Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148LIVRES LUSGerald Horne, Paul Robeson

LIVRES LUS

Gerald Horne, Paul Robeson

Ivry, Otium/L’Envie de lire, collection « l’Autre Amérique », 2020, 332 p., 25 €.
Olivier Maheo
Référence(s) :

Gerald Horne, Paul Robeson, Ivry, Otium/L’Envie de lire, collection « l’Autre Amérique », 2020, 332 p., 25 €.

Texte intégral

1Il faut saluer la publication en français de Paul Robeson : the artist as revolutionary, alors que la figure de cet artiste et activiste africain-américain essentiel est quasiment oubliée en France. En 2018 le Musée du Quai Branly lui dédiait une exposition très bien conçue, et force était alors de constater qu’aucun ouvrage n’existait en français à son sujet.

2En 1943, Time Magazine le décrit pourtant comme « probablement le Noir le plus célèbre actuellement vivant ». Il est né à Princeton en 1898 et décédé à Philadelphie en 1976. Son parcours est impressionnant : d’abord acteur, il devint à la fin des années 1920 un chanteur célébré dans le monde entier, tout en continuant à jouer avec un succès grandissant, sur scène comme devant les caméras d’Hollywood. Cependant, ce qui a marqué toute sa vie et qui conduisit finalement à son isolement artistique, c’est son engagement aux côtés du Parti communiste américain, et plus largement en faveur de toutes les causes qui lui tenaient à cœur, depuis le combat contre les discriminations et la ségrégation aux États-Unis jusqu’au soutien à toutes les luttes de décolonisation.

3Il étudie le droit d’abord à Rutgers, puis à Columbia, tout en jouant dans une équipe professionnelle de football américain pendant ses années universitaires. Il est très brièvement avocat, carrière à laquelle il renonce rapidement du fait du racisme, une secrétaire refusant de dactylographier ses courriers. Sportif hors pair, chanteur à la voix exceptionnelle et acteur doué, il est remarqué par des imprésarios de théâtre anglais et s’embarque en 1922 pour Londres. Repéré en 1923 par l’auteur et metteur en scène Eugene O’Neill, il joue dans plusieurs de ses pièces. En 1925, il donne un concert important à New York et son succès artistique est inséparable du bouillonnement culturel qui constitue la Renaissance de Harlem. Il s’installe à Londres avec son épouse, Eslanda, et tous deux y fréquentent l’élite intellectuelle de la gauche britannique et de ses colonies. Nous découvrons la multiplicité des liens entre les exilés africains tels le Nigérian Azikiwe, le nationaliste rhodésien Nkomo, les indépendantistes Nkrumah et Kenyatta. Robeson met en pratique son internationalisme par un apprentissage de toutes les langues de tous les pays où il est amené à se produire. Il étudie avec assiduité le yoruba, l’éfik, l’ashanti, chante en russe et en norvégien. Et lorsqu’il joue dans un film gallois consacré aux mineurs du pays de Galles, là encore il s’exprime en gallois.

4Ses succès en tant que chanteur le conduisent en 1934 en Allemagne, puis en URSS. C’est de ce moment que date son engagement politique plus affirmé, qui sera dès lors essentiel : séduit par Moscou, où il déclare ne pas ressentir de racisme, il est gagné à la cause communiste par l’avocat africain-américain William Patterson. En 1937-1938, il chante sur le front espagnol de la guerre civile aux côtés des brigadistes américains. Aux États-Unis, il participe en 1937 au lancement de ce qui va devenir le Council on African Affairs (CAA), une organisation anticolonialiste et panafricaniste.

5En 1940, alors que l’Europe entre en guerre, le couple Robeson choisit de revenir à New York, où Paul ne cesse d’être adulé tant que l’alliance américano-soviétique perdure. Mais, dès 1945, l’atmosphère politique et les persécutions dont il est victime l’isolent de plus en plus et ruinent sa carrière.

6Robeson ne plie pas et dénonce dans le procès de Nuremberg un « travestissement de la démocratie », alors qu’aux États-Unis des Noirs sont assassinés par des hommes du type de ceux qui mènent ce procès. Dénigré de toutes parts et surnommé le « Staline noir », abandonné par la plupart de ses anciens amis, Robeson refuse de céder et témoigne en faveur des dirigeants communistes incarcérés. Ses contrats et ses revenus s’effondrent de 104 000 dollars en 1947 à 2 000 en 1950 : plus aucune maison d’édition n’accepte de publier ses chansons, aucune salle de l’accueillir. Son passeport lui est retiré et ce n’est qu’en 1958 qu’il retrouve la liberté de circuler. Il trouve cependant les ressources et l’énergie pour lancer Freedom, un journal publié à Harlem de 1951 à 1955, au pire moment du maccarthysme, et ouvre ses colonnes à l’intellectuel W.E.B. Du Bois ou aux auteures Alice Childress et Lorraine Hansberry. En 1958, Robeson s’installe à Londres pour quelques années avant de revenir aux États-Unis en 1963. Mais sa santé se dégrade considérablement et, entre dépression et pneumonie, il mène une vie de plus en plus recluse, jusqu’à son décès en 1976.

7Cette biographie classique dans sa forme s’appuie sur les archives du couple détenues par l’université d’Howard. Si elle n’avait comme seul mérite de faire découvrir aux lecteurs français cette véritable force de la nature qu’était Robeson, sa lecture serait déjà amplement justifiée. Mais elle entrouvre aussi la porte à une analyse de la complexité de la politique américaine quant à la « question noire » durant les années de la guerre froide, alors que les proclamations en faveur du combat pour la liberté à l’extérieur entrent en contradiction avec la ségrégation intérieure. On découvre ainsi comment toute critique radicale des discriminations raciales était bien vite assimilée à du marxisme déguisé, et aussitôt persécutée. Cependant, le gouvernement fédéral promeut des avancées sur la question raciale, avec comme condition que les organisations noires soutiennent sa lutte contre le communisme, y compris sur le plan international. La répression qui s’abat sur les organisations de gauche laisse un vide politique que les libéraux et les Églises vont occuper lors du mouvement pour les droits civiques.

  • 1 Erik S. McDuffie, « Black and Red : Black Liberation, the Cold War and the Horne Thesis », Journal (...)

8Enfin, il faut souligner que des trente ouvrages de l’historien Gerald Horne, c’est le premier traduit en français. Pourtant, ses recherches sur la gauche noire et les militants anticolonialistes d’ascendance africaine sont essentielles pour comprendre l’histoire étatsunienne, et son collègue Erik McDuffie dénomme « thèse Horne » l’analyse des liens entre la répression contre la gauche et la direction libérale prise par les mobilisations noires des années 1950-19601. Le travail de l’éditeur Otium doit être souligné, alors que l’ouvrage est accompagné de quelques photographies très bien choisies, d’un travail d’annotation souvent utile et d’une bibliographie d’ouvrages en français qui permettent de prolonger cette lecture.

Haut de page

Notes

1 Erik S. McDuffie, « Black and Red : Black Liberation, the Cold War and the Horne Thesis », Journal of African American History, vol. 96, n° 2, 2011, p. 236-247.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Maheo, « Gerald Horne, Paul Robeson »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16054

Haut de page

Auteur

Olivier Maheo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search