Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148LIVRES LUSAndreas Malm, Comment saboter un ...

LIVRES LUS

Andreas Malm, Comment saboter un pipeline

Paris, La Fabrique, 2020, 210 p., 14 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Andreas Malm, Comment saboter un pipeline, Paris, La Fabrique, 2020, 210 p., 14 €.

Texte intégral

  • 1 Andreas Malm, Fossil Capital. The Rise of Steam Power and the Roots of Global Warming, Londres, Ver (...)

1Spécialiste de géographie environnementale, Andreas Malm s’est longuement intéressé aux sources fossiles du capitalisme1. Ce petit essai interroge les conditions contemporaines de l’action militante, mais il intéressera les historien·nes par ses nombreuses références aux situations passées.

2L’auteur s’interroge sur la relative inefficacité politique des luttes en faveur de l’environnement. En dépit d’une situation écologique de plus en plus désastreuse et d’un réchauffement climatique désormais très sensible, les réactions des gouvernants sont minimales et les mouvements environnementaux successifs s’en tiennent à des registres conventionnels d’intervention et de protestation. Andreas Malm s’intéresse tout particulièrement au cas d’Extinction Rebellion, qui organise des manifestations parfois spectaculaires. Il note le refus de l’organisation militante de recourir à la violence et s’interroge sur la portée d’un tel parti pris : « Incontestablement, cette posture l’a bien servi. Elle confère au mouvement beaucoup d’avantages tactiques bien connus. S’il avait déployé d’emblée des tactiques de type black block (…), il n’aurait jamais séduit tout ce monde » (p. 30). Toutefois, la difficulté manifeste à faire entendre le discours en faveur de la défense de l’environnement interroge : « La non-violence absolue serait-elle le seul moyen, restera-t-elle à jamais l’unique tactique dans la lutte pour l’abolition des combustibles fossiles ? » (p. 31). L’argumentaire des responsables d’Extinction Rebellion en faveur du pacifisme ne convainc par Andreas Malm, au regard des expériences historiques. Le géographe rappelle qu’il existe deux acceptions de la doctrine pacifiste : « le pacifisme moral, [qui] considère que commettre des actes de violences est toujours mauvais » (p. 39) et « sa version stratégique, [qui] pose que la violence commise par les mouvements sociaux les éloigne systématiquement de leurs objectifs » (p. 44). C’est ce dernier que les responsables d’Extinction Rebellion mettent en avant. Or, constate Andreas Malm, « le pacifisme stratégique est déduit d’une lecture particulière (…) de l’histoire » (p. 46). Le géographe reprend les exemples fournis par les activistes pour déployer l’argumentaire non violent et les confronte à l’épaisseur historique dans laquelle ils se sont tous inscrits. Ainsi, « [l’]esclavage n’a pas été aboli par des Blancs consciencieux qui auraient démonté l’institution en douceur » (p. 50). Il ne fallut pas moins d’une guerre civile pour obtenir la fin de l’esclavage aux États-Unis (p. 51). Les révoltes des esclaves ont puisé dans le répertoire de la violence pour se défaire de toutes les formes de domination. De même, les suffragettes, au début du 20e siècle, ont développé un mouvement spectaculaire (bris de vitres, boîtes aux lettres en feu…) qui recourait à la violence pour faire admettre l’importance du suffrage féminin dans l’espace public. Détaillant « l’incongruité du modèle ghandien » de pacifisme intransigeant, Andreas Malm rappelle opportunément que le leader indien a voulu participer à la guerre des Boers (p. 54), ainsi qu’au premier conflit mondial (p. 55). Son pacifisme rigoureux par la suite témoigne surtout du fait que « sa ligne politique (…) a énormément fluctué » (p. 57). Si la vitalité du mouvement pacifiste pour les droits civiques a finalement triomphé, c’est notamment parce que « dans le Sud profond, les communautés africaines-américaines rurales avaient développé une longue tradition de défense armée contre les assauts meurtriers » (p. 59). La violence n’était pas absente de l’horizon politique ; elle constituait un recours possible, non un préalable. La lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud constitue un exemple de mobilisation passée par la non-violence, puis contrainte d’accroître la pression via le « Fer de lance » initié par Mandela (p. 65) pour perpétrer des sabotages.

3À l’aune de ces exemples historiques (tronqués par Extinction Rebellion), Andreas Malm conteste l’idée que le pacifisme serait la seule voie du succès pour les mouvements populaires d’émancipation. Il montre en particulier que de nombreuses révoltes ont pris pour cible les infrastructures pétrolières ou gazières (en Afrique du Sud notamment), mais que ce n’est pas au nom de la lutte pour l’environnement que ces actions ont été massivement menées. Fort de son expérience de saboteur de biens liés à l’industrie fossile (Andreas Malm a participé au dégonflage de pneus de SUV [Sport Utility Vehicle], ces grosses automobiles très consommatrices de carburant), le géographe expose les linéaments d’une stratégie de montée en puissance de l’action pour le climat. Il remarque que quelques initiatives (plutôt isolées) ont commencé à cibler véritablement l’organisation de distribution des carburants : les deux militantes américaines Jessica Rezniek et Ruby Montoya ont ainsi réussi à endommager « le pipeline Dakota Access » (p. 123), après avoir constaté l’impuissance des pratiques non violentes.

4Bien sûr, Andreas Malm prend soin de circonscrire les stratégies de sabotage aux biens et aux dégâts ne portant pas atteinte aux personnes. Il milite également pour une pluralité des tactiques en intégrant les actions du « flanc radical » (p. 150) à l’ensemble des dispositifs d’intervention militante. Ce qu’il appelle « la violence collective non armée » (p. 142) ne doit jamais être coupée de l’assentiment le plus large possible dans la population.

5Parce qu’il interroge l’historicité des formes de l’action militante, l’ouvrage d’Andreas Malm déploie un argumentaire politique qui n’est jamais séparé des conditions concrètes de la mobilisation. En cela, les références historiques détaillées dans le livre constituent moins des exemples à suivre que des répertoires d’intensification politique des mouvements environnementaux.

Haut de page

Notes

1 Andreas Malm, Fossil Capital. The Rise of Steam Power and the Roots of Global Warming, Londres, Verso, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Andreas Malm, Comment saboter un pipeline »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 148 | 2021, mis en ligne le 12 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16081

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search