Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148UN CERTAIN REGARDVatican : la cité qui voulait dev...

UN CERTAIN REGARD

Vatican : la cité qui voulait devenir éternelle, film documentaire de Marc Jampolsky et Marie Thiry, France, 2020, 90 min.

Thierry Pastorello
p. 218-222

Texte intégral

1Le réalisateur et documentariste Marc Jampolsky et la réalisatrice et auteure Marie Thiry nous proposent un documentaire sur l’histoire architecturale, politique et artistique de la cité du Vatican, centre du monde catholique et lieu de résidence des papes1. La problématique centrale de ce documentaire est de démontrer combien histoire architecturale et histoire politique et religieuse du Vatican sont mêlées. C’est une exploration de deux mille ans d’histoire pontificale que nous livrent les deux réalisateurs.

2  

Les origines du Vatican et la période médiévale

  • 2 John O’Neill, La Tombe du pêcheur : l’extraordinaire enquête sur la découverte archéologique du tom (...)
  • 3 <https://www.voxmundi.eu/cirque-prive-de-caligula/?lang=fr>, consulté le 29-12-2020.
  • 4 Marcel Metzger, Trois lettres et un discours de l’empereur Constantin le Grand aux évêques, Strasbo (...)
  • 5 Paul Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien (312-394), Paris, Albin Michel, 2007, p. 121-136.
  • 6 Jean Chélini, Histoire religieuse de l’Occident médiéval, Paris, Hachette littératures, 2003, p. 12 (...)
  • 7 Jacques Paul, « Chapitre 3, Christianisme et Empire carolingien », dans Jacques Paul (dir.), Le Chr (...)

3Pourquoi Rome ? Pourquoi le Vatican, alors que le christianisme est né au Proche-Orient ? Tout de suite émerge la figure centrale du christianisme naissant : saint Pierre (Kephas), premier évêque de Rome, qui aurait été supplicié ici même. Soulignons que des protestants et orthodoxes nient que Pierre fut évêque de Rome. Dans ce lieu se trouvait le Circus Vaticanus, ou cirque de Caligula et Néron, où furent suppliciés de nombreux chrétiens dont l’apôtre Pierre, entre 67 et 70. Pierre y aurait été inhumé. Cet emplacement réel ou supposé du tombeau de Pierre justifie la position centrale du lieu au sein du monde catholique2. C’est ce que confirme l’historienne des religions Marie-Françoise Baslez : « À l’origine, un élément architectural commémorant la mémoire de Pierre ». Le cirque de Néron fut ensuite converti en jardin et lieu de sépulture3. La conversion en 312 de l’empereur romain Constantin Ier (272-337) inaugure l’histoire officielle du christianisme. Ce souverain a une influence importante sur les débuts du christianisme, notamment sur la convocation en 325 du concile œcuménique de Nicée4. Ainsi furent définis les principaux dogmes du christianisme naissant : la confession de foi qui définit le dogme de la trinité5. Il fait construire à l’emplacement de la basilique Saint-Pierre une première basilique constantinienne. L’architecte Hubert Naudeix, spécialiste de la modélisation des monuments anciens, essaie de reconstituer la basilique de Constantin. Une immense mosaïque ornait l’abside, et une nef de cent mètres de long en faisait la plus grande basilique de l’époque à Rome. Le voyage vers l’époque paléochrétienne nous fait entrevoir les origines du Vatican. Pie XII (1876-1956) ordonne des fouilles et ainsi sont découvertes de nombreuses nécropoles, vingt-deux en tout. Surtout, le documentaire établit un parallèle dès l’époque constantinienne entre l’histoire architecturale du Vatican et l’histoire politique de la papauté. Mais Rome a pour rivale Constantinople, fondée par Constantin Ier en 330, capitale de l’Empire romain d’Orient à partir de 395. Le documentaire analyse cette rivalité autant religieuse que politique. Cette lutte pour la suprématie préfigure le schisme des Églises d’Orient et d’Occident en 1054. C’est un autre empereur, Charlemagne (742-814)6, qui va conforter Rome dans son rôle de capitale de la chrétienté7.

  • 8 Deoclecio Redig de Campos, « Les constructions d’Innocent III et de Nicolas III sur la colline Vati (...)
  • 9 Jean Chélini, op. cit., p. 215-219.

4La construction du palais apostolique du Vatican vise à assurer l’indépendance politique du pape. Le documentaire souligne le rôle du pape Nicolas III8, montre le contexte de fragilité politique de la papauté vis-à-vis des incursions musulmanes, mais aussi le poids politique des grandes familles romaines, ce que Jean Chélini désigne par « l’abaissement de la papauté9 ». Ce vaste projet s’inscrit dans une volonté d’indépendance, puis de primauté de l’Église catholique vis-à-vis des pouvoirs temporels. Il fallait un palais capable d’accueillir la curie et de garantir l’indépendance de l’élection des papes. L’universitaire Vitale Zanchettin, professeur d’histoire de l’architecture, nous fait découvrir le palais médiéval, et particulièrement la chapelle Nicoline, décorée par Fra Angelico (1395-1455). Ses fresques, exécutées entre 1447 et 1451, ornent le cabinet de travail du pape Nicolas V (1397-1455). C’est précisément cette volonté d’indépendance, et notamment la volonté de se protéger des querelles de succession, qui va conduire certains souverains pontifes à résider en Avignon (1309-1377). Rome se pense alors dégradée, mais l’image symbolique de Saint-Pierre va lui permettre de réaffirmer sa primauté. Serena Romano, professeur d’histoire de l’art médiéval, montre comment la présence de l’image de Saint-Pierre affirme la primauté de Rome sur Avignon.

Le Vatican de la Renaissance à l’époque moderne

  • 10 Pierre Caron, « L’Omphalos, centre du monde », Actes du 6e colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu- (...)

5Le pontificat de Jules II (1443-1513) constitue une époque d’embellissement de la cité vaticane, doublée d’une intense activité politique visant à affirmer le pouvoir politique de la papauté. Le grand artisan de cette transformation est l’architecte Bramante (1444-1514). Jules II entend égaler le palais des empereurs romains en réunissant le palais apostolique et la villa du Belvédère. Ainsi, la Rome des papes se veut l’héritière de la Rome des empereurs : l’épisode le plus emblématique est la découverte du groupe du Laocoon. Cette œuvre est découverte le 14 janvier 1506, et Jules II la fait placer dans la cour de l’octogone du palais du Belvédère. Bramante est principalement l’architecte de la basilique Saint-Pierre. Voulant s’inspirer du Panthéon de Rome, il propose une basilique en croix grecque et peaufine les piliers soutenant la coupole. Le 18 avril 1506 voit l’ouverture du chantier. Le documentaire aborde aussi l’œuvre de Michel-Ange (1475-1564) et ses rapports parfois difficiles avec Jules II. À ce propos, le documentaire décrit le retour de Michel-Ange de Florence à Rome, voulu par Jules II. Michel-Ange apparaît comme le dernier grand maître de la Renaissance. En ce qui concerne les plafonds de la Chapelle sixtine, Michel-Ange élabore une histoire globale qui relie l’Ancien et le Nouveau testament. Il y exprime ses doutes sur la foi. Le 31 octobre 1512, la Chapelle sixtine est inaugurée. Vitale Zanchettin souligne combien Michel-Ange a un rôle incontournable dans le chantier de la basilique Saint-Pierre. Il s’inspire du dôme de Filippo Brunelleschi à la cathédrale de Santa Maria del Fiore à Florence. Raphael Sanzio sera entre autres l’auteur des fresques de la chambre de la Signature. Par ces œuvres, il indique une continuité entre pensée antique et christianisme. Le documentaire montre bien à quel point le projet politique est le moteur des transformations du Vatican ordonnées par le pape Jules II : la place Saint-Pierre et sa basilique doivent incarner un centre du monde, un lieu tourné vers le reste du monde. Cette idée de centre ou « nombril du monde » est héritée des civilisations anciennes qui définissaient l’Omphalos (grec ancien) comme le centre du monde, un centre sacré10. Ceci doit être mis en parallèle avec les débuts de la réforme protestante en 1517, qui rompt l’unité de la chrétienté. Le protestantisme s’étend, et l’Église catholique doit restaurer son image, ternie par le trafic des indulgences et le Grand schisme d’Occident (1378-1417). Ces projets architecturaux doivent ainsi contribuer à restaurer la position centrale de l’Église de Rome et du Vatican.

6La basilique Saint-Pierre et la place Saint-Pierre doivent être tournées vers le monde, car ici se situent les grandes apparitions des souverains pontifes. La foi doit être mise en scène. Le lieu est vu comme un point névralgique, avec la réaffirmation d’une filiation historique depuis l’apôtre Pierre. Il y a une mise en scène grandiose du tombeau de saint Pierre. Comme il est rappelé dans le documentaire, « en 1586 on y transfère un obélisque provenant du cirque de Néron, auprès duquel aurait été crucifié l’apôtre Pierre ». La beauté et le grandiose doivent frapper les esprits, d’où les statues de Gian Lorenzo Bernini, dit Le Bernin (1598-1680) et la colonnade entourant la place, représentant deux bras ouverts. Le Bernin est l’architecte de la place Saint-Pierre dans sa forme actuelle. Ainsi, le plus petit État du monde concentre sur son modeste territoire un nombre impressionnant de trésors artistiques. Il se veut un sanctuaire ouvert sur le monde et désirant y porter sa parole. Comme le souligne la conclusion du documentaire, « le cirque antique s’est mué en un sanctuaire, lieu de trésors uniques ».

Haut de page

Notes

1 <https://www.arte.tv/fr/videos/088411-000-A/vatican-la-cite-qui-voulait-devenir-eternelle/>.

2 John O’Neill, La Tombe du pêcheur : l’extraordinaire enquête sur la découverte archéologique du tombeau de saint Pierre, Paris, Perpignan, Artège, impr. 2020.

3 <https://www.voxmundi.eu/cirque-prive-de-caligula/?lang=fr>, consulté le 29-12-2020.

4 Marcel Metzger, Trois lettres et un discours de l’empereur Constantin le Grand aux évêques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2014, 586 p., p. 507-518.

5 Paul Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien (312-394), Paris, Albin Michel, 2007, p. 121-136.

6 Jean Chélini, Histoire religieuse de l’Occident médiéval, Paris, Hachette littératures, 2003, p. 123-167.

7 Jacques Paul, « Chapitre 3, Christianisme et Empire carolingien », dans Jacques Paul (dir.), Le Christianisme occidental au Moyen Âge, IVe-XVe siècle, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2004, p. 159-190. URL : <https://www.cairn.info/le-christianisme-occidental-au-moyen-age--9782200251871-page-159.htm>.

8 Deoclecio Redig de Campos, « Les constructions d’Innocent III et de Nicolas III sur la colline Vaticane », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, tome 71, 1959, p. 359-376. DOI : <https://doi.org/10.3406/mefr.1959.7455>.

9 Jean Chélini, op. cit., p. 215-219.

10 Pierre Caron, « L’Omphalos, centre du monde », Actes du 6e colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 6 & 7 octobre 1995, Publications de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, année 1996-6, p. 129-132, <https://www.persee.fr/doc/keryl_1275-6229_1996_act_6_1_950>, consulté le 8 janvier 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Vatican : la cité qui voulait devenir éternelle, film documentaire de Marc Jampolsky et Marie Thiry, France, 2020, 90 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 148 | 2021, 218-222.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Vatican : la cité qui voulait devenir éternelle, film documentaire de Marc Jampolsky et Marie Thiry, France, 2020, 90 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16044

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search