Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148CHANTIERSL’écran de fumée des incendies de...

CHANTIERS

L’écran de fumée des incendies de la Commune de 1871

Hélène Lewandowski
p. 125-142

Résumés

L’histoire a généralement retenu de la dernière révolution française du 19e siècle la disparition des plus beaux monuments du patrimoine parisien dans les flammes de la Semaine sanglante. Les incendies allumés par les insurgés ont été comparés par leurs contemporains à l’apocalypse et leurs auteurs à des barbares, déterminés à ensevelir la civilisation tout entière. Cette « version officielle » cache une autre réalité : une guerre civile fratricide s’est déroulée dans le décor monumental de Paris et le bilan matériel de ce drame ne se limite pas à une dizaine de bâtiments publics incendiés, mais s’élève à un millier de destructions. Si notre siècle n’en finit pas de regretter la perte de ce patrimoine, une fois passée la stupeur, la République bourgeoise s’est saisie de l’opportunité pour se débarrasser de monuments de prestige qu’elle jugeait inutiles et coûteux et imposer les équipements nécessaires à la bonne conduite de ses affaires.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Paris, France

Chronologie :

XIXe siècle, 1871
Haut de page

Texte intégral

1Aussi sûrement que Marianne incarne la République et la fleur de lys évoque la monarchie, Paris en flammes symbolise la Commune de 1871. Chacun peut tenter l’expérience en consultant quelques livres et articles parus récemment : l’omniprésence des incendies pour illustrer l’insurrection est frappante. Cette réduction des soixante-douze jours de la Commune à l’embrasement de la capitale s’est imposée dès les premiers jours de juin 1871. Elle est révélatrice des querelles idéologiques qui n’ont pas manqué, et ne manquent pas encore, de s’exprimer pour analyser l’événement et décrire ceux qui y ont pris part.

Chronologie des destructions

2Pour comprendre pourquoi et comment les destructions vont être instrumentalisées, il convient de faire la distinction entre celles qui se sont produites avant la Semaine sanglante, essentiellement à l’ouest de Paris, et celles qui ont lieu pendant, quand les combats se transportent dans les rues du centre et de l’est de la capitale. Nous verrons qu’une troisième catégorie peut être appliquée à la IIIe République, mais n’anticipons pas. La Commune commence le 18 mars 1871 dans les brumes du petit matin, quand Adolphe Thiers envoie l’armée récupérer les canons que les gardes nationaux ont entreposés à Belleville et à Montmartre. Les Parisiens, qui craignent un coup de force contre la République depuis l’élection d’une Assemblée monarchiste le 8 février grâce aux votes conservateurs des campagnes, s’interposent et la révolution qui couvait depuis des semaines éclate.

  • 1 Intervention de Georges Clemenceau lors du débat sur l’amnistie à l’Assemblée nationale. Séance du (...)

3Contre l’avis des maires d’arrondissement, qui pensent que la situation peut être facilement rétablie, le gouvernement et les administrations quittent Paris dans la soirée pour se réfugier à Versailles, laissant les lieux de pouvoir et les services publics vides. Le Comité central s’établit à l’Hôtel de Ville et envoie dès le lendemain des délégués dans les bâtiments désertés. La Commune offre ainsi, selon l’expression de Georges Clemenceau, « le spectacle nouveau d’une insurrection triomphante qui n’avait attaqué ni un poste, ni un bâtiment public, et qui se borna à s’installer dans des locaux abandonnés1».

4Dès le 21 mars, l’armée régulière occupe le fort du Mont-Valérien. Le 2 avril, après d’âpres combats, les « pantalons rouges » du gouvernement reprennent le rond-point de Courbevoie aux insurgés et y installent une batterie qui leur permet de pilonner jusqu’aux Ternes et à l’avenue du Roule. Paris est assiégé. Le 8 avril, le premier obus versaillais tombe sur l’Arc de Triomphe. Le Monde illustré raconte la scène :

  • 2 Le Monde illustré, « Premier projectile à l’Arc de Triomphe », 15 avril 1871, p. 240.

« Le 8, au matin, un feu violent fut ouvert par le Mont-Valérien et les batteries du rond-point de Courbevoie. Cette canonnade furieuse avait attiré autour de l’Arc de Triomphe de l’Étoile une foule de curieux qui venaient assister au drame épouvantable qui se joue en ce moment. […] Le combat durait depuis environ deux heures, lorsque soudain un obus vint frapper l’Arc de Triomphe même. Ce fut alors un sauve-qui-peut général. Femmes, enfants, curieux de toutes sortes, se sauvèrent fous d’épouvante. […] Un instant après, un autre obus s’abattait sur le trottoir, contre la porte de la première maison à droite, en venant de l’Arc de Triomphe. Cette maison avait été précédemment atteinte, du côté opposé, par un projectile qui l’a considérablement endommagée. La maison suivante fut bientôt atteinte aussi. Un obus tomba sur son toit et l’effondra. »2

5Pris sous le feu des batteries, les hommes affectés à la défense de l’ouest parisien, trop peu nombreux, rarement relevés, abandonnent progressivement leurs positions. Ainsi, le dimanche 21 mai, vers quinze heures, alors que les Parisiens assistent à un concert donné dans le jardin des Tuileries au profit des veuves et orphelins de la Garde nationale, Jules Ducatel, habitant du quartier d’Auteuil, peut agiter un mouchoir blanc au Point-du-Jour déserté pour signaler aux troupes du gouvernement que la voie est libre. L’entrée de 60 000 soldats dans la capitale marque le début de la Semaine sanglante, dont le nom dit tout de la folie meurtrière. Le 22 mai, à trois heures du matin, ils occupent la position-clé du Trocadéro ; à sept heures, le drapeau tricolore flotte au sommet de l’Arc de Triomphe ; à neuf heures trente, le général Cissey installe ses quartiers dans l’École militaire. En quelques heures, les troupes versaillaises, surprenant les fédérés dans leur sommeil, sont parvenues à reprendre un tiers de la ville. Bientôt, les rues se transforment en champ de bataille et Paris devient la proie des incendies. À partir du 26, les forces se concentrent dans les quartiers de l’Est. Le 28, vers quinze heures, la dernière barricade tombe. La Commune, qui prend fin dans le sang et les flammes, se solde par un lourd bilan humain (10 000 à 20 000 morts) et matériel.

Les opérations militaires et les combats de la Semaine sanglante

6Lors des précédentes révolutions, jamais les destructions n’ont atteint une telle ampleur. En 1830, les barrières de la ville, la caserne Saint-Martin et différents corps de garde sont incendiés ; en février 1848, des foyers sont allumés autour des Tuileries, place de la Concorde et sur les Champs-Élysées, plusieurs postes de gardes municipaux et barrières sont mis à feu, mais rien de comparable à l’embrasement de mai 1871. La différence tient à trois points essentiels. Premièrement, la durée de l’insurrection : soixante-douze jours pour la Commune, dont une semaine de violents combats dans les quartiers du centre et de l’est, contre trois jours pour la révolution de 1830 et deux pour celle de 1848. Deuxièmement, le 18 mars le gouvernement a quitté la ville avec les administrations et l’armée, l’abandonnant aux insurgés qui ont pu s’installer dans tous les monuments publics, ce qui, nous le verrons, aura une incidence lourde sur les incendies. Par ailleurs, les insurgés disposent des fameux canons et de nombreuses armes, distribuées à l’automne quand Paris devait être protégé des troupes allemandes. Dernier point, le siège par l’armée versaillaise, dont les opérations pour rentrer dans la ville se traduisent par six semaines de combats et de pilonnage de l’ouest parisien.

  • 3 John Mottu, « Les Désastres de Paris ordonnés et causés par la Commune pendant la seconde quinzaine (...)
  • 4 Ibid., p. 92.
  • 5 Ibid., p. 72.
  • 6 Ibid., p. 47.

7Au lendemain de l’insurrection, les témoignages concernant l’état de ce secteur sont éloquents. John Mottu, journaliste du Moniteur universel, note « qu’il était réservé aux quartiers situés entre le Point-du-Jour et la porte des Ternes de souffrir plus que toute autre partie de la capitale3 ». À ses yeux, la zone entre la Seine, le viaduc et la rue Michel-Ange, cible de la batterie de Montretout pendant quinze jours, qui « en a littéralement émietté toutes les constructions4 », est peut-être « l’endroit le plus ravagé de tous les environs », il n’y a pas de lieu non plus « où le nombre des bâtiments endommagés soit aussi grand qu’aux avenues de la Grande-Armée, des Ternes et de Neuilly5 ». Si dans les quartiers de Passy et de la Muette, il est encore possible de repérer les maisons numéro par numéro, Mottu avoue que celles de la porte d’Auteuil lui font l’effet « d’avoir été mises dans une de ces machines centrifuges gigantesques dont on se sert dans les raffineries et qui, faisant un nombre considérable de tours à la minute, mélangent et remélangent les matières qu’elles contiennent6 ».

Auteuil, vue générale. Source : Alphonse Liébert et Alfred D’Aunay, Les Ruines de Paris et de ses environs, 1870-1871.

  • 7 Robert Tombs, La Guerre contre Paris – 1871, Paris, Aubier, 1997, p. 253.

8Après leur entrée dans Paris le 21 mai, les troupes ne rencontrent pas, ou très peu, de résistance et leur progression dans les beaux quartiers jusqu’à l’École militaire ne provoque pas de dégâts similaires. En revanche, à partir de la journée du 22, la violence de la confrontation avec les Communards, repoussés toujours plus à l’est, va marquer durablement le paysage de la ville. Dès l’annonce de la présence de l’ennemi versaillais, les rues se hérissent de barricades – Robert Tombs en a compté neuf cents7 – qui deviendront des lieux d’échanges nourris de tirs entre les belligérants et donc synonymes de dégâts ou de destructions pour les magasins, immeubles ou monuments environnants. Pendant que les troupes se battent au sol, les tirs d’obus se poursuivent. Les batteries des deux camps se répondent, pas toujours avec précision, comme le raconte Jules Pau :

  • 8 Jules Pau, La Délivrance de Paris, récit complet des huit journées de mai : opérations militaires, (...)

« Les obus tombaient sur le Val-de-Grâce des batteries fédérées, essayant de tirer sur les troupes ; les soldats à leur tour, prenant le dôme du Val-de-Grâce pour celui du Panthéon, dirigeaient également leur feu de ce côté : une seule chambre de cet hôpital a reçu jusqu’à 37 obus. »8

9Dans le chaos, il est impossible d’attribuer à un camp plutôt qu’à l’autre les milliers d’impacts laissés par les balles, obus ou boulets.

Les incendies

10C’est également au cours de l’effroyable Semaine sanglante que Paris devient la proie des incendies. Quand, le 22 mai, l’armée parvient au Trocadéro et à l’École militaire, les insurgés qui y sont postés se replient dans l’hôtel de Salm (palais de la Légion d’honneur) afin d’organiser la résistance. Le quartier se couvre de barricades. Le mardi 23, l’étau se resserre. Prosper-Olivier Lissagaray raconte :

  • 9 Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Éditions du Détour, 2019, p. 381

« Les Versaillais cheminent de maison en maison. Les habitants du quartier les secondent et, derrière leurs jalousies, tirent sur les fédérés. Ceux-ci forcent et allument les maisons traîtresses. Les obus versaillais avaient commencé l’incendie ; le reste du quartier fut vite en flammes. Les troupes continuent de gagner du terrain, occupent le ministère de la Guerre, la direction du Télégraphe, arrivent à la caserne de Bellechasse et rue de l’Université. Leurs obus démolissent les barricades du quai et de la rue du Bac. Le bataillon fédéré qui tient depuis deux jours à la Légion d’honneur n’a plus d’autre retraite que les quais. À cinq heures, il évacue cette chapelle après l’avoir incendiée. »9

11Il en est de même des autres bâtiments publics de la rue : le palais d’Orsay, siège du Conseil d’État et de la Cour des comptes, l’hôtel de la Caisse des dépôts et consignations, la caserne d’Orsay ne sont plus que flammes. La rue de Lille comptera parmi les artères les plus sinistrées de la Semaine sanglante.

Les rues de Lille et de Poitiers. Source : Alphonse Liébert et Alfred D’Aunay, Les Ruines de Paris et de ses environs, 1870-1871.

  • 10 L’Univers illustré, « Paris sous la Commune », 1871, p. 6.

12Au même moment, aux Tuileries, Jules Bergeret, commandant de la place de Paris, résiste à l’offensive avec six cents hommes et une trentaine de canons dirigés sur les Champs-Élysées et le Trocadéro, mais les obus et l’attaque imminente des Versaillais le conduisent à décider avec son conseil de guerre la mise à feu du monument. Vers vingt heures, la demeure des souverains devient un immense brasier. Dès le petit matin du mercredi 24 mai, le ciel de la capitale est « envahi par une fumée âcre, épaisse, nauséabonde, brume d’enfer rougie par l’incendie, et sillonné à chaque instant par les éclairs de l’artillerie ! » et les Parisiens découvrent « les plus beaux édifices vomissant des flammes par toutes leurs issues10 ».

  • 11 Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, T. 4, La Commune à l’Hôtel de Ville, Paris, Hachette et C(...)

13Les flammes rongent bientôt le Palais-Royal, où se réunissait le Comité de salut public. Vers dix heures du matin, le feu s’empare de l’Hôtel de Ville, le « château d’Haussmann ». Les incendies suivent la retraite des insurgés : le 24 mai, le Palais de Justice, les théâtres du Châtelet et de la porte Saint-Martin, l’église Saint-Eustache flambent à leur tour ; le 25, c’est le Grenier d’abondance, boulevard Bourdon ; le 26, les docks de la Villette, où de grandes quantités de matières explosives sont entreposées. Paris n’en finit pas de brûler. Il n’est plus possible de distinguer les incendies allumés par les Communards et ceux déclenchés par les obus versaillais, ceux qui détruisent des symboles du pouvoir et ceux provoqués pour freiner la progression des soldats. Le ministère des Finances a été victime de deux incendies : le premier provoqué le lundi 22 mai par « un obus venu des batteries françaises », éteint par les pompiers et les insurgés, le second allumé volontairement le lendemain par ces mêmes insurgés alors en fuite11. Preuve que, dans le chaos de la Semaine sanglante, l’origine de certains incendies demeure floue, même si un certain nombre d’entre eux peuvent être attribués aux Communards, qui les ont d’ailleurs revendiqués.

  • 12 Hélène Lewandowski, La Face cachée de la Commune, Paris, Éditions du Cerf, 2018, p. 95 et suiv.
  • 13 Archives de Paris, DR6-3 : Mémoire de M. le Préfet de la Seine, lu durant la séance du conseil muni (...)
  • 14 Archives de Paris, DR6-425 : Commission administrative chargée de régler définitivement le chiffre (...)
  • 15 1er, 4ème, 6ème, 7ème, 8ème, 10ème, 11ème, 12ème et 19ème.
  • 16 Hélène Lewandowski, La Face cachée de la Commune, op. cit., p. 94.

14À partir de juillet 1871, les intéressés sont invités à déposer leurs doléances à la mairie de l’arrondissement dans lequel les destructions ont été commises. Dès le début des enquêtes, les dommages par « la rentrée de l’armée dans Paris » sont dissociés de ceux que l’on juge directement imputables à l’insurrection. L’Assemblée nationale votera d’ailleurs deux budgets réservés à l’indemnisation des victimes des premiers, mais laissera à la charge de la ville les seconds. Il semble qu’aucun bilan précis et exhaustif des dommages n’a jamais été dressé par les autorités. Une étude précédente12 a relevé 2 436 réclamations concernant les dommages provoquée par « la rentrée de l’armée dans Paris13 » et 9 699 plaintes liées à l’insurrection14 portant sur des pertes immobilières, mobilières ou de marchandises. 91 % des indemnités allouées par les commissions aux victimes de l’insurrection se concentrent sur neuf arrondissements du centre et de l’est parisien15. De l’analyse des témoignages et des enquêtes, il apparaît qu’au moins 581 bâtiments ont subi des dommages plus ou moins importants (hors opérations militaires de l’ouest) dont 186 maisons (habitation et commerce) et 32 bâtiments publics (ministères, théâtres, etc.) suite aux incendies16.

La condamnation des « barbares »

  • 17 William Serman, La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p. 312-313.

15Les Communards avaient prévenu, ils préfèreraient s’ensevelir sous les ruines plutôt que de rendre Paris, berceau de la République, à l’ennemi monarchiste de Versailles. Plus le danger approche et plus le désespoir à l’origine de l’insurrection du 18 mars devient profond, provoquant la radicalisation des Communards qui prennent la parole dans les nombreux clubs politiques. Le 29 avril, le citoyen Cornet propose que les égouts de la ville soient remplis de poudre « afin de tout faire sauter plutôt que de nous rendre » ; le 6 mai, Trohel fait adopter « que toutes les maisons frontières, surtout celles des 16e et 17e arrondissements, soient minées, afin que l’armée citoyenne les fasse sauter en se retirant, après que l’armée versaillaise y serait rentrée » ; le 17 mai, Louise Michel jure que « Paris sera à nous ou Paris n’existera plus17 ! » ; le 21 mai, le club de l’église Saint-Sulpice vote l’incendie de tous les monuments de la ville au cas où l’armée de Versailles franchirait l’enceinte fortifiée.

16On ne le sait pas encore, mais les troupes sont déjà dans Paris et cette volonté va bientôt se doubler d’une nécessité : les Communards incendient les monuments publics dans lesquels ils se sont installés pour, selon la formule de Louise Michel, « opposer une barrière de flammes aux envahisseurs de Versailles » afin de protéger leur repli. Dans le contexte de guerre civile, les incendies ne sont pas que des actes politiques contre des monuments représentant le pouvoir, ils sont aussi stratégiques.

  • 18 Le Figaro, « Aux Parisiens », 5 juin 1871, p. 1.
  • 19 Le Petit Journal, « Les incendiaires », 28 mai 1871, p. 1.

17Mais peu importe la cause. À la fin de l’insurrection, Paris se découvre mutilé, amputé de ses monuments publics, des fleurons de son patrimoine. La violence de la Semaine sanglante surgit à chaque coin de rue, dans les carcasses de pierres dévorées par les flammes, les débris des barricades désossées, les trous béants des façades déchiquetées. La presse versaillaise ne trouve pas de mots assez durs pour qualifier « cet attentat sans nom commis par les bandits de la Commune contre Paris, c’est-à-dire contre la civilisation tout entière18 », elle insiste sur les « instincts de bêtes fauves » des Communards, leur « génie monstrueux de la destruction19 ». Elle cherche dans les fonds de l’histoire des exemples d’autres incendies et d’autres barbares pour tenter d’expliquer, d’apprivoiser un événement qui la dépasse.

  • 20 Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, t. 4, op. cit., p. 329.
  • 21 Ernest Feydeau, Consolation, Paris, F. Amyot éd., 1872, p. 191.

18Bientôt, les écrivains prennent le relais. Dans leur immense majorité – à l’exception remarquable de Hugo, Baudelaire, Verlaine ou Vallès – ils condamnent violemment la Commune et les insurgés, ces « fous dangereux auxquels la camisole de force ne serait pas inutile20 », qui « caressaient mieux la bouteille que le travail21». À coups de plume se dessine ainsi au fil des jours un portrait type du Communard, criminel, fainéant, illettré, abruti par l’alcool, assisté dans ses infamies par sa maîtresse (ces gens-là ne se marient pas, bien sûr), sans doute prostituée, assurément hystérique, qui ne quitte pas sa boîte à lait remplie de pétrole pour incendier le premier hôtel bourgeois venu et se voit gratifier du surnom de « pétroleuse ».

Les « pétroleuses » déversant du pétrole dans le soupirail d’une maison. Source : dessin paru dans Le Monde illustré le 3 juin 1871.

  • 22 Le Monde illustré, « État actuel de l’Hôtel de Ville », 3 juin 1871, p. 347.
  • 23 Le Figaro, « Gazette des tribunaux », 9 juin 1871, p. 3.
  • 24 Jules Pau, La Délivrance de Paris…, op. cit., p. 26-27.

19Ces attaques véhémentes cherchent à décrédibiliser les insurgés, à dénier toute portée politique à la Commune, transformant le révolutionnaire menaçant la stabilité du pouvoir en simple barbare ennemi du beau, dont la seule motivation était de détruire pour détruire. Dans cette exégèse, la fonction de chaque monument incendié précise le profil de la « horde maudite22». Pour Le Figaro, la préfecture de police et le Palais de Justice étaient « par leurs attributions, les ennemis-nés des membres de la Commune », puisque « la plupart d’entre eux avaient déjà fait de nombreuses étapes » dans ces deux établissements et souhaitaient effacer les traces de leur passé criminel enregistré au casier judiciaire23. Jules Pau croit déceler de l’envie derrière l’incendie du ministère des Finances, qui l’incite à rappeler qu’« il y aura toujours des riches et des pauvres, parce qu’il y aura toujours des vaillants et des paresseux, des intelligents et des imbéciles24 ».

  • 25 Émile Zola, « Paris est dans la stupeur », 6ème lettre datée du 27 mai 1871, Le Sémaphore de Marsei (...)

20Ces descriptions entretiennent un climat de peur et, bien au-delà de la Semaine sanglante, les plus folles rumeurs courent. Les « honnêtes gens » sont convaincus que les « barbares » ont piégé chaque bâtiment et les sous-sols de la capitale pour la faire entièrement disparaître. Dans une de ses lettres publiées par Le Sémaphore de Marseille, Émile Zola note : « Après la terreur rouge, il règne en ce moment à Paris une terreur nouvelle et particulière, que je nommerai la terreur du feu. Les habitants croient marcher sur un volcan25 ».

21Interrogé sur la question des sous-sol piégés, Eugène Belgrand, directeur des eaux et égouts de Paris, déclare :

  • 26 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1872, Versailles, Cerf, p. 560.

« Je puis affirmer que, depuis le 18 mars jusqu’à l’entrée des troupes dans Paris, il n’a été fait aucune entreprise sur les égouts, qu’on n’y a pas établi de fourneaux de mines, qu’aucune matière incendiaire ou explosible n’y a été introduite, qu’on n’y a établi aucun fil destiné à mettre le feu à des mines ou à des matières incendiaires. »26

  • 27 Ibid., p. 285.

22Devant la même commission d’enquête, le général Appert, chargé de la justice militaire qui va décider du sort des Communards arrêtés, donne son sentiment sur la préméditation des incendies : « Rien n’indique un plan d’ensemble. C’est, je crois, à la fin seulement que les insurgés, n’ayant plus d’espoir, se sont décidés à incendier Paris27 ».

Ce que retiendra l’histoire

23Les discours sont accompagnés de très nombreuses représentations (caricatures, dessins, photographies, plans, etc.) qui vont contribuer à modeler l’image de la dernière révolution du siècle et de ses responsables. Parmi elles, toute une série de vues à vol d’oiseau, avec les Tuileries en premier plan, qui donnent le sentiment que la ville entière est la proie des flammes, telle que la gravure photographiée et retouchée par Numas fils, intitulée Paris incendié, dont le rouge foncé qui gicle des bâtiments rappelle davantage la couleur du sang des victimes des combats que celle des flammes.

Paris incendié, gravure photographiée et retouchée par Numa fils, 1871. Source : Musée de Saint-Denis/I. Andréani

24Sous la Commune, l’usage de la photographie explose littéralement et une multitude d’albums de « Paris détruit » sont commercialisés. Les cadrages serrés sur les squelettes de monuments calcinés et les enchevêtrements de pierres des bâtiments écroulés excluent l’environnement, peut-être intact, et l’accumulation de toutes ces preuves donne la sensation d’une ville totalement ravagée. En 1871, le procédé au collodion employé par les photographes ne permet pas de fixer sur le papier albuminé le mouvement et donc la violence des combats. Leur production passe ainsi, sans épisode intermédiaire, des scènes bon enfant d’hommes souriants devant une barricade à la vision des ruines. Cette absence accentue le caractère de fous furieux attribué aux insurgés, capables, les photographies le prouvent, de passer du calme au pire vandalisme sans aucune raison.

  • 28 Le Figaro, « Échos », 7 juin 1871, p. 2.
  • 29 Malvina Blanchecotte, Tablettes d’une femme pendant la Commune, Paris, Didier, 1872, p. 345.

25Toutes ces images sont largement diffusées, car les ruines provoquent, dès les premiers jours de juin, une véritable « fièvre touristique ». Elles deviennent pour les Parisiens, les provinciaux et les étrangers une attraction incontournable, intitulée Une visite à l’exposition universelle de la bêtise humaine par Alexandre Dumas fils28. Le 12 juin, deux semaines seulement après la fin de la Semaine sanglante, Malvina Blanchecotte note dans son journal : « Les trains de plaisir ont commencé, Paris déborde de monde29 ».

26Pour faciliter les visites, des guides sont publiés comme le Guide recueil de Paris brulé, qui contient un plan, des résumés des journées de la Semaine sanglante, des notices historiques des monuments et maisons incendiés ou détruits, ou encore le Guide à travers les ruines de L. Hans et J.J. Blanc, qui organise ses excursions dans Paris sur quatre journées. La démarche de John Mottu, qui édite ses chroniques sur les destructions parues dans le Moniteur universel, est motivée par le fait que :

  • 30 John Mottu, Les Désastres de Paris…, op. cit., p. 5.

« Plusieurs journaux, sous la légitime émotion du premier moment, ont exagéré les incendies et destructions, de sorte que les étrangers qui arrivent à Paris croient trouver une ville en ruines, et sont fort étonnés […] de trouver des quartiers intacts, sans aucune trace d’incendie ou de projectile. »30

Plan de Paris avec ses monuments et ses ruines 1870-1871. Source : Gallica.fr, BnF.

27Des plans illustrés sont également mis à la disposition des touristes qui ne manquent pas d’acheter, en souvenir de leur promenade, toutes les séries de photographies. Ce tourisme qui remplit les hôtels et les restaurants va favoriser la reprise de l’économie, paralysée depuis plus d’un an par la guerre franco-prussienne, puis l’insurrection.

  • 31 H. Bleignerie, Ed. Dangin, Paris incendié-1871-Album historique, Paris, A. Jarry, 1871.

28De cette révolution, racontée par cette juxtaposition de discours et d’images, l’histoire a généralement retenu la destruction des monuments les plus symboliques, comme les Tuileries ou l’Hôtel de Ville, et quelques bâtiments « signifiants » tels que le Grenier d’abondance ou les docks de la Villette. Représentatif de cette sélection, le sommaire du Paris incendié de Henri De Bleignerie et Édouard Dangin31 – publié en 1871 et réédité en 2009 – fait état de onze bâtiments disparus, ainsi que d’importantes dégradations dans cinq rues du centre. Une liste qui comprend la colonne Vendôme – qui ne fut pas incendiée mais abattue le 16 mai parce qu’elle était considérée comme « un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité » –, l’Hôtel de Ville, le Palais de Justice, les Tuileries, le Palais-Royal, le Conseil d’État, la Légion d’honneur, le Grenier d’abondance, les docks de la Villette, le Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le ministère des Finances, les rues de Saint-Martin, de Rivoli, Royale, de Lille et du Bac, le carrefour de la Croix-Rouge. Aussi tragique que soit cet inventaire, on notera à quel point, en se limitant aux monuments incendiés, il est éloigné de la réalité.

Convergence d’intérêts

29L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs. Les très nombreux articles et ouvrages publiés peu après les événements, en se focalisant sur l’incendie des monuments publics, enferment rapidement la Commune dans les limites de la Semaine sanglante et la condamnent à endosser la réputation de révolution destructrice. Satisfaisant de multiples intérêts, cette version n’a aucun mal à s’imposer.

  • 32 Le Siècle, « Paris, 28 mai », 29 mai 1871, p. 1.

30Elle justifie l’intervention de l’armée versaillaise et l’horreur de la Semaine sanglante, sans quoi on imagine que « les scélérats qui ont conçu le monstrueux projet d’anéantir Paris et d’achever la patrie toute saignante des blessures que lui a faites l’étranger32 » seraient parvenus à leur fin. Cet écrasement impitoyable de la Commune a donné l’occasion par ailleurs à la jeune République de prouver qu’elle était capable de ramener l’ordre.

  • 33 Paul De Saint-Victor, Barbares et bandits, Paris, M. Lévy frères, 1871, p. 249.
  • 34 Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, t. 3, Les sauvetages pendant la Commune, Paris, Hachette (...)

31Insister sur le caractère cosmopolite des insurgés permet d’assimiler la Commune à l’Internationale, « cette franc-maçonnerie du crime dont le drapeau n’a d’autre couleur que celle du sang33 ». Rechercher dans l’Antiquité la généalogie des Communards prouve que le mal dont ils sont atteints existe depuis l’aube des temps. Dans les deux cas, la société bourgeoise n’a pas à se reprocher cette anarchie provoquée par l’atavisme de « Sardanapale de la charcuterie et de l’absinthe »34, à qui il convient de dénier tout patriotisme et toute motivation politique.

  • 35 George Sand, Correspondance, 1812-1876, t. 6, lettre à Alexandre Dumas fils, Nohant, le 22 avril 18 (...)

32Les républicains modérés, qui craignent d’être confondus avec ces « saturnales de la folie »35 qui peuvent faire échouer l’avènement de la République, préfèrent eux aussi dénier une quelconque portée politique à l’insurrection et prendre leurs distances. Émile Zola, qui dans un premier temps estime légitime l’indignation de Paris, s’élève finalement contre la Commune, dont les mesures l’effraient, et ne cache pas son soulagement après l’intervention des troupes :

  • 36 Émile Zola, « Paris se réveille de son cauchemar », 9ème lettre datée du 30 mai 1871, publiée dans (...)

« Une grande émotion m’a pris en face de cette résurrection de mon cher Paris. Mais il ne peut périr ! Le bain de sang qu’il vient de prendre était peut-être d’une horrible nécessité, pour calmer certaines de ses fièvres. Vous le verrez maintenant grandir en sagesse et en splendeur. »36

33La Commune se fige sur l’image des incendies, qui représentent à eux seuls l’explosion de violence de la Semaine sanglante et peuvent être directement imputés aux insurgés, qui les avaient annoncés et les ont revendiqués, quitte à gommer l’idée qu’une guerre civile s’est déroulée dans les rues de la capitale et à faire porter aux seuls Communards le bilan de toutes les destructions parisiennes. Elle se fige d’autant plus que les lois d’amnistie de 1879 et 1880 marquent le retour en France d’un grand nombre de ceux qui avaient dû s’exiler ou avaient été condamnés à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Leurs effroyables récits font passer au second plan la question des dégâts matériels et concentrent les débats et les recherches sur les pertes humaines. L’historiographie du 20e siècle montre que cette question n’est toujours pas tranchée. On note par ailleurs, dans cette historiographie, que les incendies ne sont plus cités chronologiquement, mais par ordre d’importance symbolique, ce qui revient bientôt à désigner le palais des Tuileries comme le premier bâtiment public mis à feu lors de la Semaine sanglante. Petit détail qui a son importance : dans cette version, l’image des Communards, criminels s’attaquant gratuitement, par vengeance, au « beau » et à l’ordre monarchique, l’emporte sur celle des combattants incendiant les bâtiments qu’ils occupaient, par tactique militaire, pour protéger leur retraite.

« À toute chose malheur est bon »

  • 37 Louis Réault, Histoire du vandalisme, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996 (1959), p. 79 (...)
  • 38 Ibid., p. 812.

34En 1959, dans son Histoire du vandalisme, Louis Réault considère que « Le 24 mai 1871 marque dans l’histoire du vandalisme à Paris une des journées les plus désastreuses qu’enregistrent ses annales37 ». Il fustige lui aussi « l’incendie criminel allumé par des forcenés » qui a anéanti les trésors d’architecture de la capitale. Le regret de ces disparitions patrimoniales est toujours aussi vivace aujourd’hui, comme le montre le projet de reconstruction du palais des Tuileries présenté en 2011 au Grand Palais, à l’initiative du Comité national qui œuvre « pour rétablir l’harmonie de l’ensemble monumental du Louvre et des Tuileries ». Louis Réault dénonce par ailleurs « l’incurie du gouvernement et de la municipalité de Paris38 », qui aggrava le désastre des ruines en ne les relevant pas. Incurie ou choix délibéré ?

  • 39 Théophile Gautier, Tableaux de siège, 1871, Paris, Charpentier. p. 338.

35Certes, la réduction en cendres de monuments chargés d’histoire révulse les contemporains, à l’instar de Théophile Gautier qui constate que « la frénésie d’abominables sectaires a détruit en un jour ce qui devait durer des siècles39 » et fustige :

  • 40 Ibid., p. 352.

« La Commune avec sa nuée de barbares, non pas descendus des brouillards cimmériens, mais surgis d’entre les pavés de Paris comme une impure fermentation des fanges souterraines. On connaît l’esthétique de ces farouches sectaires et leur mépris de l’idéal. […] L’aristocratie du chef-d’œuvre n’est-elle pas celle qui choque le plus l’envieuse médiocrité ? Naturellement, le laid a l’horreur du beau. »40

36Certes, la IIIe République a parfois longtemps hésité sur la reconstruction ou la restauration de certains monuments, comme le prouve l’histoire du palais d’Orsay, siège du Conseil d’État et de la Cour des comptes, qui s’effritera pendant vingt-sept ans sur le quai de la Seine avant d’être fixé sur son sort. Cependant, la société bourgeoise, qui a eu peur du chaos dans lequel s’est terminée l’insurrection, entend bien fermer rapidement cette parenthèse. Le meilleur remède consiste à minimiser et effacer ses conséquences sans délai ni apitoiement, comme le conseille Le Figaro :

  • 41 Le Figaro, « Ce que l’on dit et ce qui est à faire », 4 juillet 1871, p. 2.

« Les décombres dont les très petits hommes du 18 mars ont cru nous entourer et nous embarrasser, il faut les déblayer au plus vite avec la situation elle-même ; sauf les nobles victimes des sauvages de la Commune (est-ce que je n’insulte pas les sauvages ?), montrons que nous ne trouvons aucune de nos pertes irréparable. »41

37Il est également urgent de signaler au monde, surtout à la « perfide Albion », que Paris retrouvera bientôt sa place de phare de l’Europe.

  • 42 Lettre d’Étienne Arago au journal Le Soir, reproduite dans Le Temps, 6 juin 1871, p. 2.
  • 43 Le Figaro, « Ce que l’on dit et ce qui est à faire », 4 juillet 1871, p. 2.

38Les « ruines subites » qui recouvrent le sol de Paris ouvrent un vaste débat sur l’utilité de reconstruire des monuments de prestige, jugés inadaptés aux nouveaux besoins de l’économie et surtout coûteux. Dès le mois de juin 1871, nombreux sont ceux qui militent pour leur « liquidation » et invitent à saisir l’occasion offerte par les destructions de repenser la ville et ses équipements. « Profiter des désastres » devient un leitmotiv. Le 6 juin, dans un courrier adressé au journal Le Soir, Étienne Arago réclame la disparition des Tuileries, obstacle à la circulation entre les deux rives42. Le 4 juillet, un article du Figaro, dans une longue liste de « ce qui est à faire43 », résume clairement l’état d’esprit que beaucoup partagent alors : après avoir « déploré les malheurs de Paris et gémi sur ses ruines », le temps est venu de tourner la page car, précise-t-il, « Nous avons autre chose à faire que des larmes à répandre sur des pierres, un autre édifice à construire que les Tuileries ».

39Dans ce contexte, le deuil des pertes patrimoniales ne se prolonge pas. Il est vrai que, parmi la trentaine de monuments publics simplement endommagés ou totalement ravagés par les flammes, la moitié d’entre eux ont été érigés sous le Second Empire (caserne Bonaparte, annexe de l’Hôtel de Ville…), parfois même quelques années seulement avant la Commune, tels que le Théâtre lyrique, celui du Châtelet (1862), les Délassements comiques (1866) ou la mairie du 4e arrondissement (1868). Ce manque d’histoire, ou du moins d’ancienneté, s’il est une garantie que l’on saura les reconstruire à l’identique, ne leur confère pas ou peu de valeur patrimoniale.

40Pour les autres monuments publics, les critiques ne tardent pas à se faire entendre. L’architecture du ministère des Finances, achevé sous Louis XVIII, est jugée médiocre. À propos de l’Hôtel de Ville, Eugène Viollet-le-Duc note que :

  • 44 Eugène Viollet-le-Duc, « Les monuments incendiés de Paris », dans Encyclopédie d’architecture, 1er  (...)

« Si la destruction de tout ce que contenaient ces bâtiments est à jamais regrettable, il faut avouer que la ruine des bâtisses l’est beaucoup moins. Car jamais, je crois, on n’a vu des administrations pourvues de bureaux plus incommodes, plus étroits et plus mal disposés. »44

41On ne manque pas de rappeler non plus à quel point les Tuileries avaient été jugées inconfortables par tous les locataires du siècle.

42Paris ne peut se passer d’un hôtel de ville et sa reconstruction est décidée par le conseil municipal dès juillet 1871, elle durera dix ans. Les décombres du ministère des Finances, qui menacent de s’effondrer sur les piétons, sont déblayés dès le mois d’août. Le terrain vendu aux enchères voit bientôt s’élever le luxueux hôtel Continental, inauguré en juin 1878, juste à temps pour accueillir les riches visiteurs de l’Exposition universelle. Les Tuileries s’effacent peu à peu du paysage, avant d’être rasées en 1882. En 1898, une gare vient remplacer le palais d’Orsay, la dernière ruine de la Commune.

  • 45 Walter Benjamin, « Paris, capitale du XIXe siècle », dans Écrits français, Paris, Gallimard, 1991 ( (...)

43En s’attaquant à des monuments que personne n’aurait osé condamner, les incendies de la Commune ont joué dans une certaine mesure un rôle similaire à celui de Londres en 1666 ou au tremblement de terre de Lisbonne en 1755, qui ont fait table rase du vieux tissu urbain et permis de reconstruire plus rationnellement. Le vaste chantier ouvert par les destructions a obligé la société à s’interroger sur ses priorités et offert à la nouvelle classe dominante l’opportunité de faire prévaloir des projets plus sobres et plus fonctionnels, réclamés depuis des décennies pour répondre aux transformations politiques, économiques et sociales de la révolution industrielle. Dans son ouvrage consacré à Paris, capitale du XIXe siècle, Walter Benjamin affirme : « L’incendie de Paris est le digne achèvement de l’œuvre de destruction du baron Haussmann45 ». Il voit juste. La plupart des monuments ont retrouvé leur place dans le paysage parisien. Les disparitions relèvent de la volonté d’une République bourgeoise – qui s’identifie davantage dans la monumentalité de bâtiments utilitaires (écoles, bureaux de poste, gares…) que dans celle d’un palais – de s’investir dans la modernisation de la capitale, en poursuivant et amplifiant les opérations haussmanniennes, et de « profiter des désastres » pour basculer dans le nouveau monde.

Haut de page

Notes

1 Intervention de Georges Clemenceau lors du débat sur l’amnistie à l’Assemblée nationale. Séance du 16 mai 1876.

2 Le Monde illustré, « Premier projectile à l’Arc de Triomphe », 15 avril 1871, p. 240.

3 John Mottu, « Les Désastres de Paris ordonnés et causés par la Commune pendant la seconde quinzaine de mai 1871 », publiés dans le Moniteur universel, Paris, chez l’auteur, 1871, p. 43.

4 Ibid., p. 92.

5 Ibid., p. 72.

6 Ibid., p. 47.

7 Robert Tombs, La Guerre contre Paris – 1871, Paris, Aubier, 1997, p. 253.

8 Jules Pau, La Délivrance de Paris, récit complet des huit journées de mai : opérations militaires, pillages, incendies, exécutions, faits curieux et inédits, Paris, E. Dentu, 1871, p. 51.

9 Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Éditions du Détour, 2019, p. 381.

10 L’Univers illustré, « Paris sous la Commune », 1871, p. 6.

11 Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, T. 4, La Commune à l’Hôtel de Ville, Paris, Hachette et Cie, 1881, p. 244.

12 Hélène Lewandowski, La Face cachée de la Commune, Paris, Éditions du Cerf, 2018, p. 95 et suiv.

13 Archives de Paris, DR6-3 : Mémoire de M. le Préfet de la Seine, lu durant la séance du conseil municipal du 6 mai 1872.

14 Archives de Paris, DR6-425 : Commission administrative chargée de régler définitivement le chiffre des indemnités allouées pour les pertes mobilières et immobilières résultant de l’insurrection du 18 mars 1871.

15 1er, 4ème, 6ème, 7ème, 8ème, 10ème, 11ème, 12ème et 19ème.

16 Hélène Lewandowski, La Face cachée de la Commune, op. cit., p. 94.

17 William Serman, La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p. 312-313.

18 Le Figaro, « Aux Parisiens », 5 juin 1871, p. 1.

19 Le Petit Journal, « Les incendiaires », 28 mai 1871, p. 1.

20 Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, t. 4, op. cit., p. 329.

21 Ernest Feydeau, Consolation, Paris, F. Amyot éd., 1872, p. 191.

22 Le Monde illustré, « État actuel de l’Hôtel de Ville », 3 juin 1871, p. 347.

23 Le Figaro, « Gazette des tribunaux », 9 juin 1871, p. 3.

24 Jules Pau, La Délivrance de Paris…, op. cit., p. 26-27.

25 Émile Zola, « Paris est dans la stupeur », 6ème lettre datée du 27 mai 1871, Le Sémaphore de Marseille, 31 mai 1871, p. 1.

26 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1872, Versailles, Cerf, p. 560.

27 Ibid., p. 285.

28 Le Figaro, « Échos », 7 juin 1871, p. 2.

29 Malvina Blanchecotte, Tablettes d’une femme pendant la Commune, Paris, Didier, 1872, p. 345.

30 John Mottu, Les Désastres de Paris…, op. cit., p. 5.

31 H. Bleignerie, Ed. Dangin, Paris incendié-1871-Album historique, Paris, A. Jarry, 1871.

32 Le Siècle, « Paris, 28 mai », 29 mai 1871, p. 1.

33 Paul De Saint-Victor, Barbares et bandits, Paris, M. Lévy frères, 1871, p. 249.

34 Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, t. 3, Les sauvetages pendant la Commune, Paris, Hachette et Cie, 1880, p. 255.

35 George Sand, Correspondance, 1812-1876, t. 6, lettre à Alexandre Dumas fils, Nohant, le 22 avril 1871, Paris, Calmann-Lévy, 1884, p. 115.

36 Émile Zola, « Paris se réveille de son cauchemar », 9ème lettre datée du 30 mai 1871, publiée dans Le Sémaphore de Marseille le 3 juin 1871, p. 1.

37 Louis Réault, Histoire du vandalisme, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996 (1959), p. 797.

38 Ibid., p. 812.

39 Théophile Gautier, Tableaux de siège, 1871, Paris, Charpentier. p. 338.

40 Ibid., p. 352.

41 Le Figaro, « Ce que l’on dit et ce qui est à faire », 4 juillet 1871, p. 2.

42 Lettre d’Étienne Arago au journal Le Soir, reproduite dans Le Temps, 6 juin 1871, p. 2.

43 Le Figaro, « Ce que l’on dit et ce qui est à faire », 4 juillet 1871, p. 2.

44 Eugène Viollet-le-Duc, « Les monuments incendiés de Paris », dans Encyclopédie d’architecture, 1er volume, 1872, p. 2.

45 Walter Benjamin, « Paris, capitale du XIXe siècle », dans Écrits français, Paris, Gallimard, 1991 (1939), p. 307.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Auteuil, vue générale. Source : Alphonse Liébert et Alfred D’Aunay, Les Ruines de Paris et de ses environs, 1870-1871.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15866/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Les rues de Lille et de Poitiers. Source : Alphonse Liébert et Alfred D’Aunay, Les Ruines de Paris et de ses environs, 1870-1871.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15866/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Les « pétroleuses » déversant du pétrole dans le soupirail d’une maison. Source : dessin paru dans Le Monde illustré le 3 juin 1871.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15866/img-3.png
Fichier image/png, 848k
Légende Paris incendié, gravure photographiée et retouchée par Numa fils, 1871. Source : Musée de Saint-Denis/I. Andréani
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15866/img-4.png
Fichier image/png, 2,2M
Légende Plan de Paris avec ses monuments et ses ruines 1870-1871. Source : Gallica.fr, BnF.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15866/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Lewandowski, « L’écran de fumée des incendies de la Commune de 1871 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 125-142.

Référence électronique

Hélène Lewandowski, « L’écran de fumée des incendies de la Commune de 1871 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15866

Haut de page

Auteur

Hélène Lewandowski

Historienne de l’architecture, autrice d’ouvrages sur Paris au 19e siècle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search