Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148LIVRES LUSPaul Chopelin, Pierre-Jean Souria...

LIVRES LUS

Paul Chopelin, Pierre-Jean Souriac (dir.), Nouvelle histoire de Lyon et de la métropole

Agen, Privat, 2019, 958 p., 32 €.
Jean-Baptiste Vérot
Référence(s) :

Paul Chopelin, Pierre-Jean Souriac (dir.), Nouvelle histoire de Lyon et de la métropole, Agen, Privat, 2019, 958 p., 32€.

Texte intégral

  • 1 . Notamment : André Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, Privat, 1975 ; Fra (...)

1Ce volumineux ouvrage, paru en 2019 dans la collection « Histoire des villes et des régions », aux éditions Privat, propose une nouvelle synthèse de l’histoire lyonnaise, de l’Antiquité à nos jours. Dirigé par Paul Chopelin et Pierre-Jean Souriac, tous deux maîtres de conférences en histoire moderne, ce travail a surtout mobilisé des historiens et historiennes qui enseignent ou ont soutenu leur thèse de doctorat à l’université Jean Moulin Lyon-3. Sans avoir l’ambition de « réinventer l’histoire de Lyon » (p. 19), les auteurs proposent de la mettre à jour en y incluant les résultats de recherches récentes et de compléter ainsi les précédentes synthèses de référence en la matière1. Malgré sa forme imposante, ce livre est destiné à un large public et se veut accessible à toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire de la ville où confluent Saône et Rhône.

2Le cœur de l’ouvrage est constitué par une succession de onze chapitres ordonnés chronologiquement, utilement introduits par un premier chapitre très général sur « Les formes de la ville et de son territoire, de l’Antiquité à nos jours » (Marie-Clotilde Meillerand) et clos par une brève synthèse sur l’historiographie lyonnaise, de la Renaissance à nos jours (Paul Chopelin et Pierre-Jean Souriac).

3Le chapitre 2, rédigé par Patrice Faure, retrace l’histoire antique de Lyon en l’insérant dans le contexte des mutations géopolitiques, économiques et religieuses qui affectèrent l’Empire romain entre le 1er siècle avant et le 5e siècle de notre ère. Mettant l’accent sur l’acquisition de fonctions centrales sous Auguste et sur leur dégradation à partir de la fin du 1er siècle, ce chapitre disqualifie l’expression problématique de « capitale des Gaules » (p. 102-105). Son intérêt réside notamment dans un recours fréquent aux résultats des recherches archéologiques récentes, éclairant d’un jour nouveau les évolutions antiques de la morphologie urbaine et des pratiques funéraires. La découverte d’un murus gallicus et d’une portion d’enceinte augustéenne lors de fouilles préventives réalisées en 2014 dans le quartier Saint-Just suscite, par exemple, des hypothèses qui complexifient le récit traditionnel de la fondation (p. 61), quand l’étude de 800 sépultures des 4e-8e siècles, mises au jour en 2015-2016, permet une meilleure compréhension des progrès du christianisme au cours du Bas-Empire (p. 121).

4Les trois chapitres suivants, dus à François Demotz, sont consacrés à l’histoire médiévale de la ville. Du premier, qui présente Lyon comme un « pivot de la Burgundia », on retient surtout qu’il invite à abandonner l’idée d’un « âge sombre » trop souvent associée au haut Moyen Âge, en insistant sur la vitalité du scriptorium épiscopal qui faisait de Lyon un « centre intellectuel et pédagogique réputé » aux époques mérovingienne et carolingienne (p. 158). Un récit chronologique des principaux événements politiques et militaires retrace ensuite l’histoire d’une ville d’empire marquée par des luttes d’influence entre l’archevêque et le comte aux 11e et 12e siècles, par l’acquisition d’une position centrale au sein de la chrétienté au 13e siècle et par le rattachement au royaume de France en 1312. Enfin, un chapitre destiné à éclaircir l’organisation tant spatiale que sociale de la ville médiévale analyse la croissance urbaine en mettant l’accent sur la spécialisation fonctionnelle des différents quartiers et sur la formation d’une oligarchie consulaire essentiellement composée de marchands.

  • 2 . Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine. Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs d (...)
  • 3 . Edward P. Thompson, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past an (...)

5Le patriciat urbain est étudié plus en détail dans le chapitre de Pierre-Jean Souriac sur « Lyon à la Renaissance », où le fonctionnement et les prérogatives du consulat sont clairement exposés et où les travaux désormais classiques de Richard Gascon sont largement mobilisés pour caractériser l’essor économique de la ville au 16e siècle2. Avec ses quatre foires annuelles, Lyon devient un pôle commercial et financier d’envergure européenne, où les plus grandes maisons du négoce et de la banque installent des succursales. Cette centralité permet un renouveau artistique original, dont les principales caractéristiques sont détaillées dans un passage qui s’appuie sur les apports de l’exposition « Lyon Renaissance », proposée par le musée des Beaux-Arts de Lyon en 2015. De cette excellente synthèse, on regrettera seulement qu’elle réserve un traitement trop superficiel à la question des révoltes urbaines. Si la « rebeyne » de 1529 fait l’objet d’un utile résumé événementiel, mobiliser les travaux d’Edward P. Thompson sur l’économie morale des foules aurait permis d’en donner une analyse plus convaincante3.

  • 4 . Yann Lignereux, Lyon et le roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal, 1594-1654, Seyss (...)

6Le chapitre suivant, du même auteur, retrace l’histoire de Lyon au temps des troubles de religion, en mettant utilement à contribution des travaux récents. Ainsi, la thèse inédite de Nicolas Guyard est convoquée pour nuancer et complexifier notre compréhension de l’iconoclasme calviniste de 1562, en exposant une stratégie catholique de falsification mémorielle par l’exagération des destructions (p. 345). Quant aux travaux plus anciens de Yann Lignereux, ils sont largement mobilisés pour expliquer le retour de Lyon dans le giron royal sous Henri IV, après un long épisode ligueur4.

7On trouvera dans le chapitre d’Olivier Le Gouic, consacré au 18e siècle, d’intéressants développements concernant les grands projets d’aménagement du sud de la presqu’île et de la rive gauche du Rhône, respectivement menés par Perrache et Morand, ainsi qu’un récit détaillé du rôle joué par Soufflot dans le façonnement de la ville moderne, tant comme architecte que comme promoteur. Grâce à de nombreux exemples tirés de sa thèse de doctorat, Olivier Le Gouic dresse par ailleurs un tableau vivant de la vie économique lyonnaise au temps des Lumières, en insistant sur la structuration de réseaux d’échanges internationaux et en fournissant une description assez précise des rouages organisationnels de la « Grande Fabrique » lyonnaise de soieries.

8Les périodes révolutionnaire et impériale font l’objet du chapitre 9, rédigé par Paul Chopelin. Un récit événementiel bien mené fait revivre dans toute sa complexité cette période d’affrontements, avec pour point culminant le siège de la ville par les troupes de la Convention en 1793. On retient surtout de cette contribution son souci d’analyser les processus par lesquels furent élaborées des mémoires antagonistes des événements révolutionnaires, qu’il s’agisse des tentatives d’apaisement par le consensus sous le Premier Empire ou des commémorations royalistes de la Restauration.

9Les derniers chapitres de ce long exposé chronologique, consacrés respectivement par Bernadette Angleraud et Olivier Chatelan aux 19e et 20e siècles, constituent, comme le reste de l’ouvrage, des synthèses sûres concernant le déroulé des événements politiques les plus marquants. S’ils déçoivent quelque peu, c’est qu’ils tendent à livrer en guise d’histoire économique de longs développements consacrés aux « épopées » industrielles des Lumière, Berliet et autres Mérieux, envisagés comme des « pionniers » et « inventeurs géniaux » (p. 640). Partant, les révoltes des canuts en 1831 et 1834, ou encore la grève des ovalistes de 1869 sont trop rapidement étudiées, qui plus est, à travers le point de vue d’un patronat qui, « confronté à un monde ouvrier émancipé, [...] doit s’adapter dans sa gestion de la question ouvrière » (p. 647).

  • 5 . Voir notamment : Paul Boino (dir.), Lyon : la production de la ville, Marseille, Parenthèses, 200 (...)

10Les approches traditionnelles de l’histoire politique et religieuse l’emportent globalement dans cet ouvrage, au détriment de l’histoire sociale. Est-ce ce qui conduit à un traitement si superficiel de l’histoire des luttes, notamment ouvrières ? Préfacée par l’ancien maire de Lyon Gérard Collomb, encore en exercice lors de sa parution, cette Nouvelle histoire de Lyon et de la métropole décevra celles et ceux qui y chercheront une histoire critique, tant elle se montre parfois révérencieuse à l’égard des autorités municipales. C’est sans doute dans le chapitre 12, intitulé « De Lyon à la métropole de Lyon, entre histoire et prospective », dû à Marie-Clotilde Meillerand, que cet écueil apparaît le plus dangereusement. La construction métropolitaine y est présentée comme un outil indispensable de « modernisation économique et sociale » (p. 824), menant à une « attractivité économique » considérée comme nécessairement souhaitable (p. 829). En reprenant les discours de justification que tient sur elle-même une institution en construction, ce chapitre élude la question des enjeux de pouvoir et des rapports de forces qui la déterminent. Aussi la coopération entre « acteurs économiques et acteurs politiques » y est-elle jugée « assez naturelle » dans le cadre de la construction métropolitaine (p. 830), et l’on cherchera en vain quelque analyse des mécanismes décisionnels et opératoires mis en œuvre par ce partenariat, que l’étude d’un marché public emblématique aurait pu étayer. Les lecteurs intéressés par la métropolisation lyonnaise gagneront à lire les travaux de Paul Boino, dont on ne peut que regretter qu’ils ne soient pas mentionnés dans ce chapitre5.

11Cette réserve de taille ne doit pas masquer les belles réussites de cet ouvrage, qui parvient globalement à maintenir l’équilibre entre clarté et densité du propos, tout en s’appuyant sur de nombreuses illustrations de qualité. Notons enfin que les sections thématiques intitulées « héritages », insérées entre chaque chapitre, constituent autant d’éclairages rapides et originaux sur différents marqueurs de l’identité lyonnaise, que les nombreux spécialistes mobilisés soumettent à une analyse des mécanismes par lesquels se construit la mémoire urbaine. On retiendra, par exemple, les quelques pages par lesquelles Pierre-Jean Souriac retrace finement l’histoire de la dévotion mariale lyonnaise, de son essor au 17e siècle à sa réactivation sous la forme de la « fête des Lumières » à la fin du 20e siècle (p. 377-380).

Haut de page

Notes

1 . Notamment : André Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, Privat, 1975 ; Françoise Bayard, Pierre Cayez, André Pelletier et Jacques Rossiaud, Histoire de Lyon des origines à nos jours, Horvath, Le Coteau, 1990, rééd. 2007.

2 . Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine. Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs de 1580), Paris, SEVPEN, 1971, 2 volumes.

3 . Edward P. Thompson, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, n° 50, fév. 1971, p. 76-136.

4 . Yann Lignereux, Lyon et le roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal, 1594-1654, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

5 . Voir notamment : Paul Boino (dir.), Lyon : la production de la ville, Marseille, Parenthèses, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Vérot, « Paul Chopelin, Pierre-Jean Souriac (dir.), Nouvelle histoire de Lyon et de la métropole »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16061

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search