Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148UN CERTAIN REGARDThe Crown, série américano-britan...

UN CERTAIN REGARD

The Crown, série américano-britannique créée par Peter Morgan, 2016-2020, 3 saisons.

Une saga historique sur le règne de la reine d’Angleterre Élisabeth II
Sonia Suvélor
p. 215-217

Texte intégral

1« Lourde est la tête qui porte la couronne », nous dit cette célèbre citation issue de la pièce Henry IV, de William Shakespeare. Et il est vrai que The Crown, c’est du lourd. La série, produite par Netflix, offre un divertissement épique aux décors et costumes soignés, qui dresse un portrait sans concession d’une des plus vieilles familles royales d’Europe, la maison Windsor.

2La série commence par l’accession au trône inattendue d’Élisabeth, qui succède à son père suite à la mort brutale de ce dernier en 1952. La jeune tête couronnée participe dès lors à la tradition de reines puissantes et charismatiques incarnées par ses aïeules, Élisabeth Ière et la reine Victoria. Mais la jeune souveraine de vingt-cinq ans se distingue de ses illustres ancêtres, car elle ne partage ni la soif de pouvoir d’une Élisabeth Ière ni la ténacité impérialiste d’une Victoria. Rappelons ainsi qu’Élisabeth Ière fit emprisonner puis exécuter sa propre sœur Marie Stuart, tandis que Victoria l’impératrice ne s’est guère émue des exactions perpétrées par ses troupes durant les nombreuses campagnes colonisatrices qui ont ponctué son règne. En sa qualité d’héritière présomptive, Élisabeth II était préparée à l’idée de régner depuis l’âge de dix ans, mais la jeune femme devient toutefois reine malgré elle. Sa nature réservée et disciplinée fera d’elle la parfaite candidate pour un rôle strict, aux enjeux politiques importants.

3Car plus que lourde, la tête du royaume est inquiète. C’est ce que nous apprend la série : le vernis méticuleusement entretenu par la famille a une visée clairement économique. Élisabeth se porte ainsi garante d’une famille royale certes adulée, mais aussi soutenue financièrement par les impôts des contribuables britanniques à hauteur de 25 % de ses revenus. Et pour payer, il faut aimer. The Crown revient ainsi sur les nombreux scandales qui ont éclaboussé la famille, tels l’abdication d’Édouard VIII puis ses amitiés nazies, les frasques de Margaret du Royaume-Uni, sœur cadette d’Élisabeth II, l’égo surdimensionné du prince consort Philip Mountbatten et à côté de tout cela, les efforts répétés des différents premiers ministres et conseillers de la reine pour endiguer, dissimuler ou réécrire une histoire souvent sulfureuse. Ces acteurs de coulisses apparaissent comme les community managers avant l’heure d’une royauté d’apparat, dont la survie dépend du peuple.

4On y voit ainsi le portrait de Winston Churchill, Premier ministre de la reine de 1952 à 1955, dépeint avec ses qualités de fin stratège politique comme ses défauts de personnalité labile et quelque peu histrionique. Face à ce géant de l’histoire, la jeune souveraine commence par montrer patte blanche, avant de s’émanciper avec brio. Élisabeth II, malgré son titre de monarque, n’a en effet reçu qu’un enseignement des plus sommaires, dépourvu de toute science politique et qui ne la préparait en rien à sa fonction. Son envie de prendre part aux discussions politiques la transformera en opsimathe, avide de combler ses lacunes.

5La relation privilégiée entre la reine et les différents premiers ministres qui succéderont à Churchill donne toute la mesure du poids politique de la souveraine, qui est certes en représentation mais conserve la capacité d’infléchir l’histoire de sa nation. On notera ainsi, dans l’épisode huit de la saison deux, la danse entre Élisabeth II et le président du Ghana Kwame Nkrumah, présentée comme une mise en scène ayant permis d’apaiser les tensions avec le pays africain, séduit au temps de la décolonisation par les sirènes de l’URSS, et le Royaume-Uni, soucieux de maintenir des relations privilégiées avec ses anciens territoires. The Crown est cependant loin d’être un documentaire et demeure un divertissement de fiction historique. On peut bien évidemment déceler une romantisation de cet évènement pour en gonfler l’impact géopolitique, mais reste que la série permet à un public de non spécialistes d’accéder à certains arcanes de l’histoire britannique. Bien que d’une exactitude parfois relative, les faits relatés sont toujours traités avec respect et permettent d’ouvrir l’intimité de la maison Windsor sans malveillance.

6The Crown fait montre, par son titre, d’une dimension métonymique. La couronne, c’est Élisabeth et la série lui donne la profondeur qui semble lui manquer dans la vie réelle. La couronne se transforme progressivement en reine, puis en femme de chair et de sang, rouge comme celui d’un Shylock que l’on viendrait à piquer. Bien qu’adulée, Élisabeth Ière avait toujours été une figure nimbée de mystère et on invoquera ici le souvenir du silence prolongé de la reine à la mort de Lady Diana en 1997, silence qui provoquera colère et indignation chez des sujets britanniques en proie à la douleur du deuil. Le film de Stephen Frears The Queen, sorti en 2006, avait été une première tentative, réussie, d’humaniser Élisabeth II. The Crown y parvient aujourd’hui parfaitement, lui redonnant un passé et de l’épaisseur, faisant ainsi tomber le masque rigide de bienséance qui lui était imposé.

  • 1 « How The Crown has changed the world’s view of the Royals », 17 novembre 2019, en ligne : <https:/ (...)

7Le programme, qui n’est pourtant pas soutenu ouvertement par la famille royale, a permis de redorer le blason de Buckingham Palace et de sortir des récits fleuves de la presse à scandale pour renouer avec l’histoire, la vraie. Un article de Sarah Hughes pour la BBC titrait ainsi en novembre 2019 « Comment The Crown a changé la façon dont on voit la famille royale1 », confirmant l’influence indéniable de la série sur la perception des Windsor.

8La saison quatre est en ligne sur Netflix depuis le 15 novembre 2020 et permet de suivre la famille à travers le prisme de la modernité. Après les années Charles, ce sont les années Diana que ses épisodes nous proposent de suivre. La saison cinq est déjà en tournage et une saison six est annoncée. Reste à se demander si The Crown finira par rejoindre notre époque contemporaine et son aboutissement des plus modernes : le mariage du prince Harry, sixième sur la liste de succession, avec une roturière divorcée, américaine et métisse.

Haut de page

Notes

1 « How The Crown has changed the world’s view of the Royals », 17 novembre 2019, en ligne : <https://www.bbc.com/culture/article/20191117-how-the-crown-has-changed-the-worlds-view-of-the-royals>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Suvélor, « The Crown, série américano-britannique créée par Peter Morgan, 2016-2020, 3 saisons. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 215-217.

Référence électronique

Sonia Suvélor, « The Crown, série américano-britannique créée par Peter Morgan, 2016-2020, 3 saisons. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16038

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search