Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148LIVRES LUSAurélia Michel, Un monde en nègre...

LIVRES LUS

Aurélia Michel, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l'ordre racial

Paris, Seuil, coll. Points Essais, 2020, 400 p.
Olivier Maheo
Référence(s) :

Aurélia Michel, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l'ordre racial, Paris, Seuil, coll. Points Essais, 2020, 400 p.

Texte intégral

1Aurélia Michel, historienne des Amériques noires, propose ici une synthèse pour « suivre le fil de la race dans la construction du monde contemporain », en puisant dans les recherches les plus récentes au carrefour de l’histoire et de l’anthropologie. Elle relève que les historiens anglo-saxons ont été les premiers à penser et écrire une histoire de la race, bien que depuis une dizaine d’année les recherches se soient multipliées, en France notamment. Son analyse débute avec l’esclavage antique, mais l’essentiel de son travail porte sur une longue période du 17e au 19e siècle, de la traite transatlantique au colonialisme. Elle choisit de ne pas aborder la période postérieure à 1945, du fait que le 20e siècle nécessiterait à lui seul un autre ouvrage.

  • 1 Aurélia Michel, « À propos de Pour une histoire politique de la race, de Jean-Frédéric Schaub », Pr (...)

2Le projet est ambitieux : décrire la manière dont la race s’est constituée en « ordre social global, notre ordre global ». Il ne s’agit pas simplement d’une histoire du racisme, ou du concept de race, ni d’une histoire des laissés-pour-compte, des victimes, mais de montrer la « centralité, la violence, la continuité de l’institution esclavagiste puis raciale dans notre histoire ». En 2016, Aurélia Michel plaidait pour l’analyse d’un fait social mis au service de l’organisation du travail et contre une simple histoire d’une idéologie, dans sa critique de Pour une histoire politique de la race, de Jean-Frédéric Schaub. Elle appelait de ses vœux un « travail historique fondé sur des enquêtes d’archives, qui puisse tracer finement les évolutions de la mise en altérité et la diversité de ses ressorts1. » Voici ce à quoi elle s’emploie dans cet ouvrage. Pour ce faire, elle explore non seulement la piste d’une histoire politique du concept de race, mais aussi celle des représentations associées aux couleurs, des pratiques sociales et d’une histoire de la traite. Son travail, qu’elle définit comme une synthèse, « ne prétend pas faire de révélations », cependant elle mobilise une quantité impressionnante de faits qui tissent une vaste histoire de la race dans l’espace atlantique.

3Le livre est passionnant et plaisant à lire, même si ce mot est peut-être déplacé alors que des passages terrifiants nous rappellent la barbarie du système esclavagiste. Nous apprenons ainsi la manière dont les Portugais ont inventé le système de la plantation sur l’archipel de São Tomé, comment le fameux « Code noir » s’inscrit dans la politique mercantiliste de Colbert, ou la manière dont le colonialisme au 19e siècle s’est paré de vertus anti-esclavagistes, dans un combat où l’Européen se voyait attribuer des ascendances grecques, puis aryennes, alors que les colonisés étaient assimilés au juif biblique, et plus largement aux peuples sémites. Par la profusion des faits mentionnés, Aurélia Michel fait surgir des rapprochements inattendus, des connexions surprenantes et stimulantes.

4Son argumentation est rigoureusement charpentée en trois temps : la période des esclavages et des empires, de l’Antiquité à 1620, suivie par une période nègre, jusqu’à la révolution haïtienne en 1794, pour se conclure sur le règne du Blanc, qui cherche à démontrer comment la sortie de l’esclavage a conduit à une nouvelle organisation d’un ordre racial destiné à remplacer l’ordre esclavagiste. Une piste particulièrement intéressante est le choix d’une lecture anthropologique de l’esclavage, suivant en cela Claude Meillassoux (Anthropologie de l’esclavage) qui définit l’esclave comme le non-parent. Aurélia Michel a choisi de placer son récit sous le signe du récit, discutant d’une « fiction du Nègre » et d’une « fiction du Blanc » qui renvoient aux systèmes de parenté pour montrer comment ces fictions ont persisté en dehors des rapports de domination économique qui avaient présidé à leur définition. Cette approche permet de renouveler l’analyse de l’articulation entre esclavage et race, et constitue le cœur de son argumentation, à savoir : comment l’esclavage d’abord en crise, puis en faillite, a été remplacé par le principe d’un ordre racial dans une reformulation de l’exclusion de la parenté.

5C’est peut-être du fait même de la volonté de démontrer cette force de l’ordre racial que l’ouvrage finit par susciter quelques réserves. La rigueur de la démonstration et sa construction quasi géométrique conduisent au doute et au sentiment que l’habile agencement des arguments se fait au détriment de l’évaluation des différentes thèses en présence, quasiment jamais présentées. Cette volonté de tout lire sous l’angle du fait social total qu’est la race conduit à des affirmations réductrices, surtout dans la dernière partie de l’ouvrage. Il est sans doute excessif d’affirmer que la race à elle seule organise « le travail à l’échelle mondiale », alors même que quelques pages plus loin il est rappelé que « la couleur de la peau ou la race supposée du travailleur n’est jamais un critère définitif ». Plus avant, un passage très bref nous apprend comment la « fiction blanche » réactivée par la Première Guerre mondiale devient la cause du fascisme, avant d’affirmer l’existence d’« une foule raciste » dans les années 1930. Et d’écrire plus loin qu’en tant qu’enseignants, nous « savons par avance l’attitude des élèves en fonction de leur origine ».

6L’auteure montre nettement la diversité des formes et les évolutions continues de différents systèmes de domination, dans le temps et dans l’espace. Elle affirme la nécessité de mettre fin à l’« ordre blanc », mais il n’est pas sûr qu’une lecture du passé selon le principe univoque de la race contribue à ce bouleversement de l’ordre racial.

Haut de page

Notes

1 Aurélia Michel, « À propos de Pour une histoire politique de la race, de Jean-Frédéric Schaub », Problèmes d’Amérique latine, 103, n° 4, 2016, p. 119-133 ; Jean-Frédéric Schaub, Pour une histoire politique de la race, Paris, Seuil, 2015, 336 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Maheo, « Aurélia Michel, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l'ordre racial »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16046

Haut de page

Auteur

Olivier Maheo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search