Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Le Mot de la rédaction

Texte intégral

1Un journaliste d’une chaîne d’information continue française, bien diffusée, vient de tourner publiquement en ridicule un titre de thèse. Il s’arrête pour reprendre son souffle au cours de l’énonciation du fameux titre. Si long. Des mots tellement abstraits. Surprenant que l’on dise des choses complexes en sciences sociales ! Il s’agit d’une étude sur l’impact de la colonisation. L’attitude du journaliste insinue. Quoi au juste ? Comme dans toutes les insinuations, chacun·e pourra placer un bout de ses représentations. Mais on peut comprendre quelque chose comme cette pensée triviale qu’il n’y a que les gens qui veulent cacher quelque chose qui ne s’expriment pas en termes clairs, c’est-à-dire en termes simples. En mots de la tribu. Surtout quand il s’agit de sujets mettant en question l’unité de la tribu.

2L’attaque contre les savoirs n’est pas ouverte d’hier. Depuis des années, sans que cela apparaisse comme concerté, comme relevant d’une même offensive idéologique, le travail de sape est en cours. Entre la multiplication de stages uniment considérés comme plus formateurs que des cours avec des enseignant·es (de l’apprentissage pour diplomé·es), pour des jeunes de plus en plus jeunes dont la formation initiale est sacrifiée, les programmes scolaires fondés sur la valorisation de « fondamentaux » qui ramènent à un temps où, pour les plus modestes, lire, écrire, compter était considéré comme bien suffisant, court dans notre société un flux de décisions politiques, de commentaires médiatiques qui répand l’idée, bien vieille, du savoir superflu, inutilement ou sciemment complexe. On se souvient d’un président d’une malheureuse république qui eut son heure de gloire (ou de honte) autour des lectures inutiles pour les travailleuses, « caissières ». Malheureusement, ce sont les caissières elles-mêmes qui sont, pour les mêmes meneurs du jeu, devenues inutiles… Celles et ceux qui vivent un peu avec les hommes du 18e siècle penseront aussi à ce brave Sébastien Mercier, lui-même fils d’artisan, se moquant des boutiquiers, ses contemporains et frères, qui souhaitaient plus que tout faire apprendre le latin à leurs enfants. Vanité bien inutile pour passer sa vie derrière un comptoir, disait-il dans son Tableau de Paris1. Lui-même avait étudié et grâce à cela vivait, libre, de sa plume. Face à ce déferlement qui culmine dans une forme de luttes contre les savoirs, notre réponse doit être plus que jamais la défense de la complexité. Peut-être les Cahiers d’histoire devraient-ils devenir « revue d’histoire complexe » ? Notre avenir social commun, notre avenir comme chercheur·ses en sciences sociales passent plus que jamais par cette affirmation : les faits sociaux sont d’une texture serrée qui en rend l’interprétation inépuisable et sacrément compliquée. Nous nous associons à tous et à toutes les collègues dont les travaux viennent d’être livrés aux appréciations vengeresses de celles et ceux pour qui développer des analyses à partir de sources, de points de vue d’observation qui ne sont pas ceux des dominant·es fait hurler à la diffamation. Nous réaffirmons, comme nous l’avons fait en participant aux initiatives du collectif des Revues en lutte, notre engagement pour que vivent des structures de recherche permettant l’expression de la diversité des analyses, notamment sur les questions qui abordent le plus immédiatement les conflits de la société française dans le présent et dans le passé, tels le colonialisme, le post-colonialisme, les appartenances de sexe et de race2. Surprenante est la force des résistances qui conduit aujourd’hui encore des savant·es à s’accrocher à l’affirmation universellement affirmée de la non existence scientifique des races pour nier l’existence de fonctionnements sociaux discriminant sur les bases de racisation et de racisme. Les Cahiers d’histoire viennent de proposer un dossier rassemblant des études novatrices qui montrent comment le concept de race s’est construit en Europe au même moment que celui de l’universalité des droits humains à travers différentes expériences sociales de notre modernité, les colonisations et les économies esclavagistes3.

3Cette année 2021, ce mois de mars, la Commune vient à point pour évoquer ces objets d’histoire qui fâchent, ces objets, expression de la violence des conflits sociaux et toujours suspectés de ressusciter la violence dans le présent. La mémoire des morts de la répression de la Commune trouble moins sans doute la société française aujourd’hui que celle des morts de l’esclavage ou de leurs descendant·es transplanté·es. Cependant, on a vu récemment qu’un conseil municipal peut encore s’opposer au vote de subventions permettant des manifestations publiques de commémoration. De façon moins spectaculaire, nombre de municipalités ne vont simplement pas aborder le sujet. Peu de cours de l’enseignement secondaire comme supérieur aborderont le sujet cette année. Pas plus que les précédentes. Évoquer en 2021 les colères du peuple et surtout sa capacité à s’auto-organiser en promouvant l’égalité sociale fait également partie de ce que les dominants effacent de l’histoire.

  • 4 M. H. Pigeonneau, Petite histoire de France, Paris, Librairie classique d’Eugène Belin, 1881, p. 26 (...)

4Un petit manuel de 1881, de ce format économe des premiers livres scolaires, une Petite histoire de France, permet de retrouver la terreur suscitée par ce trouble honni. Après deux pages sur les combats sans succès contre l’ennemi de 1870, l’auteur, dont le titre de professeur d’histoire au lycée Louis-le-Grand s’affiche sur la couverture cartonnée, écrit pour les écoliers : « La France a su étonner le monde en étouffant une des insurrections les plus dangereuses et les plus criminelles qui aient jamais menacé Paris, l’Europe et la civilisation (insurrection de la Commune de Paris du 18 mars au 27 mai 1871), et en tirant de son sein, que l’on croyait épuisé, des trésors qu’elle a prodigués au premier appel de son gouvernement4 ». Le texte envisage ensuite l’avenir qui sera favorable, « à une condition : renoncer aux traditions d’indiscipline et de révolution, nous tenir en garde contre ces découragements funestes d’où sortent les dictatures, et retrouver par le travail, par la pratique du devoir, chacun dans notre sphère, ces vertus qui font les grandes nations et les peuples libres : l’esprit de sacrifice et de dévouement ». Le ton moralisateur est bien connu et n’en est pas à son dernier emploi. Mais le texte dit aussi l’inscription de la Commune dans une histoire fortement généalogique, histoire d’indiscipline et de révolutions, pour celles et ceux qui en font un épouvantail comme pour celles et ceux qui en font un espoir auquel se rallier.

  • 5 Roger Martelli, Commune 1871. La révolution impromptue, Paris, Arcane 17, 2021, p. 10.
  • 6 Marc César, Laure Godineau (dir.), La Commune de 1871, une relecture, Grane, Créaphis, 2020, 592 p.
  • 7 Quentin Deluermoz, Commune(s), 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 20 (...)
  • 8 Alain Dalançon, « Raphael Krakowski (ou Rafel) dit Félix », Dictionnaire biographique du mouvement (...)

5On connaît le Lénine piétinant de joie la neige après que la Révolution d’octobre ait réussi à subsister plus que les soixante-douze jours de « l’immortelle Commune de Paris », que nous rappelle Roger Martelli dans l’introduction de sa Commune 18715. Le spécialiste de l’histoire du communisme, aujourd’hui vice-président de l’Association des amies et amis de la Commune de Paris, dit une passion née de l’anniversaire de 1971. Dans son intervention dans le dossier, Jean Chérasse évoque l’anniversaire de 1951 comme moment fort de la construction de sa passion. La mémoire de l’événement circule et crée des « Communes ». Référence constante pour galvaniser face à l’ennemi, exalter le courage des combattants de la liberté dans l’esprit héroïque hérité de l’an II de la 1ère République française, la Commune est présente dans toutes les histoires d’émancipation en France, de façons diverses, comme le montre l’important ouvrage publié sous la direction de Marc César et de Laure Godineau pour ce 150e anniversaire6. Aussi à travers le globe, comme vient de le montrer le récent ouvrage de Quentin Deluermoz7. Jérôme Lamy revient ici sur ces deux livres dans « Métiers ». Objet d’hommage, de remémoration pour temps hostiles, la Commune est devenue l’expression même de la fidélité à l’engagement. L’article de Sidonie Verhaeghe explore cela à travers les constructions de la figure de Louise Michel. Les usages du « Temps des cerises », aujourd’hui oraison funèbre de nombreux·ses militant·es, la montée vers le Mur des Fédérés (on dit aussi « au Mur ») disent autant la fidélité à un idéal atemporel de droit à la liberté et à l’égalité qu’une lecture de la Commune. Ouvrant pour d’autres recherches la notice dans le Maitron d’un résistant de la MOI, Raphaël Krakowski, j’y retrouve la Commune sous la plume de l’auteur de la notice, qui restitue sans doute une mémoire familiale, très assurée : « Chaque 1er mai, il assistait à la commémoration de la fusillade des Communards au mur des Fédérés8 ». C’est cela aussi la Commune, l’enchaînement des militantismes autour d’elle. Militantismes de générations différentes, de mouvances politiques différentes qui ne se conjuguent pas toujours entre elles, mais se sollicitent, se renforcent dans la proximité et la division. Ainsi certain·es continuent de monter au Mur, tandis que d’autres, comme Albert Ollivier, que cite l’introduction du dossier, voyaient dès les années 1930 avec une distance dédaigneuse cette ritualisation comme un ensevelissement.

6Le dossier des Cahiers d’histoire construit pour les 150 ans de l’événement fait le choix de cette inscription de la Commune dans une histoire des luttes qui, de multiples façons, ne faiblit pas, ne finit pas. Les articles du dossier conçu par Frank Noulin et Jean-François Wagniart s’attardent notamment sur les réemplois dans les luttes récentes, mais aussi les formes d’expression diverses de l’engagement. Le dossier reflète le dynamisme des expressions de toutes sortes qui sont hantées par la Commune. On y trouve l’évocation du théâtre, vecteur d’idées puissant des dernières années (bien mis à mal aujourd’hui) par Nathalie Coutelet, la bande dessinée, porte-voix désormais de l’histoire, par Éloi Valat, qui croise ici sa passion des acteurs et actrices de la Commune avec Jean Chérasse, alias Vingtras. On y trouve aussi la lecture des murs et de leurs graffitis par Mathilde Larrère ou les mots d’ordre des Gilets jaunes relevés par Laurent Jeanpierre. Le dossier bruit d’une effervescence d’espoirs, d’imprécations, de projets de formes nouvelles de constructions sociales, qui charrient plus ou moins explicitement la critique de l’État, l’idée de s’auto-organiser au niveau local, comme le dessine ici Jean Sauvêtre. Il y a pour aujourd’hui de quoi attendre beaucoup et projeter beaucoup sur l’« immortelle Commune ». Difficile d’échapper à la fascination, pour les anticipations, la vaillance et l’intelligence des mises en œuvre politiques, mais aussi pour ces milliers de morts et de mortes dus à l’acharnement sanguinaire des vainqueurs haineux et terrorisés. Le numéro des Cahiers d’histoire retrouve la Commune dans « Métiers », nous l’avons dit, dans « Chantiers » aussi, avec l’analyse des incendies dans Paris et de leur instrumentalisation politique par l’historienne de l’architecture, Hélène Lewandowski. On s’échappe à peine avec « Les Cahiers recommandent » ou avec « Un certain regard ». Le texte d’hommage à Marcel Trillat écrit par son ami documentariste, Yves Gaonac’h, ne nous éloigne guère de cette grande revendication de liberté créatrice comme dimension de la liberté du peuple auteur de sa vie, portée par les artistes communards. On comprend à le lire qu’Yves Gaonac’h fut aussi un homme des ronds-points.

7Plus loin ? Ce numéro 148 des Cahiers d’histoire publie un entretien avec Raphaël Doridant et François Graner par nos collègues historiens Sébastien Jahan et Alain Gabet. Il s’agit, certes, d’Afrique, de Rwanda, mais aussi de France. Il s’agit bien encore d’un immense drame humain, de massacre, de haine, pas tant de classe que d’identité ethnique, mais aussi de rapports de force internationaux, de violence d’État, de manipulation de l’information et de ses sources. De manipulations des archives dénoncées à plusieurs reprises, archives reconstituées savamment qui permettent aux auteurs interrogés ici de déconstruire les vérités officielles.

8Des pages de très grande intensité ! Intensité des drames évoqués, intensité des efforts de savoir et intensité de l’assemblage dans cet ensemble surprenant et dense d’interactions qu’est un numéro de revue.

Haut de page

Notes

1 Louis-Sébastien Mercier, Le Tableau de Paris, 2 vol., éd. établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994.

2 Voir <https://universiteouverte.org/category/revues-en-lutte/>.

3 David Hamelin, Sébastien Jahan (dir.), « La fabrique européenne de la race, 17e-20e siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 146, 2020.

4 M. H. Pigeonneau, Petite histoire de France, Paris, Librairie classique d’Eugène Belin, 1881, p. 263. Je remercie l’ami curieux, Hans Bissessur, qui a ouvert ce livre pour moi.

5 Roger Martelli, Commune 1871. La révolution impromptue, Paris, Arcane 17, 2021, p. 10.

6 Marc César, Laure Godineau (dir.), La Commune de 1871, une relecture, Grane, Créaphis, 2020, 592 p.

7 Quentin Deluermoz, Commune(s), 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2020, 448 p.

8 Alain Dalançon, « Raphael Krakowski (ou Rafel) dit Félix », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Mouvement social, <https://maitron.fr/spip.php?article136810>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15861

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search