un extrait de prise de parole prélevée lors de la première « assemblée des assemblées » qui s’est tenue le 6 janvier suite à l’appel lancé par les Gilets jaunes de Commercy, une ville d’environ six mille habitants, située dans la Meuse :

  • 3 Stéphane Burlot, « Commercy : le pouvoir au peuple [porfolio] », Ballast, 30 janvier 2019. Lien : <(...)

« Ça fait longtemps que ce système, je ne le supporte pas !, dit alors Chantal, retraitée technicienne de laboratoire en Ariège. J’ai participé à plein de luttes, mais l’originalité du mouvement des Gilets jaunes c’est de faire participer des gens qui, justement, n’étaient pas en lutte avant. Et qui pourraient être désarçonnés si on leur donne des menus et des cartes pré-écrits. C’est aux gens d’écrire eux-mêmes les façons dont ils veulent fonctionner. On peut s’inspirer des choses qui ont été proposées par le passé, mais surtout pas de projet tout fait de société ! Il y a eu la Commune de Paris, il y a le Chiapas, les gens ne sont pas cons : ils ont su le faire, ils sauront le refaire, même sans avoir lu les livres de Bookchin ! »3

3Quelques mois plus tard, dans le sillage de la deuxième « assemblée des assemblées » de Gilets jaunes qui s’est tenue à Saint-Nazaire début avril 2019, un texte anonyme oppose la référence à la Commune de Paris à celle de la Révolution française, un soulèvement qui, selon l’auteur du texte, a été « volé au peuple » et n’entraîna pas, au siècle suivant, de plus grande « égalité économique4 ». La Commune de Paris, même si elle a été vaincue et « écrasée dans le sang », poursuit-il, était quant à elle parvenue à « créer une rupture dans l’imaginaire ».

  • 5 Ibid.

« Viser la prise du pouvoir d’État n’était plus l’objectif, il fallait libérer des territoires et expérimenter ici et maintenant l’auto-organisation de la vie quotidienne, construire les conditions de l’autonomie matérielle et politique localement, puis se fédérer. (…) Cette fédération d’espaces libérés que voulait incarner la Commune de Paris, c’est ce que 150 ans plus tard l’assemblée des assemblées (Commercy puis Saint-Nazaire) préfigure. Qu’on le veuille ou non, nous sommes héritiers de cette histoire révolutionnaire, celle d’en bas, pas celle d’en haut, pas celle des livres, celle de la rue et celle des campagnes rebelles. »5

4Cette adresse révolutionnaire aux autres Gilets jaunes se concluait dès lors par un « Vive la Commune ! Vive les communes libres ! », mot d’ordre auquel était adjointe une affiche de couleur jaune contenant les slogans suivants : « Vive la Commune ! », « Ni 1789, ni mai 1968, on veut 1871 », « Nous n’avons pas besoin d’eux, ni des politiciens ni des capitalistes ! », « Vive les communes libres ! ». Quelques semaines plus tard, le 10 mai 2019, trois Gilets jaunes réhabilitent à Ornans la tombe de Gustave Courbet. Le 28 mai, ils sont quelques centaines au cimetière du Père-Lachaise à rendre hommage aux fusillés de la Commune.

Une présence spectrale et contestée

  • 6 Sophie Wahnich, « Sans culottes et Gilets jaunes », dans Joseph Confavreux (dir.), Le Fond de l’air (...)

5Pour régulières qu’elles aient été, ces quelques évocations des événements de 1871 ont été bien moins nombreuses que d’autres références des Gilets jaunes aux insurrections du passé. Parmi celles-ci, la présence dans le mouvement d’images, de symboles, de figures de la Révolution française a dominé les échanges sur les réseaux sociaux ou sur les ronds-points, ainsi que dans les manifestations publiques6. De nombreux observateurs du mouvement, dont plusieurs historiennes et historiens, ont aussi proposé de comparer la mobilisation avec d’autres soulèvements où n’apparaissait pas non plus la Commune de Paris : jacqueries paysannes de l’Ancien Régime, révolte des canuts, révolution de février 1848, événements de mai-juin 1968, voire du 6 février 1934. Certains ont même souligné que le mouvement contenait des éléments rappelant toutes ces conjonctures critiques à la fois, ou bien une bonne partie d’entre elles, et d’autres encore ont pu invoquer des traits communs avec le boulangisme.

  • 7 Valérie Toranian, « Les “Gilets jaunes” sont-ils les héritiers de la Commune de Paris ? », Revue de (...)

6Plusieurs commentateurs, dont certains participaient à la mobilisation, ont eux aussi contesté avec force la justesse de la comparaison du mouvement aux événements de la Commune de Paris. Au début du mouvement, ils ont affirmé qu’il s’agissait d’un « non-sens », compte tenu de la présence supposée ou attestée d’éléments d’extrême-droite parmi les Gilets jaunes. Ils ont ensuite remarqué que le foyer de la Commune était Paris, que les communards, à quelques exceptions près, parlaient avec dédain des « ruraux », alors que le mouvement de novembre 2018 était au contraire marqué par son ancrage provincial, rural ou péri-urbain, composé d’individus hostiles aux élites politiques de la capitale et, en définitive, à la capitale elle-même que beaucoup de Gilets jaunes ont découverte lors des manifestations interdites et des émeutes des samedis7. On a aussi pointé le contraste qui existerait entre l’hostilité écrasante de la gauche culturelle et intellectuelle par rapport aux communards en 1871 et le soutien qu’auraient apporté aux Gilets jaunes, après les premiers actes du mouvement, les intellectuels et les partis dits de « gauche de la gauche ».

  • 8 Claude Manor, « Montmartre. Quand des Gilets jaunes ravivent le souvenir de la Commune de Paris », (...)

7Ensuite, chez celles et ceux pour qui le parallèle avec la Commune de Paris ne paraissait pas usurpé, plusieurs raisons étaient invoquées à cet effet, pas toujours compatibles les unes avec les autres. Fin décembre 2018, un rédacteur du courant « Révolution permanente » du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) note à son tour la présence de la référence à la Commune de Paris sur un graffiti de la Butte-Montmartre. À l’encontre de la majorité des discours antérieurs de l’extrême-gauche sur le mouvement, il en déduit qu’« au-delà des aménagements institutionnels, voire constitutionnels, que les uns ou les autres peuvent mettre en avant, la question d’une organisation des travailleurs radicalement indépendante et “d’un autre monde” est posée » par les Gilets jaunes, comme elle l’a été auparavant par les communards qui ont imaginé et mis en œuvre ce que pourrait être une société communiste8. L’auteur s’en prend, en passant, à la revendication, qu’il juge trop limitée, du référendum d’initiative citoyenne (RIC) portée par une partie des mobilisés.

  • 9 Patrick Farbiaz, Les Gilets jaunes. Documents et textes, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, (...)

8Pour Patrick Farbiaz aussi, sans doute le premier à avoir publié sous forme d’ouvrage des textes et des documents du mouvement, la Commune de Paris est une expérience proche de celle de la protestation des Gilets jaunes, mais elle se distingue malgré tout par le fait que les « différents courants du socialisme » avaient pris la tête de la rébellion de 1871, dessinant ainsi « une perspective claire, la République sociale », alors que la mobilisation populaire inattendue de 2018 est, en janvier 2019 du moins, plus confuse dans ses orientations et ses visées9.

  • 10 Jean-Baptiste Thomas, « Commune, héritage et Gilets jaunes », Révolution permanente, 20 mars 2019, (...)

9En mars 2019, un autre rédacteur du site Internet de Révolution permanente précise pourquoi le mouvement des Gilets jaunes peut, selon lui, faire écho à la Commune de Paris. Comme les événements de mars 1871, écrit-il, ceux qui ont débuté en novembre 2018 manifesteraient le « génie populaire », sa « capacité (…) d’inventer » sans « plan pré-établi », sans « complot ourdi dans l’ombre ». Ils démontrent ainsi toute la fausseté de l’image méprisante et ordinaire d’un peuple « exécutant et soumis10 ».

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

10La Commune de Paris, malgré ses quelques semaines d’existence, a par ailleurs pris des mesures qui étaient tellement révolutionnaires qu’elles pourraient encore répondre aux demandes et aux souffrances des Gilets jaunes un siècle et demi plus tard11. Ainsi en va-t-il, par exemple, de la suspension des poursuites contre les échéances impayées ou de la possibilité de libérer les biens déposés au Mont-de-Piété. C’étaient là deux mesures censées desserrer l’étau de l’endettement des couches populaires, une expérience, poursuit l’auteur, qui émane de nombreux témoignages de Gilets jaunes sur les fins de mois difficiles et le reste à vivre ridiculement bas. De même, la Commune de Paris avait-elle annulé les loyers dus et ordonné la réquisition de logements vacants. Ne serait-ce pas, là encore, une réponse actuelle et adaptée à la crise du logement, qui est aussi l’une des sources de la colère jaune ? Et en termes d’emploi, avec la mise à disposition d’ateliers abandonnés à des « sociétés ouvrières » ou avec l’interdiction du travail de nuit ou bien en matière d’institutions politiques, avec la critique des « politiciens de profession », des « mandataires (…) ambitieux et parvenus » et l’interdiction du cumul de traitement des élus, la Commune de Paris n’a-t-elle pas imaginé des lois nouvelles qui participent, encore aujourd’hui, d’un héritage révolutionnaire vivant, en phase avec les revendications contemporaines d’un soulèvement populaire comme celui des Gilets jaunes ? Et l’auteur de conclure : « Nous devrions donc tous et toutes être héritiers et héritières de la Commune, tout comme les communards et les communardes étaient les enfants des Quarante-huitards, de la Montagne et des Enragés12 ».

11D’autres observateurs ont souligné d’autres filiations entre les luttes de classes en France en 1871 et en 2019. À partir du printemps 2019, plusieurs voix ont comparé Emmanuel Macron à Thiers et la répression du mouvement des Gilets jaunes à une forme contemporaine rappelant, sans commune mesure néanmoins, la répression des communards. Parmi les autres points de comparaison des deux mouvements populaires, la haine des élites a souvent été mise en avant, de même que les pratiques antihiérarchiques, les demandes de contrôle citoyen sur les élus et le désir, manifeste dans les paroles et les pratiques des ronds-points, d’une démocratie plus directe.

  • 13 Quentin Deluermoz, Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 202 (...)

12Les éléments prélevés dans l’expérience historique de 1871 pour dessiner des héritages avec le mouvement des Gilets jaunes ont donc été variables, aucun ne saurait véritablement faire consensus. Comme toutes les conjonctures du passé, en particulier les moments de rupture politique profonde, les événements de la Commune de Paris restent ouverts à l’interprétation bien après leur fin supposée. Ils appartiennent, encore aujourd’hui, à une multitude de récits historico-politiques distincts. D’autres mouvements sociaux des dernières années, en France et à l’étranger, ont pu y faire référence positivement de manière plus ou moins centrale, comme à Oaxaca, au Mexique, en 2006, ou bien lors de Nuit debout en 2016 – la place de la République à Paris avait été rebaptisée « place de la Commune de Paris » – et encore à l’occasion de mobilisations étudiantes récentes13. Cette rémanence de la Commune de Paris dans les mémoires militantes, et au-delà d’elles, tient sans doute au fait qu’elle reste appropriable, cent cinquante ans ou presque après les événements, et plus que la révolution d’Octobre ou le Front populaire par exemple, par la plupart des formations et des courants politiques de la gauche. Il faudrait d’ailleurs se demander si la référence à la Commune de Paris n’est pas devenue d’autant plus sacrée qu’elle autorise les différentes fractions des socialismes historiques à « enjamber » le dernier siècle et à s’épargner ainsi d’en faire un bilan historique et politique où apparaîtraient aussi leurs éventuelles faiblesses morales ou stratégiques.

De la Commune à la « commune des communes »

  • 14 Sur les Gilets jaunes de Commercy et leurs aspirations communalistes, voir Sixtine Van Outryve d’Yd (...)
  • 15 « L’Appel des Gilets jaunes de Commercy à des assemblées populaires partout en France ! », 30 novem (...)

13Il reste que, dans le mouvement des Gilets jaunes comme dans d’autres mobilisations des dernières années, derrière le spectre de la Commune, c’est en réalité l’idée politique communaliste qui affleurait le plus souvent. En témoignent la mise en place puis les mots d’ordre de l’« assemblée des assemblées », dont l’initiative venait des Gilets jaunes de Commercy14. Le 30 novembre 2018, ce sont eux qui appellent en effet à lutter contre la représentation politique et les porte-parole autoproclamés du mouvement, et à former pour cela « partout en France des comités populaires, qui fonctionnent en assemblées générales régulières ». Ils exhortent « aussi à ce que les centaines de groupes de Gilets jaunes se dotent d’une cabane comme à Commercy, ou d’une “maison du peuple” comme à Saint-Nazaire, bref, d’un lieu de ralliement et d’organisation ! Et qu’ils se coordonnent entre eux, au niveau local et départemental, en toute égalité15 ! » Le 29 décembre, ces mêmes Gilets jaunes de Commercy déclarent qu’ils souhaitent organiser une première « assemblée des assemblées » un mois plus tard.

14Après que les assemblées populaires ont été créées sur les ronds-points et dans les villes, il s’agit pour celles et ceux de Commercy d’ouvrir « des cahiers de revendications » ou « de doléances » de manière indépendante par rapport aux initiatives identiques issues des maires et soutenues par les pouvoirs publics16. Ces cahiers doivent ensuite fournir la base d’« une grande réunion nationale des comités populaires locaux », destinée à « les mettre en commun » et à imaginer une forme démocratique d’organisation nationale du mouvement. « Ensemble, créons l’assemblée des assemblées, la Commune des communes. C’est le sens de l’Histoire, c’est notre proposition. VIVE LE POUVOIR AU PEUPLE, PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE ! » conclut le deuxième appel de Commercy.

  • 17 Recoupe (classement) des propositions des ateliers ADA 5, Recoupe Thème 1, « Comment sortir du capi (...)
  • 18 Cité dans Elias Boisjean, « Le moment communaliste », Ballast, 11 décembre 2019. Lien : <https://ww (...)

15Le compte rendu de l’« assemblée des assemblées » qui s’est tenue les 26 et 27 janvier 2019 ne fait pourtant état ni de la Commune de Paris ni de l’idée communaliste. Le mot d’ordre de structuration du mouvement comme « Commune des communes » ne réapparaît pas non plus, autrement qu’en marge, dans les documents produits par les « assemblées des assemblées » ultérieures qui se tiennent en 2019 à Saint-Nazaire, Montceau-les-Mines et Montpellier, puis à Toulouse en mars 2020. Dans cette dernière réunion, une ou deux interventions évoquent explicitement la Commune de Paris, avec les ZAD, comme modèles de sortie du capitalisme17. Un témoin de la dynamique d’ensemble de ces assemblées fédératives affirme que la référence à l’idée de « commune » a souvent été remplacée, à Commercy du moins, par la notion d’« assemblée populaire » avant de rappeler que les pratiques effectives sont, dans le mouvement, plus importantes que les mots et les références pour les dire18.

  • 19 Guide de la première rencontre « Commune des communes » à Commercy les 18 et 19 janvier 2020. Lien  (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

16Il reste que, les 18 et 19 janvier 2020, en partie indépendamment de la dynamique en déclin du mouvement de l’année précédente, de nouvelles rencontres sont organisées dans la petite ville de la Meuse afin de fédérer « les communes libres et les initiatives municipalistes » derrière un appel général à nouveau prononcé en faveur d’une « Commune des communes19 ». « En complément des mouvements de protestation » comme celui des Gilets jaunes et la mobilisation de lutte, dès l’hiver 2019, contre la réforme des retraites du gouvernement d’Édouard Philippe, il s’agit alors de « réfléchir et construire une alternative à ce système au sein duquel rien n’est possible20 ». Sont invités à cet effet des « collectifs, assemblées et listes de démocratie directe venus de toute la France, pour peut-être amorcer ensemble la première étape vers un autre système plus juste, plus démocratique, plus durable21 ». Environ deux cents personnes se réunissent pour débattre des initiatives locales de démocratie directe ou de maisons du peuple qui, bien que rares, s’étaient déployées depuis une année sur le territoire français. Une chanson, intitulée La Commune des communes, est composée et interprétée à cette occasion.

  • 22 Ibid.

17Plusieurs questions sont abordées dans les débats. Les participants se demandent si le « communalisme » peut constituer à lui seul un projet révolutionnaire, si les initiatives communales issues du mouvement des Gilets jaunes peuvent interagir avec les luttes et les mouvements et éviter parallèlement les tendances à la bureaucratisation ou à l’intégration dans des processus électoraux. Une deuxième session de débats a pour objet les « outils » du pouvoir communal autonome comme l’assemblée, le RIC local, les formes coopératives, les associations autogérées, les monnaies alternatives, etc. Elle aborde aussi les instruments de coordination entre les initiatives situées sur un territoire et la politique de communication extérieure, la question des lieux communs et de leur stabilité, ainsi que celle de l’autonomie et de la puissance économiques des initiatives communales22.

18Certes, le mouvement des « assemblées des assemblées » qui a émergé à Commercy n’est sans doute pas représentatif du mouvement des Gilets jaunes dans son ensemble : plus que d’autres espaces sociaux de la mobilisation, il a eu tendance, dans les premiers rassemblements, à réunir des militants syndicaux et politiques d’extrême-gauche et libertaires23. Mais, aussi singulières qu’elles aient été, leurs préoccupations ont aussi été relayées dans l’espace public par plusieurs chercheurs, commentateurs et médias proches du mouvement. À partir du printemps 2019, des articles de presse sont ainsi publiés qui mettent en avant l’existence d’une tendance communaliste au sein des Gilets jaunes, elle-même inspirée en grande partie du militant et théoricien anarchiste nord-américain Murray Bookchin, mort en 2006, et dont l’un des prolongements politiques importants est l’expérience politique de confédéralisme démocratique des Kurdes du Rojava24. Dans le sillage du mouvement des Gilets jaunes, et en référence souvent explicite à ce dernier, plusieurs collectifs se créent ou s’étoffent à partir de l’automne 2019 en défendant l’utopie anticapitaliste et socialiste d’une organisation autonome en communes populaires fédérées (« Faire commune25 », l’Institut d’écologie sociale et de communalisme26, « Les communaux27 », etc.).

  • 28 Murray Bookchin, Une société à refaire. Vers une écologie de la liberté, traduit de l’américain par (...)
  • 29 Ibid., p. 134.

19Référence idéologique centrale, mais pas exclusive, de ces tendances et de ces porte-voix, le communalisme – ou « municipalisme libertaire » – de Bookchin voit en effet dans l’entité communale le lieu privilégié d’autogouvernement des affaires collectives, grâce à des assemblées populaires qui doivent être accessibles à toutes et à tous, et traiter de toutes les questions communes, quel qu’en soit le domaine. La mise en relation des assemblées suivant un modèle confédéral et par l’intermédiaire de délégués révocables obéissant au mandat impératif de leur assemblée d’origine est alors censée permettre de gérer les affaires dont l’échelle est supérieure à l’espace communal, et aussi de coordonner les politiques menées28. Dans ce cadre théorique général, qu’ils estiment propice à une transformation écologique et sociale de l’organisation actuelle de la société, Bookchin et ses disciples créditent la Commune de Paris d’avoir été l’une des étapes historiques importantes de la tradition communaliste en appelant, au-delà de la seule capitale, à l’autonomie politique de toutes les localités du territoire français et en inventant le mot d’ordre de « Commune des communes29 ».

  • 30 Comité invisible, À nos amis, Paris, La Fabrique, 2014, p. 199.
  • 31 Ibid., p. 202.

20S’il est principalement lié au militant et théoricien libertaire étatsunien, ce mot d’ordre mobilisé par les Gilets jaunes de Commercy et par certains observateurs proches du mouvement fait aussi écho à d’autres propositions théorico-politiques récentes, qui invoquent également l’existence historique d’une « tradition communaliste ». C’est le cas par exemple du comité invisible qui, en 2014, signalait déjà un retour de la référence politique à la « commune » révolutionnaire dans plusieurs insurrections populaires des années précédentes. Les auteurs invitaient à comparer la Commune de Paris et l’occupation de la place Tahrir du Caire pendant l’insurrection égyptienne de 2011, ils remarquaient la résurgence de la référence communaliste dans la commune d’Oakland pendant le mouvement étatsunien Occupy, la Commune de Taksim à Istanbul et aussi dans le projet communaliste libertaire du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) inspiré par Bookchin30. Ils suggéraient aussi une explication : « La Commune revient » au moment historique même où s’affaibliraient les États et la bourgeoisie, deux agents historiques qui, pour s’affirmer, auraient initialement éteint « l’intense mouvement de révolte communaliste » qui a eu lieu au Moyen Âge, en France en particulier. Or, poursuivait le comité invisible, c’était « ce sens originaire, médiéval de la Commune qu’a retrouvé on ne sait comment la fraction fédéraliste de la Commune de Paris en 187131 ».

  • 32 Sur cette notion de « médiation évanescente » comme moment qui s’efface entre deux périodes histori (...)

21Dans toutes les schématisations qui figurent à l’arrière-plan de la tendance communaliste du mouvement des Gilets jaunes et sont parfois mobilisées par ses contreforts intellectuels, la Commune de Paris apparaît donc souvent comme une « médiation évanescente » entre les communes anciennes ou prémodernes et l’utopie communale, confédérale et libertaire d’aujourd’hui et de demain32.

Retour vers le futur

22Pourtant, le troisième manifeste électoral du comité central républicain des vingt arrondissements de Paris, publié dans Le Cri du Peuple le 27 mars 1871 et signé, par délégation, par Pierre Denis, Jules Vallès, Édouard Roullier, Eugène Dupas et Gustave Lefrançais, présentait bel et bien, contre ce qu’ils estimaient être le parisianisme d’une bonne partie des insurgés, un projet général de reconstruction communaliste et fédéraliste de la société française :

  • 33 Cité par Henri Lefebvre, La Proclamation de la Commune. 26 mars 1871, Paris, La Fabrique, 2018 [196 (...)

« La Commune est la base de tout État politique, affirmaient-ils, comme la famille est l’embryon des sociétés. Elle doit être autonome, c’est-à-dire se gouverner et s’administrer elle-même suivant son génie particulier, ses traditions, ses besoins, exister comme une personne morale conservant dans le groupe politique, national et fédéral son caractère propre, sa souveraineté complète, comme l’individu au milieu de la cité. Pour s’assurer le développement économique le plus large, l’indépendance et la sécurité nationale et territoriale, elle peut et doit s’associer, c’est-à-dire se fédérer avec toutes les autres communes ou associations de communes qui composent la nation. (…) C’est cette idée communale, poursuivie depuis le XIIe siècle, affirmée par la morale, le droit et la science, qui vient de triompher le 18 mars 1871. »33

  • 34 Ibid., p. 341-342.

23Dans le Journal officiel du 29 mars 1871, Charles Longuet, le gendre de Marx, en appelait, lui aussi, à un contrat de fédération de la Commune de Paris avec les autres communes « déjà affranchies ». Le 19 avril, le proudhonien Pierre Denis rédigeait avec le jacobin Delescluze une « Déclaration au peuple français », adoptée et affichée par la Commune, où était réaffirmé l’horizon d’une « autonomie absolue de la Commune étendue à toutes les localités de France » et la nécessité de bâtir l’unité politique par « association volontaire de toutes les initiatives locales34 ».

  • 35 Gustave Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, Paris, La Fabrique, 2013 [1902], p. 105, cité p (...)

24Si l’on s’en tenait ainsi aux discours des protagonistes, il existerait bien entendu d’autres traits semblables entre l’imaginaire de la Commune de Paris et les aspirations des Gilets jaunes. N’est-ce pas le cas, par exemple, avec le désir ardent, exprimé dans les deux conjonctures, de devenir maître de sa vie (et non plus dépendant des vicissitudes du marché de l’emploi ou de la pression de l’endettement) et, plus encore, maître de ce qu’Henri Lefebvre appelait la « quotidienneté » ? Partagée tout autant, dans certaines prises de parole émises pourtant à un siècle et demi de distance : la critique radicale non seulement de l’économie, mais des détenteurs du pouvoir et, plus fondamentalement encore, de l’État, et surtout de la politique. L’anarchiste Gustave Lefrançais écrivait en 1902, dans ses mémoires publiés un an après sa mort : « Le prolétariat n’arrivera à s’émanciper réellement qu’à la condition de se débarrasser de la République, dernière forme, et non la moins malfaisante, des gouvernements autoritaires35 ». Aussi tranchante soit-elle, une telle affirmation dépareille-t-elle, là encore, avec l’humeur d’une part importante du mouvement des Gilets jaunes ? Rien n’est moins sûr.

  • 36 Voir la contribution de Pierre Sauvêtre dans ce numéro.

25« Nous avons obtenu un nouveau point de départ d’une importance universelle » : le célèbre jugement de Marx sur la Commune de Paris (dans sa lettre à Kugelmann du 18 avril 1871) n’a donc rien perdu non plus de son actualité pour beaucoup de révolutionnaires et de protestataires d’aujourd’hui. Mais contrairement à ce que nombre d’auteurs marxistes ont longtemps laissé entendre après la mort de Marx, prendre acte de ce point de vue demande désormais de considérer les événements de la Commune autrement que comme une étape dont il s’agirait de dépasser les erreurs, comme le voulait une conception déterministe et téléologique de l’histoire. La Commune de Paris n’est donc pas un moment à dépouiller de ce qui le rattacherait malgré lui aux époques antérieures. Bien qu’elle ait échoué, elle fait toujours office de promesse, elle représente une expérience révolutionnaire en bonne et due forme, détentrice d’un contenu de vérité qui reste à accomplir autant qu’à définir à chaque conjoncture insurrectionnelle nouvelle36. Dans un livre de 1965 qui a fait rupture dans l’histoire de la pensée marxiste sur cette crise politique majeure, Henri Lefebvre écrit :

  • 37 Henri Lefebvre, op. cit., p. 355. Je souligne.

« L’expérience de la Commune va beaucoup plus loin qu’un recueil d’images révolutionnaires, d’enseignements politiques. Volontiers nous la dirons transhistorique, ou encore poétique, philosophique et “ontologique” (dans un sens rénové de ces termes). (…) La Commune a anticipé, en acte, sur le possible et l’impossible. De sorte que même ses projets et décisions inapplicables, restés à l’état d’intentions politiques, comme le projet fédératif, gardent un sens profond. »37

  • 38 Kristin Ross, op. cit.
  • 39 C’est aussi le constat de Michael Hardt, Antonio Negri, Assembly, Oxford, Oxford University Press, (...)

26Chacun peut discuter de la place que l’historien doit accorder, dans l’imaginaire et les pratiques effectives du printemps 1871, à ce que certains Gilets jaunes et surtout plusieurs intellectuels proches de ce mouvement ont qualifié d’aspiration communaliste et que Lefebvre appelait, dans son ouvrage, le « projet fédératif » de la Commune de Paris38. Il reste que la brièveté et la défaite de cette dernière font que, en France du moins, l’expérience est installée, au regard des révoltés du temps présent, comme un exemple en réserve, une politique en puissance. À chaque époque, dans chaque mouvement social d’ampleur où s’exprime une critique radicale d’ensemble de l’organisation économique et politique, la référence à 1871 et la lutte pour définir ses leçons actuelles, son legs véritable, sont susceptibles d’apparaître39. Et si l’héritage communaliste n’est évidemment pas le seul « trésor perdu » des vaincus de la Commune de Paris pour les militants et les révolutionnaires actuels, de bonnes raisons existent pour qu’il soit entré en résonance avec le mouvement des Gilets jaunes.

  • 40 Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019.
  • 41 Quentin Deluermoz, op. cit.

27Car l’idée communaliste, dont la Commune de Paris est ainsi devenue comme la métonymie, est en affinité avec toute une tendance historique récente de relocalisation d’une partie de la politique protestataire. Elle passe notamment par des luttes pour les services publics d’éducation, de santé ou bien des oppositions à de grands projets destructeurs des milieux vivants, à des rénovations urbaines40. Ensuite, à côté de la « communauté », du « commun » ou des « communs », et parfois contre ces mots d’ordre, l’idée de « commune » est susceptible, pour certains, de porter ce qui reste de l’espérance communiste et de l’anticapitalisme après la chute du bloc soviétique et la critique du communisme d’État. Enfin, le flou d’une notion qui renvoie à la fois à une expérience médiévale, un épisode de la Révolution de 1789, une entité administrative et un projet révolutionnaire peut également contribuer à son succès41.

  • 42 Quentin Deluermoz, op. cit., p. 218-222.
  • 43 Georges Didi-Huberman, L’Image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warbur (...)

28Comment saisir, à la lumière de tous ces échos et de leurs raisons d’être, le mode d’existence à la fois évanescent et insistant de la Commune de Paris dans les contestations actuelles ? Quentin Deluermoz a proposé d’employer la notion de « survivance » (Nachleben) d’Aby Warburg pour mieux comprendre la façon dont opéraient, au moment même de la Commune de Paris, la réactivation et la superposition de modes d’action et de mots d’ordre, comme celui d’une politique des « communes » fédérées, issus de temporalités historiques pourtant bien différentes allant du Moyen Âge à la révolution de 1848, et dont le maintien dans les mémoires pouvait sembler souterrain42. Aussi furtive et indirecte soit-elle parfois, la référence de la mobilisation inédite de novembre 2018 aux expériences et aux discours de la Commune de Paris ne relève-t-elle pas elle aussi d’une survivance, au sens complexe que Warburg a donné à ce terme, celui d’une réalité spectrale, dans le présent, d’une hantise toute particulière, celle d’une « formule de pathos » (Pathosformel), d’une intensité d’expériences venues du passé, y compris le plus lointain43 ? Si tel est bien le cas, comme nous l’avons suggéré, ce mouvement des Gilets jaunes, qui souleva la France pendant plusieurs mois à la fin 2018 et en 2019, pourrait sans doute un jour être rebaptisé « Commune des ronds-points ».

Haut de page

Notes

1 Laurent Jeanpierre a notamment publié : In girum . Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019, 192 p.

2 Denis Saint-Amand, « 1871 raisons d’y croire. Logiques et imaginaire des Gilets jaunes », dans Robert St.Clair, Seth Whidden (eds.), Nineteenth-Century French Studies, “La Commune n’est pas morte...”, Spring–Summer 2021, vol. 49, n° 3&4, p. 374-395.

3 Stéphane Burlot, « Commercy : le pouvoir au peuple [porfolio] », Ballast, 30 janvier 2019. Lien : <https://www.revue-ballast.fr/commercy-le-pouvoir-au-peuple-portfolio/>, consulté le 30 janvier 2021.

4 « Gilets, comme une envie de révolution (jaune) », 30 avril 2019. Lien : <https://iaata.info/Gilets-comme-une-envie-de-revolution-jaune-3350.html>, consulté le 30 janvier 2021.

5 Ibid.

6 Sophie Wahnich, « Sans culottes et Gilets jaunes », dans Joseph Confavreux (dir.), Le Fond de l’air est jaune, Paris, Seuil, 2019, p. 29-43 ; Guillaume Mazeau, « Les “Gilets jaunes” et la Révolution française : quand le peuple reprend l’histoire », Ibid., p. 107-112.

7 Valérie Toranian, « Les “Gilets jaunes” sont-ils les héritiers de la Commune de Paris ? », Revue des Deux Mondes, mars 2019. Lien : <https://www.revuedesdeuxmondes.fr/les-gilets-jaunes-sont-ils-les-heritiers-de-la-commune-de-paris/>, consulté le 30 janvier 2021.

8 Claude Manor, « Montmartre. Quand des Gilets jaunes ravivent le souvenir de la Commune de Paris », Révolution permanente, 22 décembre 2018. Lien : <https://www.revolutionpermanente.fr/Montmartre-Quand-des-Gilets-Jaunes-ravivent-le-souvenir-de-la-Commune-de-Paris>, consulté le 30 janvier 2021.

9 Patrick Farbiaz, Les Gilets jaunes. Documents et textes, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2019, p. 37.

10 Jean-Baptiste Thomas, « Commune, héritage et Gilets jaunes », Révolution permanente, 20 mars 2019, <https://www.revolutionpermanente.fr/Commune-heritage-et-Gilets-Jaunes>, consulté le 30 janvier 2021.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Quentin Deluermoz, Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2020, p. 8 (voir la présentation de l’ouvrage par Jérôme Lamy dans la rubrique « Métiers » de ce numéro) ; Ludivine Bantigny, « Résonances des temps. La Commune comme “hantologie” de 1968 à aujourd’hui », dans Robert St.Clair, Seth Whidden (eds.), Nineteenth-Century French Studies, op. cit., p. 396-414.

14 Sur les Gilets jaunes de Commercy et leurs aspirations communalistes, voir Sixtine Van Outryve d’Ydewalle, « Des Gilets jaunes à l’assemblée citoyenne de Commercy : une expérience de démocratie directe communaliste », dans GIS Démocratie et Participation, Actes des sixièmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, les 26 et 27 novembre 2020, ISSN 2271-7994, DOI : <https://doi.org/10.35007/gdp.41v1-d443>, URL : <https://www.participation-et-democratie.fr/des-gilets-jaunes-a-l-assemblee-citoyenne-de-commercy-une-experience-de-democratie-directe>.

15 « L’Appel des Gilets jaunes de Commercy à des assemblées populaires partout en France ! », 30 novembre 2018. Lien : <https://www.youtube.com/watch?v=dfLIYpJHir4>. Consulté le 30 janvier 2021>.

16 « Deuxième appel de Commercy », 29 décembre 2018. Lien : <https://www.youtube.com/watch?v=GB1-Sg4jt7Y&feature=emb_title>, consulté le 30 janvier 2021.

17 Recoupe (classement) des propositions des ateliers ADA 5, Recoupe Thème 1, « Comment sortir du capitalisme, quelles stratégies et tactiques ? », 6-8 mars 2020, Toulouse, p. 5. Lien : <https://www.giletsjaunes-coordination.fr/wp-content/uploads/2020/05/ADA-5-Theme_1.pdf>, consulté le 30 janvier 2021.

18 Cité dans Elias Boisjean, « Le moment communaliste », Ballast, 11 décembre 2019. Lien : <https://www.revue-ballast.fr/le-moment-communaliste/>, consulté le 30 janvier 2021.

19 Guide de la première rencontre « Commune des communes » à Commercy les 18 et 19 janvier 2020. Lien : <https://resistance71.files.wordpress.com/2020/01/commune_des_communes_rencontre_commercy_18-19_janvier_2020.pdf>, consulté le 30 janvier 2021.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Quentin Ravelli, Zakaria Bendali, Loïc Bonin et alii, « Le Gilet et le Marteau. L’Assemblée des assemblées organise l’aile gauche des ronds-points », Mouvements, 101, 2020, p. 13-24.

24 CQFD, 174, mars 2019 ; Killian Martin, « Le municipalisme est l’avenir des Gilets jaunes », Reporterre, 27 avril 2019, lien : <https://reporterre.net/Le-municipalisme-est-l-avenir-des-Gilets-jaunes> ; « Vive les communes ! » Des ronds-points au municipalisme, Mouvements, 101, 2020.

25 <https://fairecommune.mystrikingly.com>, consulté le 30 janvier 2021.

26 <http://institutecologiesociale.fr>, consulté le 30 janvier 2021.

27 <https://www.communaux.cc/lescommunaux/>, consulté le 30 janvier 2021.

28 Murray Bookchin, Une société à refaire. Vers une écologie de la liberté, traduit de l’américain par Catherine Barret, Montréal, Écosociété, 2010 [1990].

29 Ibid., p. 134.

30 Comité invisible, À nos amis, Paris, La Fabrique, 2014, p. 199.

31 Ibid., p. 202.

32 Sur cette notion de « médiation évanescente » comme moment qui s’efface entre deux périodes historiques ou deux polarités opposées, voir l’essai de Fredric Jameson, « The Vanishing Mediator : Narrative Structure in Max Weber », New German Critique, 1, 1973, p. 52-89.

33 Cité par Henri Lefebvre, La Proclamation de la Commune. 26 mars 1871, Paris, La Fabrique, 2018 [1965], p. 322-324.

34 Ibid., p. 341-342.

35 Gustave Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, Paris, La Fabrique, 2013 [1902], p. 105, cité par Kristin Ross, L’Imaginaire de la Commune, traduit de l’anglais par Étienne Dobenesque, Paris, La Fabrique, 2015, p. 49.

36 Voir la contribution de Pierre Sauvêtre dans ce numéro.

37 Henri Lefebvre, op. cit., p. 355. Je souligne.

38 Kristin Ross, op. cit.

39 C’est aussi le constat de Michael Hardt, Antonio Negri, Assembly, Oxford, Oxford University Press, 2017.

40 Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019.

41 Quentin Deluermoz, op. cit.

42 Quentin Deluermoz, op. cit., p. 218-222.

43 Georges Didi-Huberman, L’Image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Éditions de Minuit, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Jeanpierre, « Commune de Paris et Commune des ronds-points »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 109-122.

Référence électronique

Laurent Jeanpierre, « Commune de Paris et Commune des ronds-points »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15828

Haut de page

Auteur

Laurent Jeanpierre

Professeur de science politique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search