Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148MÉTIERSAux sources de l'histoireMarcel Trillat a replié son chiff...

MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Marcel Trillat a replié son chiffon rouge

Un peu de son histoire et de celle de mon film Voix off
Yves Gaonac’h
p. 145-151

Texte intégral

« Pour me distraire, je convoquai chez moi la machine à voir. Elle vint, luisante et avenante. Jeunette encore, elle se tenait modestement. Elle commit pourtant sans tarder quelques imprudences qui m’instruisirent. L’engin à images ne fait, pour l’instant, que plaire ; mais, si peu qu’on y réfléchisse et qu’on ait en l’esprit le conditionnement d’ensemble de cette époque, il est logiquement appelé à servir de redoutables opérations de domination mentale à distance ; il ne se peut qu’à travers lui ne soient tentés des travaux visant à dompter, à magnétiser de loin des millions et des millions d’hommes ; par lui une chape d’hypnose pourrait être télédescendue sur des peuples entiers de cerveaux, et cela subrepticement, sans que les victimes cessent de se sentir devant d’agréables spectacles. »

1Nous sommes en 1953. Cet extrait est tiré de La Fausse parole  d’Armand Robin, écrivain, poète, journaliste. Nous sommes à l’époque de la naissance de la télévision, et ce texte a longtemps accompagné un de mes amis, Marcel Trillat, journaliste, réalisateur. Il avait recopié cette phrase sur la chape d’hypnose qui allait s’abattre sur des peuples entiers de cerveaux, sur son frigo, comme un garde-fou. Elle me rappelait l’expression du président-directeur général du groupe TF1, cinquante ans plus tard : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». Marcel Trillat, décédé au mois de septembre 2020, a été salué par le président de la République et le monde de la culture dans son ensemble. Il a, selon Daniel Psenny dans Le Monde, marqué l’histoire de l’audiovisuel public. Il reste cependant, selon Daniel Schneiderman dans Libération, une exception. Quelle est cette exception dans notre histoire du journalisme télé ? Quelle est aujourd’hui la diversité sociale au sein des rédactions du JT ? Qui parle au JT ?

2J’ai essayé d’aborder cela à travers mon film Voix off. Le film, construit autour du parcours de Marcel, essaye de comprendre la télévision publique et de faire une critique positive du JT. Ce film, reconnu en festivals et dans la presse pour son côté historique et patrimonial, vient d’être utilisé en octobre 2020 par l’émission « Envoyé spécial », lors d’un court hommage à Marcel Trillat. Il n’a pourtant jamais été diffusé dans son intégralité sur une chaîne de télévision française. Mais qui peut critiquer le JT aujourd’hui ?

3Retour sur un film et un parcours qui a marqué cinquante ans de télévision et qui reste une exception au sein du JT.

4Né en 1940, dans une famille de petits paysans près de Grenoble, Marcel Trillat n’était pas destiné à faire de la télévision. Il y est arrivé par hasard, quand Pierre Desgraupes (journaliste pour l’émission mythique « Cinq colonnes à la une ») est venu filmer sa sœur dans la ferme familiale et l’a interviewé, lui, le frère étudiant. Il lui a alors proposé de venir le voir à Paris, ce que Marcel a fait, à l’issue de ses études de lettres. C’étaient les débuts de la télévision et de l’espoir, en termes d’émancipation, qu’elle suscitait. Pierre a alors testé Marcel et lui, fils de paysan, s’était retrouvé journaliste stagiaire. Combien y a-t-il aujourd’hui de filles et fils de paysans au sein des rédactions ? Comment est construite cette diversité au JT qui fait la richesse de la France ?

5À cette époque, au milieu des années 1960, les programmes, dont les productions de magazines, étaient plutôt réservés à « la gauche » et l’information était tenue par « la droite ». Mais dès que les programmes touchaient des sujets de société, il y avait l’intervention du SLII, le Service de liaison interministériel de l’information, organisme qui pratiquait directement la censure. En 1967, Marcel, qui avait filmé la grève des dockers de Saint-Nazaire pour son film 1er mai à Saint-Nazaire, a bien sûr été censuré. Il a donc emporté les bobines, les a volées. Ressorti bien plus tard, ce film tourne encore.

6En 1968, Marcel a participé à la grève de l’ORTF pendant un mois et demi. Il était alors minot, il en dit la chose suivante : « Ils ont essayé d’imaginer comment ce devrait être une télé démocratique. Le conseil d’administration, c’était un tiers des représentants de l’État, un tiers des représentants du personnel et un tiers de représentants de la société française. Pas mal ? On n’en est toujours pas là, ce n’est toujours pas le cas ! ».

7Viré de l’audiovisuel public, blacklisté après 68, il se forme une expérience militante unique. Il participe au projet Scopcolor, où ils font des documentaires chaque mois, pour contrer le journal télévisé (par exemple avec le film Étranges étrangers, tourné avec Frédéric Variot en 1970, qui met en scène Francis Bouygues, patron du BTP). Il se rappelle de la leçon tirée d’un film fait avec la CGT, Le Frein, contre l’extrême-gauche. Il reconnait s’être laissé dépasser par la CGT et en retire que le rôle du journaliste est de déstabiliser les puissants, où qu’ils soient, et qu’il faut se méfier du sentiment d’appartenance au camp des justes, puisque le camp des justes n’existe pas. Il participe ensuite à l’expérience exemplaire de Radio Lorraine Cœur d’acier, à Longwy, pour soutenir les mineurs en grève. Il anime cette radio pirate initiée et financée par la CGT, qui a marqué toute une population avant d’être malheureusement fermée par la même CGT, en raison de sa trop grande indépendance.

8En 1981, la gauche arrive au pouvoir et le gouvernement se sent obligé de rééquilibrer les rédactions, trop cataloguées à droite. Pierre Desgraupes (toujours le même), nommé directeur de la deuxième chaine, lui propose alors la direction du service « société » au sein du journal télévisé. Marcel en profite pour faire des enquêtes. Il est le premier à parler sur les antennes de la télévision publique des massacres de Charonne en février 1962 ou de la manifestation algérienne à Paris en octobre 1961. Il participe à l’expérience du « Journal d’en France », réalisé par Raoul Sangla, avec des journaux nationaux télévisés composés avec des journalistes et des habitants, qui apportent leur propre traitement de l’information et animent en direct, en interviewant par exemple un ministre. Cette ouverture du JT lui fait du bien, mais n’aura qu’un temps, rattrapée par les raideurs traditionnelles de certains de ses collègues.

9Pour Marcel Trillat, il faut un équilibre au sein des rédactions, avec des gens de tous bords et surtout avec des services forts. Il explique la différence entre les services, avec des reporters pouvant faire remonter la réalité de terrain, et les éditions, avec des journalistes de bureau, plus enclins à suivre les sujets à la mode ou ce qu’elles/ils ont lu dans les autres journaux. Pour lui, seul un rapport de force équilibré entre les services et les éditions est capable de garantir pluralisme et indépendance. Seulement, au fil des années 1980, les éditions sont redevenues dictatoriales et les services n’ont fait qu’enregistrer ce qu’on leur demandait. Il ne réussit pas non plus à résister au présentateur ou la présentatrice-vedette (souvent à la tête des éditions), qui mène les téléspectateur·trices dans une relation qui est davantage de l’ordre de la fascination que de l’intelligence ou du libre arbitre. Cette relation « télédescendue » n’est pas sans rappeler Armand Robin et ses agréables spectacles. Mais comme dit Marcel, on ne peut pas résister à tout, sous peine d’être écarté de l’antenne. C’est aussi l’époque du début des faits divers en ouverture de journal, qui empêchent toute réflexion.

10Marcel subit surtout la dépendance de l’audiovisuel public vis-à-vis des gouvernements. Après l’arrivée de la droite au pouvoir en 1986, il fait une interview sans concession du ministre de l’Intérieur Charles Pasqua sur le plateau d’une émission politique, « L’heure de vérité », sous le regard inquiet du jeune Nicolas Sarkozy, futur président de la République, qui lui vaudra d’être muté en Italie comme correspondant à Rome. Cela ne l’empêchera pas de réussir à passer quelques sujets, avec culture et humour, sur l’actualité sociale et économique. Revenu aux manettes suite au nouveau changement de gouvernement, avec le retour de la gauche en 1988, il devient directeur adjoint de l’Information. Mais il dénonce la mainmise des gouvernements français et américain sur l’information pendant la guerre du Golfe en 1991. En direct de l’Irak, son intervention crée un scandale à Paris. Le président de France Télévisions d’alors, Hervé Bourges, le critique publiquement. Il sera bientôt muté à Moscou.

11Pour Marcel Trillat, c’est la résistance qui assure une carrière paisible. Ce n’est pas la soumission, parce que « quand tu te soumets, tu vas être obligé de t’incliner toujours plus bas. Si tu commences à t’incliner, tu es foutu ». Mais aujourd’hui, ses collègues constatent que les journalistes qui se soumettent peuvent avoir une carrière vertigineuse, et que ce sont rarement leurs compétences ou leur capacité de résister aux pressions qui sont jugées. De retour en France, reconnu pour son professionnalisme, Marcel est nommé « éditorialiste ». Il continue à informer en toute indépendance, par exemple sur la mise en place de charters (sans en donner le nom) par le gouvernement socialiste pour les migrants. Le gouvernement demande alors qu’il devienne « chroniqueur ». Il en rit, car pour lui la seule différence entre un édito et une chronique, c’est de savoir si le gouvernement appelle ou pas après le passage à l’antenne. Il tient comme chef de service, bagarreur jusqu’au dernier jour, jusqu’au début des années 2000, puis décide de prendre l’air et retourner à la passion de ses débuts, faire des documentaires. Le JT a certainement perdu pour lui l’espoir émancipateur de ses origines.

12Faire un film documentaire, c’est pour Marcel Trillat essayer d’être à égalité avec les personnages qui participent, qu’il interviewe. Il fait en sorte qu’ils aient conscience de ce qu’ils sont en train de faire, de ce qu’ils ont envie de partager, et qu’ils ne soient pas de simples figurants poussés à mettre leurs tripes sur la table. Il réalise alors de nombreux films sur le monde ouvrier, Les Prolos, Femmes précaires, Silence dans la vallée, etc., pour donner la parole à celles et ceux qui n’ont pas accès à la parole publique. Il reçoit le grand prix de la SCAM (Société des auteurs multimédias) pour l’ensemble de son œuvre. Son dernier film, Des étrangers dans la ville, en 2014, sera comme une suite à Étranges étrangers de 1970.

13L’histoire de Marcel, à travers son exceptionnalité, raconte une histoire de la télévision, du documentaire et du journalisme dans la France du second 20e siècle. Elle fait penser aux propos de l’artiste Armand Robin, en 1953 :

« Certes, il existe des catégories d’hommes prêtes pour l’abattoir mental. En premier lieu, les intellectuels : étant le contraire des hommes de pensée, étant idolâtres de tout exercice cérébral impliquant promesse de domination sur d’autres consciences, ils sont tout désignés pour être les premiers servants d’une entreprise inédite tendant à séparer toute pensée du réel et à la contraindre à tourner en rond indéfiniment dans un même cercle, réduite à un ensemble de rouages dérisoires mus de loi. »

14Mais les gens du peuple sont mieux préservés de cette faiblesse :

« Les gens du peuple par contre, et tout particulièrement les prolétaires, ayant à lutter de plus en plus péniblement pour assurer leurs besoins les plus élémentaires au fur et à mesure que progresse l’œuvre de négativisation, sont tout naturellement désignés pour ne pas perdre contact avec un réel de plus en plus douloureux ».

15On pourrait parler d’une prophétie au commencement de la télévision.

16« Sociologiquement, Marcel Trillat n’aurait jamais dû arriver dans les hautes sphères de la télévision publique française… où brille l’absence radicale des cols bleus. Absence dans les rédactions, trustées par les enfants de la bourgeoisie et des classes moyennes », écrivait le journaliste Daniel Schneiderman. Effectivement, Marcel n’est pas venu d’une école de journalisme, milieu très fermé.

17Cette figure historique n’a pas été remplacée. Il a formé de nombreux journalistes télé à des exigences robustes, comme Hervé Brusini, actuel président du jury du prix Albert Londres. Il a participé à une transmission comme Pierre Desgraupes l’avait fait pour lui. Mais nous ne sommes plus à l’époque des pionniers, et les espaces d’ouverture dans la télévision se font maigres. Marcel Trillat s’est battu syndicalement au sein des rédactions pour donner des moyens aux journalistes de terrain. Il leur a aussi permis de prendre l’air et d’approfondir les sujets à travers la création du magazine « Envoyé spécial » (jusqu’à ce que ce dernier soit repris par les productions privées). Au sein de France Télévisions, il a mis en place des contrats d’apprentissage pour favoriser une diversité sociale. Mais depuis, il arrive que les contrats d’apprentissages à France Télévisions soient recrutés à bac+3, à la sortie des écoles de journalistes. Or, il n’y a pas de diversité sociale au sein de ces écoles et il n’y a pas de généralisation des bourses pour permettre à toutes et tous d’y entrer. Quand les directions de l’audiovisuel public parlent aujourd’hui de diversité, elles parlent de diversité ethnique, de handicap, d’égalité femme-homme, d’orientation sexuelle, mais c’est comme si la diversité sociale ou politique avait disparu. Comme si ce n’était pas, ou plus, un sujet d’actualité.

18J’ai connu Marcel alors que je commençais à faire des documentaires. Sa rencontre a été ma seule école. Il m’a appris à regarder le JT différemment. Comme téléspectateur, j’avais toujours ressenti un rapport difficile avec le JT : lorsque je le regarde, je ne sais pas qui parle. Marcel Trillat m’a appris à être exigeant avec l’information. Aujourd’hui, plutôt que d’avoir l’impression qu’on me dicte la vérité, ce que j’aimerais, c’est déjà savoir qui parle : qui a défini l’angle du reportage, les services ou les éditions ? qui distribue la parole ? quelle est l’hypothèse de départ du sujet ? Ne serait-ce que cela, qu’on me donne l’hypothèse de départ des sujets et que je puisse, comme citoyen, avoir du recul sur leur traitement. Il m’a aussi appris à comprendre le monde du documentaire. Quelle réalisatrice ou réalisateur a accès aux antennes de la télévision ? J’admirais sa capacité à placer des films sur France Télévisions en toute indépendance. Cela a duré un temps, jusqu’à ce qu’il soit dégoûté par trop de pression subie lors de la réalisation de ses derniers films. Il a pourtant fait une très belle série de films sur les « prolos ». J’ai compris que cela avait eu un prix, que ce n’était pas donné à tout le monde. Michèle Cotta, directrice de France 2 à la veille des élections présidentielles de 2002, a préféré voir Marcel partir faire des documentaires plutôt que de le voir rester au sein de la rédaction. Un deal, finalement comme au temps de la censure. Ou serait-ce une manière de dire : « Foutez-nous la paix au sein des JT et on vous laissera vos documentaires, qui pourront passer, à la marge, tard le soir » ? Trop de diversité ou de réflexion, ce n’est pas pour le JT. Et d’ailleurs, tous les documentaires qui oseraient parler du traitement de l’information, ou du sacro-saint journal télévisé, cela reste tabou. Quand « Envoyé spécial » a dernièrement repris des images de Voix off (et je les en remercie), ils en ont malheureusement gommé tous les points qui fâchent, toutes les critiques du JT. Et France 2 n’a pas proposé une diffusion de mon film en entier, même tard dans la nuit. Il s’agit pourtant, avec l’audiovisuel public, de notre histoire, de nos rapports avec le pouvoir et l’information. Cette histoire semble encore difficile à partager avec le plus grand nombre, quand bien même elle pourrait faire « un agréable spectacle ». Mais c’est peut-être là le sujet d’un nouveau film…

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/15939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Gaonac’h, « Marcel Trillat a replié son chiffon rouge »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 145-151.

Référence électronique

Yves Gaonac’h, « Marcel Trillat a replié son chiffon rouge »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/15939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.15939

Haut de page

Auteur

Yves Gaonac’h

Documentariste

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search